Un miaulement. Guillaume sursauta. Pourtant, il aurait dut s’y attendre. En tournant la tête, c’est sans surprise qu’il aperçut Moustache, le chat blanc de la voisine. Presque chaque soir, l’affectueux matou l’attendait, sachant pertinemment qu’il serait gratifié de quelques caresses. Le garçon s’approcha du petit muret sur lequel Moustache était nonchalamment allongé et il passa quelques minutes à le faire ronronner. Le soleil était déjà bas, le soir était là.
-Allez, va t’amuser avec les souris !
Guillaume se remit en marche, l’esprit plus léger qu’il ne l’était en arrivant. La minute d’après, il franchissait la porte de sa grande maison. L’édifice ne ressemblait plus vraiment à ce qu’il avait été autrefois. La rénovation l’avait changé, en bien pour monsieur et madame Gonbert, en mal pour la vielle voisine qui insistait impuissante à l’avenacée du modernisme.

Le rituel de la soirée débuta. Tout était plus ou moins réglé chez les Gonbert. Guillaume, après un rapide gouté, alla faire ses devoirs ce qui ne lui prit guère de temps. Sa matière grise lui permettait de réaliser rapidement les exercices et d’apprendre en un instant les leçons qu’il ne connaissait pas déjà. Mais il ne cherchait pas à faire plus que ce qui était demandé. Son temps libre, il préférait l’occuper autrement qu’en faisant l’élève model. La lecture et la musique étaient ses loisirs préférés. Hélas, il n’avait plus rien à lire et il jouait de la flute le soir car, encore une fois, c’était la « règle », une règle qu’il s’imposait sans trop savoir pourquoi. C’était comme ça. Il suivait instinctivement l’exemple d’un père expert comptable plus que professionnel et d’une mère minutieuse et organisée. Alors, avant d’aller se laver, il passa une demi-heure à jouer à un jeu vidéo. Les aventures de Spyro, le petit dragon violet, à défaut de le captiver, avaient le mérite de le distraire. Après le bain, ce fut le repas. Il fut, comme d’habitude, rythmée par des discussions banales mais joyeuses. Quoi de nouveau à l’entreprise de papa et maman ? Que faire pendant le week-end ? Que c’était-il passé à l’école ? A ce dernier sujet, le petit génie ne cacha rien. Ce n’était pas son genre. Mais il fit en sorte que l’incident avec Clafoutis et Sciprien ne soit qu’un simple élément parmi tant d’autres.

Vint ensuite la soirée. Guillaume demanda, sans trop d’espoir, à son père de faire une partie d’échec. Contre toute attente, monsieur Gonbert accepta. Son travail lui laissait un instant de répit. En semaine, c’était plus qu’un miracle. Alors le garçon savoura cette partie qu’il perdit après une vaillante résistance. Aussi intelligent soit-il, il ne parvenait toujours pas à rivaliser avec l’expérience de son paternel. A peine le jeu terminé, le téléphone sonna : c’était Grégory qui avait repéré sur le programme télévisé un film d’action intéressant. Voilà qui allait combler l’absence de livre, enfin, en partie. Le film n’était en fait pas si génial que ça. Une chasse au trésor mené par un aventurier caricatural au cours d’un scénario plat ponctué de gags qui, heureusement, rattrapaient un peu le reste. A la pose publicitaire, Guillaume monta dans sa chambre et s’adonna à la musique. Il joua quelques morceaux qu’il aimait bien puis il s’entraina à en apprendre un nouveau. Le son de sa flute lui faisait tout oublier. Il ne pensait qu’à ce qu’il faisait et c’était agréable.

Le moment de se coucher arriva vite. Neuf heures tapante, c’était l’extinction des lumières. Lavage des dents, enfilement du pyjama, préparation du cartable pour le lendemain, tel était la fin du rituel. Huit heures cinquante-sept, le garçon entrait dans son lit. Dans l’obscurité et le silane de sa chambre, qui se trouvait à l’étage, il repensa à la journée qui venait de s’écouler et à l’agréable partie d’échec. Il repensa aussi à Henri Meunier, ce nom mystérieux donné par Clafoutis. Il se renseignerait enfin, il essaierait tout du moins. Ce serait sans doute la meilleure façon de se faire pardonner de la si particulière fillette. Sur cette pensée, le petit génie s’endormit…