Page 2 sur 3 PremièrePremière 123 DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 66

Discussion: [Commerce] La Grotte d'Elfwood

  1. #31
    Bouliiar Invités
    Le soleil étant encore haut dans le ciel, c’était Bouliiar qui gardait la boutique, sa patronne aurait sans doute était trop incommodé. Cela faisait peu de temps qu’il assistait Lies dans la boutique, mais l’apparence du potentiel client qui venait d’entrer était fort incongrue en ce lieu.

    Les clients habituels étaient pour la plupart soit des mages voulant renouveler leur matériel, soit des dandys ou des jeunes filles bourgeoises qui essayaient de tromper leurs ennuis dans des jeux divinatoires comme les tarots et autres tables oui-ja. Mais la divination n’attirait pas que les gens honnêtes, pour savoir les choses que d’autres avaient à cacher certaines personnes étaient prêtes à payer très cher …L’inconnu, à l’évidence un roturier des bas-fonds de la ville, faisait sûrement partie de cette dernière catégorie. Il vérifia d’un coup d’œil qu’Alyps ne se cachait pas dans un coin, car ce genre de client aimait la discrétion. La dragon fée suivait partout sa maîtresse mais on ne savait jamais.

    Il s’avança vers le client et le regarda droit dans les yeux :


    « Bienvenu à la Grotte d’Elfwood. Que puis-je pour vous ? »

    L’odeur de l’individu l’incommoda un instant mais il fit de son mieux pour ne rien laisser paraître.

  2. #32
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Metz
    Messages
    1 625
    Le visage de Paulin s'anima de surprise. Les souvenirs de son hôte n'avaient pas montré à Mekren l'homme qui se tenait devant lui. Il s'était attendu à rencontrer Lies Ecthelion, la gérante que Paulin connaissait.

    Il se ressaisit rapidement, conscient que la présence de cet homme n'avait somme toute rien d'anormal. Il était visiblement magicien, et devait seconder la Dame dans ses occupations. Sa tenue vestimentaire lui rappelait celle d'un mage rouge de Thay qu'il avait connu et lui avait sauvé la vie par le passé. Mais cette présence le troublait, sans qu'il sache pourquoi. Tout en l'observant de manière détournée, l'individu s'avança vers lui. Son regard se riva au sien lorsqu'il demanda dit:


    « Bienvenu à la Grotte d’Elfwood. Que puis-je pour vous ? »


    Gêné, et conscient de son aspect visuel peu amène, Mekren prit la parole d'une voix mal assurée. Il n'était pas dans ses habitudes de commander quoi que ce soit dans un magasin, plus habitué à dérober ce qui lui convenait. Mais il ne pouvait raisonnablement pas voler un conseil. La voix rude de Paulin prononça pour lui, sans la grâce qu'il aurait voulu y mettre:

    « Je suis venu consulter une entité démoniaque. J'ai besoin de réponses qu'eux seuls sauront me donner. »
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  3. #33
    Bouliiar Invités
    Ha … C’était donc ce qu’il voulait. Les demandes de convocations étaient peu courantes. Acquiescent à l’adresse de l’homme il lui dit de le suivre et le mena au comptoir où les prix y étaient réaffichés.

    « Voilà les tarifs pour les différentes créatures convoqués. Le prix est conséquent mais les résultats probants je peux vous l’assurer. Quelle créature voulez-vous consulter ? »

    Net, concis, sans fioriture ni question personnelle. Mekren comprit qu’il allait falloir payer avant la consultation, quelle qu’en soit le résultat. Le mage rouge le scruta un instant et eu un sentiment bizarre à l’égard de son interlocuteur : on aurait dit qu’il n’était pas habitué à son corps, comme un adolescent ayant grandi trop vite et gêné par un corps qu’il ne maîtrisait pas encore. Bah, c’était le problème du client, pas le sien.

  4. #34
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Metz
    Messages
    1 625
    Mekren était toujours mal à l’aise. Trop heureux de son précédent larcin, il n’avait pas pris la peine de compter la somme dérobée avant d’entrer dans le magasin. Sa première bourse contenait plus de cinq cent pièces d’or. Il la sortit de sa poche et se prépara à la poser sur le comptoir. Sa main s’arrêta à quelques centimètres du meuble en bois noir, et son visage se crispa d’un spasme de douleur. Paulin se battait et tentait de se soustraire à sa volonté. Il tenait à l’or qu’abritait la bourse comme à la prunelle de ses yeux, et jamais il n’avait déchaîné une telle colère sur Mekren.

    Le cerveau en feu, Mekren laissa tomber le sac de pièces, qui roula au pied du comptoir, et le corps de Paulin vacilla, tiraillé entre deux consciences qui se battaient pour son contrôle. Les jambes ne firent soudain plus leur travail, et le corps s’abattit sur le sol dallé avec un bruit mat. La douleur fulgura dans le bras droit de Paulin, sur lequel il s’était écroulé. Luttant toujours pour le contrôle de la carcasse de son hôte, Mekren chercha des yeux le regard du mage rouge, qui observait d’un œil étonné l’enveloppe charnelle du roturier se secouer de manière totalement désordonnée. Seuls ses globes oculaires semblaient encore sous contrôle, et Bouliiar y lut une lueur de supplication désespérée.

    Dans un élan de volonté surhumain, Mekren parvint à arracher le contrôle de la bouche à Paulin, et murmura, dans un filet de voix mourant et ridicule :

    « Ai…Dez moi…Je vous en prie… »
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  5. #35
    Bouliiar Invités
    Le mage rouge regarda, intrigué, l’homme s’effondrer et se tordre de douleur. En un souffle qui sembla terriblement lui coûter, il le supplia de l’aider. Il se pencha sur lui et le scruta. L’inconnu semblait se battre contre lui-même, ou faire une crise quelconque. A moins qu’un poison coule dans ses veines… Il s’interrogea un instant sur la conduite à tenir, mais Lies n’apprécierait sûrement pas un mort dans sa boutique. Mais il ne savait que faire, il n’était pas prêtre …. Décidant qu’il fallait d’abord tenter de l’apaiser, il incanta rapidement.

    Bouliiar ---> Suggestion ---> Mekren

    « Calmez vous, détendez-vous, apaisez-vous … »

    Mais alors que Bouliiar tentait d’introduire sa suggestion hypnotique dans la tête de Mekren, son esprit effleura celui de l’homme torturé. Il eut l’impression que la tourmente chaotique qui y régnait allait l’emporter lui aussi, mais il s’en écarta. Un instant il eu un curieux sentiment de dualité, mais il passa. Il recula un peu et regarda si l’homme cédait au sort sensé l’apaiser …

  6. #36
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Metz
    Messages
    1 625
    L'onde apaisante pénétra en Mekren comme la marée venant mourir sur les côtes. Doucement, une idée de paix intérieure s'infiltra dans la conscience du Réincarné. Les muscles crispés du corps de Paulin se détendirent peu à peu, et toute peur reflua loin de son esprit.

    Paulin semblait lui aussi se calmer. Mekren sentait sa présence, omniprésente dans son cerveau, mais il ne tentait plus de l'agresser. Il semblait sur le point d'abandonner la partie. Le Maudit décida de tenter sa chance, et d'essayer de gagner la confiance de son hôte forcé. Il pensa, certain que Paulin comprendrait.

    « Ecoute moi! Je ne te veux aucun mal. J'agis dans le but de libérer ton corps de ma présence. Je t'en prie, fais moi confiance! Je ne suis pas responsable de ce qui nous arrive, et comme toi je voudrais pouvoir m'en libérer. Laisse moi te guider, nous y trouverons chacun notre compte. »

    Il ne sut tout d'abord pas s'il était parvenu à convaincre Paulin. Il resta quelques instants sur le sol dallé, sentant le regard scrutateur de Bouliiar se promener sur sa personne à la recherche de signes d'apaisement. Puis soudain, il se sentit de nouveau en contact avec son enveloppe charnelle. Trop heureux de retrouver enfin un semblant de pouvoir sur ce corps déchiré entre deux consciences, Mekren leva la main droite et agita ses doigts. Il voulut tourner la tête pour observer la réalité du mouvement, mais ses muscles refusèrent d'agir.

    La moitié de son corps était encore sous le contrôle de Paulin. Il maîtrisait la partie droite, alors que le racketteur dominait la partie gauche. Sa deuxième main se mût sans qu'il pût rien y faire. Il voulut tenter de se remettre debout, mais sa jambe gauche ne suivit pas le mouvement, et il s'affala, la moitié de son corps refusant de suivre le mouvement.

    En désespoir de cause, il parvint à se mettre en équilibre sur la main droite. Il regarda le mage et tenta de lui dire, avec la moitié de bouche qu'il contrôlait:


    «Che... Che fous remerssie. Mais che crois que che fais rester par therre pour le moment. Che foudrais malgré tout consulter un témon. Esse que fous pourriez compter le conthenu de la teuxième pourse, qui se troufe dans ma pochsse? Che ne sais pas ce qu'elle contient...»
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  7. #37
    Bouliiar Invités
    Quel client étrange ! Après la soudaine crise qu’il avait réussi à calmer voilà que l’homme lui parlait en grimaçant à moitié. Finalement, il regrettait qu’Alyps soit absent, il aurait certainement goûté le comique de la situation… Mais bon le client était roi selon le dicton, et le mage rouge se pencha pour ramasser la seconde bourse, plus petites que la première. Encore une bizarrerie, ne pas connaître le montant d’une bourse qui était la sienne était suspect, mais il n’était pas la pour poser des questions. Il la renversa sur le comptoir et jura entre ses dents. Elle contenait diverses sortes de pièces, l’or et le platine dominait. Il estima le contenu à environ deux ou trois cents pièces d’or. Si l’autre bourse était pareillement remplie il s’étonna que son client n’ait pas utilisé un coffre…

    Il dit son estimation au client, qui n’avait pas bougé de par terre, et lui demanda le montant de l’autre bourse. Mekren le lui dit, mais Bouliiar la ramassa quand même pour vérifier. Au lieu de la renverser sur le comptoir comme l’autre il l’ouvrit et farfouilla à l’intérieur. Elle semblait effectivement contenir dans les cinq cent pièces d’or. Le mage rouge s’étonna encore une fois que l’homme ait trimballé dans les rues une telle somme, enfin bon …


    « Vous avez là de quoi vous payer un entretien avec un glabrezu, ou un démon inférieur pour plusieurs questions, faites votre choix. Et les salles de convocations sont derrière moi, vous devrez vous lever… »

  8. #38
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Metz
    Messages
    1 625
    «Ch'ai trois quechtions. Je foudrais consullefsssrt...»

    La bouche de Mekren venait de se déformer de manière totalement ridicule. La partie gauche de ses lèvres s'étaient animées en même temps qu'il parlait, et les mouvements désordonnés que Paulin et lui effectuaient chacun de leur côté rendait le moindre mot absoluement incompréhensible. Mekren se savait risible, mais n'en avait que faire. Il tentèrent une fois de plus de parler en même temps, mais le résultat fut si désatreux que Bouliiar grimaça, perdant quelques instants son masque d'impassibilité qui ne l'avait pas quitté depuis le début de l'entretien.

    Le mage rouge semblait extrêment intrigué par l'être étrange qui ne savait même plus parler et bafouillait d'étranges sons. De la bave s'écoulait des lèvres agitées d'une manière véritablement étrange. Bouliiar regarda les postillons tomber à terre et maculer les dalles de pierre, résigné à devoir tout laver après que son étrange client soit reparti.

    Mekren arrêta ses vaines tentatives et contacta l'esprit de Paulin. Il comprit que celui-ci cherchait à l'aider, voulait prononcer les phrases qui passaient dans l'esprit de Mekren avec sa partie de bouche. Mais ils n'étaient pas coordonnés, et chacun d'eux tentait de parler comme si l'autre n'existait pas, et le résultat était pitoyable.


    «Calme toi, Paulin, et écoute moi » Pensa Mekren à l'intention de son compagnon d'infortune. «Laisse moi parler, et aide en bougeant tes lèvres losrque je te le demanderais. »

    Il attendit quelques instants, puis reçut l'assentiment mental de Paulin. Alors, découpant les mots syllabe par syllabe, et guidant son camarade forcé par de petits ordres mentaux, il parvint à s'exprimer correctement. Il se retourna vers Bouliiar qui attendait toujours qu'il se soit ressaisi, une lueur amusée et intriguée dans les yeux.

    « Je disais donc que je souhaitais consulter un démon mineur car j'ai plusieurs questions. Pour ce qui est de me lever, je crois que je ne suis pas encore habitué à ce corps. Il faudrait que vous me souteniez. »
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  9. #39
    Bouliiar Invités
    Pas habitué à ce … corps ? Que voulait-il dire par là ? Ces mots intriguèrent Bouliiar et se souvint des différents détails qu’il avait relevé … Cet homme n’était pas ce qu’il semblait être, un roturier un peu fou, mais certainement bien plus. Ou alors était-il particulièrement fou, et il dépensait une petite fortune dans une errance de sa folie, mais cela ne le gênait pas outre mesure.

    Il acquiesça à la demande de l’homme et préleva sur la somme disposait devant lui le montant exact pour l’invocation d’un fielon mineur ainsi que deux questions subsidiaires, soit 800 pièces d’or. Il piocha la quasi-totalité et mis la monnaie, une poignée de piécettes, dans une petite bourse qu’il tendit à Mekren. Il mit l’or dans un coffre situé sous le comptoir et aida l’homme à se relever.

    Le menant à l’une des petites salles d’invocation, le mage rouge le mit en garde.


    « Face au démon vous devrait faire très attention. Chacune de vos questions doivent être particulièrement précises, sinon il se fera un plaisir de vous répondre à côté, et vous n’en aurez que trois. Il ne pourra pas vous mentir mais essayera de vous embrouiller. »

    Arrivé dans la salle il laissa Mekren s’appuyer sur un mur et disparu dans le couloir. Il revint peu après avec un tabouret, qu’il posa sur le sol pour que Mekren puisse s’asseoir. Se faisant il claqua des doigts, ce qui fit s’allumer les torches accrochées aux murs. Il poursuivit ses recommandations.

    « Tant qu’il sera dans le cercle, le fielon ne pourra rien contre vous, mais ne tenter rien d’insensé et gardez vos distances. De même le cercle est gravé à même le sol, mais ne faites rien tomber dessus car ça pourrait rompre la magie. Je pense que c’est tout. »

    Sur ce il se tourna vers le pentacle et versa le contenu d’une fiole en son centre. Le liquide sombre n’était pas reconnaissable, mais Mekren fut certain que c’était du sang. Reculant d’un pas Bouliiar écarta les bras et se mit à incanter. Les paroles qu’il prononça firent trembler Mekren, bien qu’il ne les comprit pas. La lumière des torches s’assombrit un instant, et le liquide opaque scintilla, et décolla lentement du sol. A se moment les flammes furent soudainement attisés comme si les torches étaient chauffées à blanc. Le sang qui s’était élevé de plus d’un mètre s’étira et grandit jusqu’à former une silhouette de cauchemar. La lueur des flammes redevint normale et Bouliiar se tut. Le démon avait une apparence insectoïde, des ailes de mouches battaient rapidement dans son dos, et des yeux globuleux saillaient sur sa tête au dessus d’une impressionnante paire de mandibules. Il possédait six bras chitineux finis par des griffes coupantes comme des rasoirs, faisait près d’un mètre cinquante de long et semblait peu prêt à coopérer.

    Bouliiar parla à la chose, et Mekren s’aperçut que de profonde cerne s’était creusé dans le visage du mage. Il fut presque surprit quand la voix du sorcier rouge s’éleva, forte et ferme, mais ce n’était pas à lui qu’il s’adressait.


    « Voici les termes du contrat, tu devras répondre à trois questions de cet homme, pas une de plus, pas une de moins. Quand tu aura répondu par trois fois ma magie te libérera et tu pourras retourner dans les Abysses. Puis se tournant vers Mekren. Net et concis, n’oubliez pas. »

    Et Bouliiar sortit de la salle sans un mot de plus. Il lutta contre la tentation mais finit par y céder. Allant dans la boutique il vérifia qu’aucun client n’était présent puis pris une boule de cristal sur une étagère et se dirigea vers le comptoir, où il posa la sphère. Il la sonda du regard jusqu’à trouver ce qu’il cherchait, la salle à quelques mètres de lui, et regarda attentivement ce qui s’y passait. Normalement les salles étaient protéger contre les divinations mais c’était lui qui avait installé ces protections et savait comment passer outre. C’était la première fois qu’il violait ainsi l’intimité d’un client mais sa conscience professionnelle s’accommodait du fait que l’homme était peut-être fou et qu’ainsi il pourrait intervenir si quelque chose tournait mal …

  10. #40
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Metz
    Messages
    1 625
    Mekren laissa son buste aller contre le mur. Le démon lui faisait face, le regardant d'un air mauvais. Il avait beau s'être préparé à cette vision, et le savoir inoffensif derrière les protections magiques de Bouliiar, il avait peur. Ce n'était pas dans ses habitudes de côtoyer un être des plansdémoniaques, même mineur.

    « Alors, humain, pose tes questions! »Tonna la voix inhumaine de l'insectoïde. « Mon temps est précieux, et je n'aime pas qu'on me fasse attendre! »

    Pour appuyer ses phrases prononcées sur un ton sentencieux et sinistre, le démon fit claquer ses pinces. Mekren tenta de ne pas paniquer et s'arma de tout le courage qu'il put rassembler, puis posa sa première question.

    « Je veux savoir ce qui me retient au monde des vivants et me force à me réincarner en prenant possession du corps des autres. Quelle que soit cette chose, vivante, morte, magique ou autre. »
    Le démon grimaca, puis fit battre ses ailes membraneuses, une caricature d'air pensif se peignant sur son faciès grimaçant.
    « Les humains qui nous convoquent sans avoir réfléchi leurs questions se font bien rares de nos jours, hélas. L'art de détourner nos réponses est devnu ardu. Quel dommage. » Sussura-t-il entre ses mandibules. « Enfin, je dois vous répondre. Mais n'importe quel humain aurait pu en faire autant. Vous êtes maudit, voilà tout.»

    « Je suis maudit?» Répéta le Réincarné. Il s'était attendu à quelque chose de ce genre, mais avait du mal à encaisser la nouvelle. De plus, l'étonnement se mêlait à l'abattement: il ne parvenait pas à croire que l'on ai pu le maudire lui, petit mercenaire sans aucune importance.
    « Ouiii, vous êtes victime d'une sublime malédiction. Pleine de style d'ailleurs. Certains humains peuvent être esthêtes à mon goût. » Siffla le fiélon, un lueur narquoise allumée dans les yeux. Il semblait se moquer de quelque chose que Mekren ne parvenait pas à saisir. Il réfléchit quelques instants puis posa sa question suivante.

    « Quel est le nom de la personne qui en est responsable? »
    « Il se nomme Cardun Corsad. Mage rouge de Thay fou et jouet du grand Cyric. »
    Mekren resta un instant abasourdi. C'éait le dernier nom qu'il s'attendait à entendre. Ce mage rouge qu'il avait bien connu l'avait recueilli lorsqu'il était blessé, lui avait sauvé la vie et permis d'apprendre le métier de mercenaire. Il avait toujours crû qu'il était son protecteur, et n'avait jamais soupçonné que Corsad ait pu être au service du dieu des fous et des assassins. Il resta un instant étourdi par la nouvelle, qui abattait l'être qui l'avait idôlatré au rang de bourreau sans âme. Puis, après un instant de négation ou il refusa en bloc les affirmations du démon, il se dit que c'était somme toute logique.

    Corsad avait été le seul mage qu'il avait jamais approché assez longtemps pour que celui ci puisse lui lancer un sort de cette envergure. De plus, il avait accepté de lui servir de cobaye pour une expérience magique en échange des soins qu'il avait reçu. Il se maudit milles fois pour avoir été aussi naïf. Encore quelques instants d'hébétude, puis Mekren se tourna à nouveau vers le démon qui dissimulait son rire et sa joie de voir un mortel souffrir derrière ses mandibules.


    « Tu me dois encore un réponse, démon. Je te demande la méthode nécessaire pour briser ma malédiction et retourner au néant. »
    Cette fois-ci, le rire du démon fut franc. Il découvrit une rangée de dents acérées et dégoulinantes de bave noire et un ricanement inhumain emplit la salle.
    « Je n'ai plus de réponses à te donner, mortel. Tu as dit, après la première question: Je suis maudit? C'était là une question à laquelle j'ai répondu, comme le pacte m'y obligeait. J'ai donc rempli mon contrat. Adieu, humain, et que ta vie sois un véritable cauchemar! »
    Et le corps monstrueux du fiélon disparut dans un nuage de fumée noire et âcre, laissant seul Mekren avec son désespoir. Le pauvre jeune homme avait laissé son émotion lui arracher sa dernière réponse. Il lui faudrait trouver un autre moyen de se libérer, et la perspective ne l'enchantait guère.
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  11. #41
    Bouliiar Invités
    Bouliiar avait assisté à toute la scène et sourit quelque peu. Ainsi c’était cela la clef de l’énigme de cet homme. Une âme maudite prenant possession d’autres vivants, ça expliquait bien des choses. Le démon avait eu Mekren sur sa dernière question, mais deux réponses sur trois était un score plus qu’honorable. Scrutant toujours sa boule de cristal il vit une larme de rage couler sur la joue du possédé. Il n’aimerait pas être à sa place, mais il éprouva un moment de la fierté pour son compatriote qui avait mis au point une si délectable malédiction. Elle plairait certainement à Gundrill si il était en état de poursuivre quelconque recherches …

    Il alla ranger la boule sur l’étagère qu’elle n’aurai pas du quitter et se dirigea tranquillement vers le couloir au fond de la boutique. Il s’arrêta devant la petite salle où était Mekren et frappa à la porte.


    « Tout va bien ? Je n’entend plus de bruit, y aurait-il un problème ? »
    « L’invocation est terminé, le démon est partis … »

    Sur cette réponse penaude, Bouliiar poussa la porte et entra, puis il se tourna vers Mekren à l’expression décomposée. Feignant de ne rien savoir, il lui demanda innocemment :

    « Vous avez eu les réponses que vous vouliez ? Pouvez-vous vous levez ou faut-il que je vous aide ? »

  12. #42
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Metz
    Messages
    1 625
    Mekren ne répondit pas immédiatement aux questions de Bouliiar. Il regardait dans le vague, tourné vers le cercle de protection où s'était tenu le démon. Il se remettait peu à peu du choc de son demi échec. Puis il se retourna vers le mage rouge, et dit:

    « Je ne suis pas parvenu à obtenir la réponse qu'il me fallait. J'en sais plus sur moi même, mais je suis tombé dans le piège émotionnel que m'a tendu le démon. Je ne sais pas comment me libérer...»
    « Et de quoi souhaitez vous vous libérer ?»demanda innocement le mage rouge. Mekren, perdu dans le fil de ses pensées, ne remarqua pas qu'il était de mauvais ton pour un "marchand" comme Bouliiar de s'intéresser à ses clients. Il reprit son discours, s'adressant plus à lui même qu'au mage rouge qui se tenait près de lui.

    « Je suis victime d'une malédiction sordide. Qui m'oblige à vivre dans des conditions lamentables... Je veux savoir comment mourir. Cela me pèse sur la conscience d'avoir à voler le corps d'autrui, de violer leur conscience et de ne pouvoir les libérer qu'en les tuant. Et qui, qui m'a lançé cette malédiction? Mon maître, mon mentor, mon idole. Je ne comprends pas comment il a pu... Mais je ne vois pas pourquoi je vous raconte cela... Ca n'a aucun intérêt pour vous, n'est-ce pas?»

    « Détrompez vous, je m'intéresse à tout ce qui touche à la magie.»répondit presement Bouliiar, incitant Mekren à continuer.
    « ... Peut-être que je me trompe sur son compte. Corsad a pu faire cela pour mon bien, car il ne voulait pas que je meure...Je ne sais pas, je ne sais plus rien...Il faudrait que je le retrouve, que je lui parle. Je ne veux pas croire qu'un homme aussi bon ait pu être au service de Cyric...»

    « Je suis désolé de devoir vous le dire, mais le fiélon n'a pas pu mentir. Il ne vous a dit que la stricte vérité.»
    « Non, je ne peux pas le croire! Si le fiélon n'a pas pu mentir, au moins a-t-il pu se tromper. Je n'ai fait invoquer qu'un démon mineur, il ne savait peut-être pas la vérité...»
    Mekren parlait précipitamment, comme si le simple fait de prononcer des mots lui permettaient de ne pas voire l'évidence. Inconsciemment, il tentait d'élever un blocage contre cette nouvelle personnalité de Corsad qu'il découvrait. Au fond de lui-même, il savait que le fiélon avait raison, mais il faisait tout pour ne pas avoir à se l'avouer.

    Il tenta de se mettre debout pour faire les cent pas. Ayant oublié d'avertir Paulin de son intention, seule la moitié de son corps décolla du siège. Il retomba lourdement. Il recommenca le mouvement en coordination avec son hôte forcé, et parvint à se mettre sur pieds. Il oscilla quelques secondes, manquant de s'affaler de nouveau, avant de trouver un point d'équilibre. Il pourrait faire quelques pas de cette manière, mais ne pourrait pas aller bien loin. Il se tourna vers Bouliiar, soudain illuminé par une découverte simple mais qui allait peut-être le tirer d'affaire.


    « Dites moi, vous m'avez dit que vous vous intéressiez à la magie. Est-ce que vous connaîtriez quelqu'un qui puisse étuider, voire résoudre mon problème? Ou un lieu ou je pourrais faire des recherches sur les malédictions? »
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  13. #43
    Bouliiar Invités
    Bouliiar réfléchi un instant à la question. Les malédictions n’étaient pas son fort mais il connaissait quelqu’un qu’y s’y intéressait grandement …

    « Je connais un grand nécromancien se nommant Gundrill, il est expert ès malédiction pourrait-on dire, et il pourrait avoir la capacité de vous guérir. Mais il y a un ennui, Gundrill a été agressé il y a peu, et il est toujours en convalescence. Dans son état il serait étonnant que vous parveniez jusqu’à lui… »

    Il fit quelques pas et chercha un nouveau moyen. Il avait envie d’aider cet homme, plus intriguer que par générosité …

    « Vous pouvez également consulter des prêtres. Les temples sont légions à Mélandis, vous pourriez trouver votre délivrance là-bas. »

    Il alla vers la porte de la salle, et se retourna vers Mekren.

    « C’est un mage qui vous a maudis, d’autres mages pourraient vous libérer. Vous pourriez ainsi aller consulter les abjurateurs de l’école de Mélandis, le Nécromenicon. Pour ce qui est des recherches il existe une bibliothèque occulte à l’Ecole, mais vous aurez du mal à y avoir accès. Il existe par contre une grande bibliothèque en ville, que vous pouvez consulter librement. »

    Ayant finit de parler il regarda le maudit et attendit.

  14. #44
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Metz
    Messages
    1 625
    Mekren écouta attentivement les recommandations du mage rouge. Ces informations lui seraient précieuses, il le savait. Les quelques pistes que Bouliiar lui ouvrait amèneraient peut-être sa libération. Quoi qu'il en fut, il ne perdrait rien à explorer ces voies. Il nota mentalement le nom de Nécromicon, qu'il avait déjà lu dans l'esprit de Paulin. Il na'aurait qu'à demander le chemin à son hôte qui connaissait bien la ville.

    Bouliiar s'arrêta de parler, et l'observa, guettant sa réaction. Mekren était étonné que le mage rouge ait daigné s'intéresser à lui. Ce n'était pas dans les habitudes des mages de Thay de s'intéresser au commun des mortels. Mais il n'était pas le commun des mortels, comme le lui fit sarcastiquement remarquer Paulin depuis le fond de son crâne. Il répondit à l'homme, sincèrement touché par l'intérêt qu'il lui avait porté:


    « Je vous remercie de votre aide. Je m'en vais de ce pas fouiner à la bibliothèque publique. J'ai juste une dernière question à vous poser, puis je cesserai de vous importuner. Vous m'avez parlé d'un certain Gundrill. Pourriez vous me parler un peu de lui ? C'est l'une des rares pistes que j'ai, et je pense que mon cas l'intéresserait si je parvenais à le rencontrer... »
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  15. #45
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages
    585
    Lies arriva en courant, les cheveux volant au vent qui commencait à souffler. Elle voulut se dépêcher de rentrer dans le commerce (elle était déjà fort en retard) et...(non elle fonce pas dans la porte, elle est pas si bête ) fonça dans quelqu'un.
    Elle se mit à s'excuser puis regarda cette personne et lui dit :

    "Vous auriez besoin de mes services? Excusez mon absence, mon fils était souffrant". Elle aperçut alors Bouliiar et comprit qu'il lui avait sauvé un client.

    Elle reprit son assurance et sans laisser le temps à son client de répondre elle enchaina :

    "Je vois que mon fidèle assistant vous a déjà aidé (ou renseigné), j'espère que vous avez pu recevoir l'aide ou l'objet dont vous aviez besoin, pige me permettre de vous offrir un bonbon?"
    Elle choppa très vite le bol sur le présentoir et le tendit à l'homme.

    Et pour finir (non pas dans la joie et la bonne humeur), elle enchaina sur un :

    "Prépare toi Bouliiar, nous devons aller en ville pour quelques menus "recherches".

    [HRP : Désolé ce changement soudain de RP (du domaine à ici, ce problème est dû aux vacances que je me suis prise (et ouais veinarde, je sais )).]
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  16. #46
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Metz
    Messages
    1 625
    HRP: @ Lies: pas de problème, on avait pratiquement fini.

    Mekren se préparait à sortir lorsque Lies le heurta dans sa précipitation. Le mage rouge était resté assez évasif sur Gundrill et le Réincarné n'avait pas insisté, ne voulant pas en demander plus à cet homme qui avait déjà tant fait pour lui. Il manqua d'être déséquilibré par le contact de Lies, trop occupé à tenir debout. Il parvint à se stabiliser en coordination avec Paulin.

    L'elfe n'avait même pas remarqué qu'elle avait manqué de le renverser. Elle semblait surexcitée et extrèmement pressée. Elle lui offrit un bonbon sans même prendre le temps de s'arrêter sur lui, et il saisit la sucrerie sans comprendre ce qui lui arrivait. Il était désorienté par la vivacité dont Lies faisait preuve. Elle interpella Bouliiar, et Mekren comprit qu'il allait devoir quitter la boutique. Il s'éclipsa discrètement hors de la salle et se retrouva dans la cohue du quartier marchand. La nuit était tombée depuis peu.

    Là, une fois arrêté contre le mur du magasin, il s'arrêta pour réfléchir. Peu après, il vit Bouliiar et Lies sortir de la Grotte d'Elfwood et s'engager dans l'artère principale du quartier marchand. La vue de l'elfe fit remonter à sa mémoire un souvenir de Paulin. Il avait entendu dire qu'elle avait été vampirisée par son amant, un vampire du nom de Nathiel Ecthelion. Il ne s'imaginait pas les vampires ainsi. dans son esprit, c'était des êtres sombres et violents, qui ne voulaient que la mort des autres. Pourtant, Lies semblait être une personne normale, plutôt agréable. elle dénotait étrangement avec le reste de la populace de Mélandis.

    Mekren se promit de revoir ses croyances et d'arrêter d'écouter les ragots. Puis il se dit que Lies et Nathiel devaient savoir ce qu'était l'immortalité. Peut-être un jour essayerait-il de rencontrer l'un d'eux, s'il souhaitait comprendre comment on pouvait vivre heureux avec le fléau de l'immuabilité.

    Sur ce, il décida qu'il était temps pour lui de dormir. Il lui restait suffisamment de pièces pour survivre deux voire trois jours à Mélandis. Il se mit donc en quête d'un lit pour la nuit.


    Vers la Bibliothèque magique de Melandis
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  17. #47
    Bouliiar Invités
    L’arrivé de Lies avait fait l’effet d’une tornade dans le magasin. Mekren, qui avait un équilibre précaire, avait faillit choir remarquablement et avait fuit discrètement sans attendre de réponse. Bouliiar se demanda brièvement ce qui allait arriver à cet homme par la suite, son sort, bien que peu enviable, était assez intrigant.

    Mais déjà son esprit était accaparé par l’elfe et il entreprit de fermer la boutique. Il l’informa que la trésorerie de la Grotte comptait 800 pièces d’or de plus, ce qui la ravit. Ils sortirent de la boutique et le mage rouge ferma la porte à clef pour la nuit, et se tourna vers l’elfe.


    « Je vous suis Lies, quelles sont ses recherches que vous voulez faire ? »

    Et de bonne grâce il se laissa entraîner dans les rues…

    HRP : Lies bon retour sur la CC

  18. #48
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages
    585
    "Tout d'abord, il faut que nous allions faire quelques courses diverses, comme des fruits et des fleurs qui pourraient servir à créer des potions. On peut aussi voir pour acheter divers récipients dans les commerces du coin. ensuite, il faudra songer à aller dans un magasin de Manost, j'y ai entendu parlé de commerces assez sympathiques mais je ne sais guère si les rumeurs sont fondées.

    Ensuite, on pourrait passer en ville repérer si certaines personnes n'auraient pas besoin d'un coup de main (elle entendait par là, une poupétisation). Je pense d'abord passer par les quartiers les plus pauvres de Melandis même si je n'aime guère voir la misère des gens...On pourra en aider quelques uns mais pas tous, donc, il faudra que nous soyons discrets. De plus, les pauvres sont doués pour parler aux dirigeants, je ne voudrais pas avoir de problèmes avec les gardes.

    Enfin, nous pourrons rentrer au commerce et se prendre une petite pause avant de réouvrir le commerce.

    Au fait, aurai-je faite fuir cet homme tout à l'heure? Il est vrai que je marche au quart de tour mais bon...Je n'allais pas si vite que cela?"
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  19. #49
    Bouliiar Invités
    Bouliiar sourit à l’elfe.

    « Ne vous inquiétez pas pour cet homme, il allait partir de toute façons.

    Pour vos courses nous devrions nous hâter si nous voulons tout faire. Je connais quelque peu Manost je pourrais vous guider lorsque nous serons là-bas, mais il faudra faire attention à ne pas nous faire trop remarquer. »


    Le mage faisait là une discrète allusion au fait que même dans une citée relativement tolérante comme Manost les thayens et les vampires n’étaient pas très apprécié.

    « Alors allons-y. Il y a longtemps que je n’ai plus fait les boutiques … »

  20. #50
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages
    585
    [HRP : désolé pour le retard, la disponibilité est dure, surtout quand on est pas sur son pc.]

    Lies ordonna à Alyps de tenir la boutique en son absence, celui ci eût une moue assez expressive mais il s'affaira derrière le comptoir pour ne pas vexer sa maîtresse.
    Par où commencer? Lies ne savait guère où aller en premier, le port? les magasins d'ésotérisme en tout genre?

    "Et si nous allions vers le port, on pourrait rencontrer les vendeurs à la criée? Puis nous passerions chercher quelques potions diverses, que tu m'aiderais à choisir et enfin nous irions "fouiller" le bas quartier? Mon idée te paraît bonne?"

    Bouliiar n'eût même pas le temps que Lies se déplaçait déjà vers le port.

    Elle se retourna et dit à Bouliiar : "Tu crois que nous aurons une vict...personne à sauver aujourd'hui?". Elle eût un petit rire sournois.

    Sur le chemin, ils rencontrèrent un homme entrain de battre un chien, Lies détesta ce spectacle et regarda son compagnon :
    "Tu penses à ce que je pense? On pourrait lui apprendre la gentillesse envers les animaux? Je suis sûre que ce chien rêverait de posséder une poupée unique en son genre."
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  21. #51
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages
    585
    Lies préparait des tisanes et du thé à faire goûter à ses clients quand quelqu'un poussa la porte du commerce. C'était un homme noble vu ses habits et ses ornements, il était grand, les cheveux noirs. Derrière lui se trouvait une femme, très belle et très élégante, au visage fin et au regard souriant. L'homme s'avança de Lies qui s’empressèrent de défaire le foulard qui protégeait ses cheveux lorsqu'elle préparait diverses choses.

    "Bonjour, j'ai entendu dire, dans ma plaine que vous aviez de merveilleux thés et de bons biscuits venus des quatre coins du monde. Hors, il s'avère que je vais donner une importante réception en mon palais et je souhaiterai ravir mes convives avec de très bons présents et l'on m'a conseillé votre commerce."

    Lies n'en revenait pas, elle avait un client et il voulait lui acheter du thé, chose que très peu de monde ferait. Elle montra divers étalages à lui et à sa compagne, leur fit goûter diverses infusions et biscuits et elle leur proposa même des bonbons. Pendant qu'ils choisissaient encore, Alyps emballait les produits déjà choisis. Ses yeux étaient éblouis devant toutes ses confiseries mais il n'y touchait guère, sachant trop bien la colère de Nathiel le soir venu s'il avait piqué ne serait ce qu'une miette.

    Quand ils eurent fini, Lies crut avoir une crise cardiaque en voyant la somme, comme ils avaient acheté pas mal de chose, leur carte de fidélité était déjà rempli, ce qui leur offrit une réduction. Avec cette réduction, la femme décida d'acheter, en y ajoutant le complément, une toile que Lies avait peint la veille et qui représentait les quartiers nobles de la ville, et où l'on distinguait bien le domaine Ecthelion.

    Avant de quitter le commerce, Alyps reçut une petite bourse pour le remercier d'avoir si bien emballé les produits. Il était si heureux que la femme put le caresser sans qu'il ne rechigne. Quand à lies, elle était impatiente de retrouver, le soir venu, Nathiel pour lui conter tous ce qu'elle avait vendus aujourd'hui.
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  22. #52
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages
    585
    Lies rangeait tranquillement divers paquets qu'on lui avait commandé. Elle avait une vingtaine de commandes à livrer mais Alyps ne semblait guère d'attaque à l'aider aujourd'hui, elle attendrait donc demain.

    Tout à coup, quelqu'un claqua un grand coup la porte, Lies se releva pour servir le client et lui rappelait que les portes s'ouvraient de plus en plus facilement de nos jours quand elle vit un homme baraqué, cagoulé devant elle. Son style était assez vagabond mais le client était roi. Elle lui demanda ce qu'il désirait et fût bien étonné de sa réponse :
    "La caisse, et vite j'ai pas le temps !
    - Une caisse? J'en ai de diverses tailles, si vous voulez bien me suivre". Lies faisait celle qui ne comprenait pas mais elle cessa toutes plaisanteries quand elle le vit la dague à la main. Mais ce bout de femme n'était pas du genre à se laisser faire, elle était plutôt hargneuse même et nombreuses personnes l'avaient déjà constaté.

    Elle incanta assez bas tout en vidant la caisse et une lueur rouge apparut comme par magie. Le voleur fût surpris de voir que cette mi elfe-vampire n'était pas qu'une simple commerçante. Il tenta de tout de même lui faire peur en la menaçant. Mais qui dit rouge dit danger, le malheureux se brûla assez méchamment le bras. Il se mit à hurler tout en se tenant le bras, Alyps, qui avait suivi toute la scène, regarda fixement l'arrière train de celui-ci et le fit sortir du commerce à coups de crocs. Lies riait bien et elle se dit qu'elle avait gagné au change : une magnifique dague neuve, quel beau présent.
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  23. #53
    Nithep Invités
    [Quête : Doublons et Démons]

    La chose ... tel était le nom qu'on donnait à la créature qui avait été — une éternité ... — une créature pleine de vie mais dont l'actuelle apparence trahissait que cette époque devait remonter à la jeunesse de Talos lui-même.
    En réalité sa création était beaucoup plus récente mais le temps semble passer si vite quand on a tant à faire.
    Son regard était grotesque et ne soulignait à peu près rien dans son visage tuméfié et marqué de profondes cicatrices, marques d'un passé agité. La respiration de cette créature était rauque et sifflante, aussi il fut difficile de ne pas penser que la porte avait grincé quand elle entra.

    Son allure était haute, épaisse, rude. Une sorte de linceul vêtait l'immonde vitae qui se mouvait par ses propres moyens, et seul un visage blafard, grotesque composition de chair apparaissait par un tunnel de tissu noir enveloppant un cou qui semblait partir de l'épaule droite plutôt que du sternum. Une de ses mains était visible, pendante au bout de son bras comme un vulgaire jambon suspendu à un crochet de boucherie, tandis que l'autre semblait noyée dans un froncement textile obscur de l'autre côté, en prolongement de son cou absurde.

    La chose fit quelques pas en direction de la forme de vie qui tenait la boutique ... son visage ne portait nulle expression, et de plus près on pouvait se rendre compte que ses lèvres étaient cousues ensemble.

    Nul autre client, un matin calme dans la boutique, et pourtant l'ignominie venait de passer ses portes, l'envoyé de la pieuvre était là et il venait chercher son dû. Sa voix sembla s'élever de sa gorge mais sans aucun mouvement de visible sur son visage.


    «N... n... n'ayez crainte. Je suis ici à cause de ces incendies qui ont récement ravagé le quartier commerçant. Beaucoup de magasins ont pris feu ... nous savons que ces feux sont d'origine criminelle. De même d'autres commerces ont reçu la visite de bandes de voleurs organisés ou de petits malfrats. Si se débarasser des petits voleurs est facile, les bandes sont beaucoup plus redoutables.
    Voilà pourquoi en échange des trois cent pièces d'or que vous allez me donner, votre établissement sera sous bonne protection et ne risquera plus rien.
    Vous savez que la tranquillité n'a pas de prix.»

    La tête de la chose sembla s'incliner légèrement. Un craquement osseux se fit entendre et le silence retomba. A présent "elle" attendait.

  24. #54
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages
    585
    Lies regarda "la chose" et eût une mine de dégoût devant ses lèvres. Quelle abominable personne pouvait avoir fait subir un tel châtiment à un de ses confrères.

    Elle ne semblait pas résignée à se laisser faire par les voleurs, elle en avait fait déguerpir un, pourquoi pas plusieurs? Et son commerce n'avait pas été touché, fort heureusement. Elle avait vu les dégâts alentours, et, cela est vrai, on ne pouvait nier l'évidence d'incendies criminels. Mais payer pour une protection ! Et d'abord quelle protection? Il n'y avait rien de vraiment efficace contre un feu, si ce n'est de l'éteindre. Les voleurs? A moins de surveiller constamment...

    Non, elle était résignée à ne pas payer. Mais, elle pensa à Alyps, seul, il ne pourrait se défendre. Et si un incendie survenait lorsque que Julian était dans la boutique. Lies ne savait que faire : payer pour la sécurité de ses enfants ou protéger, à elle seule, son commerce et garder ses chères pièces gagnées au commerce? Il était vrai qu'elle ne manquait pas d'argent, mais ces pièces étaient le symbole de sa réussite.

    Elle regarda à nouveau cette chose, qui paraissait être humaine, qui semblait attendre, pourtant, rien ne le montrait. Elle était là, la tête inclinait, aucun sentiment, aucune impatience, rien ne sortait de ses yeux, de son visage. Lies pensa que si elle ne payait pas, cette personne, qui déjà était bien condamnée, subirait peut être une autre torture. Elle fît patienter la personne alors qu'elle allait dans l'arrière boutique.

    Elle revint avec une bourse rougeâtre et en sortit 300 pièces d'or qu'elle tendit. Puis, elle sortit quelques fleurs séchées d'une boite qu'elle offrit à cette pauvre personne.

    "Voici la somme demandée. Porte çà à qui de droit. Quant aux fleurs, elles sont pour toi, une sorte de modeste cadeau." Et elle lui adressa un sourire comme pour se faire pardonner sa moue d'il y avait quelques minutes.
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  25. #55
    Nithep Invités
    [Quête — Doublons et démons]

    Une inspiration rauque ébranla les lèvres desséchées, tirant sur les fils de suture qui avaient dû être blancs à une époque, tirant un filet de liquide jaunâtre des points de piqure. Sans plus d'émotion, la chose tendit son bras — celui qui était entièrement emmitoufflé dans du tissu — vers les pièces d'or et un bruit métallique (comme si ce membre était lui-même fait de métal) accompagna le raclement qui amena la somme dans le creux du linceul de la chose répugnante, l'enfermant bien vite dans un repli de l'espèce de nébuleuse de tissu qui abritait son corps. La voix, toujours aussi monocorde et semblant venir des profondeurs de la chose reprit ...

    «Merci ... vous êtes sous la protection de mes maîtres à présent. Nous accueillons votre cotisation à notre ... groupe avec joie.»

    Un nouveau craquement osseux accompagna le bruit de la tête de la créature qui sembla dégringoler, mais fut comme interrompue par une sorte de faisceau de chair piqueté de longs cheveux sales (cela avait dû être un crâne à une époque) ... elle venait d'adresser une révérence courtoise. La remontée du crâne en place produisit un bruit de déplacement d'organes écoeurant, mais ne sembla pas l'incommoder.

    La chose était lente, directe ... elle faisait son chemin malgré les obstacles, avec la lenteur et la sûreté du nain qui creuse une gallerie. Une dernière fois sa voix sépulcrale résonna dans la boutique.


    «Merci pour les fleurs ... mais je n'en ai pas besoin où je vais.»

    Elle se retourna, avec la même vivacité qu'un banc de poisson change de direction à l'approche d'un requin et quitta la Grotte d'Elfwood avec un léger tintement ... la chose avait encore d'autres commerces à racketter.

  26. #56
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 921
    En dehors de la silhouette entraperçue peu après leur départ du Mélandinopole, nul événement imprévu n’était venu perturber le trajet de Lies et de Taliesin dans les rues très fréquentées jouxtant la Place des Marchands.

    A présent, le barde pouvait observer l’aspect de la boutique vers laquelle ils avançaient à grands pas : les murs ornés de motifs représentant des yeux et des pentacles ne laissaient aucun doute quant à la nature magique des objets vendus en ces lieux.

    Parvenu devant la porte, le barde s’immobilisa. Il jeta un regard curieux par les fenêtres donnant sur la salle principale et remarqua les créatures qui surveillaient les rayonnages. Il esquissa un sourire : la boutique semblait des plus intéressantes.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  27. #57
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages
    585
    Lies fit rentrer Taliesin et l'emmena directement dans l'arrière boutique, la boutique en elle-même ne leur servirait pas tellement dans ce genre de situations. Elle s'attela à bouger deux trois males et ramena de quoi s'asseoir. Puis elle dit :

    "Il faudrait commencer assez tôt, je pense. Nous pourrions déjà nous y mettre en attendant la tombée de la nuit si cela ne vous embête pas. J'aimerais faire le concert assez vite car en ce moment...Je...J'ai quelques soucis personnels. Ne m'en voulez pas de vous pousser ainsi mais ce projet me tient à coeur et je n'ai que peu de temps pour le réaliser...Hélas."

    Elle se tourna, fouilla dans la malle tout en expliquant à taliesin qu'elle avait de quoi vétir plus d'une troupe pour le concert. De plus, elle était bonne couturière, si quelque chose manquait, elle s'en chargerait elle-même. Après lui avoir montré quelques beaux tissus et costumes, elle s'asseya à nouveau et attendit que Taliesin donne le reste des directives.

    [HRP : Désolée de pousser le rp mais on m'attend déjà à Lumenis lol]
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  28. #58
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 921
    Taliesin écouta la jeune femme avec un air grave. Elle semblait profondément inquiète : la bonne humeur et l’enthousiasme qu’elle témoignait pour leur projet se dissipaient parfois, laissant entrevoir de bien pesants soucis. L’elfe aurait aimé l’interroger à leur sujet, s’enquérir d’un service qu’il pourrait rendre à Lies, mais il se contint, par crainte d’être indiscret. Et d’ailleurs, le petit spectacle qu’il allait l’aider à organiser était peut-être déjà une manière de l’aider, en lui changeant un moment les idées.

    Lorsque la jeune femme s’assit, le barde se mit en devoir de déballer sa harpe.


    -Vous m’aviez dit que vous écriviez des poèmes ? demanda-t-il. Si vous acceptez de me les lire, je pourrais essayer de les mettre en musique, afin que vous puissiez les chanter.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  29. #59
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages
    585
    "Les poèmes ? Ah oui, j'avais oublié que je vous en avais parlé...Ils doivent être par ici...Ah, non, ce doit être là...Ou là...Ah les voici."

    Lies s'empara d'un cahier qui prônait dans une petite bibliothèque de fortune, celui-ci était assez volumeux et des feuilles volantes se baladaient dedans. Elle le tendit au barde tout en lui souriant, sourire un peu forcé :

    "Il est un peu lourd...Mais avec tout ca, vous devriez pouvoir vous en sortir...Si vous n'arrivez pas à me déchiffrer, je ne serais jamais loin."

    Lies se dirigea vers la boutique pour aller préparer quelques brevages le temps que le barde se familiarisait avec son nouvel "outil". L'hospitalité voulait que l'on accueille bien ses invités, c'est pourquoi, elle fouilla quelques boites à la recherche de délices venus de pays lointain. Après tout, dans pas longtemps, ils seraient dans des malles pour une longue expédition, elle pouvait donc en gaspiller quelques uns.
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  30. #60
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 921
    Tandis que Lies s’afférait dans la boutique, Taliesin parcourait avec attention les pages du cahier qu’elle lui avait remis. L’écriture de la jeune femme était délicate et soignée et il n’eut aucune difficulté pour la déchiffrer. Il parcourut l’ensemble du recueil, notant sur un morceau de papier qu’il avait tiré de son sac les poèmes qui lui semblaient les plus faciles à mettre en musique.

    Il en avait ainsi repéré une vingtaine lorsque Lies revint dans la pièce, porteuse d’un plateau chargé de boissons aux effluves tentateurs.


    -Votre plume est très adroite, madame ! dit le barde en souriant. Vos textes sont fort agréables, et j’ai eu bien du mal à choisir, parmi tant de belles choses ! Mais il fallait décider, et j’en ai retenu quelques-uns qui me paraissaient particulièrement chantants. Si vous agréez ma sélection, je pourrai sans tarder commencer à réfléchir à la musique.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

Page 2 sur 3 PremièrePremière 123 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Commerce] Au fil de l'épée
    Par QDI dans le forum Les Archives des Structures de Manost
    Réponses: 18
    Dernier message: 17/06/2008, 23h43
  2. FAIRE DU COMMERCE
    Par Ake dans le forum L'île de Vvardenfell (Morrowind)
    Réponses: 0
    Dernier message: 22/04/2006, 23h41
  3. [TS] Une fois dans la grotte, que faire ?
    Par shalala dans le forum Méga-mods : Big Picture, The Darkest Day, Shadow Over Soubar, Tortured Souls, Check The Bodies, Nev
    Réponses: 3
    Dernier message: 11/11/2005, 14h47
  4. [Commerce] Animalerie
    Par Calinours dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 398
    Dernier message: 25/07/2004, 19h42
  5. [Commerce] Au char de feu
    Par Aenarion dans le forum Les Archives des structures de Melandis
    Réponses: 123
    Dernier message: 30/04/2004, 19h27

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236