Page 1 sur 17 12311 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 485

Discussion: [Lieu-dit] Les rues commerçantes

  1. #1
    Seina Invités
    La cité Melandienne est fascinante, le chaos inhérent à sa nature en fait une cité cosmopolite où toutes les races se rencontrent pour commercer et échanger des informations. Cette liberté totale de mouvement en fait une des cités marchandes les plus puissantes... mais aussi une des plus dangereuses.



    Le Quartier marchand, lieu des plus belles trouvailles comme de la pire vermine mélandienne, ici nul produit n'est interdit... vous trouverez le plus beau des tissus étalé à coté du plus mortel des poisons. Marchands et Clients se mèlent dans la plus totale anarchie.. ne croyez pas qu'un marchand est faible s'il ne porte point d'épée au coté... le danger est présent sous plusieurs formes... et veillait à votre bourse...car les voleurs rodent dans cette multitude... arme à découvert ou cachée, prêt à bondir sur n'importe qui tant que la bourse est pleine.

    Une place en est le centre, et montre sa suprématie sur tout le quartier, polarisant les plus beaux étals et les plus rares marchandises. Imposante par sa taille et par sa beauté cette place est impressionnante... la première fois que vous y pénètrerait vous serez pris d'un sentiment d'euphorie... ici vous êtes la maître et tous vos désirs y seront assouvis..., Des plus hautes tours de la ville on peut contempler dans son ensemble la place marchande. Quatre artères principales jaillissent de cette place maginfique pour donner naissance au quartier marchand lui même. Ces grandes avenues, lieu d'un commerce bruyant et animé est bordée par de nombreuses boutiques, allant du simple vendeur de bottes à la forge la plus réputée de la cité du chaos.

    Ici, la plèbe mélandienne est à l'honneur, tout est permis pour appâter le client et lui faire débourser un maximum de pièces d'argent et d'or. Les plus naïfs se font égorger sans bruit dans une ruelle sombre en parallèle aux avenues aguicheuses où leur sont dérober possession et or... Mais la violence est aussi présente au coeur même des avenues.. il n'est pas rare de voir s'achever une transaction l'épée au poingt.. deux clients désirant la même marchandise... ou un client tentant de trucider un vendeur qui aurait tenter de l'arnaquer..

    Il ne faut pas être dupe, après chaque grand jour de vente, les caniveaux sont emplis d'immondices de toutes sortes, rendant parfois l'atmosphère irrespirable lors de canicule. L'air devenant lourd et se chargeant d'une odeur nauséabonde, qui encrasse les poumons des roturiers... Mais chaque matin, quelques heures avant l'aubre les services de nettoyages se chargent de rendre son aspect au quartier. Une armée de gobelins, de kobolds et d'humains chétifs sortent au pas de la guilde du comemrce afin de nettoyer les fientes de chevaux, les traces de sang et de jeter aux charniers les différent corps refroidis qui trainent ici et là sur les avenues..

    Ceci n'est que l'aspect chaotique de la cité... un autre aspect contraste largement avec la violence qui règne dans le quartier... la splendeur est aussi au rendez-vous, il suffit de jeter un coup d'oeil fortuitement vers le centre de la place, pour apercevoir la silhouette de notre Impératrice bien aimée, sculptée dans du marbre, lui rendant sa grâce infinie et un éclat scintillant et brûlant de mille paillettes le soir quand la lune blanchâtre s'y reflète. Ou simplement en marchant dans les avenues construites méticuleusement, avec les techniques les plus récentes et novatrices d'architecture. De ce fait, les pavés sont tous équilibrés et symétriques, donnant un spectable géométriquement dansant au quartier....


    Finalement tout et rien peut arriver dans ce quartier, l'un des plus riches de la ville... car l'animation est grande ..mais le danger aussi...


    Merci à TOCK pour son récit que je me suis permis de modifier quelques peu.. j'espère qu'il ne m'en voudr apas

  2. #2
    Seina Invités
    Chroniques du quartier marchand : Kenefrus ou l'inconscience de la jeunesse


    Kenefrus était le fils cadet de la grande famille noble des Tulkahir ... sa famille avait depuis longtemps amassé une fortune collosale dans le négoce des épices... fils cadet de la famille, Kenefrus n'était pas destiné à un grand avenir, le négoce et les biens de la famille reviendrait à son frêre ainé, et il ne pouvait même pas envisager de le faire assassiner car son autre frêre récupèrerait alors tous les biens familiaux... bref.. celà faisait des années qu'il avait renoncé à aspirer à la tête de la famille... dès lors il s'était noyé dans la débauche... profitant des richesses de sa famille, il s'offrait les plus belles catins chez Morlak et organisait les fêtes les plus orgiaques et les plus délurées de la capitale...

    Mais il n'était pas satisfait... il révait de gloire, de prestige... il révait que l'on murmure sur son passage comme les gens le faisait au passage de Messire SYLVAIN, grand dirigeant de la cité au nom de VENUMA... et sa petite vie de dilétant ne le lui permettrait pas...


    C'est pourquoi il avait pris l'habitude de flaner au sein dela grande place marchande, admirant les étals et se perdant parfois dans une rèverie sans fin sur ses "futurs exploits"... Ses parents avaient toujours refusé d elui parrendre le métier des armes, jugé indigne pour le fils d'une puissante famille marchande.. et deux colosses le suivaient comme des chiens afin de s'assurer de sa protection...

    " Ola messire.... regardez cette magnifique épée courte... elle a appartenu à un grand général de l'armée Melandienne... je vous la vend pour 200 po..."

    Sortit de ses pensées Kenefrus s'arréta devant le marchand.. un petit homme grassouillet dont les pieds velus étaient posés sur une caisse afin de donner plus de hauteur à son auguste eprsonne.. le babillage du petit homme interpella le jeune homme qui observa attentivement l'arme... D'un bel alliage, finement cisellée.. mais elle ne valait certainement pas le prix qu'en demandait le petit homme... Kenefrus se sentit un désir fou pour cette arme cependant... elle représentait une bravade à l'odre familial et le rapprochait de ses rêves de gloire... s'ensuivit une négociation rude et âpre... le petit homme était doué.. il répliquait à tous les arguments du jeune homme, ne cédant que le strict minimum pour conserver l'attention de son client..

    Ceci énerva kenefrus... Après tout il était un membre de la famille Tulkahir !!! et il désirait CETTE épée... il l'aurait.... mais il refusait de perdre cette négociation avec un petit homme.. cette engeance inférieure... Il fit un geste à ses deux gardes du coprs qui se saisirent du petit homme...


    " Ecoute moi bien... je vais acheter cette épée 200 po.... et toi tu va racheter ta misérable existence 150 po.... donc je te dois 50 po.. les voici"


    ceci étant dis, le belatre posa les pièces sur le comptoir et se saisit de l'épée... les badauds alentours habiotués à de telles rixes vaquaient normalement à leurs occupations

    Content de lui l'héritier des Tulkahir s'enr etourna avec sa belle épée et fit un signe à ses gardes du corps.. ceux ci jettèrent brutalement le petit homme par terre et le rouèrent de coups.. ensuite ils renversèrent l'étal du marchand et suivirent leur maître....


    Quelques jours plus atrd, le jeune Kenefrus Tulkahir fut retrouver assassiné dans une maison close, sa propre épée plantée dans le ventre... on ne retoruva jamais l'assassin... mais certaines prostituées affirmèrent avoir appercu un "enfant" roder autour de la maison close ce jour là...



    Voici le premier récit des chroniques... vous êtes tous invités à poser votre plume dans ce sujet afin de faire vivre quelques évènements du quartier... Je rajouterai qu'ici, posts de chroniques ou aventure sde vos persos sont les bienvenus.. ce sujet est le sujet Rp de touit ce qui se passe en dehors des boutiques... si vous pénétrez dans le quartier marchand, faite donc un petit post ici pour faire vivre plus amplementl'épopée de votre personnage à Melandis

  3. #3
    Seina Invités



    Les nuages au sud de Melandis avancèrent rapidement dans la nuit, bientôt la lune fut entièrement cachée, privant Melandis de sa faible luminosité. les ruelles de Melandis furent alors plongées totalement dans la pénombre, rajoutant ainsi à la l'atmosphère lourde du quartier.





    Seuls quelques soulards et malfrats se promenaient encore à cette heure ci. Le silence était pesant. Les derniers maraudeurs passaient leur chemin jettant des coups d'oeil par ci par là par crainte d'être attaqués. Soudain, une dixaine de silhouettes se découpèrent dans la pénombre. En un instants la majorités des passants furent égorgés.



    Un voleur sortait d'une maison par la fenetre entrapercut le drame. Il grimpa immédiatement sur le toit de la maison qu'il venait de " visiter" et partit en courant par les toits. Deux silhouettes pourtant étaient restées en retrait de l'exécution sommaire des passants. L'une d'elle sortit une dague qu'elle lança avec adresse dans le dos du voleur qui s'effondra.




    Les deux femmes s'avancèrent alors et dirent :


    " Ils ne nous reste que quelques heures avant le lever du soleil et le début des rondes.... trouvez le et rammenez nous le."

  4. #4
    Seina Invités



    Au petit matin, les passants découvrirent la dixaine de cadavres dans la rue.... peu commun à Melandis, mais toutefois pas étrange, les passants pensèrent à un règlement de comptes entre guildes. Ne faisant pas plus attention aux cadavres que ça, les activités de la rue commercante commencèrent... les gardes nettoyeraient bientot ce fotoir.....

  5. #5
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages
    2 579
    [Quête]A la recherche de soi même, la Vengeance de Talos.

    Toujours désappointé, Duorok passa dans une rue commerçante. Il n'arrivait pas à marcher droit. La douleur était intense et lancinante.

    Du sang s'écoulait de son front et de son ventre. Il se déplaçait difficilement.

    Il ne voyait pas clairement. Ses yeux étaient voilés.

    Il ne sentait plus rien, il avait l'impression de ne plus faire partie du plan matériel.

    La douleur était tellement forte qu'il ne la sentait plus...

    Des éclairs résonnaient dans sa tête...il devenait complètement fou. Plus aucunes sensations, plus aucun sens. Plus rien n'existait.

    Mais dans cet état semi-comateux il ne savait où aller.
    Retourner à la Guilde ? Les mercenaires avaient bien compris que ses sorts de clerc étaient inefficace.
    Il ne pouvait plus se soigner et il ne pouvait demander à un clerc de Talos de le soigner. Cela le blesserait plus encore.

    Il passa dans la dizaine de cadavres qui était encore dans les rues. Il crut à une vision infligée par Talos mais il sut qu'il était vrai lorsqu'il trébucha sur l'un d'entres eux.

    Horrifié il se releva avec difficulté. Il ne voulait pas rester dans une rue aussi grande, les gens se poseraient des questions.

    Il courrut comme il peut dans une ruelle. Il s'assit par terre, le dos contre un mur.

    Fatalement il s'endormit. Il fit encore et toujours ce cauchemard. Mais cette fois c'était différent.

    Il reconnaissait l'endroit, c'était une falaise à nouveau. Il était toujours devant un Oratoire d'Umberlie. C'était à l'Est de l'Empire Melandien.

    La foudre tombait du ciel, dans son rêve il arrivait à l'éviter mais il se blessait la jambe en retombant.

    Un éclair le projettait contre l'Oratoire d'Umberlie et il se blessait encore.

    Puis les éclairs le rapprochaient vers le bord de la falaise. Et pour éviter l'un d'eux il devait plonger.

    Mais cette fois-ci la mer était calme et il ne se faisait plus foudroyé.

    Il se réveilla dans cette même rue Melandienne. Sa jambe lui faisait mal. Comme d'habitude la blessure était réelle.

    Il se sentait encore plus mal. Il voulut crier, appeller à l'aide mais aucun mot ne sortit de sa bouche. Alors il se dirigea vers la Guilde, il était dans un état pitoyable...
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  6. #6
    Date d'inscription
    March 2004
    Localisation
    Lille
    Messages
    231
    Oan montait son cheval préféré, sa jument anthracite, fougeuse, fière. Elle portait un habit étrange, une robe capuchonnée, qui dissimulait une grande partie de ses traits fins aux spectateurs de la scène.

    Il n'empêchait que l'air qui parvenait à ses narines restait puant, moite et chargé d'odeurs de fritures, de transpiration et de crasse. Les hommes, enfin, humains, se dit-elle, car en observant certaines femmes, ou residus d'individus qui avaient été des femmes; Oan ne pouvait s'empêcher de penser que la déchéance humaine, la vieillesse, les vices de l'hommes, que tout ce qui faisait de cette race un amas de détritus, que tout ceci, était justement un amas inintéressant de vie fades et sales.

    Oan se tenait droite sur sa monture, jaugeant la scène de toute sa stature. Il était amusant de voir à quel point le mépris que portait Oan à toutes ces choses qui l'entouraient, à ces commerçants bruyants et malpropres, ces clients hébétés, affamés, à la vermine de voleur qui courait partout, que ce mépris transperçait son corps, et qu'une aura de haine pour toutes ces choses de l'absurdes, toutes ces manifestation chaotiques de la laideur humaine, se dégageait autour de sa personne.

    Après quelques centaines de mètres à flâner, et méditer sur tout cela, Oan prit la direction des bas quartiers, et ne put s'empêcher de penser:


    *Il y a hélas pire que ces ruelles... Cap vers l'inutilité misérable de l'espère humaine...*


    Le cimeterre d'Oan et son amulette
    Ma'arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête!
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

  7. #7
    Bouliiar Invités
    En passant à la suite de Lies dans les rues, Bouliiar vit de nombreux cadavres. Intrigué, il se promit de revenir voir plus tard de quoi il retourné. Au moins pour récupérer certain morceaux des cadavres …

  8. #8
    Eldora Invités
    QUETE D'ADMISSION</span>

    Eldora, camouflée dans un sombre recoin d’une ruelle déserte, observait la place des marchands.

    Elle observait en particulier, le propriétaire d’un étal ou semblait se dérouler un étrange manège. En effet, de nombreux passants, la plupart du temps cagoulés, déposaient des parchemins dans une boîte à coté des marchandises habituelles et continuaient leur chemin comme si de rien était. Parfois, un homme rentrait dans la roulotte qui se trouvait juste derrière l’étal.

    Cela faisait des heures qu’Eldora était en planque à cette endroit, elle avait eu tout le temps de comprendre ce que tout cela signifiait : le commerçant ne vendait pas que des marchandises classiques, il faisait aussi commerce d’informations. Ceux qui voulaient s’offrir ses services déposaient leurs questions, préalablement retranscrites sur des parchemins, dans la fameuse boite, puis ils étaient contactés et devaient se rendre dans la roulotte pour négocier l’achat de ce qu’ils avaient demandé une fois que l’information était trouvée. C’était exactement le genre de commerce qu’Eldora recherchait. Mais elle n’avait ni le temps, ni l’envie de se prêter au jeu futil qui consistait en ce système de question/réponse.

    Elle attendit donc la nuit pour intervenir.

    Une fois celle-ci tombée, Eldora s’approcha de la roulotte. Bien entendu la rue n’était pas déserte, elle ne l’était jamais, mais les compétences de voleur de la jeune femme et l’obscurité ambiante suffiraient à la faire passer inaperçue. Quand Eldora arriva à la porte elle s’aperçut immédiatement que la porte était verrouillée, elle l’a crocheta donc avec dextérité. Et se fit la remarque qu’une porte aussi mal verrouillée ne pouvait être que le travail d’un amateur. Il valait mieux espérer que le marchand n’était amateur que dans l’art du verrouillage et qu’il était plus expérimenté dans celui de la recherche d’information. Sinon elle lui ferait passer un très mauvais quart d’heure.

    Une fois à l’intérieure de la maisonnette, Eldora s’approcha de la forme humaine qui était allongée dans le lit miteux qui se trouvé au fond de la roulotte. Vraiment un amateur ce type, il ne l’avait même pas entendu alors qu’elle faisait du bruit exprès afin de le réveiller.

    Mais tout à coup elle sentit la lame d’une dague sur son flanc, et une voix lui dire :


    « Tu crois réellement que je ne t’ai pas vu m’observer toute la journée ? Dis moi vite qui t’envoie me faire un sort et peut être que je t’épargnerais. »

    Eldora fit la grimace, elle devrait se montrer plus prudente la prochaine fois.

    Mais ce faible marchand ne l’aurait pas si facilement.

    Tout à coup Eldora fit pivoter son bassin et attrapa le bras de l’homme. Elle le lui sera si fort qu’il en lâcha sa dague. Puis elle sorti l’un de ses cimeterres et le plaça en travers de la gorge de l’homme.

    Eldora pu apercevoir une lueur de désespoir traverser les yeux de sa victime qui pensai sûrement sa dernière heure venue.


    « Calme toi, je ne suis pas venu t’occire, tout ce que je veut, c’est une information. »

    L’homme se détendit quelque peu, mais la présence de la lame sur sa gorge le dissuadât de se détendre plus qu’il ne serait nécessaire.

    « Je recherche une guilde de voleur qui se serai récemment constituée et qui dérange certaines personnes, serais-tu au courant de quelque chose ? Si tu ne sait rien alors je te laisse cinq jours pour te mettre au parfum, passé ce délai tu aura trouver suffisamment d’information pour que je te laisse en vie, ou bien tant pis pour toi. »Ajouta Eldora.

    Puis elle lui mit dans la main un morceau de parchemin et partit.

    Sur le parchemin, le marchands pu lire une fois qu’il eût retrouvé ses esprits les noms et descriptions des voleurs que la mystérieuse et détestable jeune femme rechercher, ainsi qu’une allusion à un étrange personnage dont le nom sembler n’être connue de personne.


    Hrp: en route vers Bas quartier.
    <a href=\'http://www.baldursgateworld.fr/lacouronne/index.php?showtopic=4687\' target=\'_blank\'>[bâtiment] La Taverne des Bas-Quartiers</a>
    <span style=\'color:gray\'>debut de la quète:

    Bienvenue

  9. #9
    Eldora Invités
    [QUETE] QUETE D'ADMISSION

    Il faisait nuit, cinq jours étaient passés et la détestable jeune femme n’était pas revenue. Le marchand d’informations s’apprêtait à se coucher en se disant que cette garce s’était sûrement fait assassiner et gisait, morte, dans un des nombreux caniveaux de Melandis.

    Quand soudain, il entendit un bruit au dehors. Peut être que cette bonne femme n’était finalement pas morte. Il sortit, et observa la place, qui pour une fois était presque silencieuse.
    Il n’y avait pas trace de la jeune femme, sans doute avait il dû rêver. Il s’apprêter à rentrer se coucher, quand il sentit une lame peser sur sa gorge.

    Alors Eldora lui dit :


    « Le délai que je t’ai accordais est passé. Eh bien, qu’a tu as m’apprendre ? »

    revient de:
    Cimetières et cryptes

  10. #10
    Eldora Invités
    [QUETE] QUETE D'ADMISSION

    Le commerçant s’énerva un peu :

    « C’est bon, tu peux me lâcher. J’ai ton info ! »

    Eldora le lâcha, puis lui demanda :

    « Alors ? Qu’est ce que tu as appris qui pourrait m’intéresser ? »

    « Je sais ou se trouve le quartier général de la guilde. Il se cache dans les entrepôts du quartier maritime. Tu pourras les trouver dans le port, l’entrepôt portant le numéro 473. »

    Eldora fut interloquée, elle n’avait jamais pensé un seul instant que cet informateur minable pourrait trouver des informations aussi précises. Après une courte réflexion, elle compris qu’il avait du louche, et que le marchand été dans le coup.

    « Très bien. Tu as fait du bon travail. Je me rends sur-le-champ à l’endroit que tu m’as indiqué. Adieu j’espère. » Dit Eldora comme si sa conversation intérieure n’avait jamais eu lieu.

    Puis elle disparut dans l’obscurité et laissa seul le commerçant.

    Une fois que celui-ci fut persuadé que cette garce était partie, il pris quelques affaires dans sa roulotte et s’en fut en direction des bas-quartiers.

    Mais Eldora n’était pas partie. Elle s’était camoufler dans l’ombre, non loin de la place et observait son ex-informateur. Quand celui-ci se dirigea vers une ruelle qui partait en direction, pensait-elle, des bas-quartiers, elle le suivit discrètement.



    en route vers:
    Les ruelles des bas-quartiers

  11. #11
    Boddah Invités
    Tock se promenait sur la place marchande en quete d'une belle affaire. Il était à Mélandis depuis un certain temps à présent, et n'avait effectué aucun achat. Il n'avait pas acheté de nouveaux habits, il portait toujours les mêmes, qui s'étaient entre temps encrassés, et une odeur lourde et nauséabonde s'en dégagait. Il s'en rendait compte, c'est pas qu'à lui ça lui posait un quelconque problème mais il pensait avant tout aux autres; surtout si il devait rencontrer des gens important. C'est toujours plus appréciable d'être convenable.
    Le barbare marchait tranquillement entre les allées, regardant chaque étalage. A un moment, un marchant s'énerva à côté de lui et égorgea son client. D'après ce que Tock eut comprit le client n'était pas satisfait des prix au rabais( :eye: ).
    Puis dans une contre allée, le barbare trouva son bonheur devant un éblouissant ensemble de couleur ocre, il s'approcha et toucha la texture de l'ensemble tant convoité, puis marchanda les prix avec le vendeur:


    -"Vous le faites à combien ce merveilleux ensemble? :love: "

    -"Pour vous, car j'aime bien votre tête, je le fais pour 30po ça vous convient? car chez moi le client est roi! :eye: "

    Le marchant manifestement connaissait bien son boulot, Tock était plutôt content du prix, et n'hésita pas plus longtemps. Il sortit de sa maigre bourse la somme dite, et la tendit au vendeur qui s'empressa de l'empocher. Il essaya de lui vendre d'autre affaire de pacotille mais il ne reçut comme réponse qu'un simple signe de la main pour lui tirer sa révérence.
    De là, le marchand se sentit offensé et sortit une dague rouillé et voulut s'empoigner avec le barbare qui se retourna intrigué. Tock exquissa un sourire moqueur à la vue de la dague, et eut un rictus narguant, il se saisissa de sa hache et le vendeur dans une attitude timide et égaré se retira sans rien dire, juste batifolant ses mains dans tous les sens avec consternation.

    Le barbare continua son chemin dans les allées marchande, avec indifférence.

  12. #12
    Seina Invités
    Le soleil était au zénith, semblant se repaitre du spectacle des milles et un étalages marchands qui peuplaient les grandes rues flamboyantes de couleurs du quartier Commerçants.

    Seina, veanant des Portes Impériales avait fait un détour pour cacher aux yeux de l'elfe amnésique les quartiers délabrés et dangereux de la cité. Il avait préféré lui montrer la spledeur et l'éclatante vitalité du quartier Marchand où il régnait en maître... Quel Ego, quel prétention... Il se maudissait d'agir comme un gamin de 16 ans... néanmoins il ne tenait pas à exposer au danger la belle et il était sûr qu'elle ne serait pas reconnue, même dans des lieux extrèmement peuplés... Comment le pourrait-elle ?


    Aujourd'hui, le commerce était plus dense que d'ordinaire, ujne caravane de Tisseurs était arrivée, ammenant avec elle des étoffes de pays lointains, aux couleurs étranges et fascinantes, à la texture à la fois douce et résistante.

    quelques marchands Influents de la cité apperçurent le barde et le saluèrent bien bas... Les Gardes veillant à la sécurité des lieux se redressaient sur son passage.

  13. #13
    Banshee Invités
    L'elfe de lune contemplait l'opulence du quartier commerçant depuis la sécurité de la monture de Seina. Ses souvenirs de Mélandis étaient confus, mais tous revenaient à des endroits sombres et peu fréquentables. Rien à voir avec cette place chamarrée et bruyante, où s'étalaient richesse et joie de vivre. La cité avait-elle changé à ce point? Etait-elle morte depuis si longtemps?

    Elle nota que face à son hôte tous les marchands affichaient une mine révérencieuse, s'inclinant et murmurant des paroles de bénédiction. Manifestement c'était quelqu'un d'influant, ce qui expliquait pourquoi ils avaient pu passer si aisément la poterne. Elle chercha dans ses maigres souvenirs qui pouvait être ce Seina, mais une fois de plus le flou l'emporta.

    Un marchand déballait avec empressement un lot de soie colorées qui attirèrent l'attention de Banshee. Elle se dit que ses vêtements n'étaient paut-être pas les plus pratiques pour elle, plus habituée à des vêtements masculins... cependant elle se voyait mal stopper son hôte pour aller acheter une tunique, d'autant plus qu'elle manquait d'argent.

    Avec un soupir elle continua de contempler le quartier qui s'ouvrait devant elle.

  14. #14
    Seina Invités
    Seina réfléchissait à toute vitesse, il ne savait que faire… A un moment ou un autre sa supercherie serait démasquée… L’Elfe se souviendrait de lui… et alors… Alors il n’en savait rien en fait… Et il savait qu’au fond de lui une petite voix le pressait de tout révéler.. mais ça il ne le pouvait pas… Il laisserait le destin décider pour lui pour une fois… Il se rendit compte que l’Elfe était au cœur de Melandis… Son ancien Fief… mais que cette fois ci elle était désarmée doublement… Pour Banshee, vivre sans ses souvenirs à Melandis, ou avec des souvenirs incomplets était risqué… Même si son assassin avait été puni… Mais se promener à Melandis sans escorte ni armes étaient quasi suicidaire… Et il sentait bien qu’il ne pourrait garder la belle Elfe de Lune chez lui indéfiniment sans éveiller ses soupçons ou sa méfiance… Il fallait donc faire quelque chose…

    Il prit une résolution alors qu’ils passaient devant un Marchand d’Armes… Il stoppa sa monture au niveau du Nain. Sautant prestement de sa monture il tendit une main galante à Banshee pour l’aider à descendre du haut destrier. Du coin de l’œil il vit la moue dubitative du Nain… L’aversion naturelle des nains pour les chevaux était bien connue… Seina se maudit, il avait oublié un détail.. Ce nain risquait de rappeler à Banshee un nain qu’elle avait bien connu… Et bien tant pis, il ne pouvait plus reculer…


    Banshee descendit prestement et jeta un regard étonné au Barde… Celui ci lui répondit à son interrogation muette :

    « Dame, force m’est de constaté que vous vous êtes présentée au Portes de Melandis fort démunie… pour votre propre sécurité je pense qu’il vous faudrait une arme digne de ce nom.. même si la dague que vous possédait est d’une facture supérieure elle ne vous sera pas aussi utile qu’une épée… »


    Seina se maudit… il avait fait une erreur.. il avait parlé de la dague qu’il avait chargé Elondara de remettre à Banshee.. Vite une diversion… Il se retourna vers le Nain…

    « Maître Forgeron, je désire offrir à cette ravissante dame une arme à la hauteur de sa beauté, à l’acier aussi trempé que la pétillance de ses yeux… Je vous prierai de nous montrer vos plus belles lames… Celles que vous devez sûrement réserver à vos plus prestigieux acheteurs ou à vos compatriotes… je saurai me montrer généreux soyez en sûr… »

    le nain s’inclina bien bas devant le Chef de la Guilde du Commerce et fureta sous son étal.. Quelques secondes plus tard il en tira un coffre d’acier. Avec méticulosité il effectua un curieux manège avant d’ouvrir le coffre. Celui ci était clairement piégé. Enfin il ouvrit le capot et extirpa de l’intérieur des armes enveloppées dans de la soie. D’un geste il poussa les armes présentées sur l’étal afin de faire de la place… Il déposa ensuite son précieux fardeau sur l’étal et dévoila aux rayons du soleil ses lames les plus précieuses… toutes de Maître… toutes étaient somptueuses, la plupart de facture naine… Certainement forgées par le marchand lui même… Certaines mêmes dégagées une aura magique des plus évidente… Mais parmi ces quelques lames impressionnantes on pouvait en trouver des plus atypique chez un marchand nain… Banshee s’aperçut que certaines de ses lames.. très peu étaient de facture elfe… elle en repéra même une qui devait être très ancienne, les runes inscrites sur la lame étant de l’Antique Elfique..


  15. #15
    Banshee Invités
    La cavalier se stoppa près d'une forge et aida l'elfe à descendre. L'atmosphère des lieux lui rappela de vieux souvenirs enfouis profondément. Un nain penché sur un feu, trempant une lame dans l'eau et la frappant en rythme sur une enclume... l'image s'estompa mais le visage du vieux nain, sa barbe blanche en brousaille et son air ronchon restèrent gravés dans son esprit. Un nom remonta lentement à la surface. Elle le murmura en silence et le rangea dans un coin de son esprit.

    Elle revint à la réalité quand le nain étala devant elle toute une série d'armes magnifiques. L'instinct repris le dessus. Autant en profiter. Elle ne possédait qu'une petite dague, fort belle, mais une rame qu'elle n'appréciait pas. Elle se savait plus familière avec les lames longues. Au fait, qu'avait dit son hôte au sujet de sa dague? LEs mots s'envolèrent, elle était trop concentré sur le souvenir du vieux nain pour els avoir cosciement retenus...

    Elle se pencha sur l'étal, et, sous le regard inquisteur du nain, passa en revue les lames exposées. Pourquoi lui avoir présenté des épées? Pourquoi pas justement des dagues? Rien n'indiquait, dans cette frêle coque, qu'elle savait manipuler les épées plus que les dagues ou les bâtons... une arme de facture elfique chassa ses interrogations, happant son attenttion. Dieux qu'il lui était difficile de se concentrer depuis qu'elle avait rouvert les yeux! Son naturel instable reprenait facilement le dessus.

    Il y avait plusieurs lames elfiques au milieu du travail du forgeron nain. Des écahnges, des ventes suite à des pillages? Aucune idée. Mais elles étaient maginfiques, il n'y avait rien à redire dessus. L'une d'elle semblait plus ancienne. Sa lame était gravée de symboles elfiques anciens. Elle devait venir de très loin...

    Elle tendit la main vers l'épée et demanda :


    Est-ce que je peux voir celle-ci?

  16. #16
    Seina Invités
    Le nain regarda Banshee avec de grands yeux où se mélaient incrédulité et respect. Il sembla hésiter quelques instants. Fébrilement il saisit deux gants d'où émanait une légère aura magique puis saisit l'épée par la lame et en posant la garde sur son avant bras tendit la magnifique arme elfique à l'elfe de Lune.

    " Ma Dame, votre regard est d'une rare précision. Parmi toutes ces lames d'exceptions, vous avez choisi celle qui me tient le plus à coeur... Mais aussi la plus dangereuse... Cette lame vient des Tréfonds de Mith Dranoor. Des amis à moi y ont fait une excursion brisant à la volée des crânes de démons pour tenter d'extraire des entrailles de la cité maudite quelques trésors... Cette lame fut la perte de mon frère qui périt d'une manière fort étrange... J'en aurai bien fait ma possession mais je préfère de loin le maniement du marteau... J'ai tout de même essayé de comprendre pourquoi mon frère était mort... la seule chose que je peux vous dire sur cette lame c'est... qu'elle est vivante..."

    Banshee alors que le nain parlait pu contempler tout son saoul l'arme qui la fascinait tant.


    HRP : je te laisse décrire ton épée banban

  17. #17
    Banshee Invités
    L'elfe de lune saisit délicatement la garde ouvragée dans sa main et contempla l'arme ancestrale. La garde semblait dans un métal proche de l'argent, mais plus solide, sans doute du mithril. Ele était finement décorée d'arabesques et de volutes mimant le feuillage des hautes forêts de Cormantor. La lame, prenant haut dans la garde, était droite et souple, l'elfe en testa l'équilibre du bout des doigts.

    Malgré l'âge elle était restée tranchante, son fil était parfait. C'était une arme de grande qualité. Banshee regarda les runes gravées sur sa lame. Elles étaient dans un elfique ancien, elle ne pouvait en déchiffrer que quelques bribes. Il y était question d'un héritier...

    La voleuse testa également la stabilité et la maniablité de l'arme en quelques passes souples qui étonnèrent le nain. L'arme était parfaite. Combinée à la dague qu'elle possédait, elle lui permettrait de se défendre de la façon qui lui était la plus naturelle.

    Au cas où, elle regarda l'étale du nain une dernière fois, espérant trouver une jumelle à associer à ce qui allait devenir sa nouvelle épée. Mais elle ne trouva rien qui lui parla autant que la magnifique et ancienne lame elfique qu'elle reposa soigneusement. Maintenant il allait falloir jouer serrer. Elle se retourna vers son "hôte" et lui fit un gracieux sourire.


    Cette lame est très belle, souffla-t-elle, parfaite, mais je suis sûre qu'elle doit valoir une fortune...

  18. #18
    Seina Invités
    Banshee regarda d'un air enjoleur le Barde. Ce dernier se perdit dans la contemplation de ces magnifiques yeux... Malheureusement il n'y trouvait pas l'étincelle si brillante d'autrefois... Comme quoi la beauté ne faisait pas tout si l'âme n'était pas en parfait accord avec le corps... Mais le transfert était récent, il fallait patienter.

    pendant qu'il restait fasciné par l'Elfe, le nain fit un rapide calcul et commença à faire son petit manège, rammenant l'attention de l'Elfe sur lui.


    " Oh bien sûr.. Cette lame est très ancienne et d'une grande qualité... je vous la cède pour 100 mi...."

    Il eut un hoquet de peur. Car derrière Banshee, Seina venait de lancer un regard si empreint de malheurs et de haine que le nain en avait perdu le fil de sa phrase. Seina ne comptait pas débourser une fortune pour cette lame. D'ailleurs il était heureux que cette lame ne sois pas utiliser par un être maléfique. Depuis la mort de Banshee, il avait changé... grâce notemment à Lothringen... Mais il continuait encore d'incarner ici l'être malfaisant et horrible qu'il avait été durant ces longues années. C'était un lourd fardeau, mais il devait expier ses péchés... Et Melandis était le terrain de jeu idéal... Toujours est-il que son regard eut l'effet escompté... On connaissait la méchanceté et le sadisme du barde... ces crises de colère étaient célèbres ici.. Et il était tout puissant sur les marchands...

    Le nain déglutit et fini sa phrase.


    " Pièces d'or... Oui voyez vous.. Elle est d'un style si rare et si excentrique que personne n'en veut... Je préfère m'en débarrasser et gagner 100 pièces d'or..."


    Souriant d'un air sadique le barde tendit une bourse au marchand.

  19. #19
    Banshee Invités
    L'elfe admira la technique de son "hôte" et fut satisfaite de voir que le corps qu'on lui avait fourni s'avérait d'une certaine efficacité. Elle prit délicatement l'épée alors que le nain, qui semblait soudainement nerveux, empochait les 100 pièces d'or. Son protecteur était bien prolixe... il faudrait peut-être lui fausser compagnie avant qu'il ne réclame un paiement à la hauteur de son investissement. En attendant autant jouer les idiotes...

    Elle était maintenant armée, un point de plus pour tenter de filer de cette cité en un seul morceau... oui, mais pour aller où? Ses souvenirs étaient plus que partiels. A croire qu'elle avait gardé des souvenirs nets de sa vie sur Féérûne, mais quasiment rien de sa vie sur ce continent, sauf quelques mauvais souvenirs... elle soupira. Autant ne pas s'apesantir sur tout ça. Elle souffrait déjà assez des rares souvenirs qui lui restaient.

    Banshee se tourna vers le barde dont elle n'avait aucun souvenir et lui lança un nouveau sourire enjoleur :


    Je crois que j'ai ce qu'il me faut. Je vous remercie grandement, mais il va de soit que je vous rembourserais la somme le moment venu. Avec un bon coup derrière la tête si tu tente de te servir toi-même, ajouta-t-elle mentalement.

    Elle passa l'épée à son côté, avec le geste aisé de ceux qui ont toujours manipulé de sarmes et attendit que son guide continue la visite de la cité.

  20. #20
    Seina Invités
    Le barde remonta prestement sur son destrier. Avec un dernier regard amusé vers le forgeron qui maugréhait dans sa barbe il tendit la main vers l'Elfe de lune. Avec un sourire affectueux il s'adressa à elle.

    " Venez Banshee, vous devez être fatiguée de votre voyage. Mon serviteur se fera un plaisir de vous préparer un baquet d'eau chaude pour vous détendre et de vous servir un repas digne de ce nom. Ensuite cette soirée vous appartiendra totalement. Choisissez et je ferai tout pour vous satisfaire belle Dame."


    Sans s'en rendre compte Seina venez de faire une effroyable bourde. Heureux et torturé de retrouver l'Elfe qu'il chérissait, il n'avait point fait attention au fait qu'il avait utilisé son nom... inconnu de tous. IL la couvait d'un regard tendre. Ses péripéties avec Lothringen lui avait fait retrouver sa joie de vivre et sa vrai nature, encore entrecoupée de crises plus ou moins longues de folie. Mais pour l'instant il demeurait Senda'yan, jeune bard eitinérant curieux de tout, même s'il donnait le change vis à vis des Melandiens.

  21. #21
    Banshee Invités
    Tada!!! je reprends du service RP... faut que je m'achète un plan de la ville par contre.

    L'elfe de lune sursauta. L'homme en face d'elle venait de lui donner le nom de quelqu'un qui était morte! cet homme la connaissait et savait qui elle était derrière cette enveloppe si différente de son corps d'origine... comment? Et qui était-il? Il était influent dans la cité du Chaos, aucun doute là-dessus. Mais comment savait-il qui elle était? A moins que...

    Une foule de souvenirs refit surface violemment, finissant d'embrouiller les pensées confuses de l'elfe de lune. Elle connaissait cette personne elle le savait, le visage lui était familier, bien plus familier maintenant que lorsqu'elle l'avait vu devant les portes de Mélandis un peu plus tôt. Une seule personne pouvait identifier l'âme qui séjournait dans un corps qui n'était pas le sien...

    Elle regarda en silence Seina qui attendait qu'elle monte en selle une nouvelle fois. Elle était au tournant d'un nouveau chapitre. Elle pouvait tenter de disparaître dans les méandres de la cité et de fuir le plus vite possible, ou bien elle pouvait tenter de découvrir si, comme elle le pensait maintenant, l'homme en face d'elle était à l'origine de son réveil...

    Après un moment d'hésitation elle attrapa la main tendue et remonta en selle. De tous ces sentiments confus qui s'estompaient douloureusement, il ne restait qu'un sentiment de confiance possible, liée à quelque chose d'autre. Passant ses bras autour de la taille du cavalier, l'elfe de lune chuchota :


    Oui, un bain chaud et un bon repas me feront du bien, la route est longue depuis les Limbes. Un bain chaud, et des explications, qui que tu sois, toi qui connais Banshee...

  22. #22
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 121
    Certaines villes offraient de merveilleuses possibilités, de jour comme de nuit, afin de se distraire, d'acheter diverses choses, de s'enrichir, ou de sombrer dans l'alcool et la drogue.

    Si la plupart présentaient constament un même visage, Melandis, elle, proposait une toute autre face, une fois la nuit tombée. Alors qu'en journée, une important foule parcourait les rues marchandes de ce riche quartier bourdonnant d'activité, les soirs laissaient place à des ruelles vides, sombres, et peuplées de rats qui festoyaient des restes de nourritures abandonnés par les marchands, pressés de rejoindre le confort de leurs pénates.

    Cette nuit, les rats avaient droit à un dessert particulièrement prisé : un cadavre trônait sur l'un des étalages permanents de la rue principale, exposé ainsi à la vue de tous ceux qui se lèveraient de bonne heure, le lendemain.

    L'homme, ou plutôt, la femme, était allongée, les membres écartés, sur le bois noir, un large trou béant dans son abdomen. Une partie des viscères était manquantes, mais pas toutes, cette fois. Il semblait que le tueur ait été interrompu dans son travail, ou qu'il n'avait besoin que de certaines parties du corps.

    Quel âge pouvait avoir la victime ? Qui était-elle ? Difficile de juger, sans la tête. Les gardes mélandiens devraient se dépêcher, avant que les rongeurs ne terminent leur gargantuesque repas. Sans quoi, plus aucune trace du cadavre ne serait visible, dès l'aube...
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  23. #23
    Seina Invités

    Seina frisonna. Il venait de faire une lourde erreur. Il était démasqué... Mais n'étais-ce pas là ce qu'il désirait inconsciemment ? Cette "bourde" n'avait-elle pas comme but subtil que de tendre à la confrontation, au jugement de l'Elfe de Lune ? C'était un bien lourd fardeau à porter que le secret de la Résurrection de Banshee. Honteux de ses actes, il avait fui, la laissant seule au soin d'Elondara. Mais les remords étaient là. Avait-il agi par altruisme ou bien par pur égoïsme ? Il ne savait. Et une question le tiraillait depuis sa rencontre récente avec l'Elfe : " avait-il eu raison d'agir de la sorte ?". Et seule Banshee pouvait lui offrir l'absolution.

    Lui qui se targuait d'avoir retrouvé le chemin de l'honneur, avait dans la foulée commis un crime abject et un miracle merveilleux. Mais le prix payé pour le Réveil de l'elfe de lune n'était-il pas trop grand ?

    " Tssss... Lavette ! une de plus ou une de moins.. on en est plus a ça près ! Peu m'importe la victime. Nous voulions revoir Banshee vivante et c'est chose faite ! J'ai fait ce qu'il fallait !"

    " Nous n'avions pas le droit de prendre l'âme d'une innocente"

    " bah.. On a détruit une vie pour en créer une autre.. Au final y a pas de mal... Il y a toujours autant d'âmes pures sur Toryl.. Sauf que celle là, nous, on l'aime bien."

    " Tu t'égares, mon double... Et je refuse de cautionner tes actes..."

    " Hypocrite.. et lâche... Tu me laisses faire tout le sâle boulôt pour garder ton "âme" pure.. Mais au final tu es bien content du résultat."

    " Non celà est faux ! "

    " Bien... Alors renvoie Banshee dans les lymbes et rammène l'autre elfounette alors..."

    "... "

    " Tu en es incapable... Tu es trop heureux de la savoir en vie... J'ai donc raison... Tu cautionnes mes gestes... Et puis... Tu n'as pas beaucoup résister lorsque j'ai pris le contrôle pour faire ce qu'il devait être fait."

    " C'est faux j'ai lutté... Mais mon esprit était embrumé par les précédents combats..."

    " Tu te voiles là vérité... Tu désirais son retour, mais tu n'osais le faire... Alors j'ai pris les choses en main, voilà tout !"

    " Celà suffit ! Repars dans les abysses obscures d'où tu viens... JE domine ce corps... Tu n'es que le ténébreux résidu de ma folie ! Un jour je te détruirais..."

    " Blablabla... Tu es bien content de m'avoir en fait... pour faire le sâle boulôt à ta place.. Tu es faible..."

    " Non... je susi BON"

    " C'est bien ce que je disais..."

    Dans un petit rire narquois, le côté maléfique de Seina disparut dans les tréfonds de l'âme du Barde.

    Ce dernier baissa la tête... Cette discussion intérieure n'avait pris que quelques secondes que l'Elfe de Lune pouvait très facilement prendre comme le contrecoup de ses paroles. Seina ressera sa poigne sur les rênes.

    " Tu auras toutes les réponses que tu cherches, Dame de la Vierge d'Argent. Car peu en ici te connaissent comme je te connais.. Peu savent ce que je sais... Mais les réponses risquent de ne point te plaire..."

    Puis il claqua sa langue et son destrier partit au galop dans les rues de Melandis, privant Banshee de réponse.


    En direction du Havre Bourgeois

  24. #24
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Metz
    Messages
    1 625
    En provenance du temple de Cyric

    Mekren déambula au hasard pendant quelques instants parmi la foule bigarrée qui peuplait le quartier marchand, méditant sur la meilleure manière de se procurer une arme dont le fil ne soit aucunement alétré par la rouille et le temps. Il hésitait entre voler l'épée elle même, tâche risquée s'il en était, ou voler assez de bourses pour se la procurer "légalement", ce qui était tout aussi dangeureux sur la durée. Peu à peu, l'esprit de Paulin comprit à quelle activité son parasite mental voulait se livrer. Comme à chaque fois qu'il s'apprêtait à voler, l'esprit du roublard, légèrement enfoui sous la conscience de Mekren, commença à diffuser des vagues d'excitation qui prirent peu à peu possession de Mekren.
    Pour la première fois, leurs âmes vibrèrent à l'unisson, réunies par une activité à laquelle ils prenaient tous les deux plaisir: détrousser les bourgeois gros et gras.
    Comme par jeu, ils s'amusèrent à chercher les plus laids et bouffis des passants.

    Suivre l'homme nonchalemment... Le bousculer légèrement, et laisser la main aller jusqu'à la bourse, pendue à la ceinture... S'excuser, jouer aux confusle temps que les cordons cèdent... Abandonner son patient en s'excusant encore... ne pas courir, surtout pas... Partir nochalamment, mais assez rapidement pour que l'homme ne soit plus en état de vous menacer s'il se rend compte qu'il a été détroussé...
    Choisir le coin le plus sombre... Attendre son client... et recommençer. Soit au plein limieu d'une foule dense, soit au plus profond d'une ruelle perdue... Jamais dans un espace trop légèrement peuplé pour que personne n'aie pu voir votre geste, perdu dans la masse des corps serrés les uns contre les autres...
    Mekren et Paulin jouèrent ce jeu pendant près d'une heure, veillant bien à choisir les êtres les moins à même de leur causer du souci. Trois bourses atterrirent ainsi entre leurs mains. Et dedans, plus qu'assez pour se procurer ce qui lui était nécessaire. Près de 80 pièces d'or.

    Mekren regroupa toutes les pièces dans une seule bourse, et jeta les deux autres dans une flaque. Du bout du pied, il enfonça les petits sacs dans la boue, jusqu'à ce qu'ils aient été dans le liquide brun et visqueux. Puis, attachant sa nouvelle possession à sa ceinture, il se dirigea nonchalemment vers un étal d'armes. Jouant le flâneur, il laissa le vendeur lui conseiller telle ou telle lame. Lui n'écoutait que d'une oreille le boniment qu'on lui servait. Il savait juger de l'quilibre d'une lame, de sa légèreté et de la finesse de son tranchant. Laissant là les épées décorées mais bien trop lourdes dont on lui vantait les qualités bien exagérées, il jeta son dévolu sur une longue lame fine mais forte, de confection simple et brute. l'artisan qui avait forgé cette arme n'avait pas cherché a en faire une oeuvre d'art, mais cette lame là était longue et parfaitement équilibrée. elle épousait la main, et se faisait prolongement du bras, comme se devait toute bonne lame, aux yeux de Mekren. De plus, le coeur de la lame était fait d'un alliage léger et résistant, rendant l'arme d'une d'une grande maniabilité et d'une grande robustesse malgré sa légèreté.

    Mekren paya, puis reprit ses flâneries, sa nouvelle aquisition lui battant le flanc. Après avoir erré dans le quartier marchand, il se retrouva dans la grande artère que surplombait le fronton de zaefal. C'est ainsi qu'il prit le chemin de son lieu de rendez vous avec les mercenaires...


    En direction de Zaefal
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  25. #25
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    626
    Alaster avait décidé de flâner dans les ruelles de Mélandis. Bien sûr, il avait toujours la main placée sur la garde son épée, juste au cas ou un petit rigolo voudrait tâter de sa lame. Mais apparemment, sa stature devait en dissuader plus d’un. De toute façon, il n’était pas contre un petit combat et cela pouvait lui permettre de se faire connaître dans le coin. Il verrait bien la tournure que prendraient les évènements dans les jours qui viennent.

    L’aventurier était content de sa récente acquisition. L’entrepôt allait lui permettre de commencer ses affaires, tout en restant bien caché de la vue des autorités. De toute façon, il n’y avait aucun mal à faire de l’importation de tissus.

    D’ailleurs, pour vérifier le cours du tissu, il décida d’aller prospecter sur le marché mélandien. Rien de tel qu’humer la température ambiante pour voir de quoi il retournait.
    C’est ainsi qu’Alaster se retrouva dans les rues commerçantes, la main droite sur la garde de son épée et la gauche sur sa bourse, histoire d’être un peu tranquille.

    Alors qu’il regardait les étalages de soieries tout en marchant, il heurta une jeune femme. Le choc faillit la faire tomber sur l’étalage d’un artisan potier, mais notre balafré réussit in extremis à stopper sa chute.


    "Toutes mes excuses ma dame !"

  26. #26
    Banshee Invités
    Clionhad flannait dans les rues commerçantes de la cité sans vraiment de but, allant d'un étal à l'autre et profitant de l'impression de liberté que lui donnait son visage inconnu de tous ici. L'endroit était agréable et vivant et contrastait agréablement avec les Bas-Quartiers ou le quartier Bourgeois, trop calme...

    Elle s'était arrêtée devant l'étal d'un potier pour observer les produits en vente. Tout n'était pas merveilleux mais certains articles étaient jolis à regarder. D'un coup elle se sentit catapultée vers l'avant et vis l'étal se raprocher dangereusement avant que quelqu'un la retienne et la remette sur pieds.

    L'elfe se retrouva nez à nez avec un humain à la mine peu engageante, due à des cicatrices sur son visage. Elle l'observa quelques secondes et trouva dans sa physionomie quelque chose de familier mais elle n'arrivait pas à savoir quoi... probablement son attitude... ou ses réflexes.

    Remise sur pieds, l'efe de lune se contenta de sourire doucement.


    Il n'y a pas de mal. On a évité la catastrophe de peu... grace à vous. Jolis réflexes, pour un touriste.

  27. #27
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    626
    Le potier jeta un regard lourd à l’aventurier. Un peu plus et par sa faute sa production était en miette. Heureusement, Alester était assez dextre, ce qui lui permit de rattraper le coup assez facilement. D’autant plus que la jeune femme n’était pas très lourde. En la regardant plus attentivement, notre ami s’aperçut d’ailleurs qu’il s’agissait d’une elfe.

    Décidément, cette ville recèle des trésors mésestimés pensa Alester. Tymora m’a joué un sacré tour là. Bien que ne vénérant pas Tymora, Alester se fait toujours à dame chance. Même si elle était plutôt versatile, rarement elle l’avait mal guidée. Il sentit que son destin pouvait être lié à cette jeune personne.


    "Oui, mais je ne vous aurais pas percuté, nous n’aurions pas eu besoin de jouer cet exercice. M’est avis que Dame Chance nous a joué un petit tour à sa façon là. Pour me faire pardonner, je vous invite à vous restaurer avec moi. Il me semble avoir vu une auberge un peu plus haut. Qu’en dites-vous ? Nous pourrions bavarder si le cœur vous en dit."

  28. #28
    Banshee Invités
    Clionhad plissa légèrement le nez dans une attitude de réfléxion. Le bonhomme était bizarre, mais il n'avait pas profité de la situation pour la pelotter ou lui voler sa bourse, un bon point pour lui. Il commençait à se faire faim, et un bon repas ne se refuse jamais. Autant éviter de parraître suspecte en filant comme une perdue après l'incident.

    Et puis il avait évoqué la Dame Chance, et les personnes qui croyaient au hasard avaient toujours des choses intéressantes à proposer, autant voir de quoi il pouvait bien s'agir. Avec un gracieux sourire, l'elfe s'inclina légèrement :


    Avec plaisir monsieur. On ne refuse jamais une invitation donnée de plein grès à l'heure du repas par un fidèle de Tymora. Par contre... je ne connais pas du tout la ville, alors je vous suis... et je file si ça se passe mal, ajouta-t-elle mentalement.

  29. #29
    Avatar de Tar Ael Velluthra
    Tar Ael Velluthra est déconnecté Fey'ri du vortex
    Date d'inscription
    August 2003
    Localisation
    Melandis
    Messages
    117
    A la nuit noire, les rues commerçantes d’ordinaire si animées tombent dans la torpeur sinistre de la cité. Pierre noire, ombres étranges, petit vent qui porte tantôt les effluves infectes du bas de la ville, tantôt les senteurs raffinées des quartiers huppés, les boutiques melandiennes n’échappent pas aux ténèbres.
    « Morne nuit noire, grise, grise, Melandis pue mais Tar’Ael est là quand même. Il n’a pas le choix, c’est une affaire de vortex, il faut comprendre, il faut suivre, les flux, bien sûr. Un rat. Faim. Le vortex voudra aussi, toute vie, toute lumière, on ne peut pas rattraper l’énergie si on la... la perd. Ne pas la perdre. Elementaire. Dissociation. Diffusion. Le monde regarde à l’instant donné où… où le prisme difracte. Réfracte. Profane. Arts profanes. Profane les corps, les chairs, le sang, griffe. Je m’arrête. »
    Le visage à trois millimètres de la surface suintante d’un mur vétuste, Tar’Ael comptait les cancrelats qui couraient dans les fissures, d’un doigt précis. Il leur donnait des noms.
    « Onze. Hortense. »
    Grand, avenant, le visage fin et les yeux clairs, il portait des vêtements rapiécés qui avaient pourtant dû, un jour, être de bonne facture. Soudain, il entendit des pas qui s’approchaient dans la rue endormie, clapotant dans les flaques saumâtres.
    « Opportun. Inopportun. Perturbation. Je sens… comme… »
    Les pas s’interrompirent.
    « Dis donc, mon gros, tu parles aux murs ? »
    « Gros. Murs. Non. Parler ? Le vortex ne s’encombre pas… »
    Tar’Ael se retourna brusquement, toisant son interlocuteur, un petit homme ventru aux yeux trop noirs, comme des gouffres insondables sous la mer traîtresse par une nuit sans lune d’hiver, froide, le néant qui appelle l’abysse, le néant qui appelle la mort.
    « Le vortex ne s’encombre pas… »
    « T’attends quelqu’un ? »
    Soudain, les nuages se dissipèrent, comme un voile qui lève, libérant son esprit.
    « J’attends un signe du ciel, mon ami. Et vous même ? Vous seriez-vous fourvoyé dans cette impasse sordide de notre vile cité ? »
    « Heu… Heu non. » fit l’autre, manifestement surpris.
    « Alors quel est votre dessein ? Pourquoi vos bottes, trouées au demeurant, vous ont-elles porté jusqu’à mes côtés ? »
    « Je… cherchais de la compagnie… »
    « De la compagnie. Ma compagnie ? »
    « Pas exactement. »
    « Vous ne voulez pas de ma compagnie ? »
    « Je n’ai pas dit ça. »
    Mais l’homme fit quand même un pas en arrière.
    « Vous l’avez pensé fort. »
    « Pas du tout. »
    « Si si. » fit Tar’Ael avec une grimace vraiment désolée, tout en levant la main droite, nonchalant.
    L’étranger écarquilla des yeux stupéfaits et détala sans demander son reste. Mais c’était sans compter sur la rapidité d’invocation du Fey’ri qui maugréa quelques mots incongrus. Cependant, contrairement à ce que Tar’Ael avait prévu, l’homme ne s’arrêta pas de courir pour se figer, tel une statue, paralysé dans sa course. Il se mit à courir plus vite, ventre à terre, à quatre pattes, sa longue queue d’écureuil filant derrière lui, puis il escalada une gouttière et disparut dans les toits. Du ciel, tomba un poulet plumé, qui éternua en percutant le sol. Tar’Ael poussa un juron fey’ri de la plus belle sonorité, trépigna sur place en s'arrachant les cheveux et déchira, une fois n'est pas coutume, un morceau de son autrefois si jolie cape de velours bleu nuit.

    « Et moi ! Et moi ! Tu ne m’as pas donné de nom !! » fit une voix derrière lui.
    Sur le mur, un cafard attendait son tour.
    « Hm… Tu seras… Frobert. Sous le plâtre, se trouve le vortex, et la nuit, grondement, souple, mélancolie, albâtre, gallion, fenêtre. Je peux sentir le flux, passer, mais les Dieux me surveillent… je les vois… L’ombre. Mm… Je sens le fluide cru… »
    Malheureusement pour les riverains, Tar’Ael avait encore beaucoup d’énergie, ce soir-là.
    (Il s'en fut d'ailleurs par ici...)
    Dernière modification par Tar Ael Velluthra ; 22/08/2007 à 15h11.
    Vous parler du vortex ? JAMAIS! C'est mon vortex! Bas les pattes! Du vent! Sinon je vous pulvérise à coup de boules de... poil d'écureuil, tiens... Ahum... Une noisette ?

  30. #30
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est connecté maintenant Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 926
    [Quête : le prophête gris]

    Qu’il vienne de la Mélandienne d'Argent ou du Mélandinopole, il était fréquent que Taliesin se retrouve à déambuler dans les rues animées du quartier marchand. Après la sinistre mission imposée par Mornagest, l’elfe avait abandonné ses tentatives d’insertion parmi les élites de la cité : certes, il ne fuyait pas la compagnie des nobles qui venaient le saluer à la sortie de ses spectacles, acceptant même les invitations qui lui étaient faites de venir dîner en leur demeure ; mais il ne cherchait pas à se lier d’amitié avec aucun d’entre eux. L’attitude cruelle du Chancelier l’avait échaudé.

    Il préférait désormais mener ses recherches sur d’autres voies : il passait la majeure partie de son temps libre à arpenter Mélandis, l’œil attentif, l’oreille aux aguets. Il cherchait à repérer les lieux où les esclaves étaient les plus nombreux, et surtout les plus accessible. Ce n’était pas une mince affaire : a force de brimades et de mauvais traitements, ceux-ci avaient appris à devenir presque invisible, servant leurs maîtres telles des ombres, et redoutant l’approche des hommes libres dont ils ne pouvaient que craindre les intentions.

    De plus, Taliesin devait agir de manière à ne pas se faire remarquer : ainsi, il se contentait le plus souvent d’observer. Quand sa présence était remarquée, il s’empressait de faire quelque achat exotique, pour justifier sa présence auprès des boutiques sur lesquelles il avait porté son attention.

    Après une semaine de ce petit manège, il n’avait toujours trouvé aucune piste sérieuse, et n’avait pas même eu l’occasion d’échanger quelques mots avec un esclave. C’était à désespérer.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

Page 1 sur 17 12311 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Lieu] Le marché
    Par Folken dans le forum Le Port
    Réponses: 204
    Dernier message: 11/04/2016, 22h17
  2. [Lieu] La rue des bateleurs
    Par Folken dans le forum Les Arcades
    Réponses: 20
    Dernier message: 07/07/2010, 21h28
  3. [Lieu] Une rue commerçante
    Par Folken dans le forum L'Esplanade Impériale
    Réponses: 10
    Dernier message: 18/05/2007, 22h03
  4. [Lieu] Aghoralis
    Par Morgon dans le forum Les Plaines du Centre
    Réponses: 41
    Dernier message: 17/11/2006, 14h25
  5. [Lieu-dit] Le Pic du Dragon
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 1
    Dernier message: 27/07/2004, 12h16

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231