Page 2 sur 6 PremièrePremière 1234 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 167

Discussion: [Bâtiment] La maison close des bas fonds

  1. #31
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    [Quête: les vols à Luménis]

    Le voleur poussa la porte de la sordide maison close. Il se présenta a l'hotesse d'acceuil. Elle lui indiqua la chambre. Cela faisait 3 soir depuis le début de la semaine. Et à chaque fois, elle avait le sourire après son départ. La maquerelle en était moralement soulagée.
    Mais la vielle taupe était à mille lieues de la réalité. Depuis trois soir, l'homme encapuchonné et la catin s'asseyaient, discutaient, l'homme remettait de l'argent a la femme et repartait.
    Et ce soir là, ce fut comme tous les soirs. Puis, comme à son habitude, l'homme passa par la porte arrière pour être sûr qu'on ne le suivait pas.
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  2. #32
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Un peu partout sur les murs
    Messages
    1 298
    [Quête: les vols à Luménis]

    Même si elle avait un ami président de Lumenis ( ce qui n'est pas rien rapellons le ) , il n'aurait pas était prudent pour une fée de rentrer dans une maison close , surtout quand celle ci était si peu vêtue .
    Elle eut alors tout le temps d'élaborer son embuscade , elle se positionna d'un axe qui lui permettait de surveiller les entrées et venues et s'arma de son arbalète et de patience .
    Soit le voleur avait une endurance hors paire , soit il avait trouvé une autre sortie ... quoi qu'il en soit , après une bonne heure d'attente dans le froid ( et toujours en nuisette ) , la fée se décida à rentrer avant d'attraper un bon rhume .
    Un beuah joue, un beuah boit mais un beuah ne dort jamais


  3. #33
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Un peu partout sur les murs
    Messages
    1 298
    [Quête: les vols à Luménis]

    C'est sur les indications de la fée qu'Arsenic et sa bande se rendirent à la maison close , d'ailleurs ils n'avaient pas vraiment le choix puisque c'était la première piste qu'ils avaient trouvés depuis le début de la matinée .
    - Bien , messieurs , vous comprendrez que ma condition , non seulement de femme mais aussi de gradé m'empêche de rentrer dans ce genre de lieu , par conséquent il serait bon que l'un d'entre vous se dévoue pour l'enquête leur lança Arsenic devant la porte du bordel .
    - Et moi je suis marié et père de famille !
    - Nia , nia , nia , je vois que c'est encore moi qui vais me taper le sale boulot ...
    Même si elle était en mission , Arsenic ne se sentait pas très rassurée , elle ouvrit la porte et s'engouffra dans la bâtisse pendant que ces virils poltrons allaient visiter la taverne la plus proche .
    - Bonjour ma jolie , alors , tu veux passer un peu de bon temps ou tu cherches un emploi ? dit la tenancière à Arsenic
    - Ni l'un , ni l'autre , je suis ici pour une enquête ... un homme que nous recherchons aurait était vu ici , il y a deux nuits .
    - Hum .... ne serait ce pas un homme étrange avec une capuche ?
    - Probable , tout les cambrioleurs ont une capuche .
    - Vous feriez mieux de vous adresser à la fille qu'il vient voir , toujours la même , et apparement il la traîte avec soin , bien que je ne comprenne pas l'interêt qu'il trouve aux femmes plus âgées alors que nous avons ici de si jolies jouvencelles ..
    - Epargnez moi les détails , ou puis je la trouver ?
    - Deuxième porte au fond du couloir
    Un beuah joue, un beuah boit mais un beuah ne dort jamais


  4. #34
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    [Quête: les vols à Luménis]

    Mlle Arsenic suivi la direction indiquée par la maquerelle. elle déboucha dans une pièce ou une femme de 40 ans était en train de ... travailler. L'homme remontat prestement son pantalon et parti, en voyant l'uniforme de la milicienne.

    -Et selle! on peu plus bosser ici? s'exclama la femme

    -J'aimerais vous interroger, repondis la jeune femme

    -Sur quoi?

    -Un jeune homme avec une capuche, il vient souvent vous voir. Je veux tout savoir sur lui!

    -Jamais vu...

    -La maquerelle pense le contraire! Je pourrais vous faire coffrer, si vous y tenez...

    -Sans preuve? Puis, si vous m'arrêtez pour prostitution, il faudra faire de même avec toute mes collègues, et les caïds des bas quartiers n'apprécieraient pas.

    -Vous êtes plutôt intelligente pour une catin...

    -J'ai fais partie des voleurs de l'Ombre d'Athkatla étant jeune...

    Les Voleurs de l'Ombre... une piste peut-être pensa Arsenic.
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  5. #35
    Astaldo tarkil Invités
    [Quête: un pirate en fuite]

    Ce lieu de luxure avait été témoin des premiers exploits d'Astaldo, qui ne l'avait jamais considéré comme dangereux à l'époque, pas plus qu'aujourd'hui. Bien sûr on pouvait y trouver des voleuses efficaces ou bien des souteneurs un peu agressifs mais il se doutait que des gens ayant eu autant de mal à mettre leur manège en place risquent de tout perdre en abritant un fugitif dont la peau est recherchée apr le gouvernement. Un seul agent fut dépêché sur place, un de ceux à ne pas être marié, fiancé ou ayant une compagne, pour éviter les justifications et autres scènes de ménages si jamais l'affaire s'ébruitait dans son entourage.

  6. #36
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    [Quête: un pirate en fuite]

    Le pirate ne s'était pas montré. L'espion commencait a trouver le temps long. Allait-il rester ici ou rentrer au QG?
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  7. #37
    Astaldo tarkil Invités
    [Quête : un pirate en fuite]

    Alors le temps commençait à devenir long au milieu de toutes ces filles délurées qui commençaient à lui tourner autour sous le regard suspicieux de plusieurs habitué(e)s, le guetteur fut rejoint par le petit jeune qui avait accompagné Astaldo à la guilde.
    Avant qu'il n'ait put dire un mot un autre essaim de ribaudes était apparut pour lui tenir la jambe et c'est son collègue plus expérimenté qui le tira de là en jetant en pâture aux furies presques nues un jeune bellâtre qui parlait fort mais faisait peu...
    Une fois au calme et les ordres du patron transmis, les deux agents repartirent à la guilde pour surveiller les contacts de la proie.

  8. #38
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Quête: un barde en captivité]

    Taliesin arrivait, toujours encerclé par les deux gardes. Les deux molosse le présentèrent a la tenanciète qui leur indiqua une chambre. Il le poussèrent à l'intérieur.

    Bon, je suppose que t'es pas trop bête, t'as compris ton nouveau boulot...
    Ce collier t'interdit de quitter cette chambre.


    Puis ils lui délièrent les mains et quitèrent la pièce. La chambre était spartiate: un lit assez grand, un baquet d'eau chaude, et une commode. Ainsi serait la nouvelle vie de talisein. Il devait trouver un moyen de sortir de là...
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  9. #39
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est connecté maintenant Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 927
    Quête: un barde en captivité]

    Voilà ce que c’était d’être altruiste, serviable, attentionné... On veut rendre service aux gens et ils profitent de votre gentillesse ! Diantre ! Il se montrerai plus circonspect la prochaine fois. Enfin, on en était pas encore là ! Pour l'instant, jauger la situation... Le barde examina attentivement la pièce mais ne trouva rien d'un tant soit peu utile. Il s’assit donc sur le lit et essaya d'échaffauder un plan. Soudain, il éclata de rire. Finalement, on allait peut-être bien s’amuser. Il se mit à siffloter gaiement et attendit impatiemment sa prochaine victime… enfin, son prochain client.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  10. #40
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    [Quête: un barde en captivité]

    Taliesin attendait depuis qauelques temps lorsqu'on frappa à la porte. Il songeat d'abord à une cliente, puis chassa cette pensée: pourquoi une cliente prendraitelle la peine de frapper?
    Il avait vu juste, c'était une jeune femme qui venait lui apporter un baquet d'eau fumante. Elle était jeune, visiblement humaine. Son visage était creusé de cernes et et des rides, et ses bras couverts d'échymoses laissé par des hommes dont la tendresse n'était pas le souci pricipal. Ce qui intrigait le barde, c'était qu'elle n'avait pas de collier d'esclave. Vu l'état dans lequel son travail la laissait, elle ne devait pas le faire par plaisir. Taliesin allait lui demander lorqu'il vit un large bracelet en métal qui mordait les chaires du poignet de la jeune femme.
    Il la laissa donc poser le baquet d'eau et repartir sans mot dire.
    Comment un traffic aussi odieux pouvait-il avoir lieu à Luménis? Le barde remettait les évènements en place: une serveuse et un serveur de la bienveillance servaient de rabatteurs. Non, il n'avait pas de preuve pour Valdreth, mais Aelinn en était une... Les autorité ne devait pas être au courant.
    Enfin, il avait la chance d'être a Luménis. Malgré le confort spartiate de la chambre, les meubles étaient faits d'essences rares, et les draps était fins et soyeux.
    Il s'allongeat et et se mit a contempler le plafond en attendant... mais en attendant quoi?

    ----------------------------------------------

    Quelques temps plus tard, la porte s'ouvrit sans douceur. Une femme, humaine, d'une quarantaine d'année approximativement. Elle exhalait cette beauté qu'on les femmes nobles lorsqu'elles s'enduisent le visage d'onguent et les cheveux de graisse.


    Alors c'est vous le nouveau... se contentat-elle de dire.

    Son accent trahissait sa noblesse. Si elle était prise ici, elle était finie...
    Puis elle dégrafa sa cape de velour vert qu'elle posa avec soin sur la commode. En dessous, elle portait une robe vert sombre, savant assemblage de velours et de lin. Sa poitrine était mise en avant dans un corset de cuir lacé par devant, et ses cheveux étaient réunis en un chignon sur la nuque de la femme.
    Lentement, elle defit son corset puis l'enleva. Elle fit ensuite tomber sa robe sur ses chevilles d'un seul coup, revelant au barde une nuisette de soir blanche, chatoyante. Les chevilles et les poignets de la femme étaient ornés de bijoux, et, comble de la richesse, un de ses orteils était bagué de rubis.
    Son corps n'était pas trop mal fait pour une femme de son age. Ses fesses se tenaient en place, sans doute grace à la pratique de l'équitation, sa poitrine avait peu à envier a celle d'une jeunesse, et les baumes dont elle devait s'enduire semblait maintenir sa peau dans un état convenable. Oui, pour un humain elle devait-être belle. Mais pour un elfe...


    Bien, on commence, peut-être?
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  11. #41
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est connecté maintenant Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 927
    [Quête: un barde en captivité]

    Taliesin sentait confusément que le collier dont on l’avait affublé ne l’empêchait pas seulement de sortir de la pièce, mais qu’il rendait impossible tout lancer de sort… Et bien soit, il n’était pas pour autant dépourvu de ressources. Le collier lui avait même donnée une idée… L’Elfe se leva donc et se força à adopter l’attitude maniérée, supérieure mais aussi quelque peu servile que se donnaient les courtisans dans toutes les cours royales ou princières qu’il avait pu observer. Il prit également un air faussement choqué et s’exclama :

    -Le nouveau ! Fichtre ! Est-ce là la manière dont on assure ma promotion en ces terres barbares ? Je ne puis vous en tenir rigueur, mais je dois sans tarder réparer cette erreur ! Sachez donc, noble dame, que je n’ai rien en commun avec les souillons qu’on parque en ces lieux ! Je suis Fildegar le Grand ! Il n’est guère de cours en ce monde où mon nom ne soit pas tenu en très haute estime ! Bien des princesses et même – oserais-je le dire ? – bien des reines m’ont gratifié de leur auguste compagnie !

    Taliesin observa à la dérobée son interlocutrice, tandis qu’il se composait une mine d’une infinie tristesse et qu’il abandonnait son ton déclamatoire pour une voix lasse et poignante :

    -Mais… il faut croire que ce temps est révolu, car me voilà en bien méchante posture ! Songez-donc, ma Dame, que par l’égoïsme d’une fourbe créature, je ne puis plus faire mon métier ! Je ne puis plus, à personne, faire partager ma science ! Car, malheur me voilà réduit à l’impuissance ! Songez donc que pour me garder à jamais auprès d’elle, je fus enfermé en ces lieux par cette demoiselle ! Moi qui jusqu’alors voyageait sans compter pour avoir l’honneur des dames sustenter… Mais cela, je l’accepterais encore, si la demoiselle ne s’en était pris à mon honneur ! Pour que nulle autre qu’elle ne profite de moi, cet horrible collier à mon cou aposa ! Il brouille mes sens et me rend incapable… Elle vient parfois à moi et alors elle me l’ôte, me rendant mes moyens. Mais le reste du temps, je ne suis bon à rien…

    Le barde s’interrompit, secoué d’un sanglot, la mine défaite, la voix éraillée… Il hésita un instant, puis reprit, plongeant son regard dans celui de la femme qui lui faisait face :

    -Mais… Je vois en vous une âme lumineuse et votre présence rend cette chambre plus que merveilleuse ! Je voudrais, pour vous remercier, mille fois vous satisfaire ! Mais malheureusement je ne puis rien y faire… A moins.. Non, je ne voudrais pas vous importuner… Mais de votre or on vous a délestée, pour une prestation que je ne puis donner. Alors…

    Taliesin tomba à genoux. Il prit doucement la main de la femme et la baisa courtoisement. Puis il leva des yeux pleins d’espoirs et de promesses sur son visage troublé :

    -Oh ma noble libératrice ! Si vous consentiez à me libérer de cet horrible collier, tant qu'il vous plaira je resterai à votre service, sans qu'il vous en coûte ne serait-ce qu'un denier ! Je sais ou es la clef, ou du moins qui la garde… Si vous pouviez la trouver, je serai libre enfin. Et je puis vous jurer que vous ne le regretterez point…
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  12. #42
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    [Quête: un barde en captivité]

    Le visage de la noble dame pass apar toute les couleurs: blême, rosé, rouge et même vert. Puis elle hurla d'un voix de harpie:

    COMMENT DONC???? ON M'A COLLE UN ELFE IMPUISSANT????

    Elle respira trois fois bruyamment avant de continuer.

    Si votre "maitresse" ne voulait pas que l'on vous touche, pourquoi vous aurait-elle mis en pension dans un bordel? Et si vous êtes si puissant et renommé, pourquoi personne n'est-il venue a votre secours?
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  13. #43
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est connecté maintenant Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 927
    Taliesin se releva, une expression émue sur le visage :

    -Oh noble dame, votre âme est si pure qu’elle vous cache les vilenies et la perversité de ce monde ! La cruelle demoiselle m’a enfermé en ces lieux pour m’humilier : quoi de pire pour un praticien de mon art que de ne pouvoir l’exercer ! Elle m’oblige à ne pas satisfaire mes augustes visiteuses, me fait subir l’horrible outrage de les mécontenter… Quant à mes relations, elles n’ont point encore eu vent de ma disparition. Mais je gage que cela ne devrait tarder, et je frémis aux forces qu’elles mobiliseront pour me retrouver… Je voudrais tellement leur épargner la peine de s'inquiéter pour moi. Mais surtout, je voudrais vous satisfaire, vous éviter cet horrible affront...
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  14. #44
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    [Quête: un barde en captivité]

    La dame baissa le regard un instant. Lorsqu'elle le leva de nouveau, elle était bl^me et ses yeux brillaient.

    Pauvre créature. Quelle vilennie vous est arrivé. Il faut trouver la cruelle qui vous retient en otage. Nous devons la dénoncer à la garde, la faire pendre, la....
    Mais comment? Comment puis-je vosu aider noble seigneur?
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  15. #45
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est connecté maintenant Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 927
    Taliesin poussa mentalement un soupir de soulagement : cela avait été dur, mais cela avait finalement marché. Il n’était pas pour autant tiré d’affaire et il fallait jouer finement. De plus, s’il se servait de la noble, il ne voulait pas la livrer aux autorités ou à la vindicte de ses pairs : l’affaire lui servirait sans doute de leçon. Il fallait donc qu’elle prévienne quelqu’un, mais pas les autorités… Valdreth ! Le barde l’avait observé mais n’avait vu en lui aucune malveillance, il ne devait pas être au courant des agissements de sa sœur. Peut-être même qu’il avait remarqué son absence !

    L’Elfe prit doucement la main de la noble femme dans les siennes et lui murmura :


    -Ô gente Dame ! Soyez louée pour votre bonté ! Mais je ne veux pas que vous vous exposiez par ma faute… Ecoutez-moi… Rendez-vous à la Taverne de la Bienveillance. Le jeune serveur elfe que vous y croiserez se nomme Aldreth… Il me connaît. Dites-lui que je suis retenu captif par Aelinn. Il ne vous croira sans doute pas. Insistez, dites-lui qu’il trouvera sur elle, ou dans ses affaires, une petite clef, celle-là même qui ouvre cet horrible collier… S’il peut vous la remettre, je serai sorti d’affaire… Je vous en serai éternellement reconnaissant…
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  16. #46
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    [Quête: un barde en captivité]

    La noble dame ré-enfila sa robe prestement, toute honteuse, et agrafa de nouveau sa cape. Elle jetta un dernier regard a Taliesin, mi-triste, mi-langoureux. De toute façon, si elle le libérait, il serait à elle. Elle sorti de la chambre a grands pas.

    -----------------------------

    Taliesin entendit de nouveau la porte s'ouvrir. C'était Valdreth qui entrait.


    Ainsi c'est ce que vous a fait ma soeur....

    J'ai prévenue la garde, et Dame Ashilea est rentrée chez elle. Elle ne manquera pas de vous recontacter... Il semblerait que vous lui ayez promis quelque chose.
    J'ai réussit a subtiliser ça a ma soeur... Quoi? Quand on travaille dans une auberge, il est parfois bon de laisser ses mains trainer.... Elle la cachait derrière le bar.


    Il exhiba une clée. Il la fit entrer doucement dans la serrure du collier de Taliesin. Celui-ci se defit.

    Bien, vous êtes lobres maintenant, faites ce que vous voulez, moi j'ai du travail a la taverne. Vous feriez bien de passer au fort apporter votre témoignage contre ma soeur cependant.
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  17. #47
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est connecté maintenant Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 927
    [Quête: un barde en captivité]

    Taliesin remercia Valdreth et le suivit discrètement hors des lieux, non sans avoir auparavant récupéré clef et collier, preuves incontestables des terribles activités d’Aelinn. Une fois parvenus sans encombres dans la rue, les deux elfes se séparèrent, l’un rentrant à la Bienveillance pour y reprendre son travail, l’autre se dirigeant vers le Fort pour prévenir les autorités de ce qui se passait dans les bas-fonds de leur cité.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  18. #48
    Astaldo tarkil Invités
    [Quêtes : le Châtiment de l'Aube]

    Astaldo, arrivant du siège des SRL avait mis ses familiers à l'abri, prêts à partir, et désormais il lui fallait accomplir la partie du travail qu'il aimerait le moins. Supprimer les agents recrutés par ces imbéciles du Haut-Conseil avait été un moment de pure délectation, après tout ce n'étaient que des gamins. Les mégères de Luménis en feraient d'autres par brouettes entières.
    Mais là c'était sérieux, il fallait assassiner une de ses informatrices qui travaillaient avec lui depuis plusieurs années. Il l'avait sélectionnée, entraînée, prise avec lui dans quelques missions et partagé la vie et la mort à ses côtés. Malheureusement pour elle il avait été contraint à l'époque de la mettre dans la confidence à propos de choses qui pourraient lui nuire si elle vivait encore.
    En réfléchissant bien cette petite pouvait très bien refaire sa vie ailleurs, à vingt-deux ans on avait la vie devant soi. Mais pour faire quoi ? Fuir une ville corrompue et qui se complait dans son automutilation en brisant ses citoyens ? Ou bien rester et subir les souillures des raclures en tout genre provenant de l'extérieur ?
    Sa vie n'était déjà pas bien rose quand elle était sous ses ordres, elle deviendrait un enfer quand il serait parti.
    Peut-être accepterait-elle de le suivre. Mais il refuserait. La plaie béante causée par le départ d'Ewena était encore bien trop profonde pour qu'il laisse une autre femme le vider de son sang. Les sentiments, ses sentiments, étaient dangereux.
    Franchissant la porte de la maison close il remarqua que rien n'avait changé. Un accueil haut en couleurs présentant tout ce que la maisonée avait de meilleurs pour satisfaire les plus basses envies de ce monde. Dans quelles abysses de perversités Luménis avait-elle plongé ses enfants ? Ces mômes arrivaient ici à l'âge de seize ans, même si toutes affirmaient en avoir dix-huit. Et elles repartaient à trente ans, battues par les ivrognes et rejetées par lesfaux jetons de moralisateurs qui pourtant prenaient du bon temps; Astaldo en avait plusieurs sous les yeux. Sous ses allures de cité modèle, de guide vers un monde meilleur, Luménis était le venin qui assassinait ce monde. Il en apportait l'antidote.

    Voyant arriver un étranger à la pèlerine noire fermée et bien serrée laissant entrevoir de hautes bottes de cuir cirées, les filles de la maison reconnurent le militaire de haut rang, là où elles se méprisèrent c'était sur ses intentions. Venu faire taire un danger potentiel il allait percer un abcès à sa façon.
    Astaldo écoutait mais n'entendait pas, les mots doux comme les invitations les plus voilées glissaient sur lui. Il ne sentait pas les mains courant sur lui ni les regards envieux, ou intéressés. Pas plus qu'il n'entendit le cri de stupeur et d'effroi quand d'une main il repoussa à l'autre bout de la salle une de ces câtins pour écarter un pan de son vêtements et dégainer l'un de ses longs poignards.

    Les filles criaient et partaient se réfugier à l'arrière du bâtiment, Astaldo s'en moquait, elles ne pourraient s'enfuir, assistantes dépravées du Haut-Conseil dans sa quête d'anéantissement de Luménis. Les fenêtres étaient scellées pour éviter la fuite des clients et la seule entrée était dans son dos.
    Face à lui les hommes qu'échaudaient les minettes sortirent leurs armes. D'autres accoururent l'arme au poing, à moitié nus.
    Des lames mal façonnées et décorées à outrance pour les petits nobliaux venus tromper leur femmelles geignardes, ou bien rouillées à souhait, pour les mécréants venus dépenser leurs maigres sous pour souiller la beauté de ces jeunes filles.

    Il n'y aurait d'aube pour aucun d'eux.
    Lentement Astaldo revint à la réalité et se prépara au combat.

  19. #49
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    Paris, FRA
    Messages
    878
    [Quête : le Châtiment de l'Aube]

    Les clients étaient terrorisés. Au milieu des hurlements de terreur des filles de joie, la silhouette noire de l'homme armé glissait imperturbablement vers le groupe de clients qui s'étaient regroupés au centre du hall. Une des plus jeunes filles, qui avait encore une tête d'enfant et la silhouette gracile de l'innocence, se jeta en direction de la porte, espérant qu'Astaldo ne s'intéresserait pas à elle. Mais à peine eut elle fait quelques pas que le soldat fit un mouvement ample de son bras armé, décrivant une arabesque dans l'air avant de s'abattre dans un éclair sur la robe blache de la jeune fille. Celle-ci s'arrêta net, et tituba encore sur un mètre avant de s'affaler, inerte, sur les dalles froides de l'entrée.

    Dans une clameur d'indignation, une poignée de respectables citoyens luméniens, venus se distraire en bonne compagnie, s'avancèrent à la rencontre d'Astaldo en serrant leurs pauvres armes dans des mains tremblantes.

    La suite ne fut qu'un horrible ballet mortel, aucun des adversaires d'Astaldo n'ayant la moindre chance de survivre à l'assaut, car même si certains d'entre eux avaient bien des capacités de combat, la terreur inspirée par l'ancien chef des SRL avait glacé l'esprit de tous.
    Agrippa, Clerc de Dénéir d'alignement neutre/bon, diplomate de la ville de Luménis
    Biographie, et quêtes en cours: Voir Manost et mourir, Sans Foi ni Lois, L'Invasion des Ombres
    Rejoignez
    Luménis, ville de Culture et de Lumière

  20. #50
    Astaldo tarkil Invités
    [Quête : le Châtiment de l'Aube]

    Ce ne fut l'affaire que d'une petite heure, nettoyer le rez-de chaussée et sécuriser les escaliers et les chambres. Il en avait même trouvé encore affairé à s'agiter l'un contre l'autre, faisant un tel raffut que même la Mort ne les avait pas troublés. Tout du moins jusqu'à ce qu'une lame ne mette un terme à leur relation. Il pouvait désormais s'ateler à purifier l'étage, où les "clients particuliers" profitaient de la meilleur marchandise. Ou les loups gouttaient à la chair la plus tendre. On allait voir quel était l'état de la leur.
    Ses pas résonnaient lourdement sur le bois des marches, qui craquaient sous le poids de son armure de cuir couverte de sang, maculées de ce même sang qui perlait de ses lames.

    Quelques sanglots lui parvinrent et les bribes d'une conversation murmurée. Cette dernière trahit et fit avorter la petite embuscade tendue en haut des marches et le combat reprit, plus acharné cette fois à cause du manque de place. Derrière les hommes il la vite, entourée de deux autres filles presques nues.


    Ma fille je suis venue prendre ton pardone, confie-toi à moi et je te montrerais la vraie jouissance, celle que le corps ne peut obtenir si ce n'est par son abandon.

  21. #51
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    Paris, FRA
    Messages
    878
    [Quête : le Châtiment de l'Aube]

    Marline eut les plus grande peines du monde à reconnaître son ancien mentor. Couvert de sang de la tête jusqu'aux pieds, une lueur de folie dans les jeux, et des gestes d'automate assassin qui semaient la mort tout autour de lui... non, ce ne pouvait être lui...

    Dans un élan de désespoir, l'informatrice courut jusqu'à sa chambre, et ce ne fut qu'après une minute, lorsqu'Astaldo eut finalement tué les dernières filles de l'étage, qu'il la retrouva. Marline avait utilisé sa lame (la lame qu'Astaldo lui-même lui avait donné en gage d'affection et d'estime une fois sa formation achevée) pour se trancher la gorge à la base du cou. La belle gisait renversée sur son lit, les yeux encore pleins des larmes versées d'avoir dû quitter la vie avant son terme.
    Agrippa, Clerc de Dénéir d'alignement neutre/bon, diplomate de la ville de Luménis
    Biographie, et quêtes en cours: Voir Manost et mourir, Sans Foi ni Lois, L'Invasion des Ombres
    Rejoignez
    Luménis, ville de Culture et de Lumière

  22. #52
    Astaldo tarkil Invités
    [Quête : le Châtiment de l'Aube]

    Le couloir redevenu calme mais nettement plus poisseux, Astaldo se rendit dans la chambre de son informatrice en qui il avait jusque là toujours eut confiance et, écartant la porte du pied, contemplit le macabre spectacle. Les draps étaient saturés de sang et un mince filet de bave et de sang bulait aux lèvres de Marline comme son dernier souffle quittait son corps d'infante.

    S'approchant à pas mesurés, il la retourna, contempla un dernier instant ses beaux yeux verts et les referma, avant de se lever, se souciant peu du fait que cette fois il dégoulinait littéralement de sang. Rengainant ses armes et se dirigeant vers la sortie, il lança, laconique.


    Tu t'aventures sur un chemin que toi seule peut entreprendre. Va là ou ton bon plaisir te guide maintenant que tu ne goûteras plus à aucun plaisir.

  23. #53
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    Paris, FRA
    Messages
    878
    [Quête : le Châtiment de l'Aube]

    Lorsqu'Astaldo sortit du bordel quelques minutes plus tard, il avait lavé son visage et ses mains à grande eau et emprunté une pélerine à un noble luménien qui n'en aurait plus jamais besoin.

    Le silence qui règnait dans la nuit luménienne était épais et dense, mais Astaldo pouvait encore entendre les cris de ses victimes résonner dans sa tête. Il lui fallait maintenant se rendre aux docks, où il pourrait facilement trouver un refuge et où deux de ses anciens informateurs se terraient.
    Agrippa, Clerc de Dénéir d'alignement neutre/bon, diplomate de la ville de Luménis
    Biographie, et quêtes en cours: Voir Manost et mourir, Sans Foi ni Lois, L'Invasion des Ombres
    Rejoignez
    Luménis, ville de Culture et de Lumière

  24. #54
    Date d'inscription
    June 2004
    Messages
    650
    HRP : la scène se passe juste après qu'Astaldo se soit amusé... :eye: Désolé pour le retard (et la longueur)... :timide:

    Sur le toit d’un bâtiment voisin, apercevant quelqu’un s’éloigner du bordel, une petite silhouette stoppa sa course et s’assit sur le faîte, observant l’inconnu. Astaldo. Il avait raté Astaldo. Pas de jolies histoires ce soir, regretta l’enfant, suivant du regard la forme noire à la démarche si familière, jusqu’à ce qu’elle soit hors de vue. Il était largement temps de rentrer, ‘man Marline allait s’inquiéter. Il se redressa, prit son élan et sauta sur le toit de la maison close, se réceptionnant avec légèreté sur les tuiles glissantes. En soulevant quelques-unes, dégageant un minuscule espace, il s’introduisit souplement dans les combles.
    Leur plus grande partie était occupée par les vêtements et décorations de réserve, passés de mode ou usés, mais une fraction de la pièce lui restait réservé, servant à la fois de chambre à coucher et de salle de jeu. En son centre, un chandelier produisait une faible lueur, créant des reflets rougeâtres sur un trousseau d’outils de crochetage posé non loin d’un cube métallique curieux, semblant constitué uniquement de serrures et servant de support au chandelier. Dans un coin, un enchevêtrement de coussins et de couvertures composait un nid douillet. A l’opposé, un empilement de contenants de toutes sortes, rempli d’habits et de divers fournitures, cailloux aux formes douces, jolies gemmes et inestimables sucres d’orge. Dans l’angle opposé, on pouvait distinguer les contours d’une trappe, conduisant probablement à une chambre du premier étage. Le minuscule kender contempla ce tableau avec un soupir de bien-être, puis attrapa un jupon qui passait par là pour se sécher de l’humidité extérieure. Ceci fait, il se dirigea vers la trappe.
    Un soupçon d’inquiétude assombrit ses yeux bleu clair. Une odeur curieuse flottait, différente des senteurs de sueur et de parfum habituelles. Une odeur soufrée, lourde, telle l’étrange silence qui régnait. L’enfant ouvrit la trappe et sauta dans la chambre se situant juste en dessous. Une exclamation horrifiée jaillit de ses lèvres. ‘Man Marline gisait sur son lit, égorgée, son sang teintant de rouge les draps. L’enfant se rua vers sa mère adoptive, mais ne put que constater son décès. Puis il remarqua les traces de larmes, la dague à portée de sa main, sa position allongée, ne semblant pas avoir été prise au dépourvu par sa mort, et en duit enfin qu’elle s’était suicidée.
    La triste incompréhension qu’il éprouvait fut vite dissipée lorsqu’il entra dans le couloir desservant les chambres supérieures. Les corps sans vie des prostituées, éventrées sans pitié, gisaient à terre. Celles-ci ne s’étaient pas données la mort, on leur avait offerte. Le désespoir et une fureur croissante se disputaient son âme, l’encourageant l’un à s’effondrer en larmes, l’autre à trouver coûte que coûte quelqu’un à qui faire payer ça, croissant au fur et à mesure qu’il découvrait l’ampleur du massacre.
    Descendant au rez-de-chaussée, il contempla le charnier, cherchant sans résultat des survivants. Aphra, la belle déesse de Sharess avait été tuée en plein office avec un fidèle, tous deux transpercé par le même coup. Même les plus innocentes n’avaient pas été épargnées, en témoignait le corps enfantin étendu à côté de l’entrée. La colère surmonta la tristesse, l’envahissant tout entier, malgré son ancien serment de ne plus jamais la laisser le submerger. Qui avait pu s’abaisser à un acte aussi vil, digne en tout points d’un mélandien !?
    Son regard dément tomba sur les traces sanglantes laissées par l’assassin sur les parcelles de sol non gorgées de sang. Des traces de bottes, inhabituelles, asymétriques, comme celles que pouvait produire quelqu’un ayant un sérieux problème de déplacement, comme un boiteux… La lueur se fit enfin dans son esprit enfiévré. Astaldo. Comment avait-il pu s’abaisser à commettre un tel acte, lui, l’espion au cœur d’or tant magnifié par Marline. Peu importait au juste. Seul comptait sa mort à venir. Lente, atroce et délicieusement douloureuse… Un sourire carnassier naquit sur son visage. La chasse s’annonçait aussi difficile et passionnante que la mise à mort, contre un tel adversaire. Alléchante perspective, au goût de l’enfant assoiffé de sang et de vengeance.
    Son expression vengeresse s’effaça de son visage lorsqu’il reprit contact avec la réalité. Avant de lancer la traque, il avait un dernier devoir à accomplir. Il ne pouvait laisser les corps de sa famille adoptive ainsi. Ils n’avaient plus d’amis, ni de parents maintenant, il était le seul sur lequel ils pouvaient compter pour leur rendre les derniers hommages, et les laisser aller vers Sharess. Il n’avait pas le temps de se déplacer au cimetière, d’endurer les questions qui ne manqueraient pas de tomber.
    Il prit avec difficulté dans ses bras le corps menu échoué près de l’entrée, et le transporta avec égards au centre de la cour intérieure, où il la déposa au sol. Il fit de même pour les corps des autres prostituées, les disposant les unes à côté des autres, les vêtements soigneusement arrangés. Il retourna à l’intérieur, attrapa quelques bouteilles d’alcool frelaté, une chandelle encore allumée et la dague de Maline, et revint à côté des corps, versant abondamment l’alcool sur les vêtements tachés de sang des défunts, avant d’y lancer la chandelle. Le feu prit instantanément. L’orphelin dénatta sa longue chevelure rousse, sectionna une longue mèche à l’aide de la dague et la jeta dans le bûcher funéraire. Il observa pendant quelques longs instants les dépouilles des personnes les plus chères à son cœur se consumer, murmurant une prière à la Dame des Plaisirs. Les larmes ruisselaient sur ses joues, attisant sa colère.
    Il se détourna, et quitta avec regret la cour. Il ne pouvait perdre de temps, des clients matinaux allaient bien finir par arriver, porteurs d’interrogations inopportunes. De plus, Astaldo pouvait quitter Lumenis à tout instant, et il perdrait toute chance de le retrouver et de le faire payer. Même si l’espion restait à Lumenis, c’était pas gagné, il manquait d’argent et donc de pouvoir pour organiser des retrouvailles qui s’annonçaient sanglantes.
    Du regard, il fit lentement le tour de l’entrée. Rien de valeur. L’idée de fouiller les cadavres étripés et sanglants des clients ne l’enchantait pas particulièrement, restaient les chambres et le comptoir. Le comptoir…et la caisse ! Le kender se glissa derrière, et trouva le coffre contenant les réserves d’argent, légèrement entrouvert comme d’habitude. Qui songerait à braquer un bordel ? Il récupéra les lourdes bourses de pièces et les rangea dans les nombreuses poches qui constellaient ses vêtements tachés de sang. Sa famille était près de Sharess désormais, rien ne l’empêchait de disposer de cet argent, au contraire.
    Pris d’une soudaine illumination, il visita la chambre de l’ex prêtresse de Sharess. Bingo. Soigneusement rangés dans une petite armoire, à côté d’un étui à potion, une dizaine de fioles aux couleurs étranges n’attendaient que lui. Il les répartit dans l’étui, le passa en bandoulière.
    Grâce à tout cela, il pourrait sans doute prendre sa revanche…Il avait assez d’argent désormais. Quant aux moyens, il pourrait sûrement compter sur La Ratière et sa bande. Ils ne le laisseraient pas tomber.
    Il fit finalement un passage vers sa chambre, récupérant son cube, empochant trousseau, cailloux et sucreries. Puis il redescendit, et s’en alla dans les ruelles tortueuses du quartier est ([Bâtiment] L'orphelinat des bas-quartiers), ensanglantées par les lueurs de l’aube.
    Dernière modification par Morgul ; 01/09/2007 à 16h06. Motif: Correction du lien
    "Well, if you're risking death, why not have fun ? If I wanted to risk death without having fun, I'd be a tax collector, not a thief."

  25. #55
    Date d'inscription
    June 2003
    Localisation
    Languedoc
    Messages
    3 139

    Re : La maison close des bas fonds

    HJdR: quête commencée ici:


    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...barique-2.html


    [Quête : l’invasion des ombres]


    Dorian Cheveux-de-Jais entra dans la maison close des bas-fonds de Luménis. Par rapport à la rue, l'entrée semblait très éclairée.
    Le rose des murs ressortait partout ,tandis que les peintures et tentures érotiques étaient si nombreuses que les personnages qu'elles représentaient semblaient tourbilloner autour du visiteur. Le vampire adopta un maintien modeste tandis que la tenancière de l'établissement s'avancait vers lui .

    "Eh bien messire,qu'y a t il pour votre plaisir en cet endroit"? Dorian fit semblant de s'interesser à l'endroit où ol se trouvait :

    "J'aimerais si cela est possible faire connaissance avec vos salons et vos...hôtesses " dit le vampire l'air faussement complice.La tenancière parut le comprendra et l'emmena à un des salons qui composaient une partie du rez-de-chaussée de l'établissement.

    Le "salon" était petit, ses murs couverts de bleu et un mini comptoir se trouvait dans un des coins de la pièce. La tenancière poussa Dorian en avant et s'en alla dire deux mots à voix basses à l'une des "employées".

    Celle-ci une beauté brune s' avança vers Dorian et le fit asseoir dans un des fauteuils.Autour d'eux dans d'autres fauteuils ,d'autres"couples" faisaient déjà connaissance à voix basse. Certains d'entre eux commençaient même à montrer par des gestes qu'ils étaient bien décidés à aller plus loin.

    La "compagne" de Dorian s'assit sur ses genoux et commanda pour eux un excellent champagne d'Elindore.Ensuite une fois les flûtes remplies, la beauté ,une humaine de la Porte de Baldur qui visiblement n'était pas rebutée par les demi-elfes demanda au vampire quels étaient ses projets pour eux deux. Elle répondait au doux nom d'Elvire.

    "Avant tout oublier mes soucis et tous les soucis de cette ville mon Elvire .Je ne sais plus que faire:non seulement les affaires ne marchent plus mais le chaos va peut-être bientôt redoubler."

    La fille le regarda avec sympathie moitié par déformation professionnelle, moitié avec sincérité. Cependant Dorian avait vu une étincelle de curiosité dans ses yeux bleus-verts.

    Dorian but une partie de son champagne et reprit :

    "Sais-tu ce que j'ai entendu dire? Qu'une insurrection de la résistance va bientôt prendre à parti les garnisons du quartier est de Luménis .Oui CE quartier va bientôt être balayé par cette lutte qui n'en finit pas .Autant profiter de cet endroit pendant qu'il en est encore temps pas vrai Beauté?" dit le vampire.

    Cette fois-ci la fille eu l'air franchement inquiète. De même certains autres occupants du salon avaient ils interrompus leurs roucoulements et commençaient à devenir nerveux .

    Dorian fit semblant d'être gêné : "Toutes mes excuses bonnes gens, loin de moi l'idée de gâcher votre plaisir. Cependant après avoir entendu cette rumeur enfler,j'avais besoin de me rassurer en en parlant un peu. Enfin...." il se redressa de son siège, donna un baiser sur la joue de sa compagne d'un instant, laissa une pièce d'or dans sa main ("pour ton dédommagement" lui dit il) et se leva pour de bon.

    "Finalement je n'ai vraiment pas la tête à ça et je crois que je m'en vais retourner chez moi" dit il à la cantonade, d'une voix pleine de sous-entendus. Et laissant une Elvire encore surprise, Dorian se glissa avec une aisance toute vampirico-elfique hors du salon. Silencieusement il passa devant le comptoir, alors que la tenancière était absente et s'en retourna dehors.

    "Et de deux" se dit Dorian.

    "Allons au quartier des taudis. Les gens désoeuvrés et malheureux seront réceptifs à la rumeurs" se dit le vampire. Aussitôt dit, aussitôt fait. Il enfourcha sa jument préférée (SabotsLégers) et se hâta vers les bas-quartiers.


    HRP: suite de la quête ici :


    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...es-taudis.html
    Dernière modification par Bat ; 02/07/2015 à 20h41.
    Bat la chauve-souris de Gotham !
    Rejoignez Luménis,ville de paix et de fortune.Allez voir le forums Elindore http://foxglove.tonsite.biz/elindore/ sur Baldur's Gate et un JdR sur les ROs. Et ma bio JdR http://www.baldursgateworld.fr/lacou...4-com-bat.html

  26. #56
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est connecté maintenant Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 927

    Re : La maison close des bas fonds

    [Quête : l’invasion des ombres]
    <o></o>
    <!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->
    Un bref silence accueillit le départ de Dorian. Puis les conversations reprirent comme si de rien n'était. Un seul client, un homme d’un certain âge, interrompit sa discussion avec l’une des hôtesse et quitta promptement l’établissement. Sans doute avait-il des raisons de craindre le soulèvement, ce qui n’était pas le cas des autres. Fils de bonnes familles pour la plupart, ils ne résidaient pas dans le quartier est. Que celui-ci soit le théâtre de violences leur importait peu : ils iraient s’encanailler ailleurs le temps que cela se passe, voilà tout. Les maisons closes ne manquaient pas à Luménis, surtout depuis l’instauration de l’esclavage…
    <o></o>
    Cependant, il n’en allait pas de mêmes pour les prostituées : la plupart d'entre elles habitaient les alentours et avaient tout à craindre des affrontements annoncés par l’étrange visiteur. Nombre d’entre elles songeaient déjà à solliciter quelques jours de congé auprès la patronne. Pour aller au chevet d’une vieille tante malade, par exemple.
    <!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  27. #57
    Date d'inscription
    July 2004
    Localisation
    Lausanne (CH)
    Messages
    1 641

    Re : La maison close des bas fonds

    En sortant de ([Bâtiment] L'université de la magie), Arya s’arrêta à la charrette d’un marchand ambulant et acheta une pomme rouge et brillante pour apaiser sa faim. Puis, mordant à pleines dents dans le fruit savoureusement sucré et croquant, elle se dirigea d’un bon pas vers les Taudis. Elle était ravie de donner sa première leçon au petit vendeur de journaux et était loin d’imaginer l’indigence des habitants et le délabrement profond des habitations qui les composaient n’ayant jamais approché d’un tel quartier. Elle était tout simplement impatiente de retrouver le petit garnement. Elle savait Podrick nécessiteux, trouvait que les conditions de vie du garçonnet qu’elle avait cru percevoir déjà fort difficiles, alors de là à entrevoir la triste réalité qu’elle allait devoir confronter sous peu ?!? <o></o>
    <!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]--><o></o>
    L’Elfe avançait le dos au soleil, regardant les bâtiments d’abord somptueux qui bordaient la rue, puis s’éloignant du centre de la cité, son regard se porta sur des bâtisses à l’allure moins martiale dont les façades semblaient à chaque pas un peu moins cossues, avant de devenir de simples demeures encore correctes mais sans plus, puis quatre murs défraîchis couverts d’un toit pas forcément étanche collées les unes aux autres comme pour se soutenir entre elles. Les habitants eux aussi perdaient de leur superbe au fur et à mesure de son avance, les beaux habits soignés et cossus devenaient plus modestes, moins bien entretenus.<o>

    </o>
    Son frugale repas était terminé lorsqu’elle aborda une rue bordée de minuscules maisons particulièrement modestes construites probablement depuis peu de temps, la dernière ruelle de la ville pouvait-elle constater. De plus, les quelques enfants et adultes présents portaient des vêtements qui devaient avoir quitter l’étale d’un marchand depuis belle lurette et couvert bien des corps décharnés, quasi des guenilles pour certains d’entre eux. Ce devait donc être là qu’habitait Podrick pensa-t-elle. C’était très pauvre certes, mais rien d’alarmant pour généré une telle panique que celle qui avait fait pâlir le garçon… jusqu’au moment où cherchant la fameuse lanterne rouge, son regard dû se porter à quelques mètres et face à ses yeux médusés s’étala toute la misère de Lumenis … <o></o>
    <!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]--><o></o>
    Ce qui servait de rue était totalement défoncé et boueux, elle était bordée par des baraques entremêlées faites de vieilles planches pourries et disjointes dont des bâches trouées servaient comme étanchéité des toits, tenaient lieu de fenêtres et portes. Les bicoques brinquebalantes étaient agglutinées dans un total désordre, collées les unes aux autres comme si toute la misère lumenienne était venue se recroqueviller en ce lieu. <o></o>
    <!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]--><o></o>
    Au milieu de ces cahutes tenaient debout tant bien que mal deux petites maisons en piteux état, seuls bâtiments en durs qui trônaient tels des trophées au milieu de la rue. La brise de cette fin d’après-midi vint compléter le lugubre tableau en apportant jusqu’à l’Elfe les relents des odeurs nauséabondes qui y régnaient faute d’égouts et de ramassage des ordures. <o></o>
    <!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]--><o></o>
    Arya s’était immobilisée, interdite et affligée par le spectacle qui s’offrait à elle. De plus, un peu plus loin, au beau milieu des taudis, pendait lamentablement une lanterne rouge accrochée à la devanture d’une des deux bâtisses en durs. Pauvre gens, pauvre Podrick pensa-t-elle, comment en arriver à ne même pas avoir un toit correct pour s’abriter. Face à une telle pauvreté, elle s’imaginait aisément que les ventres devaient être vides plus souvent qu’à leur tour. <o></o>
    <!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]--><o></o>
    Surtout, elle saisissait mieux les craintes de l’enfant, car hormis les railleries et les avances peu respectueuses qui risquaient de fuser au vu de sa jeunesse, sa beauté et sa destination aux abords de la maison close, elle risquait fort de s’attirer des regards venimeux et soupçonneux, malgré sa tenue qui était heureusement des plus simples. Mais elle était là, elle avait proposé à un enfant de l’aider, il avait accepté et rien ne pourrait l’arrêter.
    Couleur RP d'Arya Du Varden #DBAF92 Biographie d'Arya


  28. #58
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est connecté maintenant Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 927

    Re : La maison close des bas fonds

    Podrick l'attendait, comme il l'avait promis, près des écuries. En le rejoignant, Arya remarqua que la maison close et la taverne qui se trouvait non loin étaient moins lamentables qu'elles n'en avaient eu l'air de prime abord. Le bordel, surtout : la façade était sale mais solide, et la partie de la rue qui la jouxtait immédiatement avait été nettoyée. C'était sans doute le minimum si la patronne voulait continuer à attirer des nobliaux en quête de galante comagnie, et pas simplement les miséreux désargentés des environs...
    -Rebonjour...fit le petit garçon lorsqu'elle l'eut rejoint.
    Il l'a scruta un instant, puis jeta un regard au décor.
    -Je vous avais dit que c'était pas un endroit pour une dame comme vous... murmura-t-il.
    Dernière modification par Taliesin ; 19/08/2008 à 21h29.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  29. #59
    Date d'inscription
    July 2004
    Localisation
    Lausanne (CH)
    Messages
    1 641

    Re : La maison close des bas fonds

    L’Elfe était un peu plus rassurée en voyant que là où vivait Podrick était un peu plus propre et un peu plus confortable que le reste de taudis. Mais cela ne l'empêchait pas d'être intérieurement révoltée par tant misères. Elle ne savait ce qu'elle pouvait faire, ni comment, mais cela changerait c'était certain!

    Laissant pour plus tard ses réflexions, Elle sourit au garnement qui insistait sur la place qu’elle devrait avoir. Elle porta un regard affectueux sur le garçon tout en lui tendant la besace dans laquelle se trouvait une ardoise et quelques craies, plusieurs feuilles de papier ordinaire et un morceau de fusain, ainsi qu’un livre destiné au débutant dans l’art de la lecture.

    <!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]--><o></o>
    Re-bonjour Pod, tiens prends bien soin de ce qui est dedans car nous allons en avoir besoin. Elle porta un regard circulaire sur le triste spectacle des taudis. C’est vrai, ce n’est pas un endroit pour moi, et je peux te dire que ce n'est pas un endroit pour toi, pas plus que pour tous ceux qui y vivent. Mais je ne suis pas là pour remettre les choses à leur place, alors maintenant, ce serait bien que tu me montres là où tu vis, ensuite je tenterai de convaincre la propriétaire de t’accorder un coin où tu pourras travailler. J’espère qu’elle se laissera convaincre par une dame comme moi. Mais, tu n’es obligé à rien et tu as le droit de vouloir que je ne m’adresse pas à elle. Alors allons d’abord voir les écuries pour que je puisse me faire une idée et ainsi trouver les mots justes. Tu es d’accord ?
    Couleur RP d'Arya Du Varden #DBAF92 Biographie d'Arya


  30. #60
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est connecté maintenant Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 927

    Re : La maison close des bas fonds

    Podrick grimaça, mal à l'aise, et observa les environs comme s'il craignait qu'on les entende.
    -Je préfère autant que vous alliez pas la voir, m'dame... Elle dit qu'elle est déjà bien gentille de nous donner gratuitement un toit et à manger quand on crève trop la dalle et qui faut pas qu'on vienne lui causer des embêtements...
    Il jeta un regard inquiet sur la porte de la maison close, puis fit signe à Arya de le suivre à l'intérieur de l'écurie.
    Les stalles étaient pour l'heure déserte, et il n'y avait nulle trace de palefrenier. L'enfant ne s'attarda cependant pas au rez-de-chaussée et conduisit la magicienne jusqu'à une échelle de bois raide. A son sommet s'ouvrait une petite plateforme de bois située juste sous les toits. Le sol était jonché de paille qui, sans être pourrie, n'était plus de la première fraîcheur. Dans un coin s'étalaient des couvertures crasseuses. Une demi douzaine de couchages, au total. Il régnait là une odeur de crasse assez désagréable. Mais il n'y faisait pas froid, au moins...

    -Vous approchez pas trop des lits, m'dame, fit Podrick. Y a des puces, dedans, des fois.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

Page 2 sur 6 PremièrePremière 1234 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Habitation] La Maison Desmoulins
    Par Galathée dans le forum Le Complexe Portuaire
    Réponses: 230
    Dernier message: 07/06/2009, 16h17
  2. [WALLPAPER] Fonds d'écrans Baldur's Gate
    Par EricDesMontagnes dans le forum ScreenShots Zone
    Réponses: 2
    Dernier message: 14/02/2009, 18h28
  3. [Quête] La maison des morts : une maison à Linceul
    Par Althéa dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 137
    Dernier message: 16/11/2008, 20h54
  4. Encore un fonds d'écran modeste
    Par Monstrapoil dans le forum ScreenShots Zone
    Réponses: 1
    Dernier message: 28/02/2006, 09h35
  5. Essai de fonds d'écran
    Par Monstrapoil dans le forum ScreenShots Zone
    Réponses: 10
    Dernier message: 26/04/2005, 15h34

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231