Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: [RP]Errance aux frontières de la folie

  1. #1
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Garfield chevauchait depuis le début de la matinée. La poussière soulevée par les sabots de sa monture laissait dans l’air une traînée blanche le long de la route. Arrivé à la mi-journée, il du faire une halte, histoire de laisser sa monture se reposer un peu, et aussi pour qu’il puisse prendre un repas.

    Il quitta donc la route, et s’en éloigna pour aller chercher l’ombre d’un bouquet d’arbre. Il en trouva un un peu plus loin et s’y installa. Il commença à manger une tranche de pain et une tranche de viande, lorsqu’il sentit quelque chose attirer son attention de l’autre côté du bosquet, à l’opposé de la route. Il essaya de ne pas y prêter attention pendant son repas, mais dès qu’il se remit en selle, le cheval refusa de retourner à la route. L’animal aussi sentait cette force qui les attirait.

    Soit, Garfield décida d’aller voir ce qu’il se passait par là-bas. Les foulées de son cheval se firent plus lentes, puis il se mit à trotter, puis à marcher : de la brume commençait à se former autour du cavalier et de sa monture. Garfield décida donc de descendre de cheval et de le mener par la bride. Il prit les rênes dans sa main gauche, et, conscient de l’étrangeté des lieux, sortit une de ses épées courtes de son fourreau.

    Il commençait à discerner des ruines d’un bâtiment en pierre, alors que le sol sur lequel il marchait s’avérait être un dallage ancien et érodé. Il attacha son cheval à un des piliers encore debout. Le sol semblait n’avoir pas été foulé depuis longtemps… Garfield s’aventura prudemment dans les ruines, en faisant attention de ne pas déclencher d’éventuels pièges, ou de ne pas recevoir un éboulement sur la tête.

    Il ne semblait rien rester debout, rien qui ne pourrait le renseigner sur ce qui s’était passé ici. Mais le bretteur trouva quand même deux ou trois objets utiles… Des livres notamment : « Théorie Thaumaturgique élémentale de niveau mineur », et « Transcendance méditative », ainsi que d’autres titres sur la magie, au reliures craquelées et aux pages jaunies. Garfield commença à en feuilleter quelques uns… mais sans s’en apercevoir, il lu jusqu'à la tombée de la nuit.

    Il retourna auprès de sa monture pour aller passer la nuit. La lune semblait les surveiller…

    ***

    Garfield fut réveillé durant la nuit par un contact glacial. Il ouvrit les yeux… La brume était toujours là, luisante dans l’obscurité nocturne. La lune seule n’aurait pas suffit à la rendre si éclatante.

    Une manne de brouillard passa devant le visage du bretteur qui cru y voir distinctement un visage, affreusement grimaçant de douleur. Les franges brumeuse continuait à danser autour de lui, alors que son cheval se cabra de peur, rompant la longe qui le retenait attaché, et parti en galopant et en hennissant en direction du bosquet où ils s’étaient arrêtés à midi.

    Garfield savait que sortir ses armes serait inutile ; de plus la brume semblait avoir un pouvoir hypnotique sur lui. Dans les tourbillons de vapeurs, il croyait voir des scènes se dessiner : des scène de mort et de massacre, puis de ruines. L’école elle-même racontait son histoire… En tant qu’être semi-féerique, Garfield était sans le savoir réceptif à ce genre d’énergies, et il se laissa fasciner par le spectacle. Il voyait tout : Hexor le traître, massacrant ses amis et ses élèves, sa transformation, son enfermement dans un sous terrain de l’école…

    Puis la brume se fit opaque et plus épaisse, Garfield était aveuglé par tant d’éclat, et il dut fermer les yeux. Il ne les rouvrit qu’au petit matin. Maintenant, il savait ce qu’il s’était passé, et aussi qu’il ne devait sous aucun prétexte franchir la porte qui menait aux quartiers souterrains.

    Mais son cheval était parti, et Garfield voulait en découvrir plus sur cet endroit étrange et lugubre, et il continua ainsi son exploration des ruines. Il y découvrit un bureau ancien abrité miraculeusement par deux pans de murs sur lesquels reposait encore un morceau de toit en ardoise. Il s’installa au bureau, assis sur un rocher qu’il avait fait rouler, et reprit la lecture des deux livres trouvés la veille…
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  2. #2
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Dans sa soif avide d’explorer les vestiges de l’école et de dévorer les livres qu’il y a trouvait, Garfield avait complètement perdu la notion du temps. Il avait appris les bases de l’art magique avec avidité, ne pensant plus à rien que la connaissance, connaissance qui hantait ces lieux comme une malédiction. Le bretteur avait beaucoup maigri, ne se nourrissait plus, dormait peu, limitait son hygiène à quelques passage au ruisseau voisin par semaine.
    Tout ce qui lui importait, c’était lire, lire ces volumes ésotériques, comprendre, assimiler, essayer. Au bout d’un temps, il fut capable d’utiliser quelques sorts de base.
    Mais ceci avait un prix : chaque nuit, Garfield la passait hanté par les fantômes de l’école, les cris de douleur des élèves, les ricanements de la liche…

    Il lui fallait un déclic pour retrouver son humanité, mais d’où viendrait-il, et quand ? La réponse se trouva dans sa nature féerique. Tout au long de son séjour dans ce lieu maudit, son essence féerique s’accentua, ce qui se manifesta physiquement par le violet plus profond que prenaient ses yeux chaque jour. Au bout de trois mois passés dans les ruines, Garfield commençait à discerner de nouveau des bribes de réalité. Cela lui prit encore un mois avant de revenir à lui complètement.
    Il se rendit alors compte de l’état dans lequel il était. Il lui semblait alors urgent de quitter se lieu. Il tenait a peine sur ses jambes. Ses lambeaux de vêtement moisis lui collaient à la peau et dégageaient une odeur méphitique. Il lui faudrait s’arrêter dans une hostellerie afin de prendre un vrai repas, une vraie nuit de sommeil et acheter de nouveau vêtements.

    Ayant laissé partir son cheval il à déjà des mois, Garfield du entamer le chemin à pieds. Il s’était résolu à n’emporter aucun des livres qu’il avait trouvé là bas, et durant tout le chemin, il ne regarda pas en arrière avant que l’horizon ai masqué les ruines.
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

Discussions similaires

  1. [DRAM] A la folie pas du tout
    Par Althéa dans le forum Cinéma, Vidéos et Télévision
    Réponses: 0
    Dernier message: 10/02/2006, 15h51

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231