Affichage des résultats 1 à 11 sur 11

Discussion: Chapitre 9

  1. #1
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 609
    « Nous allons aborder la descente. Ombrelune est en vue. »
    Maïwenn sentait presque heureuse à l’idée de manœuvrer son bateau. Si le vol était facile les atterrissages nécessitaient la plus grande précision. Ses invités seraient impressionnés. Elle se tourna vers Kieran qui lui sourit d’un air entendu.
    « Qui m’accompagne là haut pour dérouler le hunier ? » demanda t’il en montrant le gréement.
    Guielin se tourna vers Aelis. Son amie regardait les mats avec méfiance. Elle se défiait du bateau au point de passer la nuit sur son yom en dépit du froid et des injonctions de Maïwenn.
    « Je monte avec toi » dit il simplement. Aelis lui lança un regard effaré. S’inquiétait elle pour lui ? Il lui sourit et alla rejoindre Kieran déjà en haut du mat. L’ascension fut plus difficile qu’il l’avait prévue. Le vent glacé le secouait à chaque rafale et les mailles du filet lui écorchèrent les mains. Il arriva en sueur à la hauteur de son compagnon. Kieran l’aida à s’asseoir sur la hune. La splendide vue qu’ils avaient d’en haut compensa l’effort fourni. En bas s’étendait le bateau qu’il n’avait jamais eu l’occasion d’admirer dans son ensemble. La Patience, célèbre dans tout Cuarluna comme une merveille de technologie et d’esthétique. Il embrassa du regard son pont, les cabines, la dunette, le bastingage et les mats en bois noir si somptueusement poli.
    La proie du navire représentait Andarta tenant dans ses mains un immense conque ouvert. Le haut du bastingage et de la dunette avaient été peints en bleu roi à l’image de la prestance du navire. Car la goélette était royale de par son infinie beauté.
    En contrebas s’arrêtait le gouffre intrastellaire et commençait la mer. De là haut, elle arborait une couleur turquoise, majestueuse. Belle comme une femme attendant le retour du marin au logis.
    « Quelle beauté » murmura Guielin émerveillé. Kieran hocha la tête.
    « Et Maïwenn va nous assassiner si nous traînons » répondit il platement. Il se leva à contre cœur.

    ***

    Aelis avait du mal à maîtriser son envie de vomir. La descente lui retournait l’estomac mais elle ne laissa rien paraître devant Maïwenn. Celle-ci, occupée avec le gouvernail ne semblait pas faire attention à elle. L’indifférence était le meilleur remède à leur animosité. Pour l’instant, seul comptait le bateau.
    « Voila, si nous gardons ce cap nous nous poserons sans encombre. J’aurai juste besoin de vous pour m’aider à tenir le gouvernail quand nous sortirons du gouffre. Nous serons sûrement secoués. Au moins que vous ne préfériez monter sur votre yom. »
    Maïwenn avait parlé sans agressivité, avec une pointe d’ironie peut être. Aelis ne prit pas la peine de répondre.
    « Vous préférez agir au lieu de discuter, n’est ce pas ? »
    Elle leva les yeux. Son interlocutrice s’était assise à coté d’elle, un livre dans les mains.
    « Je n’ais pas l’habitude de parler » dit elle doucement.
    Maïwenn releva la tête. Aelis avait repris l’inspection de ses bottes. Elle soupira.
    « J’ai pensé à vous. Votre passé me touche au plus haut point. Je voudrais vous aider »
    Un rire désespéré lui répondit.
    « Vraiment ? »
    Une nouvelle fois, elle était parvenue à l’atteindre.
    Maintenant, creuser la brèche dans la carapace. Elle se leva et posa son livre.
    « Oui, je voudrais vous apporter mon aide. Du moins si vous l’acceptez »
    Aelis croisa les bras, butée. Elle allait se rasseoir quand elle se tourna vers elle et la regarda droit dans les yeux.
    Regard de pluie d’été contre regard de mer.
    « Oui, vous pouvez m’aider »
    Elle s’attendit à ce qu’elle ajoute « en me laissant tranquille » mais la réponse fut toute autre.
    « Epousez Guielin et faites en sorte qu’il m’oublie »
    La voix d’Aelis avait tremblé, signe d’extrême émotion. Tel était le point sensible. Guielin.
    «Vous êtes pathétique Aelis » Elle écarquilla les yeux.
    « Depuis que je vous connais, je vous vois vous retenir. Oui, vous vous retenez d’aimer et de vivre. Tout cela à cause de cette culpabilité qui vous ronge
    - Laissez moi tranquille » hurla Aelis en tapant du poing sur la table. Des larmes de colère roulèrent sur ses joues. Elle allait lui répondre quand elle s’en fut précipitamment, la main plaquée sur la bouche.
    Maïwenn reprit place sur son fauteuil et tenta de lire. Le traité sur les dragonides était passionnant mais elle ne put s’y intéresser. Seule comptait la jeune femme aux épaules trop frêles pour supporter le poids de son immense peine. L’apprivoiser prendrait longtemps mais elle y parviendrait. Elle pria Andarta de lui donner un peu d’espoir.

    ***

    Diwenn était aux anges. Une jeune femme charmante s’intéressait à lui. Isolina de Viermelim. Elle habitait dans les faubourgs de Riorim mais il ne l’avait jamais rencontrée auparavant. Qu’importe ! Maintenant, elle était à coté de lui. A lui ses grands yeux de biche, à lui ses cheveux soyeux, à lui sa peau de porcelaine. Pour le moment, il avait seulement consenti à l’embrasser mais il attendait bien plus. Et cela ne tarderait pas. Du moins, il le croyait. Pour le moment, ils devisaient à l’ombre d’un arbre. Elle avait posé sa tête sur ses genoux et le lorgnait des yeux. Quel regard ! Ingénue ou consciente de son pouvoir de séduction, il la trouvait impressionnante. « Vous êtes si belle. Laissez moi passer cette nuit avec vous. Vous serez ma reine et moi votre roi. »
    Isolina eût un soupir langoureux qui le fit frissonner. Il se sentit amoureux. Avec elle, il irait n’importe où si elle le désirait.
    « Chaque nuit m’est précieuse, dit elle en évitant de croiser son regard, je rêverai de vous » Il sourit.

    ***
    Marzhevenn caché derrière un buisson assistait à la scène. Son frère se faisait mener par le bout du nez et cela l’amusait. Il ressentait cependant une pointe d’inquiétude inexplicable. La femme ne lui inspirait pas confiance. Quelque chose de toxique en émanait. Une sorte de mystère qui faisait chavirer les hommes. Elle tournait autour d’eux comme un papillon se pavanant dans un champ de fleurs. Dans tous les cas, cette femme pouvait faire mal à ceux qui l’approchaient de trop près. Une plante carnivore en quelque sorte. C’était inscrit dans la noirceur de ses yeux.
    Soudain, un léger vrombissement lui fit lever la tête. Là, dans le ciel un point noir apparut. Un oiseau ? Les mains en visière, il regarda attentivement. Le point se rapprocha. Non, trop grand pour un oiseau. Un nuage ?
    C’est alors qu’il vit la vapeur argentée caractéristique des éclats de lune.
    « Diwennn, c’est la Patience » hurla t’il en sortant de sa cachette.

    ***

    L’effervescence régnait à bord du bateau. Maïwenn courait en tout sens, distribuant des ordres à qui voulait l’entendre.
    « Enlevez encore des éclats de lune, descendez les voiles de direction, installez celles pour la descente, dépliez les parachutes ... »
    Son frère et Guielin obéissaient tant bien que mal.
    « Elle est folle, souffla Kieran en croisant son ami, mais c’est un très bon capitaine »
    En effet, quelques minutes plus tard, la Patience continuait tranquillement sa descente guidée par les mains expertes de Maïwenn. Elle planait gracieusement en direction de la plage, porté par les courants aériens.
    Aelis observait la descente depuis son yom, prête à intervenir au moindre problème. Elle avait insisté pour que Gwenaël monte avec elle. Il avait accepté sans mal de la suivre. Il fallait qu’il lui parle.
    « Si c’est pour m’entretenir à propos de Guielin, je te passe par-dessus bord » le prévint elle avant qu’il ait eu le temps d’ouvrir la bouche. L’enfant lui lança un regard méfiant. Elle lui sourit.
    « Vous n’êtes pas drôle » Elle hocha la tête. « Pardonne moi ». L’incident fut clôt.
    Ils se perdirent dans la contemplation du paysage pour retrouver les mots.
    « Tu me trouves méchante n’est ce pas ?
    - On ne peut pas aimer les autres si on se hait soi même » laissa t’il tomber au bout d’un long moment.
    Elle hocha la tête.
    « Si vous savez cela pourquoi ne me laissez vous pas tranquille ? »
    Il serra les dents. Elle lui avait fait mal.
    « Et vous, répliqua t’il sèchement, pourquoi ne partez vous pas si vous êtes si mal avec nous ? »
    Elle resta bouche bée, surprise par la violence de ses propos. Il continua sur le même ton ;
    « Je pense que vous êtes lâche. Vous vous complaignez dans votre passé de peur de vivre l’avenir. Et vous n’osez pas vous attacher à Guielin car vous craignez de le perdre. Vous êtes méchante, lâche et égoïste »
    Le yom descendit en piquet vers le bateau. Il dû se cramponner à la nacelle pour ne pas tomber.
    Gwenaël regarda Aelis. Les yeux de la jeune femme brillaient étrangement.
    « Descends » ordonna-t-elle, d’une voix semblable au grondement du tonnerre.
    Il obéit à contre cœur. Il avait touché juste.
    « Pardonnez moi » souffla t’il avant que le yom reprenne son envol »

    ***
    Angus se lava les mains dans la rivière souterraine. Changer le pansement d’Aifé avait été plus difficile qu’il ne l’avait prévu. La gamine avait hurlé de douleur dès qu’il avait touché son ventre. Une tache violette de mauvais augure environnait la plaie. La prêtresse avait prévenu que la lame de la dragonide avait pu être imbibée de poison. L’hypothèse lui paraissait de plus en plus vérifiable. Il en avait peur.
    « Le bateau vient de se poser. Le sanctuaire est en vue »
    Aifé s’était assise. La lumière du feu révélait la blancheur de sa peau. De plus en plus pâle. Ses yeux semblaient avoir doublé de volume sur son visage déjà amaigri. Il alla s’asseoir en face d’elle.
    « Et que se passe t’il ? » demanda t’il, conscient que lui faire parler du bateau était sa seule chance de la garder en vie.
    « Le bateau vient de se poser. Le sanctuaire est en vue. »
    La jeune fille sourit.
    « Ils viennent de jeter l’ancre, souffla-t-elle en fermant les yeux, ils descendent grâce à une passerelle. Maïwenn marche en tête, elle tient une arbalète. Ils sont dans les marécages. Aelis les suit avec son yom. Elle tient un arc »
    Elle sursauta.
    « Que se passe t’il fillette ? » demanda Angus inquiet.
    Aifé reprit lentement son souffle.
    « Quelqu’un a crié. Il descend la colline en courant, les bras ouverts. Maïwenn crie elle aussi. Elle court vers l’autre personne. Elle tombe, elle se relève. L’autre lui saute dans les bras. Elle le serre contre lui »
    Elle sourit à sa vision.
    « Marzhevenn » laissa t’elle échapper avant de retomber dans les ombres.

    ***

    « Maïwenn, Kieran, Enora je suis heureux de vous revoir »
    Maïwenn serra son petit frère dans ses bras. Marzhevenn. Elle avait perdu tout espoir de le revoir vivant. Elle l’écarta d’elle pour le regarder.
    « Qu’as-tu fait à ton nez, demanda t’il soudain inquiète, tu t’es battu ?
    - Diwenn n’a pas apprécié que je l’espionne pendant qu’il courtisait une femme » répondit il en essuyant le sang qui perlait de son nez. Maïwenn serra les poings. Diwenn allait payer cher sa méchanceté.
    Un cri perçant déchira le silence. Tous se retournèrent, la tête levée vers le ciel. Un escadron de dragonides fonçait sur eux.
    « A votre place, je monterai sans tarder sur le yom » suggéra Aelis d’une voix étrangement calme. Maïwenn se tourna vers son bateau. Il n’était qu’à quelques mètres à peine mais les monstres progressaient trop vite pour espérer un repli. Elle se tourna vers la guerrière qui lui sourit et lui tendit la main. Elle eût à peine le temps de prendre place entre sa fille et Kieran que le puissant animal déploya ses ailes. La terre s’éloigna à toute vitesse. Transie de peur et de froid, elle ferma les yeux.
    Aelis debout sur la nacelle banda son arc. La dragonide la plus proche tomba en piquet. Exécrées, ses compagnes redoublèrent d’ardeur pour la venger.
    Elle se tourna vers ses compagnons.
    « Guielin, fais accélérer le yom. Maïwenn, délaissez votre peur et venez me rejoindre. J’ai besoin de vous et de votre arbalète »
    Maïwenn ouvrit les yeux. Tout tanguait autour d’elle dans le vent glacé. Kieran lui donna la main pour l’aider à se mettre debout. Elle maîtrisa avec peine ses tremblements pour poser le carreau.
    Elle était la plus adroite des enfants Lochnohan. Allait elle pouvoir atteindre une cible mouvante ébranlée par la peur ? Elle ferma un œil pour viser et pria Andarta. Le trait partit droit dans le crâne d’une dragonide dont les congénères glapirent de colère et d’effroi.
    « Félicitations » lui souffla Aelis.
    Elle lui sourit un bref instant. Les prêtres du sanctuaire ouvrirent les grandes portes. Le yom se posa.
    Aelis attrapa Gwenaël à bras le corps, Maïwenn prit sa fille dans ses bras et tous coururent à l’abri du danger. On ferma derrière eux.
    Quelques secondes plus tard, des coups énormes furent portés sur les battants. Les gens se serrèrent les uns contre les autres en poussant des cris de terreur. Au milieu d’eux, l’équipage de la Patience reprit lentement son souffle.
    Maïwenn se tourna vers Aelis.
    « Nous formons une bonne équipe » souffla-t-elle. Elle allait répondre quand une prêtresse se précipita vers eux en riant, vite suivie d'une dizaine de religieux. Leurs yeux cernés de rides regorgeaient de tendresse et de bonheurs enfouis.
    « Voici donc premières damnées. Je vous attendais avec impatiente »
    Tous s’inclinèrent respectueusement. Les deux jeunes femmes s'entre-regardèrent avec pour une fois une expression commune : la pure incompréhension. Et dans les yeux une terreur sourde qui commençait à monter. Un je ne sais quoi dont elles n'arrivaient pas à mettre la main dessus était en train de les rattraper ...
    « Ce n’est pas à ceux qui portent dans leurs mains la survie de notre monde qui doivent s’abaisser, dit elle avec un immense sourire, mais c’est le monde qui doit s’incliner devant vous »
    Ses yeux s’attardèrent sur chaque membre du groupe. Aelis, les yeux baissés s’efforçait de maîtriser le tremblement de ses mains. Guielin observait son amie à la dérobée, les yeux brillants. Maïwenn avait resserré ses bras autour de sa fille, sans doute en prévision des futurs périls. Marzhevenn et Kieran ne la quittaient pas des yeux. Gwenaël lui sourit.

    « Alors voici l’élu, souffla la prêtresse d’une voix soudain tremblante, tu es si jeune et pourtant, tout dépend de toi »
    Elle lui tendit une main usée par les âges. Gwenaël l’enserra dans sa paume douce et fraîche.

    «Tu es venu apprendre ce que tu sais déjà depuis ta naissance. Le moment est venu d’accomplir ta destinée"

    Elle se tourna vers Maïwenn.

    Maïwenn de Lochnohan. Tu es un capitaine accompli, tu guideras les autres, tu leur montreras la voie. Mais souvent, ta foi et ta confiance seront ébranlées. Là, tu auras besoin des autres pour te redonner le courage d’avancer. N’oublie jamais cela"

    La jeune femme allait répondre quand la prêtresse se tourna aussitôt vers Aelis.

    "Aelis, tu seras leur alliée, leur force. Tu les accompagneras bien au delà de toi même, où la mort même ne pourra pas te suivre. Et tu devras faire en sorte qu'elle ne pourra pas déployer sur eux ses griffes»

    Les deux jeune femmes se regardèrent encore. Ce qu'elles craignaient était en train d'arriver. Elles allaient devoir faire cause commune. Du moins, pour dissiper le malentendu.

    "Pourrions-nous vous parler en privé, murmura Maïwenn rougissant des pieds à la tête devant la foule des visages religieux béats, Aelis de Vortiguern et moi, juste quelques instants.
    - Bien sûr, s'exclama la prêtresse en prenant les deux jeunes femmes par le bras pour les emmener jusqu'à une petite alcôve à l'abri des regards, vous avez le droit d'avoir peur. Mais je suis sûre que vous serez toutes deux héroïques. Telle est votre destinée. Mais asseyez-vous donc ..."

    Elle leur désigna deux fauteuils confortables autour desquels les dix religieux prirent place dès qu'elles se furent installées. Toujours les mêmes sourires, toujours la même foi. Aelis tentait vainement de ne pas croiser leurs regards, louchant désespérément vers l'endroit où ses compagnons de route l'attendaient. Quant à Maïwenn, le visage imperturbable, elle cherchait un moyen d'aborder sereinement le problème. Toute sa vie, elle avait appris à vivre en harmonie avec les hommes de dieu et leurs paroles. Aujourd'hui, elle avait l'impression qu'ils avaient tous été pris d'une folie furieuse mais ne voulait pas les froisser. Elle s'appliqua donc à sourire puis commença avec diplomatie.

    "Pardonnez-moi, mais je ne comprends pas très bien de quoi il est question"

    Les prêtres se regardèrent quelques secondes interloqués puis éclatèrent de rire.
    "Très convaincant", en profita pour lui glisser Aelis. Elle la foudroya du regard avant de reprendre.

    "Je suis convaincue que cet enfant n'est pas comme les autres. Cette aura qui l'entoure, cette façon de parler presque adulte. Et vous même, vous le reconnaissez comme l'élu. Mais ...
    - Voyons Maïwenn, vous n'allez pas me dire que vous avez oublié la chanson des damnées !, lança une prêtresse scandalisée.
    - Mais bien sûr que non, voyons, se défendit elle, sentant la moutarde lui monter au nez.
    - Alors, récitez"

    Maïwenn tenta de retrouver les paroles depuis longtemps apprises. Luttant de toutes ses forces contre la panique qui commençait à l'envahir, elle se lança.

    "Quand sera de nouveau répandu le sang des innocents
    De nos terres souillées s'élèvera un cri, celui du rassemblement
    Filles de rois des quatre vents répondront
    Par delà l'Elu elles signeront le pacte
    Au sanctuaire, elles réveilleront les forces de l'alliance"

    Ses mains se mirent à trembler, elle venait de comprendre. A coté d'elle, Aelis avait pâli des pieds à la tête.

    "Non, finit elle par dire au bout d'un long silence, ce n'est pas possible"

    ***

    La souffrance est intolérable. Ses hurlements résonnent au-delà des remparts et se répercutent jusqu’aux esclaves. Ceux-ci, pâles et décharnés se regardent en silence. Va-t-il mourir cette fois ?
    Le regret l’envahit. Pourquoi a-t-il banni Feldorn, son meilleur général ?
    Morgrevann ne sera sûrement pas à la hauteur de ses espérances mais il ne peut rien faire sans lui. Si l’offensive échoue, son espoir résidera dans les mains de Pandore. Mais quelles que soient ses craintes, il ne peut qu’attendre.

    ***
    Le silence régnait dans la grande salle du temple. Les prêtres avaient mis des matelas à la disposition des réfugiés qui essayaient de dormir tant bien que mal. Les dragonides semblaient s’en être allées comme pour leur laisser un éphémère répit. Aelis et Maïwenn avaient passé des heures à s'entretenir avec les prêtres. A présent, on avait préféré les laisser poursuivre seules le débat. Si Maïwenn semblait de plus en plus confiante, Aelis n'en démordait pas.

    "Vous ne pouvez être sûrs de tout cela. J'ai simplement accepté de conduire cet enfant où il le désirerait. Et ce ne va pas plus loin.
    - Ils vous l'ont déjà dit, lui répondit Maïwenn, vous avez entendu son appel. Il a fait de la sienne votre volonté. Vous êtes l'une des damnées et nous devons ensemble rattraper les erreurs de nos pères. La prophétie est formelle. Andarta nous a mises sur la route l'une de l'autre. Nous ne pouvons lutter contre sa volonté.
    - C'est drôle, vous ne me disiez pas cela il y a seulement quelques heures
    - Ne vous a-t-on jamais dit que la volonté d'Andarta était immuable, Aelis ?
    - Moi, je vous dis que la mienne est que nous reprenions nos routes séparément, est-ce clair ? Ce n'est rien qu'une légende, qu'une affabulation.
    - Mais l'enfant. Vous avez accepté de le conduire là-bas. C'est que vous vous rendez compte. Il ne peut être que l'élu. En tout cas, moi, je le crois.
    - Parce que vous croyez à tout ce que l'on veut vous faire croire pourvu que cela vienne de là-haut.
    - Même si vous, vous n'y croyez pas, avouez au moins qu'il y a un mystère. Vous ne le sentez pas ? A votre avis, comment a-t-il fait pour parvenir jusqu'à vous ?
    - Il s'est trompé de destinataire. C'est vers vous qu'il aurait dû se rendre. Vous auriez tout compris depuis le début. C'est un gamin détruit par la guerre qui prend partout le réconfort où il peut le trouver. Et je trouve cela malsain, de lui donner tant d'espoir.
    - C'est pour cela que vous l'emmenez tout de même là-bas. Vraiment, votre logique m'échappe.
    - Peut être feriez vous bien de la rattraper parce que vous, je ne vous en voie aucune"

    Maïwenn soupira. Aelis l'exaspérait. Pourquoi ne voulait elle pas comprendre ?

    "Bien sûr, vous voulez gagner les terres inconnues sur votre bête ... Et après, vous allez faire quoi ? Il vous l'a dit lui même : il a besoin que nous soyons toutes rassemblées. Nous devons retrouver Hanna de Govanonn et Aifé de Gorneval. Il n'y arrivera pas tout seul. Si vous voulez aller à votre perte tâchez au moins de le faire sans lui. Croyez-moi, il serait mille fois mieux ailleurs. Allez Aelis, vous voyez bien que vous n'avez pas le choix
    - Alors, souffla-t-elle en se levant, laissez moi au moins aller dormir. J'y verrai sans doute plus clair demain"

    Et elle quitta la salle sans se retourner.

    ***
    "La prochaine fois que tu frapperas ton frère, tu auras affaire à moi"
    Maïwenn avait besoin de quelqu'un pour passer sa colère. Comme Aelis avait eu le dernier mot, son entourage était une cible toute désignée. Diwenn se tourna vers sa sœur qui le dévisagea, les yeux écarquillés.
    « Pardonne moi, lui souffla t’il à l’oreille, j’étais en colère contre lui
    - Tu n’as pas à le battre, répondit elle sèchement, tu auras affaire à moi si tu recommences. En attendant, cesse de t’afficher avec cette femme que tu ne connais même pas. Tu nous couvres de honte »
    Il soupira.
    « Isolina est une charmante personne. Cesse de t’inquiéter »
    Elle secoua la tête.

    ***
    A coté d’eux, Guielin et Aelis s’observaient en silence. Un sentiment nouveau avait remplacé leur amitié depuis ce baiser avorté. Cela les effrayait.
    Aelis faisait son possible pour garder un visage dénué d’expression. Si elle se découvrait, Guielin comprendrait son trouble et en serait ému. Peut être partageait il ses sentiments. Elle rejeta ses pensées. Elle ne devait pas s’attacher à lui. Son cœur à nu saignait encore par de multiples blessures. Elle ne pouvait en accueillir de nouvelles. Sa vie la précipitait vers la mort et ne croiserait plus l’amour. Elle se l’était promis. Guielin resterait son compagnon de voyage et rien de plus. Il allait mourir s’il s’attachait à elle.

    Guielin contemplait Aelis. Les yeux de son amie brillaient comme des étoiles éteintes. A quoi donc pensait elle ? Impossible de lire les émotions sur son visage fermé. Mais ses yeux lui parlaient de tendresse et d’espoir. De peur peut être. D’ordinaire, il arrivait à deviner ses états d’âme rien qu’en la regardant. Cette nuit, elle lui échappait. N’était ce donc plus elle, son amie qui lui faisait part de ses rêves et secrets ? Il avait du mal à la reconnaître derrière son mur d’incertitudes.
    « Tu n’aurais pas dû m’accompagner
    Il sursauta. Aelis venait de lui lancer ces mots, froidement.
    « Pourquoi ?, demanda t’il choqué
    - Parce que je suis la mort et que je détruis tout ce que je touche. Notre quête est désespérée, nous le savons tous. Si tu me suis, ce sera de l'autre côté de la vie... »
    Guielin voulut protester, dire les mots qu'il avait en tête. Mais son amie le fixait d'un regard impassible. Elle n'attendait plus rien et il resta coît.

    ***
    Aifé lui sourit quand elle sort de la brume.
    « Je suis heureuse de vous revoir »
    Elles s’assoient l’une en face de l’autre comme elles en ont pris l’habitude.
    « Angus est persuadé que vous n’existez pas » Aifé se met à rire. Aelis ne répondit pas.
    « Quelque chose vous préoccupe ? » demande t’elle inquiète.
    Elle a du mal à formuler les mots tant ils l’effraient.
    « Guielin est amoureux de moi »
    Aifé fronce les sourcils.
    « Vous éprouvez les mêmes sentiments, n’est ce pas ? »
    Elle hoche la tête, osant se l’avouer pour la toute première fois.
    « Alors où est le problème ? »
    Les joues d’Aelis s’inondèrent de larmes.
    « Je ne peux pas. J’ai trop peur de le perdre. Tous ceux qui m’approchent sont voués à la mort. J’ai perdu mon mari et mon fils, poursuivit elle au milieu des sanglots, tous ceux qui m’approchent sont voués à la mort. Guielin a tout abandonné pour me suivre. Je ne veux pas qu’il sacrifie sa vie dans mon escapade insensée »
    Aifé fronce les sourcils.
    « Pourquoi ne le laissez vous pas choisir ? »
    Soudain, un bruit terrible déchire le silence. Elle se réveille en sursaut.
    Dernière modification par Althéa ; 19/11/2008 à 22h21.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  2. #2
    Luthien Invités
    Pauvre Aelis... certaine personne on peur de quiter leur malheur... ils s'inventent des raisons, des culpabilités, mais finallment... enfin, j'espère qu'elle va s'en sortir... elle le mérite.

  3. #3
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 609
    @Luthien : le petit prince (hé oui, je le cite souvent) disait : "Quand tu seras consolé ... on se console toujours". Aelis s'en sortira. Parole d'auteur ...
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  4. #4
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 936
    Bravo Gwenaël ! Il a bien raison de secouer Aélis, de lui dire la vérité en face. Lorsque quelqu'un s'abîme dans sa détresse, se complait dans sa souffrance, il faut le secouer, le faire réagir, le pousser à aller de l'avant ! Ce garçon a des paroles bien sages pour quelqu'un de si jeune... Il n'est pas l'Elu pour rien.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  5. #5
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 609
    Tu le fais beaucoup pour moi aussi (non, je m'appelle pas Orangina), merci. Bon, je retourne me jeter par la fenêtre de la cave.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  6. #6
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 936
    Tu es quand même dans un meilleur état qu'Aélis, et heureusement ! De mon côté, je fais ce que je peux pour essayer de te remonter le moral, mais je ne suis pas certain d'être d'une grande efficacité.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  7. #7
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 609
    Dans tous les cas, j'ai la chance d'avoir des amis supers. Je vous remercie d'être là.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  8. #8
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    dans le brouillard
    Messages
    27 402
    Si ça continue, j'aurai fini ce soir (peu de chances, cela dit, je vais devoir me mettre à des choses moins agréables)...

    D'abord, je dois dire que j'ai ri deux fois:
    * quand Marzhevenn sort de son buisson, très très bon, ça!
    * quand Guielin fait sa déclaration à voix haute, assez comique aussi, même si le contexte ne l'est pas. J'ai ri quand même.

    Les dés sont jetés entre Aelis et Guielin... On voit bien que c'est une dynamique qui te tient fort à coeur, mais j'ai peur qu'elle prenne beaucoup de place... Je suis un peu sur ma faim quant aux deux autres damnées révélées... Enfin, ce n'est que le chapitre 9, je sais bien!

    Ah oui, j'ai aussi eu un peu de mal à suivre la scène où Maïwenn et Aelis se disputent pendant que les deux gars sont sur le mât... C'est la descente, Maïwenn tient le gouvernail et puis soudainement, elle lit un livre?! ça semble un peu étrange, comme ça.

    Bon, mais je vais vite attaquer le chapitre suivant...

    Toujours bravo! J'ai l'impression que je ne prends plus le temps de te dire que je trouve ça vraiment très chouette, toute à mes commentaires... J'espère qu'ils pourront te servir à quelque chose...
    Lathandre est le début du plaisir
    Et Luménis c'est par ...


    En RP : Albérich Megrall & Hubert de Maleval. La bio de l'un et la bio de l'autre...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

  9. #9
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 609
    Heu ... en fait Maïwenn a un clône. Non, j'ai sûrement du m'absenter entre deux séquences d'écriture et je ne me souvenais plus que Maïwenn était au gouvernail. Je suis une vraie boulette.

    Pour la relation Aelis, Guielin, Taliesin me l'avait dit. Je vais un peu la modifier pour qu'elle prenne moins de place.

    Et pour tes commentaires, merci. Vos commentaires d'une part m'encouragent, d'autre part m'aident pour recituer les personnages, corriger mes erreurs. Vous êtes des supers lecteurs.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  10. #10
    Seina Invités
    Tu n'as toujours pas modfié le problème du livre :notme2:

    Sinon j'adore énormément ce chapitre, les relations entre les personnages s'affinent et c'est du lourd ! bravo Althy , mon âme romanesque se réjouit d'avance à la suite de cette histoire

    Sinon ça me frustre à chaque fois de devoir changer de topic, pas de temps à perdre ! tu aurais pas toute l'histoire sur Word ? :notme: :rigoler: :notme2:

  11. #11
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Que l'histoire entre Guielin et Aelis prenne beaucoup de place ne me dérange pas. En revanche elle va beaucoup, beaucoup trop vite à mes yeux. Ma parole, les dès sont jetés depuis des années, non? Cela fait des années que le premier se tait, que la seconde fait semblant de ne rien voir. Et pis voilà, il suffit de quelques remontrances bien placées, qu'on soit coincés ensemble et que la fin du monde approche, pour que monsieur déballe son sac, pour que madame refasse sa vie en quelques jours. J'ai du mal à croire à la rapidité de ces revirements. C'est pas si comme si ils avaient peut-être d'autres soucis prioritaires.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231