Affichage des résultats 1 à 21 sur 21

Discussion: Chapitre 8

  1. #1
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 608
    Il coure le plus vite qu’il peut mais ses pieds s’enfoncent et glissent dans la boue noire à chaque pas. Une femme, sans doute sa mère le tire par la main. Il a peur, faim et froid. Un cri immonde le fait sursauter. Les dragonides sont à leur poursuite. Sa mère lui crie de se cacher. Il se jette tête la première dans un buisson d’épines. Ses chairs sont meurtries mais il ne le sent pas. Seule compte la femme qui lui a donné la vie. Elle continue son chemin, la tête baissée sous le vent et la pluie. Soudain, un éclair déchire le ciel. Elle se retourne. Dans les nuages, une dragonide apparaît, décrivant des cercles dont elle est le centre. Et soudain, elle s’abat en piquet. La femme s’effondre. Il se mord la main pour étouffer un cri. Des larmes glacées roulent sur ses joues. La dragonide reprend son arme ensanglantée. Mais elle ne s’envole pas. Il la contemple avec une fascination mêlée d’horreur. Une immense silhouette, des cheveux longs et blancs, une armure dorée. C’est la mort qu’il regarde. Pourquoi ne repart elle pas ? C’est alors qu’il comprend. Elle le cherche …

    Guielin se réveilla en sursaut. Les sens en alerte, il se leva doucement et sortit sur le pont. Ce n’était pas un cauchemar mais un souvenir enfui depuis trop longtemps.
    Sa mère … Elle ne l’avait pas abandonné comme il l’avait présumé mais elle était morte en attirant la dragonide pour le protéger.
    Une couverture se posa sur ses épaules.
    « Tu es inconsciente Aelis, dit il doucement, vas te reposer
    -Je ne peux pas dormir si tu n’es pas bien, murmura t’elle.
    - Tu as besoin de repos
    - J’ai besoin d’air. »
    Il soupira vaincu.
    « Je voudrais savoir ce qui te réveille au beau milieu de la nuit » poursuivit elle.
    Il s’assit contre le bastingage.
    « Ma mère est morte en m’aidant à m’enfuir » dit il simplement.
    Elle écarquilla les yeux.
    « Des souvenirs ? »
    Il hocha la tête.

    Elle resta un long moment à se demander comment elle pouvait l’aider. Elle n’avait plus l’habitude des gestes qui encouragent et qui consolent, ces gestes de tendresse…
    Elle étendit le bras et caressa sa joue. Sans savoir pourquoi, il attrapa sa main. Il sentit Aelis frissonner mais elle ne bougea pas.
    « Si tu en as besoin je te prête mon épaule »
    Il écarquilla les yeux. Cela faisait si longtemps qu’il espérait un geste tendre. Et cette nuit … Il s’approcha doucement. Elle ne recula pas. Sentant venir les larmes, il enfuit sa tête sous son épaisse chevelure et se mit à pleurer. Elle le serra conte elle. Comme elle aurait voulu savoir à nouveau bercer, consoler ! Mais cela lui était impossible.
    « Quel que soit ton passé je veillerai sur toi durant le temps à venir. »
    Il leva la tête pour la regarder. Ils étaient tous près, dans les bras l’un de l’autre. Il approcha doucement son visage du sien. Il s'approcha. Mais soudain, elle recula brutalement, comme s'il l'avait frappée. Il écarquilla les yeux. Elle recula encore et le regarda épouvantée. Que venait il de se passer ?
    « Pardonne moi Aelis » parvint il à articuler. Elle secoua la tête.
    « Attends ! »
    Mais son amie courût s’enfermer dans sa cabine sans entendre ses paroles.

    ***

    Maïwenn se réveilla après avoir fait un horrible cauchemar. Elle essaya de s’en souvenir pour le rationaliser mais les images s’enfuyaient plus vite que sa mémoire. Une dragonide poursuivant un vieil homme à travers bois. Elle courait à sa rencontre et se retrouvait face au monstre. Elle avait besoin d’y voir plus clair. D’abord, une bonne toilette. Elle se félicita d’avoir embarqué des tonneaux d’eau douce lors de son dernier passage sur la patience. Elle ôta se chemise de nuit et se dirigea vers le broc d’eau et la bassine qu’elle utilisait pour se laver. L’eau était froide mais se sentir propre constituait une consolation non négligeable. Puis elle se glissa dans l’uniforme de son père. Il lui donnait du courage.

    Elle allait s’admirer dans le miroir au dessus de son lit quand une explosion ébranla le vaisseau. Kieran et ses inventions !
    Elle se rua dans la pièce à coté. Une épaisse fumée noire empêchait toute visibilité.
    « Kieran, où es tu ? Tu es blessé ? » demanda t’elle inquiète.
    Un gémissement lui répondit. Elle courût ouvrir la fenêtre. La fumée se dissipa, laissant entrevoir un singulier spectacle.
    Kieran était assis à califourchon au sommet d’une étagère. Son visage, noir de suie était barré d’écorchures et ses cheveux se dressaient en tout sens sur son crâne. Il tenait dans sa main ensanglantée les vestiges de ce qui avait dû être une éprouvette quelques secondes auparavant. Il lui fit un petit sourire.
    « J’ai encore raté. »
    Il s’attendit à ce qu’elle trouve l’incident amusant mais elle croisa les bras et se mit à crier.
    « Descends de là tout de suite. »
    Guielin et Aelis entrèrent en même temps dans la pièce suivis de Gwenaël et d’Enora.
    « Oncle Kieran s’est encore trompé. » dit la petite fille. Le jeune homme sauta de son perchoir occasionnel et tomba sur son lit. Maïwenn fondit sur lui, semblable à une dragonide enragée.
    « Espèce d’imbécile, lui hurla-t-elle en le secouant sans ménagement, tu aurais pu faire sauter le vaisseau et nous par la même occasion. Tu n’es qu’un savant fou. Qu’as-tu voulu faire cette fois ?
    - Une arme contre les dragonides.» dit il doucement. Maïwenn soupira.
    Guielin s’approcha d’elle discrètement.
    « Pardonnez moi, murmura t’il dans l’espoir de la calmer, mais si je ne me trompe pas votre frère est la seule victime de son expérience. Je crois qu’il a besoin de vos soins avant d’une leçon. »
    Elle hocha la tête avec une grimace vexée de voir s’effriter son autorité.
    « Vous avez raison. »
    Elle attrapa son frère par le poignet et le tira jusqu’à sa chambre.
    « Quelle famille de fous » soupira Aelis si doucement que seul son ami put l’entendre. Il se tourna vers elle, espérant que l’incident de la veille avait été oublié. Mais elle détourna les yeux. Déçu, il alla examiner l’éprouvette abandonnée sur une table. Elle contenait les débris d’une poudre noire et brillante.
    « Etrange. »

    ***

    Aifé se réveilla en sursaut. Angus l’appelait au secours. Elle empoigna son sabre et sortit en courant. La brume avait envahi la forêt, lui révélant l’aspect mystérieux et fantomatique du paysage. Funèbre. Il enveloppait tout, semblable à un immense linceul. Car derrière se cachait la mort.
    « Aifé »
    La voix d’Angus. Si proche mais trop loin pour qu’elle le voie. Il était en danger ! Elle se remit à courir, guidée par le son de sa voix.
    « A l’aide »
    La peur s’empara d’elle. Angus allait mourir si elle ne le trouvait pas. Ses yeux scrutèrent l’invisible à la recherche de son ami. En vain. Elle accéléra le pas sans prêter attention aux ronces éraflant ses pieds nus. Ses pas la ramenèrent vers la rivière. Elle frémit en pensant à Hitier. Angus maintenant ? Non, il n’en irait pas ainsi ! Elle distingua une forme allongée au pied d’un arbre. Angus !
    Elle fut près de lui en trois enjambées. Il avait une vilaine plaie à la tête mais il respirait faiblement. Elle serra les poings. Non, pas maintenant. Le vieil homme leva les yeux vers elle. Elle parvint à lui sourire.
    « Ne t’en fais pas, je vais te ramener chez nous » dit elle en essayant de le relever.
    Un bruissement derrière elle. Elle se retourna.

    Une dragonide la lorgnait avec convoitise, appuyé sur sa longue épée. Son masque blanc se tordit dans un rictus moqueur. Il secoua la tête et ses longs cheveux blancs ondulèrent avec le mouvement.
    « Ton heure est venue petite Aifé »
    Des frissons glacés la parcoururent le corps de la jeune fille. C’est la mort en personne qu’elle allait affronter. Mais elle se tint courageusement debout devant elle. Elle la regarda droit dans les yeux.
    « Tu as tort de te mesurer à moi. Je suis un adversaire redoutable.
    - Alors viens te battre » lui répondit la dragonide en découvrant ses dents.

    Aifé souffla un grand coup. Sa seule chance de battre le monstre était de le prendre par surprise. Elle s’élança sur lui en hurlant, son sabre devant elle. La dragonide se contenta de l’attendre, sûre de sa victoire. Mais au moment où les armes allaient s’entre choquer, elle prit son élan et bondit sur une branche d’arbre. En une fraction de secondes, elle se cacha dans les frondaisons.
    Le souffle court, elle attendit que la dragonide la rejoigne. Elle avait l’avantage du terrain. Le monstre ne pourrait pas déployer ses ailes entre les branches entrelacées. Les feuilles bruissèrent à coté d’elle. Un éclair blanc jaillit de nulle part et lui entailla la tempe. Elle se jeta en avant sur une branche plus haute. Le monstre poussa un cri de colère.
    « Tu croyais me tuer aussi facilement ? » lui demanda-t-elle avec un sourire. Surtout ne pas lui montrer qu’elle tremble.
    La dragonide éclata de rire. Le son se fragmenta en un millier d’échos, si sinistres qu’Aifé se boucha les oreilles pour ne plus l’entendre.
    « Tu es un bon stratège mais un bien piètre soldat face à moi. Prépare toi à aller rejoindre ton grand père. »
    Le silence de la mort tomba sur ses paroles. Aifé se sentit sur le point de défaillir. Elle dû s’accrocher à une branche pour ne pas tomber.
    « Tu mens, hurla-t-elle au bord des larmes, mon grand père est en vie ! »
    La dragonide secoua la tête et lui tendit une épée qu’elle reconnût sans peine. La lame de Goderic. Alors, tout était vrai …
    « Tu es la seule survivante, lui lança t’il sur le ton de la conversation, si tu te rends je t’épargnerai peut être. »
    Aifé poussa un hurlement de désespoir vite étouffé de sanglots.
    « Miauler est il tout ce que tu sais faire ? » lui demanda l’autre d’un ton glacé. Son adversaire était touché au cœur, incapable de se défendre. Mais il allait attendre avant de la tuer. D’abord se nourrir de se détresse. S’amuser un peu.
    Mais contre toute attente Aifé se jeta sur lui. Elle n’avait plus rien à perdre. Il para sans mal le premier coup d’épée. Elle dû se baisser pour éviter la riposte. Il leva son arme pour frapper à nouveau. Plus rapide qu’un feu follet, elle se jeta entre ses jambes et érafla sa cuisse.
    Hélas, elle se prit le pied dans une traître branche. Elle tendit les mains pour se rattraper. Son sabre lui échappa des mains et vint se planter au pied de l’arbre. Désarmée. Lutter ne lui servait plus à rien. Elle s’accouda à l’arbre. La bête lui sourit. Elle n’avait jamais pensé mourir de cette façon. Une fin bien glorieuse. Mais la fin, inéluctablement.
    « Fais ta prière petite Aifé. » lui souffla la créature en pointant la lame sur son ventre. Elle secoua la tête. Se forcer à oublier le fer qui entaille sa chair.
    « Je prie pour toi et tous les terriens, dit elle d’une voix forte, les miens vous vaincrons. Ce n’est pas ma mort qui les arrêtera. »
    Le monstre émit un feulement. Elle l’avait touché. Un immense sentiment de fierté l’envahit, si fort qu’elle ne vit pas son ennemi s’approcher. Elle ressentit une douleur intense au niveau du ventre. Elle baissa les yeux. Elle ne vit que la garde de l’épée.
    Alors, elle allait mourir. Le monstre recula et lui montra l’arme couverte de son propre sang. L’épée de Goderic. Elle tomba à genoux. Son sans inonda sa tunique, s’en allant en même temps que sa vie.
    La dragonide replaça l’épée dans son fourreau.
    « Je vais te laisser attendre la mort, j’ai à faire. »
    Aifé lui tendit la main.
    « Rends moi son épée »implora-t-elle. Feldorn se mit rire.
    « A quoi cela te servira t’il, tu es mourante
    - Je ne veux pas finir seule. » répondit elle doucement.
    Mentir ne lui servait plus à rien. L’épée tomba à coté d’elle en tintant pendant que le monstre s’envolait. Elle se roula en boule, le fer entre les bras. Elle n’avait presque plus mal. Même la peur s’en allait.
    Angus l’appela. Elle n’eut pas la force de lui répondre.
    « Alors c’est cela mourir, pensa-t-elle en perdant connaissance, c’est simplement dommage. »

    ***

    Gwenaël était à présent seule avec Aelis. Guielin et Enora aidaient Maïwenn à soigner Kieran. Ils attendaient qu’ils reviennent sans échanger un mot.
    Soudain, l’enfant poussa un cri et tomba à genoux. Un coup d’épée, le sang. Il allait mourir.
    Aelis effrayée se pencha sur lui.
    « Qu’y a-t-il, tu as mal ? »
    Il gardait les mains crispées sur son ventre. Comme son petit garçon.
    En une fraction de seconde les souvenirs affluèrent. Elle tenta de les chasser mais ils eurent raison d’elle, ils allaient l’emporter. Elle hurla. Guielin et Maïwenn accoururent. Ils la découvrirent serrant l’enfant dans ses bras, pâle comme la neige. Maïwenn poussa un cri d’effroi. Guielin s’agenouilla à coté de son amie. Elle le transperça de ses yeux hagards qui ne le reconnaissaient plus.
    « Aelis » l’appela t’il doucement.
    Son regard se posa sur lui.
    « Guielin »
    Il sursauta en entendant sa voix. Une voix pâle et morne. Si un mort avait pû parler, c’est ainsi qu’on l’aurait entendu.
    Il fit mille efforts pour garder son calme. Elle lui tendit l’enfant.
    « Dis moi qu’il n’est pas mort » implora-t-elle.
    Gwenaël ouvrit les yeux et gémit. Aelis éclata en sanglots et partit en courant. Maïwenn se lança à sa poursuite. L’enfant remua. Guielin se pencha sur lui.
    « Que t’est il arrivé ? »
    Gwenaël regarda ses mains avant de répondre. Aucune trace de sang.
    « On m’a enfoncé une épée dans le ventre, dit il plaintif, du moins, je l’ais senti. »
    Le jeune homme écarquilla les yeux, néanmoins il était rassuré.
    « Je ne vois rien mais Maïwenn pourra t’éxaminer si tu le désires. C’est un très bon médecin.
    Il secoua la tête.
    « C’est étrange, murmura t’il, c’est comme si l’on m’avait vraiment passé une épée au travers du corps. Comme j’ai eu mal à l’épaule quand Aelis s’est interposée entre toi et son père. »
    Il fronça les sourcils.

    ***
    « Bienvenue cher Feldorn » Le général s’agenouille devant son maître. A lui la gloire qu’il a tant espéré.
    « Tu n’as pas achevé Aifé de Gorneval, n’est ce pas ? »
    Son général secoue la tête, tiraillé par un épouvantable sentiment de panique.
    Le maître étend la main. Une image apparaît sur le mur. La forêt. Un vieil homme monte dans un arbre jusqu’à un corps allongé entre deux fourches.
    Angus prend Aifé dans ses bras. La jeune femme respire faiblement.
    « Désormais je te bannie Feldorn. Considère toi comme un traître à abattre. Tu as quelques secondes pour quitter le palais. »

    ***

    « Aelis, calmez vous. Je vous en conjure. » Aelis secoua la tête.
    « Laissez moi tranquille, hurla-t-elle la voix entrecoupée de sanglots, je ne veux voir personne. »
    Maïwenn fronça les sourcils. Son cas était bien plus grave qu’elle le pensait. Elle s’assit contre le bastingage, la tête dans ses bras. Au moins, elle n’aurait pas à courir pour la rattraper.
    « Racontez moi tout. Cela vous aidera. »
    Elle ne lui adressa pas un regard quand elle s’assit à coté d’elle.
    « Raconter, toujours raconter. Vous n’attendez que cela pour vous repaître de mes maux » dit elle d’un ton rageur. Elle attendit patiemment qu’elle se calme. Et soudain, Aelis se lança.
    « J’étais mariée à Yorwann depuis trois ans. Nous préparions le deuxième anniversaire de notre fils quand un soldat est venu nous chercher. L’un de nos guetteurs avait vu un escadron de dragonides en provenance du Sud. Elles allaient passer à l’attaque. On avait donc besoin de chaque personne sachant se battre pour les repousser. J’ai accepté en dépit du bon sens, laissant mon fils aux bons soins d’une servante. Il était fier de moi car j’allais « tuer des monstres ». Je l’ais embrassé et je suis partie rejoindre Yorwann.
    Mon père avait placé mon époux en première ligne. Il ne l’aimait pas sous prétexte qu’il n’était pas des nôtres. Pire encore, il souhaitait sa mort. Contrairement à ce qu’on attendait de moi, je restai avec lui. Les dragonides chargèrent avant que l’on ait pû me faire partir.
    Yorwann mourut dès le premier assaut, la tête défoncée par une masse d’arme. Si je n’avais pas eu Gaël, j’aurais cessé de me battre. Mais j’ai lutté avec la force du désespoir jusqu’à l’épuisement pour mon petit garçon. Le soir, les dragonides ont repris leur envol. Nous les avions vaincus. J’étais vivante ! Je suis rentrée chez nous en me demandant comment lui annoncer que nous étions seuls. C’est alors que j’ai vu les premiers cadavres de ceux que nous avions cru en sécurité derrière nos lignes. Des dragonides avaient contourné le champ de bataille pour venir jusqu’à eux. Elles avaient fait un carnage. Je me suis précipitée chez moi en espérant que Gaël avait été épargné… »
    Elle n’eut pas la force de terminer son histoire. Maïwenn leva les yeux au ciel. Des larmes roulaient sur ses joues.
    « Andarta supplia t’elle, aide cette femme à retrouver la lumière »
    Et comme Aelis éclatait en sanglots, elle la prit dans ses bras.

    ***

    Ils tirèrent la barque sur le rivage et se remirent à courir. Là, juste en haut de cette verdoyante colline, le sanctuaire leur tendait les bras. Marzhevenn se sentait sur le point d’étouffer. Trop d’efforts avait réveillé son mal. Seul une infusion de Maïwenn pouvait le calmer. Il n’avait qu’à prendre son mal en patience si Diwenn ne s’était pas trompé. Dans le cas contraire il mourait lentement, privé d’oxygène. Il essaya de se souvenir des herbes que sa sœur utilisait au cas où il en croiserait. Elle leur avait dit leur nom une fois mais il ne l’avait pas écoutée, jugeant son discours trop ennuyeux. Aujourd’hui, il le payait.

    ***
    Aelis s’était endormie, à bout de force et de larmes. Maïwenn sortit de sa chambre et alla rejoindre Guielin sur le beaupré. Le jeune homme s’était allongé pour admirer les étoiles.
    « La tisane fait son effet. Votre amie a beaucoup moins de fièvre. »
    Il lui sourit.
    Elle vint s’asseoir à ses cotés.
    « Son attitude est étrange. Vous repousser du jour au lendemain. »
    Il ne répondit pas.
    « Vous l’aimez n’est ce pas ? »
    Il se tourna brusquement vers elle, surpris par la question. Maïwenn le considérait gravement.
    « Vous êtes si attentif à son égard, si présent
    - Un véritable ami l’est tout autant que moi. »
    Elle secoua la tête.
    « Les véritable amis n’ont pas ce regard triste quand ils parlent de leur compagnon. »
    Il s’assit, les jambes entre les bras en essayant de ne pas penser à l’incident de la nuit précédente.
    « Vous m’avez aidée quand je me suis confiée à vous. Je vous dois la pareille. Ouvrez moi donc votre cœur. »
    Mais il n’en dit pas d’avantage.

    ***
    Ses pieds nus frissonnent au contact de la neige, elle avance avec confiance, sure qu’elle sera là. La brume se dissipe. Elle se trouve face à une forêt de chênes arborant fièrement leurs reflets émeraude. Un bruissement de feuilles. Elle ne bouge pas. Une silhouette se dessine. Un enfant. Non, c’est elle !
    Elles se sourient.
    « Ainsi, c’est vous »
    Leurs voix se sont fait écho. Deux damnées sur le territoire du rêve.
    Soudain, la brume enveloppe la jeune fille.
    « Pardonnez moi, je crois que l’on me réclame. »
    Elle tourne les talons mais Aelis la rappelle.
    « Attendez, je ne connais pas votre nom
    -Aifé » répond-t-elle avant de disparaître.

    ***

    « Je pense que vous devriez vous parler. Tu ne peux pas rester comme ça. »

    Guielin leva la tête. Kieran s’était penché par-dessus la barrière de leur lit à étage. A l’envers, son air triste avait l’air d’un sourire. Il soupira.
    « Cela fait deux jours que nous cohabitons dans cette cabine et tu ne parles que d’elle. Aelis par ci, Aelis par là.
    - Tu parles même d’elle en dormant » ajouta Gwenaël soudain moqueur.
    Il secoua la tête, sa maudissant de s’être confié à ses compagnons de chambre. En vain. Il ne savait même plus ce qu’il éprouvait. De l’affection, de la colère, de l’amour, de la pitié ? Non, pas de la pitié. Il la respectait trop.
    « Cela fait un an qu’elle porte le deuil. Aide là à revenir aux couleurs de la vie. »
    Il secoua la tête. Comment pouvait il l’aider à vivre si elle s’y refusait.
    « Elle ne m’écoutera pas, laissa t’il tomber, je ne peux pas la forcer à être heureuse si elle ne le veut pas
    - Alors laisse la à sa peine et courtise ma sœur » conclut Kieran sur le ton de la plaisanterie.
    Il se leva d’un bond, les yeux brillants de colère.
    « Jamais, se mit il à crier, faisant sursauter ses camarades surpris de le voir soudain perdre son calme, jamais je n’abandonnerai cette femme. Elle m’a soutenu quand tous m’ont tourné le dos. Elle a éclairé mes heures les plus noires par sa simple présence. Elle m’a appris à rêver, à rire, à aimer. J’ai tout partagé avec elle et je ne vais pas m’enfuir même si elle ne voit en moi qu’un simple ami. Vous m’entendez ? »
    Kieran soupira. Encore un pauvre malheureux malmené par l’amour. Jamais cela ne lui arriverait. Il se l’était promis. Guielin haletait, à bout de souffle, surpris par sa propre réaction.
    « Pardonnez moi » murmura t’il en retournant s’asseoir. Kieran descendit de l’échelle.
    « Tu devrais lui parler. J’ai raison depuis le début» conclut il posément.



    ***

    « Aifé »
    Une immense tâche blanche, l’obscurité, à nouveau la lumière. Et Aifé ouvrit les yeux. Angus se pencha sur elle.
    « Comment va ma sale gamine ? » demanda t’il avec un sourire. Son corps était déchiré par une douleur atroce. Et cette chaleur. Elle ouvrit la bouche mais il n’entendit qu’un léger souffle.
    « Tais toi. Tu n’es pas assez forte pour dire des bêtises »
    Il la souleva doucement par les épaules et lui donna à boire. Elle reconnût sans mal le mélange d’eau claire et d’airelles broyées qu’il lui donnait quand elle était malade. Petite, il n’avait eu qu’un effet psychologique sur l’amélioration de sa santé. Aujourd’hui elle savait qu’il ne l’aiderait en rien mais fut ému par le geste.
    « J’ai eu très peur, lui dit le vieil homme d’un ton bourru, tu es restée inconsciente deux jours »
    Elle écarquilla les yeux. Autant de temps ?
    « Comment se porte notre jeune amie ? » demanda une voix douce. La femme du temple. Aifé la regarda, les yeux emplis de nuages.
    « J’ai cautérisé la plaie mais elle s’affaiblit autant que la fièvre augmente »
    Elle secoua la tête. Angus se trompait. Elle ne pouvait qu’aller mieux puisqu’elle était réveillée. La vieille femme passa sa main sur sa joue.
    « Aidez la à luter et essayez de faire tomber la fièvre. Vous ne pourrez faire mieux » entendit elle avant de ressombrer dans le sommeil.

    ***

    « Je sais que vous ne m’appréciez pas mais je ne vous apprécie pas non plus. »
    Maïwenn se tourna vers Aelis. La jeune femme s’obstinait à contempler l’extrémité de ses bottes.
    « Si vous vouliez partir je ne vous retiendrais pas. Croyez le bien. »
    Aucune réaction.
    « Je vous ennuie peut être » souffla-t-elle exaspérée.
    Aelis daigna relever la tête. Le petit sourire qu’elle lui adressa laissait présager de sa réponse.
    « Vous m’ennuyez aussi » répondit elle vexée.
    Elles éclatèrent d’un rire sans joie qui permit néanmoins à les détendre.
    « S’il n’y avait pas eu cette alliance nous aurions continué chacune notre coté mais nous sommes réunies par la force des choses. Andarta l’a voulu, nous devons l’assumer. Encore un peu de patience et nous serons débarrassées l'une de l'autre. Les prêtres du sanctuaire nous confirmerons que nous n'avons rien à voir l'une avec l'autre et nous pourrons nous souhaiter bon vent ...»
    Aelis était retournée dans la contemplation de ses chaussures. Elle se força à continuer :
    « Quand à votre lubie de rester sur votre bête je la trouve absurde
    - Pas plus que de rester sur votre rafiot » souffla-t-elle entre ses dents. Elle serra les poings.
    « Mon « rafiot » est une machine évoluée dont je connais les moindres détails. Je lui fais pleinement confiance. Quant à votre animal …
    - Mon yom, l’interrompit brusquement Aelis, agacée par sa leçon de morale, il est doux et attentif. Il m’a sauvée de nombreuses fois des pires dangers. Et si vous ne me croyez pas, vous n’avez qu’à monter dessus »
    Elle ouvrit de grands yeux horrifiés.
    « Monter dessus, vous n’y pensez pas !
    - Avouez que vous en avez peur » répliqua-t-elle sèchement.
    Maïwenn croisa les bras, vexée.
    « Comme vous avez peur de l’amour que votre ami vous offre »
    Aelis pâlit. Elle avait touché juste. Malheureusement, Enora entrant dans la pièce mit fin à leur conversation.
    « Quand arriverons nous ? J’en ais assez d’attendre » dit elle d’un ton las en enroulant ses bras autour des jambes de sa mère. Maïwenn s’accroupit en face d’elle. Son sourire et sa voix laissèrent penser qu’il n’y avait pas eu d’altercation. On oublie tout devant un enfant.
    « Encore une journée et le sanctuaire sera en vue. Vas t’amuser avec Gwenaël, je t’appellerai pour le déjeuner »
    L’enfant jeta un bref coup d’œil à Aelis. Elle ne l’aimait pas. A cause d’elle, sa mère était plus énervée que d’habitude. La jeune femme détourna la tête pour éviter son regard. Elle sortit.

    ***

    Marzhevenn se promenait dans les jardins du sanctuaire. Le subtil parfum des fleurs et l’odeur iodée de la mer l’enivraient mais ne parvenaient pas à effacer son chagrin. Deux jours auparavant, il était arrivé avec son frère dans le lieu Saint.
    Là, il avait vu des hommes, des femmes et des enfants qui avaient miraculeusement échappé au massacre. Ils erraient, les yeux hagards dans la grande salle du sanctuaire. Les plus atteints étaient soignés par des prêtres en bures violines. Il avait dénombré environ 6000 personnes mais aucune de son village.
    Les dragonides avaient rayé Riorim de la carte. Au bord du désespoir, il s’était tourné vers son frère. Diwenn était affecté autant que lui.
    Soudain, il s’était mis à suffoquer emporté par son mal. Il était tombé à genoux. Une prêtresse s’était précipitée vers lui. Pour une fois, son aîné s’était occupé de lui, aidant la femme à le transporter sur un lit. Là, il avait reçu des soins appropriés et s’était senti mieux. Les prêtres lui avaient conseillé de sortir profiter de l’air marin et du parfum des fleurs. Il avait obéi sans conviction, abandonné par son frère trop occuper à courtiser une jolie femme.
    Mais dès qu’il avait passé la porte, la magie s’était emparée de lui. Là, des fleurs de toutes sortes apposaient à l’hiver leurs magnifiques couleurs.
    De la glycine sur une tonnelle, un tapis de timides myosotis au pied d’un saule pleureur, des roses orgueilleuses se pâmant sur une butte. Un ruisseau courrait au milieu d’elles pour leur donner à boire. Et au-delà du jardin, la colline et ses champs de maïs ondulant sous le vent puis les marécages et enfin la mer infinie. Jamais il n’oublierait ce paysage. Là, il s’était assis et avait pleuré. Trop de larmes contenues. Puis, il avait levé les yeux pour regarder le ciel. La Patience allait venir comme dans ses plus beaux rêves, environné de la poussière argentée des éclats de lune. Maïwenn en descendrait avec ses parents. Maintenant, cela faisait deux jours qu’il l’attendait. Et il n’avait presque plus d’espoir.

    ***

    Aifé dormait d’un sommeil agité à cause de la fièvre. Angus, à coté d’elle renouvelait sans cesse les compresses pour la rafraîchir. Sans résultat. Quand elle était consciente la jeune femme délirait à propos d’un immense bateau volant et d’une femme rousse. Elle les attendait. La prêtresse était venue la voir plusieurs fois mais était repartie sceptique quand à sa survie. Angus, lui avait rejeté l’éventualité de la mort. Cette gamine pleine de vie ne pouvait s’éteindre comme une bougie soufflée. Il ne le permettrait pas.
    Il plongea dans ses souvenirs à sa recherche. Un jour, Aifé était tombée d’un arbre et avait atterri chez lui après être passée à travers le toit de sa maison. Elle était restée des jours entre la vie et la mort, le corps meurtri par de multiples fractures. Elle n’avait que dix ans mais toute la volonté d’ouvrir à nouveau les yeux. Puis elle avait lutté pour remarcher à nouveau. Un an plus tard, elle était définitivement sur pieds ce que personne n’avait osé espérer. Depuis, Angus s’était promis de croire en elle quel que soit son état. Une sacrée gamine !
    Il se tourna vers elle rempli d’espoir. Mais cette fois, l’état d’Aifé était critique. Sa respiration était pressée et oppressante comme si l’air lui manquait. Elle ne gardait presque plus rien de ce qu’il lui donnait. Et surtout, cette maudite fièvre qui rongeait ses forces.
    Mais elle se battait encore. Il le voyait lutter pour se retenir à son corps, les poings serrés. Tout cela pour ce bateau surgi de ses délires. Elle croyait si fort qu’elle arrivait à le voir. Et cette Aelis …
    « Je l’ais fait rire quand je lui ais parlé de toi »
    Il sursauta. Aifé était tournée vers lui. Ses yeux brillaient mais la fièvre avait remplacé l’espièglerie naturelle.
    « Que lui as-tu dit ? » demanda t’il en lui donnant à boire. Elle toussa avant de répondre.
    « Que tu étais un peu borné mais gentil et doux. Elle est impatiente de te connaître. »
    Soudain, il eût peur. Et si cette dame était la mort ?
    « La jeune fille rousse ? » voulut il savoir. Elle hocha la tête.
    « Elle n’est pas seule. Des gens l’accompagnent dont la seconde damnée. »
    Il eût du mal à retenir ses larmes. Aifé partirait avec le bateau mais son corps resterait sur terre. Il venait de comprendre.
    « Mon grand père sera là aussi. Mais j’aimerais que tu viennes »
    Il hocha la tête.
    « Tu es allé au village ? Mon grand père est vivant n’est ce pas ? »
    Il n’eût pas le courage de répondre. Comme Aifé l’avait présagé, il était retourné au camp dans l’espoir de parler à Goderic et avait découvert les corps de ses compagnons au milieu des flammes. Effrayé, il s’était mis à courir au milieu des morts en hurlant comme un fou. Il avait grimpé l’échelle de corde à la recherche de Goderic. Le vieil homme gisait sur le seuil, une lance dans le dos. Aifé était désormais l’unique Gorneval. Mais seul un bateau l’attachait à la vie.
    « Ne t’en fais pas. Il va bientôt venir ton foutu rafiot » promit il en la serrant contre lui.
    Dernière modification par Althéa ; 18/11/2008 à 00h15.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  2. #2
    Luthien Invités
    Des cauchemards tous liés, des souvenirs lointains qui surgissent, le désir refoulé d'une renaissance, mais la honte d'être heureux... beaucoup d'histoire de vie, asser bien présentée.... bravo, je suis impressionné, ne pas s'embrouiller dans une histoire comme cela n'est pas évident.

  3. #3
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Haha, au début, althéa nous mlivrait fragments par fragments, mais la le rythme de psotage s'accélère, tout comme le rythme de l'histoire!!
    bis! Bis!
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  4. #4
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 608
    Je vous remercie du fond du coeur. Si je poste tant c'est parceque vous m'en donnez le courage. Sans vous les damnées ne seraient qu'un désert sec. Vous l'avez peuplé de fertiles oasis. Merci.
    Je vais finir mon premier cahier tout à l'heure. J'attaquerai donc le deuxième. En attendant, je vous embarque à bord de la Patience et nous allons faire un tour parmi les étoiles.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  5. #5
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Woooo. L'élu est en plus un empathe avec les damnées... Il n'a pas finit de souffrir le pauvre. Et un draconide en moins (en plus ils s'entretuent)...
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  6. #6
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 608
    Le mal qui combat le mal. Avec un peu de chance les Mélandiens feront de même. Qui sait ?
    Pauvre Gwenaël...
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  7. #7
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 931
    On reconnaît bien là la méchanceté de la cruelle Althéa : non contente de torturer ses lecteurs en jouant avec le suspens, elle fait souffrir ses personnages, même les plus faibles… Non, pas taper !

    En tout cas, j’aime beaucoup le mélange de rêves, de souvenirs, d’empathie… Les héros sont liés de multiples manières… Vraiment intéressant.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  8. #8
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 608
    Béh, je suis pas méchante !!!! Non d'une crotte de caniche à roulette dans le tunnel de la mort qui tue ! Je n'ais pas tué Gwenaël que je sache ...
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  9. #9
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 931
    Non, tu as fait pire. Il va ressentir les souffrances des quatre demoiselles, sans compter les siennes… Faut espérer que les Damnées ne se prennent pas trop de coups d’épées… Pauvre gosse, il fa souffrir mille morts…

    Et tu prouves ainsi au monde entier que, dans le fond, tu es une Mélandienne.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  10. #10
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 608
    En général, on ne meurt qu'une fois. Bon, les damnées peuvent se taper dessus entre elles...enfin, tu verras...
    Non, je ne suis pas Mélandienne !!!!!! Je suis aventurière pour le moment.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  11. #11
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Effectivement, je vois bien Aelis et Maïwenn se taper dessus. et Guielin entre les deux...
    Puis bon, c'est vrai que tu es un peu sadique avec le gamin, il va s'en prendre plein la figure a cause des demoiselles.
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  12. #12
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 608
    Les demoiselles s'allieront peut être pour le protèger. Du moins, si elles ne se sont pas entre tuées avant. Qui sait ?
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  13. #13
    Luthien Invités
    Voila... Aifé sauvée miraculeusemment... et un dragonnide bannis... hum, je suivrai les péripéties de Feldorn avec intérêt... et je me demande comment il va devenir, après tout, les dragonnides descendent des humains...

    Edit: et je t'offre mon 1000 message sur la couronne... magnifique symbole (comment ça, c'est juste la preuve que je parle tout le temps?).

  14. #14
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 608
    @Luthien : félicitations pour le 1000ème message. C'est un beau cadeau. Et tu sais, si tu ne parlais pas ça serait triste. Vraiment.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  15. #15
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Hum, le contact entre les damnées commencent a s'établir!!
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  16. #16
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 608
    Contact oui, entente non ... j'aimerais pas être à leur place, les pauvres. Au fait, il ya la fin du chapitre 8. Le 9 attendra lundi.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  17. #17
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    dans le brouillard
    Messages
    27 401
    Comme Luthien, je vais suivre ce Feldorn... (une rédemption! une rédemption!) (j'essaie d'influencer l'auteur, on ne sait jamais qu'il soit encore temps)

    Kieran me plaît de plus en plus, je ne suis juste pas tout à fait certaine d'imaginer que tous les habitants du bateau se mettent à jouer les entremetteurs... On verra... Apparemment, ils ne vont pas rester six très longtemps... Je prends des paris sur les couples à venir...

    Je reviendrai sûrement sur l'ambiguïté de l'accord de "damné" par la suite, j'en suis certaine, mais je respecte ton choix de faire planer le mystère!

    Une autre chose, je me dis que ce serait peut-être bien d'accorder le 'sexe' de Dragonide avec le personnage. Quand la dragonide a attaqué Aïfé, j'ai pensé que c'était Pandore, jusqu'à ce qu'elle devienne il, et qu'on réalise qu'il s'agissait en fait de Feldorn. Bon, évidemment, peut-être qu'on ne distingue pas sur un/une dragonide si c'est un mâle ou une femelle (ou un homme ou une femme). Je ne sais pas. C'est juste un peu troublant à la lecture ce passage du féminin ou masculin. Ce n'est pas très grave...

    Bon, je continue, mon heure de pause n'est pas finie!
    Lathandre est le début du plaisir
    Et Luménis c'est par ...


    En RP : Albérich Megrall & Hubert de Maleval. La bio de l'un et la bio de l'autre...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

  18. #18
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 608
    Pour Feldorn, vous devrez attendre un peu. Mais bon, je ne le laisse pas tomber.

    Pour Kieran, je l'aime beaucoup aussi. C'est un personnage masculin que j'arrive à gérer... que paries tu sur les couples à venir ?

    Pour les dragonides, je vais sûrement changer. Après tout "le" dragonide, ça sonne pas mal non plus ... :notme:
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  19. #19
    Date d'inscription
    August 2004
    Messages
    151
    Originally posted by Althéa@vendredi 04 février 2005, 18h36
    Et soudain, elle s’abat en piquet.
    piqué (sinon, va se planter)... :rigoler:

    Juste au début....Il court (au lieu courre)

    Et déjà dit le nom du bateau entre"

    Bon vu que je fais plein de fautes je signale que celle que je vois, naturellement!


  20. #20
    Seina Invités
    « Désormais je te bannie Feldorn. Considère toi comme un traître à abattre. Tu as quelques secondes pour quitter le palais. »
    Il est bien gentil le gros méchant pour pas bûter ce général stupide Oo

    Voilà c'est le seul défaut que j'ai pu trouver :eye:

    les dialogues sont très bons, et j'aodre l'altercation Maïwenn/Aelis... je parie qu'elles vont devenir super complices à la fin :notme: ça fini toujours comme ça

  21. #21
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    J'aime beaucoup ce système de reprise, la transition par les rêves, les scènes qui se ressemblent mais finissent toujours par bifurquer... On commence à comprendre le lien irréel qui s'établit entre eux, le destin.

    Rha, et pour quelqu'un qui s'est tu pendant des années, Guielin lâche un peu vite son morceau!

    ====> chapitre 9 (je ne sais pas si tu remarques mais à force, j'avance )
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231