Affichage des résultats 1 à 17 sur 17

Discussion: Chapitre 6

  1. #1
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 608
    « Tu mens »
    Angus secoua la tête.
    « Tu n’as qu’à aller voir si tu l’oses, répondit il à bout de patience, si je te dis que le temple se trouve sous le lac c’est qu’il y est vraiment
    -Tu perds la tête vieux grigou, rétorqua Aifé en croisant les bras, il n’ y a rien sous l’eau à part des poissons
    - Le temple est là-dessous, reprit il plus fort, exaspéré par cette gamine incrédule, c’est ton grand-père en personne qui me l’a dit. C’est écrit dans les livres. »
    Elle éclata de rire.
    « Comment peux tu le savoir vu que tu ne sais pas lire ?
    - Hitier le savait. Si tu avais été attentive durant ma leçon sur les lieux sacrés, tu l’aurais su aussi.
    - Mais la religion m’ennuie. Je ne sais même pas si j’y crois. » dit elle en soupirant.
    Angus s’assit sur un rocher.
    « Tu n’as qu’à plonger et aller voir si tu es si maligne, dit il d’un ton bourru.
    - D’accord »
    Il sursauta. Aifé avait plissé ses yeux noirs, signe de défi. Il la vit avec stupeur ôter ses chausses et ses braies.
    « Que fais tu ? demanda t’il inquiet.
    - Cela ne se voit pas, demanda t’elle en lui envoyant sa tunique sur la tête, je vais vérifier tes affabulations de vieux gredin. »
    A présent, elle courrait jusqu’aux berges du lac, nue comme un ver.
    « Tu pourrais montrer un peu de pudeur, la gronda t’il en se retournant, je suis peut être un vieil homme mais un homme tout de même. »
    Mais elle avait déjà plongé.

    ***
    Aifé s’enfonça dans les eaux noires et glacées. Grâce aux bougies, l’obscurité n’était pas totale. Peut être servaient elles à cela. Elle sourit. Angus devait regretter ses mensonges. Il se tordait sûrement les mains en espérant qu’elle remonte vite.
    Elle regarda autour d’elle. Aucun poisson ni âme qui vive. Pourtant, les eaux étaient claires. Et si…
    Encore quelques brasses et elle toucha le fond. Elle ne distingua d’abord rien à cause de la vase. Elle allait donner tort à Angus quand elle vit le tunnel. Une construction de pierre s’enfonçant dans le sable. Elle s’y engouffra sans attendre. Il plongeait tout droit durant quelques mètres puis tournait. Elle eût beaucoup de mal à le suivre tant il était étroit.
    L’air commença soudain à lui manquer. Elle s’aperçût avec horreur que le tunnel était trop petit pour qu’elle se retourne. Quelle horreur, périr piégée comme un rat. Au bord du désespoir, elle esquissa un mouvement de repli. Petite comme elle était, elle aurait peut être une chance. Mais cette fois, sa taille ne lui fût d’aucun secours. Pire encore, elle resta coincée. Prise de panique, elle donna un grand coup de hanche et se dégagea en s'écorchant à la parroi. La manœuvre qu’elle venait de tenter l’avait privée d’un peu plus d’oxygène. Sa vue se troubla. Si elle perdait connaissance elle mourrait sans doute. Une effrayante torpeur commença à l’envahir. Non, elle ne se laisserait pas faire, il fallait qu’elle lutte, qu’elle se débatte. Un cri de révolte lui échappa. Elle accéléra le mouvement et émergea enfin à l’air libre, les poumons en feu.
    Elle regarda autour d’elle en inspirant l’air à grandes goulées. Elle se trouvait dans un grand bassin entièrement taillé dans du marbre blanc. Autour brillaient des bougies. Encore une caverne.
    « Te voila enfin jeune Aifé, lui dit une voix ferme mais douce, habille toi et viens avec moi. Le maître n’aime pas attendre. »
    Elle se leva d’un bond et fit volte-face. Une vieille femme la regardait en souriant. Les pieds dans l’eau.
    « Qui êtes vous ?, bredouilla t’elle inquiète, comment saviez vous que j’allais venir ? Suis-je morte ? »
    L’ancêtre secoua la tête. Aifé poussa un soupir de soulagement. Survivre à tant d’épreuves pour périr bêtement entre deux eaux ne lui aurait pas plu.
    La vielle dame lui tendit des vêtements.
    « Ma tunique et mes braies, s’écria t’elle stupéfaite en reconnaissant ses habits, comment avez-vous fait ?
    -Rien n’est impossible à la Grande Andarta. » lui fut il répondu.
    Elle se pinça pour sortir de ce rêve étrange mais ne réussit qu’à se faire mal.
    « Suis moi » lui dit l’ancêtre quand elle fut prête. Elle lui emboîta le pas en évitant de se poser trop de questions. La vieille l’emmena devant une porte en bois grande ouverte.
    « Vas y, lui dit il en la poussant dans la pièce, il t’attend. »

    Elle entra en se faisant la plus discrète possible. Deux fauteuils se prélassaient devant un grand feu. Un bras décharné dépassait de derrière un accoudoir.
    Son cœur bâtit plus fort. Qui donc pouvait l’attendre ?
    « Approche sans craintes mon enfant, lui dit une voix faible, je n’ais même plus assez de dents pour te mordre. »
    Elle obéit, les jambes et les mains tremblantes. Un vieil homme était assis. Penché sur son accoudoir, il la fixait de ses immenses yeux azur. Son regard était bon, son regard était doux. Elle ne put s’empêcher de sourire.
    « Bienvenue petite Aifé, lui dit il en tendant les mains dans sa direction, approche que je te voie mieux. »
    Des larmes lui montèrent aux yeux sans qu’elle sache pourquoi. Il lui sourit.
    « Ne sois pas émue, murmura t’il en promenant ses mains ridées sur ses joues humides, c’est moi qui dois l’êtres. Cela fait si longtemps que j’attends ta visite. »
    Elle recula effrayée.
    « Pourquoi donc ? Qu’ais je donc de si exceptionnel ? »

    Le vieil homme lui montra le fauteuil à coté de lui. Il attendit patiemment qu’elle s’asseye pour lui annoncer qu’il allait lui raconter son histoire.
    Sur la défensive, elle croisa les bras et se força à écouter.
    « Au début des temps, avant l’apparition des Cuarluniens il existait une planète ressemblant à s’y méprendre à la notre : la terre.
    Ses habitants, pour la majorité cruels et barbares se livraient des guerres sans merci. Débordants d’ingéniosité, ils inventaient sans cesse de nouvelles armes pour ôter un maximum de vies en un minimum de temps. Une de leurs trouvailles permit de raser des villes. La dernière fut à l’origine de la destruction totale de la planète. Les terriens qui avaient survécu se mirent en quête d’une nouvelle planète. Eux qui étaient à l’origine des humains comme toi et moi se transformèrent. Des ailes leur poussèrent dans le dos, leurs dents s’aiguisèrent telles des poignards. On les appela dragonides.
    Afang devint leur maître. Et leurs cœurs se changèrent en pierre.
    Notre planète fut à leur goût. Ils envahirent Quarlune et y prospérèrent. L’invasion de Cuarluna vient de commencer petite Aifé.
    Afang est quasiment invincible. Seul l’élu et les damnées peuvent le stopper. »

    Aifé secoua la tête. Cela n’avait aucun rapport avec elle.
    « Les quatre damnées sont les descendants des quatre signataires du pacte qui apporta la paix à Cuarluna. Ils devront de nouveau gravir la montagne pour sceller le pacte sous le regard de l’Elu. Sinon, notre monde touche à sa fin. »
    Elle sursauta. Angus lui avait dit le nom des signataires. Son grand-père en faisait partie. Alors … « Tu es la damnée de Primelune » lui annonça le vieil homme sans ménagement.
    Elle bondit hors de son fauteuil.
    « Ce n’est pas possible, cria t’elle prête à s’enfuir, je n’ais rien à voir avec tout cela.
    -Les autres damnées sont déjà en route, répondit il en lui prenant la main, tu devras aller à leur rencontre. Ta place est avec eux. »
    Un sentiment de vertige la prit tant sa tête était encombrée de questions. Allait elle devoir se battre ? Comment allait elle reconnaître les autres ? Comment se rendre au sanctuaire ? Aurait elle la force de survire ? Avait elle le choix ?
    « La survie de notre monde dépend de vous, lui dit le sage comme s’il avait lu dans ses pensées, oui tu devras te battre et souffrir jusqu’à regretter d’être en vie. Mais tu y arriveras. Quant aux damnés tu les verras dans chacun de tes rêves. Tu les reconnaîtras. A présent, le temps presse. Il te faut partir. Pour l'instant, vous n'êtes que dans le rêve d'un petit garçon. Mais vous devez exister»

    ***
    Il hurle, ses chairs ne sont que souffrance. Une nouvelle fois, son général apparaît. La terreur émane de tout son être.
    « Cette fois, la troisième damnée s’est découverte et la seconde est sur le chemin du temple de Riorim pour y apprendre sa destinée, aboie t’il, qu’as-tu à répondre à cela Feldorn ? Ne dois je pas te tuer pour te punir de ton incompétence ? »
    L’autre s’incline, pitoyable pantin.
    « L’influx vital que je t’ais donné me manque, dois je le reprendre ? »
    Feldorn tombe à ses pieds à genoux.
    « Pardonnez moi Milord, implore t’il, mon erreur sera la dernière. Je vous le jure. Je ferai tout pour vous emmener à la victoire. »
    Il fait semblant d’hésiter. Son général acculé dans ses derniers retranchements. Il ne pourra rien lui refuser, même Pandore.
    « Tout ? »

    ***

    « Je suis heureuse de vous revoir parmis nous »
    Aelis se tourna vers Maïwenn qui lui sourit et lui tendit un bol encore fumant.
    « Buvez, cela apaisera vos douleurs et la fièvre. »
    Elle obéit sans conviction. Le liquide était amère et dégageait une odeur assez désagréable. Mais puisqu’on lui avait ordonné de boire …
    « Nous étions en train de discuter de vos voyages votre ami et moi, poursuivit Maïwenn en s’asseyant près du lit, vous avez vu tant de choses, traversé tant d’horizons. C’est extraordinaire. Mais votre mari et votre fils ne vous accompagnent ils pas ? »
    Aelis et Guielin sursautèrent comme un seul homme. Aelis sentit les larmes lui monter aux yeux et fit mille efforts pour ne pas se mettre à pleurer.
    « Mon mari et mon fils sont morts, balbutia t’elle, le cœur au bord des lèvres, les dragonides n’épargnent rien ni personne. »
    Maïwenn gênée baissa la tête.
    « Qu’Andarta veille sur eux. » murmura t’elle.
    Aelis eût un petit rire sans joie. « Je suis déçue qu’elle n’ait pas permis que je les rejoigne. »
    Elle serra les poings. Son hôte interloquée se tourna vers Guielin.
    « Pardonnez lui , dit il en un souffle, c’est la douleur de l’absence qui la fait parler ainsi. »
    Elle hocha la tête. Son frère tout à l’heure avait blasphémé. Et maintenant cette femme. Elle se promit de l’aider.
    « Leur âme marche à vos cotés » dit elle.
    Aelis fit semblant de ne pas l’entendre. Avec elle dans l’absence, dans le froid, dans la nuit, dans la mort… Elle avait de la peine à le croire. Elle se tourna vers Guielin
    « Vas chercher Gwenaël, dis lui que nous partons
    - Vous n’allez pas vous en aller maintenant, s’exclama Maïwenn interloquée, vous venez à peine de vous réveiller. »
    Mais Aelis avait déjà repoussé ses couvertures et tentait déjà de se remettre debout.
    « Notre route est longue et le temps qui nous est imparti désespérément trop court. Nous devons nous rendre au temple de Ombrelune de toute urgence. »
    La tête lui tourna dès qu’elle posa les pieds hors du lit. Guielin l’aida à se rasseoir.
    « Vous voyez bien, la gourmanda Maïwenn, vous êtes encore trop faible pour rester debout et votre blessure risque de se rouvrir. Je vous emmènerai là bas. C’est justement ma route. Et je serai heureuse de vous connaître mieux. »
    Aelis fronça les sourcils. La connaître ? Pour la mépriser comme les autres ?
    « Je serai incapable de vivre vos aventures mais elles me fascinent, avoua son hôte les yeux brillants, et ne n’ais presque que mes livres pour voyager.
    - Et que faites vous perdue dans le gouffre intrastellaire, demanda-t-elle, un soupçon de moquerie dans la voix, vous lisiez ? »
    Maïwenn secoua la tête. L’attitude arrogante d’Aelis commençait à l’exaspérer. Surtout garder son calme.
    « Riorim la Belle vient d’être rasée par les dragonides, nous sommes les seuls survivants. »
    Les larmes lui montèrent aux yeux, elle tourna la tête.
    « Excusez moi. » Mais les sanglots étranglèrent ses paroles. Elle sortit en courant pour qu’on ne la voie pas pleurer.
    Guielin se tourna vers son amie. Elle devina sans mal ce qu’il allait lui dire.
    « Pardonne moi, souffla-t-elle, je suis allée trop loin. »
    Il hocha la tête et s’assit à coté d’elle.
    « Nous devrions rester avec eux, dit il doucement, ils sont seuls et sans escorte. Les dragonides ne leur laisseront aucune chance. Ils ne sont en sécurité nulle part.
    -Et tu penses que nous devrions les protéger » conclut elle en soupirant.
    Il hocha la tête. Elle leva les yeux au ciel. « Guielin ». Il lui sourit.
    « Petit détail troublant, lui souffla t’il au creux de l’oreille, Maïwenn m’a parlé de ce que lui a dit la dragonide avant notre arrivée… Elle se rend au temple d’Ombrelune pour comprendre ...
    - Attends, le coupa son amie, tu veux dire qu'elle va au même endroit que nous … Et si Gwenaël ne s'est pas trompé, c'est elle que nous recherchons»
    Il hocha la tête.
    « Non, ce n’est pas possible. »


    ***

    Gwenaël entra dans la pièce suivi d’Enora.
    « Tu vois, elle a les cheveux roux. Je ne t’ai pas menti » dit il.
    La petite fille eût une grimace et secoua la tête.
    « Peuh, je préfère ceux de maman. Elle est bien plus belle que la tienne. »
    L’enfant se mit à rire.
    « Tu es bête, ce n’est pas ma maman
    -Ah bon, demanda Enora stupéfaite, ta maman n’est pas avec toi ? Où est elle alors ?
    - Dans les étoiles. »
    Elle pouffa. Son nouvel ami racontait vraiment n’importe quoi.
    Aelis ne put s’empêcher de sourire en les entendant. Gaël lui racontait souvent des histoires abracadabrantes. C’était un petit être à l’imagination fertile. Un rêveur.
    Un jour, il était arrivé en hurlant qu’il était poursuivi par un monstre. Elle était sortie l’épée au poing et était tombée sur Isabeau.

    La petite fille vint se planter en face d’elle, les poings serrés.
    « Ma maman dit que ceux de notre village sont allés rejoindre notre mère à tous. Tu crois que c’est vrai ? »
    Son regard s’était fait implorant et ses yeux humides. Elle eût un mouvement de recul. Que pouvait elle faire, elle qui avait perdu l’habitude de consoler ?
    « Elle a raison, n’est ce pas ? »
    La voix d’Enora s’était changée en plainte.
    « Et nous sommes tous seuls, elle, Kieran et moi. Les dragonides vont nous manger »
    Son cœur se fendit. Elle lui prit la main et la fit asseoir à coté d’elle. Ses gestes lui semblèrent gauches, approximatifs comme si elle avait oublié…
    « Vous n’êtes plus seuls, dit elle en lui caressant les cheveux, tu peux aller dire à ta maman que nous veillerons sur vous autant que possible. »
    La petite fille partit en courant annoncer la nouvelle.

    ***

    « Aifé, réveille toi, je t’en prie. »
    Aifé eût un haut le cœur et recracha l’eau qu’elle avait avalée. Angus la prit dans ses bras.
    « Respire maintenant. »
    Elle reprit lentement son souffle.
    « Que m’est il arrivé ? » demanda t’elle quand elle put enfin respirer normalement. Le vieil homme croisa les bras :
    « J’ai plongé pour te sauver et tu ne daignes pas t’en souvenir ? »
    Elle secoua la tête. Tout était si flou et pourtant si réel. Elle raconta tout à Angus avant d’oublier. Il se mit à rire en faisant mine de se visser la tempe.
    « Tu as simplement fait un drôle de rêve. Tu as perdu connaissance peu après avoir plongé. »
    Elle secoua la tête. Il vit à son regard qu’elle ne mentait pas.
    « Nous ne devrions pas rester trop près du lac, dit il en frissonnant, et toi, vas te sécher ou tu vas attraper la mort. »
    Dernière modification par Althéa ; 19/11/2008 à 21h47.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  2. #2
    Luthien Invités
    Joli... je me doutait de l'intervention des terriens à un moment, mais pas comme ça... belle vision de l'avenir des hommes en tout cas... j'aimerai bien avoir des ailes moi.
    Hum, j'aime bien... encore que le passage ou elle croit se noyer n'est pas assez dévellopper: en effet, il est très raide, et très vague, et on aprend juste après qu'Aifé s'est presque crut mourrir.

  3. #3
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 608
    @Luthien : merci beaucoup une nouvelle fois.
    Pour la vision des hommes...il m'arrive d'avoir des moments de grand pessimisme. J'en suis désolée. Mais si tu avais des ailes, tu serais plutôt un ange.
    Pour le passage, je vais tenter de le développer, promis. Je suis trop vite passé dessus. Surement qu'il était trop vague dans mon esprit aussi.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  4. #4
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Et encore et toujours des surprises... J'aime beaucoup l'idée du temple sous marin...
    Mais, saura-t-on qui est le vieil homme, ou son identité est elle mystérieuse?
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  5. #5
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 608
    @Garfiel : coucou mon matou. L'identité du vieux sage restera mystérieuse. C'est un passeur de rellai, un passeur de témoin.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  6. #6
    Luthien Invités
    On comprend un peu mieux qu'elle a faillit se noyer maintenant... mais je ne suis pas sur que le sentiment d'angoisse soit asser fort... ceci dit, c'est juste un point de vue, le plus important est la clarté et ce but est atteint.

  7. #7
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 608
    En fait, tu parles du moment où elle demande à la vieille femme si elle est morte ? Tu as raison, le terme n'est pas assez fort. Je vais essayer d'en trouver un autre.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  8. #8
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 934
    Et bien, j’ai vraiment accumulé du retard dans ma lecture ! Mais je me rattrape avec plaisir. J’aime bien cette touche d’irréalité qui entoure l’aventure aquatique d’Aifé… Le temple est bien sympa aussi. Ah… les mystères dormant dans les tréfonds cachés…
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  9. #9
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 608
    La vie oscille perpetuellement entre la réalité et le rêve. La frontière en est presque imperceptible parfois. Tu ne trouves pas ?
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  10. #10
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Moi aussi j'ai loupé quelques édits.
    Une petite idée pour althéa: épingler un topic en au de ton forum ou tu marquera les ajout que tu fais a chaque chapitre, ou toi seule pourrait poster bien sur. Ca nous aiderais a ne rien louper
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  11. #11
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 608
    @Garfield : je vais essayer de le faire, je le ferai. Mais je ne sais pas comment on fait :snif:
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  12. #12
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 934
    Originally posted by Althéa10@samedi 05 février 2005, 16h05
    La vie oscille perpetuellement entre la réalité et le rêve. La frontière en est presque imperceptible parfois. Tu ne trouves pas ?
    Et bien… La réalité en elle-même est rarement un rêve, plutôt un cauchemar. Alors on essaie d’y mettre un peu de magie afin de la rendre plus supportable et de lui trouver un quelconque intérêt.… Songes et réalité se rejoignent parfois lorsqu’on rêve se réalise ou qu’un cauchemar prend vie… Le second cas est plus courant, malheureusement.

    C'était la pensée du jour du père Taliesin. Quoi ? ça veut pas dire grand chose ? Pô grave.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  13. #13
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 608
    Il peut y avoir une lueur, même dans les pires cauchemards. Une infime lueur d'espoir. Il faut la voir. Parfois, elle apparait très difficilement. Mais il faut y croire.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  14. #14
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    dans le brouillard
    Messages
    27 401
    Haha! La troisième damnée se met en route! Je préfère cette révélation-ci à la première, elle est moins subite...
    Le côté rêve-réalité est joli. Saura-t-on jamais s'il y a réellement un temple dans ce lac...

    Cela dit, une petite question... Les quatre damnées. A priori, d'après le titre, ce sont quatre femmes. Cependant, dans l'échange entre le vieillard anonyme et Aïfé, ce sont tantôt des damnés, tantôt des damnées, et le vieillard dit "ils" en parlant d'eux, au moins une fois...
    L'esprit de détective du lecteur est perturbé par ces fausses pistes!!! :lunette:

    Bon, je continue mon périple... Et courage avec les moments "sans" de l'écriture...
    Lathandre est le début du plaisir
    Et Luménis c'est par ...


    En RP : Albérich Megrall & Hubert de Maleval. La bio de l'un et la bio de l'autre...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

  15. #15
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 608
    Merci, pas de soucis, ça reviendra. Tu sais, c'est aussi à cause de mon perso rp et de la quête que je suis en train de mener.

    En fait, "ils" ou "elles" qui sait ? Peut être les prêtres se trompent ils ?

    Pour le temple, je préfère laisser le lecteur trancher...
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  16. #16
    Seina Invités
    Tout d'abord une petite critique. la prédiction/prophétie/histoire du Prêtre dans le temple sous marin n'est pas assez claire à mon goût soit trop claire. En gros soit il faut que tu le fasses " mystique" avec des phrases sybilliques" soit il doit être plus clair. j'avoue avoir eu du mal à suivre la chronologie de ses dires. exemple :


    * Notre planète fut à leur goût. Ils envahirent Quarlune et y prospérèrent. L’invasion de Cuarluna vient de commencer petite Aifé.
    Résumons l'incohérence :

    Planète ==> Curaluna
    Pays des Dragonides ==> Quarlune.

    Je trouve qu'il y a donc une incohérence dans les temps utilisés dans ta phrase, qui est une phrase CLE puisqu'elle clot la prédiction du prêtre du temple sous marin. Les dragonides viennent d'une autre planète. A partir du moment où ils ont détruit Quarlune, l'invasion avait donc déjà commencée. La phrase n'a donc pas grand sens à mon avis. J'aurai plus vu, pour finir la prédiction :

    "Et Cuarluna vit arriver la Horde de Dragonides. Quarlune fut leur première victime devenant le domaine des Ombres terriennes. Durant quelques temps cette conquète leur suffit, mais l'Invasion reprends, petite Aifé

    Et si les Damnés, menés par l'Elu n'accomplissent par leur Destin, rien ne pourra Arréter Afang"



    Tu vois ce que je vuex dire Althy ? A mon goût la fin de la prédiction n'est pas assez frappante. Tu nous dévoiles un ENORMMMMME secret, l'origine des Dragonides mais la fin n'est pas assez sybillique à mon goût.


    Bien sûr, ce n'est que MON avis .


    Autre chose. Comment le Prêtre est-il au courant de la nature et de l'origine des Dragonides ? Puisque, à part eux, personnene le sait ? mystère que j'espère voir résolu avant la fin

    Continue comme ça le suspense est là et je me précipite sur le chapitre 7 :rigoler:

  17. #17
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Jolie scène que cette révélation faite à Aifé , beaucoup plus irréelle et plus réussie à mon goût que celle que la prêtresse balance comme un gâteau indigeste à l'attention d'Aelis.

    Etait-il bien nécessaire de "raccrocher" l'univers de Cuarluna à celui de notre Terre? parce que si c'est gratuit c'est énorme, et un peu en trop... (mon esprit de lecteur de fantastique renâcle un peu quand des humains se métamorphosent en monstruosités volantes alors que les humains natifs du coin restent des humains).

    Bon voici encore ma revue orthographique. mais vu que tu fais toujours les mêmes fautes (chapeaux superflus sur les passés simples, -t', 2 "r" à courir ou mourir, "ai" qui devient "ais", impératif "vas"...) je pense que je ne poursuivrai plus.

    A présent, elle courrait => courait

    Elle eût beaucoup de mal => eut

    Elle s’aperçût avec horreur => aperçut

    sa taille ne lui fût d’aucun secours => fut

    en s'écorchant à la parroi=> paroi

    La vieille l’emmena devant une porte en bois grande ouverte.
    « Vas y, lui dit il en la poussant dans la pièce, il t’attend. »=> dit-elle

    je n’ais même plus assez de dents => ai

    c’est moi qui dois l’êtres=> être

    Qu’ais je donc de si exceptionnel ? => ai

    une planète ressemblant à s’y méprendre à la notre : la terre.=> la nôtre

    « Ce n’est pas possible, cria t’elle prête à s’enfuir, je n’ais rien à voir avec tout cela.=> cria-t-elle, ai rien

    Aurait elle la force de survire=> survivre

    Quant aux damnés=> damnés? damnées? un peu de rationnalité dans la gestion des mystères.

    L’influx vital que je t’ais donné=> ai

    Le liquide était amère=> amer

    Vas chercher Gwenaël,=> va

    et ne n’ais presque que mes livres=> je n'ai presque...

    Elle sortit en courrant=> courant

    Je ne t’ais pas menti => ai

    La petite fille eût une grimace=> eut

    les poings sérés.=> serrés

    Elle eût un mouvement de recul=> eut

    La petite fille partit en courrant=> courant

    Aifé eût un haut le cœur=> eut

    et toi, vas te sécher=> va
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231