Affichage des résultats 1 à 28 sur 28

Discussion: Chapitre 4

  1. #1
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 609
    Guerec le grand poussa si fort les portes de la salle du conseil qu’elles manquèrent sortir de leurs gonds. Ses guerriers se levèrent sans un mot. L’heure était trop grave pour permettre les discussions qu’exigeait le protocole.
    « Fergus de Lochnohan est mort, annonça t’il sans détour, Ombrelune subit l’invasion des troupes d’Afang. Nous devons envoyer des troupes pour les contrer et des émissaires à Primelune. »
    Une rumeur indignée parcourut ses hommes.
    « Je sais que vous préféreriez mourir plutôt qu’avoir à combattre main dans la main avec nos anciens ennemis. Il en va de même pour Goderic de Gorneval mais nous ne pouvons faire autrement. Notre survie à tous est en jeu. »
    Et il laissa planer le silence sur ses obscures paroles.


    ***

    Aifé se réveilla avec la désagréable sensation d’être trempée. Pourtant, le feu continuait de crépiter à coté d’elle. Hitier dormait encore, la tête lourdement appuyée sur son épaule. Elle remua. Son compagnon ne fit pas un mouvement. Elle frissonna. Quelque chose clochait. Elle l’appela doucement. Il ne répondit pas. Des frissons glacés parcoururent ses membres. Il ne respirait plus. Alors seulement, elle se risqua à le retourner. Ses yeux morts lui renvoyèrent l’image de son visage horrifié. Une entaille sanglante barrait son cou d’une oreille à l’autre. Elle se dégagea en hurlant. Il retomba sur le dos, tel un pantin.
    Alors elle comprit qu’il lui disait la vérité et venait d’en payer le prix. Elle fut prise d’un haut le cœur. Puis, quand son estomac le lui permit, elle tomba à genoux, la tête dans ses bras. Ses pleurs se confondirent longtemps avec le chant de la rivière. Qu’allait elle faire à présent ? Il lui était impossible de retourner auprès des siens. On allait sûrement l’accuser du meurtre d’Hitier. Cela serait une occasion en or pour la supprimer. En même temps, elle n’avait pas le droit d’abandonner son grand père même s’il se défiait d’elle. Seul au milieu d’assassins prêts à tout. Elle devait déjouer le complot, lui apporter les preuves de la trahison. Après quoi, elle démasquerait les traîtres et vengerait Hitier.
    Mais allait elle être assez forte pour agir seule ? Elle se sentit soudain perdu au milieu de cette immense forêt. En dépit de sa volonté, son regard vint se poser sur son compagnon. Hitier était mort par sa faute. Elle eût à nouveau envie de vomir. De nouvelles larmes dévalèrent ses joues. Elle caressa son visage déjà froid et lui ferma les yeux.

    Une branche craqua sur sa droite, des bruits de pas se firent entendre en s’amplifiant. On venait. Ami ou ennemi ? Aucune chance de le savoir sinon trop tard. Avec la souplesse d’un chat, elle grimpa dans l’arbre le plus proche. A l’abri des feuillages, elle sortit son sabre. Son cœur battait à tout rompre.
    « Je ne veux pas mourir ainsi » pensa t’elle en serrant dans ses mains déjà moites la garde de son arme. En dessous d’elle, un homme apparut. Musculature de taureau, haute taille, cheveux d’ébène parsemés d’orgueilleuses cascades blanches. Angus, le médecin préposé. Dans quelques secondes, il allait découvrir le corps d’Hitier. Elle n’eut pas le courage de révéler sa présence. Le vieil homme poussa un cri et tomba à genoux. Ses bras immenses empoignèrent Hitier. Il le serra contre lui en pleurant.
    « Pardonne moi, je suis arrivé trop tard. J’ai failli à ma parole de vous protéger. Par Andarta, pourquoi vous êtes vous éloignés. Ils n’attendaient que cela. »
    Il s’interrompit soudain. Une larme venait de percuter son crâne. Il leva les yeux. Aifé n’eut pas le temps de se cacher. Elle s’attendit à ce qu’Angus l’accable d’amères reproches. Mais il se contenta de lui tendre les bras. Elle s’y laissa tomber. Il la reçut comme une insignifiante plume et la serra contre lui.
    Alors, perdant le contrôle d’elle-même elle fondit en larmes et se mit à hurler : « Ils l’ont tué parce qu’il m’a tout dit. Ce ne sont que des traîtres… Il ne leur avait rien fait. »
    Et ses frêles poings martelèrent son immense poitrail. Il la laissa faire jusqu’à ce qu’elle fut à bout de forces et la berça doucement.
    Aifé, la petite Aifé. Elle avait grandi avec ces hommes. Ils lui avaient tout appris depuis ses propres mots jusqu’à la façon dont on se bat au sabre . Ils étaient dévoués à son grand père. Elle les aimait comme sa famille. Comment pouvaient elle se douter qu’ils la trahiraient.
    « Tous n’ont pas sur les mains le sang d’Hitier. » dit il pour atténuer sa peine. Une fois calmée, elle se moucha dans sa manche et ses yeux noirs vinrent se poser sur lui.
    « Nous allons venger Hitier, promit-t-elle, quel qu’en soit le moyen. »
    Il secoua la tête.
    « Patiente petit farfadet. Laisse les se réjouir de leur forfait. La vengeance n’en sera que plus savoureuse.
    -Avant, je veux que tu me dises les noms. »
    Il secoua la tête. Tu serais capable de te jeter dans la gueule du loup pour aller les rejoindre. »
    Elle se planta devant lui, les bras croisés.
    « Alors pourquoi ? » Il hésita un long moment avant de répondre.
    « Les conseillers et certains villages de Primelune se sont alliés à Afang. Une fois ton grand père assassiné, ils conduiront notre pays contre Tierlune et Ombrelune. »
    Aifé ouvrit la bouche comme un poisson hors de l’eau. Elle ne comprenait plus rien. Primelune allié à Quarlune ? Quelle drôle d’idée !

    « L’alliance a existé, poursuivit Angus comme s’il avait lu dans ses pensées, bien avant ta naissance, quand Quarlune était encore un territoire Cuarlunien, il y a eu une énorme bataille. Tous voulaient s’attribuer le grand sanctuaire
    -C’est idiot, l’interrompit Aifé scandalisée, il appartient à ceux dont parlent les légendes. Tout le monde sait cela.
    -Pense ce que tu veux, répondit il sèchement, mais il y a eu des morts pour se l’approprier. Tant de morts que les Cuarluniens décidèrent d’instaurer la paix. Ton grand père fut l’un des signataires du traité. J’ai pris part à de nombreuses bataille, petite Aifé et je souhaite de tout mon cœur que la paix reste intacte. »
    Son regard s’assombrit.
    « Afang a pour but la mort et la destruction complète de Cuarluna. Pour cela, il veut s’allier à Primelune mais il les trahira après avoir vaincu tous les autres. Ton grand-père le sait, il refusera de combattre à ses cotés. Il veut envoyer des émissaires à Tierlune et à Ombrelune pour une nouvelle alliance qui servira à repousser le mal. Les traîtres désirent l’en empêcher et ils le tueront pour cela. »
    Aifé eût un sursaut de terreur.
    « Pourquoi veulent ils s’allier à Afang, s’exclama-t-elle horrifiée, il est le mal absolu. Ils le savent tous
    -Ils ont peur, répondit Angus calmement, notre pays vit dans l’anarchie. Nous n’avons aucune armée pour nous protéger. Nous serons sûrement les premiers à tomber en cas d’invasion… »
    Aifé fut prise de vertige. Tout cela la dépassait.
    « Nous devons protéger ton grand-père coûte que coûte.
    -Allons y maintenant » termina la jeune fille.
    Il la retint juste avant qu’elle ne s’en aille.
    « Patiente gamine, lui dit il pendant que ses pieds battaient furieusement l’air dans l’espoir de retoucher le sol, pour le moment, c’est toi qu’ils veulent. Tu es dans la force de l’âge et un brigand accompli. S’ils tuent Goderic maintenant, ils savent que tu leur mèneras une guerre assidue. Tes hommes te suivront. Par contre, s’ils te font exécuter par ton grand père ils ne risqueront rien. Certains sont déjà en train de lui raconter que tu as tué Hitier et que tu vas le trahir. Il t’aime mais les sept parasites érodent la confiance qu’il a en toi. Je ne sais comment ils s’y prennent mais ils sont très persuasifs. Alors ne va pas te jeter dans la gueule du loup. Il y a déjà eu assez de morts pour aujourd’hui."

    ***

    Le yom planait toujours parmi les milliards d’étoiles. Guielin sentit Aelis remuer dans ses bras.
    « Bienvenue, Aelis de quatre vents»
    Son amie s’étira et regarda autour d’elle. Le gouffre intra stellaire, enfin, elle le retrouvait. Les points lumineux semblaient l’appeler. A sa mort, elle les rejoindrait. Andarta la placerait sûrement aux cotés de Gaël et de Yorwann. Elle serait enfin heureuse.
    « A quoi rêves tu ? » lui demanda Guielin.
    Elle regardait encore le gouffre quand elle lui répondit : « Ils sont tout près de moi. Ils m’attendent… »
    Elle avait prononcé ces mots tout bas mais ils résonnèrent comme un tambour funeste dans le cœur de son confident qui raffermit sa prise autour de ses épaules et lui glissa à l’oreille :
    « Oui, ils t’attendent. Mais tu les rejoindras seulement après une longue vie faite de bonheurs intenses, de rêves, de grandes aventures et de nouveaux horizons. Tu dois vivre pour eux Aelis car tu les aimes autant qu’ils t’ont aimé. Tu dois te battre pour que leur souvenir reste vivant. »
    Elle ne répondit pas mais il devina qu’une partie de son cœur avait été touchée par ses paroles.
    « Guielin, tu n’es qu’un imbécile. »
    Il sursauta. La voix de son amie était noyée de larmes. Il vit ses épaules monter et descendre par saccades. Ainsi, elle pleurait.
    « Aujourd’hui je ne suis plus rien, murmura-t-elle, ils ont honte de moi. »
    Son sang ne fit qu’un tour : « Tu te trompes, dit il scandalisé, tu es celle qui rien qu’aujourd’hui a osé rompre avec les siens pour suivre un simple enfant et tu m’as sauvé en mettant en péril ta propre vie. Et cette quête dont tu ne connais même pas l'échéance, ne l’oublie pas. Tu l’as accepté sans faillir. Yorwann et Gaël sont on ne peut plus fiers de toi. »
    Les sanglots se calmèrent petit à petit. Au bout d’une éternité, il l’entendit murmurer :
    « Désormais, je ne suis plus Aelis de Vortiguern mais Aelis, la proscrite, vouée aux quatre vents. Mais j'existe ... »
    Il sourit. Une nouvelle victoire sur l’appel de la mort, un nouveau pas hors de l’abîme.

    Gwenaël écoutait leur conversation d’une oreille distraite, plongé dans ses pensées. La tache qui lui incombait semblait trop lourde à ses frêles épaules. Il se sentait trop jeune, trop insignifiant. Par chance, il serait accompagné par les quatre visages qu'il avait vu se former dans son sang. Mais que feraient ils une fois au sanctuaire ? Y parviendraient ils seulement ?

    Il pensa à sa mère. A présent, il ne lui en voulait plus de l’avoir laissé partir. La survie de Cuarluna dépendait de cela. Il devait la faire passer avant la sienne. Il soupira et serra la couverture autour de ses épaules. Les visions étaient venues de nouveau. Les visages qu'il avait aperçus dans le ciboire étaient de plus en plus nets dans son esprit. Et l'une d'elle l'appelait auprès d'elle. Rassembler les fragments de la réalité ... Et il fallait faire vite.
    « Quand arriverons nous sur les rivages d’Ombrelune ? » demanda-t-il.
    Guielin lui sourit avant de répondre.
    « Dans quelques heures. Encore un peu de patience. »

    ***

    Angus marchait en direction de la cachette qu’il était le seul à connaître. La caverne derrière la cascade à coté de la plage. Il y avait entreposé des vivres non périssables durant son jeune temps ainsi que de l’eau. Aifé ne manquerait de rien le temps qu’ils trouvent de l’aide. Il jeta un coup d’œil à la jeune femme qu’il tenait dans ses bras. La bosse sur sa tête n’avait rien d’inquiétant mais il regrettait de l’avoir assommée. Fichue gamine ! Elle s’était soudain mise en tête de retourner au camp sans attendre. Il regretta de lui avoir avoué que le premier village allié se trouvait à plus d’une journée de marche. Elle ne l’avait pas supporté.
    La petite Aifé, enfant parmi tous ces hommes. Agneau parmi les loups. Quand son grand-père l’avait recueillie il s’était dit que ce fichu enfant de un an (une fille de surcroît) ne survivrait jamais à la rudesse de leur vie.
    Mais elle s’était habituée très vite. Bien que petite et menue, elle avait rapidement égalé par son intelligence, sa science du combat et sa dextérité la plupart des hommes. Son tempérament jovial à toutes épreuves et sa fougue incontrôlable avaient fait d’elle un élément indispensable de leur communauté.
    Beaucoup ne juraient que par elle. Certains d’entre eux allaient en payer le prix le moment venu. Hitier était sans doute le premier d’une longue série.
    Hitier. Il aurait du le laisser avec sa mère dans son village natal. Il aurait fait un bon paysan, un bon mari, pas un bon brigand.
    La petite fille de Goderic aurait fait une bonne épouse. Elle s’épanouirait très vite loin du danger. Il se promit de la remettre dans le droit chemin.
    Comment s’y prendrait il ? Il l’ignorait. A grand renfort de coups de pied au derrière peut être…

    ***

    La patience entra dans le gouffre intra stellaire et se noya dans les milliards d’étoiles. En temps normal, Maïwenn se serait précipitée aux fenêtres pour admirer le paysage. Mais à présent, elle dormait roulée en boule sur sa couchette, accablée par ses soucis. Au poste de pilotage, Kieran s’était assoupi. Dériver dans le gouffre n’était aucunement dangereux et comme il avait besoin de repos…
    Seule Enora veillait. Jouer au marin ne l’intéressait plus. Elle voulait rentrer chez elle. Hélas, sa mère et son oncle prolongeaient le voyage. Elle allait mourir d’ennui si elle ne trouvait pas un autre divertissement. Elle arpenta donc les différentes cabines à l’affût de ce qui pourrait l’amuser. Sa mère dormait dans la cabine du capitaine. Rien de bien intéressant. Kieran avait établi les siens dans celle du second. Il n’y avait laissé que son tricorne. Le chapeau sur la tête, elle entra chez le lieutenant. Elle ne trouva que de la poussière qui la fit éternuer à plusieurs reprises. Elle soupira. Quel ennui !
    Elle allait renoncer et retourner dormir auprès de sa mère quand une voix douce l’appela.
    « Mon enfant … »
    Sa grand-mère ! Elle l’aurait reconnue entre mille. Elle la chercha du regard. Un ombre passa devant la vitre.
    « Je suis devant la porte. Viens m’ouvrir. »
    Son cœur bondit de joie dans sa poitrine. Sa chère mamie qu’elle aimait tant ! En un éclair, elle lui inventerait de nouveaux jeux.
    Ses petits pas traversèrent les cabines sans réveiller personne.
    Elle eût quelques hésitations au moment de tirer le verrou. Sa mère lui avait défendu d’ouvrir la porte à n’importe quelle personne. Qu’on la menace ou qu’on la prie. Mais sa grand-mère n’était pas n’importe quelle personne.
    Elle ouvrit toute grande la porte.

    Quelques secondes plus tard, Maïwenn fut réveillée par un cri perçant. Enora ! Elle bondit sur ses pieds. Le cri venait de la cabine de pilotage. Elle y courût sans tarder. Ce qu’elle vit lui coupa le souffle et la plongea dans une stupeur glacée. Une dragonide tenait Enora par les cheveux. L’enfant pleurait doucement.
    Le monstre tourna vers elle son masque aux orbites vides.
    « Tu arrives au bon moment cher Maïwenn, dit t’il d’une voix peuplée de milliers de chuchotements et de gargouillis épouvantables, car c’est à toi que je veux parler.
    -Pourquoi donc ? »demanda-t-elle doucement.

    Il lui fallait gagner du temps, conserver l’attention de la créature. Derrière elle, deux jeunes gens -dont une femme portant une épée- accompagnés d’un petit garçon venaient de poser le pied sur le pont du bateau.
    Par chance, la dragonide ne vit rien, trop occupée à lorgner sa proie avec convoitise.
    « C’est la dernière chose que tu apprendras avant de mourir, répondit elle, Maïwenn de Lochnohan, tu fais partie des damnées de Cuarluna : quatre enfants nobles cœur et de naissance dont l’alliance est indispensable à la survie de votre monde. Mais tu vas t’éteindre et tout sera perdu. »
    Elle lâcha Enora qui s’en fut sans demander son reste. Maïwenn, incapable de bouger la vit le monstre se jeter sur elle, son ignoble masse d’arme fendant l’air, prête à frapper. Ses membres ne lui obéissaient plus.
    « Qu’Andarta m’accueille » fut elle seulement capable de penser.
    Le bras du monstre heurta se tempe droite et elle ne vit que du noir.

    ***
    La dragonide hurla et fit volte face. Une jeune femme se tenait devant elle, l’épée au poing. Elle lui souriait. Un flot de douleur parcourut son corps jusqu’à son bras amputé. Il gisait à présent sur le pont, tel un serpent inerte. Son arme avait glissé jusqu’à un autre homme qui s’en était saisi. Elle était aculée. Son échec lui apparut, plus brutal que la douleur. Ivre de haine, elle regarda la guerrière qui l’avait mutilée. C’est alors qu’elle la reconnut. Aelis de Vortiguern, la seconde damnée. Elle venait spontanément à elle ! Elle sourit derrière son masque. Elle avait trouvé un moyen de la désarmer sans se battre.
    Sa voix s’éleva à nouveau.
    « Milady, je suis heureuse de vous revoir. J’ai aussi pris un grand plaisir à tuer votre fils. Il en ira de même pour vous. »
    Aelis sentit son estomac se contracter brutalement. Des larmes vinrent lui brouiller la vue. Gaël, son enfant innocent. Il avait payé à sa place.
    Guielin hurla quand la dragonide sa jeta sur elle. Elle n’eut que le temps de ressentir une douleur cuisante quand le monstre la saisit par les cheveux et s’éleva avec elle. L’espace d’une seconde, la peur et la souffrance voulurent envahir son être mais elle les repoussa. Si elle devait mourir ainsi, tel était sa destinée. Mais avant, elle vengerait son fils.

    « Te voila en fort mauvaise posture jeune guerrière impudente » lui cria son adversaire, il ne me reste plus qu’à te lâcher et ton cauchemar prendra fin. »
    Elle releva la tête tant qu’elle pût pour la regarder en face.
    « Il prendra fin en même temps que ta vie. » répondit elle de son habituelle voix sans timbre. Après quoi, elle porta ses doigts à sa bouche et émit un sifflement strident.
    « Si cela ne marche pas, j’aurais au moins essayé. »
    Il lui sembla à nouveau que son esprit quittait son corps pour assister au combat. Elle ne ressentait plus rien. Seuls importaient les gestes qui en détermineraient l’issu.
    Avec une précision millimétrée elle saisit son épée et trancha ses cheveux au dessous de la main restante du monstre.
    Elle tomba dans le gouffre à la vitesse d’une pierre. La dragonide n’eut pas le temps de la rattraper. L’image de son fils se dessina dans ses pensées, vite remplacée par celle de Guielin. Son ami l’attrapa par le poignet au moment où elle passait à coté du yom.
    Leurs regards se croisèrent fugitivement quand il la fit asseoir à coté de lui.
    La dragonide, furieuse d’avoir été bernée fondit sur eux. En une fraction de secondes, Aelis se mit debout, son épée devant elle. La dragonide, poussée par sa vitesse excessive vint s’y empaler.
    Sentant la mort venir, il tourna son masque vers la guerrière. Elle parvint à articuler : « Tu me rejoindras bientôt en enfer
    -Ce n’est pas possible, répondit la jeune femme avec un sourire triste, mon enfer est ici. »
    Elle emporta ses derniers mots dans la mort.

    ***

    Il hurle. Il ne peut s’arrêter de hurler. Varmilia est morte, il le sent jusqu’au plus profond de sa chair et cela le terrifie.
    « Un soldat est mort et la deuxième damnée vient d’être retrouvée » hurle-t-il.
    Feldorn apparaît à coté de lui. Il respire la peur par tous les pores. Il s’incline en empêchant se mains de trembler.
    « Feldorn, lui demande t’il d’une voix doucereuse, pourquoi as-tu laissé Varmilia s’occuper seule de nos ennemis ? »
    Silence. Son général cherche ses mots. Il finit par balbutier :
    « Elle a agi de son propre chef. Elle semblait si sure d’elle que je n’ais pu qu’accéder à sa demande.
    -Feldorn ! »
    Ses muscles se raidissent. Sa peur est si palpable, si délicieuse.
    « Je suis en train de me demander pourquoi j’ai accepté que tu m’accompagnes quand nous avons quitté Terra. Tu dois m’aider à conquérir ce monde, non à faire tuer inutilement mes hommes
    -Je me rachèterai Milord
    -Je l’espère Feldorn »
    La menace plane sur chacun de ses mots.
    « En attendant, préviens nos hommes de se préparer à l’invasion de Primelune. On a que trop tardé. »
    Dernière modification par Althéa ; 17/11/2008 à 23h27.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  2. #2
    Luthien Invités
    Des conflits internes, un sentiment d'impuissance, de frustration, et par dessus tout ça l'ombre du mal suprême qui rodent, et qui va forcer tout ça à s'allier... c'est bien.

  3. #3
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 609
    @Luthien : merci encore. J'espère être à la hauteur pour la suite. Sinon, vous pouvez toujours me manger.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  4. #4
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    *Voix de Gollum*

    Manger Althéa, vouiiii! Bonne petite Althéa....
    *Voix de Garfield*
    Mais non, tu ne nous a pas deçu depuis e début, je vois pas pourquoi ca commencerait!
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  5. #5
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 609
    @GarfieldArg, au secours ! Une petite fille a déja essayé une fois. Tu sais, avec la longueur du projet...Je suis toujours intimidée avant de poster. Mais c'est plus parceque je ne veux pas vous décevoir.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  6. #6
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Un epetite fille a essayé de te manger :8:
    Sinon ne t'inquiète pas, on est pas déçu. Et quand bien même on ne pourrait pas traverser l'écran...
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  7. #7
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 609
    Oui, une petite fille toute mimi avec un bonnet rose sur la tête m'a attrapé le bras entre deux baguettes dans un restaurant chinois. J'en ais été quitte pour un fou rire de cinq bonnes minutes.
    Si vous traversez l'écran, je vous accueille avec un gateau au chocolat.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  8. #8
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Raaaaa! je veux traverser l'écran!!!!!!
    Sinon, une petite Althéa a la sauce Nuoc-Nam, ca ne doit pas être mauvais
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  9. #9
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 609
    Heu, je ne sais pas...je vais demander à un de mes cousins qui a testé ses nouvelles dents sur un de mes doigts qui s'en souvient...je te dirai tout à l'heure.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  10. #10
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    YYYaaaaaaaaaaa!!!!
    Ouais!! Faut tuer les méchant draconides!!!!! Bien joué!! La première bataille, épique!!!!
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  11. #11
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 609
    Ben mon matou, pourquoi tant de haine tout d'un coup ? Elle était pas très grande cette bataille !
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  12. #12
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Ben je sais pas ce qui m'a pris. Mon coté luménien a du hurler ces phrases a ma place. Non mais, c'est pas parce qu'ils volent qu'on va se laisser em****** par ces cochonneries d'iguanes!
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  13. #13
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 609
    Ah, le coté Lumenien... Bon à ce que j'ai compris, le coté Manostien me ferait dire "A boire". Mais j'ai jamais vu boire personne. C'est à n'y rien comprendre.
    Et tu sais, les dragonides ne sont peut être pas les plus méchantes. Demain, vous en serez un peu plus sur elles.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  14. #14
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 936
    Pauvre Draconide… Moi je la trouvais très gentille…
    Quoi qu’il en soit, la compagnie commence à se rassembler et elle possède désormais deux engins volants… Vont pouvoir tenter des opérations héliportées…

    @Garfield : Ton côté luménien ? Je croyais que Luménis était la cité des bisounours ? Et dire que je pensais y faire un tour juste après avoir organisé une beuverie au Loyal Paladin pour fêter l’enlèvement d’Althéa par le vampire…
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  15. #15
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Niarf!! Les luméniens sont des bisounours, mais faut pas être méchant!!
    Mais pourquoi tu veux fêter l'enlèvement d'Althéa. t'as vu tes concitoyens Althéa... Vient a Luménis!!!!On est gentil tout pleins là-bas!!!

    Et puis, la draconide gentille? Toi tu aurais ta place a Melandis!
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  16. #16
    Luthien Invités
    Tss tsss.... Vous êtes des mostres psychopathes...
    A part ça, c'est marrant... j'aime bien les combats aériens.. frocémment, c'est très différents de star wars au niveau techologique, mais quand même...
    Ceci dit, le Yom me rappelle vaguement quelquechose... j'ai déjà du voir un truc comme ça quelquepart...
    Enfin, tout ce baratin pour te dire que j'aime bien tout ça.

  17. #17
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 936
    Originally posted by Luthien@lundi 31 janvier 2005, 21h59
    Tss tsss.... Vous êtes des mostres psychopathes...
    Nan, pas moi ! La preuve, j'essaye de trouver des circonstances atténuantes même pour les méchants ! Ils ont pas choisi de l’être et puis s’il font pas leur boulot, leur maître leur fait du mal… C’est dur la vie de monstre ! Surtout quand on se fait couper le bras par une vilaine princesse désobéissante… :snif:
    Par contre, le chat c’est un méchant ! Il fait rien qu’à m’embêter et me griffer… Bon, s’il est gentil avec moi, je m’engage à lui apporter des lasagnes lorsque je passerai à Luménis :fleur: (et oui, je suis un indépendant ! Je peux venir casser les oreilles de tous les habitants de Toril avec mes chansons ! Quand j'aurai aidé à la libération d'Althéa et que les Manostiens en auront trop marre de moi, j'irai ailleurs... )

    Enfin, quoi qu'il en soit ton travail est toujours aussi bien Althéa ! Continue à poster des passages aussi souvent qu'en ce moment !
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  18. #18
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 609
    Dites, vous arrêtez de vous disputer ?
    @Taliesin : je sais que tu plaisantes espèce de gros vilain.
    @Garfield : je passerai à Lumenis même si j'ai peur des bisounours et que les barbies se moquent de moi car je ne suis pas une "blonde à forte poitrine" (les vilaines !)
    @Luthien : l'idée des raies mantas volantes n'est pas très originale. Si je me souviens bien, on trouve des animaux un peu pareil dans Gandahar, un film d'animation. J'adore voir ces poissons se déplacer. On dirait vraiment qu'ils volent.

    Voila, juste un ajout pour vous dire que je venais de taper la fin du chapitre IV.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  19. #19
    Luthien Invités
    le grand méchant qui tance ses serviteurs, quise courbent et lui promettent la réalisation de leurs monstrueux dessins... tiens, on dirai des mélandiens.
    Hum... je crois que c'est une bonne transition de chapitre.

  20. #20
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 609
    @Luthien : merci
    Il est vrai que les dragonides ressemblent aux Mélandiens. En fait, il n'ya que Manost qui soit une cité équilibrée. Vive Manost !!!
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  21. #21
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 936
    Originally posted by Althéa10+mardi 01 février 2005, 16h51--></div><table border='0' align='center' width='95%' cellpadding='3' cellspacing='1'><tr><td>QUOTE (Althéa10 &#064; mardi 01 février 2005, 16h51)</td></tr><tr><td id='QUOTE'> @Luthien : l'idée des raies mantas volantes n'est pas très originale. Si je me souviens bien, on trouve des animaux un peu pareil dans Gandahar, un film d'animation. J'adore voir ces poissons se déplacer. On dirait vraiment qu'ils volent. [/b]

    C’est l’un des nombreux aspects que j’apprécie dans ton texte, Althéa. Il est truffé de références aux choses que tu aimes, qu’il s’agisse de livres, de bandes-dessinées, de dessins-animés, de films…J’en reconnais certaines, d’autres m’échappent, mais au final cela donne une œuvre totalement nouvelle mais qui paradoxalement me semble familière… C’est vraiment agréable.

    Althéa10
    @mardi 01 février 2005, 18h37
    En fait, il n'ya que Manost qui soit une cité équilibrée. Vive Manost !!![/quote]
    Cela ne va pas plaire à Garfield... Gare aux griffures ! Pour ma part, j’aime bien Manost mais je n’ai rien contre Luménis, au contraire (non, je ne dis pas ça juste pour éviter d’atroces douleurs…)
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  22. #22
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 609
    @Taliesin : merci.
    Bon, arrête moi si tu vois un de mes personnages lancer des coings et se cacher. Je le ferai surement en rp...
    @Garfield : non, ne griffe pas Taliesin !
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  23. #23
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    dans le brouillard
    Messages
    27 402
    J'aimais bien cette Dragonide, moi aussi. On a l'impression un instant qu'il y a quelque chose entre elle et le Mauvais Méchant. Mais la voilà déjà avalée par le néant d'entre les strates... Aelis a vengé son fils...

    C'est toujours aussi prenant, aussi bien rythmé! Et je ne l'avais pas encore dit mais j'aime beaucoup tes dialogues, aussi.

    Pas grand chose à dire sur ce passage. Les événements se précipitent... Et je passe à la suite.
    Lathandre est le début du plaisir
    Et Luménis c'est par ...


    En RP : Albérich Megrall & Hubert de Maleval. La bio de l'un et la bio de l'autre...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

  24. #24
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 609
    Merci. Pour les dialogues, j'ai eu un peu de mal. C'est difficile de faire parler des personnages. Il y a leur vécu derrière, leur passé. Parfois, les personnages m'échappent et leurs paroles ressemblent trop à ceux des autres. Bon, des fois aussi, tu trouves des phrases que j'ai beaucoup aimé dans des livres, films ou autres.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  25. #25
    Date d'inscription
    August 2004
    Messages
    151
    Je suis pas doué pour les quotes à répétitions, alors il faudras les rechercher.

    Scène avec Aifé, avec le vieux, vers la fin du châpitre:
    - Patience gamine, ou Impatiente gamine (au lieu de patiente)

    Début scène un peu plus loin:
    - "La patience" (au lieu de la patience), c'est un nom
    - un peu plus loin manque hèlas le "s" d'hèlas :rigoler:

    A part celà, c'est génial!

  26. #26
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    536
    Pour continuer sur les fautes

    C’est la dernière chose que tu apprendras avant de mourir, répondit elle, Maïwenn de Lochnohan, tu fais partie des damnées de Cuarluna : quatre enfants nobles de cœur et de naissance dont l’alliance est indispensable à la survie de votre monde. Mais tu vas t’éteindre et tout sera perdu. »
    Elle lâcha Enora qui s’en fut sans demander son reste. Maïwenn, incapable de bouger la vit le monstre (bizarre...)se jeter sur elle, son ignoble masse d’arme fendant l’air, prête à frapper. Ses membres ne lui obéissaient plus.
    « Qu’Andarta m’accueille » fut elle seulement capable de penser.
    Le bras du monstre heurta sa tempe droite et elle ne vit que du noir.
    Sinon c'est très bien.
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  27. #27
    Seina Invités
    Ses pleurs se confondirent longtemps avec le chant de la rivière.
    Je trouve cette phrase magnifique.


    Lire la mort du compagnon d'Aife avec en fond sonore : Loreena McKennit : c'est sublime... petit regret : le passage est trop court et la transition avec la discussion Angus/Aife trop brutale, j'ai eu l'impression qu'elle oubliait le défunt d'un coup.

    De plus, jamais elle ne se pose la question de : comment ils ont fait pour s'approcher, trancher la gorge sans qu'elle ne se réveille ? Après tout, elle est une guerrière aguerrie habituée à la vie à la dure d'après ce que l'on suppose. Un guerrier ne dors jamais ou rarement sur ses deux oreilles. Pourquoi ne se reproche-t-elle pas de ne pas avoir réussi à le sauver ?


    j'aime beaucoup le personnage bourru d'Angus, vieux guerrier venus des Anciens temps, ayant vu moults batailles et considérant la jeune femme avec un amour paternel.

    ______________________________


    Je reviens sur les paroles de Parrain :

    « Patiente gamine, lui dit il pendant que ses pieds bataient furieusement l’air dans l’espoir de retoucher le sol
    Il manque simplement une virgule entre : patiente et Gamine. Il lui donne un conseil : elle doit patienter.

    ___________________________________________________________

    Sinon que dire. Pour moi il manque un passage... sur Aelis. On la voie en train de s'approcher du royaume d' Ombrelune et paf ! on la retrouve sur le Navire de Maïwenn, je trouve ça un peu brutal. MAIS celà passe quand même très bien dans le flot de l'action. je suis un perfectionniste jamais satisfait :snif:


    ____________________________________________________________

    Je trouve La dragonide bien gentille avec Aelis... A sa place j'aurai parlé beaucoup plus sur la mort de l'enfant d'Aelis, décrivant ses souffrances, la manière dont elle l'avait tué. Mais ça encore c'est un détil et je suis sadique aussi

    Sinon j'ai pas compris comment est mort la Méchante :notme: on peut m'expliquer svp ? :hips2:

    ____________________________________________________________


    Même pas drôle, je peux pas dire : continue comme ça, parceque c'est déjà fait alors zou ! chapitre 5

  28. #28
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Valà, la souite.

    Pour commencer je liquide les scories textuelles :notme2:

    <div class="spoilertop" onClick="openClose('338d2963cd0407c1e708cb04794ce1d7')" style="font-weight: bold">» Cliquez ici pour afficher le spoiler - Recliquez une nouvelle fois pour le cacher... «</div><div class="spoilermain" id="338d2963cd0407c1e708cb04794ce1d7" style="display:none">à coté => côté

    Alors elle comprit qu’il lui disait la vérité => avait dit

    Elle se sentit soudain perdu => perdue

    Elle eût à nouveau envie de vomir.=> eut

    De nouvelles larmes dévalèrent ses joues. Elle caressa son visage déjà froid et lui ferma les yeux. => problème de reprise pronominale

    pensa t’elle => comme d'hab: pensa-t-elle

    d’amères reproches. => amers

    se douter qu’ils la trahiraient. => soupçonner que...

    Aifé eût un sursaut de terreur. => comme d'hab: eut

    ses pieds bataient furieusement l’air => battaient

    Tu dois vivre pour eux Aelis car tu les aimes autant qu’ils t’ont aimé.=> aimée

    cette quête immense, ne l’oublie pas. Tu l’as accepté sans faillir.=> acceptée

    La tache qui lui incombait => tâche

    Hitier. Il aurait du le laisser avec sa mère => dû

    La patience entra dans le gouffre intra stellaire => Patience, comme dit par d'autres

    roulée en boulle sur sa couchette => boule

    Héla, sa mère et son oncle prolongeaient le voyage => hélas

    Sa mère dormait dans la cabine du capitaine. Rien de bien intéressant. Kieran avait établi les siens dans celle du second > ses quartiers?

    Un ombre passa devant la vitre.=> une

    Elle eût quelques hésitations => EUT!!!

    Elle y courût sans tarder.=> courut

    cher Maïwenn => chère

    la dragonide ne vit rien, trop occuper à lorgner sa proie => occupée

    quatre enfants nobles cœur => nobles de coeur, nobles coeurs...

    la vit le monstre se jeter sur elle => *la de trop

    se tempe droite => sa

    Elle était aculée => acculée

    la dragonide sa jeta sur elle. => se

    Si elle devait mourir ainsi, tel était sa destinée => telle

    Si cela ne marche pas, j’aurais au moins essayé. => aurai

    les gestes qui en détermineraient l’issu.=> issue

    En une fraction de secondes => seconde

    La dragonide, poussée par sa vitesse excessive vint s’y empaler.
    Sentant la mort venir, il tourna son masque vers la guerrière. > il? elle? au choix.

    Il s’incline en empêchant se mains de trembler.=> ses

    Elle semblait si sure d’elle que je n’ais pu qu’accéder à sa demande=> sûre, ai pu

    On a que trop tardé. => *n'</div>
    --

    Sinon que dire? Il y a du rebondissement: la mort d'Hitier, l'enlèvement d'Aifé, la rencontre dramatique entre Aelis et Maïwenn... ça bouge bien dans ce chapitre. J'aime bien.

    Il y a aussi des coïncidences dignes d'un mauvais feuilleton:
    Par exemple, la larme qui tombe de l’arbre droit sur Angus : euh… même en visant bien je ne suis pas sûre d’y parvenir…
    Ou encore et surtout, le fait que le yom d'Aelis arrive droit sur le bateau en perdition de Maïwenn. Par Andarta, l'air est plus vaste que la terre ferme! Si cela peut s'expliquer (une sorte de prescience pousse l'Elu vers les autres damnés? Le vaisseau poursuivi se voit de très loin? Aelis a suivi des dragonides?...) il ne faut pas se priver, car tel quel c'est un peu abrupt.

    NB: le récit du combat est un peu dur à suivre, aussi, on ne visualise pas très bien les actions successives.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231