Affichage des résultats 1 à 18 sur 18

Discussion: Chapitre 3

  1. #1
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 604
    Aelis serrait les dents en essayant de ne pas penser à l’aiguille qui s’enfonçait dans sa chair. Guielin caressait ses cheveux et essuyait son front couvert de sueur. La prêtresse du temple de Tierlune travaillait avec des gestes rapides et efficaces. Son supplice ne durerait pas longtemps.
    « Ne vous raidissez pas ou cela vous fera encore plus mal Aelis. »
    Elle sursauta.
    « Comment savez vous qui je suis alors que vous ne pouvez pas me voir ? » demanda t’elle. La servante d’Andarta leva vers elle ses yeux aveugles.
    « Votre sang me parle. Il sent les embruns, le vent, l’aventure. Il n’y a que le votre qui ait ce parfum. Le sang des autres empeste le renfermé et l’opulence.
    - - C’est ce que vous m’avez dit quand Freïa m’a conduite chez vous après la grande bataille. » se souvint elle en essayant de refouler les visions du passé qui voulaient apparaître.
    - La vieille femme hocha la tête : « Mais je ne suis pas parvenue à vous redonner la foi ni à apaiser vos souffrances, ajouta-t-elle d’un ton neutre, voila, j’ai fini. Je vais vous faire un bandage. »
    Guielin l’aida à s’asseoir. Elle lui sourit et retira sa main qu’il avait serrée tout le long de l’opération. Elle était moite. Visiblement, il avait souffert autant qu’elle. La prêtresse lui tendit une chope d’hydromel qu’elle accepta sans un mot. La douleur se dissipa en même temps que le liquide se frayait un chemin dans son œsophage. Une gorgée de plus et elle irait tout à fait mieux mais Guielin la retint d’un simple geste. Elle soupira. Quelle mère poule !
    « Ne refusez pas la main que votre ami vous tend. Il a mis sa vie en péril pour vous »
    Elle se tourna vers la vieille. Celle-ci sourit, découvrant sa bouche édentée. Elle poursuivit :
    « Et vous lui devrez bien plus encore dans le futur. Votre maudit orgueil en sera ébranlé. »
    Elle sursauta. Comment osait elle lui parler ainsi ?
    «Je ne sais pas, je ne suis qu'une vieille femme. Pensez-vous que je puisse avoir toutes les réponses. Quelque chose vous appelle. Et ce n'est plus seulement votre désir d'absolu ... »
    Aelis fronça les sourcils. De quoi parlait elle donc ? Elle ne comprenait rien.
    La voix de la prêtresse s’éleva dans son silence angoissé :
    « Vous ne devriez jamais oublier votre histoire car c'est elle qui vous façonne. Je connais tout cela. J'ai vu les temps anciens et mes yeux fermés explorent le futur. Mais ce n'est pas à moi de vous donner les réponses. Vous devez chercher et chercher encore. Les réponses sont plus près que vous ne le pensez. Je les entends qui murmurent à votre oreille. Mais ne me demandez rien, c'est à l'enfant que je dois donner des réponses"

    Le silence retomba après ses paroles. Aelis secoua la tête. L'ancêtre tendit la main à Gwenaël et l'entraîna au centre de la pièce où s'étendait une sorte d'autel dominé par un ciboire en son centre. Un liquide doré donnait au plafond au dessus de lui des éclats de feu. L'enfant ne pipa mot.

    "Toi aussi, enfant, tu cherches des réponses. Tu es notre futur et pourtant, ton histoire est plus vieille que le plus vieux d'entre nous. Tu es un et multiple. Tu n'es qu'un enfant et pourtant, tu portes notre passé à tous, nos espoirs et nos maux. Tu es notre folie et notre sagesse. De là venaient cette gravité et cette sagesse impropres à un enfant de ton âge qui ont tant effrayé tes parents "

    Gwenaël secoua la tête. Dans un état second, il comprenait à peine ce qu'on lui énonçait. Tout cela à la fois ? Comment était-ce possible ? Certes, il ne s'était jamais senti comme un enfant. Mais cela n'expliquait pas tout ...

    "Je ne sais pas"

    La vieille éclata de rire. Un rire frais et doux qui emplit soudain la pièce et sans savoir pourquoi, l'enfant lui fit écho.

    "Ainsi naquit le rire. Ainsi naquirent les contes. Le premier enfant se mit à rire dans cette terre perdue. Et son rire se changea en une multitude d'éclats qui vinrent ouvrir des brèches dans la réalité. Tu dois en retrouver les fragments pour pouvoir de nouveau la faire voler en éclats. Maintenant, donne moi ta main. Tu n'as pas peur, n'est-ce pas ?"

    Gwenaël secoua la tête. Il y eut un éclat d'argent et du sang coula dans le ciboire. La coupure à son petit doigt se referma aussi vite qu'elle était apparue. La vielle femme sourit.

    "Et maintenant, regarde"

    Devant les yeux de l'enfant, le sang mélangé à l'or commença à se mouvoir. Des figures apparurent, des visages. Il leur sourit. Maintenant, il savait. Et la pièce bientôt plongea dans la pénombre. Guielin et Aelis se regardèrent sans piper mot. La vieille femme avait disparu.

    Gwenaël se tourna vers Aelis et lui tendit la main. La jeune femme le considéra gravement. Dans quoi s'engageait elle ? Car elle s'engageait en suivant cet enfant. Où ? Vers quoi ? A la recherche de quelles réponses ?

    "Je te dirai tout cela" murmura l'enfant.



    ***

    Il hurle. Sa voix stridente se répercute à travers les couloirs sombres et les vastes salles. L’élu s’est mis en marche. Cette pensée lui fait mal jusque dans ses chairs.
    « Feldorn ! »
    Un léger bruissement d’étoffe l’avertit de l’arrivée de son général. Il se tourne vers le masque blanc aux orbites vides.
    « L’élu est en marche Feldorn et il n'est pas seul. As-tu rasé Riorim comme je te l’ais demandé ? »
    La voix de l’autre s’élève, lugubre et monocorde.
    « Il ne reste aucun survivant votre majesté. »
    Il a un petit rire.
    « Vraiment ? »
    Feldorn garda le silence mais un léger tressaillement trahit une peur immense. Il étend le bras et le mur en face de lui laisse place à un paysage de désolation.
    Un village se meurt au milieu des flammes. Mais au dessus plane une goélette, tel un oiseau de malheur.
    « Vraiment ? »


    ***

    La Patience survolait Riorim. On avait laissé pendre une lourde ficelle au cabestan afin que quiconque d’humain et de vivant puisse s’y accrocher et grimper sur le pont.
    A son bord, Maïwenn et Kieran contemplaient le désastre.
    Riorim la Belle, joyau d’architecture, palais de la culture flambait. Une épaisse fumée noire obscurcissait le ciel. Rien ni personne ne bougeait dans cet univers entièrement dévasté. Tout n’était plus que mort et désolation.
    Maïwenn se signa. « Qu’Andarta accueille ces malheureux en son sein. » murmura t’elle, la voix entrecoupée de sanglots.
    La goélette survola ce qui jadis avait été jadis leur maison. L’endroit qui les avait vu naître et accueilli leurs premiers pas, leurs premiers rêves et leurs premières amours n’était plus q’un gigantesque brasier. Même les quatre noisetiers plantés en l’honneur de la naissance des enfants de Lochnohan se consumaient dans les flammes.
    Maïwenn se tourna vers son frère. Elle ne pouvait en voir plus.
    « Ce n’est pas possible, balbutia Kieran, Andarta n’a pu permettre cela
    -Andarta est grande, le coupa t’elle sèchement, dans sa magnanimité elle a permis que nous soyons épargnés. »
    Kieran fit un pas en arrière comme s’il la fuyait.
    « Ta stupide religion te rend insensible, se mit il soudain à hurler, si fort qu’Enora se réveilla en sursaut, ton Andarta n’est qu’un génie du mal. Ne vois tu pas qu’elle nous a laissé en vie pour que nous souffrions de la perte des nôtres. Et toi, tu la loues encore ! »
    Blanche de rage, elle s’approcha de lui.
    « Oui je la loue, répondit elle pendant que Kieran écarquillait les yeux surpris par le ton glacial de ses paroles, elle m’a toujours soutenue. Jamais elle ne m’a fait défaut, en aucun moment de ma vie elle n’a été loin de moi.
    -Ah oui, la coupa-t-il sur le même ton, était elle prêt de toi quand l’homme que tu aimais t’a laissé seul avec ton enfant ? »
    Elle le gifla à toute volée et sortit de la pièce. Il réalisa alors qu’il était allé trop loin. Il eût trop honte pour la rattraper. Il prit donc le gouvernail en attendant qu’elle revienne. Là, il implorerait son pardon.


    ***

    « Les mains rouges de sang, à l’ombre de la corde nous semons la discorde. Allons brigands allons »
    Aifé, perchée dans son arbre chantait avec ses hommes. L’air et les paroles laissaient à désirer mais les hurler en battant la mesure lui permettait en général d’évacuer ses soucis. Mais ce soir, le cœur n’y était pas. Et si Hitier n’avait pas menti ? Elle l’observa à la dérobée. Le jeune homme assis en dessous d’elle boudait. Elle l’avait congédié à coups de pied dans l’arrière train en le traitant d’afabulateur.
    Elle laissa les autres chanter : « Sans honneur ni patrie, compagnons de rapine. Allons brigands allons. » et se pencha vers lui.
    « Ton derrière te fait il encore souffrir ? »
    Il entonna plus fort le troisième couplet.
    « Nous banderons nos arcs et nos épées tranchantes toujours lieront. »
    Quelle impudence, il osait l’ignorer. Pour se venger, elle lui hurla dans les oreilles la fin de la chanson.
    « Compagnons de misère, compagnons de ripaille. Allons brigands allons. »
    Il sursauta et se tourna vers elle.
    « Vous êtes folle, lui hurla-t-il exaspéré, vous meurtrissez mon derrière et ensuite mes oreilles ! » Elle éclata de rire.
    « Vous êtes diabolique » lui souffla-t-il quand elle vint s’asseoir à coté de lui. Autour d’eux, les pichets de cervoise commençaient à circuler. Elle eût un frisson en attrapant le sien. Et si ? Hitier la vit blêmir. Elle regarda ceux avec qui elle vivait depuis sa plus tendre enfance. L’un d’eux voulait il sa mort ? Sa cervoise se rependit sur le sol. Elle se leva d’un bond. A part Hitier, nul ne vit le petit farfadet disparaissant dans l’ombre.
    Il la suivit le plus discrètement possible mais une branche craqua sous son pied.
    « Ne me laisseras tu jamais tranquille sale oiseau de malheur ? » lui lança t’elle sans se retourner.
    « J’ai le droit d’aller où bon me semble. »
    Elle se tourna vers lui stupéfaite. Ils furent pris d’un fou rire. Et soudain, elle s’en fut en courrant droit devant elle.
    « Le dernier à la rivière n’est qu’un groin de cochon » hurla-t-elle avant de disparaître. Ils coururent à perdre haleine jusqu’à leur point d’eau. Là, ils plongèrent dans l’onde froide et mystérieuse.
    Les soucis d’Aifé s’en allaient vers la mer avec le courant. Elle s’approcha d’Hitier et le serra contre elle.
    « Changeons un peu de sujet. » dit elle avant de l’embrasser.

    ***

    Le yom passa la limite de l’océan et plongea dans le gouffre intra stellaire. La mer d’étoile scintilla autour de lui. Seule Aelis profondément endormie dans les bras de Guielin ne pût pas l’admirer. Son ami la serrait contre lui comme un inestimable trésor. La perspective de la perdre avait éveillé des sentiments nouveaux, plus forts, contradictoires. Elle n’était que son amie et pourtant, il ne supportait pas l’idée d’être sans elle. En même temps, il ne pouvait pas l’aimer comme une simple femme. Il la respectait trop.
    Perdu dans ses pensées, il entendit à peine Gwenaël.
    « La route sera longue. Nous allons souffrir. Je le sais » Il hocha la tête. L’enfant prit sa main. « Tu vas beaucoup souffrir aussi mais tu t’épanouiras.
    -Je sais » dit il comme pour lui-même.
    Il remonta la couverture sur l’épaule d’Aelis.
    D’étranges sons montaient de l’abîme. Il tendit l’oreille. Des chants, toujours ces chants, ces étranges mélopées. Des prières sans doute. Des prières d’étoile.
    Au commencement Andarta avait choisi les plus belles d’entre elles pour façonner les hommes. Peut être certaines reconnaissaient celles qui lui avaient donné la vie. Il sourit et ferma les yeux. Guidé par la respiration calme d’Aelis, il s’endormit.

    ***

    La troisième lune vint à nouveau baigner le monde dans sa lumière argentée. Enora s’était rendormie sans aucune difficulté. Maïwenn l’embrassa avant retourner dans la cabine de pilotage.
    « J’ai établi mes quartiers dans la cabine du capitaine, dit elle sèchement à son frère, signe que leur dispute n’était pas oubliée. Il te reste celle du second et du lieutenant ainsi que toutes les autres. J’espère que cela te convient. »
    Il se contenta de hocher la tête. Elle ôta ses chaussures et alla s’asseoir dans le confortable fauteuil du capitaine. Un silence pesant s’installa sur la pièce. Les deux frères ne s’appréciaient pas. Elle ne supportait pas sa propension à douter de tout, il haïssait sa dévotion et sa rigidité à toute épreuve. Et aujourd’hui, par la force des choses ils étaient réunis et devraient sûrement passer de longs moments ensemble.
    « Tu aurais préféré que je meure à la place de Diwenn et de Marzhevenn, n’est ce pas ? »
    Elle leva la tête brusquement. Quelle sordide question.
    « Si j’avais eu la possibilité de choisir, j’aurais fait en sorte que nous soyons tous vivants, répondit elle d’une voix blanche, et tu devrais avoir honte de demander cela alors que nous avons perdu tous les notre. »
    Des larmes roulèrent sur son visage, son cœur se déchira. Elle ne survivrait jamais à leur absence. Diwenn son frère jumeau, Marzhevenn le plus jeune, ses parents, sa famille, son village. Tout avait été rendu au néant. Elle se retourna vers Kieran. Celui-ci la fixait, les sourcils froncés en l’attente d’une réponse.
    « J’aurais eu beaucoup de peine s’il t’était arrivé malheur, dit elle doucement sans prendre la peine de mentir, nous ne nous apprécions pas beaucoup c’est indéniable. Mais ce « voyage » nous permettra de mieux nous connaître.
    -Ce voyage, la reprit il d’un air moqueur, et où pouvons nous aller selon toi ? Que te conseille Andarta ? »
    Elle eût un soupir irrité. Allait il enfin se décider à la laisser tranquille ?
    « Pardonne moi, souffla t’il, tu penses à Tierlune comme moi, n’est ce pas ? »
    Elle hocha la tête. Ces sauvages de Primelune cultivaient une rancœur féroce contre Ombrelune et Quarlune était envahi par les dragonides. Donc même si le Nord était peuplé de brutes épaisses, il demeurerait la meilleure terre d’accueil.
    « Les Vortiguern nous recevront sûrement vu qu’ils étaient alliés à nos parents pour combattre Primelune et Quarlune lors de la grande bataille. » dit elle laconiquement comme s’il s’agissait d’une leçon bien apprise. Kieran bailla. L’histoire l’ennuyait. Du moins, les histoires vraies. Soudain, une question angoissante germa dans son esprit.
    « Crois tu que les gens de l’Est vont de nouveau s’allier avec le Sud et Afang ?
    -Je ne sais pas, dit elle d’une voix blanche, mais ce serait encore pire si les dragonides envahissaient tout Cuarluna. »
    Ils se regardèrent effrayés.
    Dernière modification par Althéa ; 18/11/2008 à 21h17.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  2. #2
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Bon, ben si on à le droit de poster, allons-y! J'adore toujours autant, par contre:

    Maïwenn se signa. « Qu’Andarta accueille ces malheureux en son sein. » murmura t’il,
    Pourquoi "IL"??
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  3. #3
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 604
    Merci beaucoup mon matou !
    Houps, Maïwenn s'est changée en fille de sexe masculin. Merci de me l'avoir signalé. Non d'une crotte de caniche à roulettes, je vais modifier ça tout de suite.

    La suite vous attend.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  4. #4
    Luthien Invités
    Ah... on arrive au moment de la première grande révélation... très bien oui, très bien. Et puis un peu de légèreté aussi, histoire de ne pas enfermer le lecteur... c'est toujours très bien donc... et peut-être même de mieux en mieux.

  5. #5
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 604
    @Luthien : le nem te remercie humblement.
    La suite vous attend. Je profite du week end pour continuer à taper. J'espère que vous ne serez pas déçus.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  6. #6
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 927
    Oui, l'intrigue se tisse progressivement... Les évènements s’accélèrent… Althéa nous emprisonne dans sa toile et nous rend accrocs ! Vivement la suite !
    J’imagine déjà la compagnie rassemblant l’Elu, les quatre damnées et leurs amis… ça va donner !
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  7. #7
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Ha, c'est de plus en plus chouette, tout ca!!!
    Vivement la suite...
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  8. #8
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 604
    Merci à vous tous, vraiment. Si vous n'étiez pas là, j'aurais arrêté de poster depuis longtemps. Merci de votre soutien et de votre gentillesse.
    Pour la suite, elle vient d'être postée. Et je taperai le chapitre 4 demain.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  9. #9
    Luthien Invités
    Les nems sont décidémment doués pour l'écriture... j'aime bien, il y a des sentiments, des relations, les personnages ne sont pas trop plats (les personnages principaux j'entends, parce que si on donne de la profondeur à tous les personnages secondaires, enfin...), et on comprend de mieux en mieux le monde dans lequel évoluent nos aventuriers...

  10. #10
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 604
    @Luthien : merci beaucoup. Je suis un nem étrange. Douée pour l'écriture, je ne sais pas. Je ne sais pas si je suis bien mangeable.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  11. #11
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    dans le brouillard
    Messages
    27 399
    Donc, je continue ma petite promenade... Toujours très prenant, je tiens à le dire! :happy:
    Je suis un peu perdue dans la géographie, mais ce n'est pas dramatique, ça viendra avec le récit... C'est que le nom des "pays" se ressemble et donc, ce n'est pas toujours évident de raccrocher chaque contrée à son orientation dans l'espace, à son climat, à son peuple... En fait, c'est peut-être juste moi qui suis nulle avec les noms propres!


    Si je puis me permettre un petit commentaire, je ne suis pas parfaitement convaincue par la manière dont la révélation a lieu... Est-ce un peu trop... Frontal? Je ne sais pas. Je ne suis pas pour un coup à la Eddings, où le lecteur comprend des mois avant le protagoniste ce qui est en train de se passer. Cependant, je ne sais pas, j'ai l'impression qu'il y a peut-être moyen d'amener ça plus progressivement, peut-être en parlant de cette histoire d'Elu et de Grande Bataille avant cette scène, dans des dialogues plus anodins qu'ont les personnages entre eux... Enfin, cela dit, je ne dis pas non plus que c'est un gros problème, hein... C'est juste au cas où... Mais je vais continuer ma route dans le monde des Quatre Vents...
    Lathandre est le début du plaisir
    Et Luménis c'est par ...


    En RP : Albérich Megrall & Hubert de Maleval. La bio de l'un et la bio de l'autre...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

  12. #12
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 604
    En fait, je ne savais pas trop comment ammener la révélation. La preuve, j'ai changé deux fois en deux versions ... Il y avait aussi le fait que Gwenaël est un enfant et que la prêtresse ne semble pas trop s'en soucier. De toute façon, je retravaillerai tout cela. Merci de ton commentaire.

    A la base, j'avais fait une carte de Cuarluna avec la disposition des pays. Mais une carte très moche et que je ne mettrai pas ... :notme: Je vais demander à quelqu'un s'il peut m'aider. Après, on verra. Au fait, as tu besoin d'un récapitulatif des personnages ? Je le mettrai dans un sujet épinglé si tu en as besoin.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  13. #13
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est connecté maintenant Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 123
    Hé hé l'intrigue se met en place ! On en apprend des choses dramatiques ici...

    J'attend de voir la suite, mais d'ici là, bravo
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  14. #14
    Seina Invités
    J'ai pas fini de lire mais :

    « Et vous lui devrez beaucoup plus tard. Votre maudit orgueil en sera ébranlé. »
    C'est vers le début. Si j'aibien compris le sens que tu voulais donner à ta phrase, elle n'est pas complète. Ce serait :

    " Et vous lui devrez beaucoup [plus), plus tard" non ?

    Si c'est dans le sens : dans le futur, Aelis lui devra beaucoup plus, la phrase serait plus, pour moi ( toujours de MON point de vue) du style :


    " Et vous lui devrez bien plus encore dans le futur"


    _____________________________


    Je continue mes critiques ( les louanges n'arriveront qu'à la fin)


    « Je viens avec toi. Du moins si l’élu est d’accord. »
    Hum je trouve que ça dénote qu'il demande son avis à l'élu... En gros, si j'ai bien compris, il est obnibulé par le fait de perdre Aelis et décide la suivre. Pourquoi soudain cette pensée pour l'enfant ?

    Si je me place d'un point de vue : je suis amoureux ( mais je lui ai rien dit) et que ma dulcinée s'en va... Je lui aurait plus dit :

    " Je viens avec toi... Et je ne te demande pas ton avis..."


    Après peut être que je me gourre

    Je sais, je sais je m'attarde sur du détail, mais vu que l'ensemble est génial, faut bien aller chercher le détail qui tue

    ____________________________________________________


    Chapitre fini , toujours de très bonne qualité, fine introduction du méchant de l'histoire qui commence déjà à flipper dans son armure .


    Sinon je ne suis pas convaincu par la révélation. Trop simple, trop imposée. Il aurait pu être intéressant de laisser planer un doute sur qui est " l'élu" .. Mais je vais pas te faire réécrire 30 chapitres pour mon petit plaisir :notme2:


    Sinon, je pense que la révélation des 4 damnés et bein ammenée. en effet, on commence à s'attacher à nos 3 demoiselles qu'on soupçonne évidemment d'être les damnés.. Désormais on comprend pourquoi elle sont telles... Et puis .. le 4ème pays n'aurait-il pas déjà succombé ? Où donc se cache le 4ème damné :eye:


  15. #15
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 604
    @Seisei : :timide: Faut pas exagèrer non plus, ça a rien de génial. Mais merci beaucoup pour tes remarques et tes suggestions. Et bienvenue sur air Yom.

    Pour la révélation, c'est vrai qu'elle est très téléphonnée ammenée avec une subtilité de mamouth dans un jeu de quilles. Je retravaillerai tout, promis. Par contre, je me demande encore si Gwenael va être le vrai élu. :notme:

    Ps : je vais éditer la phrase, la tienne va mille fois mieux.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  16. #16
    Seina Invités
    J'ai réfléchit durant le trajet boulot --> Chez moi ( ben quoi ? je lis au boulot.. et alors ) j'ai une idée derrière la tête.... Mais je ne veux pas m'avancer. En tout cas si c'est ça, ce serait génial


    Seina ou l'art de faire des posts où rien n'est dit


    PS : si tu veux savoir a quoi je pense, contacte moi sur MSN... si j'ai raison et que je le marque, je gache le plaisir aux autres

  17. #17
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Toujours là! J'accroche toujours autant. Je rejoins les autres, le dialogue avec la prêtresse est pas super subtil (et elle est bien gentille, en pleine vision prophétique, de trouver la patience de leur faire un rappel historique complet; pourraient faire la recherche tout seuls...)

    celui par qui celui le pacte sera scellé, celui qui repoussera Afang. => un *celui de trop

    Comment se fait il que tu ais retrouvé la première damnée alors que tu ignorais tout d’elle ? => que tu aies. Tu me recopieras cent fois la conjugaison du verbe avoir!

    je te l’ais demandé => ai

    votre majesté => encore plus majestueuse en majuscules

    au dessus = > au-dessus

    afin que quiconque d’humain et de vivant puisse s’y accrocher et grimper sur le pont.=> afin que tout être humain survivant puisse... moins lourd.

    ce qui jadis avait été jadis leur maison => un *jadis de trop.

    plus q’un gigantesque brasier.=> qu'

    Ne vois tu pas qu’elle nous a laissé en vie=> laissés

    Elle eût un frisson=> eut

    Sa cervoise se rependit sur le sol.=> répandit

    en courrant droit devant=> courant

    avec le courrant.=> courant

    ne pût pas l’admirer.=> put

    Peut être certaines reconnaissaient celles qui lui avaient donné la vie.=> je capte pas. Peut-être certaines étoiles reconnaissaient-elles celle (Andarta) qui leur avait donné la vie?

    nous avons perdu tous les notre.=> tous les nôtres.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  18. #18
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 604
    J'ai vraiment du travail à faire concernant l'orthographe :timide: Merci encore de m'aider :fleur: Pour la prêtresse, je vais tenter les petites énigmes ... J'en connais parmi vous qui les apprécient
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231