Affichage des résultats 1 à 25 sur 25

Discussion: Chapitre 2

  1. #1
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 611
    Gwenaël, les yeux écarquillés regardait le paysage de neige défiler au dessous de lui. Maintenant, il pouvait profiter pleinement du spectacle. Avant, il devait se l’avouer, il avait eût très peur. Tout d’abord, quand Aelis lui avait présenté l’animal sur lequel ils feraient route jusqu’à Lewinlly.
    Les yoms ressemblaient à d’immenses raies mantas couvertes d’une épaisse fourrure.
    A son approche, la bête avait poussé un mugissement terrible et fait rouler vers lui ses immenses yeux jaunes.
    Aelis avait sauté avec souplesse sur la nacelle attachée au dos de l’animal et lui avait tendu la main. Il s’était précipité derrière les jambes de Guielin et avait refusé d’approcher. Le jeune homme lui avait promis qu’il ne craignait rien. Partiellement rassuré, il avait consenti à se laisser hisser sur le yom. Aelis l’avait fait asseoir juste devant elle et l’avait enroulé dans des couvertures. Guielin avait pris place derrière et avait saisi les rênes.
    Alors le yom avait déployé ses immenses ailes et la terre s’était éloignée à toute vitesse. Il avait fermé les yeux. Aelis avait posé ses mains sur les siennes. Des mains aux longs doigts effilés, froides comme la neige.
    « Tu ne crains rien, je te tiens. » lui avait elle murmuré.
    Alors, seulement, il s’était risqué à ouvrir les yeux. Et là, il était resté bouche bée, saisi par le spectacle de toute beauté au dessous de lui. Des immenses lacs entourés de falaises d’un blanc immaculé. Des forêts de sapin arborant fièrement leur reflet émeraude. Des gorges profondes où courraient les torrents aux eaux cristallines. Et là, niché entre deux collines enneigées un petit village. En plus du spectacle l’altitude le grisait. Le vent glacé fouettait ses joues. Et il volait !
    Malheureusement, au bout de plusieurs heures le yom commença à amorcer la descente.
    Une grande ville apparut en contrebas.
    « Bienvenue chez nous Gwenaël » lui dit tout simplement Guielin en l’aidant à mettre pied à terre. Aelis était partie en courant dès que la bête s’était posée. Ce fut donc avec le jeune homme qu’il apprit à connaître la ville.
    Lewinlly s’articulait en tout et pour tout de part et d’autre d’une rue en ligne droite. Les maisons, collées les unes aux autres étaient toutes construites dans la même pierre et selon les mêmes plans. Au dessus de chacune, les cheminées crachaient de lourds panaches de fumée grise. La route, elle était pavée mais on avait du mal à distinguer les pierres enfuies sous une épaisse couche de neige fondue.
    Gwenaël se tourna vers Guielin et, pointant ce qu’il voyait d’un index vaguement accusateur, il s’exclama : « Elle est triste ta ville ! »
    Le jeune homme sourit puis se baissa pour lui glisser sur le ton de la confidence : « Et tu n’as pas vu le palais. Aelis et moi n’y séjournons que très peu. Tu jugeras en le voyant si nous avons raison. » Ils se mirent donc en route.
    Pendant qu’ils marchaient, il l’interrogea sur son amie.
    « Pourquoi n’aime-t-elle pas les enfants ? »
    Guielin fronça les sourcils. Il crût qu’il allait se fâcher mais c’est d’un ton calme qu’il lui répondit : « Ce n’est pas qu’elle ne les aime pas. Bien au contraire. Mais un malheur l’a … »
    Et il s’interrompit.
    Aelis venait d’apparaître devant lui comme par magie.
    « Je viens de voir les frères Svensson, l’avertit elle avec un soupçon de colère dans la voix, s’ils t’aperçoivent ils vont encore te chercher des ennuis. »
    Elle soupira. Guielin se contenta de secouer la tête. Il n’en avait cure.
    « Tu vas te laisser rosser une fois de plus ? »
    Il prit son courage à deux mains pour lui répondre : « Ils finiront par comprendre que la violence ne m’ébranle pas. Ils ne changeront pas ce que je suis. Tu ne penses pas ? »
    Il lui jeta un regard inquiet. Elle hocha la tête l’air rêveur.
    « Si, et c’est pour cela que je t’admire Guielin. »
    Il crût un bref instant qu’elle plaisantait mais son regard exprimait une considération non feinte.
    « Aelis de Vortiguern, enfin de retour ! »
    Les deux jeunes gens sursautèrent, Gwenaël se cacha en voyant la femme qui se trouvait devant lui. Du moins, s’il s’agissait d’une femme et non d’un ours car elle en avait à la fois la taille et la silhouette. Seule une tête rondouillette –semblable à une énorme pâte à pain dans lequel on aurait piqué deux yeux, un nez gros comme une belle pomme de terre et une bouche édentée – confirmaient son apparence au genre humain.
    Aelis s’avança vers elle sans la moindre peur. La jeune femme, bien que de haute stature avait l’air d’un enfant de dix ans en face d’elle.
    « Moi aussi Freïa je suis très heureuse de te revoir. »
    La géante éclata de rire, la captura dans ses bras et la serra contre son énorme poitrine. Gwenaël se tourna vers Guielin, les yeux exorbités de terreur.
    « Elle va l’étouffer ! » s’exclama-t-il.
    Le monstre lâcha Aelis et se tourna vers lui, les poings sur les hanches.
    «Comment ça ? , demanda-t-elle scandalisée, étouffer mon poussin ? Jamais de la vie ! »
    Derrière elle, Aelis lui sourit tout en remettant de l’ordre dans ses cheveux. Visiblement, elle était vivante et peu choquée par l’empoignade qu’elle venait de subir. Il en fût rassuré.

    « Gwenaël, je te présente Freïa, ma nourrice. Freïa, je te présente Gwenaël. Il va séjourner quelques jours avec nous.
    -Et j’imagine que vous repartirez avec lui » continua la nourrice en soupirant.
    Aelis n’eut pas à répondre. Elle avait deviné juste.
    Freïa soupira à nouveau avant de se tourner vers Guielin. Le jeune homme s’inclina respectueusement.
    « Mes hommages milady. »
    Elle éclata de rire et donna un grand coup sur l’épaule du jeune homme qui recula de quelques centimètres.
    « Et mon petit Guielin, toujours aussi frêle, dit elle en le regardant des pieds à la tête. Vas-tu un jour faire passer le goût de l’aventure à ton amie et la convaincre de rester avec vous ? Enfin … peu importe. Vous êtes là et c’est la seule chose qui compte. En attendant, allez vite vous décrasser et mettre des habits décents pour vous rendre à la réception que le roi a organisée en votre honneur. »
    La jeune femme leva les yeux au ciel. Une réception. Sourire devant ses gens autant hypocrites que superficiels et entendre leurs flatteries. Le pire étaient qu’ils la méprisaient, elle et son goût de liberté. Et il y avait aussi ce secret. Ce crime dont tous étaient complices. Mais auquel Guielin participait par son silence. S'il avait parlé, elle aurait quitté son pays pour ne jamais revenir. Si seulement ...
    « Vas-tu enfin te décider à nous suivre ? » lui demanda Freïa soudain pressée.
    Elle obéît sans conviction, tel un pantin pendu à ses ficelles. Voila ce qu’elle était. Un misérable pantin !
    Une main se posa avec tendresse sur son poignet. Son ami, une fois encore la soutenait. Une douce chaleur la parcourût de la tête aux pieds. Elle n’était pas seule dans son désert de larmes. Grâce à lui, elle eût le courage de se remettre en route.
    Un immense édifice apparut au bout de la rue : le palais. Taillé en un seul bloc rectangulaire d’où rien ne dépassait. D’austères vitraux ornaient les fenêtres. Ils ne devaient pas laisser passer beaucoup de lumière. Du moins, si lumière il y avait car à présent, le brouillard s’était levé, baignant comme dans un linceul le paysage monotone.
    Le groupe entra dans le palais par une porte dérobée : Freïa ne voulait pas que l’on voie son poussin dans des vêtements de sauvage. Aelis la suivit à contre cœur pour aller se préparer.


    ***

    Aifé gravit sans mal l’échelle de corde fixée à l’arbre dans lequel son grand-père avait élu domicile. Ses hommes lui avaient érigé une immense cabane aussi confortable que possible pour abriter son corps vieillissant. Elle frappa à la porte et attendit.
    Bien qu’étant la petite fille du chef, elle devait se plier à ses formalités. Elle entendit des petits pas glissants puis la porte s’ouvrit. Le vieil homme la regarda d’un air soupçonneux.
    Depuis quelques mois, une distance s’était immiscée entre eux. Il la craignait, elle en était certaine. Pourquoi ? Avait il peur qu’elle le détrône ? Elle le respectait trop pour cela !
    Il l’avait recueillie à la mort de ses parents. Il était sa seule famille. Et elle l’aimait !
    « Que me veux tu ? »
    Elle sourit malgré tout. Il serait fier d’elle quand il verrait ce qu’elle avait rapporté de sa pêche miraculeuse.
    « Nous avons intercepté le chariot. » dit elle les yeux brillants. Le vieux fit la grimace.
    « Et alors, que veux tu que cela me fasse. Et maintenant file, je dois m’entretenir avec mes conseillers. »
    Derrière lui, sept grands gaillards éclatèrent de rire et portèrent la main à leur épée. Elle sentit son sang battre violemment contre ses tempes. Pourquoi avait elle peur ? Atterrée, elle posa sur le vieillard ses immenses yeux noirs à la recherche d’un soupçon de tendresse. Mais son visage resta impassible.
    Un des hommes lui cria : « Tu n’entends pas ce qu’il te dit ? Vas t’en sale gamine ou je te découpe les oreilles pour que le son passe mieux. »
    Elle s’inclina et sortit précipitamment. Tout en se laissant glisser le long de la corde pour descendre, elle se demanda ce qui avait pu se passer pour que leur relation se dégrade à ce point. Qu’y avait il de nouveau ? Peut être les sept hommes que son grand père avait élevés au titre de conseiller. Pouvaient ils l’avoir monté contre elle ? Elle secoua la tête. Non, ils la connaissaient depuis trop longtemps pour lui vouloir du mal. Alors pourquoi ?
    Elle se souvint alors de l’élection. Goderic de Gorneval s’était subitement senti trop vieux pour veiller tout seul sur leur confrérie. Il avait donc demandé à sept membres pour lui venir en aide et l’avait exhorté à se présenter. Hélas, elle était tombée malade deux jours avant le vote. Elle ne gardait presque aucun souvenir de cet épisode.
    A ce qu’on lui avait dit, on l’avait découverte au pied d’un arbre, les mains crispées sur son ventre. Au départ, le médecin n’avait diagnostiqué qu’une banale intoxication alimentaire. Mais la fièvre avait augmentée, atteignant des proportions alarmantes, accompagnée de vomissement et de délires sans fin. On avait crû que sa jeune vie de dix neuf printemps allait s’arrêter là. Mais Aifé s’était battue pour ne pas donner raison à cette dame en noir à côté de son lit. Et au bout de dix jours, elle avait pu se lever. Son grand père avait paru très heureux de la revoir sur pieds. Mais à présent, lui en voulait il de ne pas avoir été élue ? Non, ce n’était pas de sa faute. Il n’avait qu’à repousser l’élection jusqu’à ce qu’elle se rétablisse.
    Goderic de Gorneval était décidément une personne énigmatique.
    « Poursuivons nous notre conversation ? »
    Elle ne prit pas la peine de se retourner pour répondre.
    « Non Hitier, je n’ai pas envie de parler aujourd’hui. »
    Elle voulut s’en aller mais il se planta devant elle, la tête haute et les bras croisés. Tiens donc, de la résistance. Elle sourit.
    « Si je vous ais donné ces informations c’est parce que je tiens à vous » dit il en baissant vers elle ses yeux de chien battu.
    « Quelles informations ? » fit elle, faignant de ne pas se souvenir. Hitier tapa du pied en signe d’exaspération mais n’osa pas lui faire part de ses sentiments.
    En fait, elle souvenait parfaitement de ce qu’il lui avait dit. Cela l’avait même fort troublée. Il soupçonnait certains d’entre ses hommes de fomenter un coup d’état, épaulés par les conseillers.
    La première phase du complot consistait à éloigner Roderic de son héritière en lui faisant croire qu’elle intriguait contre lui. Voyant le danger du coté de sa petite fille, il ne le verrait pas venir d’ailleurs.
    La seconde phase avait pour but sa condamnation ou son bannissement. Et la troisième aboutirait à la mort de Roderic.
    Aifé sentit son estomac se nouer en y repensant. Pour cacher son trouble, elle alla s’asseoir à califourchon sur une branche basse. De là, elle dominait Hitier.
    Heureusement qu’il y avait des arbres pour compenser sa petite taille.
    « Je ne te crois toujours pas, murmura t’elle avec un soupçon d’agacement, tu n’as aucune preuve
    -Ah oui, répliqua t’il sur le même ton, et comment se fait il que vous ne soyez pas conseiller ? »
    Elle manqua lui hurler de se taire mais se retint juste à temps.
    « Pourquoi selon toi ? » se contenta t’elle de demander. Le jeune homme s’assit par terre sans la quitter des yeux.
    « Vous êtes tombée malade. » répondit il simplement. Elle eût un soupir de soulagement. Ce n’était que cela !
    Mais il poursuivit son discours. « Goderic a été convaincu par certains qu’il ne valait pas la peine d’attendre votre rétablissement. Vous auriez dû mourir. »
    Elle hocha la tête. Son grand-père avait eu raison d’agir ainsi.
    Quant à ce complot … Elle faisait confiance à chacun de ceux qui l’entouraient. Elle les connaissait tous intimement.
    « Cela ne vous a-t-il pas semblé étrange de tomber malade juste avant d’avoir pu prétendre au titre de conseiller ? Nombre d’entre nous vous auraient choisie. Moi compris. »
    Elle sourit.
    « Tiens donc »
    Il toussota gêné.
    « Tu es un brave garçon » affirma t’elle, histoire de plaisanter.
    « Je n’ais pas fini, continua t’il en serrant les poings. Ses mains se crispèrent sur la branche. Un mauvais pressentiment …
    - Vous n’êtes pas tombée malade, on vous a empoisonnée »
    Elle éclata de rire en espérant que Hitier fasse de même et lui avoue la plaisanterie.
    Mais le jeune homme resta de marbre.

    ***

    Maïwenn se redressa et sécha ses larmes. Elle écouta plus attentivement. Quelqu’un frappa à la porte. Elle regarda par la fenêtre pour déjouer un éventuel piège mais ne vit rien.
    « Par pitié, ouvrez moi »
    Elle reconnût sans mal la voix de Kieran. Surtout rester prudente. On racontait partout que les dragonides savaient imiter les voix humaines à la perfection pour piéger leurs victimes.
    « Enora, vas te cacher sous la couchette. »
    Sa fille, croyant qu’il s’agissait d’un jeu obéit avec joie. Un sabre d’abordage dormait sur le bureau du capitaine. Maïwenn s’en saisit. On força sur la poignée de la porte.
    « Prenez garde, je suis armée. » prévint elle afin de déstabiliser l’ennemi.
    « Maïwenn, est-ce toi ? »
    Cette fois, il n’y avait aucun doute : il s’agissait bien de son petit frère. Elle se dépêcha de lui ouvrir, il se jeta dans ses bras en pleurant. Elle le serra contre elle un bref instant puis le poussa dans la cabine.
    « Es tu venu tout seul ? » lui demanda t’elle pendant qu’elle fermait la porte à double tour. Au lieu de répondre, Kieran se laissa tomber sur un fauteuil. Elle remarqua alors sa joue ensanglantée, ses lèvres et ses mains tremblantes.
    Il ne fut pas capable de la regarder en face quand il lui annonça : «Nous sommes les seuls survivants Maïwenn. Les dragonides ne nous ont laissé aucune chance. Ils étaient trop nombreux … »
    L’espace d’un instant, un puissant vertige l’envahit. Non, ce n’était pas possible, ils n’étaient pas tous morts.
    « Par Andarta, tu dois te tromper »
    Mais Kieran secoua la tête. Les hommes, les femmes, les enfants. Elle les connaissait tous.
    « Les dragonides leur ont bloqué la route alors qu’ils courraient aux bateaux…Il nous faut partir Maïwenn. »
    Elle secoua la tête. D’autres personnes allaient sûrement venir. Il lui vint une idée.
    « Tu vas m’aider à enclencher le processus de vol » ordonna-t-elle d’un ton sans réplique

    ***

    A présent, Aelis, assise dans l’eau jusqu’aux épaules s’adonnait à ses pensées obscures. Dans quelques minutes, elle allait revoir son père tyrannique et sa mère soumise. Comme à leur habitude, ils lui feraient des reproches sur sa façon de vivre. Du moins, son père lui ferait des reproches et sa mère acquiescerait en gardant les yeux baissés. Elle lui pardonnait tout, même l'inimaginable.
    Un frisson de colère la parcourut. Pourquoi ne disait elle rien ? Pourquoi ne se rebellait elle jamais ? Se soumettre était si humiliant, si dégradant, si inacceptable. Sa mère n’était plus qu’un fantôme dans le monde des vivants. Jamais elle ne deviendrait comme elle. Elle préférait le mépris à cette humiliation. Oui, son père la méprisait. Toute son admiration allait à ses deux sœurs, mariées et mères de beaux enfants. Incroyables gérantes de domaines, organisatrices de réceptions interminables … Elle n’était parvenue à rien de tout cela. Toujours sa soif de grands espaces et de liberté. Et cette culpabilité qui l'étouffait presque. Le monstre était de son sang. Elle le haïssait de tout son être et de toute son âme pour ce qu'il avait fait. Et il savait qu'elle ne l'ignorait pas. Elle avait voulu partir mais inexorablement, il tirait sur la chaîne qui la maintenait à ses cotés.

    Pourtant, cinq ans auparavant, elle avait aspiré à la tranquillité. Yorwann était parvenu à entrouvrir son cœur et s’y était installé. Elle l’avait rencontré lors d’un de ses voyages. Il l’avait aidé à sortir Guielin d’une crevasse où il était tombé. Ils s’étaient aimés dès le premier regard et mariés un an après. Gaël était venu combler leur bonheur. Hélas, les dragonides d’Afang avaient tout réduit à néant lors d’un de leur passage. Depuis, elle s’était fait la promesse de ne plus jamais aimer. Et elle la tiendrait même si son père lui présentait de nouveaux prétendants. Qu'il la veuille ou non, elle finirait par repartir en emmenant Guielin.

    Car il y avait ce souvenir. Cette nuit où elle n'avait pas trouvé son ami à ses cotés. Ils étaient tous les deux dans leur treizième année. Sans savoir pourquoi, elle s'était approchée de la chambre de son père. Il en sortait en sifflotant. Un des battants était resté entrouvert. Elle avait vu Guielin, roulé en boule sur le lit, nu et roué de coups. Elle n'avait pas osé se montrer mais le lendemain, elle avait trouvé un prétexte pour fuir la capitale. Elle avait cru naïvement que son père se repentirait et préserverait son ami de ses appétits malsains. Mais la situation s'était reproduite encore et encore, jusqu'à ce qu'ils aient dix-huit ans. Guerec le Grand l'avait enfin laissé tranquille et jamais le sujet n'avait été abordé. Mais au vu des regards qu'on lançait à l'orphelin des Vortiguern, chacun était au courant de la situation. Et peut être certains en profitaient ils aussi ... Mais elle l'avait décidé. Un jour, sa famille payerait pour tous ses crimes. Elle serra le poing, déterminée.

    Un seau d’eau froide se déversa sur sa tête.
    « Dépêche toi un peu, la gronda Freïa, la réception commence dans une heure. Tu dois encore passer ta robe et te coiffer.

    Allongé sur son lit, Guielin attendait que Gwenaël ait fini ses ablutions. Visiblement, l’enfant n’avait pas connu la joie d’un bain d’eau chaude. Freïa n’avait pas posé de questions sur sa présence. Il présageait qu’il en irait différemment avec les autres membres de la maisonnée. Et par-dessus le marché, Aelis allait annoncer qu’elle quittait à nouveau le palais. Il en frémit d’avance. Toutes ses pensées allèrent à son amie. Elle n’était plus la même depuis la mort des siens. Son amour de la vie l’avait abandonné. Ses joues se creusaient de jour en jour car elle ne mangeait presque plus. Ses forces déclinaient à vue d’œil. Elle avait même perdu le sommeil.
    Un jour, elle lui avait dit « A chacune de mes quêtes, je cours après la mort. Mais la garce me fuit. Un jour, je la forcerai à me prendre. »
    Il frémit. Non, cela ne se passerait pas ainsi. Il allait se battre avec elle, contre elle s’il le fallait. Mais il lui redonnerait cette envie de voir l’aube d’un jour nouveau.
    Des années auparavant, elle avait fait de même pour lui. Le père d’Aelis l’avait trouvé inconscient au bord d’une route et l’avait ramené au palais. Il avait environ huit ans et aucun souvenir de son passé. Dès le début, il s’était distingué par sa frêle silhouette et ses cheveux châtains au milieu des autres enfants grands et roux. On l’avait craint et tenu à l’écart.
    Et un jour béni, il avait croisé le chemin d’Aelis. Bien que résident au palais, il l’avait très peu vue. L’enfant passait son temps libre dans une cabane qu’elle avait érigé dans un chêne touffu et n’en descendait qu’en de très rares occasions. Sans qu’il sache pourquoi, il avait été intrigué par cette sauvageonne aux yeux rêveurs. Malheureusement, sa timidité l’empêchait de lui adresser la parole. Tout contact semblait impossible.
    Jusqu’à ce jour où les frères Svensson l’avaient attaqué. Aelis en personne était venue le défendre. Il avait lutté à ses cotés. Quelques ecchymoses et égratignures plus tard ils avaient été proclamés vainqueurs. Elle l’avait laissé monter dans son arbre. Là, à l’abri des regards, il s’était mis à pleurer. Elle l’avait regardé interdite quelques secondes puis lui avait prêté son plus beau mouchoir. Au milieu des larmes, il lui avait parlé de son mal être. Il ne voulait plus être différent. Alors, elle avait posé une main sur son épaule et lui avait glissé à l’oreille.
    « Si tu avais été comme les autres, je ne serais pas venu te défendre » Depuis, il ne l’avait plus quittée. Même s'il y avait ce secret entre eux deux. Ce silence qu'ils n'avaient jamais osé briser. Leur douleur commune, celle de n'avoir jamais osé exprimer l'indicible tout en essayant de le fuir à jamais. Il avait fini par accepter, tenter d'oublier son cauchemar. Mais il savait qu'Aelis ne se contenterait pas de cela.

    On lui tapa sur l’épaule. Il se retourna et resta ébloui. Devant lui se tenait Aelis. Freïa l’avait drapée dans une robe rouge sombre. Le haut présentait un fin décolleté. Retenu par des lacets il mettait en valeur ses fines épaules. Les manches longues, évasives laissaient entrevoir ses petits poignets et ses mains effilées. La ceinture de soie laissait deviner ses hanches. On aurait dit que le vêtement avait été conçu pour elle, en harmonie avec son corps entier. Pour parfaire le charme, Freïa avait coiffé ses cheveux roux en arrière. Ses yeux immenses et sa peau pâle ressortaient tels des joyaux dans un splendide écrin. Magnifique enveloppe corporelle pour une âme plongée dans le noir …
    Elle rougit jusqu’aux oreilles quand Guielin lui en fit part.

    Malheureusement, Freïa vint les chercher. L’heure n’était pas à la contemplation mais à « la fête ». Gwenaël leur jeta un regard apeuré. Aelis prit sa main. Il sentit qu’elle tremblait. Une nouvelle fois,

    Guielin se montra prévenant. Lui aussi connaissait ses blessures, ses silences. De sang royal, elle avait été préservée des assauts de son père mais pas de la cruauté des siens. On l'avait bridée dès son âge le plus tendre. Il se souvint des coups de fouet qu'elle avait reçus pour avoir osé le défendre. On ne voyait plus la peau de son dos. Mais elle s'était battue, encore et encore. On lui avait imposé le silence, elle avait lutté encore. Alors, on l'avait punie de nouveau, lui laissant une marque infamante. Son petit doigt d'épée fut coupé, au même titre celui des émeutiers potentiels. Elle n'avait pas faibli. Et rebelle pour rebelle, elle s'était trouvée mêlée à certains complots visant à renverser le tyran. On avait arrêté les confédérés pour les confier derechef au bois du billot. Seule Aelis fut epargnée grâce à son ascendance royale. Et elle s'était trouvée bannie durant trois années. Tenu à l'écart par Aelis elle-même, il n'avait pas pris part au complot. Mais, pour écarter un conspirateur potentiel, Guerec l'avait prié de la suivre.

    La fête de ce jour marquait un terme à sa pénitence. La sentant fébrile avant de passer les grandes portes, il lui offrit son bras.
    Rassurée, elle saisit la poignée et entra. Un nombre incalculable de convives dans la salle du banquet. Certains dansaient, d’autres se pressaient avidement vers les tables du buffet ou les tonneaux d’hydromel étaient déjà en perce. Ils arboraient tous des toilettes somptueuses et des masques hautains. Elle les regarda sans pouvoir s’approcher. Tant de monstres aux dents longues attendant le signal pour la dévorer. Dès qu’on l’annoncerait, ces paons se jetteraient sur elle.
    Elle aperçut son père et sa mère devant la cheminée. Ils ne lui adressèrent pas un regard. Avait elle tant changé ?
    « Courage » lui souffla Guielin.
    Gwenaël s’était caché derrière lui. Partout où il tournait la tête, il ne voyait que des géants à la barbe rousse. Les femmes quand à elles, arboraient fièrement leurs longues boucles cuivrées et leurs immenses robes à cerceaux.

    « A présent, chers amis veuillez accueillir la princesse de Vortiguern »
    La musique sembla s’être arrêtée d’un coup. Aelis manqua défaillir quand toutes les têtes se tournèrent dans leur direction. Impossible de se cacher. Des murmures commencèrent à parcourir la pièce. Déjà, on jugeait son maintient, sa coiffure, son sourire, son apparence… Et cette hypocrisie.
    Pauvres idiots, ne savaient ils pas que rien de tout cela ne survivait après la mort ?
    Sa main chercha instinctivement celle de Guielin. Elle n’eût pas le temps de la trouver car deux furies se jetèrent sur elle en poussant de grands cris. Isabeau et Moïra, ses deux sœurs. Elles ne prirent pas la peine de la saluer.

    « Notre sauvageonne est enfin revenue, susurra Moïra, regarde toi ma pauvre. Tu n’as bientôt que la peau sur les os. Fais attention, tes joues creuses laissent ressortir tes oreilles décollées. A ce que je vois, ton exil ne t'a profité en rien. Tu aurais dû mourir plutôt que de revenir ainsi.
    -Et regardez moi ces cheveux plats et ternes. Et à ce que je vois, ton petit doigt n'a toujours pas repoussé. Quelle révolution vas-tu encore nous inventer ? Avec un peu de chance, cette fois tu y laisseras ta tête. »
    Elle serra les poings. Ne pas répondre à la méchanceté. Rester droit face à la tempête. Elle n’était qu’un arbre noir entouré de corbeaux.

    « Ma chère Isabeau, tu es splendide. Mais ta couturière aurait dû desserrer peu ta robe pour seulement suggérer tes formes si généreuses. Quant à toi, chère Moïra, tu fais bien de garder les lèvres pincées pour cacher tes si belles dents. »
    Aelis sursauta. Non, ce n’était pas possible, Guielin n’avait pas pu parler ainsi. Pourtant, son ami se tenait devant elle, les poings sur les hanches. La méchanceté de ses sœurs l’avait fait sortir de ses gonds. Il ne pouvait plus se taire.
    Les deux harpies horrifiées reculèrent comme s’il les avait frappées. Finalement, Isabeau, la plus hardie le pointa du doigt.
    « Attends un peu et nos deux époux vont s’empresser de te faire ravaler tes paroles. Nous verrons si tu gardes la langue aussi bien pendue quand ils te corrigeront. »
    Et elles s’en furent avant qu’il ait eut le temps de répondre. Aelis se tourna vers Guielin, les yeux écarquillés. Quelle folie venait il de commettre ? Mais son ami n’eût rien le temps de lui dire car un violent coup de poing l’envoya rouler dans la poussière.
    Guerec Le Grand se trouvait devant lui, les yeux exorbités de fureur. Autour d’eux, on s’arrêta pour observer la scène. Guielin se remit péniblement debout en se frottant le menton. Du sang perlait de sa bouche.
    « Sale bâtard, hurla le monarque, je ne t’ai pas recueilli pour que tu insultes mes enfants. J’aurais dû te laisser pourrir sur cette route sur laquelle je t’ai trouvé. Maintenant, tu vas présenter tes excuses à mes filles ou je te bannie de chez moi. »
    La salle retint son souffle. Moïra et Isabeau s’étaient rapprochées discrètement pour profiter pleinement du spectacle. A présent, elles gloussaient en se poussant du coude.
    Le jeune homme se redressa pleinement et les regarda bien en face.
    « Pardonnez moi. » laissa-t-il tomber. Des éclats de rire parcoururent la salle. L’incident allait être clos. Après tout, ce n’était qu’un gamin stupide recevant la correction qu’il avait méritée. Les yeux de Guielin se portèrent sur Aelis. On l'avait humilié et brisé, volé son enfance à coup de viols répétés. Il n'avait pipé mot. Mais de voir Aelis traînée dans la boue à son tour. Il n'avait pas supporté.
    Guielin continua : « Mais je ne peux faire amende honorable. Nous subissons sans cesse les insultes de vos filles. C’est à elles de nous demander pardon. »
    Guerec hors de lui porta la main à son épée. Il ferma les yeux en attendant le coup final.
    Mais il n’y eut rien. Alors, il se risqua à regarder autour de lui. Ce qu’il vit l’effraya.
    Aelis se tenait devant son père, une épée à la main. Elle avait dû la saisir sur une des armures qui décoraient la salle ou un homme de l’assistance. Mais cela importait peu. L’arme avait stoppé net la trajectoire de l’épée, la faisant à présent reculer. Guerec était figé dans une expression de parfaite surprise. Puis son regard alla de son épée à sa fille, puis de sa fille à son épée. L’horreur de son geste lui sauta aux yeux.
    « Qu’ais je fait ? » balbutia t’il. Du sang se mit à couler sur le plancher. Aelis lâcha son épée qui émit un tintement sinistre en heurtant le sol. Elle recula, les yeux soudain hagards et pressa convulsivement son épaule blessée. Gwenaël poussa un cri d’horreur. Guielin crût que son amie allait défaillir, mais elle tint bon. Elle regarda son père droit dans les yeux et lui dit en poussant sa voix au maximum pour chacun puisse l’entendre :
    « Je venue ici contrainte et forcée en tant que princesse de Tierlune mais aucun de vous de mérite cet effort. »
    Un murmure d’indignation parcourut la salle.
    « J’étais venue en paix, reprit elle plus fort, mais mon père a voulu tuer la seule personne importante à mes yeux. Guielin voulait juste me défendre contre mes propres sœurs qui m’accablaient de leurs habituelles insultes. Il y a longtemps, je pensais ne faire qu’un avec vous. Mais vous nous avez trahi. Vous avez violé mon ami avec le consentement de tous les autres. Vous auriez dû être puni pour cet acte abject»
    Son cœur se serra. Elle eût soudain envie de vomir mais elle continua en montrant Gwenaël : « Mais aujourd’hui vous n’êtes plus rien pour moi. Vous m’avez trop repoussée, je tombe ! Désormais, ma seule patrie sera cet enfant que vous n’avez même pas daigné regarder. »
    Gwenaël se sentit rougir des pieds à la tête quand les regards vinrent se poser sur lui. Le père d’Aelis avança d’un pas. Il se cacha derrière elle en hurlant d’effroi.
    « A qui est cet avorton, hurla le roi, les yeux soudain brillants de colère, à toi et à ce vermisseau que tu oses appeler ton ami ? Tu l’as caché, n’est ce pas ? »
    Il leva la main pour la frapper mais se reprit au dernier moment.
    « Je t’ai laissé trop de liberté, je t'ai laissé la vie sauve malgré ta trahison, et voila comment tu me remercies, reprit il et le grondement de sa voix faisait trembler la salle, mais désormais cette période est révolue. Dès demain, je te donne en mariage à l’aîné des Svensonn. Il fera de toi ce qu’il voudra. »
    Un rire approbateur lui répondit. Aelis sentit le monde s’écrouler autour d’elle. Elle recula de deux pas. Elle avait rêvé cette scène de nombreuses fois. Le moment était venu. Elle inspira profondément et répondit : « Non ».
    Guerec le grand sursauta et avec lui l’assemblée toute entière.
    « C’est fini. Je ne me soumettrai plus. Je pars. » reprit elle d’un ton étrangement calme.
    Guielin prit la main de Gwenaël. L’enfant lui lança un regard inquiet. Ils allaient devoir fuir.
    Aelis recula. « Reviens ! » hurla son père. Mais elle n’obéit pas. Au contraire, elle fit volte face et se mit à courir vers la porte de la salle.
    « Rattrapez la ! » avait crié une de ses sœurs. Mais personne ne fit le moindre geste. En une fraction de secondes, la jeune femme avait sorti une dague des plis de sa robe. A présent, elle tenait la lame sur la gorge d’Isabeau.
    « Ne faites pas un geste. » prévint elle en se glissant derrière sa cadette. En venir à cette extrémité là lui faisait horreur, mais elle n’avait pas le choix. Guielin horrifié posa ses yeux vers son amie de toujours. Les yeux obscurcis par la peur et la colère, elle haletait. Plus semblable à un animal traqué qu’à une demoiselle en fuite.
    « Aelis » l’appela t’il doucement. Leurs regards se croisèrent. Regard d’espoir contre regard de neige. Toujours cette insoutenable détresse. Il craint un instant qu’elle l’emporte mais elle tint bon.
    « Laissez nous partir, Guielin, l’enfant et moi, dit elle doucement, et que personne nous suive en dehors de cette salle. Guielin, prends Gwenaël dans tes bras et place toi derrière moi. »
    Il obéît machinalement. Elle força sa sœur à reculer. Tous les quatre se dirigèrent vers la sortie.
    « Ouvre la porte Guielin. »
    Elle avait donné cet ordre sans s’en rendre compte comme si elle n’avait été qu’une coquille vide et que son esprit libéré observait le spectacle.
    L’image de l’arbre mort lui revint en mémoire. Maintenant, il saisissait ses racines et se mettait à marcher.
    L’air frais de la nuit vint baigner son corps glacé. Elle recula dehors. A l’intérieur, personne n’avait osé bouger. Guielin s’empressa de fermer la porte derrière lui.
    « Ne me fais pas mal » implora Isabeau. Aelis soupira.
    « Je ne vais pas m’abaisser à tuer celle qui fut ma sœur » la rassura-t-elle. Ils marchèrent à reculons jusqu’aux écuries pour s’assurer que personne ne tentait de les suivre. Le yom les attendait au chaud sous un petit auvent où l’on avait déposé une pleine gamelle de maïs à son intention. Il s’empiffrait en poussant des grognements de bonheur mais cessa de manger dès qu’il vit ses maîtres. Il meugla et roula ses yeux jaunes en reconnaissant Isabeau. Elle poussa un cri d’horreur.
    « Taisez vous pauvre sotte, c’est vous qui lui faites peur. »
    Aelis, Guielin et Gwenaël s’entre-regardèrent inquiets. Aucun d’entre eux n’avait parlé. Freïa sortit de l’ombre. Elle portait un énorme baluchon qui sentait bon la viande grillée et le pain de maïs et des couvertures. Elle le tendit à Guielin et posa les couvertures sur les épaules de l’enfant.
    « Je savais que cela se passerait ainsi » dit il en se tournant vers Aelis. La jeune femme hocha la tête les yeux brillants de larme.
    « Mon père voulait me marier. » répondit-t-elle à titre d’excuse.
    Elle lâcha Isabeau. « Vas t’en »
    L’autre s’en fut sans demander son reste. Elle ne la regarda même pas partir. Plus rien n’importait. Elle n’était plus rien, n’avait plus rien sinon une fille du vent. Freïa lui ouvrit les bras. Elle vint s’y blottir un bref instant.
    Dans quelques secondes, Isabeau serait de retour au palais. On allait se jeter à leur poursuite. Ils ne pouvaient se permettre de tarder d’avantage.
    Elle aida ses compagnons à monter sur le yom avec les provisions et prit place derrière eux.
    « Qu’Andarta la Grande te garde » dit elle simplement à la femme qui l’avait vu naître. Freïa porta la main à son cœur avec un signe de tête. « Qu’elle vous garde aussi mes enfants » répondit t’elle en un souffle.
    Le yom déploya ses immenses ailes et la terre fit place au ciel étoilé. Le vent glacé fouetta le visage d’Aelis en emportant ses larmes.
    Dernière modification par Althéa ; 18/11/2008 à 21h13.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  2. #2
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 936
    Idem que les fois précédentes : j’attends la suite avec impatience !
    Petite remarque toutefois (qui n’a rien à voir avec le texte en lui-même) : je pense au pauvre lecteur qui découvrirait tes écrits et qui devrait à chaque fois sauter nos messages (qui coupent un peu le rythme de l'action). Donc, petite idée : ça serait bien qu’une fois chaque chapitre terminé, tu mettes l’ensemble du texte sur le premier post.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  3. #3
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 611
    @Taliesin : merci. Mais tu sais, je n'enlèverai pas vos messages. Ils ont leur place ici. Pour le confort de la lecture, je trouverai une solution.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  4. #4
    Luthien Invités
    Moi, j'aimerai bien me promener sur un Yom... surtout au dessus d'un beau paysage... Hum, voilà, j'aime bien les rêves qui se dégagent de ce passage.
    Je vais voir comment la ville s'intègre au paysage.

  5. #5
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 611
    @Luthien : Lewinlly n'est pas très belle, j'espère que tu ne seras pas déçu. Mais elle n'est qu'une transition vers un ailleurs. Je vais continuer à taper un peu la suite.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  6. #6
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Une raie poilue? Ca a l'air sympa! C'est vrai que tout ca c'est très poétique. quan aura-t-on a nouveau des nouvelles de Maïwenn?? (je sais je suis impatient, mais là ca parle surtout d'Aelis, et on aimerais savoir si l'autre jeune femme a échapper aux vilains draconides a bord de son bateau.)
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  7. #7
    Luthien Invités
    Toujours très bien... et effectivement, au vu de la réaction de Gwenaël, elle a pas l'air suberbe cette ville... qu'importe, c'est une ville quoi, et tu ne décris pas le pays des bisounours... donc c'est très bien comme ça.
    Sinon, j'attends d'en savoir plus sur Freïa... l'histoire de la femme ours...

    Et je vois se pointer une histoire de manipulation derrière les sept conseillés de Goderic... Aifé parviendra-t-elle a en éviter la toile... mystère?
    Enfin bref, j'aime bien, peu de fautes d'ortho toujours, peu dérangeante n tout cas, et rares vraiment...

    J'attends donc la suite.

  8. #8
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Le mystère s'épaissit, quel est le lien qui relit Aelis,Aifé et Maiwenn??
    Quel suspense!!! Et j'adore la description de Freïa!!!!
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  9. #9
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 936
    Pauvres Damnées des quatre vents... Elles n'ont pas des vies très très faciles, et j'ai le sentiment que cela ne va faire qu'empirer...
    Je n'aimerais pas embêter Freïa ! Si un Draconide tentait de s'en prendre à Aelis, je ne donne pas cher de sa peau !
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  10. #10
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 611
    Merci encore à vous.
    @Luthien : je n'aimerais pas non plus me promener dans Lewinlly. Quant à Aifé, je pense qu'elle s'en sortira ...
    @Garfield : attends un peu, tu le sauras bientôt ...
    @Taliesin : Freïa n'est pas une mauvaise personne, ne t'en fais pas. Elle ne te ferait aucun mal.
    C'est vrai que les damnées ont la vie dure... le destin ne les épargne pas;

    J'ai coupé trop tôt le passage qui concerne Aelis. Je vais donc éditer le topic d'avant celui d'Aifé. Je vous présente mes humbles exuses.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  11. #11
    Date d'inscription
    March 2004
    Messages
    637
    C'est vraiment bien mais "découpé en tranches" avec des messages entre c'est un peu difficile à suivre surtout pour quelqu'un qui, comme moi, prend le train en route.

    Je comprends que tu veuilles garder les messages de tes amis mais essaie peut être de créer un sujet pour chaque chapitre et de regrouper ensuite chaque chapitre en intégralités dans le premier post.

    Un peu sur ce schéma la:

    Briseur d'empires

    Ca te permet de garder les messages tout en facilitant la lecture.

    La j'ai un peu l'impression de regarder un film en DVD et d'avoir toutes les 3 minutes une coupure avec le DVD Bonus.:..:

    Merci pour tes textes :fleur:

  12. #12
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 611
    :fleur: Et merci beaucoup pour l'idée :fleur: Je vais essayer d'organiser tout ça.
    Voila, c'est fait. Tout rassemblé. ça va mieux ?
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  13. #13
    Date d'inscription
    March 2004
    Messages
    637
    ouais, c'est top coolos comme ca !

    Attention tu as toujours un gros passage isolé dans le premier post. Des nouveaux lecteurs risquent de ne pas le trouver facilement..

    Comme beaucoup ici j'apprécie Freïa la femme ours. Je l'imagine avec une pilosité hyper développée.

    C'est comme ca que tu la vois aussi?

  14. #14
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 611
    :fleur: Merci
    Harf, je n'avais pas pensé aux poils...
    Je la vois plutôt comme une sorte de sumo, impressionnante mais toute douce. Enfin, j'aurais du mal si elle me prenait dans ses bras.
    Je vais réctifier le passage vide dans le chapitre un.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  15. #15
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 611
    Voila, en fait, juste une tentative pour récupèrer le chapitre 2. Dites moi si vous le voyez s'il vous plait.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  16. #16
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    dans le brouillard
    Messages
    27 402
    Il est là, merci beaucoup!!!
    Lathandre est le début du plaisir
    Et Luménis c'est par ...


    En RP : Albérich Megrall & Hubert de Maleval. La bio de l'un et la bio de l'autre...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

  17. #17
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 611
    De rien. Désolée pour le dérangement. Il y avait un problème d'archivage. Je ne suis pas douée en informatique. J'ai eu peur quant même ...
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  18. #18
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    dans le brouillard
    Messages
    27 402
    Bon, donc, je raccroche le train des lecteurs accrochés! On verra si je les rattrape (j'ai toujours un peu de mal à lire sur écran, c'est la vieille école :lunette: ), mais comme ça, j'ai les chapitres en entier, c'est pas mal...

    J'aime bien le style, c'est descriptif sans l'être trop, les mots sont recherchés sans alourdir le texte. Et les événements s'enchaînent! Je suis curieuse de voir comment vont évoluer les trois héroines et de comment tu vas gérer leurs différences... On voit bien qu'elles n'ont pas le même passé, mais elles semblent toutes les trois être de fortes femmes!
    Bon, en fait, j'ai déjà lu les deux chapitres suivants (ben oui, comme le 2 avait disparu...) donc je vais continuer...

    Juste une question, par curiosité... Comment gères-tu ton univers? Tu fais des fiches sur tes personnages, un peu comme des fiches de RP, ou bien tu gardes tout dans ta tête?
    Lathandre est le début du plaisir
    Et Luménis c'est par ...


    En RP : Albérich Megrall & Hubert de Maleval. La bio de l'un et la bio de l'autre...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

  19. #19
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 611
    Une autre lectrice, bienvenue sur air Yom très chère. Pour les trois héroïnes, ce sont toutes les trois des fortes têtes. Imagine quand elles seront toutes les trois (quatre).
    Dans tous les cas. J'espèree qu'aucun autre chapitre ne se sauvera. Mais bon, j'ai la solution maintenant.

    Pour ta question, j'écris souvent en me posant la question : et si ...il arrivait ça ...
    donc je travaille beaucoup au niveau des possibles narratifs. Pour l'univers, je le pense beaucoup par images. J'ai en tête certaines scènes, certains dialogues. Voila. J'ai aussi listé les adjectifs pouvant décrire mes personnages. Voila, ais-je répondu suffisament ?
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  20. #20
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 128
    Le second chapitre est certainement aussi palpitant que le premier...

    Que dire de plus ? Que je suis triste de ne pas pouvoir lire plus vite ! Mais dans un sens ça me permet de savourer chaque ligne de ton histoire :fleur:

    Un grand bravo
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  21. #21
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Metz
    Messages
    1 625
    Comme je l'avais pressenti, le personnage d'Aelis est est une grande réussite. C'est une protagoniste qui me touche vraiment (peut-être parce que, finalement, elle n'est pas si éloignée de la coception que je me fais de ma propre héroïne.) et j'avoue que, si le reste était de moins bonne qualité ( ce qui n'est absolument pas le cas, :chance: ) je continuerai de lire rien que pour elle.

    Comment conclure? Ah, oui, vive les yoms! :fleur:
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  22. #22
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 611
    @Fossy : prends tout ton temps pour lire. Vu l'allure à laquelle j'écris (petit cerveau lent) tu pourras nous rattraper. J'espère que ça continuera à te plaire jusque là. :timide:

    @Disaster : Aelis est encore assez énigmatique pour moi. :timide: comme tous les autres personnages d'ailleurs. Je crois les connaître, mais ils m'échappent. Dans tous les cas, elle n'est ni sans peur ni sans reproche. Plus en fragilité ...
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  23. #23
    Seina Invités
    On voit bien dans ce chapitre que l'écrivain est une femme. Pourquoi me dira-t-on ? regardez la description d'Aelis dans sa robe rouge... Cette description montre une femme belle et bien habillée et reste d'une sobriété exemplaire tout en nous laissant imaginer la belle. j'adore .


    Ensuite : toujours la même structure. Deux passages sur Aelis, 1 sur Aife et 1 sur Maïwenn.


    Malgré la disproportion des passages, les 3 personnages sont tout aussi attachants. J'espère néanmoins que l'on en apprendra plus sur les deux dernières.


    La scène de la réception est magnifique. On y sent une sensibilité à fleur de peau. Pourquoi ? Toute personne qui s'est déjà vu humilier en public sans rien pouvoir faire se sentira de tout coeur avec Aelis et admirera son compagnon pour son audace et la défense qu'il fait de son amie. Je prends les paris qu'il est amoureux d'elle . Et j'espère qu'il a un sombre secret. Il ne peut pas n'être qu'un pacifiste.. Rien que le nom de l'histoire fait supposer deux choses :

    - il meurt

    - il se bat pour sa dulcinée

    Allons voir le chapitre 3 maintenant


    EDIT : j'aime pas trop " désastreuse réception" dans le titre, j'aurai plus vu " réception désastreuse" mais ce n'est que mon avis perso

  24. #24
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Hop hop hop, je continue la remonte de topic...

    Lewinlly = > suis-je vraiment la première à remarquer que dans le chapitre un tu disais que c'était à Riorim que Aelis devait rentrer? D'ailleurs je cite: « Tu sais bien que ce n’est pas possible, on nous attend à Riorim." Va falloir corriger ça.

    On continue avec la revue orthographique... (dire que je suis en vacances)
    il avait eût très peur => eu

    La route, elle était pavée => la route, quant à elle, était pavée

    les pierres enfuies sous une épaisse couche de neige fondue. => enfouies

    Seule une tête rondouillette –semblable à une énorme pâte à pain dans lequel on aurait piqué deux yeux, un nez gros comme une belle pomme de terre et une bouche édentée – confirmaient son apparence au genre humain. => confirmait

    Il en fût rassuré.=> fut

    Une douce chaleur la parcourût de la tête aux pieds = > parcourut

    elle eût le courage de se remettre en route. => eut

    Il avait donc demandé à sept membres pour lui venir en aide et l’avait exhorté à se présenter. => demandé à sept membres de lui venir en aide et l'avait exhortée à se présenter

    On avait crû=> cru

    En fait, elle souvenait parfaitement de ce qu’il lui avait dit.=> *se

    Je n’ais pas fini => ai

    vas te cacher sous la couchette=> va

    Il l’avait aidé à sortir Guielin d’une crevasse où il était tombé=> aidée

    Les femmes quand à elles,=> quant

    je ne t’ais pas recueilli=> ai

    cette route sur laquelle je t’ais trouvé=> ai

    où je te bannie de chez moi.=> ou je te bannis de chez moi

    Qu’ais je fait ?=> ai-je

    Guielin crût que son amie => crut

    aucun de vous de mérite cet effort=> ne

    Elle eût soudain envie de vomir=> eut

    Je t’ais laissé trop de liberté et voila => ai laissé, et voilà

    En une fraction de secondes=> seconde

    Il craint un instant qu’elle l’emporte mais elle tint bon.=> craignit, qu'elle ne l'emporte, mais Aelis tint bon

    que personne nous suive=> *ne

    à son intention=> attention

    Vas t’en=> va

    se permettre de tarder d’avantage => davantage.
    Tiens donc, je crois que je commence à comprendre d'où vient notre petite Althea. Pis y'a des barons perchés qui se perdent ici...







    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  25. #25
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 611
    Désolée de te redonner du travail :timide: Je vais me remettre sérieusement à l'orthographe moi. Merci encore :fleur:
    Hé oui, j'avoue tout pour Althéa, et pour le baron perché aussi
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231