Page 1 sur 3 123 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 71

Discussion: Chapitre 1

  1. #1
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597

    Chapitre 1

    Traité de géographie par Maïwenn de Lochnohan (retrouvé dans la bibliothèque de Primelune). An de grâce 4050


    1ère partie I - Cuarluna
    A - Les 4 pays
    I- Cuarluna (notre chère planète)

    Notre planète est étrange. Comment une terre a priori si hostile a t'elle pu accueillir la vie ? Telle est la question que je me pose.
    Seizième planète dans la constellation d'Orion, éloignée de toute chaleur, elle aurait dû être recouverte d'une épaisse couche de glace. Par bonheur, trois lunes la réchauffent. Son atmosphère est propice à la croissance et à la survie de nombreuses espèces.
    Nous pensions, jusqu'à une date récente que le gouffre intrastellaire qui sépare les neuf strates habitées interdisait tout déplacement. Un explorateur de Tierlune a tenté de le parcourir à dos de yom. Contrairement aux idées reçues, cet homme a découvert qu'il était possible de s'y déplacer sans masque à oxygène ou autre appareil permettant d'aller sous l'eau. On accède au gouffre au delà des mers, il s'agit d'une sorte de tunnel.
    J'ai trois hypothèses concernant ma question. Aucune n'exclut les deux autres.
    La première est qu'Andarta, notre mère à tous l'a voulu de cette façon et que nous vivons selon sa volonté immuable.
    La présence des éclats de lune doit elle aussi être prise en considération. J'ignore pourquoi mais ils permettent à toute matière qui les abrite de s'élever au dessus du sol. Ils nous sont énormément précieux.
    J'ai toutes les raisons de penser que la terra incognita qui porte en son sein le sanctuaire n'est pas inhabitée comme on le croît. Les explorations dans ce territoire n'ont rien donné. Personne n'en est revenu vivant ...

    Aujourd'hui, une autre question me tient éveillée. Arriverons-nous à repousser les dragonides qui ont déjà envahi Quarlune ? Seul un miracle pourrait nous aider.

    A- Les quatre pays

    1- Tierlune

    Pays du Nord, Tierlune est aussi appelé royaume des neiges. Les conditions climatiques sont exécrables pour ceux qui aiment la chaleur ou les atmosphères tempérées. En effet, la température ne dépasse jamais les 2 degrés et peut descendre très bas. Le relief, lui, est assez torturé, présentant de nombreuses chaînes de montagnes traversées par des torrents. Quant à la faune et la flore, elles se réduisent respectivement aux yoms et aux sapins.
    Les yoms sont d'étranges animaux à fourrure ayant l'étrange et utile faculté de voler. Ils sont élevés parmi les éclats de lune dès leur naissance. Lors de mon dernier voyage, j'ai été impressionnée par la vitesse à laquelle ils se déplacent grâce à leurs ailes colossales.
    Un roi, Guerec de Vortiguern gouverne sans partage à l'aide de ses soldats. Contrairement à chez nous, la femme n'a pas à intervenir en politique et doit rester chez elle à attendre le retour de son mari.
    La capitale de Tierlune est la triste et morne Lewinly. Rien à voir avec notre chère et douce Riorim.

    2 - Ombrelune

    Mon cher pays, jamais je ne cesserai de parler de toi. Il n'y a rien qui me déplaise. Ombrelune ou le pays de l'Eldorado. Les conditions de vie sont idéales. Les températures relativement clémentes tout au long de l'année permettent la croissance de fruits et de légumes de toutes sortes. Nous terrassons nos verdoyantes collines à des fins agricoles. Certains pourraient penser que les marécages constituent une gêne importante. Je dirais qu'ils sont au contraire un atout. Une fois assainis, certains sont transformés en rizières.

    Mais chacun sait que notre chance vient des nombreux gisements d'éclats de lune et de nos bateaux volants.
    Nos bateaux, meilleure invention de Cuarluna. Pouvant naviguer sur la mer et dans le gouffre intrastellaire (grâce aux éclats de lune qui leur permettent de voler) ils nous permettent de commercer avec les autres pays, ce qui nous apporte une confortable prospérité.

    Chacun à Ombrelune s'enorgueillit de connaître un scientifique, un musicien, un poète, un écrivain ou un médecin tant ils sont nombreux. Contrairement aux autres pays, nous préférons la culture des âmes à l'art du combat. Riorim notre capitale n'en est que plus rayonnante.

    Notre république d'occident permet à chacun de s'exprimer. Les loi sont votées par tous. Hommes et femmes bénéficient des mêmes privilèges. J'en remercie mes chers ancêtres

    3 - Primelune

    Il est difficile de parler d'un pays unifié car chacun livre à l'autre une guerre sans merci. Nous n'en savons que peu de données.

    Le pays en lui même est recouvert à 95 % de forêts profondes où se côtoient des chênes, des hêtres, des noisetiers et des bouleaux. Les habitants de Primelune y vivent cachés. Leur économie se limite au banditisme à l'interception des convois d'éclats de lune.
    Jadis, un échange de bois et d'éclats de lune avait rapproché Ombrelune et Primelune. Aujourd'hui, il n'est qu'un souvenir.

    Le chef principal régnant sur ce chaos se nomme Goderic de Gorneval mais tout le monde ignore s'il existe et si oui, s'il vit encore. Personne en Occident ne l'a jamais rencontré.

    4 - Quarlune

    Territoire des ombres et d'Afang. J'espère ne jamais devoir m'aventurer dans ce pays.

    Autrefois, il ressemblait à Tierlune. Une faune et une flore rares. Une culture hors du commun. Hélas, l'invasion d'Afang et de ses dragonides a tout bouleversé. Un sable noir a entièrement recouvert le pays, annihilant toute végétation.

    Le seigneur Edern de Govannon était le principal homme à la tête du pays. Il a été le premier asssasiné lors de l'invasion. Les rares humains qui ont échappé au massacre ont été réduits en esclavage. Nul n'entend plus parler d'eux.

    Mais ce monde que je connais si bien peut brusquement changer. Afang semble prêt à tout envahir. Qu'Andarta nous protège.


    Section une : Trois damnées sous la même lune

    La troisième lune se leva sur la deuxième strate de Tierlune, révélant de sa pâle lueur le paysage énigmatique et glacé des hautes montagnes. A cette heure, elle se mirait dans les flocons de neige, semblable à mille paillettes d’argent sur un plateau d’albâtre. Aelis, emmitouflée dans son manteau contemplait le spectacle. Grande ombre noire parmi les flocons. En temps normal, leur sempiternel ballet l’enivrait. Mais ce soir, ils ne parviendraient pas à la détourner de sa peine. Dans quelques heures, l’aube se lèverait et il faudrait repartir pour la morne Riorim, capitale de ses soucis. Elle regarda derrière elle. Déjà, la neige avait recouvert ses traces comme si elle n’avait jamais existé. Si seulement … Elle se donna encore quelques minutes avant de se décider à rentrer. Le tavernier lui jeta un regard torve : encore des clients excentriques qui se levaient la nuit. Elle n’y prêta pas attention. Son ombre glissa le long du mur jusqu’à sa chambre. Son ami dormait encore dans le lit à coté du sien. Elle l’appela doucement : « Guielin ».
    Un grognement lui répondit. Elle appela encore. Une masse informe de cheveux châtains et bouclés émergea de sous les couvertures pendant qu’une voix douce chargée de sommeil lui répondit. « Qu’y a-t-il ? ». Il lui jeta un regard penaud. « Nous repartons déjà ? » Elle secoua la tête.
    « Je voudrais rester ici. »
    Le jeune homme avec qui elle avait partagé vingt années de son existence secoua la tête.
    « Tu sais bien que ce n’est pas possible, on nous attend à Riorim. Nous pourrons revenir ici, si tu le souhaites. Mais pour le moment, ton père sera furieux de ne pas nous avoir au palais.
    - Un jour, je ne reviendrai pas » répéta t’elle doucement. Il se contenta de hocher la tête. Il ne le savait que trop bien. Un jour, son amie aux yeux de ciel d’orage quitterait son royaume pour de bon et rien ni personne ne pourrait la retenir.
    « En attendant, couche toi et dors. Demain, la route sera longue. » Elle obéit sans rien ajouter. Elle allait s’endormir quand une toute petite voix surgie de nulle part se fit entendre. « Aelis »
    Elle s’assit d’un coup dans son lit.
    « Je suis là Guielin ».
    Mais ce n’était pas son ami qui l’avait appelé. Une petite silhouette se trouvait au pied de son lit. Un enfant ou un être - fée. Ses mains saisirent discrètement la garde sculptée de sa dague.
    « Qui êtes vous ? –Etes vous bien la princesse Aelis de Vortiguern ? » demanda la même petite voix dont le timbre montait un peu dans les aigus. Guielin alluma une lanterne. Un enfant. Un enfant qui l’observait avec un mélange de crainte et d’admiration.
    « Je suis bien Aelis de Vortiguern, répondit t’elle d’une voix qu’elle voulût la plus douce possible, et toi ? Qui es tu ? Que fais tu ici tout seul ? Ne sais tu pas que les troupes d’Afang écument la région ? »
    L’enfant resta silencieux quelques instants, ce qui lui donna le temps de l’observer. Petit et mince, de la crasse ornait ses joues, les cheveux en bataille, les vêtements maintes fois usés mainte fois rapiécés. Visiblement issu d’une famille de pauvres gens. Elle fût troublée par ses grands yeux brillants comme si une intelligence vive illuminait le petit être. Il ressemblait beaucoup à Gaël.
    Non, elle devait essayer de ne plus penser à lui, même si cela lui était impossible. Refermer cette blessure encore saignante.
    Guielin vit ses yeux s’obscurcir. Lui aussi avait perçu l’infime ressemblance. Ce fût lui qui reposa la question : « Qui es tu ?
    - Gwenaël, répondit l’enfant en un souffle, ma mère m’envoie trouver la dame de Vortiguern... »
    Il tomba en avant et roula sur le sol avant d’avoir pu en dire d’avantage. En un bond, Aelis fut à coté de lui. Il respirait doucement. Elle lui tapota les joues en l’appelant tout en jetant des regards inquiets à son compagnon. Guielin savait soigner les blessures et autres tracas de la vie quotidienne. Pas elle. Celui-ci s’approcha avec son calme habituel, prît l’enfant dans ses bras et le déposa sur son lit. Il ouvrit les yeux. « J’ai soif »
    Guielin caressa sa joue et se tourna vers Aelis. Son amie l’observait en silence. Voir l’enfant inerte lui avait rappelé de trop noirs souvenirs.
    « Pourrais tu aller quérir quelque chose à boire pour ce petit ? Et aussi à manger. Il a l’air d’avoir été privé de tout pendant plusieurs jours."


    **

    Aifé courrait à travers les bois. Son sabre tranchait ça et là les branches se trouvant à sa portée, laissant au passage des traînées de sang. Derrière elle, ses hommes portaient le butin. Elle les entendait rire, satisfaits d’avoir assouvi leur soif de trésor. La prise avait été bonne. Le convoyeur d’éclats de lune était passé à l’heure prévue avec une faible escorte. Son grand père serait heureux. Ses hommes loueraient une nouvelle fois ses talents de stratège. Mais elle n’était pas satisfaite. Une nouvelle fois, elle avait dû tuer. L’un des soldats s’était dissimulé sur le toit du chariot. Il aurait fait un carnage s’il avait pu tirer. Elle l’avait atteint entre son bras et l’arc, d’un geste rapide et précis. Il n’avait pas eût le temps de souffrir.
    « Tous ces morts pour des éclats de lune, songea-t-elle avec amertume, la vie est bien dérisoire. »
    Elle se présenta mentalement le destin qui l’attendait. Tôt ou tard, les soldats la captureraient et elle finirait par se balancer au bout d’une corde. Elle serra les poings.
    « Mais avant, je veux avoir vécu tout ce qu’il me reste à vivre. »

    ***

    « Et Andarta la grande instaura la paix en Mortelune. » Maïwenn sourit. Toutes ces prières lui plaisaient au plus haut point. Assise dans l’herbe avec les siens, elle assistait à la grande célébration marquant le début de l’hiver. Bercée par les paroles de la grande prêtresse, elle promena son regard au-delà de l’assemblée. Au pied de la colline - illuminée de flambeaux pour l’occasion – sur laquelle tous avaient pris place s’étendaient le marécage et ses eaux dormantes. Et plus loin amarrés à leurs fiers pontons paressaient leurs bateaux.
    Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas navigué. Le cœur de Maïwenn se mit à battre plus vite quand l’image de « La patience » fendant les vagues pour s’envoler parmi les milliards d’étoiles du gouffre intra stellaire s’insinua dans son esprit. Elle eût la fugitive sensation du vent sur son visage et des embruns. Malheureusement, les attaques d’Afang avaient rendu les routes maritimes et aériennes quasiment impraticables. On ne s’y risquait qu’en de très rares occasions. Elle soupira et regarda le ciel. C’est alors qu’elle les vit.
    Elles étaient trois mille, fendant l’air de leurs immenses ailes. Leurs griffes meurtrières renvoyaient les reflets argentés de la première lune. Horribles créatures mi-hommes mi démons.
    Les dragonides !
    On parlait de leurs attaques à travers les quatre points cardinaux mais personne à Mortelune n’en avait jamais vu. Et là, ils venaient comme dans les pires cauchemars, planant vers l’assemblée, poussant des hurlements horribles.
    Maïwenn se leva d’un bond, le corps parcouru de frissons glacés. Autour d’elle, on se mit à hurler, à tenter de fuir pour trouver un abri. Avoir la vie sauve. Elle devait faire de même.
    Dans la cohue, elle fut séparée de ses parents. Elle les appela une fois, deux fois. Mais seuls des hurlements désespérés lui répondirent.
    Déjà, les dragonides chargeaient, crachant leur feu destructeur et faisant un carnage avec leurs haches, leurs masses d’arme et leurs épées.
    Devant elle, un homme se consuma en quelques secondes. Ses jambes se mirent à trembler, elles ne la porteraient bientôt plus. Soudain, un mouvement de foule la projeta au sol. Dans sa chute, sa tête heurta une pierre pointue. A demi assommée, elle se mit à genoux. Il fallait qu’elle bouge sans quoi elle allait être piétinée. Elle alla donc à quatre pattes. Du sang coulait devant ses yeux mais elle n’y prêta aucune attention. Elle devait s’enfuir pour survivre. Des larmes lui brouillaient la vue. Elle les essuya du revers de sa manche. Non, ne pas pleurer. Réfléchir et trouver une solution. Chasser cette peur atroce qui paralyse et empêche toute action. Elle se souvint que Diwenn lui avait dit un jour : « En cas de danger, les bateaux sont les lieux les mieux protégés. »
    Son bateau ! Pourquoi n’y avait elle pas pensé plus tôt ? Ses parents y seraient sûrement. Et Enora, sa petite fille où était-elle ? Quelle horreur ! L’espace d’un instant elle l’avait oubliée La panique la saisit à nouveau. Elle étouffa un hurlement.
    Les enfants assistaient ensemble à la célébration devant le vieux chêne. Elle allait y courir quand deux petites mains agrippèrent sa manche.
    « Maman ! »
    Enora se trouvait en face d’elle. Ses cheveux étaient tous ébouriffés. Ses yeux se remplirent de larmes. Elle se baissa et la prit dans ses bras. L’enfant serra ses petites mains autour de ses épaules. Un intense sentiment de soulagement réchauffa son cœur glacé. Mais le temps n’était pas aux grandes effusions. Une dragonide passa devant elles, tentant de l’attraper par les cheveux. Enora effrayée lui hurla dans les oreilles et se blottit contre son épaule. Elle recula d’un bond. Autour d’elle, de nombreuses habitations avaient pris feu. Elle devait se hâter pour sauver sa vie et celle de sa fille. Elle se mit à courir, se heurtant à la foule en fuite, manquant trébucher à chaque fois.
    Mais elle continua droit devant elle jusqu'aux marais. Son coeur battait à tout rompre comme celui d'Enora contre sa poitrine. Elle s’enfonça jusqu’à mi-cuisses dans l’eau stagnante. Elle eût un frisson de dégoût en imaginant les créatures répugnantes qui l’habitaient et accéléra sa progression. Elle était à présent isolée des autres villageois. Les dragonides ne tarderaient pas à la prendre en chasse. Derrière elle, un cri perçant se fit entendre. Elle manqua défaillir. Mais, à quelques mètres à peine son bateau lui tendait les bras. Soudain, elle trébucha et s’étala de tout son long, la tête dans la boue. Elle se releva aussitôt, espérant qu’Enora n’ait pas été blessée. Heureusement, elle avait lâché sa fille à temps et la petite n’était que mouillée. Elle la reprit dans ses bras et poursuivit sa route en essayant de faire plus attention. Elle courût plus vite.
    Et enfin, ses pieds quittèrent la boue malodorante pour se poser sur le bois de l’embarcadère. « La Patience », sa chère goélette l’attendait. Elle aida Enora à monter à bord et délia les cordes qui retenaient le navire. Puis, en un formidable élan, elle sauta sur le pont.
    Elle manqua à nouveau perdre l’équilibre quand ses pieds couverts de boue glissèrent sur le bois harmonieusement poli mais se retint de justesse au mât de hune. A coté d’elle, Enora pleurait, recroquevillée sur elle-même.
    Maïwenn l’attrapa au passage et courut avec elle s’enfermer dans la cabine de pilotage. Elle eût à peine le temps de refermer la porte qu’une dragonide passa devant la vitre, sa gigantesque épée au poing. Il était temps !
    Le bois du bateau était enduit de goudron ignifuge et la porte armée d’un solide verrou. Les vitres, quant à elles étaient taillées dans du diamant.
    Enfin en sûreté. Elle s’interrogea sur la conduite à tenir. Devait elle attendre les autres ou venir les chercher. Ils seraient heureux de trouver ce formidable refuge.
    Mais pour aller où ? Qu’allaient ils tous devenir ? Elle se recroquevilla dans un coin de la cabine, laissant Enora entreprendre l’escalade d’un haut fauteuil et se mit à pleurer.

    ***

    Quand Aelis revint dans la chambre, chargée d'un pichet de lait et d'un pain de maïs Gwenaël avait repris ses esprits. Gaël, lui était resté sans vie. L’enfant lui fit un timide sourire auquel elle ne répondit pas.
    « Je n’aime pas les enfants » prétexta t’elle en allant s’asseoir en face de lui.
    Guielin lui lança un regard plein de reproches.
    « Pardonne moi. »
    L’enfant fronça les sourcils. « Mais tout le monde prétend que vous … »
    Guielin l’interrompit avant qu’il ait pu en dire d’avantage. « On prétend beaucoup au sujet des Vortiguern mais il serait discourtois d’en parler devant un membre de leur famille. Tu ne trouves pas ? »
    Il avait prononcé ces mots sans colère, avec un peu d’empressement toutefois. Déjà, Aelis avait les yeux remplis de larmes. Mais encore une fois, elle ne laissa rien paraître.
    « Rassasie toi à ta guise, murmura-t-elle, ensuite, tu nous expliqueras ce qui t’emmène jusqu’à nous. »
    Pendant qu’il mangeait, elle le regarda avec une sorte de fascination maladive. C’est son fils qu’elle voyait à travers lui. Une main chaude et douce se posa sur son épaule. Guielin avait perçu son trouble. Elle leva les yeux vers lui. Il y lut une immense détresse qui ne s’en irait jamais. Il lui sourit. Seule chose qu’un véritable ami pouvait faire. Elle serra sa main un bref instant, se tourna vers le petit garçon et lui demanda :
    « Que me veut ta maman ?
    - Que vous m’emmeniez au sanctuaire des quatre points cardinaux. »
    Elle sursauta. Le lieu sacré culminait sur une immense montagne entourée d’un désert de glace, en plein dans les terres inconnues. S’y rendre, c’était mourir.
    « Ta mère ne veut plus de toi ? Et pourquoi a-t-elle besoin de moi pour accomplir une telle folie ? » demanda-t-elle en essayant de garder son calme.
    Des larmes roulèrent sur les joues de l’enfant mais il ne détourna pas le regard.
    « Je ne sais pas »
    C’est elle qui baissa la tête, émue par sa faiblesse.
    « Pardonne moi. Je ne suis pas d’humeur facile ces temps ci.
    - Alors vous allez m’accompagner là bas ? » demanda t’il plein d’espoir.
    Elle se tourna machinalement vers Guielin qui secoua la tête. Elle s’attendait à cette réaction. D’un autre coté, l’enfant avait l’air d’avoir affronté maints périls pour venir la trouver. Elle devait faire quelque chose pour lui.
    « Ecoute, laissa-t-elle tomber, nous allons rentrer au palais tous les trois. Je ne peux décider seule si je dois t’emmener au sanctuaire. Il me faudra des aussi des armes, des provisions et des saufs - conduits. »
    L’enfant sauta de joie en battant des mains.
    « Ne te réjouis pas trop vite, le prévint elle brusquement, il se peut qu’on m’oppose un refus catégorique.
    - Que tu transgresseras une fois de plus. » ajouta Guielin avec un soupir.
    Gwenaël étouffa un bâillement.
    « Nous devrions dormir, suggéra Aelis, demain la route sera longue. »

    ***
    Le village en flammes, cette odeur ignoble de chair brûlée. Les cris des hommes, les pleurs, les cris des mourants. Sa respiration précipitée alors qu’elle se hâte vers sa demeure. Cette longue traînée de sang sur sa porte.
    « Gaël ! »
    Elle ne peut pas y croire. Elle tourne la poignée. L’obscurité, l’odeur de sang. Cet enchevêtrement de corps. Son petit garçon. Elle hurla.
    « Calme toi Aelis, ce n’est qu’un mauvais rêve. »
    Des mains agrippèrent ses épaules. Ses yeux ne distinguèrent que des ombres.
    « Aelis, réveille toi. »
    Elle reconnut la voix douce de Guielin. Il la serra contre lui. Elle mit du temps à reprendre son souffle, étouffée par ses sanglots. Elle s’agrippa à lui pour qu’il la sorte de son enfer et qu’il l’emporte très loin. Il écarta ses cheveux collés par la sueur et caressa sa joue.
    « Tout est de ma faute, murmura-t-elle en ravalant ses larmes, je suis condamnée à le revivre chaque nuit. »
    Il secoua la tête.
    « Rien n’est de ta faute, dit il avec le ton qu’on emploierait avec un petit enfant apeuré par la nuit, et rendors toi. Sinon, demain sera difficile. »
    Elle se tourna vers Gwenaël. L’enfant dormait à poings fermés, confortablement installé dans le lit que les deux compagnons lui avaient laissé.
    Elle se rallongea.
    « Crois tu qu’il y aura une réception en l’honneur de mon retour ? » demanda t’elle avec un pâle sourire. Guielin hocha la tête avec une grimace.
    « Oui, tu devras porter une robe et te coiffer. Puis toutes les belles dames ainsi que leurs beaux maris se bousculeront pour te faire des courbettes. Tu devras leur répondre poliment et sourire à leurs fadaises. Du moins, c’est ce que ton père attend de toi. »
    Il eût un petit rire qui ne présageait rien de bon.
    « Que vas-tu inventer cette fois ? Arriver en armure, poursuivie par des loups ? Ou vas-tu encore t’enivrer et vomir sur le premier prince venu te faire la cour ? »
    Elle prît son habituel air mystérieux comme à chaque fois qu’elle préparait un coup pendable.
    « Je te laisse réfléchir en dormant, dit il en éteignant la lanterne, je suis près de toi et te protège contre tout mauvais rêve. »
    Elle ferma les yeux et sombra dans un sommeil de plomb.
    Dernière modification par Althéa ; 21/11/2008 à 18h36.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  2. #2
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Yumi!!!! Again!

    Les descriptions sont brèves et présices, ca fait du bien.
    Encore quelques fautes d'orthographe
    Ca vaut la peine d'être continué
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  3. #3
    Luthien Invités
    Très sympa... l'idée me fait un peu penser au début de Dune, quand Irulan décrit chacune des planètes...
    Attend la suite avec impatience.

    La capitale de Tierlune est la triste est [et] morne Lewinly

  4. #4
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    @Garfield et Luthien :timide: Merci, vous êtes adorables. Pour la faute d'orthographes, ou les fautes, mon cerveau a bugué, mais j'ai corrigé l'énorme bêtise (merci de l'avoir signalée Luthien, elle est réparée grâce à toi.)
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  5. #5
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 921
    Et bien, comme je m'y attendais, c'est bien meilleur que ce qu'Althéa me laissait supposer lorsqu'elle m'en parlait (elle disait notamment que j'aurais honte d'être son ami quand elle aurai posté son texte ). Ben non, tu vois, j'ai pas honte !
    Comme tous les débuts de roman, il faut se faire au nouvel univers, aux différents noms... Mais le prologue est suffisamment alléchant pour qu’on oublie cette petite difficulté.
    Donc, comme les autres, je réclame la suite ! Si tu veux un coup de main pour récupérer ton cahier, je peux faire une descente chez ton amie et le lui reprendre de force !
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  6. #6
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    @Taliesin : merci. Je suis toute rouge. J'espère que ce n'est pas pour me faire plaisir. Et non, je ne veux pas de violence pour récupérer mon cahier
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  7. #7
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Santes, Weppes du Nord
    Messages
    789
    waaah génial
    la description des 4 pays est excellente
    j'attend la suite avec impatience !

  8. #8
    Cristal Invités
    wwah ! j'aime bien le principe de décrire l'univers comme ça ! c'est pas trop eshaustif donc ça va ! le style est pas encore au point, mais en tout cas on se demande ce qui va se passer sur cette planète ! moi zossi j'attends la suite !

  9. #9
    Date d'inscription
    September 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages
    1 066
    Waouh !!! :hein: Je suis impressionné. Si, si. Il est vrai que les quelques fautes viennent troubler la lecture, mais le fond est vraiment prometteur On nous décrit une situation géopolitique assez précise mais pas ennuyeuse, comme ça on sait où on est et on ne risque pas d'être trop perdu par la suite (si suite il y a, car je pense que ça vaut la peine d'être continué).



    edit... impardonnable... j'ai écrit "quelques faute" :rigoler:
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  10. #10
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    Pas mal du tout. Reste à affiner un peu et corriger les quelques fautes gênantes. C'est assez original comme début et ça me plaît, j'attends la suite.

  11. #11
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    Salut chtite Hinata-chan! Chouette les lieux, ça donne une bonne idée d'ensemble du monde dans lequel le perso évolue tout en nous donnant une certaine idée de sa mentalité. A quand la suite?
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  12. #12
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    :timide: Althéa essayant de se faire toute petite derrière ses livres :
    "Merci beaucoup à tous, pour la suite, ce sera lundi. Juste le temps que je récupère mon cahier. Par contre, j'espère que vous n'aurez pas attendu pour rien."
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  13. #13
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 921
    Le style est fluide et agréable et on a tout de suite envie d’en savoir d’avantage sur ces personnages. Et en plus tu as pertinemment choisit d’arrêter l’extrait à un moment intéressant pour ménager le suspens… C’est pas humain des choses pareilles ! Vivement la suite !
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  14. #14
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    J'avoue, je t'ais payé pour écrire cela. Très cher. :notme: Non, tu es mon ami.
    Je sais, j'ai coupé au mauvais endroit (non, je ne suis pas sadique). Je posterai la suite demain si suite il mérite d'y avoir.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  15. #15
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Mais vous avez pas bientôt fini de vous envoyer mutuellement des fleurs vous deux???

    Sinon, c'est toujours aussi agréable a lire, et on entre cette fois si dans l'action.
    Donc suite il mérite q'y avoir ...
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  16. #16
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 921
    Originally posted by Garfield@mercredi 19 janvier 2005, 18h54
    Mais vous avez pas bientôt fini de vous envoyer mutuellement des fleurs vous deux???
    Ben j'ai pas bien le choix ! Tu as été témoin de ce qui m'est arrivé la dernière fois que je l'ai contrariée. J'ai pas envie de revivre une telle expérience ! :rigoler:
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  17. #17
    Luthien Invités
    C'est toujours très bien... mais c'est trop court. Enfin, c'est gentil de nous preserver de l'overdose...
    Snif, c'est atroce. Mais je survivrais si tu postes la suite demain (comment ça c'est du chantage?! Meuh non)

  18. #18
    Date d'inscription
    September 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages
    1 066
    Originally posted by Althéa10@mercredi 19 janvier 2005, 18h47
    Je posterai la suite demain si suite il mérite d'y avoir.
    Comment ça, "SI" ? La question ne se pose même pas... Je rejoins les mena... euh, les acclamations enjouées de la foule qui te demandent humblement la suite
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  19. #19
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    :timide: @Taliesin: c'est vrai que tu as vraiment peur de moi :notme:
    @Luthien : oui, c'est même du chantage affectif. C'est pas bien du tout du tout du tout.
    @Garfield : en parlant de fleurs : les jacyntes sur ta tête te vont bien.
    @Kerdän : vous n'avez pas à demander "humblement" la suite. C'est plutôt moi qui vous remercie humblement de votre soutient et qui vous posterai la suite tout à l'heure en espérant que vous n'aurez pas attendu pour rien.

    Je posterai tout à l'heure en rentrant du travail. Merci à vous.

    Hé bien... voila la suite

    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  20. #20
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 921
    Plus long que le précédent, cet extrait reste aussi intéressant que les autres. J'attends toujours la suite (mais je vais pas le dire à chaque fois, ça serait un peu répétitif ! ).
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  21. #21
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    BOUH C'EST NUL RENTRE CHEZ TOI ALTHEA!!!!!

    Mais non tu me connais, j'adore!! Moi aussi j'attend la suite. Ok, je sors

    *Garfield remet ses jacinthes roses sur la tête et quitte le topic*
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  22. #22
    Luthien Invités
    Tu es méchant Garfield, j'avais bien raison quand j'ai regarder ton blogs... euh

    C'est sympa, ça me fait penser à plein d'autre livres, que j'ai bien aimé... c'est bon signe donc.
    J'aime bien l'écriture en passage, passant peu de temps sur les aventure d'un personnage, puis sur celles d'un autre.

  23. #23
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    @Luthien: ne t'en fais pas pour Garfield. Il se venge pour les jacynthes, c'est tout. :notme: J'aime aussi l'écriture en passage. En fait, je voulais laisser un temps à peu près équitable à mes personnages.
    @Garfield : reviens ici toi !!!
    @Taliesin : ce n'est pas sûr que la suite soit aussi bien.
    Je taperai la suite ce soir. Je vous remercie encore.


    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  24. #24
    Luthien Invités
    La suite, la suite!
    Ils sont méchants les dragonides.... Tous?
    J'aime bien la desciption de la panique dans une foule.

  25. #25
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    Hé bien, au chapitre XXIII oui, toujours. Mais tu verras que les monstres ne sont pas non plus les pires ...
    Pour la panique dans la foule, c'est quelque chose qui m'a toujours fait peur. Je suis limite agoraphobe...

    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  26. #26
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages
    2 650
    Bon j'ai du retard ... j'en suis qu'à la description mais c'est super original, bien construit et ça se lit (et si moi je le lis alors tout est permis ! :hein: :rigoler:
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



  27. #27
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    SBAM Garfield se prend encore des jacinthes sur la tête

    Althéa dit:
    Je t'ai vu saleté de matou!!!!

    Garfield dit:
    mais euh, t'as pas d'humour. C'est très bien ton histoire, j'attend la suite. Pour la prochaine fois, on pourrait changer un peu et prendre des tulipes
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  28. #28
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 921
    Bon, alors là je prends tout le monde à témoin :
    Si après le succès de son texte, Althéa ose encore me dire qu’elle est nulle, qu’elle sert à rien et qu’elle écrit comme un pied, ça va barder ! Parole de barde.
    Et pour faire bonne mesure... LA SUITE !
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  29. #29
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    Pas trop mal à la tête le matou ?
    En fait, je préfère les myosotis. Ce sont mes deuxièmes fleurs préférées.
    @Taliesin : tu ne me verras jamais dire le contraire. Je suis pas meilleure qu'une autre. J'aime écrire, c'est tout.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  30. #30
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    :snif: J'ai mal!!!! Et puis perso, je vois plus le pot que les fleurs. Après, je sais pas si les myosotis iront bien avec mon teint orangé. Mais si tu veux acheter des fleurs, va a Luménis au bosquet des fée (je touche une com ).

    Sinon, c'est vrai que ton début de roman est vraiment bien. Alors moins de modestie...

    C'est qui la meilleure???

    C'est pas francais, c'est normal...
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

Page 1 sur 3 123 DernièreDernière

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236