Page 1 sur 4 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 115

Discussion: [Lieu-dit] La chaloupe Echouée...

  1. #1
    Date d'inscription
    May 2003
    Localisation
    Dans le néant le plus obscur...
    Messages
    2 123
    Une mer calme, que d'aucun surnomme la Mer des Plaintes, borde les rivages tantôt sableux tantôt verdoyants de la zone méridionnale de l'île que l'on appelle "le golfe de l'oubli". Nom mystérieux et intrigant s'il en est pour l'étranger qui n'a pas encore entendu les gens du coin débiter les légendes liées à cette partie de la côte helmite.



    A mesure que l'aventurier de passage s'approche de la partie la plus septentrionale du golfe, après avoir dépassé la grotte du devin, se dirigeant vers une bande de dunes abritées par quelques falaises érodées parsemée de raidillons tortueux conduisant vers la ville la plus proche, Cojum, cité de la connaissance, il finit par découvrir une petite bourgade qui semble perdue dans l'immensité du relief côtier. Entièrement vouée à la halte temporaire des marins, explorateurs, et voyageurs de tout poil, ce hammeau étonne par la sérénité toute trompeuse qui en émane. Une grande auberge à l'extérieur surané et vétuste trône au mileu de quelques batisses, cabanes de pécheurs ou simple échopes tenues par les artisants locaux et proposant la camelote habituelle mais bonifiée par quelques spécificités de l'endroit.

    Le littoral est tout ce qu'il y a de plus conventionnel, si ce n'est, à l'Est de ce village portuaire, au bout d'une marche de deux kilomètres environ, la présence d'une large rade, aménagée avec soin et accueillant les vaisseaux en escale de leur route commerciale vers la cité de Manost, des bâteaux à l'équipage douteux ou les simple navires d'explorateurs itinérants ou voyageurs ayant préféré le chemin du large pour se rendre dans la ville du Savoir. C'est cet embacadaire quelque peu isolé qui donne à la zone ce surplus d'activité et assure à "La Chaloupe Echouée" une clientèle variée et pittoresque.

    Non loin de la rade, séparée par un groupement de rochers acérés, l'"Havre des nefs" permet à l'industrie locale de survivre en assurant la réparation des coques et des filets éventrés par les créatures sous-marines ou une navigation houleuse vers des rivages autrement plus rocailleux. Mais, malgré tout cela, cette région ne mériterait pas que l'on s'appesantisse sur elle s'il n'y avait pas la répétition presque quotidienne d'une série d'événements insolites venant troubler la relative quiétude des lieux.



    En pleine journée, un léger remous des vagues constitue le fond sonore presque mélodieux du hameau paisible, seulement animé par les allées et venues des navigateurs de passage dans la taverneet l'activité des pécheurs revenus de leur sortie quotidienne. Le brouhaha se fait de plus en plus audible à mesure que le soleil plonge dans l'horizon, une population interlope, que Rasmus Forbringin, homme bourru exilé de Port-Crâne, accepte volontiers de servir sous acceptation de quelques règles de bonne tenue, complète la clientèle de marins et de touristes.

    Les habitués, et les voyageurs avertis, savent qu'il faut éviter de s'aventurer, durant les heures tardives, sur les plages environnantes. Et pour le petit curieux qui voudrait chercher plus avant le pourquoi du comment, Rasmus, la mine assombrie, prend ce dernier à part et, exagérant sa voix naturellement grave, commence à lui narrer la légende des galions fantômes. Et même ceux qui ont moultes fois entendus les histoires du vieux Ramsus finissent par être suspendu à son récit, un silence de cathédrale venant conforter le tavernier qu'il est le centre d'attention de tous....


    "On raconte que la nuit venue, alors que d'étranges lumières surgies d'on ne sait d'où sur le rivage, au-delà du Havre des nefs, attirent les navires en perdition et les égarent de leur route, et que le temps se couvre subitement, contre toute les prévisions, l'écume des vague s'épaissit étrangement et le ressac se fait de plus en plus violent, sans aide d'un vent quelconque. Un brouillard épais comme de la soupe de Crabe Géant se lève comme par magie et enveloppe si bien les alentours qu'on distingue à grand peine les ombres de ce qui semble être les formes de navires inconnus s'avançant lentement vers la côte. Et le grincement continu et perçant de ces coques fantômes finissent de jeter tout observateur de cette scène dans une terreur viscérale. Il faut dire que les galions en question restent stationaires une fois arrivés à quelques milles à peine du rivage, comme s'ils attendaient qu'on viennent se porter à leur rencontre.



    Certains témoins, qui semblaient avoir vieilli de plusieurs années en une nuit, affirment avoir aperçu un vaisseau aux voiles blanches frappées d'un disque noir conduire une escadrille de galions, vers les parties les plus reculées de la crique, là où nul ne va à cause du rivage escarpé et des créatures peu avenantes y habitant. Pour l'ignorant de passage, ce récit serait voué à n'être qu'une anecdote maladroite pour donner quelques sensations fortes...mais si je vous disais que le navire en question, "la Perle Noire", fut le joyau du légendaire pirate Vargas Rackham, pilleur de ruines et tombeur renommé des flottes de tout horizon et qu'il est censé avoir été coulé avec tout son équipage il y a plus d'un siècle, vous comprenez que ces apparations inexpliquées jetent la terreur sur notre petit bourg.

    Et de manière aussi mystérieuse, la flotte de galions finit par repartir vers le lointain, les coques toujours craquelantes...telles les plaintes de personnes torturées, et disparait soudainement de la vue, suivi peu de temps après, par l'évaporation tout aussi prompte de la brume.

    Ces soirs-là, si un impudent s'avisait de quitter la taverne sans attendre l'aurore, nous retrouvions plus loin son cadavre soit terriblement mutilé soit un simple rictus de terreur déformant l'ensemble des traits de son visage. De même, si un navire avait la malchance d'être en retard sur son horaire ou perdu dans sa navigation, il était voué à venir se fracasser sur le rochers, ou s'échouer sur les bancs de sable près du Havre. Au petit matin, il ne reste plus que l'épave déchiquetée du navire, vides de toute présence et de tout cadavre, venant completer le cimetière des autres carcasses de bâteau.

    D'aucun disent que le golfe de l'Oubli est centré à même le coeur d'une zone de perturbation entropique, ce qui fait que nous avons hérité d'un bestiaire animalier peu conventionnel...il se pourrait que ces "visions" en soit un des symptômes.

    Mai suivez mon conseil l'ami, vous êtes bien mieux à vous remplir le gosier ici qu'à tenter des balades nocturnes. Et s'il vous venez à l'idée de jeter un oeil au épaves et à ce qu'elles recèlent ou même observer les événements que je viens de vous narrer, souvenez-vous que de cette mise en garde, et aussi...petit clin d'oeil narquois...que les lacedons aiment bien roder non loin".

    Avec un sourire énigmatique, signe que nombreuses légendes restent à évoquer, Ramsus cloture souvent son récit d'un rire caverneux rajoutant à la confusion de son interlocuteur avant de se désaltérer, heureux d'avoir fait son petit effet, et attendant la prochaine occasion, le prochain voyageur naïf pour répéter inlassablement la légende des "Galions spectraux".

    ************

    Encore à peaufiner. Je précise que je me suis inspiré (au niveau de l'idée des galions fantômes) d'un post d'Alchra Diagoth lors d'une quête sur Manost, inspiré car la qualité de son post est sans égal (pour ceux qui connaissent ). Merci aussi à Hugues (pour le nom de la taverne) et Ravestha (la référence ciné).

    Silently, we wander...

    "Arghhhhh, j'ai drow mal", hurla le sorcier Shuy Imbhoulaï ------> extrait exclusif du "Blagonomicon de Gygy les bons tuyaux"

  2. #2
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    Arrivée des plaines étincelantes...ici

    Masha'a sentit la mer bien avant de la voir. Depuis deux jours, elle avait décelé un changement dans l'air. Davantage de souffle et de mouvement, une odeur plus piquante, plus odorante aussi. Elle se réjouissait de voir enfin le grand large. Elle espérait également trouver des indications sur sa position. Précédée de son "chat" (avançant à ce moment-là dans un corps roux, à long museau et queue touffue :hein: ), elle atteignit le sommet d'une colline et se figea aussitôt. Devant elle, la mer s'étendait, immense et étincelante. D'un bleu chatoyant, elle bruissait, douce et puissante à la fois, envoyant ses vagues échouer sur une plage dorée.
    Pour la première fois depuis trop longtemps, Masha'a sentit son coeur léger et serein. Le spectacle magnifique de l'océan semblait l'avoir apaisée, et comme lavée des tensions qui lui tenaillaient l'esprit depuis plusieurs semaines.
    Masha'a vit le renard bondir par-dessus la dune et galoper jusqu'à la mer pour entamer un jeu espiègle avec les vagues. Masha'a sourit et descendit à son tour. Elle regarda attentivement autour d'elle. Rien ne semblait exister en dehors de la végétation. Pas une voile non plus à l'horizon. Sans plus hésiter, elle déposa ses affaires, se déshabilla et courut jusqu'à l'eau. Elle ferma les yeux : la mer était chaude et agréable. Elle plongea et commença un bain bienfaisant et régénérateur.

    La suite


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  3. #3
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    Quête : Vol d'une relique

    Le Marinyande était déjà loin. Sur le quai, entourés de villageois pêcheurs ou contrebandiers, Masha'a et Sire de la Canne tentaient de faire bonne figure. L'arrivée d'un vaisseau volant comme le célèbre navire de Borall ne passait pas inaperçue, et ses passagers, même involontaires, encore moins. Pestant contre cette publicité bien malvenue, les deux aventuriers se dirigèrent, aimablement accompagnés, vers l'auberge du hameau...


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  4. #4
    Sire de la Canne Invités
    Quête : Vol d'une relique

    La fin de la traversée s'était déroulée sans aucun ennui. Une chance. Car avec ce que Sire de la Canne avait dit, cela aurait pu se terminer bien plus mal. Mais cela était le passé est il fallait tirer avantage du passé. C'est pourquoi, après quelques instants où Masha'a et lui faisait en sorte de ne pas attirer l'attention, il eut une soudaine idée.

    Masha'a! Ecoutez moi. Nous pourrions tirer avantage du fait que nous ayons été débarqué par le terrible Borall. Nous pourrions faire croire aux villageois que nous sommes avec lui et qu'il nous a chargé d'une mission. Je suis sûr qu'ils deviendraient tout de suite très loquaces.

    Au fait, à propos de ce que j'ai dit sur le bateau. J'espère que cela ne vous a pas gênée. Si c'est le cas, je vous prie de m'excuser mais c'est la meilleure histoire que j'ai pu trouver pour éviter qu'ils ne posent trop de questions.

  5. #5
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    Quête Vol d'une relique

    Masha'a sourit. Sire de la Canne était vraiment un être impétueux mais il avait une franchise et une jovialité désarmantes. Son entrain était communicatif et maintenant que l'ombre de Borall semblait s'être éloignée, elle pouvait respirer plus librement. D'autant plus qu'elle avait vu ses protégés se faufiler hors du bateau en même temps qu'eux, profitant de l'agitation sur le quai et de l'attention focalisée sur le marinyande pour glisser entre les jambes et filer loin de l'embarcadère. Non, tout allait pour le mieux !

    Ses visions s'étaient trompées et cela aussi était un élément nouveau positif : elle n'était pas marquée par des annonces d'un futur irrémédiable, elle ne voyait pas uniquement des faits réels. Ses visions pouvaient être erronnées. Masha'a s'arrêta sur cette pensée. Ce constat ouvrait de nouvelles portes, certes, mais comment dès lors faire le tri entre le vrai et le faux ? Comment pouvoir être sûre de la réalité d'une chose et de l'illusoire d'une autre ? Qu'en était-il alors de sa vision sur le Conseiller ? Masha'a eut un frisson. S'était-elle trompée ? Mais dans ce cas, ce serait une nouvelle ni bonne ni mauvaise : il n'y aurait plus de véritable ombre menaçant Lothringen, Galathée, Althéa et Taliesin. Masha'a se sentit déroutée. Il lui fallait prendre le temps de réfléchir plus profondément. Et assurément, ce n'était pas le moment. Dans tous les cas, ils étaient sains et saufs, il se pouvait qu'il n'y ait pas d'urgence et ils avaient une mission à poursuivre. Elle sourit au vent iodé qu'elle connaissait bien, à la douceur du soleil qui réchauffait son visage et à l'excuse du jeune aventurier qui la côtoyait :


    Ne vous excusez pas. Vous avez bien fait et votre plan a marché, c'est ce qui compte, non ? Quant à votre idée, je la trouve très bonne, de nouveau. De toute façon, je crois qu'on a pas le choix. Notre arrivée était tout sauf discrète et les gens nous croient envoyés par Borall. Allons à la Chaloupe, jouons le jeu et demandons au passage aux habitants s'ils ont vu un bonhomme ressemblant à celui qui est sorti de la maison du dessinateur. On verra bien !


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  6. #6
    Sire de la Canne Invités
    Quête : Vol d'une relique

    Les deux aventuriers entrèrent donc dans la taverne du coin dans le but de découvrir si celui qu'ils cherchaient était passé par là ou non.

    Hep tavernier! Y'a Borall qui nous a demandé de venir faire une p'tite enquête afin de retrouver un gars pour lui. La dernière fois qu'on l'a vu, il portait une armure et un uniforme de prêtre de Helm. Ah oui. Il a aussi une qui lui traverse le visage. Et sauf erreur c'est tout. T'aurais pas une petite idée camarade?

    Il n'y avait plus qu'à espérer qu'il serait convaincant dans rôle de corsaire.

  7. #7
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    QUête : vol d'une relique

    Masha'a était encore une fois surprise par la désinvolture de Sire de la Canne. Il lançait cela avec une telle verve et une absence totale de discrétion ! Elle prit conscience que le plan du jeune homme était un peu bancal : comment Borall connaîtrait-il le faux prêtre ? Ce dernier allait sûrement être des plus suspicieux voire s'enfuir au plus vite. A moins que... à moins que la curiosité joue, ou l'appât du gain ?

    Elle dévisagea les occupants de la taverne. La plupart venaient de rentrer et reprenaient leur place en devisant avec passion sur le bateau volant. Beaucoup leur lançaient des regards, certains rieurs et complices, d'autres plus sombres et emplis d'animosité. La majorité des clients étaient visiblement de simples bougres, vêtus simplement de vêtements en bure ou en tissus grossiers. Leus mains calleuses témoignaient des heures passées à tirer des filets de la mer ou des voiles sur le mât, ou à clouer, charpenter, réparer des coques abimées sur le chantier naval local. Dans leurs yeux, Masha'a lisait l'appel du large, le goût de la liberté et le poids d'une vie simple et dure. Quelques-uns étaient déjà bien éméchés, alors que midi sonnait à peine. Ce devaient être des pêcheurs de la nuit qui, à quai, préféraient délaisser leurs épouses et leurs marmailles pour venir oublier leur misère au fond de vieux gobelets sales et usés.

    Masha'a remarqua également la présence d'étrangers, aisément identifiables par leurs atours et leurs équipements. Des rôdeurs, des colporteurs, des marchands, un capitaine arborant ses galons d'une marine lointaine. La jeune femme perçut également quelques roublards : deux étaient assis dans un coin sombres, l'air aviné. Mais leurs yeux, sans cesse à l'affût, et certaines bosses dans leurs chausses, permettaient à Masha'a de percer leur jeu : Ceux-là cherchent visiblement un pigeon à déplumer et ils sont armés. Leurs dagues dans les bottes ne sont pas très discrètes ! Un autre était assis à une table, l'air jovial, battant des cartes avec quelques locaux. Un escroc qui truque les cartes. Masha'a avait en effet vu un as glisser subtilement de la manche pour rejoindre sa main. Pour ne pas l'avoir vu, les autres joueurs devaient être bien avancés dans leur beuverie. Elle sourit : le monde était truffé de nigauds et de roublards prêts à profiter de cette aubaine.

    Elle ne vit pas l'homme qu'ils cherchaient. Mais peut-être était-il dans une des chambres ? Masha'a termina son observation (qui n'avait pris que quelques instants) pour fixer l'aubergiste. Un vieil homme aux gestes bourrus qui, derrière ses rides, cachait un esprit malicieux. Masha'a entendit un client le héler. L'homme s'appelait Rasmus Forbringin, réputé pour raconter des histoires de navires fantômes. Assurément, il allait les cuisiner pour en savoir plus sur le Marinyande et étoffer son panel de récits. Masha'a sentit là une opportunité à creuser. Elle fixa le vieux Rasmus et attendit sa réponse à l'interpellation de Sire de la Canne.


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  8. #8
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    626
    Quête : Vol d'une Relique

    Les habitués de la Taverne et même ceux de passage avaient soudainement stoppé toute activité. De la bière et du vin se répandaient sur le sol, des toussotements caractéristiques d’aliments passés par le mauvais conduit se faisaient entendre ça et là. Bref, un silence de mort régna sur la Taverne.

    Tout ça à cause du Marinyade, le vaisseau le plus redouté de cette partie du globe. Et voilà que deux occupants venaient poser des questions, disant travailler pour le capitaine du vaisseau corsaire. Décidément, il se passait souvent des choses dans cette taverne.


    "Hep tavernier! Y'a Borall qui nous a demandé de venir faire une p'tite enquête afin de retrouver un gars pour lui. La dernière fois qu'on l'a vu, il portait une armure et un uniforme de prêtre de Helm. Ah oui. Il a aussi une balafre qui lui traverse le visage. Et sauf erreur c'est tout. T'aurais pas une petite idée camarade ?"

    Le Tavernier avait perdu dans l’instant contenance. V’la t’y pas que maintenant il lui adressait la parole. La rousse à côté de l’homme semblait être ailleurs, mais l’homme lui s’intéressait à lui. Le tenancier déglutit avec peine, et repris quelque peu contenance. De toute façon, il avait pas trop le choix, et s’ils bossaient pour Borall, mieux valait répondre franco.

    "On a eu effectivement quelqu’un qui correspond à votre description. Il loue une de mes chambres, la 5 m’semble."

    Se faisant il jeta un coup d’œil à une femme d’un certain âge qui acquiesça.

    "Oui, c’est bien ça, la 5. Mais ça fait quelques jours qu’on l’a pas revu par ici. Mais vu qu’il avait loué la chambre pour deux mois, on n’a rien touché, et vous pouvez vous y rendre si le cœur vous en dit."

  9. #9
    Sire de la Canne Invités
    Quête : Vol d'une relique

    Tout se passait pour le mieux. Comme prévu, le tavernier s'était aplatit sous le nom de Borall. Et s'était tant mieux. La corruption viendrait plus tard et s'était tant mieux pour les finances.

    C'est bien que tu aies coopéré tout de suite. On s'en souviendra. Au fait, si ce brave gars arrivait pendant qu'on est en-haut. Dis lui rien. On lui fera la surprise.

    Il regarda le tavernier droit dans les yeux et lui fit un grand sourire avant de se diriger vers les chambres. La tavernier qui commençait à décompressé fit un bond quand il entendit la voix de Sire de la Canne qui l'appelait.

    Hep! Les clés. J'aimerais pas être obligé de faire un trou dans ta porte.

    Les clés arrivèrent dans sa main dans un vol gracieux depuis le comptoir. Les deux aventuriers se dirigeaient donc maintenant vers la fameuse chambre numéro cinq.

  10. #10
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    Quête : Vol d'une relique

    Encore une fois, la façon désinvolte de procéder de Sire de la Canne sidérait Masha'a. Il jouait à l'esbrouffe avec une telle facilité ! La jeune femme avait toujours agi soit dans une discrétion propre à sa profession de voleuse, "pa vu pas pris", soit en jouant sur son charme naturel, ce qui demandait certes de se montrer mais en gardant une réserve nécessaire pour atteindre ses objectifs. Ici, rien de tel ! Ils étaient entrés, avaient hélé la populace, joué sur la peur, obtenu leur information et, cerise sur le gâteau, demandé à l'assemblée de rester discrète ! Masha'a se dit que Sire de la Canne se montrait peut-être trop sûr de lui. Un bon assassin veillait toujours à couvrir ses arrières. Pendant que Sire de la Canne montait les marches, elle revint sur l'aubergiste et se glissa même derrière le comptoir. Puisque le nom de Borall inspirait le respect, autant aller jusqu'au bout.

    Le vieil homme ouvrait déjà de grands yeux. Masha'a eut un petit sourire satisfait. Elle le poussa vers la porte conduisant à la remise arrière et le tint dans le cadre afin de garder un oeil sur le reste de la salle. Elle s'adressa à Rasmus dans un souffle à peine audible et en prenant bien soin de l'appeler par son nom :

    Dis-moi, Rasmus, toi qui règnes sur cet antre, tu as sûrement ouvert un oeil à l'arrivée de notre ami. Est-ce qu'il n'a pas parlé à quelqu'un en particulier, par exemple à quelqu'un du cru pour lui demander d'ouvrir l'oeil ?
    Son ton avait été à la fois courtois et froid. Suffisamment pour qu'il réfléchisee aux conséquences d'un faux pas. Bref, elle reprenait la menace sous-jacente à Sire de la Canne, mais elle l'appliquait à sa manière...


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  11. #11
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    626
    Quête : Vol d'une Relique


    De nouveau, Rasmus perdit toute sa contenance. En plus, la jeune femme l’avait appelé par son prénom. Il lui semblait bien l’avoir déjà vu, mais il n’arrivait pas à se rappeler quand. De toute façon, tout s’entrechoquait dans sa tête, et rien n’allait comme il le voulait aujourd’hui. Déjà ce matin …

    Masha’a le secoua quelque peu afin que le tavernier reprenne ses esprits. Elle avait besoin de son renseignement et vite. S’il y avait quelqu’un dans la salle susceptible de leur mettre des bâtons dans les roues, elle voulait le savoir rapidement, avant d’avoir quelques ennuis.


    "Il n’a laissé personne ici. D’ailleurs, il ne parlait avec personne et n’a jamais reçu quiconque dans sa chambre. La seule chose qu’il a reçu, c’est une lettre. Sinon, rien du tout, j’vous l’jure ma bonne dame."

    Et voilà, Rasmus perdait toute sa contenance, et devant une femme qui plus est. Décidément, c’était vraiment une mauvaise journée.

  12. #12
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    Quête Vol d'une relique

    Masha'a semblait satisfaite, au grand soulagement de Rasmus. Il la vit hocher de la tête, murmurer un : Bien. et se détacher de lui. Elle jeta encore un regard sur la salle où la majorité des visages se détournèrent à l'instant, faisant semblant de poursuivre leurs activités habituelles. La jeune femme fit semblant de rien et se dirigea en silence vers les escaliers.

    Elle escalada les marches une à une, avec une démarche posée, sachant qu'elle était observée. Le bois grinçait et il se dégageait des murs, des plafonds, une chaleur et une odeur qui invitaient au repos. Ah ! Si elle n'était pas en mission ! Malgré son nom, la Chaloupe Echouée semblait être un lieu convivial, chaleureux et la maison elle-même respirait les légendes qui hantaient le Golfe de l'Oubli. Aux murs, des gravures et quelques peintures de paysages lunaires renforçaient le côté féerique du lieu. Mais encore une fois, Masha'a ne pouvait s'arrêter pour s'y plonger. Elle détourna le regard et se contenta de caresser les pans de bois qui délimitaient le couloir.

    Elle n'eut aucune peine à repérer la chambre. Sire de la Canne inspectait les lieux bruyamment. Se retenant de rire, elle entra à son tour.


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  13. #13
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    626
    Quête : Vol d'une Relique

    La chambre 5 de la Chaloupe Échouée était la plus vaste de toutes les chambres que proposait le tavernier. De ce fait, elle comprenait une pièce principale avec cheminée, table et bibliothèque, ce qui était quand même assez étonnant dans une auberge de ce type.
    La décoration reprenait le thème lugubre de ce lieu quelque peu perdu, avec des tableaux, plus ou moins bien peint, de navires en pleine tempête, de combats navals, et autres thèmes navals. L’un d’eux représentait même le très célèbre radeau de la Tarrasque du non moins célèbre Jer’y’Khau, un peintre elfe.

    Une deuxième pièce servait de chambre à coucher et comprenait un grand lit. Un cabinet privatif avec une baignoire et un nécessaire de toilettes complétait cette chambre. Là aussi, la décoration était navale, et une peinture reprenait aussi un célèbre tableau, à savoir l’Attaque du Tenk par Guarn Erhé, peintre humain qui était lui-même mousse au moment de l’assaut.

    Sire de la Canne devait avoir des ascendances barbares qui étaient remontées. Il était en effet rentré dans cette pièce comme un homme du Nord dans un magasin de porcelaine. Et maintenant, il commençait à retourner la pièce dans tous les sens, au mépris des quelques règles de sécurité qui incombaient quand on pénétrait dans l pièce d’un inconnu.
    Car si notre prêtre n’avait laissé personne dans la taverne, il avait laissé, néanmoins, un cadeau à quiconque visitait sa charmante retraite.

    C’est au moment où Masha’a pénétra dans la pièce que le cadeau se révéla à nos aventuriers bien imprudents. Sire de la Canne venait de faire un pas de trop.


    Rupture du sceau ---------- Glyphe de garde ---------- Masha’a et Sire de la Canne

    Le champ venait d’être activé et os deux héros subirent alors de plein fouet l’effet du sort. Masha’a et Sire de la Canne se retrouvèrent projetés au sol sous l’effet du sort, quelque peu inconscient et les oreilles bourdonnant.

    [Vous venez de subir 18 points de dégâts dus au souffle]

  14. #14
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    Quête Vol d'une relique

    Aïe... Je... Que s'est-il passé ? Mes oreilles ! J'entends plus rien ! Je... Me relever. Je dois me relever. Humpf... Mes bras m'font mal. M... je perds du sang ! Ah ! L'idiot !

    Masha'a tenta de s'appuyer sur ses bras mais son épaule gauche la faisait atrocement souffrir. Elle réussit à s'appuyer sur la main droite et à relever la tête. Autour d'elle, des objets éparpillés et des morceaux du glyphe jonchaient le sol. L'explosion avait été puissante et déchiqueté la surface du plancher sur une zone circulaire assez large. Elle vit devant elle le corps étendu de Sire de la Canne. Des éraflures zébraient son flanc droit et du sang perlait à certains endroits.

    Masha'a eut soudain la gorge serrée d'horreur : une fiole du marchand manostien s'était fracassée près d'elle et un liquide verdâtre avait été libéré. Elle comprit trop tard ce qu'elle contenait, à la douleur qui s'élança de sa main droite à son bras puis au reste du corps. De l'acide ! Elle était brûlée par l'acide ! Masha'a voulut hurler mais le son s'étrangla. Les larmes lui montaient aux yeux. Elle serra les dents. Il lui fallait réagir. Ne pas se laisser submerger. En gémissant, elle recroquevilla ses jambes et réussit à se mettre en position assise. La douleur continuait de la parcourir par vagues lancinantes dont le foyer était sa main. Visiblement, seule cette partie du corps était touchée. Une bouffée de colère la fit maudire en pensée son compagnon d'enquête. Et une autre contre elle-même lui rappelait combien elle avait été sotte de se laisser aussi longtemps guider par des manières souvent téméraires. Bon sang ! Elle avait quand même suffisamment fréquenté la Guilde de Baldur pour savoir qu'il ne fallait jamais entrer dans un lieu à prospecter sans lancer quelques sorts élémentaires !

    Masha'a tira sa cape des Etoiles et enroula un bout autour de sa main. Le tissu de velours rouge, imbibé de magie, n'avait aucun pouvoir de guérison mais elle sentit une onde d'apaisement affluer. Masha'a respirait mieux. Quelques larmes brouillant encore un peu sa vue, elle fit un rapide topo : son épaule continuait de faire mal. Elle voyait du sang couler doucement sur le sol et former une petite mare qui dégageait l'odeur cuivrée bien caractéristique. Des dizaines d'échardes de bois ainsi qu'un ou deux fragments de glyphe s'étaient plantées dans sa chair, bien profondément. Elle en avait aussi sur le ventre, en nombre bien plus petit et aux conséquences moins douloureuses. Ses jambes avaient également souffert. Masha'a pesta. Elle était bien mal en point !

    Sire de la Canne remuait, ce qui la rassura. Non, il n'était pas mort. Et même si un court instant elle avait espéré le contraire ou imaginé les pires tortures à lui infliger, elle était soulagée de le savoir vivant. Le jeune homme gémissait et prenait du temps à se relever.

    Masha'a eut l'attention alors attirée par un bruit de pas assez doux derrière elle. Le Chat venait d'entrer. Visiblement, l'animal était inquiet. Il s'approcha d'elle et se mit à la lécher doucement sur les plaies. Masha'a sentit la langue froide glisser sur ses jambes et calmer la douleur. Elle gratifia en pensée le petit animal mais cela serait toujours insuffisant. Elle devait trouver un moyen de se guérir. Elle s'adressa à Sire de la Canne :
    Vous voilà debout ! Après nous avoir mis dans ce pétrin, j'espère que vous avez une autre fiole pour nous soulager !
    Elle désigna du regard la bouteille d'acide et si elle ne dit rien, ses yeux flamboyèrent de colère. Sire de la Canne était prévenu !


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  15. #15
    Sire de la Canne Invités
    Quête : Vol d'une relique

    Ouch! Fut le premier mot qui sorti de la bouche de Sire de la Canne après "l'incident". Il lui fallut quelques instant pour réussir à reprendre ses esprits et à faire le point sur la situation.

    Il avait apparemment avancé un peu trop vite en ne prenant pas assez garde aux éventuels pièges. Pas si éventuels que ça en fait.. Mais bon, cela aurait pu être pire, il était en vie et Masha'a était en train de se plaindre. Signe qu'elle allait encore assez bien. Et en plus, ils avaient la certitude que cet endroit devait cacher quelque chose. On ne met pas ce genre de sort en place sans raisons valables.

    Pour sa part, il ne s'en était pas trop mal sorti. Il semblait bien qu'il n'avait eu que quelques éraflures. Un vrai miracle. Il essaya donc de se redresser, ce qu'il fit assez vite et il put entendre Masha'a qui insinuait qu'elle avait été la cible bien malheureuse d'une fiole brisée. Il essaya donc de se relever, mais avant qu'il n'ait pu dire quoi que se soit, son genou gauche lui fit défaut et l'entraîna dans une chute inexorable vers le sol.

    Peut-être n'avait-il pas été aussi épargné que cela en fait. Oubliant Masha'a, il regarda sa jambe et constata en la tâtant que l'articulation du genou avait pris un méchant coup. Il faudrait remettre tout cela en place et cela ne se ferait pas sans douleurs.

    Il recommença à penser à Masha'a quand celle-ci, tiraillée par ses blessures dues à l'explosion, l'acide qui lui rongeait la main et le fait d'avoir été ainsi oubliée, décida tout d'un coup de lancer un objet sur Sire de la Canne qui ne compris pas pourquoi avant de voir les jolies petites cloques qui commençaient à perler sur la main de Masha'a. C'est donc en se traînant qu'il alla à côté d'elle.


    J'ai bien quelque chose pour neutraliser l'acide mais je ne suis pas sur que cela vous soulagera au sens où vous l'entendez.

    Les éclairs qui sortaient de ses yeux lui firent comprendre qu'il valait mieux le faire quant même et aussi se faire oublier un moment à moins qu'il n'ait envie qu'elle ne se soulage sur lui. Il prit donc sans un mot une fiole dans son sac et là, ô surprise, il se rendit compte qu'une autre bouteille était cassée. Et qu'en plus, un de ses débris lui avait entaillé la jambe. Avec un peu de chance, son contenu ne serait pas trop dangereux.

    Il versa donc le contenu d'une bouteille sur la main de Masha'a avec sa main gauche, et qu'il regarda ce qui avait sûrement pénétré son système sanguin avec la droite. C'est ainsi qu'il comprit que ce qu'il prenait pour des vertiges dus à l'explosion n'étaient en fait que les effets d'un de ses poisons. Et bien évidemment, il ne prenait jamais d'antidote avec lui.


    Excudez boi Basha'a, bais ze vais deboir vous fausser compagnie quelques gnstemps.

    Ayant oublié l'état dans lequel était sa jambe, il essaya de se relever pour retomber sur Masha'a qui le renvoya avec colère de là d'où il venait. C'est donc en se traînant qu'il essaya d'atteindre le lit. Et il y arriva . . . presque. Ses forces l'abandonnèrent au moment où il allait grimper sur le lit et il finit donc affalé sur le sol et surtout évanoui.

  16. #16
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    Quête Vol d'une relique

    Masha'a avait senti sa main brûler une nouvelle fois sous l'effet de la potion de Sire de la Canne. Elle en avait les larmes aux yeux. Intérieurement, elle était pétrie de colère et de douleur. Lorsque le marchand de potions tomba sur lui, elle sentit sa rage décupler. Elle repoussa violemment le jeune homme qui semblait de plus en plus perturbé. Sa main brûlait de moins en moins et bientôt les sensations pénibles s'estompèrent. L'effet de l'acide avait été neutralisé. Masha'a contempla sa main, pleine de cloques mais indolore. Il lui faudrait trouver un prêtre ou un druide pour la soigner et retrouver ses capacités d'antan. Bon sang ! Ses mains étaient son outil de travail, elle ne pouvait les perdre ! Et puis, elle ne supporterait pas de voir son corps marqué par un tel stigmate. Sans lever les yeux, elle apostropha l'inconscient qui avait provoqué de tels dégâts :
    Je ne sais pas si je dois vous remercier, mais bon, la douleur s'est arrêtée. Va falloir trouver maintenant une autre solution pour arrêter les pustules et puis soigner ces échardes aussi et...
    Masha'a s'interrompit. Le corps de son compagnon était inerte au pied du lit. Il était inconscient, et cette fois dans le sens littéral du terme. La jeune femme crut un instant à une feinte pour esquiver sa colère. Elle lui lança un coup de pied dans les jambes. Rien n'y fit. Le chat s'était tourné vers le marchand et miaulait lugubrement, les oreilles aplaties. Il détala hors de la pièce. Cela acheva d'alerter la jeune femme.
    Oh ! Sire de la Canne ! Ohooo ? Qu'avez-vous ? Vous êtes blessé ? Hmppf
    Se relever, lentement en s'aidant de la main droite un peu plus mobile, ignorer les élancements à l'épaule et les tremblements dans les jambes, lutter contre le vertige, se concentrer et repartir, s'approcher sans cesser de héler le jeune homme dans les vapes, s'accrocher au montant du lit et se pencher... Tout cela prit de longs moments et la douleur accompagnait chaque mouvement. Masha'a se retrouva enfin à la tête du jeune homme et, mobilisant toute son énergie, elle réussit à le retourner sur le dos. Elle vit en un coup d'oeil la blessure à la jambe et l'éclat de verre qui restait enfoncé dans la plaie, ainsi que le teint du garçon qui virait au vert mauvâtre.
    Bordeeeeeel ! Il s'est empoisonné avec une de ses propres fioles ! J'y crois pas ! Ooooooh ! De la Canne ! Réveillez-vous ! Réveillez-vous !
    La colère avait disparu, la panique prenait le pas. Et dire qu'elle ne savait aucun sort de soin et qu'elle n'avait aucun matériel de guérison. Et s'il mourait là, dans ses bras ? Masha'a ne voulait pas. Il ne devait pas. Pas de mort, pas encore, plus jamais. Elle ne voulait pas être responsable. Il devait vivre. Masha'a lui tapota les joues, lui remua le nez, en vain. Elle écouta sa respiration. Le rythme diminuait en mêm etemps que le poul. Un éclair lui traversa l'esprit : Masha'a, sombre idiote, ce que tu ne peux faire, demande-le à d'autres.
    - A l'aai...
    - Bonté divine ! Que s'est-il passé ici ? Oh ! Mais il va y passer ! Attendez ! Rasmus était reparti aussi vite qu'il était apparu. Le chat se glissa dans la pièce, visiblement satisfait. Quelques secondes plus tard, l'aubergiste réapparaissait, des fioles à la main. Il en saisit une, remplie d'un liquide lourd et mauve qu'il versa dans la bouche du mourant, tenue grande ouverte par Masha'a, en lui pinçant le nez. Il releva aussitôt le buste de ce dernier en lui massant vigoureusement le dos. Il ne fallut pas longtemps pour que le jeune homme se remettre à remuer. Soudain, il ouvrit la bouche et lâcha une bouillasse immonde suivie de toussotements bruyants. Rasmus poussa un petit cri de joie. Masha'a sourit, heureuse : encore une fois la malédiction venait d'être contrée. Sire de la Canne était sauvé !


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  17. #17
    Sire de la Canne Invités
    Quête : Vol d'une relique

    Huf kof kof kof. Ahhh.... Qu'est ce qu'il y a dans ce truc... Je suis sûr que ça réveillerait un mort tellement c'est immonde.

    Ces chaleureux remerciements terminés, Sire de la Canne sentit son centre d'équilibre vaciller mais il ne sombra pas de nouveau dans l'inconscience. C'est après quelques instants que la dernière chose qu'il avait faite lui revint en mémoire.

    Au fait Masha'a. Votre blessure. Il va falloir la rincer sinon elle ne cicatrisera pas.

    A ce moment, il voulu de nouveau se lever mais sa jambe restait en souffrance. Elle lui fit donc se souvenir qu'elle avait subit quelques dégâts. Wouha!! Rasmus et Masha'a le rattrapèrent avant qu'il ne s'étale pour la troisième fois.

    Je vous remercie. J'y suis peut-être allé un peu brutalement tout à l'heure. Mais bon, tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort. Je dois donc être beaucoup plus fort qu'avant...

    Il termina sa phrase sur un grand sourire qu'il adressa à Masha'a. Elle aussi devait être plus forte...

  18. #18
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    Quête Vol d'une relique

    Masha'a n'appréciait pas du tout, mais alors pas du tout la dernière remarque du jeune insousciant. Elle trouvait sa désinvolture incroyable ! Elle voulut serrer les poings mais cela lui arracha un cri de douleur. Cela ne fit que décupler sa rage :
    Merci pour votre sollicitude, messire. J'ai fort apprécié votre attention acide à mon égard. Et je vous sens en effet plus fort pour des bévues encore plus tonitruantes ! Non mais ! Vous avez failli nous tuer et tout ce que vous trouver à dire c'est : "Je dois donc être beaucoup plus fort qu'avant" ! La prochaine fois, taisez-vous et soignez vos dégâaaaahaah Elle ne put terminer, son épaule lui arrachant un cri de douleur. Rasmus se tourna vers elle :
    Par tous les dieux de Toril, mais vous êtes salement amochée ! Montrez-moi cette épaule. AVant de vous donner la potion, va falloir que je vous enlève toutes ces échardes, sinon votre peau va garder de bien laides cicatrices. Et cette main ? Que lui est-il arrivé ? Rasmus comprit alors l'allusion de Masha'a. Il venait d'apercevoir la fiole écrasée et la mare d'acide qui, heureusement, n'arrivait pas à attaquer le bois. Il se tourna vers Sire de la Canne :
    Mais vous êtes fou de vous balader avec des trucs pareils sans précaution ! QUand j'en aurai fini avec Madame, venez me voir, j'ai une sacoche spéciale pour les potions à vous vendre ! Vous ne risquez pas de les briser ! Foi de Rasmus !
    L'aubergiste s'installa sur un tabouret et avec une petite pince, commença à retirer les épines. Cela fut long et parfois pénible pour la jeune femme qui ne décolérait pas. A plusieurs reprises, son compagnon voulut prendre la parole pour l'encourager. Un seul regard suffit à chaque fois pour le faire taire.

    Bientôt, les échardes furent retirées et le tavernier présenta une fiole de soins à la jeune femme. Sire de la Canne en avait déjà reçu une et sa blessure à la jambe s'en était trouvée soulagée mais non complètement guérie. Pour Masha'a, les plaies de l'épaule se résorbèrent et la douleur de la main disparut. Quelques cloches en moins, le membre restait encore fragile et abîmé. Rasmus fit un pansement avec un peu de crème et conseilla à la roublarde de laisser agir quelques jours avant de laver régulièrement le pansement le temps que les cicatrices disparaissent. Puis, lorsque tout fut terminé, il contempla la pièce :

    - Bon, je ne veux pas vous embêter mais cette pièce est dans un désordre !
    - Le locataire légitime en est responsable ! C'est lui qui a placé des pièges. Et... Borall en sera lui aussi mécontent. Masha'a insista sur sa dernière phrase et le visage de l'aubergiste vira à la déconfiture, comme lors de leur arrivée. Néanmoins, prenant son courage à deux mains, il insista :
    - Soit. Mais qui va payer les potions et soins que je vous ai administrés ? C'est que c'est pas du matériel bon marché, ça !
    - Aaah ! Mais vous avez raison cher monsieur. Là, vous avez droit à être remboursé. Et je ne vois qu'une personne pour ce faire.fit-elle en fixant Sire de la Canne et en affichant un sourire goguenard. Le jeune homme voulut protester. TTTTT. Messire, ce qui vous allège vous rend plus fort. Ne décevez pas ce brave homme. Cela nuirait à la réputation de notre capitaine, l'impétueux Borall.
    Pris au piège, Sire de la Canne n'avait plus beaucoup d'autres alternatives que de mettre la main à la bourse.


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  19. #19
    Sire de la Canne Invités
    Quête : Vol d'une relique

    Pourquoi s'énervait-elle comme ça? Elle avait mal, soit, mais ce n'était pas une raison pour s'en prendre ainsi à son pauvre compagnon qui avait frôlé la mort de plus prêt qu'elle de toute façon. Après tout, il avait été au coeur de l'explosion et il avait aussi été empoisonné. Et il ne s'était pas plaint, lui. D'accords. L'acide ça picote un peu. Mais bon, un petit coup de tissu pour enlever le plus gros et après ça ne fait plus que chatouiller.

    Mais quoi qu'il en soit, elle était visiblement en colère, et le seul moyen de calmer une femme en colère c'est de lui dire "oui" à tout et d'attendre que ça passe. Pour l'acquiescement, il était mal parti mais il pouvait encore se rattraper. Et à propos de l'attente... Elle ne faisait sans doute que commencer.

    Il fallait donc payer ce brave Rasmus. Le marchand et le tavernier entamèrent donc un marchandage qui eut le don d'énerver Masha'a. S'il était possible de l'énerver plus qu'elle ne l'était déjà... Mais le résultat fut plutôt satisfaisant. Le prix pour les potions de soin et l'antidote fut fixé à 350 pièces d'or avec la fameuse sacoche en prime. Lorsqu'il se retourna avec un large sourire, le visage de Masha'a (ou plutôt son regard) lui fit comprendre qu'il ferait mieux d'effacer cette expression joyeuse de son visage.

    A ce moment, et sans raison apparente, il fut pris d'un fou rire particulièrement gênant dans cette situation. Imaginant rapidement ce qui se passerait si Masha'a venait à comprendre ce qui lui arrivait, il se retourna rapidement et entraîna Rasmus en-dehors de la chambre. Le tavernier comprit rapidement en voyant le marchand s'effondrer dans un rire silencieux. Il voulut bien l'aider mais Sire de la Canne lui fit des signes de la main lui indiquant qu'il devait retourner dans la chambre.

    Chambre dans laquelle Masha'a, toujours prostrée à terre, commençait à se demander ce qui se passait dehors.


    Ne vous inquiétez pas. Il a du aller régler quelque chose au comptoir. Il sera de retour dans quelques instants (enfin j'espère).

    Tout ce qu'il voulait pour le moment, maintenant qu'il avait été payé, était de ne plus être là si la roublarde venait à découvrir où était réellement Sire de la Canne et se qu'il faisait.

  20. #20
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    Quête Vol d'une relique

    (HRP : c'est le 2e fou rire dans ce RP ! Cela devient contagieux :happy

    Masha'a fixa le vieil aubergiste. Un instant passa qui parut une éternité pour lui. Elle le dardait de ses yeux verts et il n'osait imaginer quelles terribles tempêtes se déchaînaient derrière. Puis, brusquement, la jeune femme se détendit et un grand sourire illumina son visage.
    Mon bon Rasmus, vous nous avez tirés d'un bien mauvais pas. Je vous en remercie encore, du plus profond de mon coeur. Et ces mots firent bondir le coeur de l'aubergiste qui, bien que marqué par le temps, n'en restait pas moins homme. Je ne veux pas vous déranger plus longtemps, je suis sûre que vos clients doivent s'impatienter. Mais n'oubliez pas ! Chhhhht. Elle posa délicatement un doigt sur ses lèvres. Rasmus resta pantois. Puis, se reprenant, il bafouilla un petit mot d'excuse et se retira.

    Restée seule, Masha'a referma la porte. Sire de la Canne était toujours dehors et elle se moquait bien de savoir pourquoi. Elle allait maintenant chercher tout indice susceptible de faire progresser l'enquête. Mais avant cela, il lui fallait s'assurer que plus aucune mauvaise surprise ne demeurait dans les deux pièces. Elle s'attaqua donc à la détection de tout piège ou de toute cache potentielle. Le mobilier était sobre et la tâche ne s'avérait pas immense. Masha'a avait déjà visité de la sorte des appartements bien plus grands et bien plus cossus !


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  21. #21
    Sire de la Canne Invités
    Quête : Vol d'une relique

    (HRP : Je me suis mis à rire pendant que j'écrivais. J'ai voulu le retranscrire)

    Sire de la Canne s'était calmé. Il était en train de se demander s'il valait mieux qu'il retourne dans la chambre maintenant ou bien qu'il attende dehors encore un peu. Dans un cas comme dans l'autre, il aurait sans doute droit à quelques remarques acerbes de la part de Masha'a. Mais bon. Il y était mentalement préparé.

    Il décida de retourner dans la chambre malgré ce qui l'attendait. a l'intérieur, il vit Masha'a qui était en train d'observer un tableau avec une attention toute particulière. Il la regarda faire quelques seconde puis lui dit qu'il n'y aurait sans doute pas deux pièges à la suite. Elle sursauta. Trop concentrée sans doute. Néanmoins, elle répondit, grinçante, qu'elle n'avait pas confiance en ses statistiques.

    Il décida donc de sortir sans lui demander s'il pouvait se rendre util car il avait une idée de la réponse. En fait, il en avait deux. Une polie et une autre un peu plus grossière mais plus probable. Une fois dehors, il entrepris de transférer ses affaires de son vieux sac vers le nouveau tout en surveillant le couloir au cas où.

  22. #22
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    626
    Quête : Vol d'une Relique

    Masha'a était donc restée seule dans la chambre du faux prêtre. Supporter une minute de plus Sire de la Canne aurait été au dessus de ses forces, et une crise de nerfs aurait pu dégénérer en incantation de quelques sorts.

    A présent, ce qu'elle voulait par dessus tout, c'était d'éviter un nouveau piège. Son passé de roublarde refit surface, et Masha'a commença à détecter les pièges. Puis, se rappelant de la glyphe, elle incanta une détection de la magie.

    Toute la pièce fut passée au peigne fin. Elle inspecta chaque tableau, afin de détecter un éventuel piège, puis, ce fut au tour de tous les meubles de la pièce. Finalement, sa détection eu du bon, puisqu'elle découvrit un piège, sur la bibliothèque. Elle décida de le laisser pour l'instant, afin de se concentrer sur la chambre à coucher.

    Dans celle-ci, rien de mirobolant, pas un piège, et pas d'effets personnels. Apparemment, le faux prêtre avait pris ses affaires pour aller ailleurs. Allait-il revenir ? Seul Helm le savait.

    Masha'a retourna dans la salle, et s'attela à désamorcer le piège de la bibliothèque. A ce moment là, un miaulement se fit entendre dans son dos. Le "chat" était de retour.
    Masha'a prit le chat dans ses bras. Les ronrons du matou succédèrent au caresse de la maîtresse, façon pour l'aventurière de remercier le greffier de sa précieuse aide. Celui-ci semblait parler avec ses yeux, et c'est comme-ci Masha'a comprenait tout ce que le "chat" avait à lui dire.

    La roublarde reposa le matou sur le sol et s'attela de nouveau au piège de la bibliothèque. C'est alors qu'une vision la saisit. Masha'a se retrouva dans la seconde au sol, prise de violente convulsion. Des cris rauques semblaient s'échapper de la commisure de ses lèvres, tandis qu'un mince filet de salive perlait sur le sol.


    [Un homme donne ses ordres et se réjouit de la surprise qu'il prépare à ceux qu'il a roulé. -Rouge- Des morts par milliers sur une plaine. -Rouge- Villes à feu et à sangs]

    Dans un dernier cri, Masha'a sombra dans l'inconscience.

  23. #23
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    Quête : Vol d'une relique

    - Maîtresse ! Maîtresse ! Réveillez-vous ! Maîtresse ? Arf ! Arf ! Vont arriver ! Pitié maîtresse ! Debout ! Pitiiiiiééééé !
    - Hein ?... Qu.. quoi ? Emergeant du brouillard, Masha'a se releva péniblement. Sa tête était lourde, si lourde. Elle semblait sortie d'un profond sommeil. Un somme ? Non ! Des images lui revinrent, des visions cauchemardesques. Des visions. Un homme ricanant, le visage à moitié caché par l'ombre. Elle frémit. Des morts par centaines, des glaives dégoulinant de sang et des explosions au milieu de masses humaines. L'horreur lui donnait la nausée. Des villes ravagées, des femmes et des enfants battus, empalés, massacrés. C'en était trop ! Masha'a sentit un haut le coeur et elle eut juste le temps de se pencher sur le côté pour libérer ses voies digestives.

    Peu après, elle se sentit soulagée et, curieusement, l'esprit plus clair. Ces visions étaient les plus horribles qu'elle ait jamais eues. Les plus terrifiantes. Les plus réalistes aussi. Trop de détails, trop de précision et de justesse. Elle se rendit compte qu'une des villes entrevues était Manost. L'image de certains édifices aperçus en vrai collait parfaitement à certaines ruines qui brûlaient dans son esprit. Par Toril ! Cela signifie-t-il que... ? Un miaulement attira son attention. A côté de Grka, le chat attendait, sagement assis. Masha'a ne sut si elle devait se réjouir de le voir là. Bien qu'il lui ait sauvé la vie ou la mise à plusieurs reprises, elle sentit poindre en elle un vent de panique en sa présence. Ce chat qui n'en était pas un était synonyme de danger ! Cette pensée ne dura qu'un instant avant de refluer. Elle n'eut pas le temps de s'y arrêter. Le gobelin revenait à l'assaut et lui tirait les bras :

    - Debout maîtresse ! Debout ! Il sont là ! Il est là !
    - Qui ? Qui ? Parle, Grka !
    - Lui ! Homme panthère !
    - Masha'a ! Masha'a !Bom ! Bom ! OUvrez cette porte ! Masha'a ! Saiko était derrière la porte et frappait avec sa vigueur coutumière. L'ensorceleuse entendit d'autres voix derrière dont celle de Sire de la Canne. Visiblement, ils étaient inquiets. Elle comprit également pourquoi ils n'arrivaient pas à entrer : une chaise avait été placée de manière à bloquer solidement la poignée. Masha'a se tourna vers Grka. Le gobelin prit un air plein de fierté :
    - Mon idée à moi ! Bien, non ? Non ? Pas bien ? Le gobelin avait tout de suite saisi l'irritation dans le regard de l'humaine. Mais celle-ci se radoucit. Grâce à lui, ils ne la surprenaient pas dans son état d'après-vision.
    - Non, tu as bien fait Grka. File te cacher maintenant. Soit, mais où ? Les meubles étaient peu nombreux. L'armoire semblait être la seule issue. Masha'a y plaça Grka, bien en bas, sous la dernière étagère, hors du regard d'un homme debout qui ouvrirait les portes. Priant que cela suffirait et sachant qu'elle allait devoir focaliser l'attention des nouveaux venus, elle dégagea l'entrée et ouvrit la porte. Saiko faillit trébucher, emporté par l'élan.
    - Tiens ! On ne vous attendait plus ! Entrez, entrez. Vous n'allez pas moisir sur le palier.
    Le regard empli de colère, Saiko pénétra dans la pièce, suivi de Shinook qui garda un air impassible et de Sire de la Canne, visiblement inquiet à propos de la jeune femme.
    - Pourquoi avoir fermé cette porte ?
    - De la Canne ne vous l'a pas dit ? Je voulais avoir la paix ! Après ses maladresses, il valait mieux que j'aie la paix pour inspecter les lieux.
    - Que... qu'est-ce que c'est ? Vous avez été malade ? fit Shinook en désignant la flaque nauséabonde formée quelques minutes plus tôt.
    - Une dernière conséquence de l'incident qui nous a frappés par hasard, Sire de la Canne et moi. Mais laissons cela. Je suis heureuse de vous voir sains et saufs ici. Où est votre collègue ?
    - Il a été rapatrié à Manost. Nous avons été attaqués par des orcs et il a été grièvement touché.
    - Vous m'en voyez sincèrement désolée. J'espère qu'il s'en sortira. Mais il nous faut avancer malgré tout. Le résultat de mes recherches pointilleuses est qu'en dehors de la bibliothèque, il n'y a rien. J'ai fouillé minutieusement chaque recoin en vain. Par contre, la bibliothèque a été piégée. Ce qui signifie qu'elle cache quelque chose. Il nous faut lever le piège et nous pourrons mettre la main sur ce que nous cherchons. Masha'a avait parlé en essayant de capter l'attention des 3 hommes et s'était approchée de la bibliothèque qu'elle désignait par des gestes amples. Restait à espérer que cela suffirait. Et puis, ne disait-elle pas la vérité ?


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  24. #24
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    626
    Quête : Vol d'une Relique

    Masha'a retourna s'atteler au piège. Si cette bibliothèque était piégée, c'est qu'il devait y avoir quelque chose d'important. Tout du moins, c'est ce que pensait les 4 aventuriers qui se seraient dans la pièce.

    Masha'a se concentra. Le piège était basique, mais avec un prêtre déchu, on ne savait jamais à quoi s'attendre. Preuve en était du glyphe de garde qui avait faillit venir à bout d'eux. La jeune femme était encore un peu sous le choc de sa récente vision, mais il fallait qu'elle chasse les derniers relents de celle-ci pour rester sur son unique objectif.

    De longues secondes, voire même des minutes passèrent. Soudain, un bruit caractéristique se fit entendre. Le piège était désamorcé, et rien n'avait sauté. Les trois hommes sautèrent dans les bras l'un de l'autre, sautant par-ci et par là, au risque de tout casser, voire de tomber dans le trou béant. D'ailleurs, Masha'a pria pour que ça arrive, mais non, ils se calmèrent.

    Soudain, un bruit de furie se fit entendre. Dans leur petite danse, les joyeux drilles n'avaient pas vu la queue dans chat qui traînait là, observant les évènements. Et quelqu'un marcha sur la queue de celui-ci. Telle une furie, le chat bondit en tous sens, sous le coup de la douleur. Il se rua directement sur la bibliothèque.

    Une fois calmé, les quatre aventuriers virent l'étendu des dégâts. Quelque livre était répandu par terre. Mais l'un d'eux attira l'attention rapidement. Une feuille semblait dépasser de celui-ci.

    Masha'a qui était la plus proche la ramassa et l'examina attentivement.


    141.122.154.213-271.253
    -237.311.285.336.175.252.334.544.426
    -521.843.754.743.174.465-1023.5210.539.712.913
    -971.953.755.623-1131.1112-1523.1622.1851-1523.1712.1654.1452
    -2716.2856.3059.2638.3212.4026.4183.4415.4652.652.721.123

  25. #25
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Lyon - Chamonix
    Messages
    1 348
    Tous ces numéros donnaient le vertige à Saiko qui voyait flou maintenant.

    - Allons bon ! Un code secret ! C'est vrai ils auraient pu nous laisser un mot pour nous souhaiter la bienvenue et nous dire de nous servir dans le garde-manger, mais non... Un piège, et un code.

    Bon allez, est-ce qu'il y a un intellectuel dans la salle ?


    Il faisait une nette allusion au fait que Masha'a qui tenait le papier n'en était pas une, d'après lui.
    Il n'y a ni bien ni mal, ni honneur ni amour, ordre et chaos sont les seules polarités de notre univers.

  26. #26
    Sire de la Canne Invités
    Quête : Vol d'une relique

    Uff! Ce code ci semblait bien plus compliqué à l'esprit de Sire de la Canne. Autant le dernier lui avait semblé particulièrement simple, autant celui ci ne lui inspirait pas la moindre idée.

    Cette fois-ci, je crains que vous ne deviez vous passez de moi. J'ai bien pensé à une ou deux possibilités, mais elles ne mènent à rien. J'espère que quelqu'un aura un éclair de génie.

    Il se prépara mentalement à recevoir une remarque désobligeant de Masha'a qui, n'ayant sûrement pas encore décoléré, se ferait sans doute un plaisir infini de sauter sur l'occasion.

  27. #27
    Date d'inscription
    May 2004
    Localisation
    Angers
    Messages
    1 102
    Vol d'une relique

    Shinook, voyant les chiffres, nota qu'ils étaient regroupés par 3 ou 4 seulement. Comment pouvait-on y déchiffrer quelque chose ? Peut-être était-ce une opération "subtile" à résoudre pour trouver un nombre, ou un code secret qui cacherait un simple mot...


  28. #28
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    Quête Vol d'une relique

    Masha'a, elle, ne disait rien. Elle n'avait même pas relevé la pique de Saiko ni l'embarras de Sire de la Canne. Une fois dépassé l'étonnement de découvrir un tel code en un tel endroit, son goût pour les défis avait pris le dessus. Elle réfléchissait intensément.

    Plusieurs possibilités s'offraient à elle :
    - soit, comme disait Shinook, il fallait combiner chaqe trio ou quatuor de nombres en une suite d'opérations pour obtenir un chiffre indiquant une lettre. Mais dans ce cas, pourquoi 3 puis 4 chiffres ? Un tel code réclamerait d'avoir toujours soit un trio, soit un quatuor de nombres avec toujours les mêmes opérations à faire.
    - soit, il fallait se détacher de la suite telle que présentée. Pourquoi ne pas prendre les nombres entre tiraits et les aligner non plus en lignes mais en colonnes. On obtiendrait des séquences variables qu'il s'agirait ensuite de traiter :
    Ainsi, 141.122.154.213-271.253 devenait :
    1112* * 22
    4251* * 75
    1243* * 13
    Mais là encore, problème : pourquoi des séries de longueurs différentes ?
    Soit, et c'était là un coup bizarre, chaque nombre représentait une lettre et il fallait, pour la retrouver, faire défiler l'alphabet aussi souvent que nécessaire.
    Ainsi, 141 équivalant à 5*26+11, on aurait là la 11e lettre de l'alphabet, soit un K
    Mais là encore, elle obtenait un 1er mot qui était
    KRXE
    Bref, rien de bien compréhensible.

    Cela énervait Masha'a. Assurément, la découverte du code allait prendre du temps. Et cela, elle ne l'appréciait pas du tout. Elle se tourna vers ses compagnons :

    Bon. Je crois qu'on va devoir se casser la tête ! Mais autant le faire ailleurs qu'ici, au cas où notre bonhomme revient. Fouillons encore une dernière fois la bibliothèque pour vérifier que rien ni aucun ouvrage ne cache ni d'autres indices ni le code de ce papier. par exemple, quel est le livre d'où vient le code ?
    Elle ramassa l'ouvrage et le regarda d'un oeil suspect...


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  29. #29
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Lyon - Chamonix
    Messages
    1 348
    - C'est vrai que ce code à l'air suffisemment complexe pour qu'il soit pratiquement impossible de le déchiffrer sans une clé ou autre... J'éspère que tu trouveras quelquechose dans ce bouquin.

    On peut peut-être imaginer que chaque groupe de chiffres représente une lettre, et que chaque point sépare deux lettres, et qu'un tiret sépare deux mot. Mais alors pourquoi certaines lettres seraient codées par 4 chiffres et d'autres par trois ? Pourquoi les "lettres" à 4 chiffres du dernier mot se situeraient entre 2000 et 5000 alors qu'une seule lettre du 4e mot dépasse 5000 ?
    Il n'y a ni bien ni mal, ni honneur ni amour, ordre et chaos sont les seules polarités de notre univers.

  30. #30
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    Quête Vol d'une relique

    Masha'a acquiesça. Ce que Saiko venait d'exprimer constituait le noeud du problème. Pourquoi des séries de 4 chiffres ? Et de surcroît, pourquoi des groupes comportant des séries de 4 ET de 3 chiffres ? La disposition (les trios en fin du groupe) semblait accréditer l'idée de réorganiser les chiffres en colonnes. On obtiendrait un tableau avec 4 lignes dont la dernière serait plus courte que les précédentes. Mais cela ne lui disait rien quant à comment lire ce type de tableau !

    Bref, on tournait en rond. Masha'a se repencha sur le livre tout en invitant ses collègues à fouiller la bibliothèque.

    Mais faisons cela maintenant avant de remettre la pièce en ordre et de nous retirer. Si notre lascar arrive, cela pourrait nous faciliter la tâche !


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

Page 1 sur 4 123 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Lieu] Cojum
    Par Kasumi dans le forum Les Côtes du Sud
    Réponses: 839
    Dernier message: 07/03/2016, 21h07
  2. [Lieu] La rue des Chapeliers
    Par Kasumi dans le forum La Place du Temple
    Réponses: 48
    Dernier message: 29/06/2015, 00h46
  3. [Lieu] La rue des bateleurs
    Par Folken dans le forum Les Arcades
    Réponses: 20
    Dernier message: 07/07/2010, 21h28
  4. [Lieu] Aghoralis
    Par Morgon dans le forum Les Plaines du Centre
    Réponses: 41
    Dernier message: 17/11/2006, 14h25
  5. [Lieu-dit] Le Pic du Dragon
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 1
    Dernier message: 27/07/2004, 12h16

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231