Page 2 sur 4 PremièrePremière 1234 DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 115

Discussion: [Lieu-dit] La chaloupe Echouée...

  1. #31
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    626
    Quête : Vol d'une Relique

    Remettre la pièce en ordre, certes, ils rangèrent la bibliothèque et les affaires tombées au sol. Mais pour le trou laissé par le glyphe de garde, ils ne pouvaient rien faire. Enfin, ils firent tout ce qu'ils purent pour le masquer à la vue de visiteur éventuel. Cela tromperait quiconque ne connaissait pas la pièce, mais si le prêtre renégat venait à se rendre dans sa chambre, il était peu probable qu'il ne voit rien.

    Masha'a ramassa le livre. Sur la couverture était inscrite en lettres dorées <span style=\'color:yellow\'>Histoire de la Côte des Dragons</span>. La roublarde feuilleta le livre à la recherche d'un indice, mais rien ne lui sauta aux yeux. Pas une seule note, pas un seul feuillet lui permettant de trouver le code. Elle referma le livre en un claquement ferme.

    Les autres compagnons passèrent la chambre au crible, mais rien, pas une seule note. La cheminée ne contenait aucune cendre, la poubelle aucun papier. Et vu que le ménage était fait régulièrement et que les déchets servaient à alimenter le foyer de la Taverne, la moindre note avait disparu depuis longtemps.

    Les quatre aventuriers sortirent de la chambre et se retrouvèrent sur le palier.

  2. #32
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    Quête Vol d'une relique

    Les compagnons étaient arrivés au rez-de-chaussée. Ils s'attablèrent et commandèrent à manger. Rasmus s'empressa de les servir, non sans jeter un coup d'oeil curieux à l'homme panthère et au garde manostien. Puis, ses yeux tombèrent sur Masha'a et il se retira en bredouillant.

    La jeune femme contemplait la note. Elle tournait le problème dans tous les sens. Elle se rappela les leçons de son vieux maître de l'ombre, Rough, qui, de temps en temps, lui soumettait des devinettes. La voix du vieux briscard traversa les années et les voiles du souvenir :
    Le premier outil du professionnel de l'ombre, Masha'a, le premier outil. Ce n'est pas le trousseau de clés ou le sort de détection, noooon. Le premier d'entre tous, c'est la caboche ! Et tu verras bien assez vite que pour passer à travers les mailles les plus serrées, cette bonne vieille caboche peut s'avérer décisive.
    Et il lui enjoignait de résoudre des énigmes qu'il avait lui-même rencontrées dans un bureau de notable, ou au fond d'une crypte oubliée.

    Se concentrer, chercher. Elle n'avait jamais rien vu de pareil. Cette suite de chiffres était étonnante.
    D'abord, elle dut constater qu'il y avait des suites de 3 et de 4 chiffres, parfois dans un même groupe (entre deux traits). Ensuite, elle releva que tous ces nombres n'apparaissaient qu'une fois chacun, à l'exception curieuse du nombre 1523.

    Elle tenta diverses approches même les pistes suggérées à Shinook quelques minutes plus tôt. En vain ! Elle chercha du côté des liens entre les différents nombres, en explorant la différence entre chacun. Aucune lumière non plus de ce côté là. Elle les réécrivit dans un autre ordre, bernique ! C'en était énervant ! Fulminant, elle finit par taper la feuille sur la table et se jeter en arrière sur sa chaise en lâchant un :

    Marre à la fin ! Et de s'enfermer dans un mutisme morose. Les autres se regardèrent mais n'osèrent pas intervenir.

    Masha'a repensa à Rough, aux soirées passées avec cet homme qui, bien avant Fédor, avait offert un abri et l'affection que les prêtres d'Ilmater avaient tant négligée. Oui, il y avait ses devinettes, mais aussi, les nuits de repos, ces soirées à rester assis tous deux en silence au coin du feu. Rough fumait la pipe, dégageant en volutes un parfum âcre d'herbes d'Eauprofonde. Masha'a se remémora cette odeur caractéristique qu'elle avait appris à affectionner. Une vague de mélancolie lui étreignit le coeur avant de se retirer doucement, ne laissant que des lambeaux. Masha'a ferma les yeux. Il y avait ces histoires aussi, celle tragique et complexe du Temps des Troubles, celle plus drôlatique du troubadour envoûté du Duc de Baldur, celle flamboyante de Drizzt et de son adversaire... Mieux valait taire son nom. Rough connaissait tant d'histoires ! Cet homme un peu malingre et à la vue déclinante, derrière ses frusques miteuses et ses gants troués, était une encyclopédie vivante. Il savait des histoires d'Eauprofonde, de Padhiver ou du Grand Nord, de la Côte des Epées mais aussi de l'Amn, de la Côte des Dragons et même l'une ou l'autre sombre légende du pays des mages rouges de Thay !

    Un instant. Retour en arrière, relance... La côte des Dragons. C'était une région bien connue de Féerune. Mais que faisait un tel ouvrage dans la bibliothèque d'un assassin en mission au fin fond de Dorrandin, à mille milles de Féerune ? Masha'a ouvrit les yeux. Pauvre idiote ! Elle cherchait la clé, mais elle était passée entre ses mains !
    Elle asséna un nouveau coup sur la table en se relevant d'un bond, faisant sursauter ses camarades :

    Bon sang ! C'est impossible d'être aussi bête !
    Elle se leva et se précipita à l'étage, manquant cogner l'aubergiste qui passait les mains chargées de verres de cervoise. Elle redescendit quelques instants plus tard, un livre à la main. Elle rejoignit sa table et se rassit en laissant tomber le livre au milieu d'eux.
    - La côte des dragons ! Quelle idée d'avoir un tel bouquin ici ! A moins que ce ne soit la clé du code !Seul Saiko semblait comprendre :
    - La clé ? Dans ce livre ? De quelle manière ? Les chiffres renverraient à des éléments du livre ?
    - Exactement. Du style : le premier ou les deux premiers chiffres renvoient à la page, le reste soit à la lettre dans la page ou au mot. Reste à tester l'hypothèse.
    Masha'a se sentit soudain moins sûre d'elle. Et si elle se trompait ? Il n'y avait qu'un moyen de le savoir. Elle tendit le code à Saiko, lui demandant de lui dicter les nombres, et saisit l'ouvrage avec détermination.

    HRP : Bien, Hugues, après nous avoir fait chercher tout le WE (et j'ai sollicité plusieurs copains pour trouver, en vain), voici une piste sérieuse, confirmée par ton dernier post. Quel est le verdict ?


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  3. #33
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Lyon - Chamonix
    Messages
    1 348
    Saiko fut impressioné par la vivacité d'esprit de Masha'a. Il allait se dire "elle est vraiment dangereuse" mais il chassa cette idée paranoïaque de sa tête pour favoriser le brainstorming. Le temps était à la coopération, et il fallait mettre ses inimitiés de côté, surtout Saiko qui était surement le seul à en avoir.

    L'idée était excellente. Pourquoi la note se trouvait précisément dans ce livre ? Parcequ'il y avait un lien entre les deux... Ce lien donnait un sens évident aux numéros qui pouvaient parfaitement représenter des pages.


    - Combien y'a-t-il de pages dans ce vieux bouquin ?

    La réponse indiquerait sûrement le nombre de chiffres à considérer pour trouver un numéro de page à fouiller.
    Il n'y a ni bien ni mal, ni honneur ni amour, ordre et chaos sont les seules polarités de notre univers.

  4. #34
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    Quête Vol d'une relique

    Masha'a compulsa l'ouvrage. Elle tomba sur la dernière page, celle qui résumait l'ouvrage en quelques paragraphes, sans doute une idée du copiste pour satisfaire les lecteurs les plus impatients. Cette page la chiffonnait car elle semblait marquée de très légères traces d'encre. Se penchant, elle eut l'impression de découvrir des bouts d'empreintes, comme si quelqu'un avait tenu la feuille d'un doigt tout en écrivant. Elle compara l'encre des traces avec celle de la note. Bingo ! C'était là une expression employée par Fédor chaque fois qu'il réussissait un nouveau sort. Elle ne lui avait jamais demandé d'où venait ce mot étrange mais celui-ci s'était imposé à elle en cet instant où la conviction l'emporta. Elle compta le nombre de lignes sous les titres et... Re-bingo ! Il y en avait 52. Or, le plus grand nombre du code commençait justement par un 52.

    En d'autres termes, pour résumer, le code devait être conçu de la manière suivante : chaque nombre devait être divisé en 3 parts. La 1ère de 1 ou 2 chiffres selon qu'on traitait un multiple de 100 ou 1000, devait renvoyer à la ligne. La seconde part, d'un seul chiffre, devait indiquer le rang du mot dans la ligne. Enfin, la dernière part, un seul chiffre également, devait obligatoirement indiquer la place de la lettre visée. Cette théorie, Masha'a l'appliqua aussitôt. tandis que Saiko dictait les nombres, elle repérait les lettres et Sire de la Canne, qui avait exhibé une plume, un encrier et un petit rouleau de parchemin - un vrai magasin ambulant ce jeune homme - s'appliquait à noter le résultat. Shinook, lui, regardait ses compères en riant sous cape.

    Au bout de quelques minutes, ils obtinrent ce résultat :

    L.I.E.U-D.E
    -R.E.N.U.O.N.V.R.U
    -C.H.A.N.G.E-A.S.L.E.R
    -P.U.I.T-D.U-P.A.L-P.O.U.R
    -I.A.S.T.R.U.C.T.I.O.N.S
    Sire de la Canne lut le message à haute voix. Cela démarrait bien avant de partir en vrille. Shinook éclata de rire. Masha'a fronça les sourcils. Elle saisit la feuille des mains du marchand qui n'osa réagir, craignant visiblement un nouvel accès de colère. Elle regarda, compara avec la feuille et soudain, éclatat de rire à son tour.
    Ahahaha! Mais c'est limpide ! Hihihi ! Les conspirateurs sont parfois trop pressés ! Tout en parlant, elle saisit la plume et fit quelques corrections :
    L.I.E.U-D.E
    -R.E.N.C.O.N.T.R.E
    -C.H.A.N.G.E-A.L.L.E.R
    -P.U.I.T-D.U-P.A.L-P.O.U.R
    -I.N.S.T.R.U.C.T.I.O.N.S
    Cela était évidemment plus clair. Masha'a prit même le temps de corriger le code :
    141.122.154.213.271.253
    -237.311.285.326.175.252.324.544.422
    -521.843.754.743.174.465-1023.5213.539.712.913
    -971.953.755.623-1131.112-1523.1622.1851-1523.1712.1654.1452
    -2716.2857.3059.2638.3212.4026.4183.4415.4652.652.721.123
    Très fière d'elle, elle exhiba le code. Les hommes la regardèrent, un peu surpris de tant d'orgueil, mais la situation était cocasse et l'hilarité devint générale. Masha'a se sentait au fond d'elle rassurée. Oui, même les conspirateurs les plus dangereux pouvaient se tromper. Et c'était là un signe encourageant. Malgré les multiples morts
    qui avaient jalonné leur enquête, et les pièges qui avaient failli les tuer, il y avait là pour la première fois un signe, même dérisoire, que la partie n'était pas encore jouée, qu'ils pouvaient changer certaines choses et peut-être, mettre un terme à la menace qui pesait sur Manost et les siens.

    Un autre élément réchauffait le coeur de l'ensorceleuse : pour la première fois, leur groupe se soudait un peu et les barrières s'abaissaient. C'était là une nécessité. Divisés, ils couraient à l'échec.

    Après quelques minutes passées à se fendre les zygomatiques, les compagnons reprient un peu de leur sérieux. Ils avaient un nouvel objectif : le puit du pal. La jeune rousse réfléchit un instant avant de lancer :

    Quelqu'un sait où cela se trouve ?


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  5. #35
    Date d'inscription
    May 2004
    Localisation
    Angers
    Messages
    1 102
    Vol d'une relique

    Shinook se sentait un peu ridicule, car il n'avait pas franchement était décisif dans la découverte du code. Il s'en excusa simplement au près de ses compagnons, par un simple rougissement et un regard un peu honteux.

    - Bien joué ! Mais je en connais pas cet endroit, malheureusement... Il faudrait déjà savoir s'il s'agi d'une ville, une région, ou une simple taverne par exemple, ce serait un bon poitn de recherche.


  6. #36
    Sire de la Canne Invités
    Vol d'une relique

    Le message était enfin décodé. Cela n'av<ait pas été facile, mais si les aventuriers l'avait pris par le bonbout dès le début, ça aurait été plus vite. Mais bon, maintenant, il fallait encore trouver où ce puit du pal.

    Je n'ai jamais entendu parler d'un endroit portant ce nom. Mais je pense que vu le nom, il y a des chances pour que ça soit plus près de Mélandis que Luménis. Si vous voyez ce que je veux dire.

  7. #37
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    Quête Vol d'une relique

    Masha'a sentit le frisson d'effroi qui suintait de ce nom. Mélandis. Elle l'avait déjà entendu une ou deux fois par les marins de Manost qui remerciaient le ciel que cette ville de réputation maléfique soit située au coeur des terres continentales. Si le Puits du Pal se trouvait là-bas, l'expédition s'annoncerait une nouvelle fois périlleuse. Néanmoins, elle se demandait si cela était bien le cas. Car en fait, pourquoi l'assassin était-il venu s'établir ici ?

    Elle se leva et alla aborder Rasmus qui rinçait quelques verres avec une loque aussi âgée que lui. L'aubergiste semblait une nouvelle fois gêné. Masha'a usa de l'avantage qu'elle avait gagné sur lui pour récolter deux informations :
    1. si le Puits du Pal était un endroit connu de lui,
    2. quelles avaient été les allées et venues de l'occupant de la chambre 5...


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  8. #38
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    626
    Quête : Vol d'une Relique

    Rasmus vit arriver avec anxiété la jeune femme. Il se doutait qu'elle allait encore lui poser des questions, et que s'il ne répondait pas, ça allait être sa fête. Déjà que sa plus belle chambre était dans un état lamentable.
    Serrant la loque qui lui servait de torchons, Rasmus blêmit un peu plus à l'énoncé de la première question.


    "Le… Le Puit du Pal. Tout le monde connaît cet endroit. C'est un lieu maudit, on y célébrait des sacrifices à Gargauth dans l'ancien temps. Aujourd'hui, c'est hanté, enfin, c'est ce que racontent les voyageurs et les aventuriers qui ont osé s'aventurer dans ce lieu étrange. Et beaucoup ne reviennent pas. Mais si vous voulez vraiment vous y rendre, vous le trouverez dans le Bosquet des Pierres.
    Quant aux allées et venues de votre "ami", je ne serais trop quoi vous dire, il partait souvent très tôt le matin et rentrait tard le soir. On ne faisait pas spécialement attention à lui, il savait se montrer discret et se faire oublier."

    Rasmus avait les mains blanches à force d'entortiller autour de ses doigts la loque. Le stress et l'angoisse reprenant le dessus. Il avait hâte que ces quatre aventuriers aillent ailleurs. Et s'ils pouvaient rester au puit du pal, il ne s'en porterait que mieux.


  9. #39
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Lyon - Chamonix
    Messages
    1 348
    [Quête : Vol de la Relique]

    - Et allons bon ! Encore un lieu maudit ! Enfin, si le Puits du Pal est aussi fidèle à sa réputation que l'est la Chaloupe Echouée, nous ne risquons pas grand chose... hin hin hin

    Certains des clients regardèrent l'homme panthère d'un air sombre. Ils n'appréciaient sûrement pas qu'on se moque de leurs légendes. Saiko n'y croyait pas, ce devait être une vieille légende qu'on raconte aux étrangers pour ne pas qu'ils s'attardent...

    - Quoi qu'il en soit, je suis trop éreinté pour partir tout de suite. Je propose donc qu'on se retrouve demain quand le soleil sera au zenith, pour que chacun ait le temps de mettre à jour son inventaire. Qu'en pensez-vous ?

    Comme pour confirmer la proposition de Saiko, Shadji, qui se tenait sur l'épaule droite du rôdeur, émit un grand baillement, retroussant ses lèvres et découvrant ainsi de grandes canines blanches.
    Il n'y a ni bien ni mal, ni honneur ni amour, ordre et chaos sont les seules polarités de notre univers.

  10. #40
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    Quête Vol d'une relique

    Masha'a acquiesça. Elle avait été beaucoup trop éprouvée ces dernières heures que pour partir à nouveau sur les routes, qui plus est pour se jeter dans la gueule du loup !
    Elle proposa de louer donc deux chambres (hors de question qu'elle dorme dans la même pièce que tous ces mâles ! ), mais posa la question financière :

    - L'un d'entre vous a-t-il reçu des fonds pour couvrir les frais liés à notre mission ? Pour le moment, en ce qui me concerne, j'ai dépensé la moitié de mes très maigres réserves et... euh... je n'aurai pas assez pour payer une chambre ! Ici, le ton employé par Masha'a s'était curieusement fort adouci et la jeune femme semblait de plus en plus gênée. Pour éviter de regarder son assiette, elle jeta un coup d'oeil au dehors et aperçut le chat et un grand manteau glissant côte à côte vers quelque lieu moins dangereux. Elle sourit : lorsqu'elle éatit remontée chercher le livre, elle en avait profité pour libérer le gobelin et le faire s'échapper par une fenêtre, avec le chat. Elle ne craignait plus trop pour eux car ils avaient prouvé leur capacité à se débrouiller dans la nature. Comment ? Elle ne le savait pas, et peut-être valait-il mieux pas !

    Masha'a tourna son regard vers ses compagnons de table et attendit leur réponse avec un vague sourire aux lèvres.


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  11. #41
    Sire de la Canne Invités
    Quête : Vol d'une relique

    Il était vrai qu'une nuit de repos serait salutaire pour tout le monde. Et il y avait peut-être là le moyen de se faire pardonner par Masha'a pour les deux petits incidents de toute à l'heure.

    Personnellement, je n'ai pas reçu de fonds, mais je pense en avoir assez pour pouvoir me permettre de louer deux chambres différentes. Aussi, je vous propose que cela soit moi qui paye pour cette nuit. A moins que l'un de vous ait une objection de tout premier ordre à faire valoir pour m'en empêcher.

    Il sortit sa bourse et se prépara à aller voir Rasmus, étant certain que personne n'aurait envie de le contredire.

  12. #42
    Date d'inscription
    May 2004
    Localisation
    Angers
    Messages
    1 102
    Vol d'une relique

    Shinook avait payé plutôt le prix "excessif" que le prêtre lui fit payer à lui et à ses compagnons pour accéder à la salle où se trouvait la relique volée. Il ne contesta donc pas une telle proposition, d'autant plus qu'il commençait à tomber de sommeil, et il gardait encore quelques blessures du combat contre les Orques où ils s'en sortirent de justesse.

    - Bonne idée, j'ai besoin de repos. Nous aurons besoin de toute notre vigilance et de toutes nos forces pour continuer notre quête.


  13. #43
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages
    469
    Quête Vol d'une relique

    La messe était dite. Sire de la Canne obtint deux chambres, au grand plaisir de Rasmus, d'autant plus que le confort choisi augmentait son loyer ! Les compagnons s'installèrent, Masha'a dans sa chambre, les autres dans la leur. A l'abri des regards, la jeune femme accueillit ses deux petits compères d'aventure. Grka et le chat avaient écouté en silence le récit de la jeune femme sur le message secret. Une idée avait germé dans l'esprit de l'ensorceleuse :
    Grka, le puits du pal a été habité par des gobelins. A coup sûr, c'est un lieu que tu peux mieux connaître. Demain, pourquoi ne partiriez-vous pas en éclaireurs, repérer les lieux ? Lorsque nous arriverons, vous trouverez bien un moyen de me contacter, mmmh ?
    Le chat miaula, Grka acquiesça. Il voulut parler mais la fatigue le fit bâiller. Le chat se frotta à lui en ronronnant. Tous deux se blottirent l'un contre l'autre sur un coin du lit. Masha'a sourit devant cet étrange tableau. Elle se glissa derrière le paravent et se prépara.

    Les ablutions et exercices de détente laissèrent place au sommeil. Ainsi vint la nuit qui jeta sur eux le voile lourd pour fermer les yeux et un doux baiser pour atténuer les soupirs...

    Le lendemain matin, bien avant l'aube, deux petites ombres furtives se glissèrent d'une fenêtre, sautèrent au sol et disparurent entre les ruelles du hameau.

    Il fallut attendre le lever du soleil pour voir une activité prendre ses quartiers dans l'auberge. La cheminée s'était remise à fumer et une odeur de bonne tambouille envahissait la grande pièce. C'est là que les quatre humains se retrouvèrent. Les colères de la veille semblaient avoir disparu et ils se montraient soudés par la perspective d'affronter à nouveau ensemble un danger inconnu.

    Le repas terminé, ils rassemblèrent leurs affaires, allèrent éventuellement voir l'aubergiste pour compléter leur attirail et sortirent. Suivant les indications de Rasmus, visiblement soulagé de se débarrasser de ses importuns visiteurs, et même de les envoyer au diable, ils prirent la route du Puits du Pal.


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  14. #44
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    626
    Evènementiel

    La Chaloupe Echouée était étrangement silencieuse. L'heure tardive devait y être pour quelque chose et le seul bruit qui filtrait, tout du moins dans la salle, c'était la merveille gondienne, souvenir d'un lointain voyage en Lantan.
    Sur les tables, de nombreux mets non consommés attendent un hypothétique visiteur.
    Hypothétique, pas si sûr que ça, si on jette un œil à l'extérieur.

    La lande est désormais animée de nombreux mouvements. Ça et là, les herbes folles commencent à s'agiter et déjà de lointaines complaintes semblent parvenir d'on ne sait où. Les farfadets commencent à investir les lieux, et quiconque se baladera sur la lande aura à faire avec eux. Farces et autres entourloupes sont leur lot quotidien et dès qu'il y a une méchanceté à faire, ils sont les premiers sur le ponton.
    D'ailleurs, de nombreuses légendes racontent que des bateaux se sont échoués sur les côtes déchirées de Dorrandin à cause de farces de farfadets.

    Si on regarde vers la mer, c'est un autre spectacle qui est donné aux yeux inquisiteurs. Umberlie a décidé de relâcher ses prises, et voilà que voguent, moitié coulés moitié hors de l'eau, de nombreux navires fantômes. Sur le pont de ceux-ci, zombies, squelettes et autres morts vivants s'activent sous la magie de la Reine Garce. Les vieux loups de mer reconnaîtront sûrement quelques lointains navires et ceux qui ouvriront les livres de légendes et de contes pourront vous citer quelques noms.

    Ainsi le Reine des Iles, qui coula avec toute sa cargaison, après que de nombreux clients d'une taverne mélandienne entendirent le Capitaine dire qu'il ne craignait point Umberlie. On peut aussi apercevoir le Perle de Valkur, un splendide caboteur. Helm seul sait pourquoi il disparu soudainement.
    Enfin, le redoutable Fortuna semble fendre les flots. Ce vaisseau, redoutable navire pirate de son vivant, l'est encore plus maintenant qu'il travaille pour le compte de la Reine des Profondeurs. Son équipage de morts-vivants prélève régulièrement une obole sur les navires marchands.

    La Chaloupe Echouée n'est pas en reste. Tout du moins, toutes les toiles semblent reprendre soudainement vie. Ainsi, le Radeau de la Tarrasque semble vivre, et les marins agitent frénétiquement leurs fripes pour tenter d'attirer le navire au loin. Les marines de guerre semblent reprendre vie et les duels semblent réels. Quant aux vues de ports, elles semblent s'agiter, et les navires de pêche débarquent leurs cargaisons.

    Tout ça fait de cette nuit, une peu ordinaire soirée et de sacrés récits à raconter que bien peu croiront malheureusement.

  15. #45
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Cergy
    Messages
    16 669
    Quête : voleur inspiré

    Le quai, enfin ! La jetée, frêle et branlante avancée de la terre sur la mer sans fin. Le navire marchand fier et élancé en pleine mer et si pataud à manœuvrer dans le port portait assurément bien son nom de Goéland.

    La traversée avait été bien longue depuis Eauprofonde, en particulier pour un membre d’équipage qui arrêtait là son voyage. Dans une dernière embardée, le lourd vaisseau fut rapidement stabilisé par la foule des marins s’affairant sur les cordages et se préparant au débarquement d’une faible partie de la cargaison.

    Prenant à part le voyageur décidé à débarquer, la capitaine du navire lui déclara soudain :
    « Etes-vous sûr de vouloir nous quitter ? Vos services se sont avérés exemplaires quoiqu’en disent certains membres de mon équipage.
    - Je vous remercie mais mon voyage avec vous s’arrête ici comme il était convenu. Vos hommes seront certes moins mal à l’aise en me sachant détaché de votre service.
    - Cela dit, les marchandises que je prévois de livrer à Manost seront moins en sécurité sans un soldat comme vous parmi mon équipage.
    - Il n’y aura certainement plus de dangers d’ici à votre prochaine escale et vous savez bien que la vie de marin ne me convient pas. J’ai depuis trop longtemps quitté la terre ferme et ce n’est pas sur mer que je trouverais les réponses que je cherche.
    - Si c’est là ce que vous voulez…
    - Oui, ma décision est prise.
    - Fort bien, voici vos gages, je vous souhaite de trouver ce que vous êtes venu chercher, quoique cela puisse être. Vous trouverez une auberge à quelques minutes de marche vers l’ouest pour y passer la nuit. Je vous conseille de la gagner avant le crépuscule, des rumeurs font état de périls surnaturels dans les environs une fois le soleil couché.
    - Je ne suis pas superstitieux mais votre conseil me semble avisé. Encore une fois merci et au revoir.

    Le voyageur quitta alors lestement le pont du vaisseau pour rejoindre les marins occupés à entreposer les quelques caisses dans un entrepôt des docks.

    Le rôdeur laissa errer son regard perçant quelques instants sur les docks quelque peu isolés de cette partie du Golfe de l’Oubli. A part quelques constructions de fortune et une piste serpentant vers l’ouest, le paysage n’offrait que peu de perspectives.

    Suivant le conseil de la jeune capitaine, c’est vers ce chemin que se dirigèrent alors ses pas.

    La lumière déclinante du soir laissait peu à peu place aux ombres grandissantes quand il atteint enfin la porte de l’auberge. Passer la nuit dehors ne le gênait en rien et rester seul après ces mois de promiscuité avec les marins dans les relents de la cale aurait été son choix en d’autres circonstances. Les histoires de fantômes que les marins lui avaient servi la nuit précédente n’y étaient pour rien. Le demi elfe arrivait sur cette île sans destination ni repère précis et il lui fallait obtenir des informations. D’expérience, il savait que les tavernes étaient des lieux propices pour ce genre de choses. Les bruits festifs qui émanaient de la vieille bâtisse purent paraître attirantes à un voyageur isolé, mais Kasumi n’appréciait guère ces réunions tapageuses, leur préférant de loin le doux murmure de la nuit sylvestre, milieu dans lequel il avait passé la majeure partie de sa vie et où il se sentait le plus en paix.

    A son entrée dans la taverne étonnamment bondée pour un si petit village, il se dirigea d’emblée vers le comptoir évitant consciencieusement les tables des pêcheurs et villageois déjà enivrés si tôt dans la soirée.

    Ceux-ci jetèrent un rapide regard au nouvel arrivant vêtu de vert mais se désintéressèrent aussi vite de lui, se replongeant dans la contemplation de leurs chopes. Kasumi avait en effet appris à ne pas retenir l’attention, élément fondamental à sa discrétion tant en ville que dans la nature.

    Ne repérant aucun danger potentiel parmi les gens du cru, il arriva finalement devant l’aubergiste, se faufilant entre deux tabourets occupés par des ivrognes vraisemblablement habitués d’occuper les places les plus proches du pourvoyeur d’oubli.

    S’adressant au nouveau venu de sa voix grave, Rasmus Forbringin en profita pour détailler son futur client de l’œil exercé de celui qui sait juger des intentions des quelques aventuriers passant forcément par son établissement, le seul refuge des environs.

    « Les voyageurs armés comme vous l’êtes ne sont pas très courants par chez nous ces temps-ci, vous ne trouverez ici aucune querelle que vous n’auriez vous-même amené.
    - Je n’en doute pas et croyez bien que je n’ai nullement l’intention de m’en servir ici, je cherche simplement un lieu de repos pour ce soir et le privilège de goûter à vos victuailles, n’ayez crainte, j’ai de quoi payer.
    - Fort bien, vous avez fait le bon choix de ne pas arriver plus tard, la nuit est mortelle aux voyageurs par ici, aussi bien équipés soient-ils.
    - On m’a raconté les histoires de cette région, en effet.
    - Ce sont plus que des histoires mais je manque à tous mes devoirs, je suis Rasmus Forbringin, que puis-je pour vous servir ?
    - Enchanté, je me nomme Kasumi et comme je le disais, un plat chaud, une bière et une chambre pour la nuit me contenteraient.
    - Nous n’avons plus beaucoup de chambre de libre, j’en ai peur, si ce n’est des plus modestes.
    - Je n’en ai cure, la plus simple me conviendra.
    - Je vous apporte votre dîner dans quelques minutes, profitez-en pour vous installer à votre aise.

    S’installant à une table inoccupée dans un coin d’où il pourrait observer la grande salle, Kasumi en profita pour songer aux prochaines étapes de ses pérégrinations.
    Dernière modification par Kasumi ; 10/08/2007 à 14h25.
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  16. #46
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Cergy
    Messages
    16 669
    Quête : voleur inspiré

    [HRP : merci à Ombre pour avoir incarné mon gnome et m’avoir donné la réplique pour ce PNJ qui devrait faire des apparitions récurrentes dans mon RP]

    A peine s'était-il installé à la table qu'il s'était choisi dans un coin sombre de la pièce, que la porte s'ouvrit à nouveau. Kasumi crut un instant que personne n'était entré, puis il vit le haut d'un capuchon passer rapidement entre deux paysans braillards. Il s'agissait peut être d'un petit homme ou même d’un gnome. Alors que la silhouette trapue arrivait à la hauteur du comptoir - là où le rôdeur pouvait l'observer tout à loisir - un soûlard perdit l'équilibre en beuglant et tomba sur le nouvel arrivant, qui s'étala de tout son long. L'ivrogne fut ramassé par deux compagnons de beuverie et les trois s'éloignèrent du côté opposé de la taverne. Quand au gnome, car c’en était un, personne n'y prêta attention ; il mit un certain temps à se relever comme accablé par le choc. Autour de lui, la fête continuait ; comment se pouvait-il qu'il soit le seul à ressentir une quelconque empathie à son égard ?
    Enfin, après de longs efforts, le visiteur se releva, hissé sur la pointe des pieds, puis attira l'attention du tavernier qui se pencha et tendit son oreille afin de saisir ce qu'il souhaitait. Puis il se redressa, se retourna à moitié et beugla aux cuisines
    " Un plat du jour ! " avant de servir une bière.

    Le petit se dirigea ensuite directement vers le coin sombre où Kasumi s'était installé, et celui-ci espéra qu'il ne l'importunerait pas. Peine perdue.
    « Reste-t-il une place à votre table mon ami ?
    Avisant le gnome apparemment inoffensif :

    - Oui, bien sur, vous ne semblez pas être d’ici, mais je me trompe peut être ?

    Le gnome s’assit, l’air un brin mélancolique.
    - Non, je ne viens pas d’ici : je vis derrière le grand chêne à trois lieues vers le nord ; je viens de loin derrière la mer où la Lune et les étoiles se perdent.
    Ce gnome est frappé, il n’a visiblement plus toute sa tête, se dit alors Kasumi.
    - Vous êtes descendu du bateau, tout à l’heure, non ? Je vous ai vu débarquer du haut de la colline, là où l’on voit des fées certaines nuits d’automne.
    Ces dernières paroles éveillèrent les soupçons dans l’esprit de Kasumi, le simple fait de s’être intéressé à son arrivée suscitait sa défiance à l’égard de ce gnome visiblement non armé mais légèrement dérangeant dans ses manières affectées et son regard fuyant. Il regarda d’un œil maintenant méfiant l’individu vêtu d’une cape sombre et dissimulant son visage.
    Ce dernier remarqua la nervosité de son voisin de table qu’il prit le temps de détailler, l’air faussement désinvolte. Il avait vu débarquer l’étranger une heure plus tôt d’un navire marchand qui ne s’était guère attardé. Un rôdeur, à en juger par son équipement modeste à la fois fonctionnel et martial. Une armure de cuir pour le protéger sans affecter ses mouvements et des vêtements destinés à se fondre en forêt et pouvant être recouverts par son manteau vert. L’homme paraissait sans âge comme tous ceux qui possèdent du sang elfique. Cependant, sa carrure quasiment humaine, le désignait comme un sang mêlé, un demi elfe. Ses cheveux et son teint bleutés se fondaient partiellement dans les ombres de l’alcôve où il avait choisi de s’installer. Un poste d’observation autant en retrait que possible dans un lieu aussi peuplé que la Chaloupe Echouée. L’œil exercé du gnome faisait fi de cette obscurité et devina les caractéristiques désignant une ascendance elfe de lune. Il remarque sans peine les armes de son compagnon de table, que celui-ci avait consciencieusement laissé à portée de main pour décourager les téméraires.

    C’est ce moment que choisit Rasmus pour apporter son dîner aux deux voyageurs :
    « Voici votre commande ! C’est le meilleur ragoût de cette partie du monde, croyez-moi !
    - Merci à vous, répondit Kasumi.

    Le gnome, quant à lui, s’attaqua immédiatement à son dîner tout affairé à n’en laisser aucune miette. Au bout d’un moment lourd d’un silence gêné et n’y tenant plus, Kasumi tenta d’attirer l’attention de son ‘invité’ : « Vous disiez m’avoir observé à mon arrivée. »
    - Oh, n'ayez point d'inquiétude. Tant de gens passent par ici, chaque personne apporte une poussière de savoir, ses croyances et les lieux où elle a vécu. Tous les souvenirs forment un nuage de poussière dorée... magnifique... (ses yeux s'illuminèrent un bref instant, peut être un effet de la lumière ambiante ?) Vous passerez, d'autres arriveront, et ce que vous aurez apporté se mêlera au tourbillon doré.
    - Seriez-vous poète mon bon gnome ? Je n’ai point souvenir d’avoir croisé la route de bardes de votre espèce et pourtant elle fut longue et parsemée de rencontres
    - Moi, barde ? Oh, non... c'est une offense aux gens de talent, vous m'en voyez confus..., dit le gnome en ricanant.
    - Si je puis me permettre, vous semblez avoir bon appétit pour quelqu’un de si petite taille mais il est vrai que mon expérience m’a souvent démontré que la taille de l’estomac n’avait que peu de rapport avec celle de son propriétaire.
    Kasumi cherchait ainsi à obtenir une réaction et à dévoiler les intentions de cet étrange personnage.
    - Oui, c'est vrai... Je connaissais un ogre, loin d'ici, qui était tellement grand et gros... le plus gros de son clan. Un jour, ayant une faim de loup, il essaya de me manger, mais il eut à peine avalé ma botte que son estomac éclata sous la pression et il tomba, mort sur le coup. Vous avez une bien belle broche. Que représente-t-elle ?
    - (Evasivement) Un héritage sans valeur
    - Les héritages ont toujours de la valeur.

    Finissant sa bière, le gnome se leva alors de table et s’apprêtait déjà à repartir comme il était apparu subitement.
    Légèrement surpris par ce départ précipité, Kasumi l’interpella :

    - Au revoir, vous demanderais-je simplement où vous comptiez vous rendre de nuit, ne craignez-vous pas les histoires de fantômes des gens du cru ?
    - Poursuivre une douce chimère qui m'a ensorcelé, et cela jusqu'à l'extrême fin des terres.
    - Les errances du cœur vous mènent souvent à votre perte, méfiez-vous sur votre route, où qu’elle vous mène.
    Quelques minutes après le départ du gnome, Kasumi ne se souvenait déjà plus des détails de leur conversation. De quoi avaient-ils parlé ? Cela ne lui ressemblait pas de s’adresser à un inconnu de cette façon et encore moins d’oublier ce qu’il lui avait révélé. Etait-ce la fatigue due au voyage ou un manque de concentration ? Quoiqu’il en soit, il alla payer son dîner et récupérer la clé de sa chambre. Une nuit sur cette nouvelle terre devrait clarifier ses idées, il lui restait tant à décider.
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  17. #47
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Cergy
    Messages
    16 669
    Quête : voleur inspiré

    Sa première nuit à terre depuis bien trop longtemps ne lui apportait aucune quiétude. Il s’était rapidement assoupi mais de ce sommeil agité qui n’apporte que peu de repos. A la limite du réveil dans un état de semi conscience vaporeuse, il flottait au milieu d’un océan tourmenté.

    Il avait perdu une part de son identité, une nouvelle page de sa triste biographie s’écrivait à son insu. Ses sens étaient émoussés par une volonté défaillante, était-il victime de quelque sorcellerie ou la fatigue accumulée depuis trop longtemps réclamait-elle tout simplement son du ? Quelle qu’en soit la raison il ne se leva qu’au matin, alors qu’il était déjà presque trop tard, que la première scène s’était jouée se contentant de lui attribuer un rôle de figurant.

    Quel outrage lui avait réservé le destin ! Dire qu’il n’avait encore jamais été pris en défaut lors de ses tours de garde pour protéger des marchands ! Et pourtant, il n’aurait jamais du se sentir en sécurité dans un lieu peuplé d’hommes, alors que pour une fois, il n’avait à veiller que sur lui-même et ses maigres possessions.

    Car c’est bien ce qu’il n’avait pas su protéger : un voleur était parvenu à lui arracher son bien le plus précieux. Il savait ce qu’il cherchait, il n’avait pas même tenté de s’emparer de son or. Une bourse convenablement garnie n’avait pas valu le risque de se faire surprendre contrairement à son précieux héritage. Le dernier souvenir de sa mère, le symbole de ce qu’il incarnait, de ce qu’il portait en lui, son fermoir de cape, l’objet maudit dont il était le gardien, un propriétaire temporaire tout en bas de la longue liste de ses aïeux.

    Il ne perdit pas de temps à le chercher dans sa chambre, il sentait curieusement son absence comme une part de vide en lui et une culpabilité croissante de ne pas assurer son devoir de protecteur. Cet objet, mis entre de mauvaises mains pouvait libérer l’abomination qu’il contenait. Une abomination qui s’était volontairement enfermée dans l’antichambre du plan primaire et attendait un défaut de vigilance du porteur de sa prison volontaire. Comment le voleur avait-il su, alors que de grands thaumaturges n’avaient pas même détecté le potentiel magique de cet objet ? Etait-il possible que celui-ci ait été guidé par un simple hasard, n’y voyant qu’une babiole clinquante facilement négociable avec quelque collectionneur ?

    Toutes ces questions méritaient des réponses mais pas au détriment du temps laissé au cambrioleur pour parfaire sa fuite. Il ne songea même pas à demander un quelconque dédommagement à l’aubergiste qui ne pourrait rien pour compenser la perte qu’il venait de subir, la perte d’un objet dont il valait mieux ne pas dévoiler l’importance. C’est dans ses propres capacités que résidait sa meilleure chance de remettre la main sur le scélérat. Il s’affaira donc à chercher les indices qui lui révèleraient la piste empruntée par l’indélicat qui devrait bientôt s’expliquer de son geste.
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  18. #48
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Cergy
    Messages
    16 669
    Quête : voleur inspiré

    Kasumi était à présent parfaitement éveillé, la fatigue accumulée pendant le voyage mise de côté comme en tous les instants critiques de son existence. Les réflexions se bousculaient dans son esprit toutes tendues vers un seul but : retrouver son fermoir avant qu’il n’arrive quelque malheur.

    Par où commencer ? Il fallait avant tout garder la tête froide et les idées claires : paniquer ne servirait qu’à laisser un peu plus d’avance au voleur. Qui pouvait avoir commis ce cambriolage ? Pas n’importe quel voleur de passage, c’était évident. On ne lui avait dérobé qu’un objet et sa bourse était intacte tout comme le restant de son équipement. Le voleur cherchait précisément ce bijou. Pourquoi ? Il avait une valeur certaine mais pourquoi ne pas s’en prendre à son or si le voleur comptait seulement sur un bénéfice d’ordre monétaire ? Ce n’était pas la bonne question : il fallait plutôt se demander qui avait pu préméditer le vol de cet objet. Ce ne pouvait matériellement pas être un des marins du Goéland duquel il avait débarqué seul la veille. Ils faisaient tous route vers Manost à son bord, il s’en était assuré en restant un moment sur les quais pour voir repartir le lourd navire marchand et son équipage.

    Le plus probable était que le voleur ait été présent la veille au soir, à la taverne. Ressassant sa soirée, Kasumi se souvint avec quelque difficulté s’être entretenu avec un étranger. Le souvenir de cette entrevue semblait fuir, animé d’une volonté propre, avide d’échapper au regard inquisiteur de la raison.

    [HRP : non, Kasumi n’a aucunement abusé de boisson dangereuse pour la santé et surtout pour la mémoire et qui ont la fâcheuse tendance à donner mal au crâne, une fois le matin venu : le gnome avec lequel il a parlé la veille a utilisé la compétence « Insipidité » qui lui permet de se faire ‘oublier’ (au moins partiellement) de ceux avec lesquels il a interagit.]

    Luttant avec toute la force de sa concentration, Kasumi parvint à se rappeler d’un petit personnage qui avait éveillé sa méfiance mais il ne savait plus pour quelle raison. Le petit personnage s’exprimait bizarrement, mais ce n’était pas cela qui l’avait interloqué, c’était le fait qu’il se soit intéressé à son arrivée ! Pourquoi alors qu’il tenait une piste sérieuse, ne parvenait-il à fixer son attention sur le suspect ? L’homme était petit, il s’en souvenait car il s’était assis en face de lui. Les petites gens n’étaient pas si rares, pourquoi ce détail l’interpellait tant ? Faisant le vide par rapport à son environnement, comme il avait appris à le faire lors de son entraînement forestier, Kasumi se concentra spécialement sur l’étranger de son souvenir. Après plusieurs essais infructueux qui ne firent ressurgir que des visages qu’il avait rencontré bien avant son arrivée sur l’île, il parvient enfin à visualiser un bref instant la scène de la veille : un gnome lui parlait mais les mots n’avaient aucun sens, les gestes insolites, le décor composé de fumée dansante. Un gnome ! Kasumi sortit de sa transe. Les gnomes n’étaient pas si fréquents surtout loin de l’île de Lantan. Peut-être l’aubergiste s’en souviendrait-il ?

    Kasumi réunit en hâte son sac et son matériel et revêtit son armure avant de descendre dans la salle commune de l’auberge.

    Arrivé en bas des escaliers, il s’aperçut que la salle commune était totalement déserte en cette heure très matinale. Au moins, n’avait-il pas dormi tard et restait-il quelque espoir de rattraper le fuyard avant la fin de ce nouveau jour. Il lui fallait cependant trouver l’aubergiste. Il décida de tenter sa chance dehors, il ne devait pas être loin et avec un peu de chance, cela lui offrirait de nouveaux indices.

    Dehors, l’air froid du matin lui donna une nouvelle vigueur, la rosée perlait déjà sur la verdure environnante, et la sérénité d’un nouveau jour encore vierge des clameurs des badauds suffisait presque à lui faire oublier son angoisse. Faisant le tour du bâtiment, il commença son inspection des empreintes récentes : devant la porte le chassé-croisé des pas des clients de l’établissement qui se chevauchaient en tous sens ne lui fournirait aucune indication. En revanche, il s’intéressa aux traces présentes autour des appendices du bâtiment principal. Allant et venant de l’écurie, il avisa au milieu de traces humaines, celles plus petites et moins profondes appartenant logiquement à une personne de petite taille. Il était peu probable qu’un gnome puisse monter un cheval mais il y avait là quelques traces, remontant à quelques heures à peine, de sabots plus petits que la normale. L’animal était ferré et il devait visiblement s’agir d’un poney.

    L’aubergiste pourrait le renseigner quant au propriétaire de l’animal qui avait passé au moins une partie de la nuit précédente dans la grange. Il s’en retourna donc à l’intérieur pour réveiller le tenancier.

    En rentrant, il vit que celui-ci s’était enfin levé pour préparer le service du matin. Se tournant vers son client, un air bourru peint sur le visage, l’aubergiste le salua sans chaleur particulière : « bonjour, vous êtes bien matinal, que puis-je faire pour vous ?
    - Bonjour à vous ! Vous pouvez assurément m’aider : vous souvenez-vous d’un gnome ayant parlé avec moi hier soir ?
    - Un gnome dîtes-vous ? La dernière fois que nous en avons vu un par ici remonte à plusieurs mois.
    - En êtes-vous certain ? Peut être ne l’avez-vous pas remarqué avec le monde d’hier ?
    - Ne m’insultez pas, je ne suis peut être plus aussi jeune que vous mais cela ne vous autorise pas à remettre en cause ma mémoire !
    - Ne vous méprenez pas, je n’ai nullement l’intention de vous manquer de respect mais ce gnome a semble-t-il un pouvoir étrange : moi-même, je peine à m’en souvenir précisément.
    - Vous voyez ? C’est bien votre mémoire qui défaille et non la mienne, je ne me souviens pourtant pas vous avoir servi plus d’une bière hier soir.
    - Cette discussion ne nous mène à rien. Si vous ne vous en souvenez pas, peut être avez-vous des registres de votre clientèle ?
    - Je ne note pas la description de tous les clients passant boire un verre et même alors qu’est-ce qui vous fais croire que je vous laisserais consulter mes registres.
    - Parce que je cherche à retrouver la personne qui m’a volé un objet de valeur dans *votre* auberge pas plus tard que cette nuit !
    - (Sentant la tension monter et peu désireux de se voir réclamer un dédommagement) Je suis désolé pour vous, mais je ne peux vous le rembourser si c’est là où vous voulez en venir. Et puis d’abord, je n’ai que votre parole…
    - Je ne vous réclame rien, l’objet en question n’a qu’une valeur sentimentale, j’apprécierai cependant votre aide dans cette affaire.
    - Très bien, comment puis-je vous aider en ce cas ? Je ne me souviens d’aucun gnome, je vous le répète.
    - Peut être notez-vous le nom des personnes qui louent des chambres ou même qui vous confient leur monture ?
    - Oui, en effet. Recherchez-vous quelque chose de précis à part un gnome invisible ?
    - Nous verrons bien quand nous l’aurons trouvé.

    Après avoir passé en revue la liste des clients de la veille, l’aubergiste se retourna vers Kasumi :

    - Désolé, je n’ai aucun gnome dans les occupants des chambres, je n’ai guère que deux petites personnes mais il s’agit de marchands de passage et ils ne sont guère sortis de leur chambre hier soir.
    - En passant devant votre écurie, j’ai vu les traces d’un poney, pourriez-vous m’indiquer à qui il appartenait ?
    - Un poney, oui c’est ici regardez : son propriétaire a loué une stalle pour la nuit mais il ne désirait pas de chambre. J’ai supposé qu’il avait peu de moyens et souhaitait dormir avec son animal après avoir pris son dîner.
    - Qui était-il ?
    - Un gnome qui…
    - Un gnome ? Vous m’aviez dit ne pas en avoir vu depuis des mois !
    - En effet, je…ne comprends pas, je ne me souviens pas de lui et pourtant j’ai noté sa description : je n’ai pas noté son nom, c’est très curieux : je n’y manque jamais d’ordinaire.
    - Ne cherchez pas plus, c’est mon voleur, le doute n’est plus permis. A-t-il réglé sa note ?
    - Oui, il a payé d’avance. Curieux pour un voleur présumé vous ne trouvez pas ?
    - Merci de votre aide. Je dois le rattraper. Ce gnome n'est pas un voleur ordinaire.
    - Prenez ceci ! dit-il en fourrant dans un sac des restes froids de la veille Cela vous évitera de perdre du temps à chasser ce soir et c’est un maigre dédommagement pour le manque de sécurité de mon auberge. Bonne chance !
    - Vous n’y êtes pour rien mais je vous remercie, au revoir.

    Kasumi avait maintenant une piste fraîche à suivre, et surtout un but à court terme, voilà qui devrait parvenir à le distraire des interrogations qui s’étaient égrenées durant la traversée sur le Goéland. Devait-il se réjouir de ce « répit » accordé bien malgré lui ? Il avait obtenu la coopération de l’aubergiste mais serait-il aussi bien accueilli là où il devrait aller pour poursuivre le gnome chapardeur ?

    Vers la Cordillière du Faucon
    Dernière modification par Kasumi ; 10/08/2007 à 14h38.
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  19. #49
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Cergy
    Messages
    16 669
    One shot : A bon port

    Un homme d’une quarantaine d’année et vêtu d’une très seyante tunique violette fit une entrée aussi discrète que possible dans la Chaloupe Echouée qui ne comptait que six clients déjà passablement avinés malgré l’heure très matinale. L’homme, aussi sec qu’une brindille s’approcha du comptoir sans même jeter un regard aux autres clients.
    Avisant le tavernier, il le salua très courtoisement mais sans aucune chaleur ni quelconque émotion. D’ailleurs il semblait à voir son visage, que les émotions telles que la joie, la peur ou le rire avaient du faire des détours sur les chemins de la vie pour éviter de croiser son chemin même de loin.

    - Bonjour, ce sera une chambre pour plusieurs nuits. Pourriez-vous afficher cela derrière votre comptoir s’il vous plaît ?

    Ce faisant et n’attendant pas la réponse du tavernier, il lui tendit une petite bourse contenant de l’or ainsi qu’une petite affiche comportant ces mots calligraphiés soigneusement :

    « Cherche aventuriers propres sur eux et aguerris pour mission de recherche.
    La compagnie « Déménagements Sanfrette, la cote du port » a besoin de vos compétences pour retrouver les effets personnels de la Comtesse Grätchen « égarés » pendant l’acheminement vers son nouveau manoir des Terres Désolées. Récompense et renommée à la mesure de la tâche. Avantages sociaux nombreux !!

    Demandez Monsieur Lacuillère. »

    - Je suis un homme occupé aussi vais-je vous demander de ne pas me déranger sauf pour affaire concernant cet annonce. Merci d’avance.

    Prenant la clé que lui tendait le tavernier, il emprunta les escaliers menant à sa chambre. Se contentant de hausser les épaules, le tennacier retourna à ses occupations, il avait l’habitude des gens parfois peu causant mais il ne leur en tenait pas rigueur tant qu’ils payaient leur note.
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  20. #50
    Timo Invités

    Oui [Lieu-dit] La chaloupe Echouée...

    Le tavernier astiquait depuis plusieurs minutes le même verre. Donner l'impression d'être occupé constituait une technique imparable pour trier la clientèle. Une voix haut perchée s'adressa a lui :
    - Bonjour.
    L'homme stoppa net son mouvement. Il regarda le comptoir l'air étonné. Personne. Il se remis a astiquer plus consciencieusement que jamais. Décidément, les années ne lui réussissaient pas...
    -C'est quoi ici?
    Le tavernier, perplexe s'arrêta. Il posa son verre et s'avança prudemment vers le comptoir.
    -Qui va là? Lançât-il au risque de paraître ridicule.
    -Je m'appelle Timo.
    Le tavernier regarda vers le sol et resta bouche-bée.
    -On n'accepte pas les enfants ici!
    Un enfant d'environ cinq ans se tenait au comptoir sur la pointe des pieds. Habillé simplement, il portait juste une petite cape de voyage usée et ses chausses semblaient trouées.
    - Mais j'ais cinq ans et demi moi. Je suis presqu'un homme. C'est papa qui l'a dit.
    -comment tu es arrivé jusqu'ici toi?
    Une telle situation ne s'était jamais présentée dans son auberge. Que pouvait-il faire dans un tels cas.
    - Ou sont tes parents?
    - y sont morts et papi voulait que je découvre le monde.
    Pauvre gosse. Pour découvrir le monde, il le découvre. On dirait qu'il n'a pas mangé depuis plusieurs jours.
    -Bon, mais où tu vas comme ça?
    -Je cherche une nouvelle maman.
    Le tavernier sortit une assiette qu'il posât sur le comptoir. Après tout, lui aussi avait eu faim.
    Après avoir sorti des couverts et un verre, il se dirigeât vers une table au fond de la salle et appellât l'enfant.
    -Viens ici, je te sers à manger. 0n verra ce qu'on fait de toi à la fermeture.
    Les grands yeux de l'enfant se mirent à briller à la vue du plat.
    -Mange, je retourne travailler.
    Il retournât à son comptoir et se remis à astiquer son verre qui attendait.
    Dernière modification par Timo ; 16/09/2007 à 23h09.

  21. #51
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 598

    Re : [Lieu-dit] La chaloupe Echouée...

    Enfin le golfe de l'oubli. Dans une journée, elle serait à Manost. La mission s'était terminée avec succès. Normalement, Elissa lui laisserait quelques semaines de tranquillité. Un peu de temps libre ne lui ferait pas de mal. Enfin un peu de détente. Elle sourit en poussant la porte de l'auberge. Elle balaya la salle du regard. Il y avait bien les piliers de comptoir et quelques fêtards attablés mais il n'y avait pas l'ambiance du Loyal. Sa chère taverne lui manquait. On n'était nulle part mieux que chez soi.

    Il y avait du monde ce soir là. Désireuse de fuir la foule, elle s'était réfugiée dans le fond de la salle. Un petit garçon était attablé et mangeait avec appétit. Un petit garçon, tout seul au milieu de nulle part ... Depuis toujours, son instinct lui avait recommandé de se méfier des enfants. Des petits êtres imprévisibles toujours source de problème. Leodacya lui avait quelque peu fait revoir son jugement. Il n'en restait pas moins que les enfants des autres étaient à éviter absolument. Elle s'assit donc sur le tabouret le plus loin possible de lui et commença à manger en silence.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  22. #52
    Timo Invités

    Très content Re : [Lieu-dit] La chaloupe Echouée...

    L'enfant repoussa son assiette, l'air repu.
    -bouf, plus faim moi.
    Il se mit à scruter la salle bruyante, mais aucun visage à proximité ne lui était familier. Il retourna vers l'aubergiste, et se mit à escalader un tabouret de bar. Ces grandes personnes ne voyaient que ce qu'elles avaient juste sous le nez. Arrivé sur son pied d'estale, il se mit debout, si bien que l'aubergiste ne vit dépasser que sa frimousse.
    -Tu m'as l'air un peu plus vaillant mon p'tit gars.
    -Vi, j'ais bien mangé moi.
    Un rot sonore vînt appuyer sa réponse.
    Tandis que l'homme continuait d'astiquer son verre, l'enfant se mit à dodeliner de la tête.
    -A cette heure-ci, tu devrais être au lit depuis longtemps... Retourne à ta table, je viendrais te réveiller à la fermeture.
    Trop fatigué pour refuser, Timo redescendi tant bien que mal de son tabouret. Il avança dans la grande salle et se rendi compte qu'il ne savait plus où était sa table. Après avoir tourné en rond un moment, il s'assit tout simplement là où il se trouvait. Levant la tête, il se rendît compte qu'une chaise se trouvait vide à sa droite, mais quelqu'un semblait se tenir à la table. Timide, mais décidé, il s'y assit et regarda en biais par dessus la table pour voir la réaction de son convive.
    Il eu juste le temps de voire qu'il s'agissait d'une très jolie dame avant qu'elle ne prenne la parole, visiblement pas si ravie.

  23. #53
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 598

    Re : [Lieu-dit] La chaloupe Echouée...

    Et voila que la petite chose le regardait. Il fallait toujours se méfier des petites choses. D'abord, elles faisaient tout pour vous sembler inoffensives, voire attachantes. Elles savaient y faire. Mais en cachette, elles préparaient leur coup. Toujours des coups sournois comme se mettre soudain à baver, mordre, vous hurler aux oreilles ou même vous marcher dessus. Il y avait même pire et même si le petit garçon avait l'air calme pour le moment, il n'était pas dit qu'il n'attaque pas une fois sa méfiance endormie.

    Elle fit donc attention de ne pas croiser son regard, de faire comme si elle n'avait pas vu qu'il la regardait. Mais les yeux du petit garçon ne la quittaient pas. Mauvais présage. Mieux valait il alors désamorcer la menace. Prenant son air le plus désagréable possible, elle lui demanda
    :

    "Et qu'est ce que tu me veux toi, petit bonhomme ?"
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  24. #54
    Date d'inscription
    February 2009
    Messages
    28

    Re : [Lieu-dit] La chaloupe Echouée...

    « Moi? Rien, madame. »

    Le gosse ne baissait pas les yeux pour autant.


    « Je cherchais une chaise. C'est le monsieur qui m'avait dit de me trouver un endroit où rester jusqu'à la fermeture. Et tu n'es pas pareille que les autres clients toi. Tu es plus jolie. Et plus gentille. »

    Il se trémoussa nerveusement sur sa chaise, pas bien décidé à bouger, là qu'il avait trouvé un endroit au calme.


    « Enfin, je crois... » D'une plus petite voix tout de même. Un tout petit peu intimidé quand même. Papi ne lui avait pas dit que les dames pouvaient faire des aussi gros yeux comme ça quand elles ne vous connaissaient pas. Même un tout petit peu.

  25. #55
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 598

    Re : [Lieu-dit] La chaloupe Echouée...

    Et voila qu'elle se sentait devenir rouge jusqu'aux oreilles. Non, elle n'était pas gentille, pas jolie. Et elle n'avait surtout pas envie qu'on le lui dise. Surtout pas un gamin esseulé au milieu d'on ne sait où. Ce genre de rencontres ne provoquaient que des ennuis.

    Et elle savait reconnaître une tentative d'approche quand elle en voyait une. Les gamins dans la rue savaient faire ça eux aussi. Un sourire pour faire baisser la garde. Et dès qu'on tourne la tête, une pomme pourrie qui vous rebondit sur la tête et fait tomber votre tricorne. Le pire avait été le moutard qui était monté en douce sur le bateau, s'était endormi entre deux cordages et réveillé par le roulis avait piaillé jusqu'à ce qu'on le repose à terre. Des coups de pieds aux fesses qui se perdent, ça oui.

    Ses pensées revinrent à tout vitesse rappelées par la voix du tavernier plutôt en colère.


    "Ah, je vois. Hé bien, vous ne manquez pas d'air"

    Elle fronça les sourcils.

    "Pardon ?
    - Si vous croyez qu'on me l'a jamais faite. Vous dites à votre moutard de se pointer tout seul, vous mangez et vous vous rejoignez après. Pour qu'un peu je sois assez gentil pour lui fournir une chambre et vous vous en tirez avec une chambre et un repas gratuit.
    - Je ne saisis pas. Vous pensez que ce ... gamin est mon fils ?"

    Althéa ouvrait des yeux ronds.

    "J'avoue que ça m'a assez surpris de le voir débarquer tout seul. Mais maintenant, je comprends mieux.
    - Mais voyons, vous n'avez qu'à lui demander. Il ne me connaît même pas. Et c'est pareil pour moi. N'est-ce pas ?"

    Leurs deux regards se tournèrent vers l'enfant.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  26. #56
    Date d'inscription
    February 2009
    Messages
    28

    Re : [Lieu-dit] La chaloupe Echouée...

    Le gosse n'eut pas le temps de formuler une réponse convenable aux regards inquisiteurs tournés dans sa direction; derrière le comptoir, un craquement sinistre se fit entendre. L'aubergiste se retourna progressivement, les épaules rentrées. Avec l'air de craindre le pire. A raison. La colère de l'instant précédent se mua une quelque chose qui s'apparentait à une panique incontrôlée à la vue du spectacle. L'étagère solide qui portait les futs de bière à la qualité variant d'un douteux à l'acceptable avait décidé de partir vers un autre monde. Quelque chose qu'on aurait pu appeler le paradis du bois de chauffe, par exemple. Au mépris de son contenant, qui roulait à bonne vitesse sur le parquet de la taverne.
    Et contrairement au bon sens qui souvent signifie qu'on arrête pas un troupeau en charge en s'interposant sur la trajectoire dedits animaux, la si solide porte d'entrée de la taverne de bois en apparence n'eut pas l'air d'apprécier quelques quintaux de barriques irrésistiblement attirées vers d'autres horizons par l'appel de la liberté -ou de la gravité comme diraient d'autres esprits chagrins.

    A en juger l'instant de silence attentiste qui précédait la réaction du propriétaire des lieux, l'affaire avait l'air sérieuse. Il ouvrit la bouche. La referma. La réouvrit. Et poursuivit son précieux bien en braillant, sous les rires des habitués des lieux.

  27. #57
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 598

    Re : [Lieu-dit] La chaloupe Echouée...

    Althéa avait ouvert des yeux ronds. Les tonneaux n'avaient pas pu se détacher tout seuls. Il y avait forcément eu quelque chose. Quelque chose de plutôt inattendu et magique. Oui, ça puait la magie à plein nez. Et le gamin. N'avait il pas regardé dans la direction des tonneaux ? Bizarre de chez bizarre.

    C'est ce qu'avait dû se dire le tavernier en revenant furibond dans la pièce. Pointant à la foi Althéa et Timo ou un être invisible derrière eux, il se mit à hurler.


    "C'est vous. Je vous ai repéré alors vous vous êtes vengés. Et vous avez de la chance que je ne vous fasse pas tout payer.
    - Mais voyons, hasarda-t-elle, comment aurions nous pu faire ça ? Je n'ai aucun pouvoir. Quant au petit ...
    - Oui, c'est ce qu'on dit. Comme vous disiez tout à l'heure que ce n'était pas votre lardon. D'ailleurs, je vois bien la ressemblance.
    - Mais quelle ressemblance ? Moi, je n'en vois aucune.
    - Parce que ça vous arrange pas. Mais baste, allez, sortez !
    - Sortir, maintenant ? Mais il va faire nuit dans une heure.
    - Je ne veux pas le savoir, allez vous en. Et emmenez votre gamin. Et si vous partez pas, je fais appeler le guet"

    Althéa se tourna de nouveau vers le gamin, dans l'espoir qu'il ajoute quelque chose. Qu'il se défende, s'insurge. Fasse n'importe quoi ... Enfin, dans la limite du raisonnable, tout de même !
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  28. #58
    Date d'inscription
    February 2009
    Messages
    28

    Re : [Lieu-dit] La chaloupe Echouée...

    On ne détrompait pas pas un adulte en colère. Surtout un gros aubergiste braillard comme ça. Oh, si des fois, ça pouvait être drôle. Mais là le tavernier ne le croirait surement pas. Enfin, il en avait pas envie. Et puis, il ne l'avait pas fait exprès, ça non! Comme si c'était de sa faute si l'auberge était toute vermoulue. Et il avait bien envie de leur montrer à ces deux zouaves, qui était le plus adulte des trois.

    La dame ne serait sans doute vraiment pas ravie. Mais elle ne l'était déjà pas. Puisque dormir ici devenait subitement impossible, autant la suivre un peu. Et elle avait l'air plus intelligente que ce balourd.

  29. #59
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 598

    Re : [Lieu-dit] La chaloupe Echouée...

    En un rien de temps qu'il le faut pour le dire, Althéa et l'enfant se retrouvèrent dehors. La jeune femme fulminait d'autant plus que l'obscurité commençait à gagner du terrain et que la neige recommençait à tomber. Si elle ne se dépêchait pas, elle allait devoir passer la nuit dehors. Avec le gamin par dessus le marché.

    Au début, elle ne souffla mot le temps de retrouver un semblant de calme, du moins pour ne pas se mettre à hurler quand elle lui adresserait la parole. Elle se dirigea machinalement vers l'écurie, le moutard sur ses talons. Là, elle l'attrapa sans douceur et le jucha tant bien que mal sur la croupe de son cheval


    *Et mince, je suis en train de l'embarquer*

    Cette pensée la fit stopper net et elle se tourna vers le gosse, furibonde.

    "Ecoute moi bien. Je veux que les choses soient claires entre nous. Tu vas me dire qui sont tes parents et où ils habitent. Je vais rester avec toi jusqu'à ce que je les retrouve. Mais après, je repartirai toute seule, d'accord ?"

    Elle considéra un moment cette petite tête blonde, ce visage si lisse ... Beurk, elle ne se laisserait pas attendrir.
    Dernière modification par Althéa ; 12/02/2009 à 16h20.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  30. #60
    Date d'inscription
    February 2009
    Messages
    28

    Re : [Lieu-dit] La chaloupe Echouée...

    « Mes parents sont morts et c'est pour ça que je voyage! »

    Il fallait bien finir par le dire. Oh, sinon, il aurait pu lui indiquer une direction au hasard, le temps qu'elle se calme. Mais sa réaction quand il aurait fallu lui apprendre la vérité n'aurait pas été très bonne.

    Il n'était peut être pas conseillé, à bien y réfléchir, de dire qu'il recherchait une nouvelle maman. Le dire au tavernier, était une chose. La dame était pas contente, et le prendrait peut être pas très bien. Et à vrai dire, il commençait à douter qu'elle puisse convenir. Tant pis, il continuerait donc à voyager comme papy lui avait dit de faire!

Page 2 sur 4 PremièrePremière 1234 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Lieu] Cojum
    Par Kasumi dans le forum Les Côtes du Sud
    Réponses: 839
    Dernier message: 07/03/2016, 21h07
  2. [Lieu] La rue des Chapeliers
    Par Kasumi dans le forum La Place du Temple
    Réponses: 48
    Dernier message: 29/06/2015, 00h46
  3. [Lieu] La rue des bateleurs
    Par Folken dans le forum Les Arcades
    Réponses: 20
    Dernier message: 07/07/2010, 21h28
  4. [Lieu] Aghoralis
    Par Morgon dans le forum Les Plaines du Centre
    Réponses: 41
    Dernier message: 17/11/2006, 14h25
  5. [Lieu-dit] Le Pic du Dragon
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 1
    Dernier message: 27/07/2004, 12h16

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230