Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: [Bâtiment] La Demeure du Juge Kanter

  1. #1
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    dans le brouillard
    Messages
    27 400

    [Bâtiment] La Demeure du Juge Kanter

    Quête: L'invasion des ombres.

    La demeure du juge Kanter était une imposante bâtisse blanche, dressant une demi-douzaine de pignons sur le ciel azur. Des balcons romantiques surplombaient un jardin spartiate, dont la fontaine était silencieuse. Des corbeaux trottinaient déjà sur les allées de gravier sombre, narguant les gardes en faction, qui tentaient de les chasser sans réelle conviction. Une fenêtre était ouverte à l’étage et Galathée vit distinctement un oiseau s’y engouffrer.

    Pendant tout le trajet, elle s’était préparée au pire. Tous les témoignages impliquaient le barde, ou ce qu’il en restait, dans le massacre de cette famille. Artwin lui-même avait confirmé. Mais Galathée ne pouvait pas le croire. Que fou, blessé, confus, il s’attaque à un fantôme sur le champ de bataille, même son fantôme, était une chose. Qu’il torture systématiquement des personnes sans défenses en était une autre. Un pas qu’elle n’était pas prête à franchir.
    Elle poussa le portail, remonta le sentier, la tête haute, déterminée.

    « Vous êtes vraiment sûre que vous voulez entrer là-dedans ? » répéta le plus jeune des gardes, après qu’elle lui ait exposé sa requête.
    « Elle est givrée. » fit le second, prenant un corbeau indifférent à partie.
    « Faudra pas venir pleurer après. » dit un troisième en bâillant.
    Ils ne la retinrent pas lorsqu’elle poussa la porte.

    Le premier corps qu’elle trouva était celui d’un serviteur. Il avait été proprement frappé d’un coup d’épée à la jointure entre le cou et l’épaule, et son sang avait maculé le marbre blanc de l’entrée, bavant sur un tapis calimshite d’élégante facture et sur le bois précieux d’une commode sculptée. Plus loin, une jeune femme en livrée était affalée contre les premières marches de l’escalier, la nuque tordue à un angle peu naturel. Elle avait des marques violacées sur la gorge et Galathée toucha la sienne, comprenant aisément ce qu’il s’était produit. Ses yeux fixes, vitreux, regardaient par l’embrasure d’une porte, vers les cuisines. La rôdeuse la poussa de l’épaule, révélant trois cadavres supplémentaires, dont celui de la fameuse Amélie qu’avait mentionnée Madame Ogg.
    Au total, sur deux étages, elle découvrit douze corps de serviteurs, dont certains portaient les stigmates explicites de l’esclavage. C’était peu pour une maison de cette taille, et elle en déduisit qu’une partie avait réussi à s’enfuir, s’ils n’avaient pas déserté plus tôt, en apprenant le revers de Nwalk. Toutes les victimes avaient été tuées avec violence, mais aucune avec une cruauté gratuite ou réfléchie. On les avait cependant traquées jusqu’à la dernière, en témoignait le corps recroquevillé d’un petit valet égorgé au plus profond du garde-manger, une femme de chambre étranglée à l’intérieur même d’une grande armoire à vêtements ou un palefrenier à peine sorti de l’enfance mort dans la stalle d’un étalon arrogant qui, de terreur, l’avait réduit en charpie. Galathée libéra le cheval qu’elle envoya exorciser sa nuit dans le jardin désert.
    Bien sûr, il manquait la famille du juge, sa femme, ses trois filles, ses deux fils.
    Elle gravit une dernière volée d’escaliers, nota des signes de lutte dans le couloir, marcha sans hésiter jusqu’à une porte entrouverte, qui claquait doucement sous l’effet d’un courant d’air. Une flaque sombre s’étendait sur les lattes du plancher, suintant dans l’embrasure, signe annonciateur du massacre.

    Mais Galathée n’était pas préparée à ce qu’elle découvrit. Elle avança de quelques pas dans la chambre, s’arrêta derrière le fauteuil du juge, posa deux mains sur le dossier et ferma les yeux. Le silence, les ténèbres, son absence d’odorat, lui permirent un instant d’échapper à cette vision, de se soustraire à ce que Kanter n’avait pu repousser, témoin impuissant d’un spectacle monté tout spécialement pour lui, par quelqu’un qui n’avait qu’un but, et un but peu honorable. Curieusement, cela lui rappela la peste qui avait frappé le cheptel de son village, et l’affliction de ceux qui, comme elle, devaient arpenter le charnier. Elle se remémora les stratégies qu’ils avaient mises au point pour ne pas se laisser submerger par l’horreur, respira lentement, profondément, songea que les morts étaient morts, libérés, à présent, malgré la souffrance, qu’ils étaient partis, qu’ils avaient trouvé le repos. Les vivants devaient faire face. Elle attendit que sa respiration se fut stabilisée, son coeur calmé, que la tension soit retombée dans ses muscles, avant de rouvrir lentement les yeux. Rien n’avait changé. Mais elle se sentait apte à agir.

    Elle commença par chasser les corbeaux, claquant la fenêtre sur le dernier d’entre eux. Puis elle replia des membres, libéra des poignets, couvrit les femmes, coucha les enfants, ferma les yeux hantés, abasourdis, suppliants. Dans un drap, elle rassembla le plus insoutenable, sans essayer d’identifier ce dont il s’agissait, et en fit un balluchon qu’elle laissa dans un coin. Elle ne savait pas bien si elle faisait cela pour les morts ou pour les vivants, pour apaiser les âmes profanées, épargner celle des visiteurs ou dissimuler l’étendue de la folie des coupables.
    Quant au juge sans tête, les doigts crispés sur les accoudoirs de son fauteuil et les tripes dégoulinant jusqu’au sol, elle n’y toucha pas. Poignardé dans la zone du coeur, comme un pseudo-geste de clémence, il avait l’acte de propriété d’une certaine Rhéa, signé par Nwalk lui-même. Etait-ce une justification, un message, Galathée n’en savait rien. Au vu de la barbarie ambiante, l’idée même d’une explication semblait indécente.

    Alors que la rôdeuse terminait son ouvrage macabre, un bruit léger, comme un grattement, attira son attention. Des rats, sans doute. Mais par acquis de conscience, elle se pencha et jeta un oeil sous le lit. Un feulement de colère l’accueillit. Osant une main prudente, elle referma les doigts sur une fourrure hérissée, et extirpa un minuscule chaton gris des ténèbres. Ses grands yeux verts reflétaient sa terreur et il portait encore un ruban bleu autour du cou, vestige de l’amour d’un enfant qui n’était plus. Doucement, Galathée le caressa, lui insufflant du calme, jusqu’à ce qu’il se détende et s’endorme en ronronnant. Elle le glissa à l’intérieur de sa chemise puis, jetant un dernier regard circulaire sur la pièce, sortit.

    A l’extérieur, elle fit quelques pas stoïques sur le sentier, marcha jusqu’à la fontaine pour s’y laver les mains, sans prêter attention aux commentaires des gardes. Puis soudain, ses entrailles la trahirent, et elle vomit dans l’herbe.

    Il lui restait cependant une chose à faire.

    Elle sortit le chaton de sa cachette, posa une main délicate sur sa petite tête ensommeillée, et plongea dans son esprit, dans ses souvenirs épars de la veille, flous, agités, reflets de vacarme et de sauvagerie. Et par les yeux du chat, elle vit clairement le coupable, dissipant le moindre doute, le moindre espoir, qu’il lui restait. Lentement, elle replaça l’animal dans les replis de sa chemise, et reprit le chemin de la demeure d’Artwin.
    Mais à peine avait-elle fait quelque pas, qu’une vague d’émotion la submergea, l’immobilisant sous sa violence. Ce n’était pas de la colère, ni du dégoût, ni de la haine, c’était juste une tristesse indicible, un chagrin viscéral.
    Comment les choses ont-elles pu en arriver là, se demanda-t-elle, et elle en voulut au ciel de ne pas lui répondre sur le champ.
    Puis, au prix d’un grand effort, elle se remit en mouvement, sans combattre les larmes qui lui noyaient le regard. Les vivants doivent faire face.
    Dernière modification par Galathée ; 08/12/2007 à 22h37.
    Lathandre est le début du plaisir
    Et Luménis c'est par ...


    En RP : Albérich Megrall & Hubert de Maleval. La bio de l'un et la bio de l'autre...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

  2. #2
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est connecté maintenant Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 930

    Re : [Lieu]La Demeure du Juge Kanter

    Après l'abominable massacre dont elle avait été le théâtre, rares furent ceux à pénétrer dans la demeure du défunt juge Kanter. On avait bien emporté son corps, ceux de sa femme et de ses enfants pour les déposer dans le caveau familial, au grand cimetière. On avait bien envoyé quelques membres de la garde enquêter pour déterminer qui était à l'origine de cet effroyable forfait - lesquels n'avaient rien trouvé qui infirma la rumeur selon laquelle c'était le Monstre qui s'en était rendu coupable. Mais c'était tout. Depuis, la prétentieuse maison à l'abandon tombait dans la décrépitude... mais pas dans l'oubli.
    Le Monstre, on n'en avait plus entendu parler depuis cette fameuse nuit, et les opinions divergeaient à son sujet. Il était indéniable qu'il avait œuvré contre Nwalk et contre ces soutiens, dont le juge Kanter - responsable, entre autres vilénies, de la restauration de l'esclavage - était l'un des plus puissants. Mais, si certains se félicitaient de ses interventions au port - notamment lors de la bataille des Quais militaires - la majorité ne lui pardonnaient pas les extrémités auxquelles il avait recouru. Si Kanter était coupable de mille maux, sa famille n'était pas responsable de ses actes. L'avoir torturée et exécutée avec la dernière des cruautés était une souillure indélébile dont, pour rien au monde, la Résistance ne tenait à être complice.
    Elle avait donc tenu à ce que la maison reste en l'état, afin que tous se souviennent du drame qui s'y était joué et des horreurs que rien, pas même la lutte contre un dictateur sanguinaire, ne devait justifier.
    Le temps avait passé. Le parc n'était plus à présent qu'un fouillis de hautes herbes, de statues corrodées recouvertes de plantes grimpantes, de fontaines rongées par la mousse. Le lierre s'était lancé à l'assaut des hauts murs de la maison, et si toutes ses portes et ses fenêtres avaient été condamnées, certaines des planches qui les obstruaient étaient tombées, laissant béer ses ouvertures comme autant d'yeux morts ouvrant sur des ténèbres insondables.
    Oh, bien sûr, il y avait eu quelques petits malins pour tenter d'y pénétrer et de piller les richesses notoires du juge Kanter. Oui, certains avaient été assez téméraires pour cela. Ils ne ramenèrent rien de leurs expéditions, cependant. Rien, sinon des récits murmurés à contrecœur et à voix basse. Des récits où il était question d'ombres mouvantes, de silhouettes indistinctes, de murmures presque inaudibles, de plaintes torturées, de cris d'effroi...
    Il ne fallut pas longtemps pour que l'on prétende que le manoir était désormais hantée par l'âme de ceux qui y avaient péri. Et, qui sait, par celle de l'être infâme qui les avait massacrés.
    Il ne fallut pas longtemps pour que cette rumeur se répande. Et, depuis, personne n'avait plus osé entrer dans la demeure. Ni même dans son parc...
    Dernière modification par Taliesin ; 02/06/2008 à 18h01.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  3. #3
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    dans le brouillard
    Messages
    27 400
    Emerence était radieuse. Rose et ronde, rayonnante dans sa robe blanche, elle arpentait le hall d’entrée, nez en l’air, dansant dans la poussière illuminée par le soleil tardif.
    Tybalt était moins enthousiaste. Il lorgnait le jardin boueux à travers une fenêtre, se protégeant des regards en retenant les rideaux d’un doigt.

    « C’est magnifique ! fit la jeune femme. Toi qui disais que tes parents ne nous aimaient pas. Regarde ! Luménis ! Et dans ce quartier ! Te voilà bien mal pris, mon cher. »
    — Ils ne nous aiment pas. répartit Tybalt. Cette maison… Elle n’a plus été habitée depuis un certain temps. Il doit bien y avoir une raison.
    — Oh, oiseau de mauvaise augure ! fit Emerence, en se plaquant contre son dos, exercice périlleux au vu de l’énorme protubérance qui lui déformait désormais le ventre, signe qu’un rejeton ne tarderait pas à paraître. C’est simplement qu’elle était trop chère. Tout est mieux que Rohan, de toute façon. Tout, tout, tout. Nous étions faits pour la capitale, mon chéri. Ne le sens-tu pas ? Ces vibrations d’énergie ! Cette… Cette… vie !
    — Non, je ne sens rien. Sinon que cette maison est humide. »
    Emerence s’éloigna, étonnamment légère malgré ce qui l’alourdissait.
    « Dormons ici ce soir, je t’en conjure ! s’exclama-t-elle finalement, debout dans l’escalier.
    — Emmy, tu ne devrais pas caracoler comme ça. C’est mauvais pour le bébé. » fit-il, un peu alarmé.
    Il la rejoignit et posa une main protectrice, ou peut-être possessive, sur l’enfant à venir.
    La jeune femme sourit rêveusement et cala sa tête dans le creux de l’épaule de son mari.

    « Tout est parfait, mon amour, souffla-t-elle. Cette maison, cette ville… le futur nous sourit. Pourquoi faut-il que tu fasses le grognon ? »
    Il soupira.
    « Je ne sais pas, ma mie. Vraiment, je ne sais pas. »
    Son regard courut autour d’eux et il ne put s’empêcher de frissonner. Il y avait quelque chose dans cette bâtisse… Comme une… présence, peut-être. En même temps, il n’était pas impossible que la maison ait une sorte de personnalité. On disait souvent cela des édifices anciens, marqués d’une histoire… Mais pourquoi cette maison lui paraissait-elle froide, presque hostile ?
    « Retournons à l’auberge. Nous nous installerons quand toutes nos affaires seront arrivées…
    — Tybalt. Il ne manque que quelques malles. Le lit est monté. Il est même fait ! Allons ! Je nous cuisinerai un petit quelque chose, ma mère m’a donné des bocaux. »
    Elle se détacha de lui.
    « Notre première nuit dans notre nouveau foyer. Il faut que ce soit aujourd’hui. La nuit promet d’être belle, étoilée… De notre chambre, nous avons une vue somptueuse sur la ville. Ce sera magnifique. »
    Son sourire resplendit et elle dévisagea son époux.
    « Je t’en prie ! » lança-t-elle, d’un ton suppliant, presque enfantin.
    Il pinça les lèvres et se perdit dans son regard ensorcelant, bleu glacier, comme le soir de leur rencontre, à ce petit bal populaire célébrant le printemps, il l’avait invitée à danser, elle avait rougi, mais ce regard… par les dieux, ce regard…

    « Bien sûr, ma chérie. Tout ce que tu voudras.
    — Merci ! »
    Elle se remit à danser dans le hall.

    Il y eut un cri, un seul, peu après minuit. Un fracas de verre brisé. Puis plus rien.

    Ce n’était pas le genre de quartier où on se mêlait des affaires du voisin. On se saluait poliment dans la rue, c'était suffisant. On ne venait pas frapper aux portes pour emprunter un œuf ou souhaiter la bienvenue. On ne lorgnait pas dans les jardins, surtout pas dans ce jardin-là. Aussi ne trouva-t-on Tybalt que trois jours plus tard, quand la nuée de corbeaux qui s’égayait autour de sa carcasse devint trop bruyante au goût des riverains. Il n’en restait pas grand chose, les charognards avaient prélevé leur dîme, mais Laura Gardesylve, l’experte en cadavres du Fort, put déterminer qu’il s’était brisé l’épine dorsale en chutant de la fenêtre de sa chambre. Vitre et chambranle gisaient en fragments autour de lui ; il était probablement mort sur le coup. A l’étage, les draps étaient défaits, mais on ne trouva nulle trace d’Emerence. Pas plus qu’ailleurs dans la maison. Seule la cave recelait un macabre spectacle : des traces de sang à peine séché maculaient les murs en arabesques sombres mêlées de quelques traces de main. Parmi celles-ci, trois semblaient avoir été faites par une toute petite créature, peut-être un gobelin, un kobold, ou alors un bébé humain.
    Mais pas de corps. Rien que le silence d’un cellier vide.

    On a repeint les murs, remplacé la fenêtre. Les herbes folles ont enfoui toute trace de ce drame.

    A Luménis, certains disent que cette maison est hantée.

    Elle est à vendre. Etes-vous intéressé ?
    Lathandre est le début du plaisir
    Et Luménis c'est par ...


    En RP : Albérich Megrall & Hubert de Maleval. La bio de l'un et la bio de l'autre...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

Discussions similaires

  1. [Bâtiment] La demeure d'Aldebert Closfleuri
    Par Mekren le maudit dans le forum Le Quartier du Gouvernement
    Réponses: 126
    Dernier message: 05/03/2009, 14h06
  2. [Habitation] La demeure des Megrall
    Par Galathée dans le forum Le Complexe Portuaire
    Réponses: 30
    Dernier message: 15/10/2008, 01h09
  3. [Bâtiment] La demeure Durova
    Par Garfield dans le forum Le Havre Bourgeois
    Réponses: 0
    Dernier message: 15/03/2007, 21h18
  4. [Bâtiment] Demeure de feu le seigneur Drake
    Par Nithep dans le forum Les Archives des structures de Melandis
    Réponses: 16
    Dernier message: 10/12/2005, 03h57
  5. [Bâtiment] Demeure de Siegfried
    Par Siegfried dans le forum Le Noyau Occulte de la Ville
    Réponses: 6
    Dernier message: 27/11/2005, 18h27

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231