Sheaxie Nagorl

Je m'appelle Nag'Uk'Sheaxie, nom à rallonge qui a été bien souvent raccourci en Sheaxie ou en Shea. Ce nom m'a été donné à la naissance, du moins semble t-il car je n'avais trouvé aucune orque du clan se vantant de m'avoir mise au monde. Si j'étais désirée, je ne le sais pas non plus, et les silences de ceux qui m'ont élevée portaient bien souvent à croire que ce n'était pas le cas, mais ils ont fini par reconnaître mon utilité en tant que messagère, espionne et sorcière.
Car c'est de l'union d'une orque et d'un humain que je suis née, ou le contraire bien que cela me paraisse moins probable, et cela me confère quelques menus avantages dans le clan. Me conférait.
J'étais l'émissaire et l'ambassadrice des Nag'shorgl, les orques du clan qui m'a élevée. De par mon statut de bâtarde, et parce que je possède un peu plus de cervelle que la moyenne, j'étais plus à même de communiquer avec les communautés humaines, même s'ils voyaient bien souvent d'un oeil mauvais tout ce qui venait des orques. J'ai pris des risques pour ma "famille", maintes fois, et ai dû rattraper également un nombre incalculable de fois des erreurs diplomatiques de la part des chefs de clan (dans le genre: Oups j'ai écrasé ma massue sur la tête du maire, pourquoi qu'il bouge plus?). Les chefs des Nag'shorlgl se succédaient rapidement et dans la douleur, comme c'est souvent le cas chez les orques, mais moi, je suis toujours restée. Avant moi, pas d'ambassadeur pour les Nag'shorlgl, et après moi... Il ne restait plus grand monde à avoir besoin d'un représentant. Personne ne convoitait la place d'une bâtarde, j'étais tranquille, et pourtant mon influence sur les éphémères chefs de clan grandissait en même temps que moi et mes pouvoirs, si bien que j'en suis arrivée à virtuellement diriger le clan, à peu près aux alentours de mes seize ans. Ils ne s'en rendaient pas vraiment compte, ou préféraient l'ignorer, j'étais à leurs yeux trop différente, distante, lointaine pour être réelle. J'étais une humaine (les orques me considèrent comme telle; après tout les hommes me considèrent bien comme une orque à part entière), un vague fantôme pâle de ceux qu'ils avaient l'habitude de massacrer, je n'aurais pas dû être où j'étais mais j'y étais et ils n'y trouvaient rien à redire. Il m'en coûte de l'avouer, mais la majorité de ceux qui m'avaient élevée étaient de parfaits crétins. Trop peu de sang neuf comme le mien, j'imagine, et les querelles de successions réduisaient encore la diversité du clan.
Mais il y eut un chef qui mérita réellement ce titre durant mes années de règne par procuration, et ce fut d'ailleurs celui qui y mit fin. Tout comme moi, il était sang-mêlé (un bâtard trouvé dans un village que le clan avait dévasté, quelques temps avant ma naissance), mais avait cela de différent qu'il était un mâle et pouvait donc accéder au commandement sans trop de protestations de la part des membres du clan. Oh, je l'aurais pu aussi, si j'avais été assez forte pour me battre, mais je n'étais qu'une sorcière autodidacte et une roublarde espionne, pas une guerrière. La tradition des orques veut que Gruumsh fasse la guerre et Luthic garde la caverne. Je n'étais pas Luthic dans le sens où j'avais une vie politique (primaire, certe), mais je sais qu'aucun orque, pas même les femmes, n'aurait accepté de me voir "officiellement" à la tête du clan.
Comme je le disais, cela ne me dérangeait pas car jusque-là j'avais réussi à influencer suffisamment les dirigeants pour que mon avis soit plus qu'important dans les décisions prises.
Le bâtard, Olron, était différent. Il mena une politique de destruction et de conquêtes certes, par tradition, mais avec une intelligence et une méthode qui me faisaient frissonner. J'avais trouvé mon maître en terme d'influence, il le savait, et je n'aimais pas cela.
C'est bien sûr pourquoi je suis devenue sa compagne. Ni amour ni même amitié sommaire entre nous, juste de la haine, de la jalousie, et un désir mutuel de contrôler l'autre. Deux bâtards ne peuvent avoir d'enfants, j'étais tranquille sur ce point, rien ne me dérangerait dans mes machinations et ce barbare n'aurait jamais de descendance. Des fils illégitimes, peut-être, tellement aisés à éliminer que c'en devenait écoeurant. Olron avait gardé sa place plus longtemps que n'importe quel autre avant lui. C'était une brute, mais une brute intelligente. Quoique trop confiante en elle-même.
J'ai usé de cette confiance à la place de celle qu'il n'a jamais eue en moi. Je l'ai incité à s'en prendre à toujours plus gros, jusqu'à le mener aux portes d'une ville de taille moyenne, peuplée pour une bonne part de halfelins. Il n'avait guère vu ce qui se trouvait à l'extérieur du clan autrement que sous la forme d'une bouillie sanguinolente et incendiée, et je jouai donc la carte de "les-halfelins-sont-trop-petits-pour-représenter-une-menace-et-il-y-a-trop-peu-d'humains-pour-pouvoir-tout-défendre". Je savais d'expérience qu'il n'en était rien, mais j'ai réussi à le convaincre malgré sa méfiance.
Comme à mon habitude, je m'étais introduite en ville pour repérer le terrain. J'ai longuement insisté pour pouvoir parler au bourgmestre, un petit-homme justement, et lui ai révélé tout ce que je savais des faiblesses stratégiques propres à Olron et sur la manière de le vaincre lui en particulier. Oh, bien sûr, je n'ai pas vendu mon clan, seulement son chef. J'ai incité le bourgmestre à penser que la mort du chef des orques déstabiliserait les guerriers orques, ce qui était vrai même si en réalité je comptais prendre la tête de l'assaut sitôt mon mari éliminé, mais je ne lui ai rien dit de notre nombre et de notre puissance, ni de l'endroit où était établi notre camp, en évitant habilement ces sujets. Enfin habilement... Cela a eu l'air de lui suffire, mais il redoutait une trahison de ma part du fait de mes silences suspects, et m'a enfermée dans ses geôles. De là, j'ai envoyé mon familier rat porter un message à Olron, lui expliquant les faiblesses des défenses de la ville, en lui indiquant également que j'étais retenue prisonnière, comme je l'avais toujours fait.
Mais cette fois, quelque chose de différent se passa. Quelque chose se rompit, à jamais. Olron refusa de me croire. Il scellait le destin d'une centaine d'orques, et préparait la tombe de mon peuple alors que je préparais la sienne.
A la tombée de la nuit, la bataille éclata, du fond de ma cellule perdue sous terre je n'entendais plus que les cris et le bruit de l'acier sur l'acier -que j'avais toujours haï, je l'ai dit, je ne suis pas une guerrière. Mon familier, toujours à l'extérieur, me dressait un compte-rendu télépathique de la situation, et d'après ce qu'il m'en disait, elle était extrêmement mauvaise pour les orques. Je pris la décision de rester en ma cellule et d'attendre la fin de la tempête.
Olron avait cru bien faire en exécutant exactement le contraire de ce que je lui avait conseillé. Il savait que je l'avais trahi, mais le fait que je n'aurais jamais mené volontairement à la mort tout mon peuple lui avait échappé. Les orques s'étaient précipités contre les plus solides remparts de la ville, négligeant les failles que je leur avais indiquées, et, comme des vagues trop orgueilleuses, s'y étaient brisés. Les guerriers de la ville, hommes, halfelins, et gnomes aussi, abattaient avec méthode leurs agresseurs, qui du coup se retrouvaient piégés et acculés là même où ils auraient dû piéger leurs adversaires. La ville saigna du sang orque toute une nuit!
Lorsqu'enfin la bataille se fut tue, l'aube se levait et le massacre était complet. Des orques morts, entassés et brûlés au milieu de la place, et, plus loin, hors de la ville, la fumée d'un autre bûcher, celui des femmes, qui n'étaient pas allées se battre et que les guerriers et gardes de la ville avaient traquées comme des animaux une fois nos guerriers éliminés.
Je n'avais eu aucun mal à crocheter la serrure de ma cellule. J'aurais pu (ou dû) le faire plus tôt, mais n'avais alors eu aucune envie de me retrouver en plein coeur de la bataille, avec les deux camps sur le dos.
Mais j'avais mené mon peuple à la perte totale en me terrant, sans essayer de les convaincre de me suivre pour rattraper ce qui pouvait encore l'être. Et vous savez quoi? Cela m'importait peu. Même à présent, je ne ressens rien. Pas de culpabilité, pas de honte, le néant total. Si j'avais mérité de guider un peuple, alors il me fallait plus qu'un clan d'orques crasseux. Je n'ai jamais retrouvé cette opportunité depuis, mais je patiente... Et me satisfais de mon sort. Je suis sortie discrètement de la ville avant le retour de ses guerriers, non sans avoir récupéré quelques armes (une épée courte, un arc et quelques flèches), et je me suis mise à errer.
Ma seule compagnie fut, pendant longtemps, mon familier rat, Périà, qui n'était pas d'une conversation remarquable. Longue et morne fut l'année que je passai en tant que voyageuse sans but, me nourrissant de vol et de chasse, dormant dans des auberges miteuses payées avec les maigres économies que j'avais dérobées sur le champ de bataille et sur des voyageurs imprudents.
Je n'avais pas de dieu à prier. Luthic avait été ma divinité chez les orques, mais la Mère des cavernes me paraissait à présent une faible créature dans l'ombre de Gruumsh, que je m'étais mis à haïr au même titre que son "représentant terrestre", Olron. Shargaas, le dieu de la nuit et des voleurs des orques, était peut-être la divinité qu'il me fallait, mais plus j'y réfléchissais plus je voulais laisser derrière moi les souvenirs puants de ma vie chez les orques.
J'avais vingt-et-un ans, un âge plus vieux pour une demi-orque que pour une humaine. Je me faisais alors passer pour un homme, ce qui n'est pas difficile lorsqu'on est demi-orque et sorcière versée dans l'illusion. J'avais toujours l'habitude de voler, mais plus j'approchais des régions densément peuplées et plus cette habitude m'en coûta. Jusqu'au jour où la garde d'une ville dont le nom s'est effacé de ma mémoire me captura, et, pour me punir, trancha deux doigts de ma main droite, l'index et le majeur, m'humiliant, me mutilant, et s'assurant que je ne recommencerait pas. Tout à la fois. Mon familier, qui traînait dans les parages et tenta de me défendre, fut tué comme de la vulgaire vermine, comme s'il n'avait été que l'animal dont il avait l'apparence, et je ressentit sa mort comme un coup de couteau en pleine poitrine. Aujourd'hui encore cette douleur ne s'est pas dissipée, mais j'ai appris à vivre comme si la moitié de mon coeur me manquait, résistant à la tentation d'en convoquer un nouveau.
Les gardes m'ont jetée à la rue. Je vécus un temps de mendicité, et en vendant mes maigres talents magiques à des minables en mal de malédictions pour régler leurs différends pitoyables avec un voisin, puis je quittai la ville et repris mon périple sans fin. Je réfléchis pendant longtemps à un moyen de compenser la perte de mes doigts, mais ne le trouvai pas.
Je sombrai ensuite dans le banditisme pour quelques mois, en compagnie d'une bande de mercenaires braillards et soûlards, toujours sous mon habit d'homme. Ils s'étonnèrent bien sûr de voir un rejeton d'orque aussi peu porté sur les armes, mais n'y réfléchirent guère car la compagnie de jeteur de sort était rare pour les bandes de maraudeurs de bas étage comme celle-ci.
Je ne sais pas ce qu'il est advenu d'eux après que j'ai tué leur capitaine, éventré leur second et cassé les bras des deux autres. En filant avec le coffre contenant tout "notre" butin, bien sûr. Ils venaient de découvrir que j'étais une femme, par une stupide remarque qui m'avait échappée, et j'avais pris peur. A y réfléchir, ils auraient mieux fait de me craindre eux.
Le coffre de mes anciens partenaires ne contenait rien de plus que des babioles clinquantes mais sans valeurs que je vendis rapidement. En l'inspectant cependant plus attentivement, j'y découvris un double-fond, et une dague courte mais acérée y était cachée. Je passai une nuit entière à l'examiner (son aura magique était palpable) et l'identifiai comme boomerang et sanglante. Ce fut là ma première et dernière trouvaille qui en valait la peine, et cette dague ne me quitte plus depuis.
Avec l'or de mes anciens compagnons, je me payai les services d'un bandit des mers, un minable du nom de Khaeft Crassoeil, pour m'amener en Dorrandin. L'épave qu'il osait appeler navire me rendait malade, se balançant sur les flots sans aucune équilibre, et j'eus à essuyer les moqueries de l'équipage, qui se calma lorsque je jetai l'un des marins dans l'eau grondante, vérifiant au passage la véracité de l'adage selon lequel les marins ne savent pas nager. L'homme fut sauvé, mais je jurai à tous ses comparses que le prochain sur la liste n'aurai pas cette chance. J'inspirai ainsi une certaine crainte, plutôt démesurée par rapport à mes capacités réelles, et les marins durent taire leurs moqueries en ma présence. Et pourtant, je savais bien que je n'aurais su les affronter s'ils avaient seulement pensé à se réunir. J'étais malade, et je connaissais mes limites. Je dansais sur un fil beaucoup trop mince à mon goût, et mon soulagement fut intense lorsque nous débarquâmes.
Je demeurai quelques temps à Mélandis, vivant de petits boulots en petits boulots.
Je commençai bon gré mal gré par un travail d'espionnage pour le compte du temple de Cyric, juste après la chute du temple de Talos, qui me laissa un mauvais goût en bouche. Je devais en effet récupérer des documents chez les Umberlites, qui me repérèrent, et me chargèrent de fournir des documents falsifiés aux Cyrinishades. Ce n'était bien sûr pas un problème de loyauté, mais j'avais été battue et repérée, ce qui est tout de même humiliant pour une espionne. [Quête : la fin de la suprématie]
Après cette débâcle, je me devais de prendre du temps en dehors de la ville, et j'acceptais l'offre de travail d'un apothicaire particulier : Led Shark, un homme-lézard. Il ne s'agissait guère que de se rendre dans les environs de Manost à la cueillette aux herbes : ce n'était pas un travail dangereux, et effectivement l'aventure ne le fut guère, une attaque de gobelins exceptée. Mais j'avais au moins obtenu une paie, des connaissances supplémentaires en herboristerie et, bonus inattendu, un chat de compagnie. [Quête : Coeur de sève]
Lorsque je revins à Melandis, je trouvai une cité en guerre contre Manost. Je fis enfin inscrire mon nom au registre des citoyens : à présent, j'étais Mélandienne, pour le meilleur comme pour le pire. La Cité du Chaos était un lieu unique, et de l'avoir repoussée le temps d'une excursion en pleine nature m'avait seulement fait réaliser à quel point j'y étais déjà attachée.

Prénom:
Nag'Uk'Sheaxie, mais emploie généralement celui de son défunt compagnon et adversaire Olron lorsqu'elle est déguisée en homme. Appelée Sheaxie ou Shea le reste du temps. En outre, Shea est connue pour avoir utilisé les prénom de Vérité et Gahe en lieu et place du sien, les rares fois où elle s'est présentée en tant que femme. Il semble que sa décision de donner son prénom originel est toute récente.
Surnom/Nom:
Nag'shorlgl (non utilisé depuis la destruction du clan orque), adopte parfois celui de Trois-doigts, et utilise la plupart du temps le nom de Nagorl.
La sorcière change donc de nom et de comportement plus souvent que d'habit (même s'il est vrai que pour une créature aussi pauvre, cette expression ne veut pas dire grand-chose). Malgré cela, elle n'a jamais eu à souffrir de troubles de la personnalité, contrôlant avec soin ses mensonges pour éviter qu'ils ne se mettent à la contrôler.

Âge:
25 (approximativement)

Classe:

Sorcière 3/voleuse 1

Caractéristiques:
Force: 13
Dextérité: 15 (spécial: pour ce qui est de la plupart des activités manuelles, est considérée comme n'ayant une dextérité que de 8, à cause de son handicap)
Constitution: 14 (originellement 15, mais la perte de son familier l'a affaiblie)
Intelligence: 14
Sagesse: 10
Charisme: 16

Alignement et caractère:
Neutre mauvaise, Sheaxie ne s'intéresse en général qu'à elle-même et n'hésite pas à trahir les autres dans son propre intérêt. Elle ne se sent pas dépaysée en territoires du Chaos, mais n'est cependant pas un gouffre de cruauté: C'est une personne plus égoïste que méchante, qui ne doit allégeance qu'à elle-même. Elle n'a guère d'avis tranché sur les activités considérées comme "mauvaises", comme l'esclavagisme, étant une individualiste, mais peut en de rares moment faire preuve de compassion (surtout envers les bâtards comme elle). Elle ne considère ni la trahison ni la vengeance comme des actes mauvais, et ne voit aucun intérêt à la bonté comme à la méchanceté gratuite. Possédant un passé de voleuse, elle n'est pas en accord avec la Loi, mais n'éprouve pas non plus d'admiration particulière pour le Chaos. Shea essaie avant tout de survivre, et s'il lui faut pour cela tuer ou donner ses compagnons, il en sera ainsi. Elle n'a jamais connu ni amitié ni amour véritables, juste de vagues connaissances ou camarades trop vite partis. En ce sens, son adversaire-compagnon dans la lutte pour le commandement du clan orque fut sûrement la personne la plus proche d'elle, mais elle n'a jamais éprouvé pour lui autre chose que de la jalousie et du mépris. Il est intéressant de noter qu'elle s'arroge à ce point l'identité de l'ancien chef que, questionnée sur son passé, elle s'approprie celui d'Olron, prétendant même avec ferveur avoir haï une certaine Sheaxie. Sheaxie ignore toutefois si son ancien époux est encore en vie, n'ayant pas particulièrement ressenti l'envie d'aller fouiller le bûcher pour y trouver son cadavre, mais éprouve parfois une sourde crainte de vengeance de sa part.
Cependant, et malgré son alignement, elle adopte bien souvent un comportement plus proche de celui des neutres, voire des neutres bons. Sous une apparence de spontanéité et d'amitié franche se cachent de froids calculs, et dissimulée sous la bonne camaraderie, la vipère n'attend que de frapper. Shea parle avec un humour souvent teinté de douce ironie et une insouciance gouailleuse, mais elle s'adapte à ses interlocuteurs, pouvant se montrer pire qu'elle ne l'est quand il le faut. En général, elle paraît une femme sociable, simple et franche, un peu désillusionnée sur son sort et un peu roublarde.
A noter que Shea n'a rien d'une séductrice acharnée, ni d'une manipulatrice élégante (comme pourrait l'être, par exemple, une vampire). C'est une opportuniste, qui maintient des relations cordiales avec à peu près tout le monde dans l'espoir que cela puisse lui servir un jour. Elle n'est pas infaillible, et peut être trompée à son propre jeu. Elle n'a pas rencontré de vrai maître en terme de tromperie, mais il faut également dire qu'elle n'a jamais joué dans une cour très grande.

Equipement:
Vêtements:

Un large manteau brun et élimé, possédant un haut col ainsi qu'une capuche. Une chemise à manches longues plus que difforme, d'un gris sale, dont la lâcheté permet de dissimuler les formes de Shea, et un pantalon de toile coordonné. Shea porte en revanche des bottes de cuir de bonne facture, qu'elle ôte parfois quand il s'agit de faire la mendiante. Les larges manches de sa chemise servent à dissimuler son arme, de manière à ce qu'elle puisse rapidement la saisir en cas de besoin. A sa ceinture (en fait une lanière de tissu passée autour de sa taille) est accrochée une bourse de cuir contenant ses économies (34 pièces d'or).
Arme:
Eclat-sang, dague boomerang et sanglante. Légèrement courbe, cette lame reste diaboliquement effilée malgré l'âge qu'indique la patine du métal. Sa poignée d'acajou et de filigrane d'argent est légèrement trop courte pour qu'une main humaine puisse la saisir, mais cela n'affecte pas la facilité avec laquelle l'arme peut être lancée. Cette petite dague de lancer devait autrefois être l'arme de prédiction d'un mage halfelin, ou peut-être d'un nécromancien gobelin. Lorsqu'on la lance, la lame semble filer sur les poignets ou la gorge de la victime pour lui taillader les veines, ce qui la rend peu efficace contre les créatures ne possédant pas de système circulatoire. La lame aiguisée comme un rasoir se contente d'effleurer la peau de sa cible pour l'ouvrir délicatement puis revient dans la main de son propriétaire. La lame comme la poignée sont travaillées de manière à pouvoir être aisément prises en main quelque soit la manière dont la dague revient, ce qui se traduit par une vitesse accrue à l'attaque. Bien qu'utile et potentiellement mortelle à cause des hémorragies qu'elle cause, cette arme n'est pas efficace à très court terme, ne semblant pas s'intéresser à la chair proprement dite, ce qui fait qu'elle ne cause presque aucun dégâts "en dur". Elle pourrait être prise en main et utilisée au corps-à-corps, mais là encore la longueur réduite de sa lame ne joue pas en la faveur de l'attaquant.

Apparence:
Sheaxie cultive, en s'habillant dans de lâches vêtements d'homme, l'ambiguïté que lui apporte sa silhouette relativement trapue de demi-orque. Son visage est androgyne mais expressif. Son nez légèrement écrasé et les embryons de défenses qui dépassent de sa bouche quand elle parle rappellent ses origines orques. Ses cheveux châtains sont coupés courts et ébouriffés. Sa peau basanée, d'un brun-vert assez foncé, fait ressortir ses jolis yeux, d'un gris aqueux très clair, frangés de cils longs et noir de nuit. De loin, elle fait un adolescent demi-orque particulièrement crédible.
Un petit tatouage à l'encre noire, représentant le symbole sacré de Luthic, est niché à la base de sa nuque. Il s'agit plus d'un signe traditionnel des femmes de l'ancienne tribu de Sheaxie que d'une marque de servitude. Le dessin est grossier et à demi-effacé, en outre il est bien souvent caché par l'épais col du manteau de la demi-orque, mais il pourrait permettre à un observateur attentif connaissant un tant soit peu la culture orque de deviner que Sheaxie est une femme demi-orque et non un homme et, par extension, d'en conclure qu'elle a été élevée chez ses parents orques.
L'index et le majeur de sa main droite manquent. Elle cache en général cela par un sort mineur d'illusion, ou en portant un gant qu'elle rembourre là où manquent ses doigts, il est cependant aisé de s'apercevoir de la supercherie.
Shea mesure approximativement 1m85 (ses vêtements la font pourtant passer pour petite de loin, étant assez lâches) et pèse environ 70 kilos (que des os et du muscle, la vie d'une vagabonde n'étant pas propice à l'engraissement).

Langues parlées:
Orque (maternelle), gobelin, commun (bonus d'intelligence), halfelin, nain (degré de maîtrise de 2 en langue). Ses années en tant que diplomate font qu'elle comprend également la plupart des langages les plus utilisés, à défaut de pouvoir les parler. Shea est également capable de lire et d'écrire en alphabet commun et runique, mais il ne faut pas s'attendre à ce qu'elle rédige de la grande littérature ou comprenne un traité de philosophie.

Culte:
Aucun, anciennement Luthic (par habitude et non par conviction, Shea n'ayant jamais vraiment été en accord avec les idéaux de servitude de la déesse). Sheaxie se rapproche pas mal de l'athéisme, autant qu'il est possible de s'en rapprocher dans les Royaumes Oubliés, c'est à dire qu'elle voue une haine farouche aux dieux.

Magie:
Sheaxie n'a jamais été une vraie combattante, même durant le court laps de temps pendant lequel elle a intégré une compagnie de mercenaires/bandits. Ainsi, elle se concentre plus sur la magie d'illusion et de charme que sur les magies de combat. L'illusion sert notamment à compléter son déguisement d'homme, et elle use très fréquemment d'un sort rendant sa voix (étrangement douce pour une demi-orque) plus grave. A la bataille, elle compte sur la diplomatie pour s'en sortir, mais dispose de sorts de malédiction pour ses poursuivants les plus acharnés. Shea use également de sortilèges servant à pallier la perte de ses doigts, et, s'ils ne durent jamais bien longtemps, ils lui permettent parfois de faire de nouveau usage de ses capacités plus "manuelles" de roublarde, comme le vol à la tire et le crochetage. La demi-orque ne sait pas vraiment d'où elle tient son talent pour la magie, et s'en moque éperdument. Elle n'a pas l'expérience et l'intelligence de la moyenne des mages, mais se montre ingénieuse dans l'usage des pouvoirs qui sont les siens.
Shea a autrefois été capable de convoquer un familier, le rat Périà. Celui-ci a cependant été abattu.

Stratégie:
Shea refuse la plupart du temps le combat, sauf lorsqu'elle se dissimule sous son identité de mercenaire demi-orque (mais en général, elle trahit ses employeurs avant d'avoir réellement commencé ce pour quoi ils l'engagent, étant incapable de seulement tenir une hache double). Elle tentera toujours de raisonner son adversaire, et de fuir si cela se montre inefficace. Cependant, une Shea acculée peut se montrer particulièrement dangereuse; elle usera de sorts d'illusion et de malédiction pour manipuler les perceptions et les capacités de ses adversaires et combattra avec une férocité qui rappelle celle de ses ancêtres orques. Shea, malgré l'agressivité dont elle peut faire preuve quand on s'en prend à elle, préfèrera se rendre si elle sait qu'elle n'a aucune chance. Elle ne considèrera rien comme trop lâche si cela lui permet de voir un autre matin.

Sorts par jour:
Niveau 0: 6+1
Niveau 1: 5+1

Sorts Connus:
Niveau 0 (5):
-Résistance
-Message
-Son imaginaire
-Manipulation à distance
-Main de Sheaxie: sort propre à Sheaxie. Pendant 15 minutes, les deux doigts tranchés de Sheaxie repoussent. Il s'agit d'un sort d'illusion qui peut être dissipé comme tous les autres, néanmoins les doigts sont des objets tangibles qui peuvent être utilisés pour crocheter des serrures, lancer sa dague, se curer le nez... Ils annulent son malus de dextérité habituel.

Niveau 1 (3):
-Rapetissement
-Déguisement
-Sommeil

Dons:
-Vision dans le noir (racial)
-Attaque sournoise (+1d6)
-Recherche des pièges
-Appel de familier
-Persuasion (bluff et intimidation +2 chacun)
-Négociation (diplomatie et psychologie +2 chacun)

Compétences:
-Bluff 7 (+3 charisme) (+2 don) = +12
-Crochetage 4 (-1 dextérité manuelle) = +3
-Déguisement 7 (+2 synergie bluff) (+3 charisme) = +12
-Déplacement silencieux 4 (+2 dextérité) = +6
-Diplomatie 3 (+2 synergie bluff) (+ 2 synergie psychologie) (+3 charisme) (+2 don) = +10
-Escamotage 4 (+2 synergie bluff) (-1 dextérité manuelle) = +5
-Intimidation 3(+2 synergie bluff) (+3 charisme) (+2 don) = +8
-Perception auditive +5
-Psychologie 4 (+2 don) = +6
-Renseignements 7 (+3 charisme) = +10

-Langues supplémentaires : 2

Autre:
A récemment adopté un chat noir et blanc particulièrement persuasif. N'étant pas une adepte des noms fixes (et les chats ne répondant de toute manière pas quand on les appelle), elle se contente de l'appeler "Bestiole" la plupart du temps, ou "Le chat". Bestiole est un chat tout à fait banal dont la seul particularité est de presque toujours trottiner aux côtés de sa nouvelle esclave en lui ponctionnant une part substantielle de ses paies, réclamant à manger toutes les cinq minutes. Sheaxie s'arrache en ce moment les cheveux à essayer de l'entraîner à détecter les pièges. Et ses travaux commencent à porter leurs fruits : Bestiole détecte sans faille les pièges s'ils sont assortis d'une tranche de lard. Maintenant, pour ce qui est des autres types de piège... Il y a du travail.