Affichage des résultats 1 à 1 sur 1

Discussion: [Luménienne] Thémis

  1. #1
    Date d'inscription
    September 2007
    Messages
    327

    [Luménienne] Thémis

    Biographie :


    La forêt commençait à s’embraser des couleurs chaudes de l’automne quand ma mère me mit au monde. L’accouchement fut très difficile et on crut qu’elle allait succomber avec moi. Mais, grâce à l’assistance et à l’expérience d’Aedith, une servante, on réussit à nous sauver toutes les deux de justesse.
    Je fus langée et on me mit avec d’infinies précautions, dans les bras maternels tandis que mon frère, assis près du lit, me regardait avec de grands yeux émerveillés. Ma mère me berça doucement avant de me mettre autour du cou une chaînette en or ou pendait un anneau aux armes de la famille. Elle me murmura de ne jamais le perdre, puis sombra ensuite dans un sommeil réparateur.
    Les jours suivants, sa santé ne s’améliora pas. Comme elle était trop faible pour s’occuper de moi, ce fut Aedith qui me prit sous sa protection.
    Pendant les mois qui suivirent, on disait partout que la dame se mourait. Une mystérieuse maladie la consumait petit à petit et malgré les soins apportés par les médecins les plus compétents de la région que mon père avait fait quérir, on pensait au pire.
    Les souffrances de ma mère prirent fin pendant une nuit d’hiver.
    Des lors, des rumeurs circulèrent dans toute la contré, disant que son décès était dû à l’accouchement (même si pour son premier enfant, cela n’avait pas été si difficile). D’autres parlaient d’empoisonnement, de complot...
    Mon père, fou de chagrin, peut-être influencé par ces rumeurs et me rendant en tout cas responsable de la mort de ma mère, pria Aedith de m’emmener loin du château, qu’importe l’endroit tant qu’il ne me revoyait plus jamais.
    Nous partîmes donc, la jeune servante chevauchant à bride abattue comme si le diable était à nos trousses, dans la nuit glaciale de l’hiver. Nous arrêtâmes enfin notre course folle devant une chaumière, à l’écart du village.
    Là nous descendîmes et Aedith frappa à la porte. On lui ouvrit aussitôt et un visage de femme apparut dans l’encadrement. La servante me remit entre ces bras étrangers, échangea quelque mot avec l’inconnue puis disparut.
    Cette chaumière deviendra ma maison et j’y passerai une enfance heureuse, parmi les paysans, ignorant tout de mon passé.

    Ce ne fut qu’à partir de mes 7 ans que j’appris la vérité.
    J’étais intriguée par les visites de cette jeune femme qui se nommait Aedith et qui semblait me connaître. Je lui parlais souvent, me sentant étrangement en sécurité à ses côtés. Un soir alors que l’on se promenait à l’orée de la forêt, elle me demanda :
    - Que t’as dis Elane sur ta naissance ?
    Intriguée, je ne répondis pas tout de suite, me remémorant les paroles de ma mère adoptive.
    - Mère m’a dit qu’elle m’avait recueillie alors qu’elle m’avait trouvée abandonnée dans la forêt. Elle m’a depuis élevée comme sa propre fille.
    Aedith laissa échapper un long soupir.
    - Thémis, il faut que tu saches, avant que je poursuive mes aveux, que tout ce qu’a fait Elane était pour ton bien. Alors ne lui en veut pas.
    Sentant que la situation était extrêmement sérieuse, je m’arrêtais de marcher, redoutant ce qu’allait me dire la jeune femme. Celle-ci était tendue et cherchait ses mots.
    Elle me délivra enfin la vérité : ma vraie naissance, ma mère qui était décédée dans d’étranges circonstances, mon frère Gawen, auquel mon père avait formellement interdit de me revoir, celui-ci qui m’avait chassé du château et enfin Elane à qui elle m’avait confiée.
    Ebranlée par toutes ces révélations, n’osant croire à ce qu’elle venait de m’avouer je ne soufflais mot pendant un moment. Ainsi donc mon père était cet homme qui rendait la vie si dure aux villageois ? Ce même homme empêchait mon frère de me voir ?
    Une colère sourde m’envahit.
    Aedith, devinant mes pansées, me dit :
    - Ne laisse pas la colère te submerger, cela ne servirait à rien.
    Sur ces sages paroles, je me calmais un peu. Maintenant une multitude de questions fusaient dans mon esprit, mais une seule franchit mes lèvres :
    - Aedith, dit moi, serait-il possible que je puisse voir mon frère ?
    Celle-ci sourit :
    - Je me doutais que tu allais me poser cette question et saches que cela sera très difficile de le voir. Mais avec un peu d’ingéniosité vous devriez trouver un moyen. En tout cas, pour votre première rencontre, j’ai pris les dispositions nécessaires. Viens ici, au même endroit, demain soir.

    Je crois que mon cœur ne battit jamais aussi vite.
    Le lendemain, la journée me paru interminable. Enfin le soir arriva et, au comble de l’excitation, je vins au point de rendez-vous fixé par Aedith. J’attendis un moment, frissonnante dans la fraîcheur du jour déclinant.
    Puis enfin apparut une silhouette qui s’approchait à pas feutré, avançant prudemment parmi les ombres de la nature environnante. Méfiante j’essayai de me dissimuler dans la pénombre, incertaine de l’identité de cette personne.
    Mais mes doutes disparurent des qu’il fut à ma hauteur et qu’il eu prononcé d’une voix timide :
    -Es-tu Thémis ?
    Un sourire se dessina sur mon visage et je n’eu besoin de répondre à la question. Nous marchâmes un moment en silence et puis, les questions qui nous torturaient l’esprit ne purent rester plus longtemps sans réponse. Nous parlâmes longuement et j’appris vite à le connaître. Je remarquais aussi qu’il portait le même anneau que moi, il m’expliqua que c’était un cadeau de notre mère.
    Quand, tard dans la nuit, je rentrais dans ma chaumière, nous nous étions donné un nouveau rendez-vous.
    Commença alors pour nous deux, de longues escapades et de grands éclats de rire. Un jour, il amena des épées en bois et nous nous amusâmes pendant de longues heures à nous chamailler avec. Mais vite lasser par ce jeux il m’appris ce que luis enseignait son maître d’armes. Impressionnée, je m’appliquais à recopier tous ses mouvements et ce, chaque jour. Au fil des années je devins presque une aussi fine bretteuse que lui.
    Mais nos folles aventures finirent quand j’atteignis l’âge de 12 ans.
    Aedith me raconta que Gawen avait de toute ces forces essayé de raisonner notre père, pour que, enfin, il accepte que je retourne au château. Celui-ci s’était mis dans une colère noire comprenant qu’il m’avait revu et pour s’assurer que cela ne puisse plus arriver, il envoya Gawen à l’armée.
    La santé mentale de mon père, déjà grandement affaiblie par la disparition de ma mère ne fit qu’empirer et il devint encore plus tyrannique avec l’absence de son fils.
    Je passais mes journée à errer, ne sachant que faire et imaginant toutes sortes de plans pour rejoindre mon frère. Mais je savais que cela était impossible, car je devais aider Elane, d’autant plus qu’à cause de la folie grandissante de mon père, le village était plongé dans une atmosphère tendue et menaçante. Je profitais de mes heures de liberté pour continuer à m’entraîner à l’épée ; je fus aidée en cela par un vieux soldat, retiré dans le voisinage, qui accepta, non sans amusement, de m’apprendre ce qu’il savait.
    Trois années passèrent ainsi, monotones, avec pour seule joie les leçons d’escrime pour lequel je mettais tout mon cœur et toute ma volonté, afin de devenir une aussi fine lame que mon frère absent.
    Pendants ces trois années la vie devint de plus en plus dure au village : mon père, que sa raison chancelante avait finalement abandonné, était si cruel avec les villageois que ceux-ci, las des mauvais traitements qu’il leur faisait subir, se mirent à parler de révolte.
    Et c’est ce qui se produit à mes 15 ans. Je ne fus pas présente ce jour la car le vieux soldat m’avait demandé un service. Les hommes et femmes s’armèrent comme ils purent, avec des fourches, des bâtons et des couteaux, bien décidés de faire cesser cette tyrannie une bonne fois pour toute. Ils assaillirent le château de tous côtés, surprenant le peu de gardes qui le protégeaient. Ils tuèrent presque tous ces occupants mettant à feu et à sang l’édifice.
    Lorsque je revins, deux jours plus tard, je découvris ce sinistre tableau. Mon cœur se serra à la vue des ruines, encore fumantes du château et quand je vis les corps qui le jonchaient, je cru que j’allais défaillir.
    Je reconnus celui de mon père à moitié brûlé. Je ressentis une grande peine pour cet homme qui, le cœur brisé, était devenu fou et avait tout perdu. Prenant conscience de son sinistre destin, je ne lui en voulais plus pour ce qu’il avait fait et j’espérais seulement que son âme soit enfin en paix.
    Continuant ma marche funèbre parmi les décombre, j’aperçus avec horreur, le corps d’Aedith. Je ne pus retenir mes larmes et je m’enfuis en courant, ne pouvant en supporter davantage. Je voulais tout oublier et partir n’importe où. Peut importait l’endroit, tant que ce n’était pas ce lieu maudit.
    Complètement perdue, je regagnais la demeure d’Elane, la seule personne qui me restait. Je luis dis que je voulais quitter le village car il était rempli de souvenirs trop douloureux et que je devais retrouver Gawen. Elle me consola et me dit simplement qu’elle comprenait mes choix. Elle fut extrêmement peinée de me voir partir, je le vis bien, mais elle ne fit rien pour me retenir..
    Le lendemain je partis donc, dans l’aube glaciale, chevauchant une magnifique jument. C’était celle de Gawen, qui avait été sauvée par un villageois de l’incendie des écuries. Après plusieurs jours de voyage, je rejoignis l’endroit ou était établi le régiment de mon frère. Mais là, on me dit qu’il avait disparu au cours d’une campagne. On parla même de désertion..
    Dépitée, mais ne perdant pas espoir, je errais pendant un an, allant de village en village, demandant partout si on ne l’avait pas vu.


    Quêtes et aventures :



    Quête : l’invasion des ombres

    Quêtes : Maux croisés

    Après quelques mois d’absence, pendant lesquelles Thémis s’investit pleinement dans ses missions de surveillance de la cité Lumenienne, la jeune femme était restée relativement discrète. Elle avait exécuté les ordres sans poser de questions, en essayant de les réaliser le mieux possible. Ainsi, elle avait pu augmenter sa métrise dans l’art du maniement des armes. Mais aussi acquérir de l’expérience dans d’autres domaines comme celui de l’élaboration de plans militaires ou de manœuvres délicates dans des lieux dangereux.
    Enfin, elle avait trouvé au sein du Grand Fort un endroit accueillant où rester. Le travail, les entrainements, les chamailleries entre soldats rythmèrent peu à peu sa vie.

    Thémis avait alors songé renoncer à la quête impossible qu’elle s’était fixée: celle de retrouver son frère. Elle ne savait plus si elle courrait après un fantôme, un homme mort qui ne subsistait plus que dans ses pensées. Cependant ne pas savoir, être assailli par des doutes, se demander « et s’il m’attendait, s’il était encore vivant ? » la mettait à la torture. Malgré tous ses efforts, elle n’arrivait pas à étouffer cette peur. Elle revenait, comme une vieille blessure de guerre, lancinante, pour lui rappeler qu’elle était là et qu’elle lui collerait à la peau jusqu’à la fin.
    Le quotidien dans lequel la jeune femme s’était installée ne l’aidait pas à oublier. Quant elle n’avait aucune activité qui lui occupait les mains et l’esprit, celui-ci vagabondait à sa guise. Et inexorablement elle repensait à Gawen.

    Elle finit par comprendre qu’elle ne pourrait plus rester très longtemps dans son coin, en simple soldat et que bientôt il faudrait qu’elle reprenne son chemin. C’était une décision difficile à prendre et elle ne savait pas si cela était le bon choix. Mais elle devait faire quelque chose pour le seul membre de sa famille qui lui restait peut-être. Même si ce n’était qu’un petit bout d’espoir, il fallait qu’elle essaie.



    Description :


    .De taille moyenne, Thémis aime être discrète. Elle possède de longs cheveux, châtain avec des reflets roux et dorés, qu’elle nous, le plus souvent, en queue de cheval. Ces yeux, d’un vert clair et profond, pétillent de malice. Ces traits fins et agréables, sont néanmoins emprunts d’une certaine tristesse. Sa voix est douce et mélodieuse. Elle rit assez rarement mais quand elle est en confiance elle peut vous surprendre par sa gaieté. De plus, elle inspire confiance à tous ceux qui l’approchent..
    Elle porte le plus souvent des habits simples, aux teintes sobres. Un anneau accroché à une chaîne lui pend autour du cou.


    Fiche de personnage :


    Nom : Thémis
    Genre : Féminin
    Race : Humaine
    Classe : Bretteuse niveau 3
    Alignement : Chaotique bon

    Âge : 20 ans
    Cheveux : Châtain, avec des reflets roux et dorés
    Yeux : verts clairs
    Taille : 1m 65
    Poids : 45 kilos
    Divinités : Tymora Dame de la chance

    Caractéristiques :

    - Force : 12
    - Constitution : 12
    - Dextérité : 18
    - Intelligence : 14
    - Sagesse : 12
    - Charisme : 15
    Dernière modification par Thémis ; 30/10/2010 à 11h57.
    Ma couleur RP: #B0E2FF La bio de Thémis

Discussions similaires

  1. [Luménienne] Astrée
    Par Voyageuse dans le forum Fiches de personnages
    Réponses: 2
    Dernier message: 29/12/2014, 21h38
  2. Thémis
    Par Thémis dans le forum Présentation des membres
    Réponses: 19
    Dernier message: 30/10/2007, 17h29
  3. [Luménienne] Indyle
    Par Indyle dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 26/06/2005, 18h55
  4. [Luménienne] Drydo
    Par Drydo dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 17/04/2005, 22h07
  5. [Luménienne] Takaya
    Par Takaya dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 17/12/2004, 15h08

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243