Fiche d'identité

Prénom : Anoushivaran
Nom : Kalein (n'est plus utilisé)
Diminutifs : Anoush, Niousha, Anousha ou Nishi
Surnom : Belladone
Race : Humaine (Originaire de Château-Zhentil)
Âge : 31 ans
Taille : 1m70
Poids : 58kgs
Peau : Mate
Yeux : Marron
Alignement : Chaotique neutre
Religion : Anoushivaran n'est guère fervente, mais ne manque pas d'appeler à l'aide Shaundakul lorsqu'elle se trouve dans une position délicate, c'est-à-dire assez souvent. Un culte était rendu à Shaundakul dans la tribu où elle a grandi.
Langues connues : Commun, Midani (Anauroch)
Classe : Barde Niveau 3, mais tout se négocie

Force : 12
Dextérité : 15
Constitution : 11
Intelligence : 14
Sagesse : 12
Charisme : 16

Total : 80

Biographie

Anoushivaran est née à Château-Zhentil, bien qu'à l'époque dont nous parlons, elle ne porte pas encore ce nom. Tout ce dont elle se rappelle, c'est d'une part d'être fille d'un marchand aisé Zhent possédant plusieurs caravanes dans le désert d'Anauroch, et d'autre part, de la nuit fatidique qui l'arracha aux siens.

La caravane qu'il menait se retrouvant acculée dans une passe par des Bédouins vindicatifs, le père de l'espiègle jeune femme parvint à troquer une mort certaine contre l'abandon de tous les biens emportés sur les bêtes de somme vers les cités du Nord, fourrures, gemmes, décorations de fer forgé, mais surtout, en guise de tribut et afin d'épargner la vie du reste de la caravane, de sa fille, promise à un futur mariage avec un fils de cheikh. L'échange se fit sans guère d'émotion. Alors qu'elle n'avait que six ans, Anoushivaran (car c'est le nom qui lui fut donné par les nomades) décida qu'elle seule déciderait désormais de ce qu'elle ferait.

La captivité chez les Bédouins était moins un supplice insoutenable qu'elle ne l'avait imaginé de prime abord. En réalité, c'était plutôt agréable. Elle fut élevée au même titre que les enfants du cheikh, soulagée de la plupart des tâches ayant trait à la tonte des moutons ou à la digestion des camélidés, et ne tarda guère à développer un sens particulièrement aigu de l'esquive des corvées en même temps qu'une remarquable beauté. La finesse de son teint et ses mains délicates ne manquèrent effectivement pas d'attirer les regards lorsqu'elle fut mariée à Sidh Kalein, jeune bédouin devenu cheikh à la mort de son père lors d'un raid Zhent, à peine dix ans après son enlèvement nocturne.

Epouse de chef de tribu est peut-être la profession se rapprochant le plus d'une sinécure. Anoushivaran passa les mois suivant son mariage à chanter, danser, broder des étoffes prélevées lors de raids et manger des dattes séchées qu'elle faisait soigneusement dénoyauter par de jeunes filles de son clan. Néanmoins, elle se sentit rapidement à l'étroit dans le camp nomade en compagnie des chèvres et des mères bédouines à la peau tannée par le vent de sable et les violents écarts de température, et délaissée par son époux plus enclin à détrousser des marchands sans défense. Elle se souvint avec efforts de ses rudiments de Commun en discutant avec des prisonniers, s'enquérant de ce qu'il se passait au-delà des limites du Désert. Finalement, près de cinq ans après son mariage, elle s'enfuit à l'occasion d'une attaque de Zhents sur la Route Noire qui laissa son clan dans la confusion la plus totale, emportant assez d'objets précieux et de dattes séchées pour tenir une longue poursuite (qui n'eut pas lieu).

Ses premiers temps hors de l'isolement du désert eurent pu être plus difficiles qu'ils ne le furent, même s'ils ne furent guère glorieux. S'enfuyant du lieu de l'attaque, elle rejoint clandestinement une caravane marchande qui ralliait Eauprofonde, finissant la route qu'elle avait autrefois commencée. Par chance, les remarquables dons d'Anoush en matière d'apprentissage des langues lui permirent de s'acclimater assez rapidement. Puisqu'elle ne savait guère que chanter et danser, elle chanta et dansa, survivant grâce aux rares pièces d'argent que lui jetait parfois quelque noble désabusé perdu dans une taverne. Alors qu'elle venait d'entamer un travail de serveuse à la taverne du Corbeau Croassant, son morne quotidien prit une tournure quelque peu inattendue par la rencontre d'Alastair Brumebleue, un barde d'âge mûr appartenant à un groupe de gredins fort peu recommandables. Celui-ci avait repéré les talents de la jeune femme et lui proposa une collaboration fort fructeuse tant à l'un qu'à l'autre. Pendant les semaines qui suivirent, Anoush servit ainsi d'appât afin d'attirer de riches oisifs dévergondés dans des guet-apens tendus par Alastair et ses minions, déployant tout un registre de séduction et d'attraction qu'elle ne se savait même pas détenir. Lorsque leurs premiers coups d'éclat parvirent aux oreilles de la garde, Alastair et Anoush étaient déjà partis vers le Sud et la Côte des Epées, inaugurant des temps fastes et excitants.

En échange de ses services pendant cette période, Alastair forma Anoushivaran, lui apprenant l'art de moduler la magie du chant originel du monde, celui de persuader et de charmer, lui donnant des cours de chant pendant lesquels elle accompagnait sa délicieuse voix d'un tambourin. La formule des brigands était de plus en plus rôdée : Anoush envoûtait maintenant presque sans effort n'importe quel bourgeois, le menant au fleuve tel le joueur de flûte. Elle s'enhardit même et apprit à manier convenablement le poignard rituel qu'elle avait emporté lors de sa fuite, même si ne s'agissait que de menacer les malheureux piégés. Cela eût pu sembler trop beau pour être vrai, et Anoushivaran ne tarda pas, ou plutôt tarda à s'en rendre compte, puisque lorsqu'elle saisit des bribes de conversations entre Alastair et un marchand d'esclaves calimshite où il était question de l'échanger, elle, contre un lourd sac d'or afin d'en faire une fille de harem, elle se trouvait enfermée dans la pièce d'à côté. Néanmoins, lorsque l'accord fut finalisé et que le barde mauvais ouvrit la porte, il ne trouva qu'une fenêtre béante donnant sur les toits. Une fois de plus, Anoushivaran s'était enfuie en emportant le butin des deux dernières semaines, à charge de revanche.

Il lui fallut tout recommencer, la mendicité, la danse, les places de serveuse dans des tavernes sordides, avec une difficulté supplémentaire : Alastair la recherchait avec une obstination qu'elle ne pouvait qu'imaginer, car il venait en effet de perdre un précieux investissement. Il lui fallut continuer sa route vers le Sud, une fois de plus.

Sa seconde chance arriva de là où elle ne l'imaginait pas : son errance croisa la route d'un cirque faisant route vers le Téthyr, et elle fut embauchée comme femme à tout faire, profitant de cette aubaine pour s'éloigner de son poursuivant. Les heures passées à nettoyer la ménagerie l'encouragèrent d'autant à prendre son destin en main. Peu à peu, à coups de ruse, d'intrigues et de subtiles dénonciations, elle finit par évincer l'artiste principale du cirque dont le numéro se vit relégué aux séances de l'après-midi. Anoushivaran fut pour la première fois en tête d'affiche avec un numéro de cordes et de danse exotique ; par commodité, et pour éviter qu'Alastair retrouve sa trace, elle avait adopté le surnom de Belladone, fleur vénéneuse et fière, courtisée par tous. Lorsqu'elle ne se trouvait pas sur la piste, elle déambulait dans le public, offrant magie et tours de passe-passe, sachant aussi bien distraire le chaland de l'endroit où se trouvait la vraie carte que de l'endroit où se trouvait sa bourse. Sa prestation rencontrant un grand succès, elle se diversifia donc : on l'entraîna au funambulisme, elle servit de cible au lanceur de couteau, puis apprit elle-même l'art délicat de manquer sa cible de peu. Elle avait au fil du temps pris l'ascendant sur une bonne partie de la troupe et était devenue une courtisane appréciée de nobles et de dignitaires thétyriens, pour lesquels elle exécutait d'occultes recettes afin de créer des remèdes et élixirs inefficaces. Bien entendu, si ceux-ci ne fonctionnaient pas, c'était parce que le client avait froissé les ESPRITS ! Anoushivaran avait pris des coups mais elle venait de retrouver son équilibre ; il ne lui en aurait fallu guère plus pour stabiliser définitivement sa position.

Le retour de bâton ne se fit pas attendre : son ancienne rivale se servit des relations qu'il lui restait pour tremper Anoush dans un scandale lié à l'empoisonnement d'un proche de la famille royale. Intrigue pour intrigue, une fois de plus, elle n'avait plus qu'à fuir. Poursuivie par la garde, la barde s'enfuit de Château-Téthyr et embarqua précipitamment sur le premier navire à Zazesspur, qu'elle ne savait même pas se diriger vers les terres inexplorées.

Apparence

Anoushivaran, toute princesse des taudis qu'elle est, aime à attirer le regard. Elle a de ce côté quelques atouts indéniables : une cascade de cheveux bruns savamment décoiffés, des prunelles profondes et chaudes dans l'écrin charbonneux de ses paupières fines. Elle possède également quelques atours d'ordre plus trivial qu'elle ne manque pas de mettre en valeur : elle porte souvent d'amples chemises boutonnées très bas, laissant l'esprit imaginer mille merveilles, mais souligne toujours sa taille gracieuse par une fine ceinture de cuir. Ses hanches sont quant à elles ornées d'un foulard d'un pourpre délavé, couleur de la fleur qui lui a donné son surnom, l'amaryllis, foulard ornée de rangées de sequins clinquants qui ne manquent pas de faire échouer la totalité de ses jets de discrétion.

Cet ornement mis à part, Anoush porte maintes breloques et bijoux sans valeur, plusieurs grandes boucles dorées et cuivrées à chaque oreille soulignant admirablement la chaleur de son teint, bracelets d'argent terni ornés de grosses pierres colorées, bagues de toutes sortes, talismans et plastron autour du cou (qui lui permettrait à l'occasion de dévier un tir ennemi si l'occasion se présente).

Elle garde de ses vies antérieures quelques souvenirs gravés dans la peau : si l'encre indélébile qui dessina autrefois de rituelles calligraphies sur ses mains s'est presque totalement effacée, la constellation qui orne son épaule se distingue encore nettement, cohabitant avec quelques taches de crasse qui ne parviennent pourtant pas à gâcher le tableau.

Mentalité

Anoushivaran se comporte comme une personne sans racines et qui ne tente même pas d'imaginer de quoi son lendemain sera fait ; elle peut aussi bien déployer toute sa séduction et ses charmes pour envoûter sa cible qu'afficher un coeur de pierre aussi froid que de la glace - et agir comme si son coeur était tel. Elle est l'archétype même de la personne à qui on n'accorderait aucune confiance, et en s'en préoccupe guère, habituée à avancer par ses propres moyens. Ses fuites successives en ont fait une personne dure, qui ne dira jamais rien d'autre que ce qu'elle a décidé de raconter.

Equipement

Un sac de toile permettant de porter 60 lbs.
Des vêtements légers, chemises et tuniques d'homme, braies banales, foulards à sequins, ceinture de cuir fine.
Une tenue de spectacle en voiles.
Une paire de bottes de cuir léger affreusement usées.
Un gantelet de cuir épais sur l'avant-bras gauche, qui lui permettrait à l'occasion de parer un coup mollasson, mais vraiment très mollasson.
Une dague rituelle à large lame gravée et au manche de corne incrusté de pierres colorées, qu'elle tient de son adolescence dans le désert d'Anauroch.
Un tambourin à grelots de l'époque où elle distrayait et attirait les gens pour que les autres brigands les détroussent.
Un fouet usé qu'elle a emporté de sa fuite du zoo.
Des couteaux de jet légers par vingt.
Quelques balles de tissu remplies de sable.
Un nombre conséquent de bijoux de valeur variable.
Un nécessaire de maquillage : fard de Mulhorande, poudre, extrait de pétales de rose, huile parfumée.
Tout un bric-à-brac : peignes, jeu de tarot, bandes de tissu, minuscules fioles de verre vides, cordelettes, encens, pendule, fil de fer, poudre à fumée, plantes aromatiques séchées, fil et aiguilles à couture,...

Dons & Compétences

Dons : Communicateur, Musica addititius.

Inné : Musique de barde, Fascination, Inspiration vaillante, Inspiration talentueuse.

Compétences dans l'ordre d'importance : Bluff, Représentation (Danse), Représentation (Chant), Equilibre, Acrobaties, Escamotage, Déguisement, Concentration, Connaissances (Folklore), Evasion, Maîtrise des cordes.

Sorts

Par jour/Connus
Niveau 0 : 3 / 6
Niveau 1 : 1 / 4

Niveau 1 :
Sommeil
Charme-Personne
Effroi
Soins légers