Je suis Sire Wookiee al Kashyyyk, paladin de Helm et membre du Très Noble Ordre du Cœur Radieux. Cela n’a bien sûr pas toujours été le cas…

Je suis né dans des contrées lointaines, au sud du Téthyr, dans une famille noble régnant sur de vastes terres luxuriantes. Tout petit déjà, j’étais un garçon turbulent, toujours à courir partout, d’une audace sans limite et d’une inconscience encore plus grande sans doute. J’étais le troisième enfant mâle d’une fratrie de huit frères et sœurs et n’était donc en aucun cas destiné à exercer un jour le pouvoir.

A l’âge de dix ans, l’âge où l’on se prépare à devenir adulte dans le pays d’où je viens, mon père décida que je devais commencer ma formation aux armes, peut-être autant pour canaliser mon énergie débordante que par réel désir de me voir devenir un guerrier.

Mon père était un homme autoritaire, dur mais juste. Les serfs qui vivaient sur ses terres n’avaient peut-être pas de raisons de se réjouir mais ils n’en avaient certainement aucune de se plaindre. C’était un homme exceptionnellement bien bâti qui avait encore de longs jours à vivre devant lui. Ma mère était une noble également, fille d’un voisin allié, qui se contentait comme elle le pouvait d’un mariage arrangé. Mon père la traitait avec tous les honneurs dus à son rang et lui offrait tout ce dont une épouse pouvait avoir besoin mais je reste aujourd’hui encore persuadé qu’elle ne l’a jamais vraiment aimé, bien que son respect pour lui ait été profond.

Si ma mère se satisfaisait de cette situation, mon frère aîné, Arrachen, n’en faisait pas autant. Depuis le jour où il avait réalisé qu’il avait un droit naturel sur les terres de la famille en tant qu’aîné, il se préparait impatiemment pour la succession de mon père. Malheureusement pour lui, comme je l’ai déjà dit, mon père était un de ces hommes taillés pour résister au temps, aussi imperturbable qu’un roc. Il rentrait dans sa cinquantième année et semblait capable de durer encore des décennies. Arrachen, qui approchait la trentaine, ne pouvait supporter de rester toute sa vie relégué à attendre que la mort lui offre la place qu’il considérait lui revenir de droit.

Une nuit d’hiver, alors que j’entrais dans ma douzième année et que mon corps commençait à devenir celui d’un homme, des bruits de combat et des appels aux armes se mirent à résonner dans le château. Empli de la fougue de ma jeunesse, je me levai instantanément, m’armai de ma minuscule épée d’entraînement et m’apprêtai à partir me joindre aux hostilités, quelles qu’elles fussent, lorsque la porte de ma chambre s’ouvrit sur deux de mes deux sœurs aînées qui m’emmenèrent sans me laisser le temps de protester. J’avais déjà beau être grand et fort pour un garçon de mon âge, je ne pouvais rien faire contre elles et je me retrouvai bientôt enfermé à l’abri dans une chambre avec ma mère et tous mes frères et sœurs, à l’exception notable d’Arrachen et de Alfrorr, le cadet, parti depuis longtemps apprendre la prêtrise, comme le voulait la tradition, dans le Nord, chose plutôt inhabituelle.

J’eus beau frapper la porte, tempêter, menacer, pleurer, ma mère refusa obstinément de me laisser sortir. Elle avait raison bien sûr, je n’aurais jamais pu survivre à une bataille rangée telle que connut notre demeure cette nuit-là… Enfin, quelques heures ou quelques siècles plus tard, mon père, blessé mais en vie, vint nous chercher pour nous apprendre que mon frère Arrachen avait trahi, réuni une petite armée de mercenaires et tenté de prendre la forteresse par les armes. L’attaque avait heureusement été repoussée et le traître capturé. Selon les lois de notre pays, il n’existait qu’une seule peine pour pareil crime : la mort.

Pour la première fois de son existence, mon père fit faux-bond à ses principes et ne se conforma pas à la loi, comme il l’avait pourtant toujours fait. Ne pouvant se résoudre à donner la mort à la chair de sa chair, pourtant félonne, il condamna son fils à l’exil dans les terres sauvages, une condamnation qui n’était pourtant pas beaucoup plus enviable. Suite à cet épisode tragique, mon père ne fut plus jamais le même homme et déclina rapidement, au point de ne plus pouvoir exercer le pouvoir.

Ainsi que le voulait la tradition, un des fils du seigneur devait prendre sa succession. Comme j’étais alors beaucoup trop jeune pour pouvoir prendre en main la responsabilité du domaine et que nos lois interdisaient à ma mère ou une de mes sœurs d’exercer leur autorité, une lettre fut envoyée à mon frère aîné, Alfrorr, pour lui demander de revenir et de reprendre les rênes du domaine. Après quelques mois durant lesquels ma mère assura l’intérim au mépris de la tradition, mon frère nous revint enfin des lointaines contrées du Nord.

Le frêle adolescent était devenu un homme robuste, comme tous les membres mâles de ma famille. Lorsqu’il parvint aux portes de notre demeure à pied, vêtu d’un manteau de voyage recouvert de poussière, je courus vers lui pour lui souhaiter la bienvenue. Il m’accueillit avec un sourire généreux, le regard brillant de sagesse sous un front large. Sur son torse s’affichait un symbole que je n’avais jamais vu et qui pourtant allait devenir une composante essentielle de ma vie : un gantelet d’armure portant un œil en son milieu, le symbole de Helm, le Vigilant.

Lors du repas suivant son arrivée, Alfrorr nous raconta comment il était devenu un prêtre de Helm et, à ma demande, se lança dans une description éloquente de celui qui allait devenir mon Seigneur. Je restai fasciné pendant des heures à l’écouter parler de ce Dieu inconnu, protecteur des faibles, sentinelle surveillant le mal, divinité responsable faisant passer le devoir et l’obéissance avant toute autre chose. Quelque chose d’exaltant s’était déclenché en moi, quelque chose qui me disait que je venais de trouver ma place, le but de ma vie. Mon frère parut s’en rendre compte et partit s’entretenir avec ma mère. Quelques jours plus tard, je prenais la route avec une caravane pour le Nord, à destination d’Athkathla, la capitale de l’Amn. C’est ainsi que je rejoignis les novices de l’Ordre du Cœur Radieux.

Ma formation et ma mise à l’épreuve restent parmi les années de ma vie les plus chères à mon coeur, me menant au point culminant: mon acceptation comme paladin au sein de l’Ordre. Ce jour me paraît encore aujourd’hui le plus heureux de ma vie, ce qui n’a rien d’extraordinaire lorsque l’on sait ce qui m’attendait par la suite. Je venais à peine de fêter mes dix-huit ans et, à cette occasion, j'avais reçu un présent de ma famille lointaine, le premier depuis que j'étais parti. Il s'agissait de l'armure de plates complètes de mon père, un véritable joyau qu'il n'avait porté qu'exceptionnellement et qui, je m'en aperçus très vite, convenait parfaitement à ma stature. C'est alors seulement que je réalisai qu'à l'image paternelle, j'étais devenu un véritable colosse. La caravane qui avait convoyé ce fabuleux présent m'avait également apporté la lame ryyyk de mon père, une arme massive semblable à un grand cimeterre qu'il maniait indifféremment à une ou deux mains.

Il fallut encore deux ans de loyaux services en tant que paladin avant que je reçusse l’autorisation de l’Ordre de m’absenter pour aller rendre visite à ma famille. J’avais hâte de leur montrer ce que j’étais devenu et à quel point je m’accomplissais dans mon nouveau rôle. Le voyage ne dura que quelques semaines et je retrouvai avec une émotion enfantine les terres de mes ancêtres. J’aurais du sentir dès mon arrivée le mal en ces lieux, remarquer les changements subtils, la terreur dans les yeux des serfs, les traces discrètes que la corruption laisse derrière elle… Mais tout à ma joie, je ne remarquai rien de tout cela et me dirigeai d’un pas tranquille vers la demeure ancestrale.

En chemin, je remarquai une chapelle consacrée à Helm, sans doute construite sur les ordres de mon frère devenu seigneur des lieux. J’y entrai faire une rapide prière au Vigilant pour le remercier d’avoir fait de moi un homme comblé. Le temple était quasiment à l’abandon, noyé sous une épaisse couche de poussière et sentant vaguement le moisi. Une fois encore, je n’y prêtai pas garde, tout à la joie de mon retour, et repris mon chemin vers la forteresse après une courte dévotion.

Des gardes au regard vide m’ouvrirent les lourdes portes du manoir fortifié après avoir contrôlé mon identité. L’endroit était plongé dans une obscurité étouffante, toutes les ouvertures semblant avoir été obstruées. Je poursuivis mon chemin dans la demeure, à peine éclairé par quelques rares chandelles, butant fréquemment contre des obstacles sur mon chemin. Enfin, je parvins dans ce qui était l’ancienne salle à manger du château où une étrange assemblée m’attendait, silencieuse.

Ma mère et tous mes frères et sœurs étaient assis autour de la grand table, les deux extrémités restant libres. Le buffet était dressé comme pour une grande occasion, mais les couverts manquaient à l’appel sur la table. Une huitaine de paires d’yeux me fixait sans ciller, huit bouches affichaient un petit sourire dont le sens m’échappait, huit têtes dodelinaient doucement dans ma direction. La surprise m’empêchait de dire quoique ce fût et le silence aurait pu durer encore longtemps si une longue silhouette n’était sortie des ténèbres, de l’autre extrémité du banquet macabre, une silhouette terriblement familière.

« Bienvenue à toi mon frère. » fit la voix doucereuse d’Arrachen « Nous t’attendions. »

Je n’ai jamais appris depuis comment Arrachen était devenu un maître-vampire, ni comment il était parvenu à transformer toute ma famille en ses rejetons infernaux. Avait-il corrompu leur âme ? Les avait-il ensorcelés d’une infernale magie ? Je n’en ai jamais rien su. Mais c’était l’horrible, l’indicible vérité, aussi brusque et soudaine qu’une flèche en plein cœur.

« La famille est enfin au complet » dit presque candidement ma sœur cadette. Je contemplais avec horreur les petits crocs nacrés dans sa bouche aux lèvres sombres, et son visage enfantin, identique à celui de mes souvenirs mais désormais plus livide que celui d’un mort.

« Il était temps que tu te décides à nous rejoindre » fit Alfrorr, le prêtre de Helm désormais déchu, en me gratifiant d’un sourire carnassier. « Nous mourions d’envie de te revoir ». Les créatures non-vivantes éclatèrent de rire à ces mots, alors que je me rendais compte qu’une odeur fétide de sang flottait dans la pièce, sans aucun doute en provenance des soupières sur la table.

« Viens mon frère » reprit Arrachen « il est temps que tu prennes ta place parmi nous ». Je crois que le sort me frappa avant même que ses mots ne parvinssent à mes oreilles. Bandant ma volonté et invoquant le secours de Helm, je parvins à repousser l’assaut mental, au prix d’un considérable effort. « Notre frère n’a pas l’air de vouloir nous rejoindre » siffla le maître-vampire d’un air déçu. « Il semble qu’il faille lui forcer la main. »

Dans un parfait ensemble, les non-morts se levèrent d’un seul élan, et semblèrent voler par-dessus la table en ma direction, comme s’ils n’étaient plus soumis aux lois de la pesanteur. Je tirai ma lame en poussant un cri d’horreur absolue, le cri d’une âme brisée qui vient de réaliser que l’Enfer existe.

Je ne sais pas combien de temps le combat dura ni comment je m’en sortis indemne, mais lorsque le cri s’étouffa enfin dans ma gorge, le dernier non-vivant quittait la pièce sous forme de brume. L'armure de mon père m'avait sans doute protégé de leurs terribles griffes, mais l'incroyable vérité n'en restait pas moins la même: j’avais vaincu neuf vampires en combat singulier… Aujourd’hui encore, malgré toute mon expérience, je me sens incapable de réaliser à nouveau un tel exploit. Mais ma tâche n’était pas terminée pour autant, je le savais parfaitement pour l'avoir étudié lors de mon noviciat, et tout mon corps en tremblait par avance. J’arrachais d’un coup puissant un des pieds de la table qui s’écroula pour le compte, faisant se répandre les soupières remplies de sang et autres horreurs entreposées là. Courant d’un pas vif, j’eus juste le temps de voir la forme de brume de ma dernière victime monter à l’étage supérieur. Je la suivis du plus vite que ma pesante armure et ma respiration haletante le permettait.

La chambre était plus grande que dans mes souvenirs, mais peut-être le paraissait-elle seulement parce qu’elle était plongée dans l’obscurité. J'ôtai mon heaume, attrapai un chandelier dans le couloir et pénétrai dans l’antre des morts-vivants. Disposées en demi-cercle devant moi, neuf boîtes rectangulaires, neuf cercueils me faisaient face. Eclairant le plus proche, je me rendis compte qu’il contenait ma sœur cadette, à nouveau intacte, semblable à la petite fille endormie de mes souvenirs.

Mon corps, mon esprit et mon âme se révoltaient à l’idée du crime que j’allais commettre, mais je savais que je n’avais pas le choix. Mon bras tremblant se dressa, brandissant le pieu improvisé. Je restai ainsi une éternité, indécis, contemplant le visage serein de ma sœur assoupie. Elle était si jolie dans sa robe de satin blanc que j’avais envie de hurler, de faire demi-tour et de m’enfuir. Enfin, presque de sa propre volonté, le terrible dard s’abattit en direction du cœur de la vampire, frappant la poitrine de toute la puissance que j’étais capable de lui transmettre. La créature poussa un cri suraigu dans sa torpeur surnaturelle, le pieu arrivant à peine à s’enfoncer dans sa poitrine d’apparence chétive mais pourtant aussi dure que de la pierre. Tout en récitant des prières incohérentes à Helm, je me mis à frapper de plus en plus vite et de plus en plus fort de ma main gantée de fer sur le pieu pour l’enfoncer plus profondément dans le torse de la non-vivante. Je sentis le métal meurtrir ma main à l’intérieur du gantelet et le sang chaud couler le long de mon poignet. Je continuai tel un dément à enfoncer le pieu jusqu’à ce qu’enfin le cri de la créature se tût. D’un seul geste, je l’arrachai à son cercueil et lui tranchai la tête de mon épée. Le corps tomba en poussière avant même de toucher le sol. Je venais de tuer ma propre sœur.

Il serait faux de croire que les suivants furent plus faciles à abattre, au contraire. L’épreuve fut chaque fois un peu plus difficile, le cri d’agonie de la créature un peu plus fort et le sentiment d’horreur un peu plus insupportable. Enfin je me retrouvai au milieu d’un tas de cendres qui avait été ma famille, seul face à mon frère honni revenu des ténèbres. Je ne pouvais dénier à ses traits détendus une ténébreuse beauté qui ressortait encore plus à la lumière tremblotante du chandelier. Je m’avançai vers lui, le pieu dressé avec la ferme intention d’en finir avec cette horreur.

Mais la chose était puissante. La main droite du maître-vampire surgit du cercueil et me cueillit à la gorge. Je sentis mon énergie vitale s’échapper de mon corps, aspirée par celui de mon frère. Dans un geste désespéré j’abattis mon épée sur son poignet, le tranchant net et faisant choir sa main squelettique, réduite bientôt à l’état de poussière. Les bagues tintaient à peine en touchant le sol que le vampire avait bondi au-dessus de moi et s’était enfui dans le couloir plus vite que mes yeux ne pouvaient le suivre. J’eus beau tenter de le poursuivre puis de le débusquer jusqu’à ce que la nuit tombe, je dus me rendre à l’évidence : il m’avait échappé.

La mort dans l’âme, plus épuisé que je ne l’avais jamais été, je remontai ramasser ce qui restait des êtres que j’avais aimés et j'enfermai leurs cendres dans une grande urne que je descendis à la crypte familiale toute proche. Là, je trouvai la tombe de mon père, apparemment mort pendant mon absence et j’y enfermai l’urne en murmurant machinalement une bénédiction vide de tout sens. Puis la tête vide, le corps en ébullition, je me mis à courir dans la nuit. Une fois encore, je ne sais combien de temps je courus, mais je ne m’arrêtai qu’en butant sur un corps étendu en travers de mon chemin.

C’était un animal sauvage de mes contrées, proche d’aspect du cheval mais plus massif et plus puissant. L’animal était agonisant, s’étant brisé la patte dans un piège de chasseur. Sans même que cela passe par l’étape de la réflexion, je lui imposai les mains comme je l’avais fait des dizaines de fois auparavant et la blessure se referma doucement, l’os se ressoudant sous mes yeux. La vérité me frappa alors comme un coup de tonnerre : je possédais toujours mes pouvoirs de paladin malgré le massacre dont je m’étais rendu responsable. Comment Helm pouvait-il tolérer ce que j’avais fait, moi, qui avais assassiné ma sœur au visage d’ange? Cette question, plus que toute autre chose, me rendit un semblant de raison. Je revins lentement sur mes pas, l'animal que je nommai Katarn sur mes talons – il n’a d’ailleurs jamais cessé de me suivre depuis - un sentiment mêlant espoir et dégoût m’emplissant. Je finis par monter sur le dos de l’animal qui me ramena en quelques instants au domaine familial.

Ce dernier brûlait lentement dans le petit matin, emportant le dernier vestige de ce qui avait fait mon enfance. Une bande de serfs surexcités s’arrachaient les rares richesses qu’ils avaient pu voler avant que le feu ne se déclarât, sans doute par accident. Des bagarres étaient en train d’éclater parmi les pillards rendus fous par l’ivresse de leur libération inattendue. Je contemplai longuement cet affligeant spectacle, sentant une froide colère et une profonde haine envers les vampires - qui ne m'a jamais quitté depuis - monter en moi. Enfin, je me décidai à partir et ne revins jamais. J’ai entendu dire qu’un seigneur voisin, un cousin de ma mère, a depuis annexé les terres, bien que j’en sois devenu par la force des choses l’héritier légitime.

Les années suivantes furent des années sombres où je consacrai l’essentiel de mon énergie à traquer et détruire tous les morts-vivants que je rencontrais, pour le compte de l’Ordre du Cœur Radieux officiellement, à la recherche de mon frère démoniaque officieusement. Je ne l’ai à ce jour pas retrouvé et je serais encore à sa recherche aujourd’hui si Helm lui-même ne m’était apparu en rêve pour m’ordonner de me rendre dans la cité de Manost, de l’autre côté de l’océan. C’était la troisième fois que le Vigilant me faisait un signe pour m’indiquer le chemin à suivre et, une fois de plus, j’obéis sans discuter et me retrouvai bientôt au sein de la ville helmite.

Ainsi s’achève ma triste histoire…

--------------------------------------
--------------------------------------

Informations générales

Nom: Sire Wookiee al Kashyyyk

Race: Humain
Alignement: Loyal Bon
Classe: Paladin

Âge: 31 ans
Taille: 1m91
Poids: 88 kgs
Cheveux: blonds cendrés
Yeux: bleus acier

Feuille de personnages ADD3.5

Note: Les caractéristiques ont été déterminées par la méthode de répartition de points d'achat pour campagne dangereuse. J'ai également inventé un Don spécial d'Immunité au Plan Négatif, supposé être un don de Helm..

Niveau: Paladin niveau 13
Points de vie: 106
Jets de sauvegarde: Réflexes +6, Vigueur +12, Volonté +10

Statistiques: Force 16, Dextérité 10, Constitution 14, Sagesse 14, Intelligence 10, Charisme 15
Compétences: Concentration 5, Connaissances (religion) 5, Détection 2, Diplomatie 10, Equitation 10, Langues (Commune), Perception auditive 2

Combat

Initiative: +0
Lame ryyyk sainte: Attaques +20/+15/+10, Dégâts 1d10+6 (1d10+8 à deux mains), Critique 19-20/*2
Arbalète lourde: Attaques+13/+8/+3, Dégâts 1d10, Critique 19-20/*2, Portée 36m
Classe d'armure: Sans armure 10, Avec Harnois 18, Avec Harnois et Ecu 20

Capacités

Capacités de paladin: Aura de Bien, Aura de bravoure, Châtiment du Mal (3/j), Détection du Mal, Guérison des maladies (3/sem), Grâce Divine, Imposition des mains, Santé divine, Renvoi des morts-vivants

Dons: Arme de prédilection (lame ryyyk), Emprise sur les morts-vivants, Immunité au plan négatif, Maniement d'une arme exotique (lame ryyyk), Vigilance, Volonté de fer

Sorts de paladin

Niveau 1: 2 sorts au choix parmi Arme magique, Bénédiction, Bénédiction d'arme, Bénédiction de l'eau, Création d'eau, Détection des morts-vivants, Détection du poison, Endurance aux énergies destructives, Faveur divine, Lecture de la magie, Protection contre le Chaos, Protection contre le Mal, Résistance, Soins légers, Stimulant

Niveau 2: 2 sorts au choix parmi Alignement indétectable, Délivrance de la paralysie, Force de taureau, Protection d'autrui, Ralentissement du poison, Résistance aux énergies destructives, Sagesse du Hibou, Splendeur de l'aigle, Zone de vérité

Niveau 3: 1 sort au choix parmi Arme magique suprême, Cercle magique contre le Chaos, Cercle magique contre le Mal, Délivrance des malédictions, Détection du mensonge, Dissipation de la magie, Guérison du destrier, Guérison de la cécité/surdité, Lumière du jour, Prière, Soins modérés

Equipement spécial

Harnois de maître en adamantium: Bonus d'armure +8, Bonus de DEX max +1, Malus d'armure -5, Risque d'échec des sorts profanes 35%, Réduction des dommages 3/-, Vitesse 6m, Prix 16500 PO

Lame ryyyk bénie par Helm: Arme exotique, Dégâts 1d10, Critique 19-20/*2, Maniable à une ou deux mains; Dans les mains d'un paladin: Bonus d'altération +3, +2D6 de dommages contre les adversaires d'alignement mauvais, Confère une RM de 5+niveau du paladin, Peut lancer Dissipation suprême 1/round avec un NLS égal au niveau du paladin; Dans les mains d'un personnage mauvais: Fait acquérir un niveau négatif; Prix: à calculer.

Fidèle destrier

Nom: Katarn
Type: Destrier lourd
Taille: G

Dés de vie: 10DV
Points de vie: 100
Vitesse de déplacement: 18m
Jets de sauvegarde: Réflexes +5(+7), Vigueur +7(+13), Volonté +2(+7)

Caractéristiques: Force 21, Dextérité 13, Constitution 17, Intelligence 8, Sagesse 13, Charisme 6
Compétences: Détection +4, Perception auditive +5

Initiative: +1
Classe d'armure: 22 (-1 taille, +1 Dex, +12 naturelle)
Attaque de base/lutte: +4/+12
Attaque: Sabot (+7 corps à corps, 1d6+5) et Morsure (+2 corps à corps, 1d4+2)

Particularités: Odorat, Vision dans le noir
Dons: Course, Endurance
Pouvoirs de fidèle destrier: Esquive extraordinaire, Injonction, Lien télépathique, Transfert d'effet magique, Transfert de jet de sauvegarde

--------------------------------------
--------------------------------------

Liste des quêtes RP effectuées

Cérémonie des décorations
---> La défense de Manost. Statut: Terminé, Bilan: Mort d'Arrachen, Sanctification de la lame ryyyk en lame sainte.

Corruption par une succube
---> Une ruelle sombre du port. Statut: Terminé
---> La cérémonie de l'Oubli. Statut: Terminé, Bilan: Affecté par le baiser de la succube.
---> Une visite inattendue. Statut: Terminé, Bilan: Restauration physique, Perte des pouvoirs de paladin

L'attaque des Ombres
---> Le duel avec Meboth. Statut: Terminé, Bilan: Destruction de Meboth, perte des yeux.

La famine à Manost