Affichage des résultats 1 à 1 sur 1

Discussion: [Melandien] Ben-j

  1. #1
    Date d'inscription
    June 2004
    Localisation
    Paname
    Messages
    1 859

    [Melandien] Ben-j

    Informations générales

    Nom : Ben-j Aelandir

    Sexe : masculin

    Race : humain

    Alignement : loyal mauvais

    Classe : moine

    Origine : Eauprofonde

    Année de naissance : 1352

    Age : 20 ans

    Taille : 1m 82

    Poids : 75kg

    Cheveux : bruns

    Yeux : bleus

    Peau : blanche légèrement bronzée

    Langue parlée : commun

    Divinité : Baine le tyran dont il admire les idées, ainsi que certains dieux de la bureaucratie céleste de l’inaccessible orient.

    Gaucher


    Caractéristiques

    Force : 15
    Dextérité : 16
    Constitution : 17
    Intelligence : 13
    Sagesse : 15
    Charisme : 10


    Equipement

    Katana+1 (arme de base de tout moine du temple de Menh Hill)

    Tanto +1 (arme de base de tout moine du temple de Menh Hill)

    Bâton+2 du grand Sensei Matsuru (spécial : le bâton peut s’allonger une fois par jour jusqu'à 3 mètres, ce qui donne un bonus de +2 a CA et un bonus de +1 aux dégâts

    Une chevalière en saphir (non magique)




    Journal de Jen Aelandir, ancien directeur de l’orphelinat d’Eauprofonde, chapitre 45

    « Dès sa naissance, Ben-j Aelandir fut placé sous le signe de la contradiction. En effet, lorsque nous, les responsables de l’orphelinat d’Eauprofonde le trouvâmes sur le seuil de la lourde porte de notre sinistre bâtisse, emmailloté dans des langes de piètre qualité mais néanmoins propres, un vent glacial soufflait dehors et rabattait sur notre visage une fine grêle qui nous giflait la peau. Ce phénomène climatique n’avait rien d’extraordinaire en soi, mais il était d’autant plus exceptionnel ce jour là, car nous étions en plein cœur de l’été.
    Il devait avoir à peine un mois, et il dormait à poings fermés, malgré la tempête. Cette innocence contrastait bien évidemment avec ce qui allait l’attendre une fois le seuil franchi. Les enfants d’orphelinat se prédestinant rarement à de grandes carrières.
    Autours de son poignet était accrochée une ficelle sur laquelle figurait son prénom : Ben-j. Nous décidâmes dès lors de lui donner un nom, le mien, comme nous avions l’habitude de le faire pour tous les orphelins de notre établissement.

    Les conditions de vie à l’intérieur de l’orphelinat étaient rudes, je vous l’assure, non pas par manque de volonté de notre part, mais surtout par manque de moyen pour offrir un confort minimum à tous nos pensionnaires. Les vitraux cassés et les matelas sans ressorts ne leurs garantissaient pas de bonnes nuits de sommeil ; beaucoup de nos petits protégés ne passaient pas les terribles hivers de cette région du nord de la Côte des Epées.

    Toutefois, on aurait pu imaginer que les conditions de survie pousseraient ces jeunes gens à s’entraider pour faire face à l’adversité. Il n’en était rien. En effet, il existait, à de rares exceptions près, une grande rivalité entre tous les pensionnaires de l’orphelinat. La loi du plus fort l’emportait bien souvent. Ils se battaient pour avoir les meilleures rations de nourriture, qui n’étaient déjà pas bien copieuses, ils se volaient aussi entre eux : draps, couvertures, jouets… cela leur permettait d’améliorer leur confort bien sûr. Les victimes quant à elle, s’écrasaient.
    Tout au long de sa jeunesse, Ben-j ne fit pas exception à la règle. Comme il n’avait pas la force de persuasion nécessaire pour dominer ses semblables, il s’en prenait aux plus faibles que lui. Sa roublardise lui tenant lieu de courage. Il n’avait, pas l’âme d’un chef, mais il tenait néanmoins à faire partie de ceux qui pouvaient dominer, il préférait être le coupable que la victime.
    Même si notre orphelinat était constitué majoritairement d’humains, il possédait une population assez hétéroclite : des petits semi orques qui nous étaient laissés par leurs mères violés (n’en déplaise à ceux qui refusent le stéréotype, mais c’était souvent le cas), des petites gens et parfois des gnomes. Néanmoins, très peu d’elfes ou de nains. Ces différences accentuaient encore plus les rivalités, et généralement, les races minoritaires étaient les souffres douleur des autres, dont Ben-j faisait partie.

    C’est dans ces conditions que Ben-j fut chassé de notre orphelinat au cours de sa dixième année.
    Nos pensionnaires faisaient la queue pour recevoir leur ration journalière de nourriture lorsqu’il tenta de voler celle d’un semi orque -dont je ne me souviens plus le nom- plus fluet que les autres. Contre toute attente, ce dernier lui résista. Fou de rage qu’un être qu’il devait considérer comme « inférieur », lui tint tête, il lui sauta à la gorge. Le demi orque fut tué au cours de cette bagarre, Ben-j l’avait étranglé de ses mains. Il n’était pas spécialement puissant, mais il était suffisamment agile pour prendre le dessus sur un adversaire, même s’il s’agissait d’un demi orque.
    Nous le chassâmes le jour même et j’ignore dès lors ce qu’il advint de lui. »




    Note de Dion Artanis, membre de la guilde des voleurs de l’ombre d’Eauprofonde.

    « Je découvris Ben-j dans une ruelle des docks alors qu’il tentait de me faire les poches. Ce morpion, qui devait avoir dix ou douze ans, prit une grosse claque, et, vexé, me mordit la main. Surpris, je lui demandais son nom et ce qu’il faisait dans une rue mal famée à une heure aussi tardive (il devait être près de minuit, ou plus, ou moins, je ne sais plus).
    Il m’expliqua alors qu’il s’appelait Ben-j et qu’il venait d’être chassé de l’orphelinat pour avoir tué un « bâtard vert » comme ‘y disait.
    Il était évident qu’il ferait un piètre voleur (après tout, je l’avais surpris en flagrant délit) mais il semblait assez costaud, ce pourquoi je décidai tout de même de l’envoyer au monastère. Nos chefs nous répètent souvent que plus nos membres sont recrutés en bas age, plus ils restent fidèles à la guilde. Il faut que je vous explique: il fut un temps, où notre société secrète, cachait son activité sous la façade d’un monastère où l’on y apprenait les arcanes du combat à mains nues, des arts martiaux et de la maîtrise de soi, comme tout bon monastère qui se respecte. Une sorte de vitrine légale en quelque sorte, même si tout le monde savait ce qu’il cachait. Ce monastère était dirigé par un maître qui nous venait tout droit de Calimshan. Ce dernier avait appris son art des meilleures écoles de Kara-Tur, d’où il s’en revenait après un pèlerinage long de dix ans. Néanmoins, le monastère ne ce limitait pas à son rôle de devanture. Il arrivait que certains moines, lorsqu’ils devenaient plus aguerris, participent à nos opérations nocturnes chez les nobles de la ville. Afin de nous épauler en cas de coups durs, contre des gardes de factions, ou encore contre les puissants mages qui faisaient partie de l’armée d’Eauprofonde.

    Ben-j apprit à développer ses talents de guerrier et à canaliser ses pulsions. Au bout de quatre années, il pu se joindre à nous pour certaines de nos « sorties ».
    Plusieurs fois il n’hésita pas à tuer pour nous faciliter la tâche. Cela ne lui procurait pas spécialement une jouissance particulière mais il le faisait avec beaucoup de sang froid. Il savait que la reconnaissance passerait par là. En effet, sa réputation grandissait au sein de la guilde, et sa fortune (bien que légère) aussi par la même occasion, et cela semblait lui plaire.
    J’ai le souvenir qu’il était de nature assez antipathique, froide et distante. Il était aussi très intolérant, envers les autres races, les gens en bas de l’échelle sociale, les mendiants, mais aussi envers ceux qui faisaient mal leur travail, qui n’avaient pas son talent. Bref de manière générale, envers les gens plus faibles, qu’il méprisait et raillait. Mais ces traits d’esprit marquaient aussi un manque de confiance en soi, un certain pessimisme, ce pourquoi il était continuellement en quête de considération.

    Malheureusement pour lui, ce fut à cette époque là que la guilde perdit son influence dans la ville. Le gouvernement excédé par notre activité toujours plus importante lança une grande offensive contre nous. L’armée rasa la guilde sans autre forme de procès. Cette dernière affaiblie en fut divisée et n’a aujourd’hui encore pas retrouvé l’influence de son âge d’or.
    Le monastère fut détruit et je ne sais ce qu’il advint de Ben-j. »




    Témoignage de Chan Mishimo, commerçant de son état et citoyen de Kara-Tur.

    « Je rencontrai Ben-j Aelandir alors que nous étions en partance d’Eauprofonde pour Kara-Tur afin de nous réapprovisionner. Voyez-vous, je suis un marchand itinérant, je voyage dans tout Féerune et vends de la marchandise exotique en provenance de Kara-Tur, que ce soit des armes ou de belles étoffes… Je suis connu dans tout l’ouest de Toril, et ma réputation n’est pas à refaire. Comme chaque année, à l’approche de l’hiver, nous repartions, moi et mes associés, pour Kara-Tur afin de regarnir notre stock.
    Il vint vers moi alors que je rangeais une série de robes en soie, et me tint ces mots :

    -Dis moi, face de citron, tu comptes aller à Kara-Tur ? Prend moi avec toi alors, je souhaite m’y rendre !
    Je regardais ce jeune homme malpoli qui venait de m’insulter sans aucune raison et lui dit :
    -Oui j’y vais monseigneur, mais je ne vois pas pourquoi je devrais m’encombrer d’une personne qui me parle sur ce ton là.
    Ma réponse le vexa, et voyant qu’il ne m’impressionnait pas, il changea de ton :
    -Pour tout vous dire, monsieur, je m’appelle Ben-j Aelandir et je compte me rendre à Kara-Tur afin d’y apprendre les arts martiaux dans un de vos puissants monastères. En voyant votre imposante caravane –imposante elle l’était, mes associés et moi étions protégés par une cohorte de mercenaires afin d’assurer la dangereuse traversée des Territoires de la Horde qui séparent Féerune de Kara-Tur- je me suis laissé dire que vous pourriez m’y emmener, je vous paierai si besoin et m’engage à assurer votre défense durant la traversée.
    Ce changement de ton montrait un manque de confiance en soi, même si Ben-j semblait avoir une haute estime de sa personne. Cependant je m’engageais à le prendre avec moi, moyennant finance, un renfort de plus ne pouvant être que bénéfique.

    Nous traversâmes les Territoires de la Horde sans encombre.
    Nous arrivâmes après un mois de traversée, à hauteur des vallées verdoyantes et des montagnes enneigées de Kara-Tur.
    Plusieurs fois, lors de notre trajet, je lui montrais du doigt les monastères susceptibles de l’intéresser, y compris le fameux monastère de Yuan, défenseur du bien et fort apprécié dans la région. Mais il n’y montra guère d’intérêt.
    Nous arrivâmes un jour en territoire de Shou Lung, à hauteur du sombre monastère de Menh Hill, qui surplombait l’imposant Mont Tan. Il suscita aux yeux de Ben-j un intérêt particulier. Il me demanda :

    -Pourquoi ne me vantez-vous pas les mérites de cette forteresse ?
    -Voyez-vous, seigneur, je ne vous conseille pas. Il s’agit du temple de Menh Hill, il a réputation de former ses disciples de manière maléfique, cette abomination terrorise les villages voisins et son but avoué est de prendre le pouvoir de la région et d’y imposer un régime totalitaire.
    Je n’eu pas le temps de finir ma phrase de Ben-j partait déjà dans sa direction. »




    Extrait des mémoires de Kenitchi Matsuru, grand Sensei du monastère de Menh Hill, chapitre 243.


    "Lorsque Ben-j se présenta au monastère, je vit tout de suite que ce gamin avait les mêmes valeurs et les mêmes idéaux que ceux prônés par notre temple. Ce pourquoi, je l’admis dans mon monastère pour en faire un des notre. Ce privilège, que je n’avais jamais accordé à un étranger auparavant, imposait dès lors à Ben-j d’être irréprochable quant à son apprentissage et les actes qui en découleraient.
    Je lui exposais donc le projet que nous avions, moi et les autres maîtres, envisagé d’entreprendre depuis vingt ans déjà, et que nous comptions mettre à exécution très prochainement : s’emparer de la région et l’asservir. Notre influence s’entendait déjà aux villages environnants que nous avions soumis de force, et nous espérerions l’agrandir en s’emparant des trois places fortes voisines, appartenant à l’armée de Shou Lung qui nous entouraient. A partir de là, nous dominerions sur un vaste isthme sur tout l’est de la région, ce qui nous permettrait de lancer une vaste offensive pour s’emparer de Shou Lung et renverser le pouvoir en place. Tel était donc notre but, et il semblait convenir à Ben-j.

    L’acceptation de Ben-j par les autres disciples fut difficile, ces derniers le dédaignaient puisqu’il était un étranger. Ben-j le leur rendait bien, ce qui ne facilitait pas la tâche non plus. Quelques rixes éclatèrent entre lui et d’autres élèves, néanmoins sans gravité, puisque nous veillions toujours à maintenir l’ordre.

    L’apprentissage de Ben-j se passa pourtant plutôt bien, il était un élève doué, un des plus doué du monastère ce qui lui valut d’être jalousé parfois par d’autres, moins bons.
    Nous lui apprîmes l’art du combat à mains (et à pieds) nues. Nos techniques jugés barbares par d’autres monastères étaient pourtant efficaces : réitérer les mêmes gestes, les mêmes coups pendant des heures, dans le vide ou contre des planches de bois, dans le but de renforcer la musculature et les os. Nous utilisions aussi des esclaves pour les faire combattre contre nos élèves. Esclaves qui pouvaient être des gobelinoïdes, mais aussi des humains des villages environnants qui se rebellaient ou encore certains de nos élèves, qui trop faibles, ne servaient donc plus qu’à combattre dans l’arène et à mourir.
    Notre enseignement passait aussi par l’apprentissage des armes : katanas, nunchakus, bâtons et autres lames de Kara-Tur devaient faire partie de la panoplie du moine de Menh Hill. Ben-j excellait particulièrement dans la maîtrise du katana et du bâton.
    Enfin, notre nos élèves apprenaient bien sûr à développer leur spiritualité dans de longues séances de méditation afin d’atteindre l’accord parfait entre le corps et l’esprit.
    Nous accordions aussi, pour éviter les tensions, quelques instants de détente et de jeux. Nous organisions des combats d’esclaves dans les arènes, particulièrement jouissifs lorsqu’il s’agissait de faire combattre deux monstres de la même tribu, ou deux membres de la même famille. Nous divertissions aussi nos disciples en leur offrant des filles que nous allions chercher dans les villages voisins.

    Au bout de cinq années de cet entraînement quotidien, Ben-j devint un véritable moine de Menh Hill à part entière, et ce fut à cette période que nous décidâmes de lancer l’offensive contre nos ennemis. Ben-j tenait à participer activement aux combats et à s’imposer dans les batailles. Il espérait sûrement obtenir en retour des responsabilités dans les territoires que nous occuperions.
    Le premier jour, nous lâchâmes l’offensive sur la forteresse la plus proche du monastère. Cette dernière tomba rapidement puisque nous avions eu l’excellente idée d’y introduire des espions dans ses murs qui nous ouvrirent les portes de nuit. A l’aube les généraux avaient abdiqué et furent décapités sur place.
    Le deuxième jour, nous divisâmes nos forces en deux pour s’emparer des deux forteresses suivantes. Ben-j faisait partie du groupe ayant en charge la place forte la plus à l’est. Celle-ci, mal défendue tomba rapidement. Nous rencontrâmes plus de résistance sur l’autre forteresse, mais nous eûmes la bonne idée, plutôt que d’enregistrer des pertes considérables, de l’assiéger. Au bout d’une semaine, la famine se faisant sentir, les chefs abdiquèrent, et ils furent décapités comme leurs semblables.
    Dès lors, le plus dur restait à faire : tenir face à l’armée de Shou Lung, qui n’allait pas tarder à arriver en provenance de la capitale.
    Entre-temps, Ben-j eu la charge de la forteresse dont il avait participé à la prise, au grand dam des autres moines, qui ne comprenaient pas, et je peux le concevoir, qu’un étranger eut des responsabilités aussi importantes. Néanmoins, je lui ai fait confiance… à tord.

    L’armée arriva au bout de trois semaines, sur la forteresse de Ben-j. Plus forte en nombre, elle pénétrait chaque jour un peu plus dans la forteresse, Ben-j ne parvenait pas à les mettre en déroute. Néanmoins, il avait ses toutes chances puisque nous avions quitté les deux autres places fortes et courrions sur l’armée pour les prendre en revers. Mais nous n’eûmes pas le temps puisque Ben-j sombra trop tôt. En effet, au sein même du bastion, les autres moines qui étaient sous ses ordres contestèrent ses décisions; il n’était jamais parvenu à les convaincre, par manque de persuasion, peut-être parce qu’il prenait vraiment de mauvais choix, mais aussi parce que les autres moines n’appréciaient pas d’être dirigés par un étranger. Le groupe fit sécession, et deux chefs furent élus. La défense, dès lors scindée en trois, quelques uns étaient restés fidèles à Ben-j, essayait séparément de garder le bastion, sans se parler, ni élaborer une stratégie commune. Divisée de cette manière, elle chuta, et l’armée reprit la forteresse. Puis elle se jeta sur nous qui étions venu à sa rencontre, et nous perdîmes les deux autres places fortes chèrement acquises.
    L’armée nous repoussa dans notre monastère, qui ne fut pas détruit néanmoins, mais placé sous surveillance.
    Notre plan, qui relevait somme toute de l’amateurisme, il faut l’avouer, fut un échec, et nous fûmes la risée des autres monastères.

    Pour avoir échoué dans sa mission, Ben-j fut bannis du monastère pendant dix ans. Il partit donc, prit la première caravane de passage vers Féerune et se promit de revenir dans dix années. Néanmoins, comme il s’en alla après avoir préalablement volé mon précieux bâton de combat, il sera exécuté sur le champ si jamais il revenait poser ses pattes ici."


    MAJ: quête: lutte pour le trône du soleil.
    De son dépard de Féerune, Ben-j migra vers le nouveau monde sur le continent de Dorrandin.
    Son arrivée sur cette terre ne fut pas des plus modeste puisqu'il fut directement chargé d'une importante mission qui allait marquer les heures les plus sombres de la ville sainte de Manost.
    Chargé avec d'autres acolytes d'assassiner l'héritier d'un obscur royaume, il participa à créer un climat de terreur et de violence dans la ville helmite pendant quelques semaines allant jusqu'à détruire l'imposant amphithéâtre de la cité.

    Toutefois, il échoua dans sa mission et se rendit à Melandis en companie de Duorok, dont il fit la connaissance à Manost, et s'engagea dans la guilde de mercenaire que ce dernier dirigeait.


    MAJ:quête: quête d'intégration à la guilde de Zaefal

    MAJ:quête: "Démaudire" Mekren

    MAJ: Quête: le monastère de l'astre ancien
    Dernière modification par Mornagest ; 11/09/2007 à 12h49.
    Téléchargez donc ce superbe perso pour SOA... Et celui-ci pour TOB !
    Mon vrai moi...
    ... et mon moi RP
    Pour faire parler Ben-j en RP: salmon (comme le poisson)

Discussions similaires

  1. [Melandien] Siegfried
    Par Siegfried dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 12/11/2005, 10h21
  2. [Melandien] Dreiyan
    Par Dreiyan dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 25/08/2005, 23h10
  3. [Melandien] Bouliiar
    Par Bouliiar dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 1
    Dernier message: 06/07/2005, 15h19
  4. [Melandien] Wotan
    Par wotan dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 20/11/2004, 20h42
  5. [Melandien] Morlak
    Par Morlak dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 10/06/2003, 16h59

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237