Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: [TD] La ferme de l'Homme qui Frappe

  1. #1
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    dans le brouillard
    Messages
    27 401
    Ils arrivent d'ici...

    " C’est bon, on s’arrête, j’ai mal aux pieds, j’en ai ma claque ! "
    Onzième jour de marche et les grandes étendues rocheuses commencent seulement à faire place aux collines plus fertiles. Le soleil, toujours aussi brutal, lorgne les voyageurs dans un ciel azur à ravir ceux qui n’ont d’autre occupation que l’oisiveté.
    Galathée, maculée autant de poussière que de taches de rousseur, avait l’impression que ses bottes allaient rendre l’âme, comme d’ailleurs ses jambes, ses poumons, et le reste. Brise-Caillou était un guide hors pair, mais au fur et à mesure qu’il reprenait du poil de la bête, son rythme de marche avait considérablement augmenté et les journées s’étaient allongées. Galathée ne suivait plus.

    " Hey ! Casse –Caillasse ! Je te parle, moi ! "
    Le gnoll fit volte-face et la dévisagea, les oreilles dressées, l’œil vif, appuyé sur le bâton qu’il s’était taillé dans la branche basse d’un curieux arbre porc-épic qu’ils avaient croisé des jours auparavant. S’il avait décidé de la manger, elle n’aurait pas tenu cinq minutes. Elle était forcée de constater qu’avec le temps, elle commençait à trouver l’allure de son compagnon de plus en plus normale et de moins en moins repoussante. C’était un gnoll. Chacun a ses problèmes.
    " Je suis crevée... "dit-elle.
    Il ouvrit légèrement la gueule et elle sut qu’il se fichait d’elle. Elle ramassa un caillou qu’elle lui lança, sans vraiment viser, et il l’évita d’un pas de côté, sans broncher.

    " Galathée vouloir rejoindre Manost, oui ? "
    " Oui. Bien sûr que oui. Mais j’aimerais autant, je ne sais pas... Grimper sur ton dos ! "
    Il inclina la tête, comme s’il y réfléchissait un instant. Mais la réponse fut sans appel.
    " Marcher meilleur pour Galathée. Moi encore très faible... "
    " C’est ça, bien sûr, pauvre petit... " grogna-t-elle en le rejoignant au sommet de la colline. Les pistes gnolls étaient peu à peu devenues visibles à ses yeux. Au début, elle s’était contentée de suivre Brise-Caillou sans réfléchir, mais peu à peu les signes laissés par leurs prédécesseurs apparaissaient dans la rocaille, sur le tronc des arbres ou l’herbe rase. Loin de se contenter de flécher des parcours, les traces abandonnées par les gnolls signalaient les mauvaises rencontres, les arbres fruitiers, les terriers où se cachaient les repas du soir et les habitations humaines. Jusqu’ici, Galathée n’avait jamais eu envie d’aller à la rencontre des siens. Elle les retrouverait tôt ou tard et son confrère velu s’avérait un interlocuteur tout à fait acceptable.
    En contrebas de la colline s’étendait une ferme isolée, plantée au milieu de prés verdoyants. Ces derniers étaient maculés de dizaines de petites taches blanches et noires.

    " Des chèvres... " murmura Galathée.
    " Bon, ça, chèvres... "
    Elle le dévisagea et vit à nouveau cette attitude d’excitation légère.
    " J’espère que tu ne suggères pas que nous allions en chiper une... " dit-elle, sans se faire d’illusion.
    " Non. Deux. " dit le gnoll.
    " Deux ? Attends une seconde... Je ne vole pas le bien d’autrui, moi ! "
    " Pas toi, alors. Moi. "
    " En plein jour ? "
    " J’attendre nuit. Sasquatch venir avec moi, oui, Sasquatch ? "
    Le hibou ouvrit un oeil et hulula, comme pour donner son accord.
    " Je rêve. "
    " Bien. Nous reposer pieds de Galathée jusque nuit. "
    Il avisa un rocher et alla s’asseoir dans son ombre, sur une pierre plate. Il déposa précautionneusement son paquet, qui renfermait toujours les crânes de ses trois compagnons tombés au combat, en grommelant quelques instants, comme il le faisait à chaque étape. Galathée pensait qu’il s’agissait là d’une sorte de prière mais elle n’osait pas lui poser la question. Elle jeta son sac dans un coin et chassa le hibou, qui alla se réfugier dans un coin frais, entre deux buissons en fleurs, pour y passer les dernières heures de la journée.
    " Je n’ai pas dit que j’étais d’accord... "
    " Je mange chèvre ou je mange toi. " dit Brise-Caillou.
    " Mauvais argument. " fit-elle en croisant les bras.
    Le gnoll réfléchit un instant, ses yeux jaunes se perdant dans une contemplation silencieuse du ciel bleu.

    " Fermier méchant. Très. Tuer beaucoup gnolls... "
    " Mais vous lui volez des chèvres ! "
    " Galathée pense vie gnoll même que vie chèvre ? "
    " Moi pas mais..."
    Elle faillit continuer mais se retint. Certaines vérités n’étaient pas belles à entendre.
    " Méchant avec chèvres aussi. Avec lion dans la montagne. Et grand aigle. Homme méchant avec petits aussi. Avec femme. Gnolls appeler lui... " Il inspira deux fois et grogna, exposant ses babines brunâtres, les oreilles couchées. Galathée avait compris qu’une partie du sens de leurs mots se trouvait dans les mimiques de leur visage. " Homme qui Frappe le Sang. "
    " Il frappe sa femme et ses enfants ? "
    " Frappe tout. "
    " C’est vrai ? "
    " Oui. "
    " Tu ne dis pas ça juste pour pouvoir voler deux chèvres sans que je ne dise rien ? "
    Encore cette attitude de moquerie.
    " Tu me racontes n’importe quoi ! "
    " Galathée écouter coeur. " répondit-il et sans attendre de réponse, il ferma les yeux et fit mine de s’endormir.
    Galathée se redressa et contempla la ferme, nichée dans son vallon.

    " C’est toujours mieux que d’écouter son estomac... Enfin, je pense. " murmura-t-elle pour elle-même.
    Lathandre est le début du plaisir
    Et Luménis c'est par ...


    En RP : Albérich Megrall & Hubert de Maleval. La bio de l'un et la bio de l'autre...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

  2. #2
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    dans le brouillard
    Messages
    27 401
    Galathée s’éveilla en sursaut, submergée par une angoisse diffuse. La nuit était d’un noir profond, parsemée de millions d’étoiles distantes, qui dessinaient des arabesques étranges. Les constellations du Sud lui étaient peu familières et elle renonça à les identifier. Un bruissement la fit sursauter, au moment où Sasquatch se posait sur les rochers. Quelques secondes plus tard, la silhouette dégingandée de Brise-Caillou faisait irruption à leur côtés, les épaules chargées de deux formes irrégulières. Un des deux fardeaux bougea brusquement et laissa s’échapper un bêlement misérable.
    " Vous l’avez fait ! " s’exclama Galathée, outrée, ne doutant pas un instant que le hibou se fut joint à la curée.
    " Parler plus tard. Maintenant, marcher. " trancha Brise-Caillou et sans rien ajouter, il commença à descendre de la colline.
    Sasquatch reprit son envol lourdement, jetant un dernier coup d’œil sur la jeune femme, qui en deux temps trois mouvements rassembla ses affaires et rejoignit le gnoll. Ils cheminèrent dans un silence brisé seulement par les cris pathétiques de la chèvre, réguliers, qui semblaient ne déranger en rien son kidnappeur. Galathée, elle, en avait froid dans le dos. Le second fardeau était silencieux, et elle devina que l’animal était mort.
    Ils marchèrent jusqu’à l’aube, quand Brise-Caillou, avisant une grotte naturelle, s’y engagea. Galathée reconnut le signe gnoll, gravé à même la rocaille, qui signifiait que le repaire était sûr et confortable. Sasquatch avait disparu entre les étoiles des heures plus tôt et les rejoindrait selon ses envies.
    Dans la pénombre grise du refuge, Brise-Caillou jeta ses paquets sur le sol et alla s’asseoir dans un coin. Galathée nota son poitrail ensanglantée, mais à son attitude, elle sut qu’il n’était pas la propriétaire de l’hémoglobine ainsi répandue. Le cou tordu à un angle anormal, une petite chèvre noire gisait, égorgée.

    " Tu l’as tuée avec ta gueule ? ! ! " s’exclama Galathée.
    " Oui. Problème ? " demanda Brise-Caillou en la regardant droit dans les yeux, d’un ton qui, même pour un gnoll, n’était pas sujet à interprétation.
    " Non. Non, bien sûr. "
    Elle reporta son attention sur la seconde créature qui tremblait de tous ses membres, prostrée le plus loin possible du corps de sa congénère. Galathée alla vers elle, s’assit non loin et lui murmura quelques paroles apaisantes. Ensuite, elle tendit une main vers sa tête, la toucha et tenta d’établir un contact visuel. Elle sentit la chèvre se détendre.
    " Je ne vais pas te faire de mal... " murmura Galathée.
    La chèvre se rapprocha et émit un bêlement misérable. Galathée lui flatta le cou, puis le flanc. C’était une jeune femelle, à peine plus qu’un chevreau, aux cornes minuscules et aux grands yeux sombres. Brise-Caillou, lui, s’était assoupi en quelques secondes. Sasquatch venait de rentrer pour son somme de la journée.

    Galathée regarda le gnoll. Le hibou. La chèvre. Quel équipage. Il lui semblait que la crise les guettait et elle ne savait pas quelle forme celle-ci prendrait. Brise-Caillou avait complètement récupéré, il avait beau n’être qu’un adolescent, elle n’était pas certaine de pouvoir avoir le dessus. Leurs rapports étaient cordiaux, parfois franchement amicaux, mais il restait un gnoll, et les gnolls sont des monstres.

    " Monstres... " murmura-t-elle en regardant la chèvre.
    Et soudain, un sentiment d'urgence la saisit. En une seconde, elle fut debout et poussa l’animal au dehors. Ensemble, Galathée et la chèvre coururent droit vers l’est, vers la mer, et la route, quelque part, n'importe où. Elle hésita un instant en devinant les signes de la piste gnoll, mais s’en écarta sciemment. Ce n’étaient pas exactement des adieux en bonne et due forme, mais elle n’avait plus le temps de penser et elle courut aussi loin qu’elle put, à travers le terrain herbeux des premières collines, dévalant pentes après pente, sans idée précise de la direction à prendre, par dessus racines et rochers, débusquant oiseaux et rongeurs dans sa course, droit devant, loin surtout.
    Essoufflée, elle finit par s’arrêter dans un petit vallon encaissé, au fond duquel coulait un ruisseau terreux. Ses poumons la brûlaient et ses jambes, tremblantes, avaient déclaré forfait.

    " Décidément, je n’ai plus quinze ans... " dit Galathée en reprenant son souffle. La chèvre, tranquille, ne répondit rien, se contentant de brouter l’herbe autour d’elle.
    La jeune femme s’allongea dans l’herbe et respira lentement, de grandes goulées d’un air qui se réchauffait déjà. Elle grimaça en pensant au coup de tête qui l’avait menée là mais il était trop tard pour faire demi-tour, et Manost ne pouvait plus être si loin que ça. Le ciel s’assombrit un instant, comme Sasquatch passait par dessus elle et se posait à proximité. Elle l’entendit ronchonner et il sauta lourdement sur sa poitrine, la gratifiant au passage d’un coup de bec dans le nez.

    " Salut Sasquatch... "
    Le hibou s’assit et la fixa de ses grands yeux globuleux, dans lesquels elle distingua un petit éclair de reproche.
    " On dirait que tu ne peux pas te passer de moi... "
    Une femme, un hibou, une chèvre. On avait déjà vu plus étrange sous le soleil de Toril.
    Lathandre est le début du plaisir
    Et Luménis c'est par ...


    En RP : Albérich Megrall & Hubert de Maleval. La bio de l'un et la bio de l'autre...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

  3. #3
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    dans le brouillard
    Messages
    27 401
    Galathée s’éveilla lorsque des gouttes commencèrent à lui tomber sur le visage. Elle garda un instant les yeux fermés, désireuse de profiter un instant de l’averse. Mais rien ne vint. Elle ouvrit un oeil pour découvrir que le soleil était masqué par une ombre qui n’était que trop reconnaissable. Et la pluie était juste de la bave de gnoll. En une seconde, elle bondit sur ses pieds et recula. Une bouffée de chaleur lui prit les tempes alors qu’elle dévisageait, le coeur battant, son interlocuteur.
    « Je excuse » annonça simplement Brise-Caillou en s’asseyant sur le sol.
    La tension retomba comme elle s’était levée.

    « Je pas faire attention toi beaucoup. Je excuse. » répéta-t-il.
    Puis les oreilles dressées et de la gueule entrouverte sur sa monstrueuse langue grise, il l’invita à s’exprimer, attentif et sociable, comme un jeune loup facétieux.

    « C’est moi qui suis désolée... » dit Galathée. « Je ne sais pas ce qui m’a pris, je pense... Que j’ai eu peur de toi. »
    « Galathée pas avoir peur. »
    « Je sais, c’est bête. Mais on est comme on est, et je suis... Humaine. Et tu es un gnoll. »
    « Alors ? »
    « Alors en général... » murmura-t-elle.
    Elle sourit.

    « Mais nous ne sommes pas en général, nous sommes en particulier. »
    Elle revint vers lui et lui tendit la main pour l’aider à se relever. Ce n’était qu’un geste, car elle n’aurait probablement pas eu la force de tirer sa carcasse, mais il se dressa en saisissant ses doigts de sa patte énorme.
    « Je donne toi la chèvre. »
    Galathée regarda l’animal qui, éperdu, avait gagné l’extrémité sud du vallon.
    « Elle ne t’aime pas beaucoup, en tout cas. »
    « Je rien fais ! » se défendit-il tandis qu’elle rejoignait la petite créature apeurée et de nouveau, joignait leurs esprits pour la détendre. Ensuite, chèvre et humaine rejoignirent le gnoll.
    « Je surprise. Toi viens » fit Brise-Caillou en lui faisant signe.
    A la hauteur du soleil, Galathée devina qu’il était passé midi. Quelle idée de s’assoupir en pleine nature, au beau milieu de la journée. Elle avait eu de la chance qu’une bande de maraudeurs ne lui tombe pas dessus. Mais les vertes prairies tranchaient tellement sur les rochers des premiers jours qu’elles inspiraient la sérénité, par contraste. Derrière une seconde colline, Galathée trouva la mer. Une petite crique s’incurvait dans les terres, et fier, un voilier y mouillait. Brise-Caillou s’aplatit contre le sommet de la colline pour observer le mouvement de petites silhouettes qui allaient et venaient sur un ponton.

    « Je voir eux. Bateau vers Manost... Trois jours ? »
    « En trois jours, tu penses ? »
    « Bons vents, je sens. »
    « Peut-être que ce sont des pirates... »
    « Non. Marchands. Je connaître, je piller déjà. »
    « C’est du propre. »
    « Je être moi. »
    « Je sais. C’est bien comme ça. »
    « Toi voir eux, aller Manost. »
    « Et à pied, c'est encore long ? »
    Bizarrement, alors que l’opportunité était devant elle, Galathée ressentait un certain doute.
    « Galathée drôle. Galathée prendre bateau. Bien aller avec chèvre et Sassash »
    « Et Sassash, oui. »
    L’oiseau s’était posé près d’eux et dissimulait sa tête sous son épaule pour la protéger du soleil.
    « Merci Brise-Caillou... » dit-elle.
    « Rien. Heureux. »
    Elle l’étreignit brusquement, puis se leva. Le gnoll ne bougea pas.
    « Bon vent et attention aux gobelins... »
    « Pas oublier. »
    « Pas oublier. »
    Elle lui sourit et commença à descendre le long de la pente. A mi-chemin, l’herbe devenait sable, coulant jusqu’à la mer. Elle sentit son coeur se serrer, mais résista à l’envie de faire demi-tour. Docile, la chèvre trottinait à ses côtés, et Sasquatch se posa sur son épaule. Encore quelques mètres. Les marins allaient bientôt l’apercevoir, il faudrait qu’elle montre patte blanche, qu’elle négocie sa place à bord. Arrivée sur la plage, elle jeta enfin un regard en arrière. Le sommet de la dune était désert. Il était parti. Machinalement, elle fit danser entre ses doigts la petite vertèbre de gobelin qu’il lui avait donnée. Elle entendait des voix se rapprocher derrière elle. Le bout du monde attendait.

    Et une ellipse plus tard, on arrive là...
    Lathandre est le début du plaisir
    Et Luménis c'est par ...


    En RP : Albérich Megrall & Hubert de Maleval. La bio de l'un et la bio de l'autre...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

Discussions similaires

  1. [EPIC] Mission 8, où est l'homme de glace ?
    Par zealot dans le forum Le Bazar de l'Aventurier
    Réponses: 2
    Dernier message: 25/04/2007, 20h58
  2. [SOLUCE] Anneau de l'Aube, où trouver l'homme ?
    Par azalim dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 4
    Dernier message: 11/11/2006, 01h12
  3. [SOS] Les bandits et la ferme
    Par emrys dans le forum Méga-mods : Big Picture, The Darkest Day, Shadow Over Soubar, Tortured Souls, Check The Bodies, Nev
    Réponses: 2
    Dernier message: 04/11/2006, 11h40
  4. Raisonnement sur l'évolution de l'Homme
    Par Shinook dans le forum Les Archives du Comptoir
    Réponses: 17
    Dernier message: 28/11/2005, 14h05
  5. [Quête]La ferme de Sardan
    Par Garfield dans le forum La Vallée du Nirvana
    Réponses: 22
    Dernier message: 26/06/2005, 22h39

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231