Viviane arriva près des montagnes qui se trouvaient au nord de Manost, et dont la forêt qui se trouvait au pied de celle-ci abritait de nombreux ermites parmi les plus savants. C'était pour consulter Erehdor, Vieux druide un peu fou mais aussi sage parmi les sages.

Elle s'arrêta à l'orée de la forêt, car la végétation était trop dense pour son cheval, de plus, les animaux sauvages n'aimaient pas trop tout ce qui était domestiqué et qui n'était plus son propre maître. Le trajet, à pied, jusqu'à la grotte d'Erhedor serait long mais ne pourrait lui être qu'utile et même si le druide ne lui disait rien d'intéressant elle aurait fait de l'exercice, ce qui un jour ou l'autre s'avère toujours bénéfique. C'est donc décidé qu'elle pénétra dans la forêt. Elle marcha pendant trois bonnes heures et arriva dans la partie centrale de la forêt. Ce lieu était appelé communément la Forêt Profonde et était appelé Gil-Elad par les elfes. Arrivé en ce lieu elle continua à marcher jusqu'à arriver à une sorte de petite clairière d'où l'on apercevait nettement le soleil, elle ouvrit le sac qu'elle avait pris avec elle, déposa son arc et ressorti de son sac un sandwich à moitié écrasé et se mit à manger. Elle savait grâce aux nombreuses légendes qui se racontaient dans les tavernes sur cet endroit qu'il était totalement stupide de chercher Erhedor dans sa caverne et que si vous vouliez le trouver, il suffisait d'attendre le temps que le sage pensait nécessaire. Dès que Viviane s'arrêta, les oiseaux se mirent à chanter une douce mélodie pour avertir le druide qu'une étrangère se trouvait dans la forêt profonde. La mélodie se répandit dans la forêt à la vitesse d'un cheval au galop et Viviane sut que l'ermite saurait bientôt qu'elle serait là, encore faudrait-il l'attendre. Ayant finie son repas, Viviane se coucha sur la pierre et commença à somnoler pour se reposer de la randonnée difficile qu'elle avait dû endurer pour arriver jusqu'ici.

Alors qu'elle commençait à s'endormir, elle entendit un bruit et se réveilla promptement. C'était un ermite qui marchait avec une dizaine d'écureuils sur les épaules, et à peu près autant qui le suivaient. L'ermite riait car les écureuils s'amusaient à le chatouiller avec leur queue. Celui-ci se tourna vers Viviane et dans un grand sourire lui dit: "Il ne devrait plus tarder, il avait juste quelques affaires à ranger mais il sera bientôt là." Confiante, Viviane se rendormit et tomba rapidement dans l'état que les savants nomment phase profonde du sommeil. Elle avait bien dormi cinq heures quand un écureuil s'approcha timidement d'elle et lui chatouilla gentiment le menton, aussi subtilement que lorsque les mères embrassent leurs enfants avant qu'ils se couchent. Alors que le tonnerre ne l'eut pas réveillé, la caresse de l'écureuil eut effet de la réveiller immédiatement. Quand elle commença à émerger, elle se rendit compte qu'Erhedor était là et qu'il avait dû la regarder dormir. Elle reprit ses esprits et lui dit:

-Excusez-moi de vous avoir fait attendre, tel n'était pas mon souhait mais l'atmosphère de cette forêt prête au repos.

-Ne vous-excusez pas, lui dit-il, c'est moi qui devrais vous remercier. Il est si rare de voir un être humain dormir dans cette partie du monde, et cela était aussi reposant que de se reposer sois-même de vous regarder dormir.


Viviane ne sut quoi dire et comme le font beaucoup de personne dans ce cas-là, elle se tut.

-Que puis-je faire pour vous et votre ami pour vous aider à retrouver votre second ami, reprit-il.

Viviane ne s'étonna même pas qu'Erhedor connaissait le motif de sa présence car il était connu que les plus grands sages savaient lire les rêves des autres.


Elle déballa ses questions sans s'assurer que son interlocuteur les comprenait toute.

-Je voudrais savoir si je dois aller tout de suite à Luménis pour aider mon ami? Est-ce que je dois encore demander de l'aide ? Est-ce que mes ennemis sont aussi dangereux que je le pense? Est-ce que le Djeck est un compagnon de confiance? Comment trouverais-je mes ennemis?

Heureusement celui-ci semblait avoir tout saisi et il dit:

-Oui. Pas si tu n'en sens pas le besoin. Non. Oui. Un observateur anonyme t'aidera.

Elle sut qu'elle ne pourrait pas lui en demander plus et avant qu'elle n'ait pu le remercier, il se détourna et parti. Viviane avait tout de même eut les réponses à ses questions et une partie du doute qui l'habitait s'en était allé. Elle se tourna vers ses affaires et remarqua que là où elle était allongé il y a peu se trouvait un anneau vert et jaune sans rubis. Elle l'observa un moment et regarda autour d'elle pour savoir si la personne qui avait déposé l'anneau était encore là, puis ne voyant rien elle fourra l'anneau dans sa poche et repartie en sens inverse. Elle mit moins de temps à sortit de la forêt qu'elle n'en avait mit à arriver à la Forêt Profonde.
Elle siffla et son cheval arriva. Elle monta dessus et reparti en direction de la ville.