Affichage des résultats 1 à 23 sur 23

Discussion: [Bâtiment] Demeure du Maître Barde Seina

  1. #1
    Seina Invités
    ............................................................ Le Harpe et le Luth</span>

    Le quartier Bourgeois est un lieu de luxe et de sécurité. Les Domaines y sont étendus et éclatent de beauté. Seuls les plus riches et les plus influents membres de la cité peuvent s’enorgueillir de posséder une demeure en ces lieux. C’est ici que le Barde Seina a choisi d’y construire sa demeure. Pour ce faire il a payé rubis sur ongle une cohorte d’architectes pour lui concevoir un palais à la hauteur de ses goûts. Ce ne fut pas une mince affaire, nombreux furent les architectes décapités pour ne pas avoir réussi à satisfaire les désirs du dirigeant. Mais le résultat est de toute beauté.


    Si vous avez le plaisir de vous promener dans le quartier des Merisiers, vous aurez l’opportunité d’apercevoir l’extérieur de la demeure du Barde.

    De hautes grilles argentées limitent l’accès à la propriétés. Ces grilles de 3 mètres de hauteur sont finement ciselées de manière à ce que la grille semble ondulée et mouvante malgré la rigidité du métal qui les constituent. Derrière ces imposantes piques d’alliage fut plantée une Haie d’arbustes qui éclatent de verdure à n’importe quelle saison de l’année. Ainsi l’activité du domaine n’est pas offerte en pâture à la curiosité des badauds. La seule manière de savoir ce qui se trouve au sein du domaine est de savoir voler ou d’être un géant… Ce qui n’est pas le cas du commun des mortels. Alors il ne vous reste plus qu’une seule solution… Pénétrer dans le domaine en cherchant l’entrée du complexe. Chose aisée, il suffit de longer les grilles…


    On arrive alors à une grande arche de pierre. Dans chacun des pans de l’arche ont été sculptées deux magnifiques statues représentant deux enfants. L’un porte dans ses mains une Harpe, l’autre un Luth. Les statues sont époustouflantes de réalisme. Chaque détail a son importance. SI vous prenez le temps d’observer ces deux statues vous vous apercevrez que les deux statues sont jumelles. Le même visage angélique, le même sourire désarmant, la même crinière descendant souplement sur les épaules. Si le corps semble avoir été détaillé en entier, les jambes se fondent dans la pierre de l’arche, comme si les deux enfants étaient une extension de cette arche de pierre. Au sommet de l’arche on peut y lire :

    « Démesthios & Nesolfiros »

    Une surprise de taille attendra le visiteur non averti, lorsqu’il tentera de passer l’arche non protégée, les deux statues s’animeront, les doigts des enfants, gracieux, s’agiteront sur leurs instruments pour créer une douce mélodie cristalline. Leurs yeux s’ouvriront pour vous fixer de leur regard innocent. C’est à l’instant où Démesthios, à moins que ce ne soit Nesolfiros, s’adresse à vous dans une voix enfantine que l’on comprend que les deux statues sont dotées de vie. Les deux enfants de pierre sont d’une curiosité incessante, s’enquérrant de tout, des ragots, de la politique, de la vie du visiteur, ils se montrent d’une politesse exemplaire même si parfois ils se chamaillent comme deux véritables enfants. Ce babillage permet au visiteur d’observer l’allée qui lui fait face.


    Les grilles continuent de chaque coté de l’arche pour ne s’arrêter qu’au véritable porche de la demeure. Entre le porche et l’arche se trouve une allée dallée. Les rêveurs y verront une magnifique disposition des lieux, une façon agréable d’atteindre l’entrée du domaine. Les paranoïaques, y verront un goulot habilement monté, ils craindront que des archers embusqués ne se dissimulent dans la haie. Une moyen idéal de contenir toute tentative de pénétrer dans la résidence sans y être le bienvenu.


    Attardons nous un peu sur le Porche de la résidence du Sieur Seina. Quelques fines marches mènent à l’entrée principale de la demeure. De grandes et fines colonnades soutiennent une avancée de toit qui protège le visiteur des intempéries, attendant que son hôte l’accueille. Chaque colonnade semble être le support pour de magnifiques plantes grimpantes. Durant les belles saisons, le porche de la demeure de Seina est étincellent de couleurs vives et senteurs délectables. Lors des saisons froides, il semble être un lieu de verdure semblant se battre contre la monotonie de la ville.


    La question que vous devez vous poser à présent est : êtes vous le bienvenu en ces lieux ou pas… Si vous ne l’êtes pas… rebroussez chemin, vous risqueriez de vous faire mal… en tout cas c’est le conseil que je vous donne si vous tenez à vos vies… Si vous pensez être le bienvenu, saisissez vous du marteau en or ciselé pour frapper à la porte de la demeure.


    Alors la grande porte de bois massif, savamment peintes dans les tons dorés et bruns, s’ouvrira lentement après un bref instant d’attente. Mais…. Personne… A moins que…. Si… Baissez les yeux….

    « Ohé !! je suis là !!! C’est toujours la même chose !!! Quand est ce que maître Seina m’autorisera à ne plus ouvrir la porte à ces grandes personnes qui me voit jamais !!! j’en ai ma claque !!! »

    Le petit être boudeur et râleur qui bougonne alors qu’il vient de vous ouvrir la porte c’est Ernest… Enfin c’est le nom que prends plaisir Seina a donné à son domestique pour le taquiner et l’énerver. En réalité son nom serait trop compliqué à prononcer pour vous, alors appelez le Ernest… Et puis ça le fait devenir tout rouge jusqu’aux oreilles et c’est un spectacle à ne pas manquer…

    Comment ? je ne vous ai pas décrit le majordome de Seina ? Allons… attendez un peu … Bon… En réalité le petit être qui se tient devant vous est une sorte de petit enfant avec une barbichette et des jarrets de biches… deux petites cornes sortent de son front… Comment ça un Satyre ??? Bon d’accord c’en est un… A vrai dire je pensais pas que vous connaîtriez…

    <span style=\'color:orange\'>« Le Maître vous attends ? »
    S’enquiert Ernest… Surtout ne répondez pas non, ce maudit plaisantin s’amuserait à vous claquer la porte au nez… Et surveillez vos poches, c’est un incorrigible pickpocket.. et il adore tout ce qui brille ou ce mange. Et réprimandez le s’il s’amuse à embêter les chérubins du porche… IL a le don pour leur mettre les nerfs à vif.. d’ailleurs il semble avoir cet effet sur tout le monde sauf Seina, qui lui trouve un « charme exotique » comme il dit…

    Enfin, vous venez d’entrer dans la demeure de Seina, « La harpe et le Luth » comme la surnomme le voisinage, ou « La demeure du maître Barde » comme l’appelle communément les gens et « La demeure du Maître Chanteur » comme le chuchote avec crainte et ironie les médisants ( A tord ? ).

    On s’aperçoit rapidement que la demeure de Seina n’a rien de commun, chaque pièce possède son style, même si toutes sont raffinées.


  2. #2
    Seina Invités
    Venant des Rues CommerçantesLe destrier poussé au galop mena les deux Aventuriers au abords du Havre Bourgeois. Cette course effrénée dans le dédales des ruelles de Melandis avait fait du bien au Barde. Fuyant ses doutes et ses regrets par le galop puissant de son cheval. Il arrêta sa monture non loin d'un Porche sculpté. Deux statues représentant des Chérubins semblaient encadré l’entrée du Domaine. Au passage de Seina et de Banshee les deux statues s’animèrent, semblant sortirent d’un sommeil profond. L’une des deux statues s’étira langoureusement alors que la deuxième se frottait les yeux tel un enfant en bas âge.

    « Bonjour Père, cela faisait longtemps ! »

    « C’est vrai ! Vous nous aviez abandonnés ! Nous n’avions plus qu’Ernest pour discuter… Et vous savez à quel point il nous déteste ! »

    « Oh ! Mais vous êtes avec un visiteur ! »

    « Bonjour Madame ! Vous vous appelez comment ? »

    « Démesthios ! en voilà une façon ! Tu aurais pu te présenter avant ! Veuillez excuser mon jumeau, il se montre parfois un tantinet emporté ! »

    « Ben c’est elle qui vient ! Et puis c’est Père qui est impoli de ne point nous présenter sa compagne, Nesolfiros ! »

    « Tu n’as pas tord ! Tymora toute puissante ! As-tu vu cette chevelure ! Madame, vous êtes d’une beauté étincelante »

    « Mais tu as fini de faire ton joli cœur ! N’oublie pas que tu n’es qu’une statue ! »

    « Oui mais une bien plus belle statue que toi ! »

    « D’abord c’est même pas vrai…Et puis toi tu joue de la Lyre… Moi je joue de la harpe comme Père ! C’est donc moi le préféré ! «

    « N’importe quoi ! Père joue mieux que toi ! Au moins, moi, je suis le meilleur joueur de Luth ! »

    « bah tu joues faux d’abord ! »

    « Même pas vrai ! »

    « Si c’est vrai ! »

    « Non c’est pas vrai ! »

    « Si c’est vrai ! »

    « Allez vous cesser, garnements ! En voilà des manières ! »

    Arriva à dire Seina entre deux éclats de rire face à la juvénilité des gardiens de sa demeure.

    « Je vous présente Banshee, une très vieille amie. »

    Voilà c’était dit. Il confessait implicitement son rôle dans toute cette affaire.





  3. #3
    Banshee Invités
    Le barde avait profité du bruit de la chevauchée pour ne pas desserré les dents. Les explications allaient attendre... ils arrivèrent devant les grilles d'une vaste et riche demeure. Quand on savait qu'à son arrivée à Mélandis Seina avait vécu dans la chambre d'une petite guilde de voleurs. Il avait accompli une belle ascension.

    A leur approche, les deux angelots joufflus s'animèrent et les écrasèrent sous un babil incessant et difficile à suivre. L'elfe de lune y décela cependant un nom familier : Tymora. La déesse de la chance, la Dame comme ses adorateurs l'appelaient. Le barde était imprudent de signaler un culte aussi peu "mélandien" de cette façon. Quelque chose se dessinait dans, l'esprit de l'elfe, comme une explication confuse...

    A la vieille de son départ de la cité du Chaos, départ précipité pour sa propre survie, le conseiller du commerce qu'était devenu Seina était venu lui rendre visite, elle s'en souvenait maintenant. Le jeune homme enjoué et blagueur avait disparu du jour au lendemain, ce qui n'était pas rare chez lui. Mais peu après l'ancienne Mélandis avait subit un cataclysme sans précédent, la colère de son dieu tutélaire, Talos. D'aucun racontaient que Seina aurait apporté la destruction dans son sillage, héraut improbable du seigneur du chaos. Et en effet, cette nuit-là celui qui s'était présenté à elle n'avait plus rien de commun avec son second. Il ressemblait à une émanation même du mal et du chaos, un être sans âme...

    Âme... ce mot avait quelque chose de familier, pas la sienne, celle qui logeait maintenant par la faute de barde dans un corps autre, celle de quelqu'un d'autre... récupérer une âme... les images défilaient trop vite pour qu'elle les saisissent toutes. Déjà le souvenir de sa dernière nuit à Mélandis filait et semblait se fondre et disparaître à jamais, dans un oubli salvateur. Une chose était sûre, le personnage qui était avec elle ressemblait plus à son second de l'époque qu'au conseiller venu la voir ce soir-là. Restait à savoir ce qui avait bien pu lui passer par la tête quand il avait décidé de sacrifier quelqu'un pour la ramener à la vie.

    Quelqu'un qui prononçait son nom la tira de ses souvenirs flous. Elle sursauta et lâcha entre ses dents :

    Peu de souvenirs me restent, mais j'en ai assez pour me rappeler que c'est dans cette ville qu'on m'a assassinée. Alors vu le peu de discrétion de tes "enfants" évite de propager mon nom partout, sauf si tu m'as ressuscitée juste pour me faire tuer une nouvelle fois.

  4. #4
    Seina Invités
    Aux paroles de Banshee le Barde sursauta. Ainsi donc l'Elfe de Lune avait choisi de rentrer directement dans le vif du sujet. Seina détestait cela, préférant passer par une période de discussion badine dans toute négociation ou discussion sérieuse. Il haïssait les discussions directes sans fastes ni faux-semblants. De plus le sujet abordé était loin d'être évident. Et on n'aime jamais se faire asséner des vérités dont on a un tant soit peu honte. Oui, il avait rappelé l'âme de Banshee. Geste altruiste ou égoïste. Poussé par un manque ou par un esprit de complicité. Il ne savait. Etait-ce d'ailleurs lui qui en avait eu l'idée ou bien son double maléfique, sa part d'ombre ? Les choses étaient devenues si complexes depuis la mort de Banshee. Non... La vie de Seina avait toujours été complexe.

    A l'aube de sa vie, il avait été un fervent défenseur de la cause des Dieux Bons. Mais les combats, les morts et les échecs avaient sapé son âme. Son orgueil, ses faiblesses l'avaient ensuite poussé à commettre un crime abject. Le premier carrefour dans sa vie. Le choix délibéré du mal.

    Et le mal, oh oui ! Il l'avait fait. Il y avait excellé. Le mal est d'autant plus facile à faire quand on connaît tout le fonctionnement des pensées des "héros". Il était allé si loin qu'il en avait perdu son âme. Plus exactement son orgueil n'avait cessé d'augmenter d'année en année alors qu'il montait les échelons de la cité Melandienne. Au point qu'il en avait été à se moquer des Dieux et à encourir leur courroux. Talos en avait fait un pantin, un jouet. Le ramenant à l'état d'esclave sans sentiments. Mais grâce au courage de personnes formidables, son essence mortelle, ses sentiments lui avaient été rendus.

    La vie alors paraissait simple. Plus de pouvoir, toujours plus. Manipuler amis et ennemis. Sans états d'âmes. Son passage parmi les Inexistants, parmi ses êtres serviles défendant la cause d'un Dieu Maléfique, lui avait permis de découvrir la clé de tout : l'enfouissement de tout sentiment humain lorsque cela s'avérait nécessaire. Oui, la vie était simple. Plus de comptes à rendre à personne, protéger ou détruire qui il voulait. Mais encore la roue du destin s'était encore joué de lui.

    Banshee était morte.

    Il n'avait pu la protéger.

    Tout son pouvoir, toute son influence n'avait servi à rien. Son parcours avait été vain. Bon ou Mauvais, les êtres auxquels il tenait, ces êtres là, il n'était pas capable de les protéger. Nulle protection mentale ne fut assez forte pour assourdir la douleur de la perte de l'Elfe. Un des seuls êtres qu'il souhaitait encore protéger.

    Alors il avait décidé de la venger. De lui rendre un dernier hommage. Et là encore la chance lui avait joué un mauvais tour. D'abord on lui collant des Manostiens aux basques. Puis en l'obligeant à affronter les erreurs du passé. Au final. Une vengeance au goût amer. Et une âme partagée en deux. Etant allé à l'extrême du bien et du mal, l'âme et l'esprit du barde étaient tant imprégnés de chacune des extrêmes que le choix entre les deux en avait été impossible. Et pour survivre, pour ne pas sombrer dans la folie, deux entités avaient émergées dans l'esprit du Barde. Senda'Hyan, serviteur de Tymora, voué au bien, rongé par les remords et le doute. Et Seina, barde du chaos, guerrier sans conscience et perfide. Chacune de ces entités était le reflet d'une part de la vie du barde. Désormais elles coexistaient à peu près en paix, luttant toutefois pour le contrôle du corps du barde.

    A son retour au calme. Après avoir traversé les catacombes de Melandis, après avoir bravé la mort pour l’honneur de Banshee, Seina s’était retrouvé seul, face à son impuissance. Alors il avait choisi. Il avait ramené l’Elfe de Lune près de lui. Il en avait eu le pouvoir. Il l’avait fait. Et il avait cru que cela serait sans conséquences. Mais alors qu’elle ouvrait les yeux, il avait su. Il avait compris qu’il ne pourrait supporter le regard et le jugement de cette dernière. Comment réagirait-elle ? Lâche, il avait fui. Mais encore une fois, il avait joué de malchance. Ou de chance. Allez savoir.

    IL se ressaisit, poussé par sa part d’ombre. Reprenant un visage de marbre, il invita l’Elfe de lune à pénétrer en sa demeure, dans son refuge le plus sûr.

  5. #5
    Banshee Invités
    Seina ne dit rien, il se contenta de franchir les portes de la demeure et de conduire l'elfe à l'intérieur. Les portes s'ouvrirent comme par magie, et se refermèrent sur eux comme de même. Banshee se retourna d'un bloc, fixant Seina avec un mélange de colère et d'incrédulité sur le visage :

    Com...
    Hé ho et la politesse? On dit bonjour et merci! Vous l'avez ramassé où celle-là? Demanda une petit voix désagréable sortant de nulle part. Les yeux de l'elfe tombèrent sur le sol et croisèrent la créature qui venait de lâcher ces paroles. Elle poussa un soupir.

    Pourquoi ça ne m'étonne pas? Fit-elle avec un air désabusé.
    Je ne vous demande pas votre manteau, en général le maître attend un peu avant de mettre ses invitées à l'aise.

    Banshee leva les yeux vers Seina qui semblait apprécier le comportement de son serviteur. Dans le même temps elle sentit un léger contact au niveau de sa hanche droite... sans baisser les yeux elle gronda :

    Dis-donc nabot à sabots, à défaut de prendre mon manteau, tu ne tente pas de prendre autre chose là? Elle saisit la corne la plus proche avant de se baisser au niveau du satyre. Avant d'essayer de faire les poches d'une voleuse, vas te perfectionner un peu, d'accord? Et rends-moi ça! ajouta-t-elle en arrachant des mains velues la rose fanée qu'elle avait placé dans sa bourse.
    J'avais un petit creux...
    Ton maître ne te nourrit pas assez? Pourtant avec ce joli jardin tu as de quoi faire, non?
    Hé ho, du respect demoiselle, je suis le majordome de maître Seina!
    Il est tombé bien bas pour prendre une chèvre comme domestique...
    Pas une chèvre un satyre!
    Oh, il s'énerve... L'elfe sursauta d'un coup alors que le majordome soulevait sans retenue sa robe pour jeter un coup d'oeil en dessous. Hé!!!!
    Sérieusement, vous la sortez d'où là? Des bas quartiers? Elle est pas mal je le reconnais, mais mal élevée... en plus elle risque de partir avec l'argenterie, ajouta le satyre à mi voix.

    Banshee leva les yeux au ciel, c'était cause perdue. Et Seina qui se contentait de rire sans rien dire... elle regarda le barde avec un air hautain et lâcha avec un petit sourire :


    Ton maître m'a tirée du cimetière...
    Ca t'apprendra à te plier de rire devant cette bestiole, pensa-t-elle. Non mais ça va pas? Il me prend quoi moi?...

  6. #6
    Seina Invités
    Seina sentit son coeur se serrer et son esprit défaillir. Il n'en fallut pas plus pour que sa part d'ombre reprenne le dessus :

    " Ernest, celà suffit. Cette Dame est une très chère amie"

    Avec malice il avait appuyé le mot "chère" laissant planer un doute malsain sur le sens du mot. Faisait-il référence à leur longue amitié ou plus basiquement à ce que lui avait couté le retour de l'Elfe de lune.

    Ernest fit une moue dubitative et se détourna. Après une dernière grimace à Banshee, il s'en fut dans le dédale des pièces de la Demeure. On entendit encore quelques instants le claquement sonore des sabots sur le dallage.

    Le Barde s'adressa alors à Banshee :

    " Ma Dame, je me verrai désolé si vous manquiez de quoi que ce soit. Après un si long " voyage" vous devez sûrement avoir quelques envies..."


    Le Barde sourit d'un air entendu à l'Elfe de Lune. Elle avait voulu jouer aux sous entendus. Il adorait ce jeu. Dans un coin reculé de son esprit, un barde se débattait pour reprendre le contrôle de son esprit. Désespéré par la catastrophe qu'allait provoquer sa part d'ombre.

  7. #7
    Banshee Invités
    Banshee ressentit un imperceptible changement dans la personnalité de son hôte alors qu'il chassait son majordome qui fila en bougonnant. Elle retrouvait devant elle le personnage venu lui rendre visite dans sa guilde il y avait si longtemps, celui qui était venu lui demander de récupérer son âme... le manipulateur... sans trop savoir pourquoi, l'elfe tenait à le pousser à bout... vengeance pour ce qu'il avait fait ou pour son attitude? Ou alors retour de ses réflexes d'Eauprofonde? Elle s'en fichait comme d'une guigne, bille en tête elle attaqua :

    Je dois avouer que si mourir et ressuciter ne m'a pas donné faim, je me sens crasseuse, va savoir pourquoi... crasseuse et nouée. Un bon bain chaud devrait me détendre. Je ne connais que deux solutions pour détendre des muscles fatigués : un bon bain et... mais l'autre solution n'est pas dans tes cordes je pense.

    Elle s'étira langoureusement...

    Ah et si tu avais un miroir, que je vois dans quelle boite tu m'as mise. Quoique pour le coup je ne doute pas de tes goûts en matière de femmes...

  8. #8
    Seina Invités
    mais l'autre solution n'est pas dans tes cordes je pense.

    Elle le provoquait ! Une lueur d'intérêt profond s'alluma dans le regard du Barde. Il ne battrait pas en retraite. Jamais il n'avait perdu sur le jeu éternel des plaisirs charnels.

    Un sourire séducteur aux lèvres, il s'approcha d'elle et effleura les contours de son visage d'une main langoureuse et évocatrice.

    " J'avoue que si ce visage est rayonnant, il ne vaut en rien l'ancien. Toutefois, j'estime avoir eu bon goût en te choisissant ce réceptacle. Il est des plus plaisant "

    Il tourna autour de l'Elfe de lune. Son doigt fin et doux effleurant le cou de la belle tout en rabbatant ses cheveux sur un seul coté de la nuque. Il se rapprocha d'elle si près qu'elle pouvait sentir la chaleur de son corps. Seina était un provocateur. Et un amoureux de la beauté. Il lui sussura à l'oreille d'une voix envoutante :


    " Tu ne crois pas toi même à tes dires. Pas dans mes cordes... Tiens donc... j'ai vécu des dizaines de vies. j'ai connu les plaisirs kalimshan, me suis perdu dans la perversité des Drows et expérimenté l'extase des Nymphes. Certaines ont considéré mes mains comme la plus douce des tortures, mon corps comme plus dangereux qu'une lame. D'autres ont découvert l'ivresse de mes mots doux et l'extase causée par ma voix. Je suis le Barde du Chaos. je n'ai aucune limite. Ma douce et ravissante elfe de lune, ne tiens qu'à toi de savoir si ce n'est pas "dans mes cordes". Mais auras-tu le courage de te laisser tenter par l'aventure. Et sauras tu satisfaire mes désirs et ma soif de sensualité ?"

  9. #9
    Banshee Invités
    L'elfe tressaillit au contact de la main du barde sur sa nuque. Il savait y faire, il n'y avait pas à dire, charmeur à souhait. Elle se secoua mentalement, elle devait garder le contrôle de la situation, juste le pousser à bout, histoire de jouer un peu, filer au bon moment, quand la victime est bien mûre... elle n'allait pas en plus lui donner la satisfaction de ça.

    Si la mort ne donnait pas faim, elle frustrait sérieusement manifestement, sans doute une envie de se sentir vivant... ou autre chose? Ca redevenait confus dans sa tête. Elle se reconcentra, se forçant à ne pas bouger.


    Jolies paroles, vraiment... mais tu vois, j'en ai épuisé plus d'un moi aussi, plus d'un vantard... et ce corps là est plus jeune que le mien manifestement, fit-elle en jetant un regard appréciateur à ses mains fines et blanches. Certainement plus endurant aussi... elle eut un petit rire.

    Elle se tourna légèrement, frôlant volontairement le barde qui la serrait de près, pour se retrouver nez à nez avec lui.


    Là où j'ai vécu avant de venir ici, j'en ai vu des bardes séduire par de belles paroles et partir au moment crucial...

  10. #10
    Seina Invités
    seina se perdit dans la flamme brûlante du regard de l'Elfe de Lune. De nombreux sentiments enfouis depuis longtemps resurgissaient. il la désirait. Mais.. Ce n'était pas Banshee.. Enfin si.. mais pas son corps.. Enfin son vrai corps. Dans ce maëlstrom de sentiments, les peux parts du barde étaient en harmonie. Leurs pensées se troublaient. Mais l'un des deux s'enfuit au plus profond de l'âme du Barde. Laquelle restait maître ?

    Le regard du barde se fit promesse, son sourire se fit merveille. Son corps se fit félin. Il devenait à la fois un prédateur et une proie tentante. un ange et un démon. Don Juan de Féérie. Le regard du barde parcourut lentement le corps de l'Elfe de Lune, désireux de brûler les vêtements qui couvraient sa nudité. Subsitait une lueur de faiblesse si touchante.

    Il planta son regard dans celui de Banshee. Un regard calme dénotant avec cette sensation palpable de sensualité. Le jeu allait trop loin. D'ailleurs étais-ce encore un jeu. Une âme hurla au fond de l'esprit du Barde. Un cri de renoncement. Pourtant, la part sombre de Seina ne jubilait pas. Il aurait à la fois tout donné pour ne pas dominer, mais n'aurait jamais laissé sa place à l'autre pour rien au monde. Une fine limite séparait encore la provocation de réels sentiments. Il la désirait comme il désirait chaque femme belle. pourtant elle était au delà d'un désir de possession. Mais que faisait-il donc. Il devait s'arréter avant... avant de se livrer. mais il ne pouvait reculer. son honneur et sa virilité était en jeu. Elle devait céder.


    Il se rapprocha imperceptiblement de l'Elfe. Et une sorte de miracle se produisit. Poussé par un illogisme total, par des sentiments communs. Ce fut d'une même voix que les deux parts de Seina parlèrent. unissant leurs pensées. unissant leurs fougue. l'amour n'est ni bon, ni mauvais. Le désir sincère non plus. Il n'y avait qu'en cet instant que les deux entités pouvaient s'accorder.

    " Jamais à ma parole je n'ai manqué et aujourd'hui encore tu peux me faire confiance. A des sommets insoupçonnés je te mèneraicar la beauté est ma religion, le plaisir est ma conviction. Pour toi j'ai tout bravé et je..."

    la voix du barde s'altéra sensiblement. l'un des deux n'avait pu et s'était enfui. il continua pourtant, frôlant la hanche de l'Elfe.

    " Tu ne sais ce que je vaux. tu ne sais ce que je désire. le risque et la tentation rendent tout son piment à la vie. Voyons si tu as soif de vie..."

  11. #11
    Banshee Invités
    Les choses prenaient un tour involontaire, elle était en train de perdre le dessus, enfin de perdre son contrôle tout court. Elle devait se reprendre... difficile avec quelqu'un qui vous regardait comme ça aussi près de soi.

    Quelque chose n'allait pas. La personne avec qui elle avait commencé le combat avait changé en quelques secondes. L'impression de fragment qu'elle dégageait avait disparut, il semblait plus serein et plus sûr de lui, et non plus orgueilleux ou pénitent. L'elfe avait le souffle court, et sentait ses jambes se dérober sous elle, pourtant elle tenait fermement debout.

    Vais pas non plus lui tomber dans les bras!

    Eilistraee apprend à vénérer la beauté, celle des essences comme celle des enveloppes, partout où elle se trouve. Pendant ce bref instant, alors que la barde lui parlait, l'elfe vit cette beauté et céda. Ce fut bref, comme une paroi de verre qui cèderait d'un coup... à trop jouer on se brûle les ailes... elle se laissa aller...

    Les choses les plus précieuses doivent se briser et se répandre sur soi.

    Banshee sursauta. Qui avait dit ça déjà? Et pourquoi?

    Il était trop tard...

  12. #12
    Seina Invités
    Le temps parut se fragmenter. Le temps parut se distendre. Le temps parut s'arréter alors qu'une douce chaleur envahissait le corps du barde. cette chaleur provenait du corps de l'Elfe de lune pressée contre lui. Il faisant étrangement noir. Mais une luminosité ennivrante envahissait son âme. ses yeux s'étaient fermés seuls alors que ses lèvres s'étaient entrouvertes. Il ne pouvait parler. il ne pouvait bouger. Et le souffle chaud de la respiration étrangement saccadée de l'Elfe l'attirait inexorablement. l'espace ne fut qu'une abhération dans le monde de désir dans lequel se tenait ces deux êtres. Ils ne faisait plus qu'un, unis par un même élan.

    Banshee pouvait sentir sous ses doigts délicats, posés tendrement sur la poitrine du barde, son coeur battre la chamade. les années passent, les expériences se cumulent. Mais jamais rien ne prépare à ce premier contact. A quelques secondes de ce moment désiré, on redevient l'adolescent de nos souvenirs. Fébrile. Pressé. Attentif. Maladroit. Et pourtantl e poids des années nous fait savourer bien plus l'instant précédent LE moment. il en devient jouissif. il en devient unique.Il en devient infini.

    Lentement mais avec force et assurance le barde posa sa main au creu des reins de l'Elfe qui en frémit. Sécurité et danger se mélaient dans cette étreinte. Et leurs lèvres se joignirent. nul mot, nulle image ne peut traduire un moment d'une telle intensité. Ce moment leur parut un siècle. ce moment leur parut trop bref. Et dans un déchirement leurs lèvres se séparèrent pour mieux se trouver. Chaque séparation était une torture exacerbant le plaisir des retrouvailles.

    Penser n'était que futilité. Parler était inutile. Seuls les gestes comptaient. seuls leurs corps exprimaient leurs êtres. Tendres ou passionnés. Fougueux ou Caressants, leurs baisers altérèrent la réalité de leur monde. Il n'y avait qu'eux. non... Lui.... ce désir si fort, si incohérent. Impossible à réprimer. Impossible à comprendre.

    Une énième fois leurs lèvres se séparèrent. Alors que celles de l'Elfe se précipitaient lentement vers sa source de séreinité, celle ci se refusa à elle. Alors elle ouvrit les yeux et croisa son regard. Elle en fut touchée au plus profond d'elle même. Elle ne le comprenait pas mais en saisissait toute la signification. Il lui sourit et l'enfer s'ouvrit sous ses jambes. Elle lui rendit son sourire et le paradis lui fut offert. Il lui passa une main tendre dans les cheveux. caresse infime si frissonante. Elle ferma ses paupières pour en percer toute l'intensité. Alors elle sentit son souffle chaud caresser sa nuque et la fournaise de ses lèvres s'emparer de sa peau si sensible. Elle en lâcha un léger soupir et se pressa contre lui.

    Il murmura quelques mots. Incompréhensibles. Incohérents. Sans substance. Et l'espace du hall s'effaça. l'air disparut. le temps disparut et dans une volute de fumée les deux êtres disparurent. Ce qui fut ensuite ? Seule la lune et les étoiles pourraient en être témons. Mais jamais elles ne dévoileraient ce secret. Car pour toujours elles brilleraient d'un éclat renforcé par la magie de cette étreinte. Elles en seraient les uniques spectatrices. Couvant de leur rayonnement sensuel ce moment unique.

  13. #13
    Banshee Invités
    L'elfe "ouvrit" les yeux, reprenant pieds dans le monde réel. Elle se sentait bien, TROP bien. Et elle avait une vue de choix sur une pièce qu'elle n'avait pas le souvenir d'avoir visité un peu plus tôt. Tout était confus, à commencer par la notion de temps et d'espace. Quelques minutes plus tôt elle était dans le vestibule, enfin non compter en minutes n'étaient qu'une vue de l'esprit... elle n'avait aucune possibilité de dire quand les choses lui avaient échappées, ni ce qui lui avait traversé l'esprit quand elle avait ouvert les hostilités. Jamais elle n'avait perdu, et jamais elle n'avait cédé devant celui qu'elle avait séduit à ses dépends... enfin jamais elle n'avait fait ça sous le coup de la rage.

    Elle devait le reconnaître, elle avait agi sous le coup d'une rage noire qui était montée petit à petit à mesure qu'ils s'éloignaient du quartier marchand et qu'elle remettait une à une les pièces du puzzle ensemble. Une rage folle due à l'incompréhension du geste du barde. Pourquoi lui infliger ça? Elle n'avait aucun souvenir de ce qui s'était passé après ce bref instant où elle s'était sentie attirée en arrière par un cri et avait cédé sa propre place en Arvandor au seul ami auquel elle s'était attachée dans ces régions. On décrit les limbes comme un lieu froid, horrible, terrible, mais il n'en est rien. Les limbes ne sont rien, pas de temps, pas d'espace, pas de sensation. Elle s'était réveillée soudainement, dans un corps qui n'était pas le sien, avec des pensées douloureuses et confuses.

    Dans les limbes on ne sent rien, on ne souffre pas! Elle avait pris conscience du fait que quelqu'un avait habité son corps, et que ce quelqu'un n'était plus là. Sans doute dans les limbes. Et ce n'était pas suffisant pour qu'elle n'en conçoive pas de remord. Qui avait été suffisamment égoïste, suffisamment cruel pour condamner quelqu'un au néant alors que son temps n'était pas fini?

    Cette personne dormait paisiblement près d'elle. Banshee contempla Seina qui dormait, l'air parfaitement détendu, et elle fut prise d'une vague de dégoût pour elle-même. Elle se redressa en silence, elle savait très bien le faire, et elle chercha des yeux ses affaires. Elle était là, jetée sur le sol. La lame avec le symbole si familier du forgeron, et un reste de sang... elle se laissa tomber à bas du lit sans un bruit et alla prendre la dague avant de revenir. Elle resta debout près du lit, hésitante, regardant de nouveau l'homme assoupi avec un mélange d'affection et de tristesse dans son regard doré.

    Les choses les plus précieuses doivent se briser et se répandre sur soi.

    Il existait des être suffisamment pervers pour détruire ce qui était beau! Et elle en avait un bel exemple devant les yeux! Il avait parfaitement bien mené sa barque pour avoir ce qu'il voulait, et elle aurait du le savoir! Il s'était contenté de la manipuler, comme lorsqu'il avait réussi à l'entraîner dans les enfers avec Angus et Mireanna à la recherche de son âme. Il l'avait peut-être récupérée, mais on n'est pas le jouet d'un dieu maléfique sans en garder des séquelles. Il avait joué les repentis, les affectés, juste pour obtenir d'elle ce qu'il n'avait pas pu avoir avant. Et elle était tombée dans le panneau, de son plein grès en plus!!

    Furieuse, elle se hissa souplement sur le lit, comme un félin, la dague dans une main, et elle enjamba le corps endormi de Seina. Homme ou démon, le cœur est toujours à la même place, un coup bien placé, selon le bon angle, et ce serait fini. Banshee arma son bras et se prépara à frapper.


    Bon dieu! Bouge ou fait quelque chose! Elle n'avait aucun moyen de savoir si elle l'avait pensé ou dit tout haut.

    Elle aurait du frapper sans attendre, mais pour quoi au bout du compte? Se venger de quoi? De qui? Et quoi faire ensuite? On n'a pas tous les jours une seconde chance, beaucoup de monde en rêverait, alors pourquoi pas elle? Pourquoi ne pas repartir à zéro? Et pourquoi tuer quelqu'un à qui l'on tient?

    Lentement l'elfe abaissa son arme. Elle n'était plus en colère. Elle avait juste horriblement mal à la tête et se sentait perdue, comme une gamine dans un bois obscure...


  14. #14
    Seina Invités
    Le sommeil l’avait quitté. Pourtant le barde ne pouvait se résoudre à ouvrir les yeux. A bouger. Briser cette sensation de paix qui l’habitait lui était trop dur. A ses cotés il sentait un corps. Un corps doux et chaud. Le corps de celle qu’il avait aimé dans un instant fugace. Dans une éternité de volupté. Il n’avait nul besoin de se remémorer les gestes, de créer des images dans son esprit torturé. Non… Ce qui avait été fait était désormais gravé en lui. Ce qui avait été fait ne serait jamais à lui. C’était à eux. Bon ou mauvais, chacune des deux entités éprouvait la même résonance envers l’Elfe de Lune. Seule leur manière de la considérer divergeait. Pourtant ils avaient fusionné lors de l’étreinte. Ils avaient fait Un comme jamais ils n’avaient été auparavant. Jamais Seina ne s’était senti aussi lui-même que lors de ce moment déjà si lointain pourtant.

    Etonné, le servant de Tymora se demandait pourquoi son double lui avait cédé la place, dans ce repos si magique. Une concession ? Une faveur ? Il n’avait pas eu à lutter.

    Les pensées du barde furent interrompues par un mouvement fugace à ses cotés. La chaleur bienfaisante qui l’avait bercé toute la nuit s’arrachait à lui. L’Elfe de lune s’éloignait de lui. Il n’ouvrit pourtant pas les yeux, ni ne bougea. Parfaitement immobile, il lui laissa cet instant de solitude. Un chuintement distinct déchira légèrement le silence de la chambre. Le sifflement unique d’une lame qui se dresse, prête à pourfendre.

    Le double maléfique de Seina se réveilla. Une vague de colère envahit l’âme du barde qui résista.

    « Elle veut nous tuer ! Bouge ! »

    « Non…. Si tel est son choix, qu’elle aille jusqu’au bout de ses actes »

    « Tu es fou ! Tu es prêt à mourir pour elle ! A mourir par sa main ! »

    « Ce que nous avons fait ne devait l’être. Car telles ne sont pas les lois des dieux. Car tel n’était son choix. Nous ne mesurons pas les conséquences de nos actes. Mais nous devons les assumer. Si elle estime que nous avons péché, nous devrons nous soumettre à son châtiment. »

    « Tu resteras toujours un imbécile ! »

    Le double maléfique du barde tenta de reprendre le contrôle et une lutte mentale acharnée se déroula, alors que le corps du barde restait immobile. Jamais le servant de Tymora n’avait lutté avec autant de force et de passion contre son homologue. Jamais il n’avait autant résisté. Sa volonté était implacable. Le choix appartiendrait à Banshee. Telle serait leur punition pour avoir décidé pour elle de sa destinée. Il ne pouvait imaginer les sentiments de l’Elfe. Savoir qu’une âme avait été détruite pour elle. Avoir partagé cette étreinte avec son bourreau… ou son sauveur… A elle de choisir. Bourreau ou Sauveur. La dague trancherait. Quelle ironie de savoir que l’arme de la justice de l’Elfe était celle qui lui avait ôté la vie.

    La vie du barde était à un carrefour décisif. Si l’Elfe lui pardonnait et lui laissez la vie. Alors il ne considérerait plus son acte comme une abomination. Dans le cas contraire, il n’aurait plus à vivre avec ce poids sur la conscience.

    Les secondes s’égrenèrent. Lentement. Toujours et encore. Et jamais la dague n’achevait sa trajectoire. Finalement Seina se décida à ouvrir les yeux. Il les plongea dans ceux de l’Elfe. Les secondes continuèrent à défiler sans qu’un mot ne soit prononcé, qu’un geste ne soit esquissé. Banshee arriverait-elle à supporter le regard de celui qui lui avait rendu la vie possible ? Une question subsistait toujours. Qu’était-il pour elle ?

  15. #15
    Banshee Invités
    Banshee et Seina se regardaient fixement sans rien dire. L'elfe avait conscience d'être dans une position plus que gênante et de courir un risque certain. Elle avait rapidement compris qu'elle s'adressait à deux personnes distinctes et non pas à une. Des changements subtiles dans l'attitude et l'intonation de la voix qu'elle avait pu remarquer rapidement.

    La rapidité à s'adapter est la clé de la survie.

    Elle se souvenait maintenant qui avait parlé des choses précieuses qu'il fallait détruire : Elaith. Enfin il avait changé de refrain depuis. Il avait aussi parlé de sa capacité à elle à s'adapter rapidement à une situation pour éviter les ennuis. Sauf que là elle était bien embêtée. Qui la regardait comme ça, semblant attendre qu'elle dise quelque chose? Qui des deux avait décidé de la ramener à la vie et pourquoi? Beaucoup trop de questions en fait...

    Elle avait de nouveau le souffle court et douloureux. Sans s'en rendre compte elle se mit à pleurer en silence... elle en avait assez des questions, assez de se demander tout le temps pourquoi, qui et comment. Elle avait fait ça toute sa "vie" ou presque, et ça ne l'avait pas menée très loin, ou alors trop.

    Envoyant voler l'arme à l'autre bout de la pièce, Banshee se laissa tomber en avant, recouvrant en partie le corps de Seina, et elle alla nicher son visage dans son cou. Elle voulait se sentir bien, un point c'est tout! Le reste attendrait. Sa respiration se calma. Elle se sentait bien maintenant. Par contre elle ne savait pas ce qui provoquait exactement cette sensation. En temps normal on ne finit pas au lit avec un ami, même très proche... c'était vraiment trop confus, et sa tête redevenait douloureuse.


    Elle finit par briser le silence.


    Va falloir que je me trouve un autre nom, ça va faire bizarre si je me promène avec le mien... tu n'aurais pas une idée? Evite juste de me donner celui de ton regretté animal de compagnie favori.

    Elle éclata de rire. Il devait se dire qu'elle était totalement folle...

  16. #16
    Seina Invités
    Le double maléfique de Seina avait poussé un soupir alors que la dague volait à l'autre bout de la pièce. Il n'avait pas vraiment envie de mourir. D'un autre côté, celà l'horripilait que Seina eut raison. Mais la vie avait fait son choix. Banshee avait fait son choix. Et Seina se trouvait en paix avec son choix. Du moins... Il l'espérait. Car si Banshee semblait accepter son sort. Une âme en détresse devait flotter désormais dans les lymbes.

    Seina fut surpris lorsque l'elfe de lune se blottit contre lui. la sensation de ce corps chaud contre lui l'émut malgré lui. Son double ricana mesquinement, mais le barde n'en tint pas compte, passant un bras protecteur dans le dos nu de l'elfe.


    Il murmura imperceptiblement :


    " Pardonne moi "

    Il ne pouvait encore en dire plus. C'était trop dur. Alors il décida de rester silencieux. D'être là pour elle sans s'imposer. Il commença à chanter une berceuse de son enfance. Une berceuse qui avait apaisé ses plus grandes peurs de môme. Celle que sa mère chantait pour lui. Sa mère immaginaire. Une berceuse sans mots, seulement la musique de l'âme. Un chant aux accents angéliques. un chant qu'il n'avait offert qu'à sa déesse.

  17. #17
    Banshee Invités
    L'elfe de lune écouta en silence la mélopée du barde. Elle était à la fois triste et réconfortante, comme quelque chose de familier dans le noir et le froid. Sans savoir pourquoi, l'elfe se sentait touchée par ce chant... elle ferma brièvement les yeux.

    Elle ne s'était jamais vraiment interrogée sur qui était Seina en y réfléchissant bien. Elle ne savait pas d'où il venait ou ce qu'il avait vécu avant d'aterrir ici... il faut dire qu'elle-même ne savait pas trop d'où elle venait... elle chassa ses réflexions avec un soupir et embrassa vivement le barde. Puis elle se dégagea légèrement et s'étira comme un chat avec délice. Elle se sentait mieux, apaisée. Elle sourit à Seina.


    Dis-moi que tu as des vêtements plus pratiques qu'une robe quelque part dans cette maison .

  18. #18
    Seina Invités
    Le Barde se releva à moitié sur un coude. Il observa le corps gracieux de l'Elfe. Elle était réellement somptueuse. Des vêtements ? Hum... Il ne serait pas judicieux de lui donner les vêtements portées par l'une de ses précédentes maîtresses. Elle risquait définitivement de vouloir le tuer... Les femmes sont si versatiles... Bref il devait trouver autre chose. Il se leva et ouvrit la porte de la chambre. Il murmura comme pour lui même.


    "Ernest ! file chez Drom'Naft et demande lui de confectionner quelques tenues de voyage. Certaines de couleur très sombre, d'autres plus colorées pour aller au teint de Madame. Je les veux pour dans deux heures. Pour la taille, je te fait confiance. Vu tes regards insistants sur les courbes de notre invitée, je suis persuadé que tu sais quoi demander.

    Ah !

    Et passe donc chez Justin Courtier pour te procurer une monture digne de ce nom. Je te laisse carte blanche quant aux dépenses. mais gare à tes sabots si je m'aperçoit que tu me voles encore. Compris ?"

    Pas besoin de hurler ou de parler fort. Il savait que, où que se trouve son serviteur, celui-ci avait bien entendu.

    Il se retourna alors vers Banshee :

    "Ma chère, il me semble que vous allez devoir offrir votre corps à mes regards enjoleurs quelques temps encore"

    Et avec un sourire espiègle :

    " Un nom ? Hummm... Pourquoi pas ClionHad ?

  19. #19
    Banshee Invités
    L'elfe prit soin de s'enrouler dans le drap avec un sourire amusé.

    Il ne faut pas abuser des bonnes choses, déclara-t-elle sur un ton docte en s'asseyant sur le lit. Puis elle répéta silencieusement le nom prononcé par le barde : Clionhad. Il sonnait bien, il ne ressemblait en rien à celui qui avait été le sien. Elle sourit de nouveau, satisfaite.

    Je l'aime bien ce nom, mais d'où vient-il? Autant savoir de qui elle allait usurper une partie de l'identité peut-être....

    (écrit par Seina)
    Le barde tendit une main tendre vers sa compagne, l’invitant à venir se blottir dans ses bras alors qu’il allait entamer son récit. Dans la douceur du creux de son épaule, la nouvellement nommée Clionhad ferma les yeux attendant de se laisser bercer par la voix enchanteresse du Barde. La chambre n’était éclairée que par la douce luminosité de deux chandelles posées ici et là. Les ombres jouaient sur les murs un balai langoureux et hypnotique.

    Seina se saisit d’une mèche de cheveux de l’Elfe qu’il enroula rêveusement entre ses doigts. Alors, doucement, sa voix s’éleva dans les airs. Il lui parla du Ppeuple, plus communément appelé le Petit Peuple. Bonnets rouges, fées, et autres créatures féeriques vivent en marge de notre monde. Rares sont les aventuriers ayant eu la chance d’apercevoir l’une de ces créatures et encore plus rares sont ceux ayant eu cette chance et n’ayant pas subi l’ire de leur irrésistible sens de l’humour. Pourtant le Ppeuple possède un cœur qui bat au-delà des cieux, une unité naïve.

    L’Elfe écoutait en somnolant le barde, pour elle les êtres féeriques étaient une chose acquise, les elfes ayant une accointance particulière avec ces créatures, pourtant elle n’interrompit pas le barde, adorant écouter le son de sa voix. Il piqua sa curiosité toutefois en lui rapportant des légendes qu’elle ignorait elle-même, il l’étonna par sa connaissance du monde des fées. Enfin il lui parla de Cliodhna, reine parmi les reines du peuple féérique. Une fée à la beauté ensorcelante faisant blémir de jalousie les plus belles des nymphes. De siècles en siècle sont nom est murmuré comme une bénédiction, et s’est déformé en Clionhad. C’est de là que venait le nom qu’avait choisi Seina. Clionhad, une beauté éternelle, reine parmi les reines. Il continua à compter la vie du Ppeuple à l’elfe de lune qui n’en ratait pas un mot, sa voix se mit à vibrer égrenant des mots chantés, des notes mélodieuses de la langue elfique. Bientôt,’Elfe se perdit dans sa rêverie bercée par des histoires étonnantes de lutins facétieux.

  20. #20
    Banshee Invités
    Toutes les bonnes choses ont une fin, et si on veut recommencer à zéro, mieux vaut faire table rase du passé. A la faveur de la nuit Clionhad rassembla ses maigres affaires, accrocha son arme à sa ceinture et la dague à sa cuisse, et elle se faufilla hors de la propriété. Elle s'arrêta, comme pour réfléchir mais renonça à son mouvement. Elle devait s'éloigner, elle se sentait déstabilisée et n'aimait pas cette sensation.

    Les deux statues dormaient profondément, une chance. Le domestique à cornes avait fait merveille, il avait rapporté entre autre une tenue sombre faite d'une chemise de soie noire, d'un pantalon de cuir et d'une chemise ajustée de la même couleur, idéal pour qui voulait se fondre dans les ombres et passer innapercue. En retirant la veste, elle avait juste l'air d'une séduisante elfe habillée de sombre... rien de plus.

    Elle se glissa dans l'ombre des rues avec aisance et s'enfonça dans la cité pour y dispariatre, le temps de réfléchir... Elle avait laissé derrière elle une rose fanée et une robe.

  21. #21
    Suirei Invités
    [Quête = l'Echiquier.]

    A la faveur de la nuit, Suireï se dirigea vers la demeure indiquée par le tenancier de la Chimacienne. Elle la trouva facilement, deux statues de chérubins, tenant chacun l'instrument donnant leurs noms à la demeure, encadraient l'entrée.

    La jeune femme ferma mes yeux et fondit son esprit dans l'environnement de la maison. Elle en sentit la magie qui la protégeait et en décela la source : les deux statues. Avec précautions elle tourna un peu autour des hauts murs. La maison semblait endormie, pas une lumière, ni un son. Manifestement le maître des lieux était absent ou dormait... ou était bien caché.

    Elle réfléchit à la marche à suivre : débarquer devant la demeure en jouant la comédie? Attendre sagement et se trouver un abri le jour venu? Se manifester à l'aube peut-être, pour entrer dans la maison? Elle en était là quand un bruit attira son attention, elle se tapis dans l'ombre, cherchant à deviner qui pouvait bouger à cette heure. Elle distingua une forme de petite taille qui se glissait hors de la demeure, passant sans peine la grille. Une bonne chose, les statues dormaient. La silhouette s'arrêta quelques secondes puis repris sa route vers les rues de la ville. Elle passa près de Suireï qui vit qu'il s'agissait d'une femme. Une adolescente? Ou bien une elfe? Les traits étaient brouillés par la pénombre, seule sa taille pouvait donner une idée de ce qu'elle pouvait être et la délicate silhouette de ses courbes permettaient de dire qu'il s'agissait d'un être féminin.

    La femme s'éloigna. Suireï hésita. Devait-elle suivre la femme, peut-être était-elle une messagère du conseiller ou de l'un de ses contacts, ou juste une conquête qui rentrait chez elle avant le jour... elle regarda vers la demeure : la maison ne bougeait pas. Manifestement le propriétaire des lieux ne semblait pas très actif...

    Mûe par une intuition, la jeune femme suivit la silhouette qui s'éloignait.

  22. #22
    Seina Invités
    Le havre bourgeois apparaît être l’un des lieux les plus calme de Melandis alors que la nuit est maître. Dans une des demeures les plus atypiques du quartier, un homme avait perdu le sommeil. Adossé au mur de sa demeure il pensait.

    Quelques temps auparavant il s’était réveillé dans ses draps de soie, seul… la personne qui lui avait offert quelques heures de bonheur et de paix avait disparu au plus profond de la nuit, ne laissant derrière elle qu’une ancienne rose fanée, souvenir révolu d’une rencontre ainsi qu’un chagrin impalpable et incompréhensible.

    Il ne savait pas pourquoi, mail il sentait qu’elle était partie pour toujours. Pourtant, il avait essayé de chasser de lui cette idée. Elle ne pouvait être partie ainsi. Sans un mot, sans une explication. Sans un dernier regard. La seule explication qu’il trouvait était qu’elle avait eu peur de lui, qu’elle le méprisait malgré tout pour ce qu’il avait fait. Il avait pris de nombreuses vies durant son existence, et jamais elle ne lui en avait tenu rigueur. Pourtant il semblait qu’elle ne puisse lui pardonner d’en avoir sacrifiée une pour elle. A moins qu’elle ne se soit servi de lui pour pouvoir repartir de zéro.

    A cette idée il se mit à frissonner de colère. Son alter égo tenta de reprendre le contrôle, lui soufflant mille vengeances envers l’Elfe. De rage il brisa les fragiles pétales séchés. Il écarta ses doigts maculés de poussière de rose et regarda froidement les pétales coir sur le sol. Dernier lambeau d’une vie, promesse muette d’une rencontre sanglante. Si elle s’était jouée de lui, il le lui ferait payé.

    Soudain l’inanité de ses pensées le frappa. Après tout, elle n’était pas partie depuis longtemps, qui sait si elle ne reviendrait pas. Non… Il le savait. Il ne comprenait pas d’ailleurs le manque qu’il sentait au fond de lui. Si peu de temps passé ensemble, une poussière comparée à sa vie. Un moment insignifiant dans une vie si longue. Pourtant un simple moment fugace peut emplir d’extase le plus chevronnée des durs. Pourtant une simple vie peut valoir plus que tout si elle est parvenue à vous faire trouver la paix. Vivre cent ans ou une simple nuit avec une personne peut avoir la même valeur selon les êtres. Et force était d’admettre qu’elle avait pris une place importante dans sa vie. Mais alors comment expliquer son départ soudain. Il ne le pouvait pas, et il sentait que de ne trouver de réponse à cette question le hanterait longtemps. Une croix de plus à porter sur ses épaules déjà si fatiguées.

    Une de plus… oui… tant d’erreurs dans une vie. Tant de souffrances causées par sa propre souffrance. Etais-ce excusable ? Non… Jamais il ne pourrait se pardonner ses crimes. Il repensa alors à sa vie Melandienne. Elle lui semblait vaine à présent alors qu’elle faisait jubiler de plaisir son alter égo. Et tant de choses s’étaient produites depuis quelques temps. Revoir sa déesse, le retour à la vie de Banshee, sa rencontre avec l’étonnant Lothringen. Sa vie passée à gérer la cité Talosienne lui semblait à présent ennuyeuse comparé à l’attrait des routes et l’excitation du combat… Que devait-il faire ? Partir à la recherche de Banshee ? Non, quant bien même il la retrouverait, celle-ci n’en serait pas enchanté et n’en reviendrait pas pour autant. Elle avait son destin en main. Si un jour elle devait revenir se serait de son propre chef ou bien par le caprice du destin. Lui était impuissant.

    Sur cette dernière pensée il pénétra dans sa demeure pour tenter de fuir la réalité dans un monde onirique et saturé de fumées odorantes et salvatrices.

  23. #23
    Banshee Invités
    La nuit, le silence.
    Une frêle silhouette se glisse dans les ténèbres et franchit le portail silencieux, pénètre dans la maison sans que personne ne donne l'alerte. L'ombre hésite, une fois derrière les murs épais, puis semble retrouver son chemin. Elle monte en silence l'escalier et s'arrête devant une porte close. Elle la pousse et se faufile dans la pièce saturée de fumées.

    Seina est là, immobile, lui tournant le dos, perdu dans ses pensées opiacées. La silhouette se glisse derrière lui. D'un coup le barde sent une pression dans son dos, le bruit du cuir qui se frotte aux vêtements, un crissement souple, la chaleur d'un corps, deux bras fins, gansés de noir, s'enroulent autour de son cou et resserrent leur étreinte, tels deux serpents souples et mouvants, il sent sur sa joue un flot soyeux, et pendant un bref instant son champ de vision est envahit par un voile argenté qui se retire rapidement.

    Puis, contre son oreille il sent un souffle chaud, léger, et il entend une voix rauque, familière, à peine un murmure, des paroles portées par le vent, qui susurrent ces quatre mots :


    Emmène-moi en enfer...

Discussions similaires

  1. [Habitation] La demeure des Megrall
    Par Galathée dans le forum Le Complexe Portuaire
    Réponses: 30
    Dernier message: 15/10/2008, 00h09
  2. [Bâtiment] La demeure Durova
    Par Garfield dans le forum Le Havre Bourgeois
    Réponses: 0
    Dernier message: 15/03/2007, 20h18
  3. [Bâtiment] Demeure de feu le seigneur Drake
    Par Nithep dans le forum Les Archives des structures de Melandis
    Réponses: 16
    Dernier message: 10/12/2005, 02h57
  4. [Bâtiment] Demeure de Siegfried
    Par Siegfried dans le forum Le Noyau Occulte de la Ville
    Réponses: 6
    Dernier message: 27/11/2005, 17h27
  5. [Melandien] Seina
    Par Seina dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 3
    Dernier message: 01/06/2005, 14h22

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239