Page 4 sur 6 PremièrePremière ... 23456 DernièreDernière
Affichage des résultats 91 à 120 sur 154

Discussion: [Bâtiment] La Taverne des Bas-Quartiers

  1. #91
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    626
    L'odeur pestilentielle qui émanait du Fossoyeur rappela de mauvais souvenirs au Paladin. Sa jeunesse repassa de nouveau devant ses yeux, et il revit le cimetière de son village natal, et les terribles évènements qu'il y vécut. Le Paladin ferma les yeux pour tenter de faire disparaître cette vision.

    Quand il les rouvrit les visions avaient disparu mais l'abject personnage était toujours devant lui. Sa puanteur emplissait désormais toute la taverne, mais rien en cela ne gênait le Chasseur de Mort Vivant, il était habitué à cette odeur de mort.
    De plus, il osait l'importuner pendant son diabolo grenadine, et là, c'était un crime de lèse-majesté, et le Paladin ne supportait ça en aucune manière.

    Cependant, son ami conseiller fut plus prompt que lui à répondre.
    Le Paladin décida cependant d'en rajouter une couche (de crasse ?), et se tourna de ce fait vers le Fossoyeur.


    "Des individus comme vous sont malheureusement nécessaires, surtout dans votre ville je pense. Et vous, je pense que vous n'avez rien d'autre à faire.
    A tenez, voilà une pièce d'or pour vous, du savon serez, je pense, un tantinet nécessaire, parce que là, on risque de vous enterrez à la place de l'un de vos clients."

    Sur ces mots, les deux manostiens se levèrent sans se retourner, laissant le Fossoyeur ruminer sa colère.

  2. #92
    Le Fossoyeur Invités
    Un sourire maléfique se dessina sur les lèvres affreusement gercées du Fossoyeur lorsqu’il se saisit prestement de la pièce d’or. Qui pouvait comprendre que l’un des rares moyens de survivre dans le cimetière et les caveaux était de se fondre dans le paysage olfactif… Mais cela ne calma pas la soudaine rage qui l'avait envahi.

    Voyant les Manostiens, se lever et se diriger vers la sortie, il parla assez fort pour que la taverne entière l’entende.


    « Ah ces Helmites, toujours la fuite, n’est-ce pas ? »

    Les rires fusèrent, et plusieurs rustres empestant l’alcool firent mine de dégainer leurs épées rouillées, mais ils s’abstinrent de se montrer ouvertement hostiles face à l’air menaçant des deux Manostiens. Cependant l’abominable petit homme trapu continua sur sa lancée, trop fier pour lâcher le morceau. Il n’avait pas tellement envie de se l’avouer mais son rêve le plus cher en ce moment était de voir les deux Manostiens tout d’abord mutilés, puis torturés, pendus, découpés en rondelles et finalement donnés en pâture aux chiens errants. On aurait presque pu lire dans ses prunelles opaques les reflets sanguinaires de ses visions macabres.

    « Et si vous croyez que c’est mes cryptes, vous vous leurrez mes chers amis, et j’avais justement une mission à accomplir pour mon maître... Enfin les esprits limités tirent toujours des conclusions hâtives… C’est bien dommage, mais comme vous l’avez dit, il faut de tout pour faire un monde… »

    Les ricanements résonnèrent à nouveau, mais l’atmosphère semblait se tendre de plus en plus. Plusieurs brigands, passablement ivres et éméchés, semblaient sur le point de se jeter sur le paladin et le conseiller.

    « Bien, je vous souhaite une radieuse journée, et faites attention à ne pas rouiller s’il pleut ! » acheva-t-il en se fendant à nouveau d’une abominable courbette mécanique

  3. #93
    Date d'inscription
    May 2003
    Localisation
    Dans le néant le plus obscur...
    Messages
    2 123
    En d'autres temps le semi-elfe aurait lâché le "morceau", ne souhaitant pas s'abaisser à répondre à la provocation. Mais le railleur mélandien méritait un petit un rabrouement dans les formes à défaut d'une explication plus "physique" et expéditive.

    Les deux Manostiens ne devaient jamais oublier qu'ils n'étaient pas chez eux, en terrain connu, et que leur situation de visiteur annihilait de facto leur statut de Conseiller et de Maréchal.

    Mais Egrevyn était mû par une animosité à l'égard du Fossoyeur qui se changeait au fur et à mesure en répugnance absolue. Il avait stoppé net au dernier sarcasme de cette excuse d'homme. Mettant la main sur la garde d'un de ces cimeterres il se dirigeant d'un pas vif, ses bottes claquant dans un silence à couper au couteau, c'est le cas de le dire. Hugues s'avança également, restant attentif aux gestes des quelques brigands qui espéraient vouloir fondre sur les deux visiteurs.

    Se postant face au fossoyeur, il se mit à le fixer de manière incisive, puis un léger sourire teinté de dérision se dessina sur ses lèvres. Toujours silencieux, il finit par faire reculer le Fossoyeur qui sembla pris au dépourvu, s'étant plutôt attendu à une autre moquerie des Helmites qu'il aurait facilement détournée. Le semi-elfe l'avait jaugé et avait vite conclu que l'homme cachait une certaine veulerie sous des dehors aussi nauséeux.

    Le semi-elfe se mit à rire de bon coeur, puis retourna tout aussi nonchalemment vers la sortie de la taverne, près de son compagnon. Il était parvenu à destabiliser l'individu qui resta quelque peu interloqué.


    -Vous feriez des merveilles au Melandinopole cher Fossoyeur. Votre numero est réglé comme du papier à musique. Ceci dit, vous n'aurez pas toujours un public aussi prompt à pardonner votre cabotinage. L'alcool melandien fait des ravages dans certaines neurones.....Sur ces derniers mots il salua de manière courtoise le Fossoyeur, en écho à sa courbette provocatrice, et sortit de la taverne suivi de son ami paladin.
    Silently, we wander...

    "Arghhhhh, j'ai drow mal", hurla le sorcier Shuy Imbhoulaï ------> extrait exclusif du "Blagonomicon de Gygy les bons tuyaux"

  4. #94
    Le Fossoyeur Invités
    Le fossoyeur avait légèrement blêmi durant un court instant. Malgré ses nombreux contacts avec les morts, il n’était guère pressé de les rejoindre définitivement. Et il avait bien crû que le conseiller Helmite allait le décapiter sans autre forme de procès. Bien évidement les deux Manostiens ne s’en seraient certainement pas sortis vivants, mais il n’aurait plus été là pour assister à la boucherie. Et au final cela n’en valait pas vraiment la peine.

    « Eh bien je tenterai un jour de développer mes talents artistiques. » dit-il finalement à haute voix

    Les rires éclatèrent à nouveau. Le petit homme trapu sortit alors à son tour, boitant pitoyablement. Il s’assura cependant que les Helmites n’étaient pas restés devant l’entrée de la bicoque…

  5. #95
    Kerrilis "Main Noire" Invités
    Il avait parcouru la ville pendant quelques heures et ce qu'il avait vu l'avait laissé amère. Il pensait se repaître du spectacle du chaos et de la déliquescence, il n'avait vu que décadence et mollesse... Seul ce quartier de pouilleux sauvait un peu la mise.

    Il poussa la porte de la taverne du Croc Sanglant au petit matin. Une odeur acre l'enveloppa ainsi que la chaleur de l'établissement. Il y avait quelques personnes avinées qui cuvaient dans un coin, mais pour le reste une vulgaire auberge de campagne aurait fait plus d'effet dans le style. Il alla s'asseoir dans un coin et enleva son manteau lourd de poussière. Malgré sa petite taille et sa silhouette fragile il restait impressionnant. La lumière assourdie de la salle jouait sur sa peau pâle sans dépourvue des reflets caractéristiques des elfes, et sur ses cheveux couleur de cuivre chaud. S'il n'avait eu des traits indéniablement elfiques il aurait pu passer pour un adolescent qui avait eu une enfance plutôt violente, comme en témoignait la balafre sur un côté de son visage.
    Lorsqu'il s'assit son épée choqua contre le siège de bois. Il la dégagea un peu, mais ne la détacha pas de sa ceinture. De sa main gauche gantée de noire il fait signe à l'une des serveuse. Vu le nombre de clients, Thylendra s'approcha rapidement du nouveau venu.


    « Oui monsieur? »
    « Un vin noir s'il vous plait. »
    « Bien. »
    L’elfe partit vers le comptoir et revint quelques minutes après avec le verre commandé et le posa sur la table. Elle attendit que l'étranger paye sa consommation. Alors qu'il extirpait une pièce d'or de sa bourse il demanda d'une voix calme et froide.

    « Vous avez bonne mémoire mademoiselle? »
    Thylendra regarda l'inconnu avec étonnement.
    « C'est une drôle de question... »
    « Je cherche quelqu'un. Je sais que cette personne vit dans ces contrées, mais je ne sais pas où... Une taverne est un endroit passant... Vous êtes bien la seule taverne de cette ville, je me trompe? »
    Thylendra était incapable de dire ce qui était le plus fascinant, la pièce d'or brillante avec laquelle l'inconnu jouait distraitement en lui parlant, ses yeux verts qui la fixaient sans ciller ou sa voix...
    « N... Non, nous sommes la seule en effet... » Bredouilla la serveuse. « Qui cherchez-vous, je connais sûrement cette personne si elle est venue plus d'une fois. »
    « Je cherche une femme. » Thylendra fit une moue dépitée... L'inconnu sourit, amusé... « Une elfe blanche pour être précis, comme moi... Ou vous. Elle est très belle, elle a des cheveux noirs et des yeux qui ressemblent à de l'ambre doré. C'est une voleuse... »
    La serveuse réfléchit un instant. Cela ne lui disait rien.
    « Désolée, je n'ai jamais vu une telle personne ici. A part ma sœur il y a peu d'elfes blanches en ville. Nous avons des drows, très belles aussi si vous le voulez, mais pas d'elfe aux yeux d'ambre, désolée... »

    L'inconnu fit rouler la pièce vers la serveuse qui s'en empara, heureuse de l'aubaine. L'elfe aux cheveux roux regarda l'assistance et lança, toujours d'une voix calme :
    « Et parmi vous, bandes de soûlards, quelqu'un connaîtrait cette femme? »

  6. #96
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    Mais dans Melandis, les tavernes et autres endroits dans le style disposait de bien des oreilles fines, affutées afin de n'entendre que certaines choses pour potentiellement intéresser leur maitre. C'est ainsi que Gorön, un homme svelt dont les muscles étaient savamment moulés par un habit de cuire noire. L'homme était seul à une table, une capuche du même noir recouvrait une épaisse chevelure brune. Le flamboiement d'une bougie révélait par intermitance une barbe de trois jour et quelques trait de la physionomie de l'individu.

    Il écouta attentivement l'altercation entre les deux elfes mais sans en montrer le moindre indice d'intéret. Feindre et ensuite agir, tels étaient des éléments de sa vie de tout les jours, des briques composant la batisse de son être. Une fois que l'étrange mage demanda au reste des saoulons, Gorön sut qu'il devait agir maintenant.

    Etant à la table à côté, Gorön n'eut point à se déplacer pour se faire entendre. Et visiblement, il était le seul "intéressé"

    "Un homme réfléchit sur les situation et peut vouloir en tirer profit. Un homme peu répondre à l'elfe, peut-être"

    Il n'avait pas bougé, il continuait de fixer la flemme de la bougie qui dansait devant son visage.
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  7. #97
    Kerrilis "Main Noire" Invités
    L'elfe tourna la tête vers l'homme qui venait de parler ainsi. Il le scruta à travers les jeux de lumière de la bougie posée sur sa table. Un frère de la nuit manifestement. Un sourire froid et sans âme fleurit sur son visage pâle comme la mort.

    « L'homme peut faire confiance à l'elfe pour avoir une rémunération à la hauteur de ce qui est demandé. Si l'homme lui apporte le bon renseignement bien sûr... »
    D'un geste vif l'inconnu posa sur la table une dague finement ouvragée à la lame si fine qu'elle semblait être un fil de métal. Mais il aurait fallut être fou pour penser qu'elle n'était pas une arme redoutable. Juste à côté il posa deux pièces d'or rutilantes. Puis il posa son regard vert et glacé sur le voleur.

    « L'homme peut faire son choix... »

  8. #98
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    Le voleur de la guide de la dague noir ne se bougea pas d'un cille et persista dans sa contemplation de la flamme. Si l'elfe croyait l'impressionner avec sa dague finement ouvragée, il s'était trompé. Gorön sortit à son tour une dague et la posa sur sa table. Le métal de la lame en était d'un noir ébène, mais étincelait en réfléchissant les rayons lumineux de la bougie. Si elle n'était pas aussi fine que celle de l'elfe, ce métal, assimilable à du Verre lui en rendait une valeur presque égale.

    "Un homme peut faire le travail si un elfe lui prouve sa bonne fois et lui donne plus de détail sur la dame recherchée."
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  9. #99
    Kerrilis "Main Noire" Invités
    L'assassin soupira, puis un fin sourire sans âme éclaira son visage.

    « L'homme est dur en affaire à ce que je vois... Parfait . » L'elfe extirpa une pièce d'or de sa bourse. « Une maintenant . » Fit-il en la posant sur la table avec un claquement précis. « Une quand l'homme aura renseigné l'elfe. »
    Kerrilis observa l'inconnu qui s'empara de la pièce avec un regard satisfait puis reporta toute son attention sur lui. L'elfe sourit de nouveau et poursuivit d'une voix froide, précise :

    « C'est une elfe de lune, une femme. Très belle, vraiment. On ne l'oubli pas quand on l'a croisée. Elle est un peu plus grande que ses sœurs de race, se cheveux sont très noirs, comme la nuit, et ses yeux sont ambrés. Généralement, quand elle vous regarde, on a l'impression qu'elle vous scrute. Elle est plutôt fine, du moins c'était le cas la dernière fois que je l'ai vu.
    Elle se bat bien, mais c'est avant tout une voleuse redoutable. Pas une petite pilleuse de maison de riches attention. plutôt du genre à avoir sa propre organisation. Elle sait très bien s'infiltrer, et généralement on ne comprend pas tout de suite ce qui s'est passé.
    Elle a une cicatrice sur la poitrine et une autre dans le dos. Je doute que tu ai pu voir un tel détail, mais les informations vont vite des fois. Je n'ai aucune idée de l'endroit où elle peut être, mais je sais qu'elle est arrivée dans cette région il y a quelque temps.
    Et que je suis là... Pour la tuer. »
    Kerrilis savoura en silence le mot tout en jouant négligemment avec la deuxième pièce d'or. Il resta ainsi les yeux mi-clôt à attendre la réponse de l'inconnu.

  10. #100
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    Avançant un main, l'homme saisi la bourse et la soupesa, sans pour autant avoir détourner son pesant regard de la flammèche rougeatre de la bougie. Le poids dû lui sembler bon, car, pour la première fois dans la discussion, il sourit. Mais d'un sourire qui en disait long sur ses agissements coutumiés. Il détourna son regard de la flamme pour le poser sur l'elfe roux.

    "Très bien, un homme sais ce qu'un elfe veut savoir. Comment douter sur la personne que l'elfe décrit quand le regard de celle ci s'est posé sur soit."

    Il se détourna et paru alors bien visible à l'elfe. Son air très sévère s'adoucis, révélant que l'assassin se plongeait dans ses souvenirs. L'époque où la guilde des voleurs de Melandis se formait, la première guilde.

    "La personne que l'elfe cherche ne se trouve pas ici, pas dans la ville noire. Mais dans la ville argentée. Au sud. Dans la cité de "Sir je vois tout", la cité des déserteurs!"

    Gorön semblait parler avec un air de mépris, sauf lors de l'évocation de la belle elfe qui fut sa mentore et patronne.

    "L'elfe sais, l'elfe doit payer. Mais un homme veut savoir ce que l'elfe veut à la dame de la nuit"
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  11. #101
    Kerrilis "Main Noire" Invités
    L'elfe roux posa un regard précis sur l'homme en face de lui. Il la connaissait, c'était une certitude. Et il avait de...L'admiration pour elle. C'était pathétique!!
    La Dame de la nuit... Ainsi elle avait su ici aussi se tailler une place dans l'ombre, comme à l'époque d'Eauprofonde où elle épaulait le Serpent. Chassez le naturel... Kerrilis se laissa glisser dans son siège. Ses yeux verts se réduirent à deux fentes brillantes. D'une voix encore plus froide qu'à l'accoutumée il expliqua :


    « Je la cherche pour une seule chose, lui tordre son joli cou. L'homme doit connaître la notion d'honneur, je me trompe? Et bien je dois laver le mien dans son sang. Elle m'a humilié, deux fois... » Kerrilis passa sa main gantée et tremblante sur la cicatrice sur son visage. « Deux fois de trop. Je reconnais qu'elle a du charisme, et pas seulement en rapport avec son physique. Je me doute que l'homme aurait été prêt à se jeter à sa suite dans les Neufs Enfers. Mais l'homme doit aussi savoir que les plus beaux démons sont les plus dangereux... »
    Le silence s'installa d'un coup entre les deux interlocuteurs. L'elfe avait le souffle court. Il exsudait la haine, une haine pure, sans frein, dirigée contre une seule personne. Il ferma les yeux et inspira profondément. Quand il les rouvrit il posa d'un geste sec le reste de l'argent sur la table.

    « L'homme peut-il me dire ce qu'est cette 'ville argentée' dont il m'a parlé et comment je peux m'y introduire sans risques. Et pourrait-il aussi me dire s'il connaît un moyen de m'octroyer un allié suffisamment fort pour tromper la Dame de la Nuit? » Sa main gantée retomba lourdement sur la bourse et son regard glacial se planta dans celui de l'assassin. Il attendait une réponse.

  12. #102
    Zéphirah Invités
    Tard dans la soirée, le froid glaçait les membres et endolorissait les pensées funestes de la petite elfe.
    Il lui arrivait communément de repenser aux rues étroites et sinueuses qu’elle connaissait si bien, tant l’environnement de Mélandis lui était similaire.
    La pancarte grinçante d’une taverne la tira de ses mélancoliques pensées. Resserrant sa cape autour de ses frêles épaules, elle s’arrêta à son seuil. Un frisson la traversa. Elle se sentait observée, un sombre pressentiment la rongeait.
    Elle franchit la porte de la taverne, d’où lui parvenait l’écho des conversations, ponctuées de rires malsains.
    L’ambiance chaleureuse pleine de relent d’alcools forts la laissa tout autant transite de froid. De quoi souffrait-elle ? Jamais elle n’avait été sujette à une si profonde mélancolie, et le mal du pays n’avait aucun effet sur elle.
    Elle avisa une table isolée au fond de la pièce, seulement éclairée quelques rares bougies.
    Elle laissa choir sa capuche sur ses frêles épaules, comme un étendard, libérant ainsi sa merveilleuse chevelure argentée.
    D’un geste de la main, elle appela une serveuse. Une belle elfe se présenta, un plateau dans la main.


    « Une bière » commanda t-elle, avant que celle-ci ne prenne la parole.

    Tandis que la serveuse s’en retournait vers le comptoir, Zéphirah s’accorda un de ses rares moments de détente, tout en s’affaissant sur sa chaise. La brume que l’éclat des bougie imprimait sur ses prunelles bleus s’estompait tandis que ses paupière se refermaient…

  13. #103
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    Un homme portant une fine cape de soie noire pénétra dans la taverne. Il n’avait pas une carrure de guerrier et ses longs cheveux châtains voltigeaient librement sur sa nuque pâle. Son visage fin, dépourvu de la moindre cicatrice, reflétait une vie calme et sereine. Il avait cependant le physique et l’accoutrement de celui que l’on oublie quelques secondes après l’avoir vu.

    « Toujours aussi animée » se dit-il en contemplant le désastre qui lui faisait face. Plusieurs individus peu recommandables s’étaient engagés dans la mission d’ingurgiter un maximum de liquide éthylique. Des rires bruyants fusaient et déjà plusieurs bagarres menaçaient d’éclater. Une brève bouffée de nostalgie l’envahit mais il la chassa presque furieusement.

    Ignorant un ivrogne qui lui quémandait grossièrement une pièce d’or, Haysik scruta la salle envahie par les vapeurs aussi euphorisantes que délétères de quelque opium de bas de gamme. Le seul que ces rustres pouvaient se permettre, en plus d’être brut, il avait la fâcheuse tendance de contenir des pléthores d’ingrédients méphitiques, et bien souvent des tubercules noirâtres et purulentes bosselaient les faciès des fumeurs les plus avides.

    Il reconnut finalement sa cible -le garde en avait gardé un souvenir parfait au vu de sa description exacte-, elle était adossée à une chaise au fond de la pièce, seule, le regard dans le vide, comme prise d’un sinistre marasme. Malgré cela elle conservait un air farouche et il comprit pourquoi aucun mâle téméraire ne se risquait pour le moment à l’aborder. Il poussa un étrange soupir et se dirigea vers l’Elfe, jetant des coups d’œil circonspects aux alentours. La mission devait être notable pour que l’on ait pris la décision de le tirer de ses chers manuscrits.


    « Excusez-moi ma Dame, j’ai à vous informer d’une affaire importante. Puis-je m’asseoir ? » lança-t-il d’un ton poli, arrivé en face de Zéphirah


  14. #104
    Zéphirah Invités
    Comme sous l’effet d’une gifle, l’elfe sursauta.
    Comment se faisait-il qu’elle n’ait pas entendu l’homme s’approcher insidieusement ?
    Levant les yeux vers l’inconnu, elle se redressa et lui indiqua du menton, la chaise inoccupée à l’autre bout de la table.
    Derrière ce masque implacable, l’elfe dissimulait la curiosité que lui inspirait cet homme. Nouvelle dans les parages, elle ne connaissait pratiquement personne. Ne se laissant pas abuser par l’attitude de l’inconnu, elle resta sur ses gardes.
    La sœur revint avec sa commande. Elle commanda une deuxième bière à l’intention de l’homme assit en face d’elle, et reporta son attention sur lui.

  15. #105
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    Haysik haussa des épaules devant la réaction de la femme, il s’assit lentement, ne cessant pas d’observer discrètement la salle à la dérobée. Il du cependant juger que rien n’était menaçant car ses traits se relâchèrent peu à peu et il fixa son interlocutrice droit dans les yeux. Elle était d’une beauté saisissante, arme aussi mortelle qu’une dague acérée.

    Il sembla soudainement se concentrer et un frisson glacé parcourut l’échine de l’Elfe.


    Haysik protection contre la scrutation table

    L’assassine sentait faiblement une aura magique palpiter autour d’elle, que faisait donc cet homme ?

    « Veuillez m’excuser mais ces mesures de protection sont nécessaires. J’ai quelque chose à vous remettre. »

    Il lui tendit un parchemin cacheté, il s’agissait du même sceau qui figurait sur le papier qu’on lui avait remis aux portes de la ville. Elle le décacheta soigneusement, puis parcourut avec circonspection la lettre. Une écriture tortueuse et malveillante aux teintes sanglantes remplissait la missive, suivant les règles d’une calligraphie perverse, si bien que le tout ressemblait plus à une effrayante arabesque qu’à une lettre…

    -------------------------------------------

    <span style=\'color:#CD2626\'>Il est l’heure de faire vos preuves pour intégrer notre prestigieuse cité. Vos aptitudes de l’ombre nous semblent parfaitement adaptées à remplir une mission des plus périlleuses. Il s’agit d’une histoire d’assassinat, mais pas n’importe qui. Un homme politique, devenu gênant, et il est très surveillé, si bien que nous pensons que vous serez forcée d’utiliser toute votre science pour observer ces habitudes de façon à frapper au bon moment. Tous les moyens vous sont autorisés pour y parvenir. Ayez simplement un moyen de « disparaître » si vous veniez à être prise… Vous avez vingt jours à partir de demain pour effectuer votre travail. Je ne vous précise pas à quel point nous détestons les retardataires.

    Voici une brève description de votre cible, il se nomme Gradel Thadil, il est de taille moyenne, possède des cheveux noirs coupés courts ainsi qu’une petite barbe toute aussi sombre mais quelque peu grisonnante. Des yeux verts et un nez busqué. Pas de signe particulier, mis à part son arrogance. Il réside et passe la majeure partie de son temps dans le quartier bourgeois. Sa demeure est vaste et se démarque par son portail, deux singes de marbres aux yeux incrustés de rubis se dressent sur les piliers pierreux le soutenant.

    Une dernière chose, soyez méfiante, c’est un être particulièrement malin et pervers. De plus évitez de l’affronter de face, nous pensons qu’il possèderait des pouvoirs de prêtrise assez conséquents. Préparez votre coup avec soin. Bien évidemment une récompense en pièces d’or sera aussi au programme en cas de succès.
    </span></span>

    -------------------------------------------


    Son interlocuteur l’avait soigneusement observée tandis qu’elle lisait le parchemin, mais il s'était remis à parcourir fébrilement la pièce du regard. L’interrogation se lisait sur ses traits, visiblement il n’était guère au courant du contenu de la lettre.

    <span style=\'color:#00BFFF\'>« Mémorisez ce que vous devez savoir, car je ne peux vous laisser cette missive »
    dit-il séchement, la tension luisait dans ses yeux inquiets


  16. #106
    Zéphirah Invités
    Elle avait parcourut des yeux le papier qu’elle emprisonnait entre ses doigts effilés.
    Seul la lueur tremblante de la bougie éclairait la calligraphie démesurément compressée, mais elle avait fait mine de s’y intéresser, tout comme on s’intéresserait à une banale lettre, pour taire les soupçons des gueux que la curiosité piquerait.
    Les secrets dont elle recelait l’avaient forcé à imprimer chaque syllabe au creux de sa mémoire, un contrat comme elle en avait déjà eu, et celui-ci semblait de mise importante.
    La mention de pièce d’or, ne fit que redoubler sa soif de richesse, son cœur palpita à la pensée des nombreux trésors qu’elle avait acquit au cours de son existence.
    Jetant un regard par-dessus la lettre, elle s’amusa à la vue de l’anxiété croissante de son interlocuteur, et, voyant la serveuse revenir avec les deux pintes de bière, elle replia la lettre et la rendit à son vis-à-vis, avec pour seule réponse :
    « Bien ».
    Reprenant la même posture détendue, elle goûtât à la boisson du bout des lèvres, dispersant des coups œil aux nombreux clients qui fréquentaient la taverne.

  17. #107
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    Visiblement personne ne les observait, notamment car l’attention générale était obnubilée par un duel de bras de fer entre deux buveurs zélés, si bien que même le brouhaha traditionnel était couvert par les noms des lutteurs scandés par une foule en délire. A tout moment cela pouvait éclater et plusieurs personnes semblaient déjà prêtes à dégainer au moindre signe avant-coureur. Quant à lui, le videur troll de la taverne couvait tout ceci d’un air malveillant, tapotant son large gourdin clouté sur la paume de sa main en signe d’agacement.

    N’y prêtant pas la moindre attention, Haysik reprit délicatement le parchemin avant de le brûler directement sous les yeux de Zéphirah, grâce à la maigre flamme d’une des bougies de la table. Dans un concert de crépitements, le feu dévora la missive qui ne tarda guère à n’être plus qu’un amas informe de cendre que l’homme écarta d’un geste dédaigneux. Il jeta un regard indifférent à son interlocutrice, elle était bien silencieuse et ce mutisme commençait à l’effrayer.


    « Parfait, il me reste un seule chose à faire. Ne luttez pas. »

    Ne lui laissant pas le temps de répondre, il murmura d’une voix grave une phrase incompréhensible dans laquelle résonnait des échos surnaturels et la roublarde sentit à nouveau les palpitations magiques converger vers elle. L’homme traça discrètement dans l’air embrumé un étrange signe cabalistique, qui scintilla brièvement d’une lueur jaunâtre avant de disparaître.

    Haysik aura indétectable (extension de durée) Zéphirah

    Le sort semblait avoir coûté au mage et une myriade de gouttelettes de sueur perlait son visage pâle comme le marbre. Le tout n’avait pourtant duré qu’une poignée de secondes.

    « Voilà ce qui devrait mettre des bâtons dans les roues si l'on vous interroge magiquement, vous devriez avoir le temps de… de trouver une solution. Bonne chance. » dit-il d’une voix haletante

    Il jeta un léger coup d’œil de biais à la salle en effervescence puis se leva, salua d’un signe de tête l’Elfe avant de disparaître finalement dans la masse des buveurs. Il n’avait pas touché à sa bière.

  18. #108
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    Connaître les ambitions de l'elfe roux n'avait pas été très dur pour Gorön. Il savait pertinament qu'une personne de la sorte ne recherchait pas des gens pour leur souhaiter la bonne journée... Un léger pincement au coeur provoqua une iritation des traits de l'assassin. S'il respectait dame Sangdelune, il ne respectait pas son choix... Partir pour Manost... C'était tombé bien bas...

    Malheureusement, l'assassin n'avait pas de nouvelle d'elle et ne savait si elle était devenue aussi "charmante" que les autres citoyens de la ville argentée... Un tour s'y imposerait sous peu...

    -Il se pourrait que l'elfe trouve ici quelque'un pour l'aider... *qui sais... si je peux éviter et revoir... non, folie que de vouloir renouer...bien que...* Gorön ne savait plus vraiment quoi penser...

    -Je pourrais accompagner l'elfe, en tout cas le mener à destination... Mais un homme ne fait pas ce genre de choses gratuitement.

    Trancha le roublard.
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  19. #109
    Alundra Glodar Invités
    Alundra Glodar rentra dans l'établissement qui puait l'alcool déjà à l'autre bout de la rue. A son entrée elle regarda dans les yeux tous ceux qui avaient tournés la tête vers elle. Se frayant un chemin parmi la cohue de soudards, elle s'assit à une table, contre le mur, posant sa lourde épée à coté d'elle.

    Lorsque la serveuse arriva, Alundra lui lança un sourire suave.
    Du vin... et du bon! lui demanda t-elle.
    Et comme j'aime aussi avoir de la compagnie et de la bonne compagnie, bois avec moi. Ce tavernier ne te dira rien si tu lui aménes ces pièces d'or et les clients ne t'embêteront pas ce soir dit-elle en montrant du regard son arme.


  20. #110
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages
    2 579
    Après un passage dans le district des temples, Duorok se rendit à la Taverne pour se détendre et fêter le fait qu'il avait trouvé sa voix. Il serait clerc d'Umberlie.
    En entrant il vit une femme, il ne put distinguer de quelle race elle était. Elle agissait bizarrement tout en flirtant avec la serveuse.


    *Elle se prend pour Perdigan Foxglove ou quoi celle là ? Tss, et ils l'ont accepté à Melandis, le gouvernement n'est plus ce qu'il était.pensa-t-il. Il oublia vite cette étrange femme puis alla chercher une bière au comptoir puis alla la boire tranquillement à une table.
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  21. #111
    Alundra Glodar Invités
    Alundra se sépara bientot de la jolie serveuse car elle avait croisé le regard de Duorok, personne qui l'intriguait depuis qu''elle avait entendu son histoire sur la grande place. Elle se rapprocha après avoir remis son épée dans son fourreau:

    "Duorok, je suis enchanté de te rencontrer, je m'appelle Alundra Glodar du clan des Glodar. Bien que je ne sois rentré qu'il y a peu, j'ai entendu parler de toi. Je sers les dieux depuis bien longtemps et c'est la première fois que j'entend une telle histoire.
    Je suis Paladine de Kossuth, le seigneur des flammes, puissance majeure oeuvrant dans le même sens que Talos pour le chaos et la destruction. Kossuth, lui, a une zone de controle regroupant aussi la souffrance et la purification.

    On m'a dit que tu servais Talos, le destructeur et le seigneur des tempêtes, une puissance majeure du chaos et du mal. Je m'étonne que tu es changé d'allégeance. Talos t'as laissé l'abandonné pour suivre Umberlie, la reine-garce et reine des profondeurs. C'est une puissance intermédiaire, et donc inférieure à Talos...!

    Et chose encore plus incroyable, Umberlie fait de l'ombre au grand Talos car ils ont les mêmes zones de controles: Chaos, Destruction, Mal, Tempête. Le seigneur de cette ville tente depuis des éons d'inclure les manifestations violentes de la nature à son domaine d'influence personnel et nul ne sait encore si Umberlie se rebellera ou acceptera de devenir une servante de Talos.

    Les affaires des dieux auraient-elles changées?! Umberlie s'est-elle enfin ralliée au seigneur des tempêtes? Peux-tu me répondre Ô Duorok, serviteur de la reine-garce?

  22. #112
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages
    2 579
    Duorok n'aimait pas qu'on le dérange pendant qu'il se reposait dans la Taverne mais soit il était dans un bon jour et cette femelle en savait beaucoup sur lui.
    Il lui fit signe de s'assoir face à lui. Et prit la parole d'un air suspicieux.


    -Tu prétend être une Paladine de Kossuth ? Intéressant, je n'en n'avait jamais rencontré. Tu en sais beaucoup sur moi.

    J'ai abandonné le culte de Talos il est vrai pour celui d'Umberlie.


    On entendait des éclairs dans la nuit, un simple orage pour certains mais Duorok pensait à la coère de Talos.
    Duorok n'était pas un serviteur très puissant mais Talos ne devait guère apprécié de se faire maudire par un mortel. Duorok ne dit rien pendant quelques instants puis reprit.


    -Talos ne m'a pas laissé l'abandonné, je maudit son nom et je ne le vénèrerai pour rien au monde.

    Et si mon nouveau culte est celui d'Umberlie c'est précisement car elle fait de l'ombre à Talos et qu'elle s'oppose à lui et aussi car l'océan m'a toujours attiré.

    Mais laissons cela, tu es donc une Paladine de Kossuth, mais que fait tu ici ? Qu'est ce qui t'amène à Melandis ?


    Il finit sa bière et en commanda une autre.
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  23. #113
    Alundra Glodar Invités
    "J'honore ton courage, peu de mortel défie les dieux. Mais je vois dans ton assurance que ce n'est pas de la folie. Umberlie doit être ravie de convertir des adeptes aussi puissant. Je me suis méprise sur ton histoire, Talos a dû t'en faire baver, je le vois à ton amertume.

    Je m'excuse d'avoir été indiscrète. En retour, je peux te parler des raisons de ma venue:

    Depuis des années, je combat dans toutes les batailles que je rencontre, dans un camp au hasard, afin de montrer la puissance du seigneur des flammes. Cela faisait plus de 10 ans que je combattais. Il y a longtemps, je suis arrivé à Mélandis pour me reposer de ma longue errance. Mais, à Mélandis, mon combat a repris contre une liche du nom de Alchra. A moitié morte, j'ai fui la ville.
    Cela fait 2ans que je suis repartie sur les routes et je reviens car je suis fatiguée.
    Servir Kossuth est éprouvant car il demande beaucoup. De plus, ma condition féminine ne me rend pas la tache facile...
    Maintenant, je n'aspire plus qu'à une chose, c'est transmettre mon savoir et mes compétences, la religion, la théologie, les cérémonies et les armes... Je cherche un apprenti pour servir Kossuth à ma place et lui inssufler ma foi.

    Tu sais tout. Maintenant, il me reste à te souhaiter bonne chance. Un dernier conseil : Méfie toi toujours des dieux, et de Talos le seigneur du chaos en particulier...

    Pour le dérangement..."


    Alundra jeta sur le comptoir quelques pièces alors que le tavernier venait se faire payer les multiples verres de Duorok.

  24. #114
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages
    2 579
    Duorok règla sa note au tavernier, se leva, passa devant la table d'Alundra. Il lui rendit ses pièces.

    -C'est gentil mais je n'accepte pas d'or d'une femme. Si tu n'as pas d'endroit où aller en ville, une guilde de mercenaires est ouverte depuis peu, la Guilde Zaefal (HRP: voir ma signature). On est toujours à la recherche de guerriers, et de lanceurs de sort.
    A bientôt.


    Il quitta la Taverne. Il avait fait un peu de réclame pour la Guilde et si cette Paladine rejoignait la Guilde, Dame Oan serait contente. Il prit ainsi la direction de la Guilde.
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  25. #115
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Entre nulle part et partout.
    Messages
    2 310
    Depuis quelques jours s'était installé dans les alentours de la taverne un étrange voisin. Enfin quand je dit voisin, il faut le prendre avec des pincettes car la créature ne semblait pas coutumière des concepts sociaux qui nous sont familiers. Et quand je dis alentours, je veux parler de l'étroite ruelle où le tavernier jettait ses ordures. Enfin bref, une chose vivait dans les ordures. Mais pour d'évidentes raisons littéraires, je préfère dire la première phrase qui a quand même plus d'élégance.
    Or donc, l'étrange voisin, dont l'appartenance au groupe des félidés était souvent évoquée sans fondement mais avec grande conviction, avait élu domicile près de l'auberge, et lorsque l'ambience dudit bâtiment tournait à la beuverie et aux festivités, ce qui était fort fréquent, on voyait alors apparaître notre protagoniste, furtivement mais indiscutablement.
    La question du pourquoi s'était souvent posée ; une réponse évidente était que malgré ses compétences gastronomiques sujettes à caution, la bête appréciait les excellents mets servis par la taverne, et ne manquait pas une occasion de se repaître des morceaux que leurs propriétaires faisaient tomber sur le sol, essentiellement quand leurs taux éthyliques dépassaient leurs QI (et il n'y avait pas que des ogres). Mais malgré certaines observations allant dans ce sens (des fêtards émechés qui avaient eu la mauvaise idée de tenter de ramasser le morceau de viande tombé), et malgré les incontestables blessures subies à la main par ces mêmes observateurs, il semblerait que la bête ne fusse pas là que pour se restaurer. Plusieurs clients, plus saouls que des champions nains après les libations d'une victoire, avaient été attaqués à la sortie de la taverne, blessés pour certains, tués pour d'autres, et la seule explication plausible restait la cruauté gratuite.
    Ce à quoi répondaient les mélandiens qu'on était à Mélandis, qu'on a le droit d'être cruel ou stupide, et que tant que Talos ne se fâche pas, on s'en mêle pas.
    Agifem, Auteur des Chroniques de l'Age Sombre, mordeur des titreurs négligeants, molosse modérateur du forum NeverWinter Nights 1, et Tyran Suprème du forum NeverWinter Nights 2.

    Un dernier merci à Egrevyn, mon ami, pour tout ce que tu as fait pour nous tous.

  26. #116
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Entre nulle part et partout.
    Messages
    2 310
    Le tavernier s'approcha doucement du tas d'immondices. Il portait une pile d'assiettes sales, et semblait éprouver une certaine appréhension à venir si près de l'antre de la bête. La première réaction de la source de son inquiétude le conforta dans son opinion, puisque la bête sortit la tête du tas d'ordures, le fixant de son regard cruel, grognant. Puis aussitôt qu'elle eut vu la pile d'assiettes sales, elle se jetta dessus, faisant trébucher le tavernier, ce qui entraina la pile d'assiettes sur le sol. Un bruit de casse accompagna le choc, et le tavernier appeuré rampa vers la porte de l'auberge, regardant l'étrange spectacle du coin de l'oeil.
    La bête lèchait les assiettes avec enthousiasme, jettant par moment un coup d'oeil alentour, et émettant un grognement haineux en direction de l'homme. Il fini par tourner les talons, et entendit quelques secondes plus tard le bruit caractéristique de la craie sur le tableau noir, accompagné d'un bruit de vaisselle cassée.

    -Il a encore essayé de manger une assiette ? Demanda une serveuse qui passait par là et qui avait entendu le bruit. Elle semblait plus amusée que contrariée par la situation.
    -Oui, dit-il avec un soupir. A la réflexion, je me demande si ton idée de faire laver la vaisselle par cette chose était si bonne. Mais il faut bien reconnaître qu'il n'agresse plus mes clients maintenant.
    Agifem, Auteur des Chroniques de l'Age Sombre, mordeur des titreurs négligeants, molosse modérateur du forum NeverWinter Nights 1, et Tyran Suprème du forum NeverWinter Nights 2.

    Un dernier merci à Egrevyn, mon ami, pour tout ce que tu as fait pour nous tous.

  27. #117
    Erszebeth Invités
    Quète : Manost Revenge

    provenant du :bois des subbubes


    Après une entrée discrète dans Mélandis par une autre voie que ses sacro saintes portes, Erszebeth entra et pris place dans un recoin de la taverne, à l'une des seules tables qui soit vide. Elle ne payait pas de mine, cette petite forme encapuchonnée, mais quelque chose dans l'aura qui émanait d'elle semblait maintenir à distance tous les autres consommateurs et mettre plutôt mal à l'aise la pauvre servante qui vint prendre sa commande.

  28. #118
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Quète : Manost Revenge

    provenant du :bois des subbubes


    ç 'avait presque été trop facile: il lui avait suffi de se glisser au milieu des commerçants qui franchissaient les portes, et, dans la cohue, personne n'avait su remarquer ces coups de coude qui ne semblaient venir de nulle part.

    Après quelques ruelles, le semi-drow s'était enfoncé dans une impasse, et là, dans un petit coin sombre comme Mélandis semblait en receler beaucoup, il avait dissipé son invisibilité.

    En revenant dans les artères plus fréquentées, il ne tarda guère à remarquer que rien ne passe inaperçu dans cette cité comme un drow en vadrouille, avec l'air de reniffler l'air et de tout surveiller. Un rôle plutôt facile à jouer dans sa situation.

    Il s'égara un peu, mais, quand il trouva la taverne, ne fut guère surpris de constater que la vampire s'y trouvait déjà.
    Il s'attabla non loin d'elle et commanda un grog.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  29. #119
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Dans l'ombre...
    Messages
    353
    Quète : Manost Revenge

    provenant du :bois des subbubes


    Un vent frais violent soufflait sur la ténébreuse Mélandis quand Cyric entra dans la ville. La première vue du voleur se porta sur les nombreux mendiants qui peuplaient chaque ruelle de Mélandis, emmitouflés de leur mieux pour se protéger du froid qui mordait sauvagement la chair.

    Emmitouflé, Cyric aussi l'était, mais cela ne suffisait pas, grelottant à souhait, le voleur avait hâte de retrouver la Taverne pour s'y réchauffer. Connaissant chaque ruelle par coeur pour y avoir organisé une longue liste de méfaits, le voleur fut vite arrivé à la Taverne des Bas-Quartiers.

    Repoussant la porte, le voleur entra dans l'établissement, regarda dans les coins de la salle et vit finalement à sa gauche deux silhouettes familières occupées à bavarder. Il se dirigea vers elles et s'installa à leur table.


    Quelle chaleur ici comparé à l'extérieur... pas un temps à mettre un voleur dehors...

  30. #120
    Seina Invités
    Quète : Manost Revenge

    provenant du :bois des subbubes



    Seina pénétra dans la taverne, une capuche noire recouvrait son visage. Vu sa mission, il ne tenait pas à se faire remarquer.. il tenait tout de même à la vie.

    Il aperçu dans un coin de la salle ses trois compagnons d'infortunes... ils avaient fait vite.... finalement peut être que cette aventure ne serai pas vouer à l'échec. Il les observa quelques instants afin de vérifier si un manant ne s'intéressait pas de trop près à eux. En cas de soupçon Seina se s'approcherait pas d'eux et ferai cavalier seul. Apparemment, leur butétait encore ignoré par les autorités melandiennes.... Seina s'approcha et s'assit à la table du semi drow, du voleur et de la vampire.

Page 4 sur 6 PremièrePremière ... 23456 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Lieu-dit] Les ruelles des Bas Quartiers
    Par Walar dans le forum L'antre des Miséreux
    Réponses: 246
    Dernier message: Aujourd'hui, 16h38
  2. [Bâtiment] La taverne de la Taie Dorée
    Par Saiko dans le forum Entrée dans la ville
    Réponses: 443
    Dernier message: Hier, 22h42
  3. [Bâtiment] La Taverne de la Gorgée d'Orge
    Par Beorn Devir dans le forum L'Esplanade Impériale
    Réponses: 535
    Dernier message: 06/08/2014, 11h27
  4. [Bâtiment] Taverne du chat-pitre
    Par Lothringen dans le forum Les Olympiades de Manost
    Réponses: 29
    Dernier message: 02/12/2008, 11h29
  5. [Bâtiment] L'orphelinat des bas-quartiers
    Par Morgul dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 1
    Dernier message: 28/01/2006, 17h00

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236