Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 58

Discussion: [Bâtiment Impérial] Prison de Melandis

  1. #1
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    Au milieu des Bas-Quartiers se dresse une sombre bâtisse de pierre. Contrastant avec les miteuses bicoques l'entourant, ce bâtiment de granit trône fièrement parmi les habitations délabrées du quartier pauvre.

    La partie supérieure de l'immeuble est occupée par un immense complexe administratif où des scribes s'activent, courant en tous sens les bras chargés de parchemins sous l'oeil éteint de la garde Melandienne.

    Au fond du couloir principal de se complexe on trouve une porte fortement gardée, qui donne sur un escalier en colimaçons qui semble sans fin alors qu'il s'enfonce dans les entrailles de la terre pour déboucher sur une lourde porte d'acier gardée par deux hommes de grande taille portant la livrée de l'armée Melandienne.

    De l'autre côté, l'air est froid et humide, une odeur de moisi et de renfermé plane dans ce lugubre couloir donnant sur de minuscules cellules sans avec pour seul accès une porte de bois épais dans laquelle est aménagée un petit espace pour glisser le peu de nourriture que l'on daigne accorder aux convives.

    Cet immense couloir se bifurque en bien des endroits donnant naissances à d'autres allées semblables, tissant une véritable toile, un labyrinthe inextricable duquel on ne saurait sortir sans l'aide des gardiens qui le connaissent tous par coeur.

    De temps en temps un râle, un gémissement émane de derrière les épais murs de pierre, quand ce ne sont pas les griffes de rongeurs raclant le sol que l'on entend.
    La plupart des prisonniers semblent mal en point, la vermine les ronge et la faim les affaiblit. En ces murs ce n'est pas l'armée qui dicte les lois, mais d'autres détenus, plus vicieux et plus cruels que les autres, qui en échange reçoivent quelques traitements de faveur.

    Tout au fond de ce sinistre passage se tient une porte immense d'où viennent des cris déchirants, des suppliques adressées à d'invisibles tortionnaires alors que l'on arrache sur d'atroces dispositifs le peu de savoir et de santé mentale qu'il reste aux prisonniers.

    Ainsi on se perd au milieu d'une multitude de cellules et de salles de tortures. Ici aucun espoir n'est permis, le but n'étant pas la mort des invités. En effet Un peu partout rôdent des prêtres portants des robes sombres chargés d'administrer des soins aux blessés et aux malades, réanimant les mourants, soignant les pestiférés.
    En ces lieux les limites de la santé mentale sont dépassées, la folie et la cruauté sont les lots quotidiens des êtres vivant là…



    Dans les plus sombres méandres et recoins de la sinistre prison de Melandis, parmi le profond abîme de ténèbres englobant ces lieux sépulcraux, une organisation terrible a élu domicile. Tissant inexorablement sa machiavélique toile d’êtres malveillants et surentraînés.

    Dans la cité elle-même, son nom n’est prononcé qu’avec frayeur et la plupart se gardent de le citer à voix haute, la peur de représailles sanglantes taraude les cœurs.

    Bien peu connaissent véritablement cette inquiétante confrérie d’âmes damnées, et l’affreuse vérité dépasse largement les frontières de l’horreur que le mythe qui circule dans les esprits depuis des siècles a tracé.

    Les ficelles de cette abominable guilde sont tirées par des êtres diaboliques et si infâmes qu’il paraîtrait que la plupart ont des pactes avec des puissances maléfiques. Ils trament de funestes machinations à l’égard des individus compromettants et des serviteurs du bien…

    Cette congrégation maléfique est formée des tortionnaires les plus perfides et vicieux des terres du Chaos. Cette élite de la souffrance n’est employée que dans les cas de la plus haute importance requérant la plus extrême précision. Ces êtres abominablement corrompus manient avec une redoutable dextérité une multitude de petites armes acérées et parfois contendantes… Aucun prisonnier n’a jamais résisté à l’une de ces séances de torture, durant lesquelles des sévices inimaginables sont infligés à la victime. Mais cet enfer est bien pire que de simples considérations physiques, d’ignobles tourments psychologiques assaillent les condamnés inlassablement, la plupart de ces pratiques sont si répugnantes et abominables qu’en parler ouvertement serait nuire à son intégrité mentale. Ces tortionnaires d’élites raffolent de faire entendre à leurs prochaines victimes les hurlements d’agonie des patients actuels. Cette insidieuse attaque psychique suffit largement à semer la terreur dans les cœurs fébriles de la plupart. D’ailleurs, aucun prisonnier n’a jamais rendu l’âme avant d’avoir divulgué ses plus intimes secrets ou fini d’amuser le tortionnaire, qui exulte devant les pupilles de sa victime, reflétant une crainte absolue. L’un des nombreux contes circulant dans Melandis parle du terrible Ubhart, digne successeur de Ghador Dale, le premier des tortionnaires Melandiens. Ainsi Ubhart aurait pour habitude de dérouler les intestins de la victime peu à peu dans une lente et affreuse souffrance, pour finalement étouffer cette dernière à l’aide de ses propres viscères… Priez pour ne jamais les rencontrer.

    Cette confrérie de taille modeste comporte également dans ses rangs l’ambroisie des bourreaux. Chacun de ces funèbres individus masqués est facilement reconnaissable du bourreau traditionnel, ils manient des immenses cimeterres à deux mains. Des commérages racontent que le métal dont ces armes sont forgées serait si aiguisé qu’il est aisé de faire des attaques vorpales. La plupart des combattants craignent affreusement de rencontrer où que ce soit l’un de ses terribles guerriers diaboliques, au regard de braise vous foudroyant et paraissant dérober peu à peu votre âme tétanisée par la peur. Certains de ces maîtres absolus de la décapitation sont devenus de véritables mythes dans Melandis, certains les voient même comme des représentations de la Mort elle-même sur Toril… Priez pour ne jamais les rencontrer.

    Mais la plus grande frayeur émane des individus les plus ténébreux de la confrérie. Ils se nomment les exécuteurs et sont si peu que l’on pourrait les compter sur les doigts d’une main, si bien que certains ne croient même plus à leur existence. Ces trancheurs de destin rôdent parfois dans la cité, partant accomplir leurs sombres missions. Ils ne se déplacent que lors des nuits les plus sombres, où même les étoiles se terrent derrière des barrières de nuages aussi noirs que l’ébène. D’aucuns prétendent que chacun d’eux porte un terrifiant masque réfléchissant, blafard miroir dans lequel la victime agonisante s’aperçoit une dernière fois, une horrible expression de frayeur gravée à jamais sur son visage convulsé par la douleur. Chacun de ces individus semble exhaler une aura macabre, car une inquiétante sensation maléfique s’insinue peu à peu dans l’esprit de la cible, croissant lentement… Il est toujours trop tard lorsqu’elle sait qu’elle doit fuir et ils ne faillissent jamais… Ils vouent un étrange culte diabolique à l’art de la mise à mort, accomplissant de sinistres rituels dont il vaut mieux ne pas connaître la signification. Même les membres de la confrérie doutent que les exécuteurs possèdent encore la moindre bribe d’âme et de compassion. Priez pour ne jamais les rencontrer.

    Chaque membre de cette organisation porte une amulette en forme d’un crâne noir tracé par un éclair d’une noirceur infinie. Le peu d’êtres étrangers ayant possédé de telles reliques ont rapidement été évincés, car garder un objet si maudit n’est porteur que d’antiques malédictions.

    Cette confrérie porte le nom de « Sombre Crâne ». Deux mots qui font frémir la plupart des habitants de Melandis, qui par ailleurs n’osent jamais divulguer que des bribes d’informations à son sujet. Une terrible aura de peur plane autour de cette assemblée d’élite.

    Priez pour ne jamais les rencontrer…



    [HRP : Un grand merci à Nathiel qui a fait la moitié du texte ! Quelques ajouts d'images sont prévus.]

  2. #2
    Date d'inscription
    March 2004
    Localisation
    Lille
    Messages
    231
    Oan fut trainée dans sa geôle pas les deux soldats de Nathiel. Arrivée face au batiment, elle tendit l'oreille, pour mieux entendre les cris et les supplications surgissant du terrible lieu.
    Les deux gardes l'emmenèrent rapidement dans sa cellule. dans les couloirs règnait une odeur moite, un parfum malsain et vomitif. Oan avait gardé les yeux mis-clos durant tout le trajet, poussé par les hallebardes de soldats.
    Les deux hommes parlèrent quelques temps, puis arrivés face à sa cellule, misérablement petite et inconfortable, ils la poussèrent dans la salle sombre et humide.
    Les murs étaient d'une pierre grisonnante, et l'umidité odorifait la pièce; et un aigre parfum de sang chaud flottait dans la pièce.
    Une petite fenêtre donnait sur l'extérieur;sur une cour sinistre, et des volutes de lumières venaient s'échouer tristement sur le sol mouillé.
    Il n'y avait qu'un lit, de paille, sommaire et dur. Oan s'assit quelques instants, perdue dans ses pensées, et ferma les yeux, lentement, collant ses lourdes paupières l'une à l'autre.
    Oan se trouvait dans cet était second depuis quelques minutes que des bruitsde pas se firent entendre. Avant qu'elle n'ait ouvert les yeux, un homme à la stature haute et forte se tenait face à la porte, les mains sur les hances, un sourire mauvais au visage.


    On m'a informé de ta venus la drow. Je te viole ou je te torture petite?

    Sa voix était grave, un peu cassée par moment, mais son visage laisser transparaître une satisfaction extrême.

    Je crois que je vais faire les deux.

    Deux surveillants entrèrent dans la cellule à leur tour. Chacun prit un bras d'Oan sous le sien, et on lui banda les yeux d'une étoffe noire.

    Oan ne réagit pas, laissant ces médiocres créature l'amener dans une salle encore plussombre, plus grande par contre, et éclairée de plusieurs cierges à peine entamés.

    Ils allongèrent la passive drow sur une tablede torture, et le bourreau de tout à l'heure. Il sortit quelques uns de ses instuments, pointus, coupants,brulants, et s'approcha d'Oan, si près de son visage qu'elle put sentir son haleine lourde, son souffle rauque contre sa nuque.

    Oan avait les yeux clos, et mue par une étrange impression, laissa la fureur monter en elle, sachant que ceci lui couterait un autre instant de vie.


    T'es avec nous que pour deux jours, ce serait bête de pas en profiter dès maintenant non?


    L'homme sortit une longue aiguille brulante, et approcha le fer rouge de la peau d'Oan. Il lui enleva sa fine tunique, dégagea son ventre et approcha l'aiguille de sa peau douce et fruitée. Les deux autres soldats sortirent alors, laissant le bourreau s'acquitter de sa tâche.
    Oan ouvrit les yeux. Elle sentit l'aiguille lui transpercer la peau, lentement, et fut agitée de violents spasmes, de contractions incontrolables.
    Ses yeux noirs devinrent d'un rouge sang, un rouge glauque et terrifiant et elle regarda l'homme lui enfoncer davantage, entre les entrailles, son aiguille si spéciale. Le mépris qu'il lui inspirat était énorme, et lorsqu'il releva la tête, pour contempler la douleur tordre le visage de la drow, il fut surpris de la voire souriante, d'un sourrire maléfique et gratuit, et elle le fixa longuement, traquant ses pupilles et l'obligeant à rester de figer face àsesorbites sang.

    L'homme sortit son aiguille un peu frustré, elle verrait, cette drow de malheur, ce dont il était capable.
    Ils aggripa un couteau long, un couteau de cuisine aiguisé, et se rappocha de la drow.



    ***

    Oan releva la tête; certaines brulures cicatrisaient déjà, et sa chair se refermait lentement. L'homme rengait ses intruments, frustré et énervé de ne lui avoir tiré ni larmes ni hurlements.

    On la ramena dans sa cellule, et une fois seule, sur son lit de fortune, Oan se cacha le visage, et sans que l'on put s'en apercevoir, elle essuyait un larme; une perle gracieuse qui coulait sur sa joue. Oan rouvritlesyeux, ils étaientdenouveau noirs, sombre comme les ténèbres qui l'entouraient, etdans sa tête, pour elle même, elle se dit sentencieusement, que Nathiel paierait un jour, qu'elle que soient les moyens utiliés à cette fin.
    Le cimeterre d'Oan et son amulette
    Ma'arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête!
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

  3. #3
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages
    585
    Lies avait laissé le magasin à ses servantes fées et était venue s'expliquer avec Oan.
    Quand elle entra celle ci lui jeta un regard noir mais l'elfe ne se destabilisa pas et dit :
    "Je viens en amie mais n'attendez pas d'excuses pour mon acte, je le trouve censé malgré ce que beaucoup croit. Je n'ai pas aimé votre attitude au poste de garde envers mon mari et que vous l'ayez mis en colère m'a déplu plus que tout, voyez vous, je l'aime plus que tous et je ne veut que son bonheur."
    L'elfe voyant qu'elle exaspéré Oan reprit : "Ma foi si je vous embète dites le..."
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  4. #4
    Date d'inscription
    March 2004
    Localisation
    Lille
    Messages
    231
    Oan se resaisit, elle radopta une attitude triste et mélancolique, déconectée de la réalité et répondit d'une voix absente
    Etes vous aussi venue me torturer ou vos doigts d'elfe en sont-ils incapables?
    Perdue dans ses pensées
    Lies... Quand on est maudit de la déesse araignée, on ne peut s'empêcher d'éprouver ce genre de fascination...

    Oan fixa l'elfe et dit d'une voix inquiète et en même tant suspicieuse, tentant de dissimuler à son dieu que son coeur foncitionnait encore

    Votre enfant?
    Le cimeterre d'Oan et son amulette
    Ma'arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête!
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

  5. #5
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages
    585
    "Je ne suis point venue vous torturer ni rien d'autre de ce genre, je n'ai que faire de ces moyens, je ressens bien votre détresse et elle est bien pire punition que tout autre acte.
    Mon enfant se remet petit à petit du manque qu'il a ressentit pendant que j'étais sous l'emprise de votre sort. Mais il s'en remettra, il est de mon sang, il se battra tout comme je l'ai fait.
    Ma foi, il faut que je vous laisse, je vais tenter de convaincre mon époux que l'on vous sorte plus tôt que prévu, votre détresse est bien trop grande pour qu'en plus on y ajoute les géôles."
    Elle salua Oan et ressortit pour tenter de retrouver son vampire.
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  6. #6
    Date d'inscription
    March 2004
    Localisation
    Lille
    Messages
    231
    Oan secoua la tete une fois l'elfe partie. Elles se resemblaient un peu, en un sens, sauf que la jeune elfe, comme une rose blanche, n'avait aucune idée de ce qu'elle s'aprêtait à endurer. La vie lui serait dure en Melandis, et elle se fânerait, inexorablement. Et ses pétales s'envoleraient au loin, les branches fragiles qui l'unissaient au vampire ne suffisant plus. Elle aurait pu faire quelque chose pour elle...
    Oan se ressaisit; la voilà qui devenait mièvre maintenant. Elle préférait encore se replonger dans sa léthargique mélancolie, et songer avec tristesse, que sortie d'Ombreterre pour revoir l'astre céleste et recevoir sur sa peau ses rayons orangés, elle se retrouvait de nouveau dans les ténèbres; plus suportables néanmoins que lesaffres de la folie...
    Le cimeterre d'Oan et son amulette
    Ma'arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête!
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

  7. #7
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Dans l'antre de la fooooliiiie
    Messages
    1 152
    Le vampire se présenta aux portes de la prison, les gardes lui ouvrirent sans piper mot reconnaissant en lui un des dirigeants. Il arpenta les longues coursives de la bâtisse souterrainne.

    Il rejoignit la pièce où il savait retrouver la drow qu'il avait faite enfermer ici quelques heures plus tôt. La faire envoyer aux geôles ne le réjouissait guère, mais il lui fallait affirmer son pouvoir au sein de la cité, et makheureusement pour Oan elle s'était trouvée au mauvais moment au mauvais endroit. Il ouvrit la porte et vit la femme dénudée allongée sur une table, apparemment une nouvelle séance de torture venait tout juste d'avoir lieu.


    Je crois que vous avez suffisemment souffert pour cette fois... Il est malheureux que nous ayons eu à en arriver à de tels extrèmes... Enfin...

    Il s'avança vers elle et passa une main sur les blessures encore sanguinolantes. Ces dernières se résorbèrent lentement alors que la main du vampire luisait d'une douce aura bleuté. Il détacha les liens de la captive avant de saisir des vêtements posés dans un coin pour les lui tendre.

    Allons... Rhabillez-vous, et tachez de faire attention à vous dorénavant, évitez de tels actes à l'avenir. Je vais vous reconduire jusqu'à la sortie.

    L'elfe se revêtit avant d'emboiter le pas du vampire sous les quolibets et les remarques graveuleuses des détenus que le mort-vivant faisait taire d'un regard glacial. Il la mena jusqu'au portes afin de lui rendre sa liberté. Et la laissa dans la rue, sans mot dire rejoignant sa demeure.
    La plus grande peur des chauves-souris, c'est l'incontinence diurne. (oui parce qu'elles dorment le jour, pour le reste... comprendra qui pourra )

  8. #8
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    Tapis dans les ombres des geôles, les deux lueurs ocre toisaient la jeune drow. Encore qu’elle soit de sa race ne fit rien au jugement du général du Chaos. L’affront fait à Talos était trop grand pour qu’il n’ai que faire de la dite fauteuse de trouble. Le suplice qu’elle endura lui plu quelques peu, mais bien évidemment, si elle avait été rejetée par la Grande Noire à huit pattes, ces souffrances-ci ne devaient être que broutilles face aux stratagème ignoble de leur race.

    Beorn se paralysa à cette pensée. De la pitié ? Des sentiments bons pour une femmelle drow qui de plus avait eu l’audace d’affronter la colère de Talos ? Impossible, ces sentiments-ci, il n’en avait plus depuis fort longtemps. Le monde qui l’entourait l’en avait déjà privé à sa sortie même d’ombre terre, alors qu’il éprouvait les joies interdites de la fraternité, qu’on lui ôta à la façon dont on sépare les membres des corps dans les multiples appareils de tortures avant même qu’il n’ait connu un hiver à la surface.

    C’était pourtant bien ce qu’il ressentait, une sorte de pitié mêlée de culpabilité… Ses cauchemars récents avaient dû avoir raison de son mental et celui-ci devait ne plus fonctionner « normalement » pour lui laisser paraître telles émotions. Insomnies et hallucinations le rendait de plus en plus fou… Hier encore, il avait revu le loup et puis… la chose et…

    Qu’était-il réellement venu voir ici, dans ces prisons si ce n’était un pâle reflet de sa propre existence ? Une elfe noire ? Non… pour cela, il eut pu aller voir la maîtresse des crânes… Voire la créature qui avait oser hurler sa haine envers Talos, l’un des seul appuis du druide ? Il n’en avait plus vraiment que faire… Son esprit tourmenté cherchait en vain une explication, mais sans cesse, celle du délire et de la rage qu’il avait envers lui-même revenait.


    Wholbol ?Nelgetha… Dalninuk …

    Pourquoi ? Pardon… Frère…

    Beorn se détourna, fit deux pas en direction de la sortie puis s’arrêta, immobilisé par un flot qui lui glaça les veines : la peur. Devant lui se tenait la liche de Gerphan… Un pâle halo, une image… mais tellement… Réelle. Les trait de la liche se murent pour prendre l’apparence du loup… La sueur perla sur le front du drow. Il tendit le bras, comme pour saisir la main que le loup lui tendait mais, au moment de rencontrer l’image, elle s’évapora et Beorn trébucha pour se retrouver à genoux. Un garde se trouvant à quelques mètres vint pour l’aider. Alors qu’il se baissait, c’est une lame incurvée qu’il rencontra en pleine figure, lui tranchant net le nez et l’œil droit pour ensuite atteindre le cerveau. Beorngare se releva, une moue de rage sur son visage et repartit dans les ombre de la nuit, sur le dos de sa fidèle Marg’ul en direction de son bosquet, prenant le soin de passer près de la résidence Ecthelion pour laisser un message :

    Si on a besoin de moi… je suis au bosquet… ne me dérangez pas pour des broutilles
    Beorn


    suite au bosquet des foudres
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  9. #9
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Entre nulle part et partout.
    Messages
    2 309
    Mederis se présenta à la prison, son air martial toujours omniprésent, mais avec cette fois un regard décidé. Elle s'adressa au premier garde qu'elle vit, et lui demanda (avec une amabilité toute relative, ce qui était déjà un grand effort de sa part) où elle pourrait trouver la personne en charge des geôles.

    Sur quoi elle se vit répondre que c'était le sergent-geôlier, que son bureau était là-bas, qu'il n'était pas son petit monsieur, et que si elle ne présentait pas plus de respect pour son grade, elle pouvait aller visiter les abysses, aller simple.

    Mederis s'éloigna donc vers ledit bureau, tout en maugréant une malédiction bien sentie mais pas très audible. Elle entra dans le bureau sans frapper, et pénétra dans la pièce comme si elle était chez elle. Après ce qu'avait donné son effort de politesse, elle avait décidé que ce concept absurde ne servait vraiment à rien.
    Agifem, Auteur des Chroniques de l'Age Sombre, mordeur des titreurs négligeants, molosse modérateur du forum NeverWinter Nights 1, et Tyran Suprème du forum NeverWinter Nights 2.

    Un dernier merci à Egrevyn, mon ami, pour tout ce que tu as fait pour nous tous.

  10. #10
    Seina Invités
    Garok était en train de réfléchir sur le cas de deux voleurs qui lui avaient été envoyé récemment pour un séjour prolongé... Il hésitait entre les faire disparaître et les garder ici pour s'amuser quand un vacarme assourdissant empli la pièce. Un concert d'épées, de haches et d'autres armes qui s'entrechoquaient allégremment. Il releva la tête surpris, et s'aperçut qu'une étrange aventurière lui faisait face.

    Il frémit de rage... qui osait donc pénétrer dans son bureau sans se faire annoncer.... Sûrement une inconsciente ou une folle. Mederis pu observer tout à loisir son vis à vis alors qu'il tentait de conserver son calme.



    Le sergent-geôlier ressemblait plus à un guerrier qu'à un soldat fonctionnaire... On l'aurait plus immaginé au milieu d'un carnage, dispenssant des coups d'épée, que derrière un bureau.. Sûrement avait-il accepté ce poste par sadisme, ou avait-il reçu ce poste en blâme ou victime d'un concurrent plus influent... Quoi qu'il en soit, il n'avait pas l'air très enclin à écouter la nouvelle venue... néanmoins, il parla d'une voix calme et sereine..

    " Bonjour, A qui ais-je l'honneur ?"

  11. #11
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Entre nulle part et partout.
    Messages
    2 309
    Bonjour, fier soldat et serviteur de la ville ! Que votre fortune soit faite, votre descendance prospère et- ... Mais Mederis fut rapidement interrompue.

    Qu'est ce que vous voulez ? Dit brutalement le garde.

    Mederis prit un air légèrement appeurée, impressionnée par la carrure de l'homme, mais se ressaisit rapidement.


    Mederis la Valeureuse, la Guerrière Ecarlate, a une proposition à vous faire. Elle envisage de vous débarrasser de quelques uns de vos tracas, pour la plus grande Gloire de la Melandis et de son Impératrice.

    Le garde la regarda d'un air intrigué, essentiellement parce qu'il ne comprennait pas très bien. Mederis, se sentant un peu plus à l'aise, poursuivit.

    La puissante Mederis propose que vous lui confiez quelques uns de vos pensionnaires les plus prometteurs. Elle se chargera ensuite d'utiliser ces hommes dans une entreprise de commerce au service de la cité.
    Il existe une route commerciale maritime très usitée par les navires en provenance et à destination de Lumenis. Mederis envisage d'utiliser les hommes que vous lui confieriez pour "se servir" en marchandises sur quelques uns de ces navires et les vendre à Melandis plutôt qu'à Lumenis.

    Mederis observa l'homme, désireuse de voir sa réaction avant de poursuivre son offre.
    Agifem, Auteur des Chroniques de l'Age Sombre, mordeur des titreurs négligeants, molosse modérateur du forum NeverWinter Nights 1, et Tyran Suprème du forum NeverWinter Nights 2.

    Un dernier merci à Egrevyn, mon ami, pour tout ce que tu as fait pour nous tous.

  12. #12
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Entre nulle part et partout.
    Messages
    2 309
    Pendant le court instant où le garde réfléchit, Mederis le dévisagea, se lèchant les lèvres avec une expression très explicite.
    Devant le visage impassible du geôlier, Mederis poursuivit.


    Mederis suggère donc de vous débarrasser de ces vermines qui emplissent vos cachots. Avec ces sous-êtres, elle prendra les commandes d'un navire, réalisera quelques "prélèvements de marchandise" en mer, et apportera son butin pour être vendu à Melandis. Etant entendu que pour vous débarrasser de cette vermine, la Prison de Melandis versera une obole compensatoire d'une pièce d'or par tête, mais vous recevrez en échange un dizième des bénéfices réalisés dans cette affaire.

    Mederis avait évoqué rapidement et de façon abscone l'or qui devrait lui être versé initialement, mais avait insisté sur la part du butin qui reviendrait au garde. Elle enchaîna rapidement avec une dernière carotte.

    Bien évidemment, lorsque l'Impératrice elle-même entendra parler de nos hauts faits, elle ne pourra que féliciter l'initiative heureuse de ses fidèles serviteurs, en l'occurence Vous.
    Agifem, Auteur des Chroniques de l'Age Sombre, mordeur des titreurs négligeants, molosse modérateur du forum NeverWinter Nights 1, et Tyran Suprème du forum NeverWinter Nights 2.

    Un dernier merci à Egrevyn, mon ami, pour tout ce que tu as fait pour nous tous.

  13. #13
    Seina Invités
    Le garde écarquilla les yeux :

    « Vous voulez qu’on vous PAYE pour que vous puisiez dans nos geôles des hommes pour vous servir !!! Mais vous êtes dérangées ? et puis pourquoi ne pas recruter la racaille des bas Fonds après tout ? un homme en liberté est forcément plus malin qu’un homme qui a atterri dans une geôle…

    Puis une idée sembla frapper l’esprit du garde…

    « Un dixième du butin vous dites… hum… Je vois… je pense que nous pourrions garder cette histoire pour nous.. un petit secret entre vous et moi… je vous fournit les hommes, vous me payez sur les bénéfices de cette histoire… Par contre pour vos 1 pièce d’or… je sais pas trop.. j’ai bien quelques économies mais… »

    Il reluqua sans vergogne le corps de la bardesse….

    « Et puis je pense que je serai bien plus disposé à votre égard si vous daignez vous montrer… caline avec un garde qui serait prêt à vous aider …. »

  14. #14
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Entre nulle part et partout.
    Messages
    2 309
    Elle lui jeta un regard amusé, comme si elle se jouait de lui.

    Vous avez raison, Mederis la Glorieuse devrait plutôt aller jeter un coup d'oeil à la racaille des bas-fonds. Ce sera un peu plus difficile, mais Elle gardera tous les bénéfices pour Elle.

    Elle lui fit un large sourire, et se tourna dans un bruit métallique, se dirigeant vers la porte. Etait-ce du bluf ? Difficile à dire.
    Agifem, Auteur des Chroniques de l'Age Sombre, mordeur des titreurs négligeants, molosse modérateur du forum NeverWinter Nights 1, et Tyran Suprème du forum NeverWinter Nights 2.

    Un dernier merci à Egrevyn, mon ami, pour tout ce que tu as fait pour nous tous.

  15. #15
    Seina Invités
    Le garde sentait que c'était du bluff... il laissa partir la Barde persuadé qu'elle se retournerait.. cinq pas de la porte, quatre... trois.. deux.. il commença alors à douter... et l'appat du gain facile fit taire ses dernières certitudes... il commença à transpirer...

    " Attendez !!!! je plaisantais au sujet de.. enfin, vous voyez ... je suis prêt à faire affaire avec vous...."

    Il lui courut après...

    " Hum... il doit bien rester quelques gars en état.. mais ce sont tous des assassins patentés qui tueraient père et mère pour une pièce de cuivre, ou le plaisir.. je vous préviens.. si vous êtes toujours d'accord, on peut mettre en place les termes de l'accord..."

  16. #16
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Entre nulle part et partout.
    Messages
    2 309
    Mederis se retourna lentement, comme si elle réflechissait. Puis un début de sourire se forma sur son visage.

    Mederis la Guerrière est heureuse que vous vous décidiez. Il est évident que tout le monde est gagnant dans cette affaire.
    Et ne vous en faites pas pour ces voyous, Mederis saura les matter, avec le fer et le feu s'il le faut.


    Elle tapota de la main le manche d'un fléau d'armes particulièrement impressionnant afin de prouver ses dires.

    Et puis, pensez que même partis de vos geoles, vous pouvez prétendre que les pouilleux y sont toujours, et obtenir de la part des autorités de Melandis la somme qu'ils versent normallement pour leur nourriture.

    Mederis envoya un petit clin d'oeil complice au garde, avant de lancer un autre argument, particulièrement convaincant.

    Et n'oubliez pas, une fois cette racaille sortie de vos geôles, c'est autant de plaintes en moins dans vos oreilles.
    Agifem, Auteur des Chroniques de l'Age Sombre, mordeur des titreurs négligeants, molosse modérateur du forum NeverWinter Nights 1, et Tyran Suprème du forum NeverWinter Nights 2.

    Un dernier merci à Egrevyn, mon ami, pour tout ce que tu as fait pour nous tous.

  17. #17
    Seina Invités
    Garok fit Signe à Mederis de le suivre. Ils marchèrent quelques minutes dans les couloirs des niveaux supérieurs de la Prison. De nombreux scribes couraient dans tous les sens, les mains chargées de parchemins en tout genre. Ils descendirent un eptit escalier de granit les menant vers une porte encadrée par deux immenses colosses, les mains appuyées sur des haches à double tranchant à la lame complètement noire. Sur le torse, un plastron, portant la livrée Melandienne était attaché par des lanières de cuir abîmées. On ne distinguait de leur visage que leurs yeux, au regard froid et éteint, le reste étant dissimulé par un masque à l’aspect démoniaque.

    Garok se retourna vers Médéris :

    « derrière cette porte se trouve le premier niveau de la Prison, le niveau des prisonniers sans grande importance destinés à la potence. Il y a ensuite plusieurs niveaux en dessous auxquels je n’ai pas accès et que je ne souhaite pas voir.. des rumeurs effroyables courent de ces niveaux. Les gardiens de ces niveaux me donnent froid dans le dos… et je vous garantit que pour me faire peur… il en faut pas mal… »

    Les deux gardes s’effacèrent pour laisser passer les deux Melandiens. Ils descendirent un escalier en colimaçon à peine éclairer par de petites torches. L’air devint moite et humide, une odeur desséchée de sang régnait. Les ombres créées par les torches se distordaient pour donner formes à des démons horribles.

    Parfois un cri de folie jaillissait dont ne sait où glaçant le sang… ces cris effroyables et désespérés se mêlaient aux cris de douleurs et aux râles d’agonie montant des petits conduits d’aération donnant sur les niveaux inférieurs.

    Garok s’arréta devant une lourde porte noire.

    « Voilà, ici vous trouverez Kundan le Rouge… Capitaine pirate du « Dévoreur »… Je vais vous laisser discuter avec lui, et, s’il vous convient, lui et son équipage de coupes jarrets disparaîtront subitement des geôles… »

  18. #18
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Entre nulle part et partout.
    Messages
    2 309
    Mederis regardait les gardiens et les murs de la prison avec un intérêt croissant. Il lui fallut quelques instants pour remarquer que le geôlier lui avait parlé.

    Ah ! Des hommes d'armes et vaillants navigateurs, voilà qui servira les desseins grandioses de Mederis la Conquérante.

    Elle inspecta les pirates tellement rapidement qu'on eut pu se demander si elle ne les considérait pas comme du bétail de mauvaise qualité. Elle se retourna vers le geôlier, le sourire aux lèvres.

    Ils feront l'affaire. Mederis compte également sur votre aide pour récupérer le galion ... "Dévoreur", fier navire qui servira pour la gloire de Mederis la Fougueuse.
    Agifem, Auteur des Chroniques de l'Age Sombre, mordeur des titreurs négligeants, molosse modérateur du forum NeverWinter Nights 1, et Tyran Suprème du forum NeverWinter Nights 2.

    Un dernier merci à Egrevyn, mon ami, pour tout ce que tu as fait pour nous tous.

  19. #19
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Gaeïa
    Messages
    120
    En provenance Du Bureau des Nouveaux Venus, et suivant les recommandations du colonnel, Morfea se présenta aux grilles de l'imposante prison mélandienne. S'il avait eu jusque là, pas mal de soucis à se faire à la géographie de la ville, perdant souvent du temps à trouver son chemin, cette fois, celà lui fût plutôt aisé. Il fallait dire que la sombre bâtisse de pierre surplombait absolument tout le quartier. L'endroit plaisait beaucoup au demi-elfe. Arrivé à destination, il prit quelques instants pour le contempler et poussa un soupire de satisfaction. Cet endroit allait lui plaire à coup sûr. Et le poste proposé encore plus. Morfea considérait en effet le métier de bourreau avant tout comme un art. Un art qui comprenait mille et une techniques d'applications, des plus fines au plus radicales, des plus rapides aux plus longues. L'imagination lui travaillait déjà quant aux vieilles méthodes de tortures qu'il allait peut-être pouvoir appliquer si il avait le bonheur d'être accepté. Le vice se reflétait sur son visage, Morfea était confiant, il interpella un garde placé devant la grille centrale :

    - Salut à toi, je viens sur les recommandations du colonnel Ithrand. Je me présente ici car j'ai entendu parler d'un poste de bourreau à prendre, et celà m'intéresse au plus haut point.

    Le demi-elfe n'avait certes pas la carrure d'un bourreau. A première vue, il semblait frêle, mais sur son visage se lisaient une détermination alliée à un air qui sentait le vice et le malin ; cet être là ne comptait visiblement pas sur une musculature imposante pour exercer ses fonctions.
    La mort est mon seul guide
    La haine mon essence
    Mais moi, que suis-je ?

  20. #20
    Seina Invités
    Le garde observa le nouveau venu d'un oeil critique... et sans un mot lui fit signe d'entrer.

    Morfea pénétra au sein de la prison. Visiblement les niveaux supérieurs étaient destinés à l'enfermement des prisonniers... Il supposa que les sous sol étaient des pièces réservées aux tortures... peut être un jour irait-il y faire un tour...


    Un Soldat lui fit signe de le suivre. Il lu le parchemin donné par Ithrand et hocha la tête.

    " Bien... on va bien voir ce que tu vaut.. Nous avons capturé les assassins de Niler Miles.. Héritier de la riche famille noble du même nom... la famille a gracieusement offert 500 pièces d'or pour que les accusés meurrent dans d'affreuses souffrances en place publique... Prends ce dont tu as besoin et rend toi là bas pour ton premier travail.. On verra bien ce que tu va nous concocter... Sois inventif... les badauds adorent ça...

    Le soldat ouvrit une porte, derrière.. tous les instruments de tortures possibles et innimaginables...

    " les prisonniers seront dans une cage que conduiront des gardes à midi sur la palce. ne sois pas en retard.. et penses à la cagoule... les melandiens en sont friands.. tu comprends... les préjugés sur les bourreaux..."

  21. #21
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Gaeïa
    Messages
    120
    Voila qui était plaisant. Morfea allait pouvoir reprendre goüt aux choses de la vie et plus encore ici...de la mort. Lorsque son interlocuteur lui signifia sa mission, c'est un nouveau sourire machiavélique qui se dessina sur le visage du demi-elfe. Il allait pouvoir repratiquer son art favori, une activité qu'il n'avait plus exercé depuis bien trop longtemps à son goût. Celà lui manquait. Et quand le garde ouvrit le placard avec divers outils de tortures, Morfea était comme un enfant au royaume du jouet. Touchant les divers outils un par un, il "dégustait" de ses mains. Certains objets lui rappelaient des souvenirs, d'autres l'intriguaient, il était impatient d'essayer ceux qu'il ne connaissait pas. Après l'euphorie de la redécouverte, Morfea reprit ses esprits et sélectionna ses outils en fonction de la tâche incombée. Il les plaça dans un gros sac de cuir noir qu'il jeta sur son dos et parti en direction deLa Grande Place d'un pas pressé afin de ne pas arriver en retard... Ce genre de rendez-vous souffrant de la plus rigoureuse des ponctualités.
    La mort est mon seul guide
    La haine mon essence
    Mais moi, que suis-je ?

  22. #22
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Gaeïa
    Messages
    120
    De retour de la Grande Place où il avait accompli sa mission, Morfea revint à la prison pour rapporter les outils qu'il avait emprunté. Désormais au fond de la besace, ceux-ci baignaient dans le sang et étaient maculés de morceaux de chair ; le nettoyage de ces instruments allait s'avérer lourde tâche. Outre la besace avec laquelle il transportait les outils de torture, le demi-elfe portait une cassette que lui avait donné le père de la victime. Un salaire bienvenu et plutôt innatendu que le bourreau appréciait.

    Sorti de ses pensées, Morfea se présenta de nouveau au garde afin de remettre le matériel à sa place.
    La mort est mon seul guide
    La haine mon essence
    Mais moi, que suis-je ?

  23. #23
    Seina Invités
    Le Garde regarda Morfea.. Ce dernier avait accompli sa tâche tranquilement, sereinement, sans montrer une once de pitié... Il frémit.. Cet homme irait sûrement dans les tréfonds de l'horreur de cette prison, découvrirait les anciens secrets... Pour le moment, il ferait l'affaire comme bourreau :

    " Bien, dès que vous serz Melandien, considérez vous comme le Bourreau Officiel de la Cité... Tu seras payé 20 po l'exécution, plus les petits suppléments...


    Ton travail consistera en des écécutions publiques, mais aussi aux tortures et interrogatoires accomplis ici, à la prison, ça te convient ? "

  24. #24
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Gaeïa
    Messages
    120
    Le demi-elfe posa son sac à terre. Même si le job lui plaisait, la situation n'avait rien d'exceptionnelle, mais celà conviendrait parfaitement pour le moment. Et c'est avec un sourire qui laissait apparaitre une de ses canines aiguisées qu'il répondit calmement de sa voix si particulière, démoniaque et aïgue, qui laissait peu de gens indifférents :

    - Ca me convient parfaitement... A vrai dire, je ne demandais pas mieux...

    La mort est mon seul guide
    La haine mon essence
    Mais moi, que suis-je ?

  25. #25
    Seina Invités
    reponse a Agifem :

    Les Malandrins, entassés dans une minuscule cellule étaient plutôt mal en point. Leurs vêtements poissaient le sang et la sueur. Ils étaient à moitié déchirés et pendaient en lambeaux sur le corps des pirates. Certains avaient des plaies mal cicatrisées par manque de soins alors que d’autres avaient des traces de coups bien plus récentes. Ils avaient tous l’air abattus, attendant la sentence qui sonnerait le glas de leur existence. Alors que Mederis passait rapidement pour les regarder, certains eurent encore le courage de ricaner et de lancer des blagues salaces, alors que les autres regardèrent d’un œil morne et hagard cette armurerie ambulante qui se baladait dans leurs rangs. Pas un seul n’eu l’idée voir l’audace de se jeter sur elle pour lui voler ses armes, qui auraient pu armer toute la petite troupe.


    Au fond, on voyait deux corps entassés l’un sur l’autre… des morts… Mederis malgré son succinct passage avait pu remarquer un homme plutôt bien bâti à l’affreux faciès. Le visage mangé par la vérole, les cicatrices en pagaille sur le corps et surtout son regard… un regard fier et hargneux. Une bête enragée qui semblait vous imaginer décédé ou torturé lorsqu’il vous contemplait.


    Le garde regarda d’un air dégoûté ces hommes pitoyables puis répondit à Mederis :

    « Alors là Mam’zelle, j’peux rien pour vous, c’est qu’on l’a jamais retrouvé le navire… faudra voir avec eux… Mais au vu de l’état dans lequel ils étaient lors de leur capture, je doute que leur navire soit en bien meilleur état… voir j’ai idée qu’il a été coulé ou brûlé… Enfin… «


    Il referma la grille.

    « j’vous les amènerais cette nuit sur les docks, à coté de la taverne « A la morue pourrissante ». Après ce sera votre problème… A vous de vous débrouiller »

  26. #26
    Seina Invités
    RP : Un assassin à faire parler

    Lorsque Morfea arriva à la prison pour prendre son service, l’un des gardes en l’apercevant sourit et se dirigea vers lui.

    « Messire Morfea… Nous avons un nouveau résident à la prison… Un de ceux qui ont droit à un traitement « spécial »… Il a été surpris en train de tenter de pénétrer dans le Domaine du Seigneur Nathiel Ecthelion, Conseiller de Melandis… On voudrait bien savoir pourquoi il tentait cette folie, mais le pauvre ne veut pas ouvrir la bouche… On a cru qu’il était muet mais il a joliment crié quand on lui a brisé la main… Mais il veut toujours pas avoué… Il faudrait que vous vous en chargiez… On a entendu dire que vous étiez expert en ce qui concerne les « interrogatoires » longs et fastidieux pour l’interpellé…. »


    Le soldat sourit béatement dévoilant une rangée de dents qui aurait même fait rire un cheval tellement la dentition était en piteux état.

  27. #27
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Entre nulle part et partout.
    Messages
    2 309
    Mederis Lança un large sourire au geôlier, un sourire tellement large que ses arrières pensées de trahison envers ces hommes, de meurtre et de pièces d'or empochées sur leur dos se lisait dans ses yeux sans la moindre peine.

    Fort bien ! Une bonne soupe et ils seront sur pied. Mederis est satisfaite de votre aide, soldat. A ce soir.

    Mederis prit congé sans la moindre marque de politesse. Tout marchait comme prévu.
    Agifem, Auteur des Chroniques de l'Age Sombre, mordeur des titreurs négligeants, molosse modérateur du forum NeverWinter Nights 1, et Tyran Suprème du forum NeverWinter Nights 2.

    Un dernier merci à Egrevyn, mon ami, pour tout ce que tu as fait pour nous tous.

  28. #28
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Gaeïa
    Messages
    120
    RP : Un assassin à faire parler

    [i]Le nouveau bourreau mélandien commençait à mesurer l'ampleur de la tâche qui lui était assignée. Une nouvelle mission qui s'annonçait ardue. Voilà qui promettait d'être intéressant. Un rictus se dessinait sur le visage du demi-elfe à l'annonce de cette mission et il envoya immédiatement un jeune apprenti préparer la salle pour "l'interrogatoire", pendant que de son côté, il préparerait quelques menus outils. Faire parler un personnage qui persistait à rester bouche bée malgré une main brisée, celà serait sûrement plus difficile que satisfaire un public en laissant trois pauvres âmes mourrir à petit feu sous ses yeux.

    Morfea se dirigea alors dans la salle de torture et fit signe au garde d'amener le prisonnier. Le demi-elfe attendait son client en aiguisant un long couteau de boucher. Quand celui-ci arriva, escorté par trois gardes mélandiens, le demi-elfe fit bien attention à ce qu'il puisse voir tous les instruments de torture auxquels il pourrait avoir affaire. Cette petite mise en scène n'aurait surement aucun effet, le bourreau le savait, et il le faisait plus par respect d'une certaine tradition que pour effrayer le prisonnier.

    Les instruments étaient donc prêt, l'apprenti avait préparé la salle, et allumer un brasier pour les braises et les fers chauds, et le prisonnier attaché sur une crox en forme de T[i]

    - Bien, que les festivités commencent ! dit le demi-elfe en lachant son habituel rictus. Il parait qu'on n'aime pas répondre aux questions ? Je t'en pose une quand même pour la forme ... Que faisais-tu chez le sire Echtelion ?

    Le prisonnier garda bien évidemment le silence, ce qui n'était pas une surprise. Aussi le demi-elfe entamma l'interrogatoire par une petite séance d'écartellement qui ne fit pas plus parler le très peu prolixe prisonnier.
    Le bourreau fit alors un clin d'oeil à son apprenti qui ouvrit un coffre plein de lannières de cuir tressées autour d'un poid -sans doute fait de bois- . Morfea fit allonger le prisonnier sur une planche de bois, et donna un de ces curieux instruments à chacun des 4 gardes présents et à son apprenti. Le jeu allait consister à tourner autour de la table en frappant le corps du malheureux avec entrain sans viser le visage. Une technique peu spectaculaire d'apparence mais assez insupportable. Très douloureuse, elle laissait des traces mais n'était sans aucun danger pour la cible tant qu'on en abusait pas de manière outrageuse.
    Seul inconvénient, il fallut attendre que le pauvre prisonnier sèche ses larmes pour reprendre l'interrogatoire. N'obtenant pas de réponse à sa question, Morfea réitéra alors le processus deux fois ; le corps du jeune homme était couvert de bleus et celui-ci tentait de se tordre en vain sous le poids de la douleur insupportable.


    - Alors... toujours pas décidé à nous dire ce que tu étais venu faire chez le conseiller Echtelion ?

    La mort est mon seul guide
    La haine mon essence
    Mais moi, que suis-je ?

  29. #29
    Seina Invités
    Un assassin à faire parler



    Le prisonnier avait le Corps en feu et le cerveau ankylosé par les flux de douleurs. Il n’avait jamais souffert de cette manière auparavant… IL voulait que cela cesse… Il fallait que cela cesse…

    « je… je… Je vais parler.. Arrêtez pitié… »

  30. #30
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Gaeïa
    Messages
    120
    RP : Un assassin à faire parler

    Finalement, celà avait été plus facile que prévu, le bourreau n'avait pas eu à fignoler. Certes il savait que le châtiment qu'il venait d'infliger au prisonnier était des plus désagréables, mais il pensait que celui-ci l'obligerait à aller plus loin. Le bourreau regarda avec mépris son client :

    - Très bien, alors que faisais-tu chez le conseiller Echtelion cette nuit ?

    Ce disant, il se saisit alors de la main droite de l'homme et d'un couteau à la lame fraîchement affûtée.

    - Je te souhaite d'être convaincant et d'éviter de me faire perdre trop de salive car désormais à chaque fois que je serai obligé de te demander un détail ou de répéter une question ... Tu perds un doigt.

    Le prisonnier toussa, essayant de reprendre son souffle et de se remettre du châtiment infligé.
    La mort est mon seul guide
    La haine mon essence
    Mais moi, que suis-je ?

Page 1 sur 2 12 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Bâtiment] Prison de Manost
    Par Gothmog dans le forum La Citadelle de la Lame d'Argent
    Réponses: 375
    Dernier message: 08/06/2017, 15h09
  2. [Bâtiment] La Prison de Melandis
    Par Duo dans le forum L'antre des Miséreux
    Réponses: 0
    Dernier message: 10/07/2007, 22h38
  3. [Bâtiment] Ecuries de Melandis
    Par Walar dans le forum Les Remparts de la Cité
    Réponses: 5
    Dernier message: 31/10/2005, 14h41
  4. [Bâtiment] Le Colisée de Melandis
    Par Kalannar dans le forum Les Archives des structures de Melandis
    Réponses: 5
    Dernier message: 22/05/2004, 14h36

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237