Page 3 sur 4 PremièrePremière 1234 DernièreDernière
Affichage des résultats 61 à 90 sur 113

Discussion: [Organisation] La Guilde de la Dague Noire

  1. #61
    Avatar de Dreiyan
    Dreiyan est déconnecté Marmotte léthargique
    Date d'inscription
    June 2003
    Localisation
    Au bout du lac
    Messages
    862
    Après un attente qui lui sembla interminable, le garde vint enfin prévenir Drig qu'il pouvait entrer dans le bureau d'Aenarion. Il se leva et se dirigea vers la salle que lui indiquait le garde. Il entra et se retourva face à Aenarion.

    Bonjour à vous, Aenarion. Comme vous le voyez, j'ai répondu à votre offre. Je souhaitrai entrer dans la guilde en tant que voleur. Je n'ai que peu d'expérience de voleur, mais je peux aussi apporter à la guilde mes dons de prêtre de Talos.


    Il regarda le maitre de la guilde, dans l'attente d'une réaction..
    Et il a dit: "Kapoué!"

  2. #62
    Aenarion Invités
    Aenairon regarda Drig de la tête aux pieds et le dévisagea un court instant. Il ferait un très bon voleur avec un voleur expérimenter pour lui enseigner. Aenarion se tourna brusquement vers le tas de parchemin qui servait de contrat et en prit un ainsi qu’une plume. Il les tendit à Drig et lui dit :

    - Très bien, quelqu’un s’occupera de ta formation une fois que tu auras passé un test pour voir ton niveau et savoir si tu mérite d’en savoir plus sur le vole et ses secrets. Signe ce parchemin et tu pourras rentrer chez toi en attendant ton test qui te fera devenir définitivement membre et voleur de la Guilde de Mélandis.


    Il attendit que Drig prenne la plume et signe le parchemin pour pouvoir le ranger vers les autres…

  3. #63
    Avatar de Dreiyan
    Dreiyan est déconnecté Marmotte léthargique
    Date d'inscription
    June 2003
    Localisation
    Au bout du lac
    Messages
    862
    Drig prit la plume et le parchemin et signa le contrat. Il le déposa sur le bureau et dit à Aénarion:

    "Je suis a ta disponibilité. J'attends donc un quelquonque signal de la guilde."

    Sur ce, il salua Aenarion et sortit à grands pas de la pièce.
    Et il a dit: "Kapoué!"

  4. #64
    Boddah Invités
    Tock, après une longue enquête sur des meutres dans les bas quartiers et dans un domaine du district bourgeois, avait pris congé de ses coéquipiés. Il avait des choses importantes à régler. Il en avait largement le temps et le loisir à présent qu'il était accepté comme citoyen dans cette chère cité du Chaos. Peut être pas encore intégré mais qu'à cela ne tienne, c'était un solitaire de toute façon, qui n'avait jamais eu l'habitude, à part dans son enfance, qu'on s'occupe de lui. Pendant trois années de sa vie, il a dû survivre par ses propres moyens dans un monde abject contre les plus faibles, seuls ceux ayant une force de caractère et une malice à toute épreuve pouvaient compter rester encore en vie...
    Il avait réussit à braver ses obstacles dans sa courte vie, il en ferait de même ici...Même s'il devait payer le prix fort pour vivre. Et même s'il savait que dans cette cité, il yavait des gens qui avaient vécu pire que lui, il savait tout ça, il n'était pas aveugle.
    Il se dirigea donc là où tout devait commencer pour lui, là où il devrait être depuis un moment mais par cause d'une mission, il avait dû retarder son entretien à plus tard. Toujours aussi déterminé qu'à ses premiers jours, il frappa à la porte de la guilde de la dague noire
    , un garde de taille moyenne et bien équipé sortit en le dévisageant, puis se rappellant:


    -" Mais oui, vous êtes déjà venu, je me trompe?" D'un oeil songeur.
    -" Oui, c'est exact, je me souviens aussi... Et je suis venu pour terminer justement cet entretien inachevé. Vous permettez?
    -" Bien sur, le maître des lieux Aenarion attendait votre venu, entrez, je vais vous accompagner directement dans le bureau de Aenarion..."

    Le garde suiva Tock dans les couloirs de ce soit disant entrepôt, puis ils prirent l'entrée secrete qui les menèrent au niveau inférieur de cette bâtisse. Le garde dirigea Tock dans la pénombre de cet endroit, ils prirent sur leur gauche pour déboucher sur une impasse. Tock, perplexe, ne comprit pas sur l'instant mais réalisa bien assez tôt qu'il y avait un passage caché. Le garde s'approcha du mur qu'il leur faisait face et poussa une brique noire. Le mur sur leur droite s'entrouvrit dans un bruit sourd. Le garde d'un signe de la main montra à Tock qu'il pouvait entrer. Le barbare se retrouva nez à nez devant le Chef de la guilde...

    Aenarion prit la parole en voyant un visage familier:

    -" Hmm... Mais c'est Tock, alors vous avez apparemment réussit cette épreuve que le Général Beorn vous avez confié... " Aenarion parut satisfait de revoir Tock dans sa guilde mais il le jaugea du regard, pour être sur de lui.
    Tock reprit:

    -" En effet, avec quelques autres aventuriers, on s'est chargé de l'affaire qui est à présent réglé! Et comme, je vous l'avais signalé dans notre ancienne entrevue, je désire être affecté dans cette guilde, avoir pourquoi pas un poste d'assassin...
    Un sourire jubilatoire se montra sur ces lèvres asséchées. Et il continua:
    -" Oui, ce poste me plairait tout particulièrement. Par contre, j'aimerais savoir si j'occupe ce poste, est ce qu'il sera inconnu des autres si je le cache. Puisque, mon intention est de faire ça en annexe avec un autre métier un peu plus respectable que celui là... Pour on va dire m'intégrer au mieux à la vie Mélandienne.

    Tock s'arrêta, et fixa le chef de la guilde en attendant sa réponse et son approbation...

  5. #65
    Aenarion Invités
    Aenarion était heureux de revoir Tock dans sa guilde, cela faisait déjà de nombreuse semaine qu'il était venu pour la première fois dans ce même bureau, mais Beorn était venu lui dire qu'il ne pouvait faire partie de la guilde pour le moment. Il dévisagea un court instant le barbare puis lui répondit en le regardant dans les yeux:

    - Il me semble que nous avions déjà parler de devenir un assassin pendant notre première rencontre ici-même. Pour moi c'est un rôle qui tira très bien. Tu seras un assassin une fois que tu aura fait un test et suivit une formation. Pour ce qui est de l'anonymat de tes projets d'assassin, personne ne le saura si tu fais ton travail sans trace et sans preuve. Bien évidemment il y a un secret sur la double vie de chacun. Se qui sa passe ici reste entre toi, moi et ces murs...

    Le maître des lieux vit dans les yeux du barbare une lueur. Apparemment cette nouvelle lui fit grand plaisir.

    - Evidemment si tu vas dire à quelqu'un que tu es un assassin il se méfiera de toi et la nouvelle suivra. Un assassin a le devoir d'être inconnu des autres sinon il ne pourra jamais accomplir ses missions dans un anonymat total, reprit Aenarion.

    Aenarion se tourna et alla chercher le parchemin qu'il fait signer à tous les ''pré membres'' de la guilde. Il le tendit à Tock ainsi qu'une plume et un récipient contenant de l'encre...

  6. #66
    Boddah Invités
    [Avant quête dans la taverne]

    Les pensées de Tock frémirent, satisfait de ce qu'il venait d'entendre, il pourrait s'adonner à son plaisir d'enfance, tout en essayant de mener une vie normal qu'il n'avait jamais eu. Ses yeux pétillèrent d'une lueur écarlate, elles étaient dilatées et rougies. Son avidité exécrable du sang s'était calmé depuis un temps, mais il avait toujours ce plaisir qui pouvait arriver fortuitement sans rien demander sauf un peu d'hémoglobine pour étancher sa soif impérissable.
    Cela allait de soi, d'être le plus avisé avec sa passion, il serait d'une extrême prudence, ne laissant aucune trace à part celle qu'il voudra laisser...
    D'une voix caverneuse et stridente, d'un air détaché et voluptueux, il réponda à Aenarion:


    -" Bien!!Fort bien même!! Ne vous inquiétez pas, je serais des plus professionnel dans mes missions. Personne ne remontera jusqu'ici, il sera déjà d'outre tombe avant même de vouloir en connaitre la cause. "

    Il baissa la tête en signe de respect envers celui qui allait devenir son supérieur, et il exquissa un léger sourire. Puis, il prit le parchemin pour officialiser le contrat verbal. Il saisit une plume qu'il trempa légerement d'un mouvement courbu dans le récipient. D'un geste vif et soigné, il inscrivit son prénom. l'acte était à présent valable, et il attendrait l'ordre du test. Il salua son nouvel employeur et repartit d'où il était arrivé.

  7. #67
    Aenarion Invités
    Aenarion regarda Dorgoth arriver avec Bulvaid avec un grand sourire. Il fit signe de s'approcher à Bulvaid ainsi qu'à l'elfe. Il regarda Dorgoth dans les yeux et lui dit lentement avec une voie calme et reposée:

    - Attend moi dans mon bureau je viendrais t'y rejoindre une fois que j'aurais expliquer quelques chose à Bulvaid et que je l'aurais fait devenir un membre de la Guilde.

    Dorgoth partit avec l'un des deux gardes dans le bureau d'Aenarion. Ce dernier se retourna vers Buvaid et partit avec lui en direction de la guilde. Il entrèrent dans le couloir et allèrent s'installer dans une petite pièce sombre et fraîche. Ils s'assirent et commencèrent à parler:

    - Je pense que tu as quelques questions à me poser au sujet de la mission que je t'ai donnée? Alors, Dorgoth est un ami de longue date que j'ai rencontré dans une autre Guilde. Il était devenu espion et moi assassin. Après j'ai quitter la guilde pour venir à Mélandis et il a quitter la Guilde peut après moi. Donc si je t'ai envoyé le chercher c'est pour qu'il devienne l'expert des espions dans la guilde.

    Il s'arrêta un moment, respira tranquillement puis se retourna vers Bulvaid.

    - Il t'as suivit tout au long de ta mission et à juger tes compétences d'après ton travail accomplit et il était grandement satisfait. Donc s'il est satisfait je le suis de même, tu fais donc désormais partie de la Guilde de la Dague Noire. Tu dois juste lui juré fidélité, et sache que si tu la quitte ou que tu déserte on te poursuivra jusqu'à se qu'on aie ton cadavre devant la porte de la guilde. En faisait se serment tu fais en quelque sorte un serment à Mélandis elle-même.

    Il regarda le plafond près à tomber sous le poids des murs. Dès que la barbare aura fait son serment il sera membre et partira à l'aventure dans de périlleuses missions...

  8. #68
    Bulvaid Invités
    Enfin de retours à Mélandis, après avoir traversé les landes et la forêt, après avoir tué et terrassé, satisfait d'avoir accompli sa mission et d'être enfin rentré, Bulvaid ne prit pas le temps de réfléchir : son choix était déjà tout fait, sa route toute fléchée et sa destinée toute tracée :

    " –Je te remercie pour les éclaircissements que tu viens d’apporter. *il marqua un court silence* Mélandis est devenue pour moi une seconde patrie ... pas autant que les contrées de mon enfance, mais elle compte à mes yeux désormais ... je te fais le serment, Aenarion, de servir cette guilde ainsi que la cité noire !
    -Je vois à l'évidence que ta conviction est grande et certaine ! dit le chef de guilde.

    Bulvaid allait sortir quand il s'arrêta et demanda :

    -Quand aurais-je ma prochaine mission ? "

    Sa plaie saignait toujours, on aurait dit qu'il l'avait oubliée, son sang coulait sur son armure mais on aurait dit qu'il ne sentait rien ... un sang qui autrefois était d'un rouge aussi éclatant que la gaieté d'un enfant, et qui en ces jours est aussi sombre qu'une âme prise par une déchéance ténébreuse

  9. #69
    Aenarion Invités
    Aenarion regarda le barbar. Il était étonné qu'on lui pose cette question. Il le fixa des yeux et lui dit d'une voie roque et fatiguée qu'il n'utilise presque jamais:

    - Comme tu le sais, la guilde compte désormais beaucoup de pré membres qui attendent leur entré. Tu auras une seconde mission lorsque les autres auront pu montrer leurs capacités et feront partie de la guilde. En attendant va, et n'oublie pas de venir de temps en temps t'entraîner dans les salles d'entraînement qui te permettront d'améliorer tes réflexes, ta précision et ta force.

    Aenarion disparut dans l'ombre de la veille porte qui servait d'entrée à la guilde en laissant Bulvaid seul devant le vieux bâtiment délabré. Les deux gardes se remirent devant la porte une fois qu'Aenarion fut passé. Bulvaid resta là un moment puis partit dans les ruelles qui menait au quartier marchand...

  10. #70
    Date d'inscription
    March 2004
    Localisation
    Lille
    Messages
    231
    Oan s'approcha du batiment, déterminée et passablement irritée. Certaines choses devaient être faites, et peu importe l'effort que cela lui imposerait. Oan vit deux gardes devant la guilde, et ne prit même pas la peine de leur parler. Elle leur lança à chacun une petite bourse pleine de piecettes d'argent; somme non négligeable pour un soldat de ce statut.
    A l'intérieur du batiement, et sans prêter attention à la décoration de l'eddifice, Oan attrapa le premier voleur, ou jeune homme louche qui laissait suer sur son visage l'appat du gain et lui glissa dans la main un parchemin, scellé.
    Il était destiné au dirigeant du lieu, à celui qui déciderait de l'homme à envoyer.

    Sur ce parchemin, Oan avait écrit:


    Une vieille drow habite dans les profondes vallées du centre; c'est une pretresse de Shar. Vous n'aurez aucun mal à la trouver, brulez cetordre d'éxécution pour qu'une carte vous aparaisse. Nous avons tous nos sécurité. Tuez la, sans que personne en Memandis ne l'apprenne et envoyez moi un messager à qui remettre votre or. Le double si votre assassin me ramène une mèche de ses cheveux.
    En attente de votre missive,

    Dame Oan

    Oan savait que le jeune homme donnerait cette lettre au dignitaire du lieu, aussi ne doutait-elle pas de la réussite de l'entreprise. Elle quitta le batiment, tout en espérant ne pas avoir été, dans sa lettre, trop péromptoire. Puis elle s'éloigna, satisfaite.
    Le cimeterre d'Oan et son amulette
    Ma'arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête!
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

  11. #71
    Aenarion Invités
    Le jeune homme regarda que l’auteur du parchemin aie quitté son champs de vision puis se mit à l’écart, dans un coin plus sombre que les autres. Il jeta un second coup d’œil rapide pour être sur de ne pas être vu. Une fois sur que personne ne le voyait, il tenta d’ouvrir le parchemin. Déçu, il réessaya une seconde fois sans plus de chance, puis se décida enfin d’aller amener le parchemin à Aenarion avant que quelqu’un ne le remarque et ne lui cause des ennuis. Il traversa donc le long couloir froid et ténébreux qui mène au bureau du dirigeant des lieux. Il ouvrit la porte et vit Aenarion parler avec Dorgoth, le nouvel expert espion de la guilde.

    - Maître, je vous apporte un parchemin que quelqu’un m’a chargé de vous transmettre, il baissa la tête et recula d’un pas après avoir posé le parchemin sur le bureau d’Aenarion.
    - Tu n’aurais pas du essayer de l’ouvrir !!! Il devint rouge de couleur, Les mouvements de chacun qui se trouve dans cette guilde sont contrôlés, tu devrais le savoir depuis le temps que tu es là !
    - Je suis désolé… Je ne recommencerais plus… Maître… laissez moi me racheter…
    - Tu n’es qu’une vermine, va vite me chercher de l’or pour racheter ton ignorance et ta bêtise, et VITE !!!

    Le jeune homme disparut blanc comme un zombie et tremblant comme une feuille. Il referma la porte bien doucement derrière lui et disparu silencieusement en longeant les murs. Lors qu’Aenarion prit le parchemin dans ses mains, ce dernier s’ouvrit tout de suite. Il lut le parchemin et une étincelle jaillit de son regard. Il se retourna vers Dorgoth et lui tendit le parchemin :

    - Regarde, j’ai un nouveau travail pour toi…

    L’elfe regarda attentivement le parchemin puis demanda :

    - Combien devrais-je en surveiller cette fois ci ?
    - Un seul, un assassin devrait amplement suffire pour venir à bout de cette vieille drow.

    Dorgoth aquiesca d’un signe de la tête puis redonna le parchemin à Aenarion. Le maître des lieux se leva et commença à tourner en rond au milieu de la pièce. Différent nom d’assassins lui passaient par la têtes, nombreux d’entre eux n’avaient pas encore eut l’occasion de faire leurs preuves et de rentrer dans la guilde pour de bon. Il réfléchit un long moment tout en continuant à tourner comme une hélice. Il eut une soudaine ilumination. Tock, il était le premier nom d’assassin qui lui vint à l’esprit. Tock devrait sûrement bien s’occuper de cette mission.
    Il releva les yeux du sol et arrêta de tourner.


    - Va chercher Tock, c’est lui que tu devra surveiller et me dire si je doit l'accepter ou pas. Amène le ici et je lui montrerais le parchemin.

    Dorgoth eut un léger sourire qui laissa apparaître quelqu’unes de ses dents jaunes. Il se leva, alla serer la main à Aenarion et partit en direction des Bas Quartiers à la recherche de Tock et Mycontil.

  12. #72
    Date d'inscription
    March 2004
    Localisation
    Lille
    Messages
    231
    Oan rentra en furie dans la guilde une seconde fois. Elle avait sentie qu'un ignorant avait touché sa magie. L'imbécile de coupe-jarret à qui elle avait confié cette lettre gachait tous ses plans.
    Elle vit un garde;enfin, un voleur chargé de la surveillance, et l'apostropha d'une voix glaciale et dénuée de toute émotion.


    Donne ceci à ton maître, et sache que si tu te permets à ton tour d'ouvrir ce parchemin, je me cheagerais personellement de te vider de tes entrailles.
    $


    Aenarion,


    Je joins a cette lettre une nouvelle carte; vos hommes auront surement abîmée la précédente en tentant d'ouvrir ma missive. J'espère que ce dont je vous ai avisée de vous posera pas de problèmes et qu'à l'avenir, nous pourrions coexister en toute harmonie.

    Sincèrement.


    Le cimeterre d'Oan et son amulette
    Ma'arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête!
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

  13. #73
    Boddah Invités
    [avant la quete dans les cryptes, et juste après mon affectation en tant que citoyen mélandien... :happy: ]

    Après quelques pérégrinations dans la ville du chaos, un messager était venu à sa rencontre promptement, et lui laissa un message du sieur Aenarion, chef de la guilde de la dague noire. C'était un message expliquant qu'il devait se présenter au plus tot dans la guilde, pour une petite affaire. Surement son test d'admission, qu'il attendait avec une certaine impatience, il avait hâte de pouvoir tuer sous contrat, ou effectuer quelques affaires louches pour le compte d'Aenarion.
    Tock commencait à apprécier cette guilde, et son chef, même s'il n'avait que peu de rapport avec eux, mais il avait été reçu avec beaucoup d'amiabilité, ce qui l'avait touché. Car peu de fois, il avait connu cette politesse, rare sont ses personnes vil qui sont tout de même raffinés.

    Il se présenta donc à nouveau aux gardes devant le batiment à la façade sombre, laissant le doute sur les occupations internes. Les gardes qui avaient reçu les intructions, le laissèrent rentrer. Il connaissait le chemin qui le menerait au représentant de la guilde. Il arpenta les couloirs sinueux, prit un escalier en colimaçon d'une froideur à glacer les artères, se retrouva dans une impasse, poussa une brique et un passage s'ouvrit devant ses yeux. Il entra:


    -" Bonjour, sieur Aenarion, cela faisait un petit moment Avec un sourire au lèvre. Vous m'avez demandé, alors me voilà, c'est surement pour mon petit test..."
    Le regard de Tock se faisait petillant, il n'attendait que cela...

  14. #74
    Aenarion Invités
    Aenarion regarda Tock puis lui tourna le dos brusquement. Il resta immobile quelques instant puis il bougea en direction de son bureau. Il sortit le parchemin et la carte qu’il avait reçu d’Oan et les déroulèrent sur la table. Aenarion s’assit, mit les pieds sur son bureau et appela Tock. Se dernier ne comprit pas très bien le comportement d’Aenarion mais il s’approcha néanmoins.

    - C’est bel et bien pour ta mission d’entrée que tu es ici. Oan m’a chargé d’une mission. Je pense que tu devrais t’en sortir…

    Il eut un petit ricanement moqueur. Il donna le parchemin à Tock et il fit signe de le lire, il s’exécuta :

    -Cela m’as l’air sympathique, quand dois-je partir ?
    -Pas si vite, la vieille sera coriace. Et tu ne sais même pas où elle se trouve.

    Il sortit sa dague et montra sur la carte le chemin que devra prendre Tock pour trouver sa victime et il la planta à l’endroit où se trouve la vieille femme. C’était dans une petite maisonnette à l’entrée de bois un peu à l’écart de tout le petit village alentour.

    - Il y aura quelques bonne journée de marche jusqu’à là-bas. Mais une fois sur place tu devrais trouver la vieille facilement.

    Les deux se levèrent et se dirigèrent lentement vers la porte. Aenarion mit sa main sur l’épaule de Tock juste avant qu’il n’aie franchit la porte de son bureaux et lui dit :

    -juste un dernier conseil, ne te fie pas aux apparences…

    Aenarion laissa partir l’assassin à sa mission et espérait qu’il se rappellerait de son conseil…

    [Suite dans les alentours de Melandis]

  15. #75
    Seina Invités
    TRES IMPORTANT !!!!! </span>

    Une missive parvint à la guilde d'Aenarion :

    <span style=\'color:orange\'>Le sieur Aenarion est convoqué à l'antichambre du Conseil ( quis e trouve dans les quartiers administratifs des hauts quartiers

  16. #76
    Avatar de Dreiyan
    Dreiyan est déconnecté Marmotte léthargique
    Date d'inscription
    June 2003
    Localisation
    Au bout du lac
    Messages
    862
    Drig entra dans l'entrpot, d'un pas plutot lent, mais sur. Il s'avança vers le garde, Gôron, qu'il salua puis suivit le chemin menant au bureau d'Aenarion. Celui-ci l'avait convoqué afin qu'il fasse son test d'entrée dans la guilde. Il attendait ce jour depuis un moment, et espérait bien satisfaire son employeur.
    Il ouvrit la porte cachée et marcha d'un pas maintenant plus rapide vers le bureau du maître de la guilde. Il toca a la porte et entra aussitôt.


    "-Vous m'avez demandé, je suis à votre disposition. J'attends vos instructions."
    Et il a dit: "Kapoué!"

  17. #77
    Aenarion Invités
    Aenarion était prêt, et Drig l'était de même. Ca commençait bien, espérons que Drig sera à la hauteur de la tâche, car elle est de taille. Seul un voleur patient et discret pourra y arriver avec succès. Le roublard regarda Drig dans les yeux, il semblait décider, il ne craignait visiblement pas qu'Aenarion lui donne une mission de cette difficulté.

    - Très bien Drig, assieds-toi et parle doucement, c'est une mission de la plus grande importance que je vais te donner là.

    Le maître de la guilde se dirigea vers la porte, il vérifia que le couloir soit désert avant de la refermer délicatement. Une fois la porte fermée il retourna s'asseoir dans son fauteuil en face du voleur.

    - Comme tu le sais sans doute, le Zhentarim n'est pas notre allié, je dirais même que nous sommes rivaux. Ces derniers temps ils sont trop indiscret et commence à devenir menaçant pour tous les voleurs, assassins et espions de cette guilde. C'est pour que cela change que j'ai besoin de ton aide, il te faudra pénétrer dans le bâtiment principal et voler des documents dans le bureau de Chaos. Vole tous les documents concernant le lieu ou se trouve le Zhentarim, plan, carte etc... Ensuite prend tout les autre papier que tu trouves et ramène les moi. Ta mission sera accomplie avec succès si tu arrives à me ramener ces documents sans te faire repérer. Je sais que c'est beaucoup demandé pour un jeune voleur mais il faut bien commencer un jour! Questions?

    Aenarion le regarda sévèrement, il ne faut pas qu'il se ramollisse avant une telle mission, le garder sous pression était sa meilleure chance de réussite...

  18. #78
    Avatar de Dreiyan
    Dreiyan est déconnecté Marmotte léthargique
    Date d'inscription
    June 2003
    Localisation
    Au bout du lac
    Messages
    862
    Le Zentharim... ce n'était pas une mince affaire. Drig se doutait bien qu'il allait se voir confié une mission de taille, mais il ne s'attendait pas à cela. Mais ceci n'entama en rien sa détermination. Aenarion continuait à le fixer du regard, Drig compris qu'il n'y avait pas de faux pas possible dans cette mission, qu'il devra rester concentré du début à la fin. Savoir qu'on lui faisait confiance pour une mission de cette importance, une mission qui si échouait pourrait avoir de grave concéquence, donnait au pretre plus d'assurance et de confiance.

    "-Non, pas de question. J'aurai juste besoin de renseignement sur le l'endroit ou se trouve le bureau de Chaos. Puis ça ne sera plus qu'une question de temps avant que je ne dépose ces documents sur votre bureau."

    Et il a dit: "Kapoué!"

  19. #79
    Aenarion Invités
    Le maître de la guilde n’en espérait pas moins de la part du voleur, soutenant toujours sont regard, il s’apprêtait à lui annoncer une nouvelle difficulté. Cette mission était très dur même pour un voleur expert, espérons qu’un voleur moins expérimenté pourra y parvenir, sa vie en dépend. Plus le temps d’attendre, la mission devait avoir lieu vite, avant que le Zhentarim se doute de quelque chose, il était temps d’annoncer la mauvaise nouvelle.

    - En faite nous n’avons pas de plan du Zhentarim et nous ne savons par conséquent pas où se trouve le bureau de Chaos. Il devrait y avoir un plan du bâtiment dans son bureau, c’est une des raisons qui me pousse à te donner cette mission difficile et périlleuse. J’espère que tu accepteras la mission malgré les difficultés multiples.

    Malgré son ton compatissant, il ne voulait en aucun cas que Drig se défile…

  20. #80
    Avatar de Dreiyan
    Dreiyan est déconnecté Marmotte léthargique
    Date d'inscription
    June 2003
    Localisation
    Au bout du lac
    Messages
    862
    Drig fut surpris. Il ne s'attendait pas à ceci. Mais cela n'entamma pas sa determination, au contraire, cela rajoutera un peu de piment, un defi supplémentaire. L'adrénaline commencait déjà à monter. Néamoins, il n'arrivait pas à cacher une certaine peur, car de la peur, il en avait, infiltrer le Zentharim n'avait rien de rassurant.

    "-Evidemment que j'accepte cette mission, dit-il.

    -Bien, fit Aenarion, d'un ton rassuré.

    -Je pars donc sur le champ. Le temps de prendre le nécessaire et je ferai mon devoir. Si vous avez d'autres précisions à donner, c'est le moment", dit-il en se levant de son siège et en se dirigeant vers la porte.
    Et il a dit: "Kapoué!"

  21. #81
    Aenarion Invités
    Aenarion se leva à son tour. Il mit la main sur l'épaule de Drig et se dirigea vers la porte d'un pas lent. Une fois à la porte, il l'ouvrit et jeta un bref coup d'oeil pour s'assurer que le couloir était bien désert. Il se retourna vers le voleur et le regarda avec des yeux menaçants.

    - Je n'ai pas d'autre informations à te transmettre. Si ce n'est que si tu échoues tu mourras, et le Zhentarim sera la dernière chose que tu auras vue de ta vie. Je te souhaite bonne chance dans cette mission...

    Il poussa légèrement Drig en dehors de son bureau, il ne fallait pas traîner...

  22. #82
    Avatar de Dreiyan
    Dreiyan est déconnecté Marmotte léthargique
    Date d'inscription
    June 2003
    Localisation
    Au bout du lac
    Messages
    862
    Drig quitta la pièce, saluant Aenarion, et se rendit chez lui afin de se munir de quoi executer sa mission. Puis il se dirigea vers le repaire du Zentharim, avec la ferme intention de revenir les plans en main. Les choses sérieuses allaient commencer...
    Et il a dit: "Kapoué!"

  23. #83
    Date d'inscription
    March 2004
    Localisation
    Lille
    Messages
    231
    La journée était nuageuse, du moins pour Oan, qui depuis quelques jours, depuis une terrible et fugitive nuit moite et troublante, se sentait déphasée. Une chaleur inhabituelle lui rongeait l'intérieur, et son coeur qui battait lui envlevait autant de temps à vivre qu'elle pensait à cet étrange sentiement... Malédiction...

    Arrivée devant l'imposante guilde de son rival indirect, Oan fit signe à son escorte de quelques mercennaires de l'attendre ici; et descendant de son cheval, abaissait sur ses cheveux noirs et bouclés par l'humuidité, un capuchon de velours brodé. La guilde de Sieur Aenarion, tout juste promu Grand Melandien, était de facture classique, et un inévitable soldat devait bien sur lui bloquer l'accès à l'intérieur de l'édifice...
    Oan, richement habillée, laissait cependant transparaître le fin plastron qui lui collait au torse, et bien que ses formes avantageuses en fussent masquées, Oan restait plus séduisante que jamais, ne laissant à son interlocuteur futur que la possibilité d'apercevoir d'elle ses lèvres fines, sa peau noire aux relents bleutés et sa longue chevelure ondulée.

    Oan s'approcha du soldat, qui aussitôt, s'interposa entre elle et la porte, et dans un geste d'énervement, Oan se mit à incanter pour immédiatement s'arrêter... cela ferait tâche... et le sang des soldats n'était jamais bien intéressant à verser... Toujours prétencieux, toujours arrogants, toujours imbus de leurs piètres capacités physiques et techniques... S'accrocher avec ces gens là était si ennuyeux, qu'Oan, ravalant sa fierté et son impatience, s'adressât polimment à l'homme, décrivant sa situation, décrivant son statut, et usant de son titre pour qu'il la laissât immédiatement entrer dans le batîment...

    Après avoir traversé maints dédales, maintes pièces emplie de vermine et de voleurs sans intérêt aucun; Oan arriva face au bureau d'Aenarion, et apprécia le manque de goût flagrant dont le maître de maison avait fait preuve en matière de décoration... Et ouvrant la porte sans frapper, Oan tomba nez à nez, ou presque, avec Aenarion, la tête dans les papiers, à régler certains détails divers. Oan resta figée, le visage couvert, quelques secondes à observer son interlocuteur étonné qu'on l'ait laissée pénétrer dans son bureau sans l'en prévenir. Après quelques instants d'observation, Oan se décida à retire son capuchon de velours, laissant à Aenarion l'extrême plaisir de contempler la finesse de ses traits, et tout le séduisant qu'exprimé sans détour le regard haineux qu'Oan posait sur lui.
    Oan, d'un ton sec, prit la parole, ne s'interrompant pas; elle était ici pour certaines choses, qu'il fallait résoudre. certaines choses désagréables, certes, mais certaines choses qui lui permettrait de progresser encore, et d'atteindre le but final de sa mégalomanie croissante; écraser ses rivaux, quelqu'en soit les moyens.


    Sieur Aenarion; notre entrevue dans l'antichambre fut interrompue par ... une certaine bonne nouvelle. Et bien que vous ne méritiez point votre titre fraicheemnt acquis, je vais vous vouvoyer, Sieur, et espère que vous agirez de même en m'offrant un siège car il n'est d'homme qui laisse à une femme le soin de préserver ses maigres forces, n'est ce pas?

    Oan, au lieu d'agir comme il aurait été logique qu'elle le fasse, toisait encore Aenarion, considérant l'être comme s'il s'agissait de la larve la plus misérable qu'il soit. Qu'il était doux, de discuter avec Oan quand elle était si joyeuse... Mais qu'importe son humeur, Oan n'avait que trop perdu de temps à discuter affaire avec cet individu sans qu'il n'honnorat son contrat; et le temps, pour les drows, passe trop lentement...

    On vous disait efficace, sire, mais je m'aperçois à mes dépends que votre efficacité se fait plus réelle lorsque votre commanditaire s'avère être doué de libido et de masculinité répugnante. Comprenez vous donc ce que je vous dis, Sieur Aenarion, au lieu de rester affalée sur votre chaise, pourriez vous justifier le fait que depuis des mois, une drow restât en vie, alors que je vous en avais paysé l'assassinat...



    Le cimeterre d&#39;Oan et son amulette
    Ma&#39;arevia, un roman Oan/Cristal
    Ouverte à toute quête&#33;
    Mon code couleur désormais: #d3EeC1
    Aventuriers, Zaefal vous est ouverte.

  24. #84
    Aenarion Invités
    L'énervement, voici la première chose que ressentit Aenarion en voyant la silhouette d'Oan apparaître vers la porte de son bureau sans qu’il en aie été avertit. Quel être désagréable que cette femme qui est devenue Grande Mélandienne que pour ses avantages physique, bien agréable serte, mais elle n'a pas encore vraiment fait ses preuves à Mélandis. Comment la traiter maintenant, elle qui débarque dans le bureau de l'assassin le plus expérimenter de la ville? Elle voulait jouer, très bien elle ne sera pas déçue…

    - Oui en effet, personne ne laisse une femme user ses faibles forces en restant inutilement debout comme vous êtes entrain de le faire en se moment. Mais cela vous va tellement bien de faire le piquet comme cela que je n’osais pas vous intérompre, mais puisque cela diminue vos ‘’forces’’ assaillez vous, je vous en prie.

    Répliqua Aenarion l’air supérieur et décidé à montrer à Oan que c’est lui qui dirige dans cette guilde. Oan s’assit et fronça les sourcils, elle ne devait pas avoir l’habitude de se laisser dire des choses de se genre. Les mercenaire devait être à quatre pattes devant elle tous prêt à lui léché les bottes. Mais malgré toutes les insultes et le ton désagréable de la belle créature, Aenarion ignorait toujours la raison de cette visite. Mais l’heure n’était pas à la réflexion mais il fallait rendre les comptes, Oan avait marqué un point en parlant de la mission inachevée qu’elle lui avait confier et dont Tock devait honorer le contrat.

    - Mon assassin cherche votre petite vieille, la raison pour laquelle il ne l’a pas encore tuer c’est qu’il la trouvait intéressante et il en a profité pour l’espionner elle et son entourage, ou il ne l’a peut-être pas tuée parce qu’elle lui paraissait sympathique, si elle était aussi désagréable que vous il l’aurait assassiné depuis fort longtemps, si cela peut vous rassurer.

    Aenarion effaça un large rictus avant de reprendre se dialogue animé, ce qui l’amusait, ce n’est pas tout les jours que quelqu’un lui tien tête, surtout pas une femme… avec autant de charme…

    - Mise appart le fait que je sois affalé sur ma chaise et que je vous ai pas offert de vous assoire, avez-vous d’autres reproches qui dit au passant ne me préoccupe guère, surtout vennant de vous ou pouvons nous passer à la raison de votre visite peu désirable en ces lieus, à moins que vous soyez venu pour cette misérable vieille dont l’existence reste qu’une question de temps puisqu’un de mes assassins s’en occupe ?



    Hrp : Tock n’est pas disponible alors cela ne devrait pas être traité dans le rp mais si tu veux t’amusé à critiqué mon organisation amuse toi ;o)

  25. #85
    Mérillym Martial Invités
    [Quête : la lutte pour le trône du soleil, prélude]

    Tout paraissait normal dans la guilde de la dague noir, haut lieu de commandement de tous les assassins de la ténébreuse Mélandis… Des assassins recevaient des ordres de leur supérieurs hiérarchiques et partaient précipitamment accomplir leur mission. Bref, l’ambiance de cette demeure était tout à fait normale.

    Soudain, apparaissant on ne sait comment, et ce malgré les protections mises en place par la guilde, un portail magique apparut, menant vraisemblablement vers une contrée lointaine. Rien ne permettait de distinguer où ce portail menait exactement… Tous les occupants de la pièce où ce portail s’était ouvert étaient aux aguets et près à livrer bataille : on entendait déjà, quelqu’un qui avait tout l’air d’un lieutenant, donner des ordres brefs :

    « Vite, je ne sais pas ce qui se passe et pourquoi, mais aller me chercher les magiciens de la guilde, peut-être pourront-ils nous éclairer sur cette chose ? –dit-il en désignant le portail magique d’un air méfiant- Ah, et tant que vous y êtes, allez chercher notre grand maître, j’ai comme l’impression que cet événement est d’une grand importance. Et bien sûr ramenez moi un contingent d’assassins, on ne sait jamais. Exécution et que ça saute » vociféra le grand lieutenant barbu.

    Les messagers, chargés de la requête de leur lieutenant, partirent en trombe exécuter leur mission… A peine étaient-ils partis que le portail se mit à briller avec plus d’intensité, avec une telle intensité que chacun était aveuglé… Quand cette soudaine source de lumière aveuglante disparue, un homme, en cape se trouvait dans la pièce à la place du portail –ce dernier ayant totalement disparu-… Le lieutenant assassin était éberlué, il n’en croyait pas ses yeux, mais sa raison l’emporta sur son brusque étonnement et il héla le nouveau venu. Inutile de dire que tous les assassins de la pièce étaient prêts à se jeter sur cet homme, mais chose curieuse, ce derniers ne semblait même pas les apercevoir, comme s’il ne les craignait pas…

    « Et vous qui êtes-vous et que venez-vous faire dans cette guilde et demeure privée !!! Vous êtes entré par effraction et si vous ne me dites pas sur le champ qui vous êtes et d’où vous venez, votre cadavre sera laissé aux rats dans la cave… »

    Tranquillement, le nouvel arrivant prit son temps avant de répondre : il regarda autour de lui, prit conscience du regard de tous ces assassins, lame levée, qui pesait sur lui. Avec un regard empli de mépris il toisa le lieutenant des pieds à la tête, ce dernier sentit un frisson le parcourir, et lui déclara :

    « Je viens d’une contrée lointaine, et j’ai été envoyé par mon supérieur afin de transmettre un message de la plus haute importance au chef de cette guilde. Je ne parlerais qu’à cet individu en personne et à personne d’autre… Et si vous croyez que vous et votre bande de minables me faites peur, je vous rappelle que je suis en magicien et que je peux vous réduire à néant au moindre claquement de doigt. Conduisez-moi à votre chef !!! »

    Le ton de cet inconnu était impérieux… Le lieutenant s’apprêtait à lui répondre quand la porte de la pièce s’ouvrit violemment pour révéler en individu tout en cape, entouré d’un halo lumineux. Cet individu qui venait d’entrer n’était autre que le chef de la guilde des assassins de la dague noire. Il prit la parole, coupant celle de son officier :

    « Ca va, pas la peine de se montrer virulent, surtout en ces lieux. Je ne sais pas qui vous êtes, mais si vous croyez que je vais me laisser intimider par un petit magicien –certes puissant pour avoir réussi à briser les protections magiques entourant notre guilde- et bien vous vous trompez. Bon, pourquoi êtes-vous entré ici par effraction et quel message avait-vous ordre de ne transmettre qu’à moi ? »

    Un petit laps de temps s’écoula avant que l’intrus décide de prendre la parole. Ce dernier avait dû jauger la puissance magique du chef de cette guilde et s’était sûrement rendu compte de sa puissance, normal pour un chef de guilde… Il prit donc la parole :

    « Au nom de mes supérieurs, je vous transmets ce message qui est de la plus haute importance. Je n’ai pas le droit de vous révéler qui je suis et d’où je viens. Je préfère plutôt mourir. Maintenant que je vous ai transmis ce message et que j’ai donc accompli ma mission, je vais me retirer. Adieu »

    Il tendit le message au chef de la guilde, et avant que le chef ai pu répliquer quelque chose, un portail magique venait de s’ouvrir. Le messager s’y introduit rapidement. Il disparut ainsi que le portail…

    C’est dans son bureau, une heure plus tard, en fumant tranquillement une bonne pipe que Aenarion (c’est le nom du chef de cette guilde) décacheta l’enveloppe qui contenait le message. Il la lut dans son intégralité :

    « En tant que chef suprême de la guilde des assassins de mon royaume, je vous salue. Peut-être trouverez-vous ma démarche un peu curieuse, mais on m’a chargé d'une mission que je dois accomplir. Il se trouve qu’à Manost un individu du nom de Mérillym Martial est l’héritier d’un trône de mon pays, le trône du soleil. Je ne vous révélerais pas où, ou en tout cas pas encore. Ce jeune homme, Martial doit être tué afin que ma maîtresse puisse prendre sa place sur le trône du soleil. Seulement, nous avons appris que cet individu se trouve à Manost, qu’il fait même parti de la garde manostienne… Il sera donc difficile pour nous seuls, étrangers en ces Terres, de l’atteindre. Une délégation d’assassins est déjà en route et qui sait, elle est peut-être déjà arrivée à Manost. Mais nous avons aussi envoyé une délégation à Mélandis, afin que nos assassins puissent collaborer avec les vôtres. Par conséquent, je vous informe que des assassins se présenteront aux portes votre ville très bientôt, sachez les retrouvez afin des les accueillir. Je vous chargerais aussi de leur transmettre tout votre savoir à propos de Manost afin que mes assassins puissent prendre la route de Manost, en sachant ce qui pourrait les attendre là-bas, a Manost. De plus, si leur effectif pouvait être augmenté par vos assassins, je vous en serais reconnaissant. J’agis ainsi et je me permets de vous demander une telle requête en accord avec la chartre universelle des assassins qui dit que quel que soit leur pays, ils sont tous unis. Merci d’avance d’accepter ma requête… Vous entendrez sûrement encore parler de moi… »

    La lettre était signée par un sceau étrange, qu’Aenarion n’avait jamais vu… Cette lettre était surprenante, néanmoins, il aiderait ces mystérieux assassins, d’où qu’ils viennent. Il laissa ses pensées prendre le dessus…

  26. #86
    Aenarion Invités
    Aenarion posa la lettre sur son bureau. En temps qu'assassin il devait les aider, mais cet homme dont la maîtresse devait à tout prit prendre la place de ce Mérillym semblait oublier que la Guilde de la Dague Noire n'est pas composée que d'assassins. Les voleurs et les espions, peut-être même les mages, si la quête devenait trop dure, n'étaient en aucun cas obligé de collaboré sans une rémunération dont la grande partie se perdra dans les poche d'Aenarion et dans la caisse de Mélandis. L'heure n'était certes pas à l'argent mais pensé à quelques pièce d'or n'avait jamais tuer un chef de guilde. Il réfléchit aux dispositions qu'il pourrait prendre pour aider ses assassins et cet homme dont il ignorait tout.

    Il n'y avait pas trente solutions, il fallait commencer par prévenir les gardes de la guilde que des assassins inconnus de tous allaient arriver et qu'il faudra les laisser entrer sans qu'ils se fassent remarquer. Deuxièmement il faudra aller au poste de garde pour expliquer aux gardes le fait de ne pas poser de problèmes lors de leur arrivée. Une fois ces détails prêt il faudra mettre en oeuvre le recrutement des assassins, espions et voleurs qui pourraient être utile. Une fois les roublards prêts à l'action, il faudra se mettre d'accord avec les assassins noirs sur le plan d'attaque à Manost. Mince, il avait presque oublier, il faudra avant cela qu'il se mettent d'accord sur le financement des espion et voleurs qui seront indispensable à cette quête et qui ne sont pas touché par la charte universelle des assassins.

    Très bien, tout semblait clair, maintenant assez réfléchit, il fallait désormais mettre les plans en action. Aenarion se leva, et se dirigea vers le couloir sombre qui sépare sont bureau du brouhaha qui règne dans l'étage supérieur. Le couloir était étroit et le grand Mélandien frôla le mur à de nombreuses reprise en courant dans le couloir pour mettre au courant les gardes. A la sortie du couloir il vit toute la racaille mélandienne réunie dans la pièce principale de la guilde. Tous parlaient de l'évènement surprenant qui s'était produit à peine deux heures avant. Remarquant Aenarion, le ton baissa, et ceux qui se trouvait entre lui et la porte s'écartèrent pour le laisser passer, visiblement le traitement infligé à un voleur lors de sa dernière sortie était restée gravé dans les mémoires des roublards de Mélandis.

    Arrivant à la porte les gardes semblait un peu au repos, mais cela ne dura pas, dès qu'ils aperçue le maître des lieux les deux gardes se tenir droit et avait les yeux fixé sur les ruelles. Aenarion soupira, et se plaça devant les deux gardes.


    - Bon, je vais pas passé la journée ici alors écoutez bien se que je vais vous dire! Des assassins noir vont venir se présenté ici, une fois que'ils seront ici emmener les dans une des pièce à côté de mon bureau. Je pense que vous n'avez pas de question alors sur ce, au revoir!

    Une bonne chose de faite, espérons maintenant qu'ils ont comprit et qu'ils appliqueront les consignes à la lettre. Le grand Mélandien se dirigeait désormais vers le post de garde pour que les assassins n’aient pas de problème lors de leur arrivée...

  27. #87
    Date d'inscription
    July 2004
    Localisation
    Lausanne (CH)
    Messages
    1 641
    [Quête : la lutte pour le trône du soleil]

    Arrivés d’une contrée lointaine et mystérieuse pour réaliser une mission particulièrement délicate dont le premier point était la rencontre incognito avec Aenarion le Maître de la guilde de la Dague noire qui devait leur apporter assistance, les assassins s’étaient présentés au poste du Loup Ardent où ils purent apprécier la diligence du Maître, car tout avait été prévu pour un passage des plus discrets. Le garde de faction, leur avait transmis une seule instruction, celle de passer par les égouts. Alors qu’ils quittaient le poste de garde, un gamin leur remis une carte des égouts de Mélandis. Ils n’eurent plus qu’à discrètement y descendre.

    Les odeurs de putréfaction prenantes qui y régnaient ressemblaient à la Mélandis qu’on leur avait décrite. Peuplé de rats gros et gras, d’animaux hideux aux yeux phosphorescents dont les cris lancinants fendaient le silence. Un torrent de boue nauséabonde courrait à toute allure le long des canaux tortueux et y tomber était synonyme de mort.

    Mais en vrais professionnels rompus aux parcours les plus difficiles, les assassins se déplaçaient sans difficultés, leur démarche était restée souple et rapide. Ils prirent immédiatement conscience qu’entre le plan quelque peu simplet qui leur avait été remis et la réalité, il y avait un pas de géant, dans une mer d’immondices, à faire. Ils préférèrent se fier à leur sens aigu de l’orientation et aux repaires qu’ils pouvaient trouver sur les pierres pour se diriger. Quelques minutes leur suffirent pour trouver la sortie qui devait déboucher juste à côté de la guilde. C’est de ce capharnaüm indescriptible pour des profanes que silencieusement, ils s’extirpèrent, aussi discrètement qu’ils y étaient entrés, alors que la nuit venait de tomber. Il ne restait plus que cette odeur nauséabonde qui avait imprégné leur vêtement et leur chausses crottées.

    Ils aperçurent immédiatement l’entrée de la Guilde de la Dague noire et après avoir secoué vêtements et chausses pour en faire tomber les derniers détritus qui s’y étaient collés, d’un pas allègre s’y dirigèrent. Sur le perron, de nombreux truands de toutes corporations discutaient et les assassins n’avaient que piètre opinion de cette racaille de bas étages juste bonne à engraisser les rats qu’ils venaient de croiser.

    Ils entrèrent dans le hall et se dirigèrent d’un pas décidé vers un bureau où était un assis un homme au visage réfractaire, Hamais tapa du poing pour attirer son attention qu'il avait ostensiblement portée sur un papier gras qui avait du contenir un bout de lard ou quelque chose de cet acabit :


    Ton Maître nous attend, va le prévenir que nous sommes là !

    Alors que visiblement l’homme était mécontent de se comportement et voulu les interroger sur leur identité, il s’approcha de lui et lui soufflant dans les narines d'un ton ne permettant pas de réplique même du plus coriace :

    Je t’ai dis que ton Maître nous attendait.


    Couleur RP d'Arya Du Varden #DBAF92 Biographie d'Arya


  28. #88
    Aenarion Invités
    [Quête : la lutte pour le trône du soleil]

    Mécontent du mépris que lui montraient les assassins, le garde n’avait d’autre choix que d’appeler Aenarion pour qu’il s’occupe de ces personnage prétentieux qui se croient en mesure de pouvoir insulter et donner des ordre dans un endroit qui n’était pas leur et dont ils ne connaissaient rien ! Le garde se dirigea vers la statue derrière laquelle se trouvait un passage secret qui permettait de rejoindre le bureau du maître des lieux. Il prit se passage et parcouru le mince couloir sombre et lugubre qui le séparait encore d’Aenarion. Il venait juste de se rendre compte qu’il avait laissé les assassins plantés au milieu de la pièce principale. ‘’Pas grave’’, se dit-il ‘’ils l’ont bien mérité…’’ il essaya un mince rictus en arrivant devant la porte du bureau du grand Mélandien et l’ouvrit lentement. Aenarion était assis comme à son habitude en train de s’occuper de diverse affaire. En voyant le garde débarquer il poussa un soupir de mécontentement, visiblement il lui restait beaucoup de travail à accomplir, des contrat de protection pour de petits commerces et autre traînait partout sur la table.

    - Que veux-tu ? Demanda Aenarion très sèchement ?
    - Les assassins sont là et vous attendent.

    L’assassin posa violemment les coudes sur son bureau et joignit ses mains dans sa nuque avant de soupirer une deuxième fois. Il se leva la tête après quelque petite seconde et se rassit droit sur sa chaise.

    - Je n’aurais pas pensé les voir aussi rapidement ici. Fais les patienter dans une pièce où ils pourront se reposer et fait leur porter à boire et à manger.

    Evidemment, les assassins le traitait comme un esclave et il devait encore se rabaisser plus en leur donner à manger, décidemment ce n’était pas son jour de chance… Il se dirigea donc vers la porte et sortit en direction du couloir sombre. Refermant délicatement la porte derrière lui, il profita d’être dans le couloir pour voir si il ne pouvait pas trouver une pièce ou il pourrait faire patienter les hôtes d’Aenarion pendant que se dernier finisse son travail. Il ouvrit donc toute les portes du couloir et choisit la plus petite et la plus inconfortable des pièces, c’est là qu’il fera patienter les assassins. La pièce était minuscule et sombre, la place manquait et des meubles encombrant prenait la majeur partie de la place. La petite trouve sera à l’écart mais cela ne semblait pas déranger le garde toujours décidé à se venger. Heureux, il se dirigea vers la statue puis vers les assassins qui étaient toujours debout…

  29. #89
    Date d'inscription
    July 2004
    Localisation
    Lausanne (CH)
    Messages
    1 641
    [Quête : la lutte pour le trône du soleil]

    Une fois le garde parti pour les annoncer à Aenarion, les assassins fourbus par leur longue marche commencèrent à se détendre. Cela faisait déjà plusieurs lunes qu’ils avaient quitté leur royaume et malgré la grande habitude qu’ils avaient de parcourir par tous les temps les mers amplies de pirates de bas étage, les chemins poussiéreux et boueux courus par les mécréants de toutes espèces, ils avaient atteint leur premier poste de ralliement et ils sentaient le besoin de se reposer avant d’entreprendre le plus sérieux de leur mission. Leur dernier repas frugal remontait au petit matin et pressés d’arriver, ils n’avaient pas pris le temps de se restaurer, ils ressentaient maintenant le besoin de se sustenter.

    Alors qu’ils commençaient à se détendre et profilaient de profiter de cette halte pour s’offrir quelques bons moments, tout en devisant et riant sous cape aux regards furtifs que leur lançaient les truands de tous bords déambulant dans le hall, ils virent le garde revenir particulièrement bougon, la lueur railleuse qui brillait dans ses yeux ne leur échappa pas.

    Hamais qui était maintenant particulièrement de bonne humeur, aimait à s’amuser de l'insubordination rentrée des subalternes s’approcha et lui bourrant l’épaule


    A voir ta tête, tu n’as pas eu de femme dans ton lit depuis longtemps !

    Ce qui créa l’hilarité des personnes présentes et la colère du garde.

    Il lui infligea une tape amicale.

    Allez, prend la Vie du bon côté, certes, j’ai dû être un peu sec tout à l’heure, mais vois-tu on ne se refait pas.

    Ces dernières paroles ne semblèrent pas dérider le garde qui toujours aussi bourru les invita peu courtoisement à le suivre, tout en les informant que Le Maître de la Guilde de la Dague noire qui ne pouvait se libérer immédiatement les recevraient un peu plus tard et leur proposait de se reposer et de se sustenter en l’attendant. Il les fit entrer dans une pièce pour disparaître aussitôt.

    Les assassins se regardèrent tout en jaugeant la pièce. Ils ne purent retenir un rire tonitruant, ils se retrouvaient dans un débarras poussiéreux sentant le renfermé, encombré de meubles branlants. Ce sacré garde leur avait délibérément joué un tour. Et il était certain dès cet instant que si nos compères, joyeux dans l’instant, retrouvaient le garde hors des murs de la Guilde, celui-ci garderait dans sa chair un souvenir indélibile.

    Pour le moment, nos assassins se concertèrent et décidèrent qu’il n’était pas question d’être reçu ainsi, ils avaient l’habitude de se sentir chez eux partout où ils passaient et fusse à Mélandis, ils ne changeraient en rien leur habitude.

    Ils ressortirent de la pièce et sans autre se mirent à ouvrir les portes se trouvant directement à côté. L’une d’entre, située à mi-chemin entre le débarras et le hall d'entrée, s’ouvrait sur une pièce à la hauteur de leur condition, l’espace était respectable, elle était bien éclairée, les murs recouverts de boiseries, meublée d’un sofa qui se révéla confortable et de plusieurs fauteuils profonds et moelleux, le tout posé sur un tapis de toute beauté dont le dessin et les couleurs les laissèrent admiratifs. Ils avisèrent des carafes contenant différents alcool posées sur un plateau d’argent et entourées de verres de cristal. Ils se servirent allègrement et devisant comme des gentlemen venus se délurer, ils attendaient que le Maître de la Guilde les reçoivent.
    Couleur RP d'Arya Du Varden #DBAF92 Biographie d'Arya


  30. #90
    Mérillym Martial Invités
    [HRP : post réalisé en tant que MJ ]

    Ces mystérieux assassins, venus d'une contrée lointaine et inconnue, pour accomplir une mission des plus étranges et importantes, ne se gênèrent pas et prirent place dans l'une des pièces les plus agréables de la demeure de la guilde de la dague noire. Et c'est sans gêne apparent que ces individus énigmatiques se servirent : ils dégustèrent des alcools qui étaient réservés aux personnalités importantes, ils mangèrent de la nourriture raffinée qui ne leur été point destinée... Ils étaient trois ou quatre et se comportaient comme s'ils se trouvaient dans leur guilde. Un assassin de la guilde de la dague noire, passa par là et fut complètement éberlué de voir les trois inconnus dans la pièce d'attente réservée aux personnalités importantes, alors qu'ils devaient se trouver initialement dans le débarra. Il s'avisa d'aller prévenir son supérieur, celui qui avait reçu les assassins. Il partit d'un pas souple mais énergique...

    Peu de temps après, le lieutenant arriva et entra dans la salle avec grand fracas : il était visiblement en colère et hors de lui. Ses yeux étaient dilatés, son regard lançait des éclairs et les traits de son visage étaient plissés, ce qui faisait ressortir ses rides. Lorsqu'il prit la parole, sa voix était emplie d'un profond mépris, il ne retint pas sa colère et vociféra à l’attention des ces intrus :

    "Vous là, ne vous a-t-on pas demandé d'attendre dans le local auquel on vous avait assigné ? Je vois que le débarra ne vous convient pas et il faut que vous en fassiez à votre guise. Cette salle est réservée aux fortes personnalités et la nourriture que vous mangez est d'une qualité exceptionnelle. Je vous ordonne de dégager de cette pièce et d'attendre là où l'on vous l'a demandé. J'espère que je me suis bien fait comprendre. Et que ça saute sinon, vous regretterez que votre pauvre mère ait couché avec votre pauvre père pour vous mettre au monde."

    Tout en parlant, le lieutenant d'Aenarion avait dégainé ses armes et était, visiblement en position de combat et prêt à embrocher ces foutus assassins. Ce qui mettait hors de lui ce pauvre bougre de lieutenant était la façon dont les assassins noirs se comportaient : leur air supérieur et impérieux ne lui convenait pas du tout. S’il devait collaborer avec ces gens-là, autant mettre les choses au point tout de suite.

    Il ne fallut pas longtemps aux assassins noirs pour réagir, se lever et dégainer leur couteaux de lancer… Ils adressèrent la parole au lieutenant, tout en gardant leur air impérieux, autoritaire, méprisant et dédaigneux. Si personne ne calmait la situation maintenant, cela risquait de dégénérer…

    «Quoi, comment osez-vous nous accueillirent dans de telles conditions : nous avons fait un long trajet jusqu’ici, par conséquent nous avons bien besoin d’un petit repos et d’un bon repas. Et vous nous traitez comme de vulgaires moineaux, cela ne nous convient absolument pas… Et… »

    Soudain, au milieu de la pièce un portail magique apparut, similaire à celui qui était apparu quelques jours plus tôt. Le même individu, le magicien mystérieux, en sortit. Cette fois-ci, ce ne fut pas une surprise pour le lieutenant. La lumière, d’une rare intensité, dégagée par le portail aveugla tous les individus présents dans la pièce. Le magicien qui venait d’apparaître prit la parole, mais visiblement, il était aussi en colère que le lieutenant. Il s’adressa à ses assassins noirs :

    « Vous devez vous montrez respectueux envers les assassins de la guilde de la dague noirs. Je vous rappelle qu’ils ont accepté de nous aider et qu’ils ne nous doivent rien. Par conséquent vous devez vous conformez à leurs ordres. Vous allez commencer par ranger vos armes, vous excusez et vous rendre dans la pièce à laquelle ils vous ont assigné. Vous attendrez le maître de la guilde de la dague noire qui vous rencontrera sûrement très bientôt. Je suis très en colère contre vous, vous m’avez forcé à revenir ici, sachez que c’est la dernière fois que s’agit de la sorte et au prochain dérapage vous subirez le châtiment suprême… »

    Le magicien continua à réprimander ses assassins, mais ceux-ci n’eurent plus l’air d’écouter : le châtiment suprême. Personne à part les assassins noirs et le magicien ne savaient ce que c’était, mais à voir la tête que tirait les assassins noirs maintenant, ce devait une punition horrible, atroce et que personne ne souhaiterait recevoir.

    Du moins l’intervention de ce mystérieux assassin avait adoucit l’atmosphère de la pièce : les assassins noirs se dandinaient d’un pied sur l’autre et regardaient machinalement le sol. On aurait cru un petit enfant qui venait de se faire réprimander par sa mère. Quant au lieutenant, un large sourire illuminait son visage. Mais le magicien reprit la parole, en s’adressant en premier à ses hommes puis ensuite au lieutenant :

    « Le maître de la guilde de la dague noir vous recevra sous peu et vous invitera à dîner, soyer patient. De plus, il vous confiera une mission que vous devrez exécuter. C’est l’accord qui a été établi. Si vous n’accomplissez pas cette mission, les assassins de la guilde de la dague noirs ne nous aideront pas. Vous avez donc l’obligation de mener à bien votre mission. Quand à vous lieutenant, traitez mes hommes avec un peu plus de respect s’il vous plaît. Ils sont exténués et affamés alors faites en sorte de les faire attendre le maître de la guilde de la dague noir de façons convenables. Rappelez-vous que nous sommes tous des assassins et que par conséquent, nous sommes des frères. Sur ce, je m’en retourne dans mon pays… »

    Le magicien emprunta son portail magique et disparut dans une lumière aveuglante. Quand la luminosité de la pièce redevint normale, le silence l’envahit. Tous le monde semblait gêné. Le lieutenant autorisa les assassins noirs à rester dans cette pièce à attendre Aenarion. Ces derniers le remercièrent et chacun retourna à voguer ses occupations. Le lieutenant partit transmettre un message à Aenarion en lui disant de ne pas faire patienter trop longtemps les assassins noirs…

Page 3 sur 4 PremièrePremière 1234 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Organisation] La Guilde du Commerce
    Par Seina dans le forum L'Esplanade Impériale
    Réponses: 18
    Dernier message: 24/01/2014, 19h19
  2. [Commerce] À la Noire Épée
    Par Walar dans le forum L'Esplanade Impériale
    Réponses: 278
    Dernier message: 07/01/2013, 22h16
  3. [CFA] La Compagnie Noire
    Par Mathrim Cauthon dans le forum Le cabinet littéraire et B.D.
    Réponses: 15
    Dernier message: 12/11/2008, 21h21
  4. [Organisation] Salle d'audience de la guilde
    Par Seina dans le forum Les Archives des structures de Melandis
    Réponses: 11
    Dernier message: 19/06/2004, 17h23
  5. [Guilde] La Guilde des Voleurs
    Par Folken dans le forum Les Archives des Structures de Manost
    Réponses: 8
    Dernier message: 18/10/2003, 22h37

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231