Le lieu décrit ici est le même que le décor découvert lors du Festival de Cojum. Il s’agit de la transformation du bastion après sa libération. Ici seront construits les quartiers de Kasumi et de ses apprentis, avant poste situé à proximité des terres mélandiennes. La description est volontairement succincte puisque la reconstruction de la vieille tour et de ses environs se fera progressivement.

[Quête : la fin de la suprématie]

La reconstruction allait bon train depuis deux semaines. Si les conditions de logement demeuraient spartiates : deux toiles de tente et des couchages à même le sol en guise de « chambres », une cuisine pour le moins pittoresque composée d’une marmite posée au dessus d’un cercle de pierre servant à circonscrire le feu et enfin une rivière glacée pour les ablutions…

Le moral des jeunes gens était toutefois au beau fixe : ils effectuaient le travail gratifiant de se construire un foyer, un abri et le symbole de leur engagement : la protection des terres avoisinantes. Si leur mentor n’était pas encore revenu de sa mission urgente en Hellona, les jeunes gens se faisaient un point d’honneur à avancer les travaux pour lui en faire la surprise à son retour. Il avait laissé des plans qu’ils s’efforçaient de suivre au mieux de leurs capacités. Duncan s’était déplacé jusqu’à Manost pour essayer de négocier le prix de nouveaux matériaux livrables la saison prochaine. Pendant que Marvin s’affairait à déplacer les blocs de pierre encombrant encore les soubassements de l’ancienne tour, Chandara redorait le blason de l’ancien potager, arrachant les herbes folles pour replanter des légumes qui leur fourniraient une source de nourriture complémentaire et facilement accessible. Elle se mit à siffloter un air entonné à Manost par Auregann, la jolie barde dont ils avaient fait la connaissance trois semaines plus tôt. Ce faisant, elle ne tarda pas à repenser à elle, son frère ne tardant pas à lui donner la réplique tout en redoublant d’efforts.

Plus tard, alors que la nuit tombait enfin sur les contreforts de la montagne et à la lisière de la grande forêt, un Marvin fourbu se dirigea vers la marmite où cuisait un lapin.

– J’ai déplacé tous les blocs que je pouvais. Tant que Duncan ne sera pas là pour me prêter main forte pour les derniers, je tâcherai de réunir assez de bois pour la construction de l’étable.

- Bonne idée Marvin. Mais mange tant que c’est encore chaud ! lui dit-elle en lui adressant un sourire. L’objectif commun avait beaucoup rapproché la fratrie. La nouvelle responsabilité dont ils se chargeaient leur donnait un but, une valeur commune.

Alors qu’ils entamaient leur repas, ils entendirent un bruissement du côté de la frêle palissade hissée à la hâte. Les deux jeunes gens se hérissèrent et se saisir des armes les plus proches : une pelle pour Marvin et une louche pour sa sœur. C’était une ridicule défense et ils le savaient, ils s’esclaffèrent de bon cœur en reconnaissant la silhouette de leur frère aîné rentrant avec un jour d’avance. Celui-ci les salua chaleureusement avant de s’asseoir près du feu. Il tendit une feuille chiffonnée à sa sœur qui s’en saisit vivement, la curiosité piquée par les paroles de Duncan :

- Regardez un peu ça. Il suffit de se baisser pour en obtenir sur la place principale de Manost. Je l’ai ramassé discrètement et j’ai préféré venir vous avertir avant d’en apprendre davantage. J’ignore de quoi il s’agit réellement mais si cela tombait entre de mauvaises mains, il pourrait y avoir de l’agitation prochainement de l’autre côté de la frontière.

Le papier comportait ces quelques mots : "Toi fier aventurier! Clerc, mage ou voleur, si tu n'acceptes pas la domination du Seigneur des Tempêtes, Talos le vil, alors nous avons une mission pour toi ! Une mission qui t'apportera la gloire et portera un coup fatal au culte du Seigneur des Tempêtes !" Les jeunes gens s’entre-regardèrent un moment avant que Marvin ne s’exprime :

- Cela pourrait bien s’avérer dangereux si une guerre civile s’annonce du côté de Mélandis. Et que faisait ce message au cœur de Manost, bon sang ! Tout cela n’augure rien de bon mais nous ne pouvons pas abandonner notre poste ni faire quoique ce soit avant que Kasumi ne soit de retour.

- Si, moi je peux y aller ! interrompit Chandara d’un air déterminé.

- Quoi… Tu ne...

- Ça suffit vous deux ! Je m’en sortirai très bien toute seule et nous devons nous partager les tâches. Je serai prudente et vous vous en sortirez très bien ici sans moi. Il ne s’agit que de poser quelques questions. Je partirai demain matin et je devrais être de retour d’ici une semaine.

- Quand elle est comme ça, impossible de l’arrêter, n’est-ce pas Duncy ?

- Tu parles ! Prends mon cheval alors et ne quitte pas la route… Ce n’est pas négociable.

Chandara sauta au cou de son frère et l’embrassa sur la joue :

- Merciii !!

- Inutile de te dire que nous nous ferons massacrer s’il t’arrive quelque chose alors soit prudente ! Et moi tu ne m’embrasses pas ? fit Marvin d’un ton boudeur.

Les jeunes gens rejoignirent leurs lits de fortune pour se lever tôt le lendemain. Au matin, ils déjeunèrent tous les trois ensembles se rappelant des histoires de leur enfance comme pour ne pas évoquer la possibilité que Chandara puisse rencontrer des difficultés et qu’ils soient séparés pendant longtemps voire pire encore. Ils se quiitèrent sur de derniers encouragements et promesses de prudence et Chandara emprunta le chemin en direction de Manost ([Lieu] Les portes de Manost), emportant avec elle tout son nécessaire de voyage et un armement léger : une armure de cuir souple et une masse d’armes pendant à sa ceinture sous son manteau à capuche.