Aux confins orientaux des forêts du Bosquet des pierres, le paysage est escarpé comme il se doit pour une terre encore si proche de la Cordillère du Faucon.

L’alliance de la nature boisée et accidentée du terrain offre maints refuges à des êtres de toute sorte. Des êtres dont les intentions ne sont pas forcément pacifiques. Certains se sont regroupés en clans peu importants et multiplient les rapines et les raids sur les villages viticoles des Plaines Orientales.

Le choix des cibles est d’autant plus vaste que la route courant de Cojum la Manostienne à Sidik et au-delà aux terres du chaos de la puissante Melandis attirent quelques inconscients. Ceux-ci espèrent tirer bénéfice des balbutiements de commerce entre les deux grandes nations du continent ou alors cherchent à accomplir quelque exploit en cette terre non encore totalement conquise par les races civilisées. Les rares voyageurs, marchands ou aventuriers se font souvent rançonner ou pire en empruntant cette route étroite et entourée de repères de brigands.

La cité de Cojum, sous protectorat Helmite subit même des attaques de monstres plus ou moins désorganisés lorsque le gibier vient à manquer dans les collines pour nourrir les créatures de la région.

Le courage des habitants a, jusqu’ici, permis d’éviter le pire mais la grande distance depuis Manost et la dispersion des communautés ne permet pas l’envoi de patrouilles régulières qui sécuriseraient les abords sauvages de tous les hameaux et autres bourgades.

Les essais passés d’installer une garnison permanente se sont toujours révélés insatisfaisants : les gens du cru n’aspirent pas à devenir soldat et peu savent manier avec une réelle efficacité des armes autres que le bâton, la fronde ou la serpe.

Un poste de guet avait même été érigé à proximité de la route afin de fournir une base d’opération à une troupe très réduite mais il est, depuis plusieurs décennies, retourné aux mains des groupes maraudeurs de monstres opportunistes : des hommes lézards en provenance des terres désertiques plus au nord pour l’heure. Ceux-ci profitent du terrain particulièrement inhospitalier pour lancer des attaques sur les voyageurs et les fermes isolées.