Affichage des résultats 1 à 20 sur 20

Discussion: [Quête] Dans les sables du temps

  1. #1
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Chapitre un: Une étrange visite.

    Dans la bise glacée de ce petit matin d’hiver, les premières lueurs de l’aube pâle effleuraient à peine les créneaux de la citadelle, et les sentinelles de la Lame d’Argent, épuisées par une nuit de veille, ne devaient pas seulement plisser les yeux dans la lumière rasante.
    Cependant, au premier étage du Palais des Murmures, il n’en fallait pas davantage pour arracher Lothringen à son sommeil léger. Malgré d’épais rideaux et des années de vie en surface, il n’avait pu tout à fait se départir d’une sensibilité extrême à la lumière qui lui interdisait, sauf cas de grande fatigue, de se reposer plus longtemps que ne durait la nuit. Le semi-drow se leva dans le palais silencieux, prenant garde de ne pas perturber le ronflement des gardes à sa porte. Il leur ferait leur fête… quand il ne pourrait faire autrement. A propos de réjouissances… S’habillant rapidement, il songea soudain que ce jour-là était un jour de fête religieuse, consacré aux célébrations et aux processions dans la cité. Un de ces jours helmites où il convenait au conseiller de se faire discret, voire d’aller respirer le grand air de la campagne. Projetant justement d’aller détendre un peu son arc dans les bois environnants, Lothringen s’équipa en conséquence – et ouvrit la porte à toute volée. Comme il s’y attendait, les deux gardes somnolaient, l’une quelque peu plus bruyamment que l’autre.


    - Debout là-dedans ! Votre capitaine entendra parler de ses nouvelles recrues !

    - Mes excuses, Conseiller… balbutia le plus éveillé des deux, tandis que l’autre se massait douloureusement le crâne. Vous sortez ?
    - Pas besoin d’escorte, je m’en vais à titre privé. Aujourd’hui, c’est la Rencontre des boucliers, l’aviez-vous oublié ? Aujourd’hui, je suis en vacances !
    --
    Les portes du palais de murmures franchies, le froid se fit plus vif. Il avait neigé durant la nuit. Si les premiers rayons de l’aube avaient fait fondre la fine pellicule blanche recouvrant le sol, ils avaient laissé quelques fantômes laiteux et dangereusement glissants de part et d’autre de la rue. Quelques plaques de verglas orphelines brillantes et néanmoins traîtres pour les pieds non avertis. Un badaud pressé perdit l’équilibre et partit en avant. Les bras écartés au dessus du sol pour s’abattre sur sa proie. Mais l’homme n’était pas du plan de l’air et pesait déjà son poids. Et ce poids vint s’abattre durement contre l’épaule du conseiller. Celui-ci chancela sensiblement sous le choc mais reprit derechef son chemin.

    Il marcha d’un bon pas, pressé de quitter la ville que le ciel triste et gris faisait paraître morne dans la faible lumière matinale, les espaces clos et la neige sale. Mais surtout, par delà les remparts, les bois lui ouvriraient les bras. Et depuis quelques jours, il ressentait leur appel. Il dépassa sans vraiment le voir un homme à cape noire puis un couple d’ivrognes vacillant sur le point de trébucher à chaque pas. Un mitron rouge et en sueur tirant une charrette de miches dorées.

    Et enfin les portes toutes proches. Mais à ce moment là, un souffle d’air. Un projectile. Quelque chose semblant tomber du ciel vint l’atteindre dans le dos. Trop doucement pour lui faire mal mais assez pour le faire se retourner. Une boule de neige.

    De la surprise d’abord. Suivie de près par l’envie de rendre coup pour coup. Lothringen se pencha pour saisir un paquet de neige dans son poing. Une boule équilibrée comme il le fallait qui irait tout droit sur celui qui l’avait attaqué. Il ne restait plus qu’à le trouver. Son regard se porta sur la foule. Une vieille femme lui jeta un regard méfiant avant de reprendre son chemin. Non, la boule venait de plus haut. Des toits peut être. C’est alors qu’un paquet de neige tomba à ses pieds.


    « Attention là-dessous ! »

    Lothringen eut juste le temps de s’écarter du toit qu’un autre paquet de neige dégringola du toit suivi de près par ce qui lui sembla être à première vue un paquet de pommes de terre. L’objet gémit, révélant ainsi son appartenance à l’espèce humaine et se remit sur ses pieds. Malgré ses cheveux noirs emmêlés et recouverts de neige et la cape dans laquelle elle était emberlificotée comme un moucheron à une toile, il la reconnut sans mal. Althéa lui fit un petit sourire gêné.

    « Belle journée n’est ce pas ? »

    --
    Lothringen marqua un temps. Althea n’était pas la première tête connue qu’il s’attendait à rencontrer ce matin-là. Il s’était à force habitué à la voir fureter un peu partout dans la cité en recourant à des méthodes plus ou moins orthodoxes pour satisfaire les besoins de renseignements d’Elissa Keens, mais cette fois-ci, elle faisait fort… surtout au niveau de la discrétion. Du reste, il doutait fortement que leur rencontre fût tout à fait fortuite.

    « Une journée idéale pour tomber des toitures. Qu’est-ce qui me vaut l’honneur d’une chute aussi matinale ? » acheva-t-il tout en s’inclinant un peu trop ostensiblement pour ne pas être un peu moqueur. La confirmation ne tarda pas à suivre, sous forme d’une boule de neige homogène qui fusa de son dos, à bout portant, vers le visage de la bretteuse. Panier.
    --
    Il venait de l’avoir en pleine figure. Althéa s’ébroua dans une grimace furieuse, prenant grand soin d’envoyer sur Lothringen chaque morceau de neige tombant de sa chevelure. L’espace d’un instant, le conseiller crût même qu’elle allait se saisir d’une seconde boule pour engager une bataille mais elle se ravisa. Son visage se fit soudain sérieux, presque inquiet. Elle eût l’air d’hésiter quelques secondes, dansant d’un pied sur l’autre et se lança :


    « Hé bien … contrairement à ce que vous pouvez croire, ce n’est pas Elissa qui m’envoie. La rumeur dit qu’un diplomate Luménien était là. Et … je voulais savoir si ce que l’on disait en ville ne se vérifiait pas. Enfin passons ... Je n’étais pas toute seule sur les toits. Une personne devant moi. Je l’ai suivi. On allait de par chez vous. Quelqu’un a même franchi vos grilles. Il est reparti peu de temps après. J’ai pensé qu’il avait volé quelque chose mais comme je l’ai vu s’en aller les mains vides, j’ai eu peur qu’il s’en soit pris à vous … »

    Et elle laissa le souffle du vent glacé tomber sur ses paroles.
    --
    Toute frivolité envolée, Lothringen s’efforça d’assimiler ces informations le plus rapidement qu’il put. Ce mystérieux diplomate luménien était sans doute le nouveau conseiller aux affaires religieuses, ce prêtre de Deneir qui devait arriver bientôt. Le conseiller ne savait pas grand chose à son sujet, mais il s’étonnait de voir son arrivée aussi attendue. En quoi pouvait-il bien retenir l’attention de la Vierge d’Argent ? Peut-être à cause des relations encore tendues avec Lumenis depuis la guerre de Shar ?
    Puis il s’intéressa à ce visiteur furtif traqué par la bretteuse. Qu’y avait-il à espionner ou plutôt à dérober de si bon matin au palais des Murmures, rendez-vous incontesté des fauteuils, des parquets et des gardes assoupis ? Même à supposer que ce jour fût un jour ordinaire et non un jour férié, les réunions ne commençaient jamais si tôt… Puis un soupçon le traversa, et il pâlit. Au Palais des Murmures, il y avait ses propres quartiers...

    - Quand donc cet homme est-il passé ?

    --
    Althea avait pris un air inquiet en voyant le conseiller pâlir. Le conseiller avait lui aussi pensé au fait que l'on avait pu visiter ses appartements. S'il n'avait pas manifesté le moindre signe d'inquiétude, elle aurait relégué ses craintes au rang de supposition non fondée. Mais tel n'était pas le cas. Faisant mine de gratter un bout de neige sale du bout de sa chaussure pour masquer son trouble, elle répondit :


    "Un peu après que le coq ne se soit mis à chanter. Disons … juste avant le lever du soleil Cet animal là est diabolique. Dès qu'il sent le soleil approcher, il met un point d'honneur à réveiller son monde … Enfin passons. Votre homme avait l'air de savoir où il allait. Il est resté une vingtaine de minutes. Il est reparti très peu de temps avant votre arrivée ici . Je crois même que si nous allons assez vite nous pourrions arriver à le rattraper"

    Quelqu’un aurait-il eu vent de l’objet qu’il cachait dans les recoins de ses appartements ? Et qui aurait donc pu le révéler ? Jamais il n’en avait fait usage, et nul, sinon son précédent propriétaire, n’aurait su dire quels étaient exactement les pouvoirs qu’il recelait. Inquiet de ce qu’il pourrait arriver si l’objet auquel il pensait était tombé en de mauvaises mains, le guerrier-mage se retint de pester contre le temps déjà perdu, puis articula distinctement les mots de pouvoir du sort de transmutation le plus indiqué…

    Lothringen = = > rapidité de groupe = = > Lothringen + Althea

    « Alors ne perdons pas davantage de temps à palabrer. Je vous suis. »

    --
    Ils se mirent donc à courir, le vent rivé à leurs semelles de chaussures. Ils dépassèrent le mitron que Lothringen avait croisé quelques temps auparavant. Ils quittèrent le quartier du gouvernement pour s’engager au travers des rues vers l’entrée de la ville. Ils ne tardèrent pas à distinguer une ombre devant eux, courant à perdre haleine. Un être de petite taille et de pied léger : un halfelin. Il dût sentir leur présence dans son dos car il accéléra le mouvement. Mais le sort de rapidité aidant, ils le rattrapèrent presque. Lothringen pouvait nettement voir ses épaules montant et descendant sous l’effort fourni, la nuque frémissante. S’il avait tendu la main, il aurait pu stopper sa course.
    Quand soudain, trois hommes encapuchonnés surgirent d’un embranchement de la ruelle. Deux munis de dagues de jet, le troisième de deux haches de combat. L’homme qu’ils poursuivaient se faufila entre eux. Ils le laissèrent passer puis se rapprochèrent de façon à ce que personne d’autre ne puisse passer. Les autres se tournèrent vers eux prêts à engager le combat.

    Lothringen pesta. Ce vol n’avait rien d’une improvisation. Une nouvelle fois, il se demanda qui avait pu savoir qu’il possédait… Mais ce n’était pas le moment. Ces hommes n’étaient évidemment pas là par hasard, n’ayant d’autre objectif que de les retarder pour leur faire perdre la piste. S’il avait été seul, il ne se serait ralenti que le temps d’incanter un sort de vol. L’idée l’effleura d’ailleurs quelques instants. Ça plus un sort d’invisibilité, et il traquerait son halfeling comme il voudrait sans que nul ne puisse plus l’arrêter… C’était tentant. Mais cela supposait d’abandonner Althea à ces trois brutes en vadrouille. Ils se débrouilleraient autrement…
    Il regarda la direction que venait de suivre le fuyard. Ils avaient quand même un avantage sur tout ce petit monde : ils couraient plus vite, et ils n’avaient pas grand chose à apprendre sur le lacis des ruelles manostiennes…


    « Contournons-les par la rue des Tonneliers », chuchota-t-il à la bretteuse. « Et attention aux dagues de jet. »
    --
    Deux dagues sifflèrent à leurs oreilles quand ils rebroussèrent les talons pour prendre un autre chemin. Ils allèrent si vite dans la rue des tonneliers que les murs resserrés semblaient se précipiter à leur rencontre. Ils débouchèrent devant la taverne de la taie dorée. L’homme devant eux semblait les attendre, à genoux devant la porte. Position singulière surtout pour une personne poursuivie. C’est en approchant plus près de lui qu’ils en comprirent la cause. La joue de l’halfelin était appuyée contre le bois, la tête tournée de coté de manière singulière. Il les regardait de ses yeux morts, la bouche figée dans un rictus incrédule.
    En l’apercevant, Althéa porta la main devant sa bouche et recula d’un pas.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  2. #2
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    Chapitre deux :un ami qui veut votre bien

    Le spectacle laissa en revanche le semi-drow parfaitement indifférent. Il ne comptait plus les cadavres. Un mort de plus dans son sillage, et voilà tout. L’homme ne répondrait plus à aucune question. Après avoir vérifié que leurs trois agresseurs ne les avaient pas suivis, Lothringen fouilla son corps, plus par acquis de conscience que par réel espoir de trouver quelque chose.
    --
    Si le halfelin était mort, c’était sans doute à cause d’eux… parce qu’il avait été repéré… pour s’assurer de son silence. Pourtant l’adversaire devait avoir été pris de court, parce que Lothringen tira du revers du veston du défunt un papier tiré en quatre portant le nom d’ « Algernon de Vortiguern ». Fausse piste grossière ou oubli de l’assassin ? Dans tous les cas, ce nom ne signifiait rien pour lui.
    --
    Il bouscula un peu le cadavre pour ouvrir la porte de la taverne. Il la savait déjà liée à bien des affaires louches – il n’oubliait pas que c’était à la taverne de la Taie Dorée que s’était conclu l’accord de recèle de la relique de Helm, ni qu’il avait déjà soumis l’établissement à une amende sévère suivie d’une fermeture temporaire après y avoir découvert des activités de prostitution et de revente de lotus noir. Ce n’était sûrement pas par hasard que le malheureux était venu mourir sur sa porte. Il ouvrit donc en grand, et chercha un tenancier.
    --
    Le grognement caractéristique d’une personne dérangée en plein travail lui fit tourner la tête. Une femme à l’air revêche l’observait avec une animosité et une méfiance à peine dissimulées. Visiblement, ils dérangeaient. Deux hommes à la musculature impressionnante firent mine de se lever mais elle les arrêta d’un geste. Lothringen jeta un coup d’œil dans la pièce. Un brouillard de fumée rance montait de tous les coins de la pièce rendant plus sombre encore la semi obscurité baignant le lieu. Quatre hommes jouant aux cartes dans un coin. Deux autres discutant en tête à tête avec animation. Un ivrogne notoire parlant seul accoudé au comptoir. Dans un coin un barde dans le même état tentant de jouer de la harpe avec ses pieds. Et dans le fond, une porte se refermant lentement. Le détail attira leur attention. Althéa fit un pas dans la direction mais un des hommes la retint par le poignet et la tavernière demanda sur un ton qui se voulait aimable
    :
    « Que puis je pour vous ? »
    --
    Lothringen désigna du pied le cadavre adossé au battant qui commençait de s’effondrer en arrière..

    « Vous pourriez commencer par vous occuper du corps de ce pauvre homme. Sur la voie publique, ça fait désordre. Du reste, je doute que ce soit par hasard qu’il ait choisi votre établissement pour expirer. Avant que la question ne vous soit posée par moins patient que moi : le reconnaissez-vous ? »

    Le conseiller n’espérait pas vraiment obtenir de réponse intéressante, mais sait-on jamais. Tandis qu’il parlait, il observait attentivement l’assistance de la taverne. L’assassin pouvait être l’un d’eux.
    --
    La matronne eût un signe de tête bien peu aimable en direction des visiteurs.
    « Mais bien sûr conseiller, siffla-t-elle en martelant férocement chaque syllabe, si le conseiller l’exige, nous allons le faire tout de suite. Nous ne voudrions pas que le conseiller se trouve importuné par la présence d’un cadavre qui n’a strictement rien à voir avec nous »

    Elle fit signe à ses deux employés qui cette fois se levèrent. Durant quelques secondes, Lothringen et Althéa crurent qu’ils voulaient en découdre mais ils sortirent sans se préoccuper d’eux. Le mort fut emporté sans ménagement à l’intérieur et conduit dans l’arrière boutique. La voix de la tavernière se fit alors plus mielleuse même si le sucre parvenait à peine à atténuer le fiel sortant de chaque mot.

    « Puisque le cadavre est loin de vous à présent vous devez vous sentir mieux conseiller. Et qu’allez vous faire maintenant ? Nous ferez vous l’honneur de boire une choppe dans notre modeste boutique ? »

    Lothringen allait répondre quand la porte du fond s’ouvrit. Un homme de grande taille fit son entrée dans la pièce. La lumière douteuse faisait briller son crâne entièrement chauve. Ses yeux, quant à lui paraissaient ceux d’un mort, enfoncés dans leurs orbites et cerclés de larges cernes violettes. Ses vêtements d’un tissus recherché et d’un pli impeccable indiquait qu’il était sûrement le descendant d’une très riche famille. Un homme respectable et surtout respecté qui savait se tenir. Mais il vint à eux d’un grand pas, un immense sourire aux lèvres comme un homme reconnaissant soudain un ami perdu de longue date. Il s’arrêta devant Lothringen et s’inclina autant que sa stature put lui permettre. Et quand il parla, se fut avec une sympathie non feinte :

    « Le voila donc. Enfin je vous rencontre. Jamais je n’aurais osé l’espérer. Je commençais à désespérer voyez vous. Nous avons tant de choses en commun voyez vous. Si je n’avais pas tant de respect pour vous, je vous aurais appelé ami. Mais peut être pourrions nous le devenir, n’est ce pas ? Oh, mais je manque à tous mes devoirs. Je ne me suis pas présenté. Je me nomme Algernon de Vortiguern. Je suis de passage à Manost avec quelques amis. Voudriez vous vider une choppe avec nous ? Nous avons tout à nous dire »
    --

    Un cadavre avait commencé de refroidir devant la porte de cette taverne et la patronne avait l’air aussi surprise que si le semi-drow lui avait annoncé la commande de deux chopes de bière. Mieux, elle se permettait devant lui des accès d’aigreur qui faisaient regretter à Lothringen de n’avoir pas fait procéder purement et simplement à la fermeture définitive de l’établissement, quand il en avait eu l’occasion. Mais certains souvenirs resteraient pour jamais liés à cet endroit… il n’avait pas voulu les balayer.

    Le conseiller était sur le point de répliquer quand un nouveau venu fit irruption dans la salle, portant un nom qui rappelait furieusement celui du papier plié. Le guerrier-mage le considéra d’abord avec cette défiance que l’on peut ressentir à voir des inconnus vous reconnaître. Cela dura une fraction de seconde. Puis il en prit son parti. La diplomatie lui avait peu à peu appris à gommer au besoin les aspects les plus rugueux de son caractère.

    - Volontiers, répondit soudain Lothringen sans prendre la peine de consulter Althea sur la question. Je suis curieux de vous entendre. Car, ma foi, si vous vouliez me rencontrer, le Palais des Murmures était encore l’endroit le plus indiqué.
    --
    L’homme eût un léger rire comme pour saluer une plaisanterie amusante et se courba de nouveau.

    « Le palais des murmures ? Mais je ne me serais jamais permis de vous déranger très cher. Et vous êtes à présent là. C’est tout ce qui compte pour moi. Mais venez donc avec moi. Nous pourrons parler à notre aise. Et la jeune fille aussi bien sûr, si vous le souhaitez, cela va de soit »

    Althéa se sentit blêmir des pieds à la tête. Elle aurait voulu se figer sur place et repousser manu militari l’invitation de l’étrange personnage dont les simagrées ne lui disaient rien de bon. En même temps, quelque chose lui disait qu’il ne fallait pas qu’elle laisse Lothringen. Elle suivit donc les deux hommes à l’intérieur de la seconde pièce.

    L’ensemble des meubles, leur propreté et leur agencement laissaient à penser que l’on réservait cette partie de la taverne pour les réunions des clients les plus fortunés. Une grande table carrée d’un bois noir comme la nuit. Des chaises somptueuses rehaussées de dragons sur les dossiers. Des tentures aux murs représentant le combat final entre Baine et Thorm. Et autour de la table, une demi douzaine de convives qui laissèrent leur pintes d’hydromel pour se lever et accueillir les invités.
    « Voila enfin celui que nous attendions tous. Il a fini par venir »

    Les hommes saluèrent respectueusement avant de se rasseoir. L’homme désigna à Lothringen et Althéa deux chaises vacantes.

    « Mais mettez vous donc à votre aise, dit il en les escortant jusqu’à leur place, voulez vous boire un peu d’hydromel ? Il est excellent. C’est vraiment une chance de vous voir mon cher. Car il faut que nous parlions de choses et d’autres. Nous avons de nombreux intérêts communs. Voulez vous en parler maintenant ou vous rafraîchir le gosier de votre course ? »
    --
    Le conseiller avait frémi. Ce sinistre individu savait parfaitement la raison de sa présence ici, et il y avait fort à parier que la course poursuite à laquelle ils venaient de se livrer n’avait été qu’une mise en scène destinée à l’attirer dans cette arrière salle douteuse. Un homme était mort pour ça. Comme sans y songer, Lothringen, échangeant un regard furtif avec la bretteuse, vérifia la proximité des haches à sa ceinture. Mais il n’était pas temps de sauter aux conclusions hâtives. Cet Algernon avait une bonne longueur d’avance sur eux - avant toute chose, savoir ce qu’il voulait.
    Enroulant autour de son avant-bras un large pan de sa cape bleue, le semi-drow ne craignit pas de s’asseoir auprès de cette curieuse assemblée. Après quoi, s’enfonçant dans le siège et croisant les jambes, il prit le temps de détailler les tentures, puis de dévisager l’assistance. Intrigué. Pas de peur, non. Il était un conseiller manostien sur son propre terrain. Mais il demeurait sur ses gardes
    .

    « Je crains que vous ne m’ayez déjà définitivement ôté toute envie de boire », dit-il enfin. « Trêve de mondanités et venons en au fait, je vous prie. »
    --
    L’inconnu ne se départit pas de son sourire comme tout ce qui se passait autour de lui l’amusait follement. A bien y réfléchir, il avait de plus en plus l’air d’un dément. Quant aux autres hommes, ils semblaient suspendus à ses lèvres, buvant chacune de ses paroles comme un précieux nectar. Parfois, ils semblaient prêter attention aux conseiller et à la bretteuse mais leur regard en revenait aussitôt. Lothringen put lire sur les visages de l’admiration, de l’attention, du respect, mais aussi une crainte insidieuse. Etranges personnages. Algernon prit le temps d’avaler le contenu de sa pinte avant de répondre :

    « Vous faites bien de ne pas boire mon cher. L’alcool est un vrai poison. A petite dose, c’est un plaisir, mais pour peu que vous en buviez ne serait ce qu’un peu plus que vous dicte la raison, il finit toujours par vous tuer. Tout est question de dosage. Tout comme le temps voyez vous. Je le vois comme constitué de milliers de grains de sables que nous pourrions faire glisser d’un coté comme de l’autre pour nous rendre à diverses époques. Quelles soient passées ou futur. Ce n’est pas si compliqué que cela. Il suffit d’avoir les bons instruments, et un grain de folie. Or, il se trouve que vous avez l’un et que je possède l’autre. Nous sommes faits pour nous entendre voyez vous ? Oh, ne vous offusquez pas mon cher, je vous demande bien peu de chose. Une breloque tout simplement. Vous savez, cette boule de divination. Je sais que vous la possédez. Je l’ai entendue crier vers moi. Je donnerai n’importe quoi pour l’obtenir. Votre prix sera le mien »
    --
    Lothringen s’assombrit. Ainsi, c’était bien de cela qu’il s’agissait… Dire qu’un instant il avait pu espérer s’être trompé du tout au tout en ce qui concernait la tentative de vol. Ils ne l’avaient pas trouvée, hein ? Trop bien cachée, peut-être. Et maintenant ils désiraient l’acquérir…
    Bien qu’il n’en connaisse pas tous les usages et ne s’en soit jamais servie depuis qu’il était entré en sa possession, cette boule de divination était certainement davantage qu’une « breloque ». C’était l’un des artefacts majeurs d’un archimage drow, et si Dorson n’avait pas paru plus affecté que cela de sa disparition les rares fois où il était entré indirectement en contact avec Lothringen après que ce dernier s’en fut emparé, cela ne suffisait pas à signifier qu’elle n’avait pas des pouvoirs bien trop importants pour le mortel moyen
    .

    « Regarde bien cette boule de cristal, Almaeron. A première vue, ce n’est rien d’autre qu’un de ces globes divinatoires comme en ont les gitanes de foire, destinés à permettre à l’incantateur d’extérioriser la vision que lui procure un sort de claire vision, de vision lointaine ou apparenté. C’est pourtant l’un des artefacts les plus précieux de ce laboratoire. Comme toi, comme moi, il est bien plus qu’il ne paraît : et, réuni avec ses frères, il devient d’une puissance plus grande encore. Il fait partie de ces objets magiques qui affectent leur utilisateur au moins autant qu’ils lui obéissent, car ils n’est pas impossible qu’ils ne soient dotés d’une volonté propre. Lorsqu’il ne s’agit pas d’une rémanence de la volonté de leur créateur… Qu’importe, tu n’es pas encore en mesure de te frotter à de tels pouvoirs. Pour l’instant, je veux seulement que tu apprennes à user de ses fonctions de boule divinatoire. Mais je me devais de t’avertir. Regarde bien. Quelque chose ne devrait-il pas te mettre sur tes gardes ? »

    Lothringen avait cligné des yeux devant la vive lumière aux reflets multicolores émanant jusqu’en pleine obscurité de la sphère de cristal que son maître tenait à bout de bras. Il avait eu de la peine à articuler et plus encore à détourner le regard.

    « Les reflets colorés, maître… Ils ont un pouvoir de fascination quasi hypnotique. Comme dans un sort de lueur d’arc-en-ciel, je crois… je pense… Cette boule est maudite

    « Tu crois ? Sache que beaucoup de situations ne te laisseront jamais de seconde chance. Mais tu as bien analysé la situation et résisté à ce pouvoir, je suis content de toi. Si à l’avenir tu parviens à dominer cet objet, je t’en ferai don

    Dans l’arrière salle de la Taie Dorée, Lothringen hocha la tête avec effort, revenant au moment présent.

    « La babiole en question n’est pas de ces objets que l’on peut laisser circuler avec autant d’indifférence qu’une livre de primeurs. A votre offre je ne puis pour l’instant répondre que par deux questions. La première, de pure curiosité : comment avez-vous pu savoir que j’étais en sa possession ? La seconde : à supposer que j’accepte de la céder, quel usage comptez-vous en faire ? »
    --
    A cet instant, ce ne fut pas Algernon mais toute la tablée de convives qui éclata de rire, les yeux toujours rivés sur leur maître. Un rire sauvage, désarmant. Un rire fou. Et quand les bouches de certains s’ouvrirent, Lothringen crût discerner pour la plupart des dents taillées en pointe. Et cela ne concernait pas que les canines. C’était plutôt comme si ces hommes s’étaient limé les dents avec soin. Mais peut être n’était ce qu’une illusion d’optique due à l’anxiété. Althea quant à elle se tourna vers lui, le visage si pâle que ses tâches de rousseur paraissaient comme des points en relief et que ses yeux bleu-nuit semblaient tout à fait noirs. L’espace d’un instant, il crût lire sur ses lèvres : « Sortons d’ici ». Mais tous deux savaient très bien qu’on ne les laisserait pas partir. Du moins, sans l’autorisation de leur hôte.

    Algernon laissa planer le rire de ses semblables. Celui-ci enfla telle une vague menaçante puis s’arrêta enfin quand il fit un simple geste de la main. Il paraissait terrible, maître des éléments, du temps et de la peur. Et ses compagnons n’avaient rien pour diminuer l’angoisse.
    Il se tourna vers Lothringen, le même sourire dément fiché au lèvres comme celui d’un masque et parla doucement. A coté de lui, les convives entonnèrent une sorte de mélopée
    .

    « Je suis une sorte de savant voyez vous. Un explorateur du temps plus particulièrement. Je pense que vous n’êtes pas sans savoir que ce que vous possédez bien que très puissant n’est qu’un morceau d’un artefact dont les pouvoirs dépassent l’entendement. Je dirais même sans me tromper qu’il possède l’un des pouvoirs les plus puissants de Féerûne : permettre de se déplacer dans le temps. Mon rêve le plus fou voyez vous. Changer les événements de certaines époques, faire pencher la balance dans l’autre sens avant que tout bascule. Tenez … »

    Il désigna d’un geste théâtral la tenture représentant le combat des deux déités.

    « Il s’en est fallu de peu pour que les ténèbres l’emportent n’est ce pas ? Triste combat. Si je le voulais, il ne tiendrait qu’à moi d’en changer l’issue fatale. J’en suis presque capable voyez vous. J’ai réussi à me procurer les trois artefacts composant la machine. Le nord, l’est, l’ouest. Il ne reste plus que le vôtre. Et grâce à vous, je pourrais devenir maître des sables du temps. Quant à savoir comment j’ai su qu’il était en votre possession … Disons que je finis toujours par obtenir ce que je souhaite. Et comme je vous l’ai dit, je ne recule devant aucun prix »

    Il renversa sa tête en arrière et éclata de rire, révélant à son tour ses dents taillées en pointe. Son rire sembla se répercuter dans toute la pièce, rehaussé par les psalmodies des hommes attablés. Il se reprit pourtant :

    « Mais ne prenez donc pas cet air apeuré. Je suis votre ami et le serai toujours même si vous m’opposez un refus catégorique. Mais venons en au fait et dites moi votre prix. »
    --
    Lothringen cligna des yeux, plus stupéfait encore qu’il ne s’inquiétait de la tournure des événements. Cet artefact, joint à ses frères, avait-il réellement ce pouvoir ? Sérieusement, il en doutait. Dorson se serait donné beaucoup plus de peine pour le récupérer, et du reste n’aurait pu seulement envisager de le donner à son apprenti. Il ne faisait jamais de promesses en l’air ! Le devin drow avait d’ailleurs des idées très arrêtées sur l’ordre des choses, et sur qui méritait ou non de détenir le pouvoir... Quel que soit le prix, il n’aurait jamais accepté de voir un faible, ou un dément, se trouver en mesure de jouer avec le temps. Les dieux eux-mêmes, s’ils pouvaient provisoirement l’arrêter, ne pouvaient pas le refaire. L’un des rares Interdits d’Ao. Dorson devait avoir ses raisons. Peut-être la malédiction pesant sur l’objet réservait-elle de mauvaises surprises à qui voudrait en faire usage en ce sens ?

    Et pourtant, le semi-drow s’abandonna quelques instants à la griserie de son interlocuteur, rêvant à son tour à ce qu’il referait s’il pouvait modifier le passé à sa guise. Ressusciter les morts. Prévenir les batailles. Mais qui pouvait dire si de ce chamboulement des choses il ne sortirait pas autant de mal que de bien, et si le passé n’avait pas sa… nécessité ? Il se demanda fugitivement ce qu’en penserait sa déesse. Tymora s’encombrait rarement de scrupules quand les fins étaient bonnes... Mais de quel œil pouvait-elle voir des mortels s’octroyer une seconde chance de cet acabit, sans qu’elle l’ait décidé?
    Quoi qu’il en soit, une chose était certaine : Algernon de Vortiguern n’était pas à compter au nombre des mortels méritant de posséder un tel pouvoir. Lui et ses adeptes étaient fous à lier, sans compter qu’ils venaient d’avouer sans complexes leurs intérêts maléfiques.

    Lothringen se leva. La prudence lui commandait de temporiser et de promettre, ne serait-ce que pour se garantir de les sortir sans encombres de ce guêpier. Mais il avait développé dès longtemps une allergie radicale au mensonge
    .

    « Pouviez-vous réellement espérer que j’accepterais ? Si c’est le cas, vous êtes encore plus fou que vous n’en avez l’air. Je ne vendrai pas cet artefact, ni à vous, ni à quiconque. »
    --
    Le sourire d’Algernon ne bougea pas. C’est juste si un pli de contrariété apparut au coin de ses lèvres durant une fraction de secondes. Durant quelques secondes, Althea crût même qu’il allait se jeter sur le conseiller pour planter dans son cou ses dents pointues. Mais l’homme n’en fit rien. Il se contenta de se lever lentement et s’avança vers lui, la main tendue :

    « Vous avez peut être fait le bon choix. Qui sait ? L’histoire nous le dira peut être un jour. Mais comme je vous l’avais promis, je respecte votre décision, mon ami. Car vous me permettez de vous appeler votre ami, n’est ce pas ? »

    Il fit semblant d’attendre la réponse quelques secondes avant de reprendre.

    « En même temps, je ne vous cache pas que nous aurions pu avoir de grands desseins vous et moi. Œuvrer de concert pour la réécriture de l’histoire, la reconstruction de notre humanité. Un projet grandiose dont chacun, je suis sûr a déjà rêvé en secret. Vous-même n’avez-vous pas rêvé de changer votre histoire ? De retrouver quelques familles ou amis disparus trop tôt ? S’il arrivait quelque chose à votre jeune compagne, ne souhaiteriez vous pas faire marche arrière afin de la sauver ? Vous n’oseriez l’espérer.
    Et même, vous me penseriez fou. Vous le pensez déjà. Et vous avez raison. Je suis fou. Fou à lier même. Mais vous ne savez pas de quoi je suis capable. Le maître des clefs du temps. Et avec ou sans votre aide, je viendrai à bout de mon projet. Mais quoi qu’il en soit, je vous remercie de votre franchise et ne vous en veux pas. Pour preuve, voulez vous boire le verre de l’amitié avec nous ? Au-delà de nos différences et de notre petite divergence sur un sujet minime, je suis convaincu que nous pouvons nous entendre. Mais dites-moi : comment est donc la vie au palais des murmures ? Ne paraît-elle pas quelque peu carcérale pour un aventurier de votre acabit. Rares sont les jours comme aujourd’hui où vous pouvez vous lever pour aller à la chasse, je suppose. Hier encore, vous étiez en train de noircir des pages entières de dossiers. Pauvre, pauvre de vous ! Heureusement que nous sommes là pour vous apporter quelques heures de loisir.
    Quant à vous jeune fille, vous devriez faire attention à ne pas trop marcher sur les toits. C’est dangereux, très dangereux. Vous risqueriez de tomber et de vous rompre le cou. Ce qui serait dommage. Vraiment dommage. »

    Althea eût un frisson nerveux qui la parcourut des pieds à la tête. L’espace d’un instant, elle voulut se lever, attraper Lothringen par le bras et l’entraîner hors de la taverne. Mais manifestement, cela ne servirait à rien car les hommes semblaient connaître leurs moindres faits et gestes. Elle se tourna vers le conseiller et guetta sa réaction en essayant de garder son calme. Lui seul pouvait les tirer de là.
    --
    Du coin de l’œil, Lothringen nota l’état d’exaltation proche de la panique qui était désormais celui d’Althea. Une réaction qu’il pouvait comprendre. Le conseiller ne se fiait guère aux paroles mielleuses de leur vis-à-vis, lui non plus. Et il était impatient de vérifier un point qui le titillait depuis quelques temps : était-il encore en possession de la sphère ? Car il soupçonnait fortement Algernon de vouloir négocier sa vente après l’avoir volée. Histoire d’être tranquille. Mais peut-être ne l’avaient-ils réellement pas trouvée, et dans ce cas on n’attendait de lui que cela : qu’il montre gentiment où elle était.

    « Je vois que vous disposez d’espions efficaces », répliqua-t-il sans s’émouvoir. A force, il avait fini par s’habituer à la présence des gardes manostiens en civil qui le suivaient dans presque tous ses déplacements. Si ce jour-là n’avait été férié, Lothringen en aurait été accompagné : et ils auraient été là, prêts à intervenir. Sentir peser sur lui l’attention d’autrui, bienveillante ou non, ne le gênait plus guère. Cela demandait juste un peu plus d’organisation pour ce qu’il lui restait de secrets à garder. Sa magie faisait souvent la différence. Et elle allait l’aider, une fois de plus, à s’assurer que, si on pouvait l’avoir précédé, il ne serait au moins pas suivi.
    « Mais il me semble que cela rend ma compagne particulièrement nerveuse, et je m’en voudrais de lui imposer cette situation plus longtemps. Puisque nous sommes amis, je suppose que vous ne voyez aucun inconvénient à ce que j’incante ici-même un sort de téléportation, n’est-ce pas ? »

    Algernon hocha la tête, fendu d’un éternel sourire.

    « Bien… »

    Lothringen fourra d’autorité un pan de sa tunique dans la main d’Althea, afin qu’elle soit en contact avec lui quand le sort serait lancé, et se mit à psalmodier.

    Lothringen = = > téléportation = = > Lothringen + Althea

    Ils réapparurent à quelques dizaines de pas du portail d’entrée du palais des murmures, sous les yeux exorbités des sentinelles. Il leur fallut quelques instants pour surmonter la désorientation consécutive au voyage magique, et se rappeler pourquoi ils étaient là.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  3. #3
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Chapitre III: le cercle de mort.

    Ils étaient sortis sans avoir livré bataille pour pouvoir se défaire de leur étrange compagnie. Cela tenait presque lieu du miracle. Même si tout portait à croire qu’Algernon ne leur avait concédé qu’un répit. Althea, les bras croisés pour maîtriser ses tremblements, mit du temps à reprendre son souffle. Manost abritait désormais un dément et ses disciples tout aussi dangereux que lui.

    « Vous avez vu … quel horrible bonhomme, souffla-t-elle comme si elle entendre que leur hôte puisse encore les entendre, il est dangereux ! Il nous a menacés. Il ne reculera devant rien pour s’approprier votre artefact. Et il est dangereux, j’en suis sure. Enfin … Vous nous avez sortis de là bas. Nous pouvons dire que nous n’avons plus rien à redouter pour le moment … »

    Elle se tourna vers les grilles du palais des murmures et laissa échapper un cri de stupeur effrayée. Là, à quelques centimètres d’eux, semblant sortir de la brume surgit une silhouette encapuchonnée. Le visage presque entièrement dissimulé sous une cape noire. Elle fit mine d’avancer mais Lothringen lui demanda de garder ses distances et de se découvrir comme l’exigeaient les lois de Manost. La silhouette marqua un temps d’arrêt avant d’obéir. Une pluie de cheveux entièrement blanc glissa sur de fines épaules encadrant un visage d’une blancheur de lait. Une albinos. Elle fixait Lothringen de ses yeux d’un bleu étonnamment clair. Elle sembla regarder autour d’elle pour s’assurer qu’elle n’était pas suivie avant de prendre la parole :

    « Conseiller Lothringen. Je sais que le moment est peut être mal choisi. Mais pourriez vous m’accordez audience ? Je veux vous faire part d’un élément capital. Il en va de votre vie à tous deux »
    --
    Lothringen haussa un sourcil amusé. Jamais partie de chasse en solitaire ne lui avait amené autant de rencontres insolites. Peut-être cette femme n’était-elle qu’un manipulateur de plus, mais il n’était pas en mesure de cracher sur toute information supplémentaire.

    « Soit. Venez, ne restons pas ici. »

    D’un signe de tête à peine perceptible aux deux gardes, Lothringen leur indiqua de les laisser passer. Ils traversèrent le parc qui entourait le bâtiment, puis pénétrèrent dans l’un des salons du rez-de-chaussée. Lothringen se tourna alors vers leur mystérieuse visiteuse.

    « Je vous écoute ».
    --
    La jeune femme attendit de longues minutes avant de répondre comme si les mots qu’elle allait prononcer lui coûtaient énormément. Puis elle se lança, les yeux brillants de larmes :

    « Mon nom est Salomé, Salomé de Vortiguern. Algernon de Vortiguern est … mon père. C’est un homme dangereux, maléfique. Il ne pense qu’à faire le mal. Sa plus grande ambition est de maîtriser le temps. Il y est parvenu grâce à certains artefacts. A vrai dire, il ne lui reste que le vôtre et il deviendra le maître du temps. Et cela l’a rendu fou. Il n’était pas comme cela avant. Un mari aimant, un père attentionné. C’est la mort de ma mère qu’il n’a pu empêcher qui l’a rendu ainsi. Il voudrait la retrouver. Mais ce n’est pas son but ultime. Il vous en a parlé sûrement. Et il fera tout pour voir son projet se réaliser. Tuer ne lui fait pas peur. C’est d’ailleurs ce qu’il a fait aux propriétaires des trois autres artefacts. Ils n’ont pas résisté longtemps … »

    Elle se tut un instant, le temps d’étouffer un sanglot. Lothringen crût entendre à l’étage le bruit d’une bousculade et d’un corps tombant sur le sol. Mais la jeune femme reprit :

    « Fuyez le comme la peste. C’est pour vous le seul moyen de rester en vie »
    --
    La jeune fille parlait encore que l’ouïe fine du semi-drow avait déjà détourné son attention vers ce qu’il se passait à l’étage… là où se trouvaient ses appartements.


    « Nous reprendrons cette conversation un peu plus tard, mademoiselle. Il y a des intrus ici. »

    Il la confia aux gardes de l’antichambre en leur recommandant de la protéger et d’avertir leurs collègues de la porte. Puis il se lança un sort d’invisibilité et monta sans bruit les marches de l’escalier, attentif à ce qu’il pourrait voir. Il avait laissé Althea en arrière, prêt à lui faire signe de venir si le danger n’était pas trop important pour elle.
    --
    Le haut des escaliers était vide. Aucun bruit, aucun souffle ne trahissant une présence humaine. Les pas de Lothringen le portèrent jusqu’à son bureau. Mis à part une fenêtre ouverte et quelques papiers envolés, il ne trouva aucune âme qui vive. Il s’engagea plus avant dans ses appartements, il découvrit la porte de sa chambre entrouverte. Il entrevit par l’embrasure le cadavre d’un garde roulé en boule sur le coté. Le ou les visiteurs ne semblaient pas être loin.

    Un mouvement et au passage le chatoiement d’une cape rouge. Visiblement, son hôte était venu lui rendre visite. Il s’avança discrètement pour observer. Algernon et ses six disciples se trouvaient dans la pièce. Ils s’étaient déployés de façon à couvrir le moindre périmètre de la chambre et avait commencé sans attendre à fouiller méthodiquement. Son hôte quant à lui avait poussé plus avant dans ses appartements jusqu’à la bibliothèque. Aucun d’entre eux ne semblait inquiet de se retrouver chez lui. Sûrement confiants dans leurs pouvoirs et dans le fait que personne encore ne s’était rendu compte de leur présence.
    --
    Il s’attendait certes à les retrouver, mais pas si tôt. Le conseiller observa quelques instants leur manège. Ils retournaient les draps, passaient les doigts dans son linge, fourraient le nez dans le conduit de cheminée, scrutaient le parquet. Les oreilles de Lothringen frémissaient jusqu’à la pointe. Une irritation qu’il n’avait pourtant pas ressentie à la Taie Dorée commençait de l’échauffer lentement, transformant ce qui n’était jusque là qu’une offre inacceptable en affaire personnelle. Voir autant d’intrus pénétrer à la fois dans des appartements que les gardes du palais eux-mêmes avaient pris l’habitude de considérer comme inviolables le mettait dans une rage inédite qu’il n’aurait pu prédire. Ce n’étaient pas que cet endroit recèle tant que cela d’effets personnels auxquels il ait pu s’attacher… Habitué à voyager léger, Lothringen gardait toujours l’essentiel dans son sac, prêtant généralement peu d’importance aux objets. Si Algernon n’avait eu des projets aussi déments, il n’aurait sans doute pas fait de difficultés à se défaire de cette sphère qui ne lui était d’aucune utilité puisqu’il n’osait s’en servir. Mais là c’était autre chose. On avait violé son espace, son chez-lui. On avait versé le sang dans le foyer qu’il avait eu tant de peine à se trouver enfin. Souillé le sanctuaire. Vengeance.

    Lothringen reflua dans le couloir, jusqu’à l’escalier, mit rapidement Althea au courant de la situation et la pria de prévenir les gardes. Toutefois, il demanda qu’on lui laisse un délai de grâce d’une petite minute. Le temps pour lui de se glisser dans ses appartements, profitant de ce que tout le petit monde était trop occupé par sa fouille pour entendre le bruit de ses pas. Il se rendit jusque dans la bibliothèque, où il entrouvrit un battant d’une étagère pendant qu’Algernon lui tournait le dos, à la recherche de glyphes. Le semi-drow s’empara d’une petite fiole d’un pourpre éclatant qui le rejoignit aussitôt dans l’invisibilité et revint vers la chambre, puis le couloir. De là, il lança la fiole en plein milieu de la pièce. Elle y explosa avec un petit bruit de verre pilé. Avant que les disciples aient plus comprendre ce qu’il se passait, un épais nuage nauséabond se répandait dans les appartements, les faisant tous suffoquer, empêchant les incantateurs de se concentrer. Dans le même temps retentit un cor au rez-de-chaussée, bientôt relayé par un autre dans le jardin, puis de proche en proche, jusqu’aux sentinelles des remparts et aux soldats de garde du fort. A l’instant, la herse de la citadelle de la Lame d’Argent fut baissée, et l’ensemble de la garde fut avertie de ce que l’alerte avait été donnée depuis le Palais des murmures. Des renfort quittaient les casernes toutes proches, convergeant vers le quartier des ambassades. Dans le palais lui-même, les gardes du rez-de-chaussée, s’étant rassemblés, gravirent l’unique escalier qui menait à l’étage, cependant que ceux qui y patrouillaient, alertés, venaient voir de quoi il retournait et surprenaient la porte ouverte, les exhalaisons gazeuses, les clameurs.
    --
    Le nuage nauséabond les asphyxiant presque, les disciples reculèrent pour se rassembler au centre de la pièce. Derrière eux, Algernon se tenait près d’une fenêtre qu’ils avait entrouverte de façon à bénéficier de l’air pur tout en profitant de la protection de la vitre contre d’éventuels tireurs. De loin, il les encourageait :


    « Courage mes braves. Tout ce que vous souffrez sera récompensé par Baine quand vous serez présenté à lui. N’ayez pas peur. Il ne nous laissera pas en déroute. Nous sommes son poing armé. Sa force vitale. Nous vaincrons. »

    Devant les portes, les gardes s’étaient postés, attendant les instructions de Lothringen pour investir la pièce. Mais il y eut soudain une exclamation étouffée suivie d’un bruit de bousculade. Et une voix s’éleva. Une voix douce et calme. Berçante si les mots l’accompagnant n’avaient pas eu une soudain une teinte inquiétante :

    « Que personne ne fasse le moindre mouvement ou je me verrais contrainte d’enfoncer cette dague dans cette jolie gorge»

    Salomé se dégagea du groupe pour aller se mettre dos aux portes. D’une main, elle tenait Althea qu’elle avait immobilisée par une clef de bras, de l’autre main qu’elle serrait fort sur la jeune femme, elle tenait une dague déjà dangereusement appuyée. Déjà, du sang sourdait en dessous de la tempe. Elle ne plaisantait pas. La bretteuse quant à elle, les yeux agrandis par la terreur fixait un point où elle pensait être Lothringen. La fille d’Algernon reprit :


    « Quant à vous cher ami, je ne saurais que vous conseiller de vous montrer et d’entrer avec moi dans vos appartements. Bien sûr, vous pourriez aussi avoir l’obligeance de demander à ce que notre entretien soit intime »
    --
    Pendant quelques instants ce fut le silence, seulement troublé par les toussotements râpeux des adeptes d’Algernon et les grommellements des gardes excédés de ce retournement de situation. Althea guetta en vain un signe de la présence de Lothringen. Comme Salomé s’était placée, il serait trop risqué de tenter de la désarmer, la bretteuse le savait.

    « Bien sûr », répliqua enfin le conseiller d’une voix égale. « Et tant que j’y suis, je suppose, je pourrais aussi vous faire porter quelques rafraîchissements, ça doit vous enflammer la bouche, tous ces mensonges. »

    Il laissa s’écouler quelques instants.


    « Quand on n’a qu’un seul otage pour huit personnes et qu’on est en train de se faire encercler par l’équivalent d’une garnison, la sagesse commande de ne pas se montrer trop gourmand, mademoiselle. Vous n’avez nul besoin de me voir pour me parler et c’est pourquoi je ne me montrerai pas, car ce serait perdre un avantage assez précieux en cas de nouvel « incident ». Et il est hors de question que je vous suive dans mes appartements, dont l’atmosphère est d’ailleurs devenue ces derniers temps particulièrement irrespirable pour tout le monde. Voici à mon tour ce que vous propose. Nous laisserons partir avec vous vos joyeux associés qui, je n’en doute pas, ont quelque sort de téléportation à leur disposition pourvu qu’ils puissent gagner un air plus pur. Au besoin, on doit pouvoir leur fournir le sort en question. »

    C’était la solution la plus viable qui lui venait à l’esprit. La téléportation ne pouvait emporter avec soi de créature non consentante, et cette proposition lui garantissait qu’Althea demeurerait sur place, avec eux.
    Dehors, on entendait les soldats en armes qui s’interpellaient.
    --
    Salomé parut quelques instants décontenancée par la proposition de Lothringen. Puis, le même sourire dément que son père se peignit sur son visage et elle pressa un peu plus la dague sur la gorge d’Althea. Le bretteuse retint son souffle.


    « Tenez vous si peu à votre amie conseiller ? Sa vie n’est qu’un détail. Une simple poussée et elle ne sera plus qu’un souvenir. Quant à ma vie, je ne crains pas de la perdre. Vous finirez toujours par me croiser sur votre route. Et cette fois, il n’y aura pas de gardes pour vous venir en aide. Quant à nos chers soldats, ne vous en faites pas pour eux. Ils résisteront jusqu’au bout. Du moins, je vous demanderais de les aider un peu. Au moins que je n’entre dans vos appartements avec mon otage. Et là, je ne donne pas cher de sa vie. A vous de décider Lothringen. Tout ne tient qu’à vous »
    --
    De toute évidence, Salomé n’était pas plus raisonnable que son père. La proposition du conseiller était honnête, et il y avait fort à parier qu’elle n’aurait pas d’autre occasion de s’en tirer aussi bien. Chaque minute qui passait diminuait dramatiquement les chances des siens d’échapper indemnes. Quand le nuage de gaz commencerait de se dissiper, combien y aurait-il de gardes prêts à entrer par les fenêtres, ignorants tout de leur otage, de flèches prêtes à faire échouer toute tentative d’incantation ? La téléportation d’une aussi grande quantité de personnes nécessitait beaucoup de temps et de concentration. Et si la jeune fille tuait son otage, comment espérer autre chose qu’un massacre en règle en guise de représailles ?

    Lothringen haussa les épaules dans l’invisibilité. Elle ne lui laissait d’autre choix que de prendre la solution risquée à laquelle il s’était refusé précédemment. Depuis tout à l’heure, il avait profité des moments où Salomé parlait pour s’approcher d’elle. Passant soudain à l’action, il lui saisit le poignet et le tordit en arrière. Tandis qu’il redevenait visible, la jeune fille laissa échapper un cri de surprise. Avec l’aide d’Althea et des gardes, elle ne tarda cependant guère à être maîtrisée.
    --
    Et soudain, une voix se fit entendre. Lothringen l’identifia sans se retourner. Algernon. Il avait profité de l’air de la fenêtre pour se concentrer et incanter. A présent, il bénéficiait de la protection d’une peau de pierre et d’une image miroir. Il se tenait devant les battants de la porte où il venait de se téléporter.


    « Si c’est ainsi que vous recevez vos hôtes, dit il rapidement avant d’incanter, il ne me reste plus qu’à vous laisser ce petit présent avant de partir »

    Algernon ========= mort de masse ============ groupe devant lui


    Le silence s’abattit parmi les gardes. Durant une fraction de secondes, chacun se regarda guettant ceux qui allait mourir.
    Non, ce n’est pas possible. Pas moi. Pas comme ça. Je ne comprends pas. Je ne veux pas. Et pourtant je le sens. Ce souffle qui s’en va. Mon cœur qui se fige. Résister. Il faut résister. Ne pas mourir. Ne pas ne pas mourir. Ne pas accepter. Pas maintenant.
    Et soudain, les corps s’abattirent. Althea tomba doucement. D’abord sur les genoux.
    Mon corps qui n’obéit plus. Le souffle me manque à présent. Et tout s’arrête. Je ne peux pas. J’ai encore trop à accomplir, à découvrir. A aimer … Non.
    Elle roula sur le dos, cherchant Lothringen, de façon à emporter un visage familier dans la mort.
    Ravie de vous avoir connu. Angelo, je te rejoins. Un dernier souffle. Et ce fut la fin. Autour d’elle quatre gardes rendirent leur dernier soupir.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  4. #4
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    Chapitre IV: Un retour en arrière

    Lothringen avait rapidement reconnu les paroles psalmodiées pour être celles d’un sort de mort, et il s’était empressé de répliquer par un autre sort, d’invocation beaucoup plus rapide, destiné à tenter d’interrompre l’incantation du magicien. Algernon n’avait pas encore fini d’incanter son sortilège que cinq projectiles magiques, brillants d’une forte lumière pourpre, le frappèrent en désordre en plusieurs endroits du corps, lui brûlant la peau. Hélas, cela ne suffit pas à le déconcentrer, et tandis que quelques gardes plus réactifs que leurs camarades s’évertuaient sans grand espoir de détruire à temps les protections magiques d’Algernon, Lothringen, impuissant parce qu’hors de portée, regarda un à un les hommes qui l’entouraient. Il savait que ce sort n’était pas assez puissant pour avoir la moindre chance de l’atteindre. En revanche, parmi les gardes, il ferait des ravages. Et voilà qu’ils tombaient, un à un… Il les compta avec un fatalisme qui le dégoûtait. Un, deux, trois… ALTHEA ? !

    Le semi-drow demeura quelques instants hébété. Il ne s’était pas trompé, c’était bien Althea qui venait à son tour de… mais ce n’était pas possible ? Elle qui était tellement plus jeune que lui, qui n’avait rien à voir avec… et… à qui il tenait surtout… Suffoquant à demi, l’acidité au bord de ses yeux étrécis, il reporta son regard sur le monstre qui s’efforçait à présent de résister aux assauts désespérés des soldats survivants, incapable qu’il était d’enchaîner aussitôt sur un autre sort.

    Sans le quitter des yeux, Lothringen saisit une de ses haches et balaya du bras l’espace sur sa gauche. Un bruit sourd retentit : la tête de Salomé qui roulait sur le parquet dans une gerbe de sang…


    Nau brou zet nin. Uss d' udossa zhal el whol ol…, gronda-t-il.

    Pour une fois, personne ne rechercha la traduction. Toute son attitude disait assez que ce serait désormais sans quartier, et que, tôt ou tard, l’un d’eux mourrait pour ça…

    Lothringen = = > rapidité = = > Lothringen
    Lothringen = = > porte dimensionnelle : chambre = = > Lothringen


    Les adeptes illuminés du mage fou, toussant dans le nuage toxique, avaient néanmoins compris l’action de Lothringen comme une tentative de prendre leur maître à revers. Décidé à le protéger au prix de leurs vies, ils se massèrent contre la porte, l’épée au clair, formant un mur de chair humaine. Mais il en faudrait désormais davantage pour arrêter la colère de Lothringen, et il n’hésiterait pas à massacrer un par un ces piètres protecteurs. Comprenant néanmoins qu’Algernon risquait d’avoir le temps d’incanter avant qu’il ne l’atteigne, le semi-drow ne voulut pas rester en frais. Il incanta un sort qui fit jaillir de ses mains en cône la magie glacée de l’hiver, sur une large zone qui, à en croire son cri de surprise, atteignit Algernon dans le dos. Devant lui, les lèvres bleuies par le gel, les gestes ralentis par l’engourdissement, des nuages de vapeurs blanches au bord des lèvres, les adeptes…Viande froide avant son heure.
    --
    Il avait roulé au sol, sentant venir la mort. Il s’était minablement traîné dans un coin en espérant qu’on l’épargne. Devant lui, les yeux morts de sa fille le fixaient d’un air incrédule.
    « Que Baine t’accueille » lui souffla-t-il. Et autour de lui, le combat s’engagea.
    Les disciples d’Algernon voyant leur maître blessé chargèrent comme un seul homme. Ils se précipitèrent en hurlant. Peu leur importait de mourir si c’était en tuant celui qui avait blessé celui dans lequel ils avaient placé tous leur espoir : le maître des sables du temps. Il avait osé porter la blessure dans sa chair, à lui qu’ils adoraient, qu’ils vénéraient presque.

    Deux attaquèrent Lothringen de front, quatre autres sur les flancs. Les deux derniers se risquèrent derrière. Le semi drow esquiva les deux premiers coups. Deux éclairs d’argent fendirent l’air durant une fraction de seconde et deux disciples s’écroulèrent, les bras sectionnés. Les autres tentèrent de répliquer. Une des lames ripa contre la cotte de maille du conseiller. La riposte ne se fit pas attendre. Un des hommes d’Agernon s’abattit face contre terre, les entrailles à l’air. Une odeur de sang et de mort se répandit dans la salle. Les intrus s’aperçurent mais trop tard que cette fois, ils ne gagneraient pas. A présent, ils contempleraient leur mort en face. Et c’est dans un semi drow dont le sang des leurs avait giclé sur sa figure et ses vêtements en traînées vermillon qu’elle avait pris corps pour emmener leur âme au cœur de son royaume. L’un d’entre eux hurla juste avant que sa tête ne se fende en deux, transformant son cri en borborygme indistinct. La tête de son vis-à-vis roula aux pieds des gardes agglutinés sur Algernon s’échinant sur sa peau de pierre et ses doubles miroir. Le suivant tenta de s’enfuir mais une hache le cueillit au flanc, tranchant les chairs jusqu’au milieu du ventre. Il s’écroula sur lui-même au pied de son dernier allié qui tomba sur lui, coupé en deux parties égales.

    Algernon agité de soubresauts sentit son heure venir quand le regard de Lothringen se porta sur lui. Non, ce n’était pas possible. Il ne pouvait pas avoir perdu. Il y avait encore une chance. Vite, le parchemin


    Algernon = arrêt du temps
    --
    Tassé contre un mur, la peau de pierre éclatée et mise à nu en plusieurs endroits, sur le point d’être tué ou pris avant une condamnation et une mise à mort plus infamante encore, Algernon le magicien fou, le responsable de cette tuerie, venait de s’emparer d’un parchemin, et incantait… En reconnaissant les mots de pouvoir d’un arrêt du temps, Lothringen enrageait de voir cet être vil pouvoir seul s’échapper. Pour ce qu’il avait fait, le semi-drow aurait voulu l’écorcher rien qu’avec les dents… Il fronça les sourcils, observant les derniers gestes hâtifs du magicien.
    Fais de ton mieux, petit grand homme. Fuis jusqu’au bout du monde. Peu importe le temps qu’il faudra… Ce n’est qu’un au revoir.

    --
    Lothringen eût à peine le temps d’entendre la fin de l’incantation qu’une immense force le propulsa contre le mur. Il eut le temps de voir une vive lumière, puis l’obscurité envahir la pièce. Puis, il se sentit courir en arrière tout en restant sur place et tomber avant de perdre connaissance. Il se réveilla dans son lit. A la faible lumière filtrant à travers les persiennes, il devina qu’on se trouvait à l’aube. Devant sa porte, il entendit les ronflements sourds et réguliers des gardes. Rien à voir avec les cris de désespoir et de rage qu’il avait entendu quelques instants plus tôt. Le sommeil tranquille des hommes que rien ni personne ne vient déranger.

    Il regarda autour de lui. Dans la chambre, aucune trace de bagarre. Aucun débris sanguinolent, aucune tête, aucune arme. Lui-même était propre et ses haches reposaient à leur place habituelle. Et bien sûr, Algernon et ses disciples n’étaient pas dans la pièce. Ils avaient dû s’enfuir. Ils s’étaient dissipés comme les brumes d’un cauchemar nocturne. Mais avait il simplement rêvé ? Tout cela avait l’air pourtant si réel … Trop réel
    .
    --
    Il était en chemise, et au sortir du lit le froid glacial du petit matin le fit frémir. L’aube était pâle encore… Le silence du palais et les ronflements paisibles du garde, dans le couloir, sentaient le déjà vécu. S’était-il évanoui, l’avait-on couché malgré lui ? Pourtant, cette chaise n’avait-elle pas été fracassée dans la bagarre? Ne devrait-il pas avoir une longue estafilade au bras ? Un rêve prémonitoire, tout cela ? Devenait-il fou ? Lothringen s’habilla rapidement, puis gagna la porte. Tout s’était arrêté… au moment où Algernon lançait son sort d’arrêt du temps. Algernon, qui prétendait savoir comment remonter dans le passé…

    Le semi-drow ouvrit la porte et, cette fois, n’eut pas le courage de sermonner les gardes. Il pensait encore à la chute d’Althea devant cette porte, à son serrement de cœur…


    « Bonjour, vous deux. Quel jour sommes-nous ? »

    Les deux gardes émergèrent en sursaut de leur sommeil, se redressant avec maladresse. Le semi-drow crut se souvenir d’avoir vu l’un d’eux tomber mort au même endroit…

    « Euh, mais c’est aujourd’hui la rencontre des boucliers, Sire… »
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  5. #5
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Chapitre V: Déjà vu

    Le conseiller ne répondit pas. Une boucle temporelle. Ce fou avait réussi, volontairement ou non, l’impensable. Perturber le cycle du temps, revenir au matin… Alors Lothringen ferma les yeux et murmura une prière à sa déesse, pour la remercier de cette chance inespérée de racheter le massacre. De relever les morts. De protéger les siens.

    S’il avait compris ce qu’il s’était passé, s’il en gardait le souvenir, alors il y avait toute chance que son adversaire aussi : il n’y avait pas de temps à perdre.
    Il ne prendrait pas son arc, ce matin-là. Il n’irait pas dans la forêt. Revenant sans mot dire dans ses appartements, Lothringen referma la porte avec soin, puis se rendit dans la bibliothèque. Prendre l’artefact, maintenant. Puis se téléporter avec. Loin…
    --
    Lothringen s’apprêtait à sortir l’artefact de sa cachette quand un bruit sourd stoppa son geste. Un projectile s’était abattu contre la vitre presque aussitôt suivi d’un deuxième. Quelqu’un cherchait manifestement à attirer son attention sans se faire voir des gardes ni d’aucun membre de la maisonnée. Au troisième, la personne s’impatientait manifestement car un sifflement suivi d’un :
    « Hé, par ici ! » se fit entendre. Une voix familière. La voix d’une fouineuse patentée ayant toujours le don pour se mettre dans les pires guêpiers. Althea. Il ouvrit la fenêtre et l’invita à descendre si elle ne voulait pas qu’il l’aide. Et cela ne se ferait pas dans la douceur. Un soupir boudeur et un « Si c’est comme ça écartez vous ! » plus tard, elle se réceptionnait maladroitement sur le plancher.

    « Désolée de cette intrusion, dit-elle en dansant d’un pied sur l’autre, je sais que je n’aurais pas dû mais je m’inquiétais. Quelqu’un est entré dans l’enceinte du palais tout à l’heure. Il avait l’air de vouloir visiter vos quartiers. Alors, je voulais voir si … »

    Et elle laissa planer la fin en sachant très bien qu’il la connaissait. Une nouvelle fois, elle s’était mêlée de ce qui ne la regardait pas. Et une nouvelle fois, elle se trouvait sur sa route.
    --
    Il la dévisagea quelques temps, sans mot dire. Qu’il était bon de la revoir, saine et sauve, aussi insouciante que d’habitude, ignorant tout… Manifestement, la jeune femme, tout comme les gardes, ne se souvenait de rien. Lothringen ne doutait plus de ses souvenirs, mais il ne savait au juste pourquoi les autres acteurs de la journée précédente ne les partageaient pas. Sans doute l’habitude de la divination lui avait-elle donné une intuition plus fine de l’écoulement du temps… A y bien songer, dès le réveil, il avait ressenti comme une distorsion de la réalité environnante, une résistance de la matière à devoir exister à nouveau, qui l’avait mis aussitôt sur la piste de la boucle temporelle. Qui pouvait dire sur quelle distance ce sort avait fait effet, et si ce n’était pas l’ensemble de la cité qui se trouvait ainsi contrainte de revivre cette même journée ? Mais le devin savait qu’Althea ne le croirait que difficilement, et qu’il valait probablement mieux qu’elle continue d’ignorer à quoi elle n’avait pu échapper. Avec sa curiosité habituelle, elle ne pourrait s’empêcher de venir fourrer son nez dans l’affaire… et si cela devait recommencer… Lothringen se mordit les lèvres, faisant à la bretteuse un accueil minimal.


    « Oui, on cherche à voler un objet en ma possession, je suis au courant... »

    Il retourna à son travail, qui consistait à ôter les livres sur le rayonnage le plus élevé d’une des bibliothèques… puis activa d’un mot de pouvoir un mécanisme secret, et un double fond s’y ouvrit, révélant une cachette aménagée dans le mur même de la salle. Lothringen en sortit une boule de cristal dans laquelle flottaient, vaporeuses, mille teintes irisées. La sphère émettait une vive lumière. Voyant, à son côté, Althea se figer comme en extase devant le jeu de ses reflets, le semi-drow s’empressa de recouvrir la boule d’un morceau de tissu.

    « La curiosité est un vilain défaut… J’espère que la voici satisfaite ? Maintenant, excusez-moi, mais je dois transporter cet artefact en lieu sûr… »

    Voyant où Lothringen voulait en venir, la bretteuse essaya de le prendre de court.


    « Je viens avec vous. »

    Il fronça les sourcils.

    « Non. »

    Puis incanta un sort de téléportation, et disparut de la pièce…
    --
    Seule. Il l’avait laissée seule sans lui avoir rien dit pour s’être introduite dans sa propriété et être entrée chez lui par son toit. Pas une pique ni une remarque. Il s’était contenté de la dévisager sans rien dire comme s’il ne l’avait pas vue depuis longtemps. Voila qui était franchement inquiétant. Et il était parti, emportant un objet étrange avec lui. Décidément, Lothringen n’avait pas fini de la surprendre. En attendant, elle n’avait qu’à attendre qu’il revienne. Et elle n’aurait qu’à attendre son retour. Elle s’approcha de la fenêtre et regarda au dehors. Il neigeottait un peu. Au-delà des grilles, comme des fourmis, les gens s’affairaient. Un mitron, un couple d’ivrognes passant. Elle s’imagina dehors en train de faire des boules de neiges. Une pour Elissa, une pour Ilario, une pour … Lothringen. Elle sourit à cette pensée.

    Quand soudain, un déplacement d’air derrière elle. Une présence. Bizarrement, elle sentit un frisson glacé lui parcourir l’échine. Elle n’eût pas le temps d’esquisser un mouvement que deux mains la saisirent. Une sous l’épaule et une au ras du cou. La seconde d’après, elle sentit la morsure d’une dague s’enfonçant dans son avant bras et déchirant ses chairs jusqu’au poignet. Et une voix mielleuse souffla à son oreille :


    « Chère Althea, nous voila de nouveau réunis. Criez et vous mourrez. Je vais vous charger d’une petite mission. Rien de grave. Remettez simplement ce message à notre cher Lothringen de la part de son ami Algernon. Je sais que vous vous en tirerez sans aucun souci. En attendant, je vais prendre congé de vous »

    Elle hocha doucement la tête sans oser bouger. Les larmes roulant sur ses joues, venant mouiller la main du coté de son cou. Elle sentit le sang couler de la plaie puis le poids d’un parchemin dans sa main qu’elle serra. Et enfin, la personne la relâcha. Elle l’entendit l’homme incanter un sort d’invisibilité avant de quitter la pièce ni vu ni connu. Alors, ses forces l’abandonnant, elle se laissa aller à genoux et éclata en sanglots.
    ---
    Il lui sembla s’écouler une éternité avant d’entendre à nouveau des pas décidés dans le couloir. La voix familière de Lothringen qui échangeait quelques mots avec les gardes devant sa porte. Elle ravala quelques larmes dans le silence, essayant de se refaire une composition pour le moment où ils seraient de nouveau face à face. Les pas du conseiller s’arrêtèrent, comme s’il avait perçu le bruit, et elle l’entendit gagner la bibliothèque, puis s’arrêter dans son dos comme il la découvrait à terre, agenouillée. Elle fit effort pour se relever et se tourner vers lui. Lothringen la dévisageait avec inquiétude, mais ne lui disait rien, attendant des explications. Son regard glissa jusqu’au bras ensanglanté. Une longue déchirure, qu’elle ne s’était sûrement pas faite toute seule. Il avança la main pour essuyer doucement ses larmes.


    « Qui était-ce ? »

    Mais il ne le devinait que trop.
    --
    Elle avait reculé brutalement et avait croisé les bras. Elle l’avait regardé effrayée, les larmes roulèrent en cascade sur ses joues. Quand elle parla, sa voix était chargée de sanglots :

    « Qui était ce ? Mais c’est à vous de me le dire ! Il vous connaît, il me connaît. Mais je ne le connais pas. Algernon ! Ne me dites pas que son nom ne vous dit pas quelque chose … »

    Les larmes furent quelques instants plus fortes mais elle se reprit et continua
    : « Il m’a chargé de vous remettre ceci » Elle lui tendit le parchemin d’une main tremblante. Il découvrit une écriture fine et soignée dans une encre violacée. Et un message sans fioritures ni sous entendu :

    « Cher Lothringen. Comme vous le constatez, je suis venu tenir compagnie à une amie commune. Je lui ai laissé un souvenir de notre rencontre. Je vous sais assez intelligent pour avoir deviné qu’il ne s’agit pas d’une simple estafilade. En effet, j’ai imbibé ma lame d’un produit de ma composition. Ne cherchez aucun antidote. Il n’en existe qu’un et il est en ma possession. En tant qu’ami, je suis tout à fait disposé à vous le fournir. En l’échange bien sûr d’un don de votre part. Je vous attendrai à la taie dorée au coucher du soleil. »
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  6. #6
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    Chapitre VI : Rendez vous avec l'ombre

    Lothringen froissa le parchemin d’un poing rageur. Ça ne pouvait pas se passer comme ça, aussi… simplement. Il ne céderait pas au chantage. Il ne le pouvait pas, ou il n’avait pas fini de voir des fous dangereux s’en prendre à ses proches.
    Plusieurs pistes. D’abord, localiser Algernon et ses six imbéciles. Ça ne devait pas être très ardu, car ces derniers passaient difficilement inaperçus, et les auberges n’étaient pas si nombreuses à Manost. Peut-être même la Taie dorée, tout bêtement ? à supposer qu’Algernon ait manqué de prudence lors de leur première rencontre.
    Ensuite, faire rechercher un antidote. A moins qu’il n’ait préparé son poison de longue date, il n’y avait pas de mixture dont un alchimiste ne pouvait venir à bout. Encore fallait-il qu’il ait le temps de chercher…
    Et au pire… Ses traits se durcirent. Au coucher du soleil, la Taie dorée serait le lieu d’une seconde boucherie. C’était risqué, encore une fois… Il n’y avait pas d’autre solution.
    --
    Il avait froissé le parchemin d’un air rageur. Cela n’augurait rien de bon. Mais qu’y avait il donc ? Son visage pâlit. Et ses yeux presque noirs capturèrent ceux du conseiller. Cette fois, elle ne parlerait pas. Il savait ce qu’elle attendait. Elle venait de poser le pied dans un guêpier dont l’ampleur l’effrayait totalement. Et elle ne voulait plus qu’une chose : des réponses
    .

    « S’il vous plait Lothringen, murmura t-elle, les larmes au bord des yeux, expliquez moi. Je ne comprends rien »
    --
    Il soupira légèrement. « D’accord. Allez prendre une chaise dans ma chambre, je vais vous expliquer. Mais je dois donner quelques ordres auparavant. »

    Lothringen l’accompagna dans la chambre, et quand elle se fut assise, tira une dague de sa ceinture et lui prit le bras. Althea ne put retenir un mouvement de recul.
    « Je dois prélever un échantillon de votre sang. Les alchimistes ne travaillent pas sur du vent… »
    Il racla en effet sur les lèvres de la blessure un peu de sang empoisonné qui vint se déposer en moussant sur le fil de sa lame, puis se dirigea vers la porte, où il fit appeler Gerdold. Le conseiller s’entretint quelques temps avec l’humain, auquel il donnait des directives pour faire rechercher d’urgence Algernon et ses adeptes, d’après le portrait détaillé qu’il en fit. Il lui confia aussi la dague, en lui commandant de la porter à la guilde des Arcanes, qu’ils mobilisent leurs meilleurs alchimistes sur le champ. Il lui demanda enfin de convoquer au palais Bacramad, le capitaine de la garde, ainsi qu’un guérisseur du temple.

    Gerdold partit et Lothringen referma sa porte, se tournant de nouveau vers la bretteuse qui avait observé son manège en paraissant de plus en plus perdue. Le semi-drow lui tendit la lettre froissée qu’il tenait toujours dans sa main droite, et expliqua rapidement
    :

    « Cet Algernon est un ennemi personnel ; il cherche à s’approprier la sphère que vous m’avez vue transporter en lieu sûr. La dague avec laquelle il vous a ouvert le bras était empoisonnée, et il espère que je vais lui donner l’objet en échange d’un antidote… »

    Il marqua un temps.

    « Althea, je ne peux pas le faire. Non seulement parce que je refuse de céder au chantage. Mais parce que s’il joint cette sphère aux artefacts qu’il possède déjà, cet homme n’en deviendra que plus dangereux encore. Ce fou s’imagine pouvoir créer des boucles temporelles, refaire l’histoire et y faire triompher le dieu des conflits… J’ai de bonnes raisons de penser qu’il n’est pas loin de réussir. »
    --
    Althea resta sans parler ni bouger pendant de longues minutes, le temps d’encaisser ce que Lothringen venait de lui annoncer. L’espace d’un instant, les larmes montèrent à ses yeux mais elle les chassa d’une main rageuse et déterminée. Elle reporta son regard sur le conseiller et quand elle lui parla, ce fut d’une voix étrangement calme.

    « Je vois … Encore une fois nous ne sommes pas gâtés. Je vais finir par croire que je nous porte la guigne. Et là … Et moi qui pensais que Manost était une ville paisible. Décidément … »

    Elle eût un rire sans joie avant de reprendre :

    « Si Algernon est tel que vous le dites, il est d’une importance capitale de ne pas lui donner ce qu’il souhaite. Même si … Mais je sais que vous allez trouver une solution. Et nous allons le retrouver n’est ce pas ? Nous n’allons pas rester ici sans attendre ? Non ? »

    Et ses yeux se firent soudain implorants.
    ----
    Comme il comprenait ce besoin d’agir. En cet instant, que n’aurait-il donné lui-même pour pouvoir se défouler un bon coup au combat, en finir une bonne fois pour toutes ? Mais foncer à l’aveugle serait une erreur regrettable. Il fallait bien que l’un d’eux se montre raisonnable, cette fois-ci


    -J’ai envoyé chercher quelques personnes dont j’attends les réponses. Un peu de patience, Althea.

    Le prêtre helmite fut le premier à arriver. Il tenta divers sorts de guérison en cherchant à neutraliser le poison, mais aucun ne faisait effet sur la blessure qui continua de suppurer. Il suggéra qu’un de ses supérieurs aurait peut-être plus de succès, mais ne cacha pas qu’il en doutait fortement : le poison avait manifestement été conçu pour résister aux sorts usuels.
    Le capitaine Bacramad, arrivé sur ses entrefaites, écouta sans broncher les explications que lui donna le conseiller concernant la situation délicate où il se trouvait, puis une série d’ordres destinés à renforcer la traque d’Algernon et de ses sbires. Au cas où ils échoueraient à localiser leurs cibles avant l’heure du rendez-vous, les deux hommes mirent en place un plan de surveillance et d’attaque de la taverne de la Taie Dorée, où l’échange avait été prévu.
    Le capitaine n’avait pas tourné les talons qu’une troisième personne fut introduite auprès de Lothringen : une apprentie de la guilde des Arcanes qui venait annoncer le résultat des premières recherches ; les alchimistes avaient réussi à identifier la plupart des composants du poison, mais l’un d’eux résistait à leurs analyses. Une fois isolé, il faudrait sans doute des jours et des jours de recherches avant de pouvoir y trouver un antidote.
    Le conseiller congédia l’apprentie en retenant un soupir. Durant tous ces entretiens, Althea était demeurée immobile, attentive à tout ce qui se disait, sans broncher. Pourtant Lothringen ne pouvait s’empêcher de guetter les premiers signes d’affaiblissement sur le visage de la bretteuse, et il ne les avait pas cherché en vain… Dans quel état serait-elle, le soir venu ? Il avait bien quelque idée de l’endroit où il fallait chercher en premier son ennemi – mais il ne pouvait pas l’emmener avec lui cette fois. Sans s’expliquer davantage, il la confia à des gardes en leur donnant ordre de la conduire au temple, afin que les sorts des prêtres, à défaut de pouvoir neutraliser le venin, en retardent autant que possible les symptômes
    .
    --
    Il allait donc partir à la recherche d’Algernon. Sans elle. Quelque temps auparavant, elle aurait hurlé, se serait débattue quitte à s’enfuir du temple et rejoint Lothringen à la première occasion. Ou pire, elle aurait tant crié, fait des pieds et des mains qu’il n’aurait pu partir sans elle. Et elle l’aurait suivi comme il n’y avait pas si longtemps. Ne serait ce que pour ces savoureuses piques qu’ils échangeaient si souvent, et le plaisir de seconder une personne en qui elle avait une entière confiance et qu’elle admirait sans jamais le dire. Mais quelque chose lui disait qu’il n’avait pas le choix. Quant à elle ... Ce poison qu’elle sentait courir dans ses veines. Elle le sentait nettement à s’attaquer à ses forces à mesure de sa propagation. Dans quelques temps, elle serait plus un poids mort qu’une véritable aide. Pire, elle pourrait précipiter leur perte. Et elle ne pouvait pas. Pas cette fois …

    Mais elle voulait donner le change. Donner l’illusion de ruer dans les brancards ne serait ce que pour le plaisir d’être remise en place … et de le retenir un peu. L’appréhension de son absence, de ce qui pouvait lui arriver face à un adversaire si redoutable pendant qu’elle affronterait le sien : le poison. En même temps, elle ne souhaitait pas qu’il la voie faiblir. Elle avait déjà si chaud.

    Elle trouva cependant la force de sourire et de secouer la tête avant de s’écarter du prêtre qui s’apprêtait à la soutenir jusqu’au temple. Ses yeux en demi lune s’étaient étrécis comme à chaque fois qu’elle préparait un tour pendable et elle avait ajouté
    :

    « Si vous espérez vous en tirer comme ça, vous vous trompez. Avec tout le respect que je vous dois, bien entendu. Mais je sais que vous avez envie de prendre l’air et j’ai très envie de vous accompagner. Vous n’allez pas dire non n’est ce pas ? Sinon, je le prendrai très mal »

    Son regard mutin vint se planter dans celui du conseiller et elle croisa les bras, pour ne pas qu’il remarque que ses mains s’étaient mises à trembler.
    ----
    Le conseiller joua le jeu : il fit semblant de ne rien voir. De ne pas voir la fièvre dans les yeux mi-clos, le tremblement nerveux dans les mains, le manque d’assurance dans la voix : un exercice difficile. Dire que s’il échouait, il ne la reverrait probablement pas vivante… Et il serait si simple de desserrer l’étau qui lui broyait le cœur, lui susurrait une petite voix moqueuse. Si facile même. Il suffisait de donner l’artefact… Après cela, il trouverait bien un moyen d’arrêter Algernon dans ses projets mégalomanes, et Althea serait au moins sauvée… Qui était-il pour décider qui devait vivre et qui devait mourir ? Pour exiger aujourd’hui le sacrifice d’autrui au nom d’un risque plus lointain?
    Lothringen ferma les yeux un court instant. Quand il les rouvrit, Althea vit du sang goutter sur ses lèvres
    .

    -Quand tout ceci sera fini, Althea, vous pourrez me quereller à loisir… Promis.

    Sur ces mots, il se détourna hâtivement , de peur de laisser paraître davantage sa propre inquiétude. Il quitta bientôt le palais, décidé à gagner au plus tôt l’endroit qu’il lui semblait urgent d’explorer en premier, bien qu’il soit probable qu’Algernon n’ait pas eu la sottise de l’y attendre : la Taie Dorée. Une patrouille de gardes d’élite l’accompagnait.

    En pénétrant dans l’établissement, il y retrouva tout en ordre, jusqu’aux habitués - comme « la veille », à l’exception du cadavre du voleur sur le seuil. Comme la fois précédente, la patronne affichait la mine râleuse et blasée de celle qu’un rien irrite et que rien ne surprend.

    -On vous attend dans l’arrière salle, dit-elle tout de go au conseiller, d’un air boudeur.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  7. #7
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Chapitre VII: Jeux de scène

    Cela rappelait furieusement au conseiller sa première rencontre avec le mage dément. Mais il s’interrogeait : Algernon était-il assez naïf pour l’avoir attendu au premier endroit où on songerait à le rechercher ? Lothringen se lança une peau de pierre, une image miroir, et se rendit résolument dans l’arrière salle, les gardes sur ses talons.
    --
    A première vue, il n’y avait personne dans la pièce. Le conseiller et les gardes s’avancèrent néanmoins prudemment à l’intérieur. Dans la semi pénombre, le conseiller reconnut la pièce qu’il avait vue lors de son ancien passage. Rien n’avait changé si ce n’est une forme encapuchonnée couchée de tout son long derrière l’un des fauteuils. Un corps dont la posture laissait croire qu’il n’avait rien d’humain. L’être qui était mort là avait dû souffrir le martyr pour se recroqueviller ainsi. Aux cheveux blonds presque blancs dépassant du capuchon, Lothringen reconnut Salomé. Il s’avança.

    Ce qui le frappa en premier fut le bruit des mouches et l’odeur se dégageant du cadavre. Une flaque de sang mêlé à des restes non digérés d’un repas pris peu de temps avant l’agonie environnaient la tête de la jeune femme. Le visage violacé, les yeux exorbités et la langue pendante indiquaient que c’était le manque d’air qui avait fini par en venir à bout. Mais aucune trace sur son cou qu’elle serrait entre ses mains n’indiquait qu’on l’avait étranglée. Du sang sourdait de ses oreilles, de son nez et de sa bouche, signe que ses organes internes avaient été détruits. Des griffures striaient le parquet autour d’elle et ses ongles étaient presque entièrement arrachés. La douleur avait été si forte qu’elle avait griffé le sol pour exorciser la douleur. Mais des convulsions avaient dû la jeter sur le dos et elle avait finalement dû s’étouffer avec sa langue enflée démesurément. Vraisemblablement l’effet d’un poison violent …

    A coté du cadavre, une lettre à son nom. La même écriture violacée et sans fioritures, à l’image de celle qu’il avait laissé à Althea lors de son dernier passage. Algernon attendait vraisemblablement son passage.


    « Mon ami. Si je vous connais autant que je le pense, vous vous êtes rendu à la taie dorée avant l’heure. Sachant que je ne serai pas au rendez vous avant l’heure et pour pallier toute déception, je vous offre cette démonstration que vous trouverez- je l’espère - amusante. Il s’agit, inutile de vous le cacher, du produit se propageant en ce moment dans les veines de votre jeune amie. Le poison, fluide purificateur. Il nous rend à notre véritable nature. J’ai laissé ce privilège à ma fille. Les meilleurs doivent partir les premiers. Je n’ai fait que hâter le processus en lui donnant une double dose. Quant à nous deux, vous le savez aussi bien que moi, nous sommes tout autres. Nous sommes les élus des sables du temps. Il n’y a que nous qui pouvons nous détruire. Ou faire alliance. Je vous laisse libre de votre choix. »
    --
    De dégoût, il manqua délayer le vomi de Salomé du déjeuner hâtif qu’il avait pris au palais avant de partir… Cet homme tuait sa propre fille pour le simple plaisir d’augmenter la pression morale pesant déjà sur les épaules du conseiller. Et Lothringen devait bien reconnaître que c’était efficace. A tout instant, il croyait voir Althea en lieu et place du visage torturé de la jeune fille. S’il échouait, pourrait-il se le pardonner ?

    Qui donc pouvait être assez abject pour agir ainsi ? Il n’y avait que chez les drows qu’il avait jamais vu pareil comportement. Les drows. Oui. C’était bien ça. Algernon devait avoir du sang drow dans les veines… Serrant rageusement les poings sur le manche de ses armes, Lothringen se détourna, pour rencontrer les regards horrifiés de ses hommes. Que faire à présent ? Où courir ? Où chercher ? Attendre l’heure du rendez-vous ? Quelle torture à chaque instant que de devoir constater dans l’inaction son impuissance…

    Un garde portant l’uniforme de Manost arriva sur ces entrefaites. Il affirmait qu’Algernon avait été aperçu à l’intérieur du théâtre de la Harpe, en train de descendre dans une trappe à l’arrière de la scène. Alors, l’espoir revint. Ténu. Autre torture… Après avoir vérifié que les gardes reconnaissaient leur camarade, Lothringen se rendit sur le champ au théâtre.
    --

    Au théâtre, la description de l’homme qu’on lui fait coïncidait en tout point avec celle d’Algernon. Un homme portant une cape rouge et aux dents taillées en pointe accompagné de six hommes ayant le même aspect. Il n’y avait pas de doute permis. Son ennemi intime se cachait dans les ténèbres des sous sols du théâtre. Peut être occupait il les lieux depuis déjà longtemps. Dans tous les cas, il aurait l’avantage du terrain, l’infravision en moins. Mais son adversaire avait sûrement prévu plus d’un tour dans son sac.

    Il se dirigea vers la trappe servant habituellement pour les apparitions miraculeuses ou les disparitions des personnages. Un monde d’illusion et d’apparence. Rien de tel pour un mégalomane mettant en scène ses propres combats, ou sa propre défaite. On n’avait pas pris la peine de refermer la porte de la trappe. Cela sonnait comme une invitation à descendre. Le semi-drow prêta l’oreille. Un bruit entêtant de gouttes d’eau montait de l’obscurité. Mis à part cela, il ne discerna rien.

    --
    - Bon, les couloirs sont trop étroits pour qu’il soit très prudent d’y descendre en nombre. Je vais descendre en premier avec Darfnir à cause de ses talents de prêtre et de mon infravision. Que les autres nous suivent avec des torches à trente pas, en faisant effort pour être discrets, dit-il aux gardes qui l’accompagnaient. Vous attendrez un signe de notre part pour avancer, et vous conserverez toujours cette distance de sécurité avec nous. Je laisserai des marques à la craie si c’est nécessaire. Une croix là où je vous demanderai de patienter, une flèche aux embranchements, deux traits pour recommander de redoubler de prudence…

    Sur ces mots le conseiller descendit par la trappe, en compagnie du prêtre qui incanta aussitôt une détection des pièges. Jusqu’où pouvait-on bien s’enfoncer le dédale des sous-sols ? En toute logique, pas très loin. Sauf si l’on avait aménagé les lieux en prévision…
    --
    Lothringen était donc descendu. Il se trouva bientôt face à un large couloir jalonné de torches espacées les unes des autres de façon à laisser s'alterner lumière et pénombre en un inquiétant tableau de clair obscur. Dans l'ombre avaient été sculptés des masques représentant les diverses expressions dont est capable un visage. Un filet de sang s'écoulait aux pieds du conseiller, semblant vouloir le guider tel un fil d'Ariane. Il le suivit pour se retrouver face à trois corps encapuchonnés suspendu à des crochets, vidés de leurs entrailles tels des quartiers de viande. De là s'écoulaient les gouttes de sang à intervalles réguliers. Et sur l'un des corps, un message, avec la même écriture fine et ciselée :


    "Cher Lothringen. Voici ce petit cadeau de bienvenue dans mon antre. Je vous laisse l'honneur d'explorer les lieux pour parvenir jusqu'à moi. Amicalement. Votre dévoué Algernon"
    --
    Le semi-drow reconnut les corps de trois des adeptes qu’il avait vus « la veille » adorer leur tortionnaire comme le gourou d’une secte démente, puis lui offrir un barrage de leurs corps. Les voilà bien récompensés…Une odeur de sang frais écœurante planait sur la scène. Pourquoi ce fou dangereux faisait-il ce qu’il pouvait pour que le conseiller ne perde pas sa trace, mystère. Peut-être n’avait-il plus le choix, en dépit de ses mises en scène ? A moins qu’il ne soit assez sot pour espérer que Lothringen porte sur lui ce qu’il convoitait… Un gargouillis de goule affamée le tira de sa contemplation. C’était, à ses côtés, Darfnir, plié en deux, qui recrachait sa bile à minces filets mêlés de salive sur le sol de terre battue.

    - D’abord la fille… Ensuite ça… D’où sort-il, ce démon ?

    - En tout cas il devient de plus en plus urgent de l’y faire retourner rapidement, et pour cela j’ai encore besoin de votre aide. Ça ira ?
    - Oui, oui… bien sûr. On peut pas laisser un dément pareil dans Manost, pas moyen. On repart.

    Sur ces mots les deux hommes reprirent leur marche, redoublant de prudence… Lothringen pestant contre les torches qui l’aveuglaient, l’helmite en s’arrêtant régulièrement pour détecter les pièges.
    --
    Aucun piège sur leur route si ce n’est un autre filet de sang menant à un autre adepte écorché, utilisé pour indiquer la direction à suivre lors d’une intersection. Et toujours le même défilé de torches, oscillant entre la lumière et l’ombre. Mais soudain, au détour de la route, deux silhouettes encapuchonnées se détachèrent de l’obscurité et vinrent leur boucher le passage. L’une de taille moyenne, l’autre plus petite. Un détail attira l’attention du semi-drow avant qu’elles ne bougent : la blancheur des mains de la première.

    Un mouvement et les capuchons tombèrent, laissant apparaître deux visages familiers : celui blafard de Salomé. Et à coté d’elle, un visage familier, nanti de deux yeux presque noirs reconnaissables entre tous. Althea. Les jeunes femmes restèrent immobiles, étrangement calmes comme pour laisser à Lothringen le temps de les observer dans toute leur horreur. Le poison semblait ne pas avoir eu d’emprise sur elles. Et soudain …


    « Surpris, n’est ce pas ? » Le conseiller Manostien n’eût pas besoin de les regarder de nouveau pour deviner celle qui venait de parler. L’apparition reprit : « Vous avez décidé de ne pas donner ce qu’il recherche pour pouvoir me soigner. Vous avez préféré courir à sa recherche pour ne pas avoir à vous acquitter de votre dette en me laissant mourir. L’antidote aurait pu me sauver. Il vous aurait suffit de vous rendre à la taie dorée. Ce n’était pas plus compliqué que cela. Mais vous en avez décidé autrement. Et me voila trépassée. Moi qui aurais voulu vivre encore, qui aurais combattu pour vous jusqu’à mon dernier souffle »

    A mesure qu’elle parlait, sa voix se fit plus rauque et sa physionomie changea. D’indifférente, elle se fit bientôt colère pendant que son visage palissait et tout doucement se creusait de rides et que de ses lèvres s’écoulait le poison …
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  8. #8
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    Chapitre VIII : La mort aux trousses

    C’était une vision d’horreur particulièrement réussie, qui soulevait le cœur de Lothringen de dégoût. Tant de dégoût, en vérité, qu’il en oublia de se tourmenter des paroles de reproches qui lui étaient adressées…Toujours pragmatique, Lothringen savait bien qu’il ne pouvait s’agir ni de Salomé, pour l’heure aux mains de la section d’enquête, ni d’Althea, qui n’était sûrement pas encore morte puisque l’heure d’échéance de l’ultimatum était encore loin devant eux. Sorts d’image illusoire ? Métamorphes ? A ses côtés, Darfnir, affaibli d’avoir autant vomi tout à l’heure, manqua tourner de l’œil. Le semi-drow lui murmura de retourner sur ses pas pour alerter la brigade qui les suivait.

    Puis il se prépara au combat…


    Lothringen = = > image miroir

    Lothringen = = > sphère d’Otiluke = = > Althea


    Un sort toujours commode pour sérier les problèmes
    --
    La créature à l’image d’Althea emprisonnée dans la sphère laissa éclater sa rage durant quelques secondes avant de faire face à Lothringen et de le regarder avec ses yeux étrangement sombres. Puis, elle émit un son plaintif, et se plia en deux, les mains crispées sur le ventre. Un flot bileux sourdit de ses lèvres et aspergea le sol de la sphère. Quelques minutes plus tard et elle tombait à genoux en appelant à l’aide. Elle finit par rouler sur le sol, secouée de soubresauts. Quelques râles et se fut le silence. Et soudain, la créature se remit sur ses pieds en hurlant pendant qu’à côté d’elle, Salomé, toutes griffes dehors se jetait sur le conseiller Manostien. D’une rapidité et d’une agilité hors norme, elle fondit sur le conseiller qui évita l’assaut de justesse. Un feulement de dépit accompagna l’échec.

    Mais le répit fut de courte durée car elle chargea à nouveau pendant que l’autre monstre hurlait à en déchirer les tympans en tentant désespérément de s’extraire de la protection magique. Elle commença à se métamorphoser. Ce furent d’abord les traits du visage qui fondirent comme une bougie de cire puis les membres commencèrent à s’allonger démesurément, les mains se couvrirent de griffes. Le corps maigre et souple d’un doppleganger fit place à celui d’Althea. Salomé était sûrement de cette même engeance.

    --
    Lothringen se félicita de la métamorphose. Quoi qu’il arrive, il préférait pourfendre des monstruosités qui s’assument que des jeunes filles mortes ou leurs images. Certains avaient sombré dans la folie d’avoir eu à le faire… Se répétant que ce n’était pas Salomé, mais quelque horreur jaillie de l’imagination répugnante des dopplegangers et de leur maître, il se lança un sort de rapidité et entama à son tour le combat. Laissant l’initiative à l’adversaire, il passait le plus clair de son temps à esquiver les charges, parer des coups trop évidents pour pouvoir le surprendre, et profiter de ce que l’autre, en attaquant, se mettait trop à découvert pour trouver les points vulnérables. Après plusieurs assauts qui lui avaient valu de sanglantes estafilades aux flancs, la créature aurait voulu changer de stratégie, attendre par exemple que son acolyte soit délivrée de la sphère, mais il n’était plus temps. Les gardes manostiens arrivaient à la rescousse, et Lothringen ne semblait pas décidé à lui laisser le temps de se remettre…D’un balayage de la Senestre, il lui pourfendit le bras droit jusqu’à l’os.
    --

    Le bras arraché eût quelques soubresauts avant de retomber immobile. La créature à qui il avait appartenu poussa un hurlement sinistre pendant que son sang jaillissait de la blessure, arrosant copieusement Lothringen au passage. Mais loin de l’affaiblir, la blessure décupla sa rage et elle repartit à l’assaut, les yeux étincelants de rage.

    Au même moment, comme alertés par les cris, trois morgues et cinq squelettes apparurent soudain à l’autre bout du couloir. Un des morgues resta à l’arrière et commença à incanter. Les autres morgues et les squelettes, armés de morgensterns et de masses d’armes se lancèrent à l’attaque. Quant au doppleganger, il s’était à nouveau lancé sur Lothringen avec la ferme intention d’arracher les yeux à celui qui avait osé le blesser.

    ---
    Les autres manostiens arrivaient. Darfnir, comprenant le problème, se mit à repousser les morts-vivants, pendant que Lothringen se lançait un sort de bouclier. Trois squelettes volèrent en éclat et les autres furent repoussés plus loin dans le tunnel. Le prêtre helmite se tint prêt à repousser de nouveau les monstres quand les effets de sa première injonction ne se feraient plus sentir.

    Le conseiller recommanda aux gardes de rester derrière lui : quand les morgues, à nouveau offensifs, lanceraient leurs projectiles magiques, il y avait tout à parier qu’ils cibleraient l’adversaire le plus proche, et le sort de Lothringen l’immunisait. Il contraignit le métamorphe à changer de position, afin que les deux combattants se présentent de profil aux nouveaux renforts du conseiller. La raison était simple : il fallait libérer la ligne de tir pour les archers. Le doppleganger se retrouva rapidement ressembler à une pelote d’épingles. Alors que Lothringen lui donnait le coup de grâce, la sphère d’Otiluke se dissipa et les squelettes revinrent à la charge. Darfnir en fit exploser deux et repoussa les autres, mais un morgue résista à son action et commença d’incanter, en dépit des tirs nourris dont il faisait l’objet.
    --

    Dès que le morgue eût fini son incantation, une nuée d’insectes jaillit presque aussitôt de ses doigts, formant comme un épais brouillard qui s’abattit sur le groupe sans lui donner le temps de se préparer, toute une meute piquante et bourdonnante assaillant les hommes sans répit. Dans le même temps, le second doppleganger rendu furieux par la mort de son compère se jeta sur Lothringen, le faisant vaciller sous le choc pendant que les squelettes tentaient de prendre les gardes à revers. Venant en renfort, une troupe de quatre autres armés d’arcs courts se mettaient en position pour tirer.

    Et, au milieu de ce chaos, entre le tintement des os et des armes, un chant se fit entendre. Une étrange mélopée venue du fond des âges. On encourageait les morts à moins que ce ne fut, pour Algernon, une nouvelle façon de souhaiter la bienvenue à ses invités.

    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  9. #9
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Chapitre IX: Horreur et demi

    Enfin on en arrivait aux choses sérieuses, on allait pouvoir en découdre pour de bon, et le grand metteur en scène de ces tableaux morbides allait y trouver à son tour une place de choix. Telle fut la première pensée de Lothringen en entendant le mage fou. Comprenant qu’il s’agissait de leur adversaire ultime, les gardes connurent à leur tour un regain de vigueur, bien nécessaire quand on avait à résister à un nuage d’insectes : surtout, ne pas céder à la panique. Darfnir tenta une nouvelle fois de repousser les morts-vivants : les squelettes fantassins survivants et deux squelettes archers prirent la fuite, frappés de terreur sainte. Le morgue ne tarda pas à s’effondrer sous la pluie de flèches dont il faisait l’objet. Restait le conseiller, aux prises avec le doppleganger. Et deux archers squelettes qui, plutôt que de viser ses illusions, trouvaient plus efficaces de s’en prendre aux soldats… On entendit des gémissements comme deux de ces derniers s’effondraient l’un après l’autre, hors de combat. Leurs camarades perdirent un temps précieux à les tirer hors de la zone. Lorsque le nuage d’insectes se dissipa enfin, Darfnir incanta des sorts de soin sans interruption, tentant de limiter l’impact de leurs piqûres sur les combattants. Les pluies de flèches reprirent de part et d’autre. Le semi-drow semblait avoir quelque peine à se débarrasser du métamorphe, mais ce lui fut plus facile quand il eut de nouveau le soutien des arcs de ses alliés. En bruit de fond, la mélopée qui accompagnait le combat paraissait de moins en moins adaptée au contexte ; elle ne faisait que rythmer le lent mais inexorable recul des monstres.
    --
    Et le chant se tut lorsqu’une silhouette encapuchonnée apparut à son tour. A sa taille et sa façon d’avancer, Lothringen devina qu’il ne s’agissait pas d’Algernon mais de l’un de ses adeptes, un qu’Algernon n’avait pas utilisé pour décorer le lieu mais pour servir de chair à canon. Mais il ne semblait aucunement révolté, ni dégoûté, et encore moins mort de peur. Il se battrait jusqu’au bout pour honorer son maître et qu’importe s’il mourait. Tôt ou tard, il serait de nouveau debout, quel que soit le lieu. Et pour le moment, il lui fallait tuer Lothringen ou du moins le capturer. Se débarrasser des gardes qui l’accompagnaient dans tous les cas. Il les haïssait tous, ces parasites helmites, ces brebis égarées. Elles ne tarderaient pas à périr sous l’égide de son dieu, le seul qui vaille la peine d’être vénéré.

    Il commença à incanter, protégé par un squelette et son bouclier.


    Disciple d’Algernon == > éclair == > gardes

    --
    Lothringen, qui continuait d’échanger des entailles avec le doppleganger, comprit que ce sort-là allait faire extrêmement mal. Rompant l’engagement, il cria à ses hommes de se coucher à terre. Des sorts tels que ceux-ci, lancés dans un couloir, pouvaient décimer une compagnie entière. Le semi-drow n’hésita pas ; quand il vit l’éclair fuser des doigts de l’adepte pour viser Darfnir, il se plaça volontairement sur sa trajectoire, espérant absorber la majeure partie du choc, le ralentir ou lui faire faire ricochet. L’impact fut d’une rare violence, et sa résistance à la magie ne lui fut cette fois d’aucun secours. L’éclair réduisit à néant toutes ses images doubles et lui brûla grandement la chair. Il ne put retenir un cri, mais l’ennemi n’eut pas le temps de s’en réjouir. Tymora aidant, l’éclair rebondit sur l’obstacle et revint sur son envoyeur, qui, ne bénéficiant pas des protections du drow, fut tué sur le coup.
    Darfnir tira son supérieur en arrière et ordonna aux gardes de tenir le doppleganger en respect pendant qu’il s’efforcerait de lui apporter les premiers secours. Mais dès qu’il put de remettre sur pieds, le semi-drow déclina son aide. Il absorba une potion de soin, lança une nouvelle image miroir, et repartit à l’assaut. Bien qu’il fut sans doute plus grièvement atteint qu’il ne laissait paraître, ce n’était pas le moment de laisser à l’ennemi la moindre occasion de prendre l’avantage.

    --
    Le doppleganger blessé grièvement avant l’éclair fut rapidement achevé. Les squelettes restants, quant à eux succombèrent bientôt sous les coups conjoints de Lothringen et des gardes. Il ne resta bientôt dans le couloir que des débris d’os, de chair et l’adepte étendu de tout son long. Mais le chant reprit et les torches s’éteignirent. Un halo de lumière apparut droit devant, dessinant l’encadrement d’une porte. A mesure qu’ils avançaient, la psalmodie se fit moins forte et Lothringen entendit prononcer des incantations. Des sorts de protection vraisemblablement.

    Algernon leur préparait un comité d’accueil. Une surprise qu’ils n’étaient manifestement pas prêts d’oublier. Car dans ces lieux maudits, la folie régnait en maître.
    ----
    Le conseiller reconnut l’incantation d’une armure spirituelle. Deux adeptes incantaient aussi… Il n’oubliait pas ce qu’il s’était passé la fois précédente. Si Algernon réussissait à activer ses artefacts avant de recevoir un coup mortel, on n’en aurait pas fini de rejouer des boucles temporelles. Un petit jeu dont il était déjà lassé...
    Lothringen donna ordre aux gardes de profiter du répit pour boire des potions de soin ou se faire soigner par Darfnir. Les quatre soldats les plus mal en point furent renvoyés en arrière, les plus valides soutenant les plus faibles. Le semi-drow ne se hâta pas d’activer ses propres protections. Tous ces sorts avaient une efficacité limitée dans le temps, et le temps risquait bien d’être un facteur décisif dans ce combat. Lothringen se rappela aussi qu’il s’était réveillé au matin avec en mémoire exactement les mêmes sorts que précédemment. On pouvait donc compter qu’Algernon disposait une fois de plus d’un cercle de mort… et qu’il s’attendait à le voir employer son cône de glace.

    Le semi-drow résolut de varier les plaisirs. Il demanda dans le groupe un volontaire pour une métamorphose, expliquant au candidat qu’il serait entièrement guéri de ses blessures, mais qu’en revanche, il risquait d’être traumatisé par la transformation s’il n’en avait pas l’habitude. Il élit un jeune elfe un peu tout fou en quête d’expérience, lui expliquant ce qu’il faudrait faire. L’elfe perdit son sourire, mais ne recula pas quand Lothringen incanta sur lui. Le patient devint un peu plus grand, un peu plus élancé si c’est possible. Son visage perdit ses cheveux, rosit, des tentacules poussèrent à son menton… Les manostiens reculèrent d’horreur. Aucun d’entre eux n’avait jamais vu un illithid.
    Puis Lothringen ramassa au sol un caillou sur lequel il incanta un sort qui plongea l’endroit dans les ténèbres. Le garde qui avait pris position sur son ordre derrière le battant ouvrit grand la porte à son commandement… L’elfe noir lança la pierre dans la pièce, et les ténèbres la suivirent. Il lança immédiatement après un sort qui fit jaillir du sol des soies d’araignées paralysantes. Il recommanda aux gardes de se tenir à bonne distance de la porte, arc en main. Lui-même se garda bien de rester dans la ligne de mire de la porte, bien que les ténèbres dussent empêcher de le viser. Il attendit quelques instants, dans le cas où l’un des mages, désireux de les viser, viendrait jusque sur le seuil.
    --
    Des cris de stupeur parvinrent de la salle. Au moins un des deux adeptes et peut être Algernon étaient pris dans la toile d’araignée. Puis un silence de plomb s’installa, comme si les adversaires avaient subitement retrouvé leur calme. Au bout de quelques instants, un bruit de pas discret se fit entendre.

    Quelqu’un approchait du côté de la porte. L’individu, inconscient de ce qui se tramait dehors s’approcha à tâtons d’un des battants et commença une incantation de projectiles magiques.
    ---
    Il avait visé Lothringen. Peut-être aurait-il mis définitivement hors de combat le conseiller déjà sérieusement atteint si ses projectiles magiques n’avaient dû affronter la résistance à la magie de l’elfe noir. Des quatre projectiles qu’il lança, deux demeurèrent sans effet. Un autre détruisit une de ses images miroirs et l’autre, par miracle, l’atteignit. A sa grande surprise, le conseiller ne chercha pas à l’affronter au corps à corps, et les archers ne se fatiguèrent pas à détruire ses protections magiques… Il comprit rapidement pourquoi, et un masque de terreur se peignit sur ses traits tandis que l’illithid, toutes tentacules brandies, fouaillait sous sa calotte crânienne, à la recherche… à la recherche… Un hurlement : le monstre venait de lui suçoter la moitié du cerveau.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  10. #10
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    Chapitre X : Lumières dans les ténèbres


    Un bruit de succion horrible s’était fait entendre et l’adepte hébété était tombé de tout son long sur le sol. A l’intérieur de la pièce, alerté par le cri d’horreur, on avait de nouveau incanté. De la lumière avait soudain jailli de l’ombre comme si tout à coup, quelqu’un venait d’allumer une multitude de torches.

    La clarté se rapprocha et bientôt, Lothringen et ses gardes entrevirent une multitude de petites araignées courant jusqu’à eux sur le plafond et sur le mur. Si certaines d’entre elles avaient été bloquées par les fils d’araignée et s’étaient bloquées les unes les autres, d’autres avaient rebroussé chemin et avaient trouvé une autre issue. A présent, elles étaient sorties dans le couloir et s’apprêtaient à s’abattre en pluie sur les troupes ennemies.
    --
    Incandescentes, dansant au gré des flammes, elles étaient innombrables. Les archers les tuaient chacune d’une simple flèche, mais on aurait cru qu’elles se multipliaient à chaque impact. Rapidement, une partie d’entre elles parvint jusqu’aux gardes, qui n’eurent d’autre choix que d’entamer le combat à l’épée. Les brûlures des premières leur faisaient à peine une cuisante sensation de piqûre. A la vingtième attaque, ils se sentaient en feu. De là où il se trouvait, Lothringen pouvait pourtant voir qu’un bon tiers d’entre ces créatures s’était pourtant retrouvé pris dans la toile… Il leur décerna le cône de froid dont il avait fait don, la fois précédente, aux adeptes entassés devant la porte de sa chambre. Une quarantaine de petits cadavres gelés se pressaient désormais devant l’entrée. D’autres continuaient d’illuminer par intermittences la pièce plongée dans les ténèbres. Lothringen pénétra dans la salle. La magie de son anneau l’immunisait aux soies d’araignée, qui ne parvenaient pas à prendre prise sur ses jambes.
    --
    Lothringen entra dans une pièce dévastée, peuplée de fumée, de fils de soie et d’araignées tentant vainement de se libérer, projetant leurs ombres incandescentes sur les murs. Au milieu de la toile se débattait un adepte. Incapable de faire le moindre mouvement, objet de sacrifice, il posa sur le semi-drow un regard affolé. Un peu plus loin s’ouvrait une alcôve jusqu’à présent épargnée par les combats. Deux silhouettes guettaient dans la pénombre. Une grande que Lothringen identifia comme celle d’Algernon, la seconde ressemblait à s’y méprendre à celle d’un enfant. Et ce fut bien un garçonnet qu’il entrevit au moment où des araignées passant au dessus de lui éclairèrent son visage. Cheveux bruns et bouclés, immenses yeux gris étincelants de larmes.
    Mais il ne pût s’attarder à cette vision car soudain, une incantation le rappela à la réalité
    .

    Algernon ===> boule de feu ==== > Lothringen

    Le mage fou allait encore frapper. Son adepte poussa un hurlement de terreur. Incapable de bouger et d’éviter le coup, il allait être réduit en cendres, victime d’un immonde bûcher. Son regard reflétant l’horreur pure croisa celui de Lothringen. Cela ne dura qu’une fraction de secondes. Et la boule de feu partit.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  11. #11
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Chapitre XI: Sinistre Vengeance

    L’enfant profita apparemment de ce moment d’inattention d’Algernon pour s’enfuir par une porte au fond de l’alcôve. Algernon avait sans doute eu de la peine à bien viser dans les ténèbres, mais Lothringen n’avait pas le temps d’hésiter. S’il reculait, il y avait de fortes chances qu’il se retrouve freiné au niveau de la porte par les cadavres des araignées et les débris des toiles... Il n’y avait pas d’autre solution que d’avancer, et c’est ce que fit le semi-drow en courant directement sur Algernon. Il avait atteint le mur quand il entendit la boule de feu atteindre le sol. Si elle ne fit aucun dégât aux araignées de feu survivantes, elle arracha un hurlement de douleur à l’adepte, qui se retrouva transformé en torche vivante sans avoir le moindre moyen de se rouler au sol pour éteindre l’embrasement. Avant que les flammes ne s’éteignent, son visage se retrouva grièvement brûlé.
    Plongeant vers Algernon, le conseiller ne freina qu’au dernier moment, alors qu’il se trouvait juste en face de l’adversaire. Il attendit que ce dernier commence à incanter à nouveau pour lancer le sort le plus efficace qu’il connaissait pour briser une incantation : les projectiles magiques.

    Lothringen = = > projectiles magiques = = > Algernon.
    --
    Algernon avait poussé un hurlement de douleur. Les projectiles avaient atteint son torse et son épaule. Mais ce fut un regard complice qu’il posa sur Lothringen comme un homme retrouvant son frère au bout de nombreuses années, il alla même jusqu’à lui sourire. Tout son corps n’était que douleur mais il parvint cependant à se concentrer pour incanter. Combattre jusqu’au bout. Ne laisser aucune chance à cet élu qui avait une partie du pouvoir mais qui refusait d’en faire usage pour changer leur histoire. Et leurs causes étaient si différentes. Ils auraient pu accomplir des miracles, tout reprendre à zéro et modifier le monde à leur guise. Un pouvoir entier et inaliénable, une immortalité acquise avec le temps infiniment maîtrisé. La date de leur mort sans cesse repoussée. Il avait encore le parchemin et la fameuse formule. S’il ne s’en sortait pas, il avait une porte de sortie vers un autre passé et un autre futur. Et il finirait bien par mettre la main sur le précieux artefact. Ou peut-être finirait il même par s’allier avec Lothringen avec un peu de persuasion.

    Algernon === > sinistre vengeance == > Lothringen


    Il eût à peine achevé les mots de son incantation que sa main se détacha de son bras avec un craquement sinistre de peau et d’os arrachés. Un geyser de sang jaillit du poignet d’Algernon pendant que sa main, aux longs ongles recourbés et semblables à des griffes se jeta au visage de Lothringen essayant de lui crever les yeux et de réduire en charpie la moindre parcelle de peau.
    --
    D’instinct, Lothringen recula, ferma les yeux et agrippa des deux mains la chose aux griffes furieuses qui venait de lui sauter au visage, mais rien n’y faisait : la main démoniaque semblait mue par une volonté propre, et bien plus puissante que si elle était encore rattachée au corps auquel elle appartenait. Il ne s’en débarrasserait pas ainsi… Les griffes lui fouillaient la chair, creusant de longs sillons de sang là où elles s’étaient ancrées. Les mains de Lothringen les empêchaient cependant de changer de prise pour trouver les orbites. Le semi-drow se pliait en deux pour mieux endurer la douleur.

    Derrière lui, il entendit les gardes, qui avaient enfin réussi à massacrer les innombrables araignées qui les entouraient et jetaient depuis le seuil de la pièce un coup d’œil vers l’intérieur. Dans les ténèbres, seules les flammèches jetées par les quelques araignées survivantes leur permettaient de distinguer ce qu’il se passait. Ils aperçurent une silhouette prisonnière des toiles, et deux autres face à face, dans le fond de l’alcôve, l’une redressée et l’autre courbée en deux. Devinant le conseiller en mauvaise posture, certains d’entre eux se mirent à tirer sur l’adepte prisonnier et sur son maître, devinant au silence de leur chef que ce devait être lui qui se baissait. D’autres, inquiets pour lui, cherchèrent à lui porter secours. Tout en lançant sur le mage, grâce à sa fronde, les quelques pierres qu’il venait d’enchanter, Darfnir lui cria de lui jeter son anneau d’action libre afin qu’il puisse le rejoindre. Mais pour donner son anneau, il aurait fallu que le guerrier mage puisse libérer sa main… Comprenant qu’il n’en viendrait pas à bout ainsi, Lothringen, au prix d’un violent effort sur lui-même, se redressa de toute sa hauteur, puis lâcha la main vengeresse, abandonnant à sa furie son visage découvert. Il jeta en arrière, dans la direction de la porte, l’anneau pris à son doigt. Et il incanta…


    Lothringen = = > projectiles magiques = = > main de vengeance

    Cinq projectiles vinrent frapper la main de plein fouet, créant des brûlures brunâtres au point d’impact. Mais il en fallait davantage pour la ralentir. La main rampa sur le visage, cherchant les yeux mal protégés par les paupières plissées à l’extrême. Les ongles commencèrent d’en déchirer la commissure, sans parvenir encore à piéger le globe oculaire sous leurs crochets…


    Lothringen = = > flèches enflammées = = > main de vengeance


    La main s’embrasa et commença de relâcher son étreinte. Les tendons, les nerfs, les ongles même, soumis à la forte brûlure des flèches magiques, se mirent à se racornir, tandis que la peau s’effilochait en lambeaux de chair calcinés. Encore une fois…

    Lothringen = = > flèche acide de Melf = = > main de vengeance


    Dans un éclair de lumière verte, la main se relâcha brusquement, tandis que les tendons des différents doigts se décomposaient sous l’acide… Lothringen arracha la main d’un geste rageur, la précipita au sol et, toute gigotante qu’elle fut, la coinça sous son talon. Par la suite, la main subit encore plusieurs soubresauts à chaque poussée d’acide, puis s’immobilisa tout à fait, viande désarticulée qu’aucune magie ne pourrait plus mouvoir efficacement...

    Immobile, les yeux sanglants, le semi-drow mit quelques temps à reprendre son souffle, songeant avec un certain plaisir qu’Algernon allait avoir quelque difficulté à incanter correctement, maintenant qu’il était manchot.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  12. #12
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    Chapitre XII : le dernier rempart

    Perdant du sang en abondance, meurtri jusque dans sa chair, affaibli par l’hémorragie, mutilé Algernon recommença à incanter. Il avait toujours su que ce don d’incantation statique qu’il avait passé des années de sa vie à acquérir lui serait un jour utile. Il ne cherchait qu’un adversaire pour en faire usage, un adversaire faisant sortir le meilleur de lui. Le meilleur d’entre tous. Et il lui ressemblait d’une certaine mesure. Tout ce qu’il n’était pas. Son exact contraire, comme un reflet dans le miroir. Les autres élus des sables du temps avaient été tout autres et indignes d’intérêt. Il les avait supprimés sans aucun état d’âme. Mais Lothringen … Il se félicita de l’avoir rencontré en dernier, au moment où lui-même pouvait devenir le maître des sables du temps. Sa difficulté pour y parvenir, la souffrance qu’il endurait et qu’il faisait endurer le sublimait. Le héros martyr dans toute sa splendeur.

    Mais à présent, il lui fallait provoquer une autre boucle temporelle ou il allait mourir. Et il devait se donner le temps. Et ce sortilège devait le lui permettre. Même s’il savait que son adversaire pouvait à nouveau le contrer. Vite, faire vite !


    Algernon == > mur d’os === > Algernon

    Et sous les yeux médusés des gardes et de Lothringen, comme surgi du néant se forma soudain un mur d’os devant Algernon. Et derrière, une voix se fit entendre. Le mage fou était de nouveau en train d’incanter …
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  13. #13
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Chapitre XIII: Louée soit la dame...

    Algernon se lançait dans une incantation complexe, dont Lothringen ne reconnaissait pas bien les termes. Melaïn… objurgation… Ephay… Du nétherisse… Kefleth ! Le temps ! il cherchait à recréer une boucle temporelle ! Tandis que, l’adepte mort, les archers s’obstinaient à détruire une à une les protections du mage fou, que Darfnir, son anneau au doigt, se précipitait pour le rejoindre, Lothringen lança un sort de rapidité et contourna le mur pour aller chercher l’adversaire au corps à corps.

    Lothringen = = > rapidité = = > zone : Lothringen + Darfnir


    Affecté lui aussi par ce sort, Darfnir le rejoignit et, masse en main, voulut aider l’elfe noir à réduire à néant la peau de pierre.


    « Fais le taire plutôt ! »

    Surpris de voir le conseiller le tutoyer, Darfnir n’en eut pas moins assez de présence d’esprit pour s’exécuter sur le champ.


    Darfnir = = > silence = = > Algernon


    Par bonheur, le sort fit effet. On n’entendait absolument plus rien dans la zone, ni le crépitement des flammes sur les rares araignées de feu survivantes, ni l’entrechoquement des os sur le mur magique, ni les incantations du mage, ni le chuintement des flèches tirées par les gardes. D’un signe de main, Lothringen leur commanda d’arrêter. Il regarda attentivement le mage, pour vérifier que ce dernier ne possédait pas le don d’incantation silencieuse. Mais cela devait outrepasser le niveau d’Algernon, car, pour la première fois, Lothringen lut de la peur dans ses yeux. Cela ne dura pas. Presque aussitôt, le nécromancien retrouva cet infâme sourire qu’il arborait toujours après avoir commis quelque atrocité. Ou avant la suivante…
    Résolu à ne pas prendre de risque inutile, Lothringen lui trancha la gorge. Il regarda le sang goutter au sol, et le visage perdre progressivement son insupportable sourire, tandis que les yeux se voilaient…


    « Louée soit la Dame, je n’y croyais plus », songea-t-il.

    Le sort de toile d’araignée venant de dissiper, les gardes manostiens pénétrèrent un à un dans la pièce. Ils exécutèrent les quelques araignées invoquées qui cherchaient encore à les attaquer et contemplèrent le sinistre spectacle, à leur tour avalés par ce silence de fin du monde.

    Le conseiller était en un triste état. Du sang frais coulait encore de ses paupières mutilées, tandis que le sang d’un autre maculait à peu près tous ses vêtements. A ses pieds, le cadavre d’Algernon ne faisait pas meilleure figure, et c’est avec quelque horreur que certains remarquèrent la main calcinée du mage aux pieds du conseiller.

    Et toujours ce silence…
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  14. #14
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    Chapitre XIV : Silence de sang

    L’enfant que Lothringen avait aperçu avant le combat rouvrit la porte. Certains gardes, rendus nerveux par les derniers événements, le mirent aussitôt en joue, mais nul ne tirerait sans ordre.
    Le nouveau venu se mit à gémir et pleurer en voyant le corps d’Algernon. Dans ses yeux d’enfant, le semi-drow reconnut une étrange expression de haine pure…

    L’elfe noir ne pouvait détacher ses yeux de ce garçon qui hurlait sa douleur dans le plus grand silence. Il remarqua un bout de clef que ce dernier portait au poignet, attaché par une ficelle. Mais il ne l’approcha pas. Darfnir, quant à lui, mit le délai à profit pour fouiller le corps du mage, mais il ne trouva rien d’autre qu’un fragment de clef qu’il montra à Lothringen. L’exact complément du fragment que portait l’enfant. Pas de trace d’antidote…

    Le sort, enfin, se dissipa
    .
    --
    Un hurlement parvint aux oreilles du semi-drow. Un mot hurlé avec horreur, douleur et tristesse. Un simple mot répété inlassablement comme si l’enfant tentait de rappeler à la vie l’homme qu’il secouait encore, comme s’il n’avait pas vu le sang.

    « Père ! »

    Et des larmes amères coulaient, se mêlant au sang, délayant le vermeil. Les pleurs avaient couvert les crépitements, le bruit des bottes des gardes et celui de leurs armes. Dans ces lieux de mort ne résonnait plus que le cri. Et l’enfant regardait Lothringen comme s’il avait voulu le tuer par la simple force de son regard.
    --
    « Lâche-le, répliqua doucement le semi-drow, d’une voix lasse, tout en balayant le sang sur ses joues. C’est fini. Il ne reviendra pas. Plus tard, petit homme, tu comprendras peut-être que nous t’avons sauvé la vie. Il s’interrompit un temps. Sur ton âme, je l’espère. »

    Un soudain malaise s’était emparé des manostiens. Ces cris de désespoir n’étaient pas vraiment la musique dont ils avaient compté accompagner leur victoire. Après ce qu’ils avaient vu des crimes du mage fou, il leur était difficile de se représenter que l’enfant n’ait pas assez de jugeote pour comprendre qu’il n’aurait pas tardé à finir comme tel ou tel des adeptes… ou comme sa propre sœur.

    L’elfe noir, quant à lui, après avoir remis à son doigt l’anneau que lui rendait Darfnir, soutenait le regard haineux du garçon, sans mot dire - songeur. Un jour, peut-être, quand il ne se souviendrait plus seulement de ce carnage, cet enfant-là reviendrait se venger. Ça s’était déjà vu. Mais il pouvait aussi s’amender et devenir un paladin de légende dont Manost serait fière, pourquoi pas ? Il détenait son avenir entre ses mains désespérées.

    Embarrassé de ce silence qui perdurait, Darfnir annonça
    :

    « Si vous n’y voyez pas d’inconvénient, Conseiller, je demande à ce qu’il soit confié à la garde du Temple. »

    Lothringen hocha la tête en signe d’acceptation. L’helmite prit l’épaule de l’enfant qui, après une brève tentative d’échapper à son emprise, se laissa entraîner, pleurant toujours. Les gardes commencèrent de refluer avec eux vers la porte.

    A vrai dire, seule l’immobilité persistante du conseiller les empêchait de déguerpir de cet endroit maudit au pas de course. Mais il n’avait pas bougé. Ils s’arrêtèrent, n’osant partir sans lui. Très calmement, sans se retourner, il remarqua
    :

    -La clef.

    Un garde coupa la ficelle au poignet du garçon, prit le morceau que tenait le prêtre et vint les lui tendre. Ils s’emboîtaient. Lothringen alla ouvrir la porte au fond de l’alcôve
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  15. #15
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Chapitre XV: Sortis de l'enfer?

    Et la porte s’ouvrit sans aucune résistance, donnant sur une grande pièce. Ce qui frappa d’abord le regard du conseiller Manostien fut une immense tapisserie à l’effigie de Baine. Devant, un autel et un calice débordant d’un trop identifiable liquide vermeil. Un lieu de culte vraisemblablement. De part et d’autre, une étrange construction de pierres rouges sur laquelle trônaient trois artefacts brillants. Et au milieu, un coffret ouvert laissant voir deux fioles. L’antidote à n’en pas douter. Du moins, l’une des deux. Mais laquelle ? Une lettre était posée au dessus du coffre. Toujours cette écriture nerveuse et étrange. L’écriture du dément :

    « Mon très cher ami. Si tu lis ce message, c’est que tu m’as rendu à l’essence de Baine. Tu m’as permis de donner le meilleur de moi comme je t’ai permis de donner le meilleur de toi-même. Toi mon frère, toi mon semblable. Si tu savais à quel point nous sommes proches : deux idéalistes, deux rêveurs. Mais il fallait que seul le meilleur d’entre nous survive. Et ce fut toi.

    A toi donc tout ce que je possède. Je sais que la richesse ne t’attire pas. J’en ai donc fait don à mes adeptes chargés de répandre ma parole sur Helonna et Dorrandin. Tu trouveras surtout ce que – j’en ai l’intime conviction- tu souhaites le plus : mes artefacts. Tu es désormais le seul maître des sables du temps. A toi de changer ce monde qui s’ouvre devant toi.

    Et comme je suis bon joueur, voici l’antidote. Je me permets cependant de te soumettre cette épreuve. Dans l’une des fioles, une faible dose de produit mélangée à d’innocents grains de sable permettra de sauver. Dans l’autre, une double dose de ce même sable tuera instantanément. Etrange alchimie que le poison, n’est ce pas ? Une simple question de dosage et tout peut basculer. L’être humain est pour cela un poison bien complexe … Quel mélange choisiras -tu ? Personne à part toi ne saura faire la différence. Mais j’ai confiance en toi et je sais que tu feras le bon choix.

    Quant à mon dernier présent, il est de loin le plus beau. Mon fils Galaad. Encore dans l’âge tendre, si humain encore, si malléable. A toi de décider quel sera ton mélange. Que feras-tu de lui ? Peut être marchera-t-il dans mes traces ou dans les tiennes. Personne à part lui ne le saura… Et n’oublie jamais que tout n’est qu’un mélange de sable dur et de sable fin, ô maître des sables du temps
    »
    --
    Lothringen demeura un temps immobile, ne sachant que faire. Réfléchir, dans l’urgence, alors que votre visage n’est plus qu’un vaste champ labouré de douleur, que le sang vous bat aux tempes et que, au temple, non loin de là, on meurt de vous attendre. Ces artefacts, déjà. Tant de sang dans leur sillage. Mais à eux trois, même sans sa propre sphère, ils permettaient de créer des boucles temporelles bien trop dangereuses pour qu’on les laisse à portée de n’importe quel illuminé. Algernon n’avait-il pas parlé de ses adeptes sur Helonna et Dorrandin… autant de fous furieux prêts à le pourchasser sans trêve dans l’espoir de se réapproprier ces objets. Le semi-drow ouvrit le havresac qu’il prenait toujours avec lui afin d’y entreposer potions et ingrédients de sorts. Le sac avala les trois sphères. Il ne savait encore s’il devait les détruire. Ils avaient un pouvoir bien trop important pour de simples mortels : il pouvait « sentir » leur magie saturer l’espace, brûler ses doigts. Il ne ressentait plus cet aura maléfique que Dorson lui avait révélée… Sans doute était-il devenu assez fort pour maîtriser ces suggestions. Mais… Quand les dés sont jetés, est-on en droit de rejouer la partie ? Tymora aurait son mot à dire, sans doute. Il s’en remettrait à sa sagesse.
    Puis il s’approcha des deux fioles. Si Algernon disait vrai – et il semblait logique qu’il ait dit vrai – alors la fiole qui contenait des deux le moins de sable était la bonne. Mais il ne voulait pas jouer avec la vie des autres. Il emporta les deux. S’il en avait le temps, il les ferait analyser par les alchimistes. Il plia enfin la lettre et la fourra dans son pourpoint. Il regarda une dernière fois la salle, afin de vérifier qu’il n’oubliait rien. Ah si.
    Il balaya la coupe de sang et déchira d’un coup de dague la tapisserie, avant de la jeter sur l’autel. Puis il prononça une incantation qui l’embrasa:


    Lothringen = = > mains ardentes = = > tapisserie de Baine.


    « Que le feu te consume. Au nom de Tymora, je te rejette. Tu es vaincu pour cette fois. Ouste... »

    L’elfe noir rejoignit enfin ses compagnons qui attendaient dans la salle précédente. Il ferait revenir des prêtres munis d’eau bénite pour enterrer les morts et délivrer définitivement l’endroit de sa souillure. Ils auraient à faire.
    Pour l’heure, vite, au temple…

    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  16. #16
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    Chapitre XVI : Au commencement était la neige

    Ils étaient sortis de l’obscurité du théâtre, clignant des yeux en retrouvant la lumière. Dehors, la neige tombait à gros flocons. Elle avait recouvert le paysage de son éternel tapis blanc. Plus un son, plus une trace … Seulement ce tapis immaculé sur laquelle crissaient leurs bottes. Le renouveau, le calme après le sang et la fureur de la bataille. Un calme étrange régnait alentour comme si chacun retenait souffle. Des vies soudain suspendues, enfouies sous le manteau blanc. La pureté chassant le sang et les larmes. Et même le souvenir …

    La quiétude du temple de Helm fut troublée par l’arrivée du conseiller Manostien et des gardes. Les prêtres interrompirent leurs activités pour courir jusqu’à lui. Ses blessures étaient impressionnantes et il était couvert de sang. Ils l’entourèrent avec la ferme intention de le faire au moins s’asseoir et de le soigner.
    --
    Lothringen les écarta nerveusement, distraitement, d’un geste à chasser les mouches.


    « Je vous remercie, mais plus tard. Menez-moi à Althea. Comment va-t-elle ? Où en sont les alchimistes ? L’un d’eux se trouve-t-il dans les parages ? J’aurais deux autres fioles à leur faire examiner. »
    --
    L’un des prêtres avait étouffé une grimace et l’avait mené jusqu’à une chambre de guérison où elle avait été installée. Althea était allongée, tournée du coté de la fenêtre comme pour regarder la neige. Mais ses yeux étaient fermés. Ses cheveux défaits, collés par la sueur encadraient son visage plus pâle que jamais. Et la nuée de tâches rousseur marquant l’arrête du nez et la naissance des joues avaient presque disparu. Figée dans une immobilité qui ne lui ressemblait pas. Elle respirait d’un souffle devenu fragile, repliée sur elle-même à cause de la douleur. Elle ne ressemblait en rien à la jeune tête de mule, marchant sur les toits ou à la tête brûlée et insolente ne reculant devant aucune occasion de se mettre dans des situations impossibles. La fièvre n’en avait laissé qu’une ombre trop faible pour fuir les prêtres helmites qui l’entouraient, elle qui d’ordinaire les fuyait comme la peste.

    Elle ouvrit les yeux en entendant le pas de Lothringen. Quand elle le vit, son visage prit une expression horrifiée et elle tenta de se lever mais ses forces l’abandonnant, elle retomba sur le lit sans pour autant le quitter des yeux. Une larme roula doucement sur sa joue.
    ---
    Lothringen soupira, prenant une chaise. Par les dieux, elle était encore consciente. Il ne le dirait pas, mais un instant, il avait craint d’arriver trop tard.
    Il grimaça un sourire
    .

    -Je ne dois pas être très présentable, n’est-ce pas? C’était un rude adversaire. Il est mort à présent. J’ai rapporté deux fioles d’antidotes, mais il voulait jouer avec la bonne et la mauvaise, et je ne suis pas d’humeur à jouer. Les alchimistes de la guilde sont en train de les examiner.

    Il marqua un silence, désolé de voir la jeune fille en un tel état. Il posa à son tour son regard sur la neige au bord de la fenêtre. Un froid insidieux s’insinuait jusqu’aux os, en dépit du grand feu qui brûlait dans la cheminée.

    - Nous en aurons bientôt fini
    --
    Althea eût à son tour un petit sourire. Il était vivant, dans un triste état mais vivant. Elle avait fait son possible pour rester éveillée, pour être sûre de le voir revenir. Car elle savait qu’il reviendrait. Elle ne le dirait jamais mais elle avait en lui une entière confiance. Elle fit effort pour se redresser sur ses coudes et le regarda plus avant. Des griffures sur les joues et les paupières, des brûlures aussi …

    Le combat avait dû être rude. Elle voulut le chahuter un peu comme ils en avaient pris l’habitude mais son état interdisait toute plaisanterie. Et elle était si contente de le revoir. Alors, abandonnant toute dignité, oubliant même qu’elle avait en face d’elle un des conseillers de la ville, elle se jeta dans ses bras et se mit à pleurer.
    ---
    D’abord un peu embarrassé de cette jeune fille qui se pendait publiquement à son cou, l’elfe noir referma lentement ses bras sur elle. Et serra, sans lui reprocher ni son geste, ni ses pleurs, sans se soucier non plus du sang séché qui souillait généreusement les draps. Comme il avait eu peur pour elle, tout ce temps. Et ce n’était pas si souvent qu’on daignait oublier tout à fait ce qu’il était, d’où il venait. Il y vit un signe sûr de ce qu’il avait eu raison de demeurer à Manost, malgré sa déesse et malgré tout. Il avait donc, enfin, trouvé son lieu… Pour un instant, dans ces bras-là, il n’eut plus aucun doute.

    Quand le délégué des alchimistes revint, portant avec lui les deux fioles, il trouva Althea, Lothringen et les acolytes plongés dans le silence. Le mage eut un rictus gêné. Il tendit les deux fioles au conseiller, en précisant
    :

    « Nous avons tout essayé, mais impossible de discerner la moindre différence de composition entre ces deux substances. Sur vos indications, nous avons tenté sur des échantillons de repérer des écarts de concentration, mais rien. S’il y en a un, il est trop infime pour être à ce jour mesurable. »
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  17. #17
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Chapitre XVII: La musique des sphères

    « A ce jour »… La remarque fit tiquer l’elfe noir. Et si la réaction en cours ne devait aboutir au résultat désiré que plusieurs heures plus tard ? Algernon avait précisé que seul Lothringen pourrait distinguer les deux fioles, et le guerrier-mage n’avait aucune compétence que n’aient pas aussi les meilleurs alchimistes de la guilde… En revanche, il était « l’élu des sables du temps ». Et il détenait les quatre artefacts… Ce serait bien du mage fou que de le contraindre ainsi à employer le pouvoir des sphères.

    Il se leva, donnant ordre de prélever des échantillons des deux fioles et de les mettre à part. Il alla ensuite chercher sa propre sphère, qu’il avait cachée beaucoup moins loin qu’Algernon n’avait pu le croire, juste au cas où… à quelques rues de là. Puis il installa les quatre sphères sur une table, en recommandant aux prêtres de rester à bonne distance… De petites encoches sur leur socle paraissaient leur donner un ordre. Nord, sud, est ouest, mais aussi des chiffres de un à quatre. Il les regarda attentivement. Il n’avait jamais utilisé la sienne autrement que comme boule de divination, destinée à recueillir les visions lointaines, les scrutations. Qu’était-il censé faire ? La première fois qu’il avait entendu Algernon évoquer un tel pouvoir, il avait pensé qu’il délirait, ou bien que les boules devaient être piégées. Le mage dément avait néanmoins réussi à créer une boucle temporelle… En se penchant sur les boules, il vit.

    Il vit dans la première le visage d’un mage, vêtu selon une mode humaine archaïque, qui incantait en nétherisse ancien…

    Il vit dans la seconde un tremblement de terre brusquement interrompu, et de minuscules personnages qui couraient à reculons, accomplissant à toute vitesse des gestes qui n’avaient plus grand sens accomplis dans cet ordre-là…

    Il vit dans la troisième un autre mage, une autre incantation…

    Et, dans la quatrième, un enfant - roi, assiégé dans son palais, qui prenait des membres et de la barbe et qui grandissait à vue d’œil…

    Lothringen observa attentivement la scène de la troisième sphère, qui se reproduisait à l’envi. Il remarqua à une éraflure à sa surface que c’était celle que lui avait offerte Dorson. Curieuse ironie que cet acharnement de ses ennemis à contribuer à l’accroissement de ses pouvoirs…

    L’elfe noir se redressa, se concentrant. Il fallait qu’il parvienne à choisir le moment désiré… Quelques temps après le coucher du soleil, sans doute.

    Il incanta comme il l’avait vu faire au mage nétherisse… Le sort était long et complexe. Il avait l’impression de se frotter à une magie étrange, venue du fond des âges. Il se souvenait avoir appris que la magie de ce temps-là était plus puissante qu’à présent, parce qu’elle était "entière"… Que se produirait-il quand il aurait fini ?

    Au terme de l’incantation, il se sentit envahi par un flux de magie d’une formidable puissance, qui lui coupa le souffle et le précipita en arrière. Il sentit qu’une distorsion temporelle s’était effectivement créée, enveloppant Manost et sa région. Dans l’ensemble de la cité, les citoyens regardèrent un instant l’ombre qui gagnait et les derniers rayons qui sombraient dans la mer : le soir était tombé bien vite, ils n’avaient pas vu le temps passer… et ils retournèrent à leurs tâches.

    Dans la pièce, les prêtres regardaient Lothringen avec une mine réprobatrice, comme s’ils devinaient qu’il avait joué avec des puissances qui le dépassaient. Presque inconsciente, Althea se tordait sur le lit, sentant que le poison s’acharnait sur elle avec encore plus de virulence. La fin approchait.

    Sur l’étagère où elles avaient été déposées, deux fioles étaient identiques, tandis que les deux autres avaient mué de couleur, s’assombrissant. Le sable enchanté s’était multiplié au fil des heures… Lothringen prit une des fioles les plus claires et l’approcha des lèvres desséchées d’Althea.

    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  18. #18
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    Chapitre XVIII : un serment ....

    Elle avait bu, aux limites de la conscience. Un filet de sang avait perlé lentement de son nez. A part cela, aucun mouvement. Elle retomba sur le lit, la respiration pressée et oppressante. Elle s’était laissé le temps de reprendre son souffle autant que la douleur le lui permettait. Elle avait mal, atrocement mal et luttait pour ne pas perdre connaissance. Cette fois, elle le savait, elle ne se réveillerait pas. Elle ne quitta pas des yeux Lothringen dont la présence la rassurait plus que tout autre. Elle l’avait connu en tant que conseiller, il était devenu son repère, la remettant en place quand elle perdait le nord. Il avait été le seul à savoir lui faire entendre raison, avec ses piques mais cette humanité qui avait toujours été la sienne. Elle l’admirait et le respectait. Et même, elle éprouvait pour lui une certaine tendresse … Mais loin d’elle l’envie de l’avouer. Ne jamais montrer ses faiblesses. Et Agrippa risquait d’être jaloux …

    Une heure s’écoula sans que rien ne se passe. La douleur n’avait pas reflué mais n’avait pas empiré non plus comme si le poison était en sommeil. Etait ce une rémission ou simplement un palier avant la mort ? Rien ne permettait de le dire. Elle s’était redressée et avait appelé doucement Lothringen qui s’était penché. Elle lui avait murmuré doucement, autant que ses forces purent le lui permettre
    :

    « Si les choses ne tournaient pas en ma faveur, pourriez vous donner mon médaillon à Agrippa, le conseiller aux affaires religieuses qui doit venir ces jours-ci ? Pourriez vous lui dire que … Non, ne lui dites rien, il comprendra … »

    Ses pensées s’éloignèrent soudain, la ramenant à d’autres temps, autres lieux. La dernière nuit de Selden, sa lente agonie. Elle était restée près de lui jusqu’à son dernier souffle sans rien pour le soulager. Il avait enduré la peur et le martyr. Elle avait souffert avec lui jusqu’au matin. Chaque cri avait été le sien, chaque larme, chaque râle … Elle s’était promis de ne jamais vivre cela …

    « [color=#8470FF ]… Et si l’antidote s’avérait inefficace. S’il n’y a aucun autre moyen … Je … Tuez moi … Mais ne me laissez pas souffrir … Pas pour rien … Je sais que je ne devrais pas … Mais il n’y a qu’à un … ami que je pourrais demander cela. Je … pardonnez moi[/color] … »

    Les mots avaient dépassé sa pensée. Elle ne s’était pas rendu compte de l’ampleur de ses mots, ni même d’avoir associé le mot « ami » à Lothringen. Cela était venu naturellement.
    ---
    Il ne l’avait même pas remarqué. A la demande que venait de lui faire Althea, lui aussi revoyait d’autres temps, d’autres lieux : les ténèbres d’une galerie des profondeurs, six ans plus tôt. Et une autre agonie. Encore un humain. Gythris… Un jeune adolescent terrassé par le poison des araignées, qu’il avait regardé mourir, dont il avait mesuré l’affaiblissement en voyant s’amenuiser peu à peu son rougeoiement dans l’infravision, dont il avait pu observer chaque rictus et chaque crispation, souffle après souffle, jusqu’au dernier râle. Il avait observé dans les ténèbres et le silence, inutile témoin, impuissant à le sauver comme à abréger ses souffrances : ils n’avaient pas la moindre arme sur eux. Même si les dernières paroles de son ami n’avaient pas peu fait pour l’apaiser, même si celui qui s’est sali les mains d’un tel acte en porte toujours trace… Cela ne devait pas se reproduire. Il ne laisserait pas Althea, ni quiconque, souffrir la mort une seconde de plus que nécessaire, s’il le lui demandait
    .

    « Vous avez ma parole. » Il fit un effort pour sourire. « Vous avez ma parole mais gardez vous du désespoir. Qui saurait dire à quel moment toute chance est perdue ? Si l’antidote ne vous a pas encore tuée, alors c’est que c’était le bon. Je ne vous l’aurais pas donné si j’avais eu le moindre doute… » Il prononçait ces mots mais il n’en croyait rien, le cœur rongé par l’inquiétude. Il avait cru prendre les bonnes décisions. Se serait-il trompé ?
    Alors recommença l’insupportable attente…
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  19. #19
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Chapitre XIX : Le début des ennuis... (Epilogue)

    A bout de force, elle avait fini par s’endormir sans s’en rendre compte. A côté, les prêtres étaient finalement parvenus à convaincre Lothringen de se laisser soigner. Et avait commencé l’attente. La nuit était complètement tombée et les flocons de neige continuaient de tomber dans l’obscurité. On devinait leur incessant ballet à la lueur des lanternes. Demain, des enfants joueraient, feraient des boules de neige, insouciants. Les badauds iraient passant sous leurs grands manteaux, faisant leur possible pour ne pas glisser, ignorant tout du drame qui s’était joué à quelques mètres d’eux. On avait remonté le temps, on avait assassiné et combattu, on avait souffert, on avait répandu le sang, on avait saigné, on était mort et on avait tué … Cela pour un idéal …

    Et dans cette obscurité se cachaient peut-être les disciples d’Algernon, amoindris par la perte de leur maître. Ils se réorganiseraient bientôt et partiraient en chasse. Bientôt, peut être tout recommencerait. Mais pour le moment ne restait que l’attente. Et l’aube se leva. Lumière fragile terrassant à nouveau les ténèbres. Et les flocons immaculés tombaient encore. La lumière était entrée par les fenêtres du temple. Et, allongée sur son lit, Althea contemplait la neige.

    --

    Au palais des Murmures, une aube nouvelle rosissait les toitures, filtrée par les flocons silencieux qui dansaient sans discontinuer sur la ville assoupie. Un nouveau jour en robe blanche. La rencontre des boucliers était passée, et le travail reprenait ses droits sur le palais. Dès qu’il avait vu sans erreur possible qu’Althea était en voie de rémission, Lothringen avait discrètement quitté le temple afin de retrouver ses pénates. Non qu’il ait eu le moindre espoir de s’endormir après ce qu’il venait de se passer…

    Il contempla une fois de plus les quatre sphères multicolores sur la table de sa bibliothèque. Qu’en faire ? Leur pouvoir n’était pas chimérique, comme ils en avaient fait l’épreuve. Il pouvait cependant sentir qu’il n’était pas infini, et qu’à chaque utilisation il faiblissait un peu. Viendrait un jour où ce ne seraient plus que de simples boules divinatoires inoffensives. Néanmoins, il était presque surpris qu’aucune deva ne soit encore intervenue pour détruire les artefacts et le foudroyer pour son audace. On ne l’avait pas fait non plus pour Algernon. Cela dit Nétheril en son temps avait payé très cher son arrogance... Peut-être s’attendait-on à ce qu’il prenne lui-même la décision…

    Mais l’elfe noir ne parvenait pas à se décider. S’il avait encore été helmite, il aurait su quoi faire : il se serait hâté de détruire des artefacts qui bouleversaient l’ordre des puissances, ces témoignages de l’arrogance des mortels. Algernon n’avait pas tort. En se servant à l’envi de ces sphères, on pouvait espérer tromper la mort… Pour un temps. Et ses adeptes qui n’allaient pas tarder à courir à nouveau après cette chimère.
    Il avait prié, longtemps. Murmuré à maintes reprises le nom de sa déesse, afin qu’elle le conseille en cette heure de doute. Après tout, le pouvoir de ces sphères pouvait aussi sauver des vies…Ce n’était pas en soi une magie maléfique, ni corruptrice pour qui s’y connaissait un peu, à quoi bon se refuser un moyen d’agir ? Mais elle n’avait pas répondu. A l’aube, alors que la fatigue lui fermait presque les yeux, il avait cru surprendre comme une image mentale de sourire bienveillant et moqueur, qu’il avait aussitôt reconnu avec enthousiasme. Il avait alors compris que sa déesse l’avait entendu, qu’elle se taisait à dessein et il n’y aurait pas d’autre réponse que celle qui viendrait de lui-même. Il en resta proprement stupéfait : comment pouvait-elle donc lui faire confiance sur un tel sujet ? Comment pouvait-elle accepter de s’en remettre à son jugement de mortel ?
    Et pourtant c’était ainsi. Tymora ne lui dictait rien, lui laissant le choix d’accroître sa puissance s’il pensait pouvoir en assumer les conséquences. Elle ne doutait pas de sa sagesse, elle ne blâmait pas son audace : elle était la déesse de la chance, de la confiance en l’avenir, celle qui libère et celle qui croit. Ceux qui se donnent des lois pour lisière sauraient-ils marcher sans leur aide ? Ils se défient d’eux-mêmes, s’inventant des entraves pour mieux tenir debout. Etait-ce donc là la meilleure façon d’avancer? Lothringen sourit enfin, car sa décision était prise. Il n’aurait pas peur de grandir. Au jour choisi, si le besoin s’en faisait sentir, il ruserait avec le destin.

    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  20. #20
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    Bon, ben voila un post surprise. Déja, merci d'avoir participé à la quête, ça a été un plaisir de te torturer. En espérant que tu as pris autant de plaisir à jouer que j'ai eu à te tor... meujeuter . :fleur: On recommencera bientôt j'espère
    Mais nous avions oublié les récompenses :fleur:

    - Lothringen devient le maître des sables du temps (il peut remonter ou avancer le temps à condition d'avoir tous les artefacts sous la main dans le bon ordre. Nb : il ya peut être un nombre de fois limité et peut être un risque à les utiliser de nouveau)

    - Il se retrouve aussi avec une secte de fanatiques à ses trousses (qui le prendront peut être pour leur gourou)

    - Il possède maintenant la recette d'un poison assez efficace

    - Il gagne un point de sagesse et un point d'intelligence (utile pour les mages non ?)

    - Il gagne aussi 1 point aux jets de sauvegarde contre la terreur et le poison ... et bien sûr, des points d'XP (genre le même qu'on a en tuant Irenicus )

    - Il gagne soit une sorte de disciple, soit un ennemi juré (selon le dosage) :notme:

    Voila, c'est tout :fleur:

    Et bravo encore :fleur:
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

Discussions similaires

  1. [SOLUCE] Temps de quête dépassé à Ust Natha ?
    Par centelm dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 8
    Dernier message: 29/05/2006, 21h47
  2. [Thématique] Voyages dans le temps ...
    Par Althéa dans le forum Le cabinet littéraire et B.D.
    Réponses: 11
    Dernier message: 19/05/2006, 01h44
  3. [CFA] dans l'abîme du temps
    Par Sir Alexander dans le forum Le cabinet littéraire et B.D.
    Réponses: 0
    Dernier message: 19/01/2006, 03h21
  4. [TD] [Quête] Solitude dans la plaine
    Par sahmaz dans le forum Les Archives du Cartographe
    Réponses: 2
    Dernier message: 02/06/2005, 16h07
  5. [Quête] La mort dans l'âme
    Par Perdigan Foxglove dans le forum La Forêt de la Lorien
    Réponses: 24
    Dernier message: 17/10/2003, 20h01

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236