Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: [RP] Le Grand Ralliement

  1. #1
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages
    1 258

    [RP] Le Grand Ralliement

    Les faits qui sont relatés dans ces chroniques se déroulent dans une période extrêmement sombre de l’histoire de Manost. Ceux-ci ont eu lieu après les événements de Château-Zhentil qui finit par lever le voile sur le mystère qui entourait Liachtu Xvim : Baine était ressuscité. Mais ce ne fut pas lui qui fut à l’origine des maux qui frappèrent Manost, mais une autre puissance tout aussi dangereuse…




    Après les événements de Château Zhentil, il semblait que Manost pourrait pouvoir enfin goûter à la paix et à la sérénité à laquelle elle aspirait depuis longtemps déjà. Malheureusement il est des sombres périodes où le destin s’acharne contre vous. Il sembla qu’au lieu de permettre au calme de revenir, les événements de Château Zhentil incitèrent certains à passer à l’action et profiter de la fragilité de la cité bénie. Car il est vrai, la situation était assez précaire, tant sur le plan de l’autorité avec les absences répétées des conseillers, qu’au niveau du moral de la population.

    Inexplicablement, la famine s’installa. Les récoltes qui s’annonçaient pourtant bonnes étaient catastrophiques. Manost se portait mal et ses dirigeants trop souvent absents donnait l’impression à la population dès lors complètement désorientée de ne plus avoir d’interlocuteurs pour ne serait-ce que réclamer des solutions face à ce fléau. L’état de déchéance dans lequel ce désastre l’avait poussée rendait la ville des plus sinistre. La faim faisait passer certains Manostiens de la colère à la folie tandis que d’autres agonisaient dans les rues de la cité où leurs supplications n’évoquaient plus que des gémissements. Ce fléau frappa si soudainement et de façon si inattendue que peu possédaient dans leur réserves les vivres nécessaires pour tenir longtemps. Les Helmites à cours de ressources affluèrent des quatre coins des terres manostiennes pour converger vers Manost. Rapidement, les pêcheurs ne purent répondre au besoin de toute la population de Manost, grossie par l’exode. Tous les navires qui pouvaient l’être furent envoyés en mer pour la pêche et l’entraide s’organisa au sein de la population.

    Cette famine n’était pas sans rappeler à ceux qui l’avaient connue la grande famine d’Armonis, qui avait marqué la chute du culte de Helm dans le nord du continent où Talos était à présent maître. Et déjà, profitant du fait que la colère de la population la rendait plus encline à croire leurs affabulations, certains entamaient des récits prophétiques annonçant la fin du culte de Helm sur le continent, jouant sur l’analogie avec la famine d’Armonis et clamant que certains dirigeants de Manost avait quitté la ville pour mieux fuir la punition divine qui s’abattait. Ces détracteurs représentaient un réel danger pour la stabilité de Manost à tel point que la garde dut intervenir plusieurs fois, ce qui en fait, semblait donner raison à ces calomniateurs aux yeux de la foule, toujours plus nombreuse, des mécontents. En réalité, jamais Manost ne fut autant au bord de la révolte populaire qu’à ce moment.


    Chacun à leur tour, les conseillers refirent leur apparition dans la cité à cette heure où Manost offrait un spectacle de déliquescence qu’elle n’avait jusqu’alors jamais connu. Car contre cette famine, ni les hautes murailles de la cité, ni la puissante magie de sa guilde, ni la force de sa garde ne pouvait faire quoi que ce soit. C’est à peine si les conseillers se portaient mieux que leur ville. Le Grand Emissaire n'était plus qu'un mort-vivant, une ombre de lui-même et dont l'âme tourmentée risquait de les mettre en danger plus qu'autre chose. Le dirigeant du Coeur radieux et conseiller de Manost, Wookiee Al Kashyyk était devenu aveugle et ce handicap était une déchirure pour lui, qui ne se considérait plus dès lors que comme une charge supplémentaire pour ses amis. Quand à Egrevyn Berrak et Folken, le poids des voyages et des lourdes charges à assumer les avait épuisés. Les nobles carrures des dignes conseillers de Manost n'étaient plus qu'un souvenir bon pour les peintures qui ornaient les couloirs du palais, car ceux qui se réunissaient aujourd'hui courbaient l'échine, à cause du fardeau d'une époque où Manost semblait ne plus pouvoir connaître la paix. La réapparition des dirigeants permit, sur le moment, de faire taire la foule, leur simple présence étant une preuve suffisante pour mettre fin aux fausses rumeurs.


    Malgré la piètre image que les conseillers montraient, tous voulaient croire que le temps reviendrait où Manost, sa population et les Helmites du continent retrouveront la tranquillité d'une vie simple. Mais avant, il restait tant de travail, tant de préoccupations, tant de questions auxquelles il fallait donner des réponses. Des réponses, le conseil en eu autant que de nouvelles questions lors de cette réunion extraordinaire. Pour la première fois depuis longtemps, la Rashémi sortit de l’exil afin d’intervenir dans les affaires du continent. Aux travers de propos énigmatiques, la sorcière permit aux membres présents dans la salle de mettre le doigt sur l’origine de la menace, notamment grâce à l’aide de Morgana Le Fay, qui avait accompagné Egrevyn Berrak dans son long voyage de retour. La vérité apparaissait à tous mais les perspectives n’étaient guère rassurantes car le malaise qui poussait Manost vers sa fin tel un navire aux abois porté par les vagues vers des écueils mortels n’était autre que l’œuvre de la terrible Dame de l’Ombre, Shar.
    Et si cela expliquait bien des choses, les solutions se faisaient absentes. L’espoir vint de l’elfe Banshee Sangdelune, maîtresse de la Vierge d’Argent, qui partagea ses connaissances à propos d’un calice appelé le Fis'Nuyr, héritage puissant de sa race, mais dont la trace avait disparu depuis longtemps. C’était maigre, mais c’était suffisant pour que les Manostiens essaye cette chance. En réalité, c’était sans doute l’unique chance qu’ils avaient de sauver Manost.


    La foule devant le palais avait fortement grossi, dans l’expectative et la tension avait atteint son paroxysme. De nombreux cadres de la cité étaient présents sur la place attendant sagement l’issue de la réunion. Les conseillers refirent leur apparition sur le parvis du palais, dominant quelque peu la place, vers lequel désormais les regards se tournaient. Dès que les portes se rouvrirent, le silence tomba, seulement perturbé par le long grincement des portes alors qu’elles laissaient ressortir les conseillers. Ce fut la voix spectrale du Grand Emissaire qui jaillit pour rompre le silence.

    - Helmites, Manostiens, mes frères ! La famine qui frappe notre contrée ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir à archiver dans la bibliothèque déjà bien remplie de nos victoires passées. Les Lathandriens à qui nous avons demandé de l'aide seront certainement bientôt là pour nous ravitailler. Enfin, vous pourrez manger à votre faim ! Mes amis, nous avons étudié toutes les possibilités et les solutions pour sortir notre pays de cette situation. Il se trouve que l'espoir existe, un calice elfique du nom de Fis'Nuyr aux pouvoirs fantastiques rendraient à Manost la prospérité qu'elle a connu !

    Un cri sortit de la foule : « Légende ! », aussitôt suivi de murmures trahissant le doute qui venait de gagner la populace réunie.

    - Ce n'est pas une légende, ce calice existe vraiment. Il a été perdu et oublié, mais je suis prêt à vous jurer par Helm que nous le retrouverons, pour le salut de Manost !

    Des acclamations plus enthousiastes jaillirent de la foule. Elle n'était pas dupe, elle savait que l'espoir était maigre, mais il existait et cela suffisait... pour le moment.

    - Manostiens, nous allons former des groupes afin de partir en quête de ce calice, et nous reviendrons triomphants ! Brandissant l'objet convoité qui sauvera notre contrée. En attendant, le prévôt des marchands prendra la direction économique de la ville et assurera le ravitaillement régulier en vivres des villes helmites. Je suis conscient que vous demander de patienter après tant d'épreuves est une chose difficile à accepter mais c'est le seul moyen, et nous y parviendrons ! Le vigilant ne laissera pas sa cité tomber dans une telle décrépitude ! Pour Helm et pour Manost !

    La foule requinquée repris la dernière phrase en hurlant. La fierté renaissait dans leur coeur, le nom de Helm suffisait à faire des merveilles dans cette cité et les renforts qui ne tarderaient pas à venir ravitailler la ville, finalement, la situation n'était pas si désespérée... Et pourtant…

    Maintenant que tous savaient quelle était la quête à accomplir, les groupes ne tardèrent pas à se former d’eux-mêmes. Car il y avait tant d’endroits sur Toril où pouvait se cacher l’artefact de tous les espoirs qu’il était probable que les aventuriers qui avaient fait le choix de se lancer dans cette quête pourraient parcourir pendant 10 ans les immenses terres de ce monde avant de trouver le moindre indice.

    Les dirigeants, engagés dans différents groupes, devaient de nouveau quitter Manost, la laissant aux soins de Jan Foudreroche, maître d’Eric ZEGod, comme responsable économique. Chacun prit le temps de parfaitement s’équiper et de régler les dernières affaires. Les adieux n’étant pas les moindres. Il y avait quatre groupes principaux, chacun avec une destination différente. Mais une autre catégorie de personnes avaient rejoint Manost, pour de toutes autres motivations : les mercenaires. Attirés uniquement par l’appât du gain ou du pouvoir que pouvait engendrer le calice elfique, ils représentaient autant un atout qu’un danger dans cette quête pour le calice.

    C’est ainsi qu’un premier groupe, composé du Haut Prélat du Noble Ordre du Cœur Radieux Wookiee Al Kashyyk, du jeune voleur Cyric, du mage Lionel Trell, du guerrier et garde manostien, Rodiriguez, de l’archimage Eloern, d’un homme extrêmement mystérieux qui se faisait appeler Almogoroth et du Grand Emissaire Ravestha prit la direction du Bosquet des Pierres.

    Le second comprenait Oblivion le mage, Dame Céleste, femme du conseiller ZEGod, Banshee Sangdelune, la Dame de la Vierge d’Argent et un homme qui semblait ne plus quitter Banshee, Grenouille, ainsi que la nain Angus, le vampire Sakasse, mari de Banshee, Nathiel Ecthelion seigneur de Melandis venu car il considérait que la menace de Shar était trop importante aussi pour sa cité et Djecks le barde, lesquels devaient se rendre à Lunargent.

    Le 3ème était constitué du Capitaine de la garde et maréchal du Cœur Radieux, Hugues de Breizh, du conseiller Egrevyn Berrak, Morgana Le Fay sorcière et proche amie du conseiller Berrak, Sixtine Ombreclaire grande Prêtresse d’Angharradh, le bretteur Reyan De Kercian, d’un autre conseiller et paladin : Eric ZEGod et une nouvelle Manostienne : Erszebeth, une voleuse/mage vampire. Ce groupe tint à se rendre à Cojum pour obtenir le maximum d’informations sur le calice.

    Enfin, un dernier groupe avait dans ses rangs le conseiller responsable de la Défense, Folken, le bretteur 7g2, le mage Ravny et sa marmotte Kouic, Felia l’ambassadrice manostienne, Gothmog le balor et capitaine de la garde manostienne et Elvin. Ils devaient se diriger vers la deuxième cité majeur des territoires helmites et manostiens : Paymill.

    Et voilà que tout Manost se mobilisait pour se sauver, tandis qu’invisible, mystérieuse et sournoise, l’obscurité infiltrait la ville autrefois resplendissante. Même les murs blancs d’enceinte se ternissaient, comme le symbole d’une ville, d’une contrée, d’un culte qui meurt sous les coups furtifs de l’ennemie des Ombres. Ce dont personne ne se doutait, c’est que Shar n’était pas la seule à avoir choisi Durrandin semer le chaos.

    Un à un, les groupes prirent la direction de leur destination respective, sachant pertinemment qu’énormément de choses était en jeu, la survie de Manost mais surtout la vie de milliers de personnes, celles que la famine n’avait pas encore tuées. Heureusement, les vivres promis par Luménis ne tardèrent pas à arriver et le ravitaillement se fit régulier pendant les premiers jours afin de subvenir au maximum aux besoins de la population manostienne.

    Comme les Helmites l’espéraient, les Luméniens répondirent à leur appel à l’aide. Un émissaire fut reçu par la présidente de la grande cité qui s’engagea à envoyer des vivres aux Manostiens dans les plus brefs délais. L’alliance que formaient les deux cités prit tout son sens à ce moment… mais ce devait être le dernier témoignage de sympathie entre eux. Jan Foudreroche gèra à merveille les opérations et imposa un rationnement mais il était évident qu’à long terme, la cité ne pouvait rester dans cette situation de dépendance. Surtout que les réserves de Luménis n’étaient pas inépuisables et les tarifs se feraient de plus en plus élevés malgré la bonne volonté du gouvernement de la capitale d’Helonna. La situation perdura ainsi, le temps passant, les prières pour la réussite de ceux partis en quête du calice se faisaient plus fortes…jusqu’au jour où le convoi prévu n’arriva pas.

    Le premier groupe fut aussi le premier à rejoindre sa destination. Deux jours après avoir quitté Manost à l’aube, il commença à traversa la Cordillère du Faucon à la seule lumière de la pleine lune lors de leur 3ème nuit, ne faisant qu’une courte halte dans la tour de vigie, aux soldats toujours alertes, où chacun se reposa un tant soit peu. Les compagnons quittèrent la tour, et reprirent la route avant que les premiers rayons de soleil viennent caresser le sommet des montagnes. La cordillère ne fut derrière eux qu’à la fin du 7ème jour, l’étroitesse de certains passages dans les montagnes rendant la progression difficile pour un groupe et encore plus pour des chevaux.

    C’est sans encombre qu’ils rejoignirent l’entrée du bosquet, réputé pour être un endroit mystérieux et mystique. De nombreuses histoires de tavernes circulent dessus et l’on dit que jamais personne ne réussit à en pénétrer le cœur. Ceux qui avaient tenté s’étaient simplement – et inexplicablement – retrouvés à l’orée du bosquet. Et les Manostiens n’étaient pas sans connaître cette légende concernant un gardien qui protège le bosquet contre toute intrusion malveillante.
    Les aventuriers auraient l’occasion de vérifier la véracité ou non de toutes ces rumeurs, ils se tenaient à présent devant la grande étendue d’arbres. Le bosquet pouvait en effet se prêter à toutes sortes d’histoires toutes plus fantaisistes les unes que les autres, car l’atmosphère qui entourait ce lieu était étrange. Appréhender ce qu’il dégageait était semblable au sentiment qui vous habite lorsque vous pensez avoir saisi quelque chose et l’instant d’après réaliser que ce n’est pas le cas. Les sensations qui émanaient de ce lieu se voulaient attirantes mais fuyantes et furtives.
    Le groupe se dirigea vers le seul sentier visible, qui se perdait rapidement dans les profondeurs du bosquet, trop mal éclairé par les rares rayons qui perçaient le feuillage des arbres. C’est alors qu’une jeune femme apparut au début du sentier. Ses paroles, plus légères qu’un murmure et paradoxalement parfaitement audibles, contrastaient avec sa façon de s’exprimer, car elle demandait le départ immédiat des nouveaux visiteurs du bosquet. Naturellement, parfaitement déterminé à aller au bout de leur quête, le groupe ne cilla pas et affirma fermement sa volonté de continuer dans le bosquet. La si belle jeune femme laissa alors place à un Troll érudit, visiblement irrité et lui aussi déterminé à ne pas laisser entrer ses interlocuteurs. Le groupe fut obligé d’engager le combat contre le sorcier Troll, redoutable adversaire. Il fut finalement vaincu au bout d’un combat long et âpre, où l’animosité entre Ravestha et Almogoroth ne fit que croître. Sur cet épisode, Ravestha devait écrire plus tard :

    « C’est bien plus tard, quand cette tourmente qui m’envahissait s’eut évanoui, et que je revoyais le chemin parcouru lors de notre quête, que je compris à tel point je représentais un danger pour les autres. Je devenais faible, non pas que je perdais mes capacités à combattre – mon état de mort-vivant me procurait même de nouveaux pouvoirs –, mais ma tête devenait faible, mon cœur devenait faible et mon âme semblait déjà quitter le chemin de la raison pour l’errance de la folie. La raison vint du plus inattendu de mes compagnons. Almogoroth, comme il se faisait appeler, cavalier sombre aux nombreux mystères, me rappela fermement que mon devoir devait passer avant toute chose, selon les principes de mon Dieu, avant même la vie de cette créature et de celles qui vivaient cachées dans ce bosquet. Il avait raison, mais je m’enfermai dans mon tort. Le mal qui me rongeait semblait aussi apparemment s’attaquer à la confiance que je portais en mon Seigneur et Dieu. Etait-ce Shar ou le fantôme qui délabrait ainsi ma foi ? Ou était-ce simplement moi qui m’était trop éloigné des préceptes de mon Dieu. Je prie pour que non, mais je n’aurai sans doute jamais la réponse. »

    Ravestha


    C’est ainsi que les compagnons pénétrèrent dans les profondeurs du bosquet, à la recherche de réponses.



    Aux alentours du 9ème jour après l’envoi, le convoi de ravitaillement des Luméniens n’arriva pas. Au début, on cru à un simple retard et l’organisation mise en place par Jan Foudreroche permit de faire face. Mais le retard s’éternisa, si bien que le 10ème jour, on ne fut pas surpris de ne pas voir un autre convoi de ravitaillement de pas arriver mais en revanche, l’appréhension gagnait de nouveau la cité. Des émissaires furent envoyés vers Luménis en quête de réponses. Le 11ème jour, on ne savait plus si l’on devait attendre les Luméniens et c’est alors qu’en milieu de journée, des voiles firent leur apparition à l’horizon. Tous espéraient qu’ils s’agissaient des Lathandriens qui ramenaient les vivres si urgents.
    Mais lorsque l’un des officiers, longue-vue à la main annonçait que le navire était aux couleurs de Helm, les réactions divergèrent. Joie, espoir mais aussi peur et inquiétudes quand aux nouvelles que ce navire pouvait apporter.
    Mais le bateau ne faisait pas partie de la flotte manostienne, son armature évoquait plus les grands bateaux de la côte des épées. Lorsqu’il s’amarra au port, les hommes se présentèrent comme des Helmites de la Porte de Baldur, annonçant l’arrivée sous peu d’autres navires comme le leur, transportant des victuailles à l’instar de celui-ci, expliquant qu’ils avaient été dépêchés dès que la nouvelle de la famine à Manost était arrivée. Cette annonce fut un énorme soulagement pour tous qui imaginaient déjà un rationnement encore plus important.

    Le groupe guidé par l’elfe de lune Banshee Sangdelune réussit à trouver un navire ralliant Eauprofonde au bout d’une longue errance sur les quais du port qui sembla durer une éternité pour elle. Peu avant d’embarquer, le groupe fit la connaissance d’un berbère nommé Khalid Al Rachid qui leur fit part de son souhait de s’engager à leur côté. Il fut rapidement admis au sein du groupe qui s’engagea alors sur la « Bayadère », solide navire commercial qui faisait régulièrement le trajet entre Dorrandin et le continent mais la situation de la cité ne leur permettait pas d’attendre plus. Les compagnons, qu’ils soient humains, elfes, nains, drow ou encore vampires apprirent à se connaître durant le voyage qui se passa sans encombre, du moins, sans incidents. Car si le voyage se déroulait bien, Banshee devenait très silencieuse, s’isolant souvent de toute compagnie, et l’état de l’elfe inquiétait au plus au point du nain Angus, sa morosité commençant même à se refléter sur ses traits. Le voyage dura un peu plus de 6 semaines, comme l’avait prédit le capitaine du navire, le temps ayant été particulièrement clément avec eux.

    La cité d’Eauprofonde se dessinait lentement au fur et mesure que le navire se rapprochait des côtes. Les hautes tours de mages et les grands bâtiments publics étaient les premiers visibles. Les eaux étaient claire et le ciel parfaitement bleu, la cité semblait resplendissante. Tout le contraire de Manost en somme… pensa Oblivion le mage. Banshee s’était enfermée dans la cabine du second qui lui était allouée à elle et Célèste dès que les côtes apparurent à l’horizon. Angus avait alors baissé les yeux, exprimant ainsi sa tristesse de voir l’elfe ainsi tourmentée par le passé qui ressurgissait et qui s’imposait avec une telle violence. Elle n’assista donc pas à l’amarrage du bateau mais son cœur se serra lorsque le capitaine vint frapper à sa porte pour lui dire qu’ils étaient arrivés, et lui signifier par la même occasion qu’ils devaient quitter le navire.


    Au soir du 10ème jour après l’envoi, Farkan ferma les portes du temple. Les offices étaient depuis longtemps terminés et il n’y aurait sans doute plus de visiteurs pour le reste de soirée. Cela tombait bien, la journée avait été longue et les nouvelles de Manost guère bonnes même si de nombreuses personnes avait vaillamment décidé de partir en quête de l’artefact de tous les espoirs. Le prêtre tenait à se reposer car depuis que la nouvelle concernant Shar était arrivée à Luménis, jamais le temple de Helm de la ville n’avait accueilli autant d’Helmites expatriés et même parfois des adeptes d’autres cultes venus témoigner leur soutien. Ferkan prit la direction de l’arrière salle du temple où devaient attendre les autres prêtres. En s’approchant, il ralentit pourtant le pas, car il ne reconnaissait pas les voix familières de ses frères.

    - Et les émissaires que les autorités manostiennes ont envoyé ?
    - Je les ai rattrapé. Ils ne poseront plus de questions au gouvernement de cette cité.
    - Parfait. Tout se déroule comme ‘il’ l’avait prévu…
    A travers la porte entrebâillée, le prêtre osa jeter un œil mais l’étroitesse de la porte ne lui offrait qu’une vision très limitée. Suffisante pourtant pour voir un des prêtres du temple nageant dans son sang, la gorge tranchée. Il étouffa un cri et repartit en sens inverse vers les portes principales du temple qu’il venait de verrouiller, le cœur tambourinant contre sa poitrine, soudain en proie à la panique. Au tournant d’un pilier, un bras lui encercla le cou et l’immobilisa. Il essayait de se débattre mais le seul résultat qu’il obtint était de petits sons étranglés et plaintifs. Une voix lui chuchota à l’oreille :

    - Félicitations, vous venez d’être muté à Manost.

    Et l’homme d’un mouvement vif et précis, trancha la gorge du pauvre prêtre qui tomba sur les genoux. L’homme passa devant lui sans se soucier plus de lui pour se diriger vers les portes, il avait la parfaite apparence du prêtre de Helm. Mais Farkan ne réfléchit pas, la vie s’enfuyait à une vitesse démesurée alors que le sang coulait à flot. Il pensa à sa fille, s’amusant sans doute avec le chat qu’ils venaient d’acheter, il pensa à sa femme, qui devait garder au chaud la nourriture en attendant son retour, comme elle faisait à chaque fois qu’il était en retard, il pensa... mais le monde vacilla et Farkan s’écroula pour ne plus se relever.

    Un autre groupe prit le départ depuis le port de Manost. Il s’agissait de celui guidé par le conseiller Folken. Le général avait affrété un des meilleurs navires de la flotte manostienne afin rejoindre au plus vite la cité de Paymill, souvent la première à souffrir lorsque les contrées helmites sont menacées. Mais qui disait rapidement, signifiait traverser les eaux tumultueuses du Golf de l’Oubli, généralement évité par les navigateurs qui connaissent un minimum le continent et ses environs. Car les marins préfèrent largement passer au large des côtes, quitte à perdre plusieurs jours, que de s’aventurer dans le Golf de l’Oubli. Mais le temps pressait, et Folken avait décidé de tenter sa chance plutôt que de perdre du temps en détours alors que le temps, ils en manquaient au moins autant que Manost manquaient de vivres.
    Mais ils ne naviguaient pas depuis 6 jours que déjà les tempêtes secouaient le navire, rendant la vie à bord difficile, particulièrement pour les compagnons qui n’avaient pas particulièrement le pied marin. Et plus le navire continuait, plus la mer ressemblait à une alternance de gouffres abyssaux et de montagnes d’eau. L’équipage avait d’énormes difficultés à manœuvrer un minimum le navire. Avant d’avoir eu le temps de considérer les options qu’il leur restait, le mât principal céda sous les assauts du vent et de la pluie, emportant avec lui un marin. Dès lors, le bateau ne fut plus qu’un pantin en proie à la furia des éléments. Le navire chavira après un violent choc et tout fut noir pour ses occupants.

    Le capitaine fut le premier à rouvrir les yeux, le bateau était échoué sur la plage, comme un cadavre rejeté par la mer, caressé par les vagues qui rampent jusqu’à la coque en bois en se jetant sur le sable de la plage. Quand tous furent sur pied, on ne pu que constater les dégâts, tant humains que matériels. Le capitaine réussit à peu près à situer les rescapés et selon la carte que le second avait réussi à retrouver dans le navire, ils se trouvaient non lui d’Orlado, une cité manostienne. Il fut convenu que les compagnons continuent leur toute vers Paymill à pied alors que les marins chercheraient un moyen de restaurer assez le navire pour pouvoir reprendre le chemin vers une ville manostienne où mouiller.

    Le 19ème jour, comme promis, d’autres navires avaient suivi le premier des Helmites de la Côte des Epées. Tous étaient chargés de vivres et la ville avait désormais dans ses réserves de quoi tenir encore quelques semaines. Cinq navires en tout, formaient le convoi des Helmites. Désormais, on ne guettait plus les navires des Luméniens, et du côté de Manost, la rancune commençait à s’immiscer dans la population devant l’abandon flagrant des Lathandriens. Les principaux cadres de l’administration et des différentes institutions de la ville étant loin de la cité, les Helmites venu suppléer l’autorité déjà présente, commencèrent à reprendre la ville en charge et occuper les responsabilités délaissées par les uns et les autres, sans que la moindre interrogation ni les moindres soupçons ne fassent leur apparition. La population les recevait comme des sauveurs et la solidarité du culte de Helm n’avait jamais été aussi forte.

    Pendant ce temps-là, dans l’ombre de sa cabine, ‘il’ souriait à la mer qui lui faisait face et aux terres qui se dessinaient lentement loin devant.


    Le groupe du conseiller Berrak prenait donc la direction de la cité de Cojum, haut lieu de la culture helmite. Ils quittèrent Manost à cheval et furent rapidement hors de vue de la cité dont le calvaire continuait. Les terres qu’ils traversaient n’étaient qu’un spectacle de désolation, la nature autrefois luxuriante se mourrait. Ce que le groupe ne savait pas, c’est que la zone qu’ils abordaient n’était pas uniquement le siège d’un chaos physique et matériel mais était aussi une zone entropique extrêmement instable où la cohésion de la toile est très réduite. Alors que les compagnons progressaient parmi ce paysage ravagé, ils furent surpris par une attaque de squelettes en furie.
    Lors de l’utilisation de la magie par la sorcière Morgana Le Fay, la déflagration magique détruisit certes les squelettes mais sonna autant ses autres compagnons, mis à part Eric ZEGod qui para le coup avec son bouclier et la vampire Erszebeth déjà partie en quête du responsable de ce réveil surnaturel de ces squelettes car ces morts-vivants impliquaient forcément qu’un nécromant se trouvait dans les environs. Ce dernier fut rapidement trouvé mais le groupe ne put rien tirer de ce mage dont ils purent faire l’expérience de la folie. Après cet incident face au sorcier fou de Shar, ils continuèrent leur route vers Cojum, en espérant que la mort qui les entourait ne les accompagnerait pas jusqu’à la ville du savoir.

    Dans la cité de Luménis, les fidèles du culte furent surpris d’apprendre la mutation des prêtres ex-patriés dans la ville du seigneur de l’Aube. Et les jours passant, la tension montait entre les prêtres de Helm et le gouvernement de la ville qu’ils accusaient de ne plus fournir à Manost les vivres promis. Les Luméniens certifiaient qu’ils envoyaient leurs navire vers Manost selon l’accord qui avait été fait entre les deux cités mais les responsables du culte de Helm de la capitale d’Helonna se faisaient de plus en plus agressifs vis-à-vis des Lathandriens, les traitant même de traîtres car les nouvelles de Manost étaient claires : les convois promis par les Lathandriens n’arrivaient plus. Devant tant de hargne, inhabituelle de la part des Helmites, le gouvernement luménien se mit à se défendre pour répondre à ces prêtres emprunts d’arrogance. Il répliqua que c’était les Manostiens qui mentaient car leurs navires ne rentraient plus à la capitale et les Luméniens accusèrent à leur tour les Helmites de se faire livrer la cargaison et de garder à quai les bateaux afin de monter cette mascarade pour ne pas payer la livraison des cargaisons.

    A Manost, on eu vent de ces accusations et naturellement on s’en offusqua, d’autant plus que les vaisseaux lathandriens n’arrivaient plus depuis plusieurs jours. Les réponses cinglantes de la cité bénie aux accusations luméniennes n’arrangeaient pas les liens entre les deux villes. Si la situation économique de Manost restait sous contrôle avec Jan Foudreroche, la situation politique échappait complètement à l’autorité présente. Les nouveaux Helmites se montrant particulièrement virulents vis-à-vis des Luméniens et trouvaient dans la population un soutien fort dû au sentiment d’abandon.

    Le groupe de Ravestha continuait sa progression dans le bosquet, la végétation se faisant de plus en plus dense, l’obscurité de plus en plus importante, les rayons du soleil ne parvenant désormais plus à percer l’épaisseur du feuillage des grands arbres. Et puis l’épaisse forêt laissa place à une grande clairière au centre de laquelle, au bord d’une petite étendue d’eau, se trouvait une masure isolée. Cet endroit était un vrai paradis, la lumière inondant une végétation magnifique et se reflétant sur l’étang offrait un spectacle superbe. Le groupe avait à peine prit le temps de contempler le paysage qui s’offrait à eux qu’ils eurent la surprise de voir sortir la sorcière Rashémi qui était présente au conseil à Manost quelques jours plus tôt. Elle s’approcha du groupe qui l’accueillit par un silence respectueux. Ravestha salua la Rashémi en espérant que les lèvres de la sorcière qui se muèrent en un sourire amical allaient se mettre à bouger pour offrir de nouvelles réponses aux compagnons de quête. Les voyant dans l’expectative, l’oracle ne dit pourtant pas un mot. Le silence devint pesant, et au moment où Ravestha allait reprendre la parole, la Rashémi plaça un doigt sur ses lèvres avant de s’adresser au groupe :

    Pas de réponses au bosquet des pierres
    Mais un nouveau départ au-delà des mers
    Car la vérité les Elfes la connaissent
    A Lunargent se trouvent toutes les pièces


    Ils connaissaient à présent leur future destination et le groupe de Banshee avait donc choisi la bonne pour leur recherche dès le départ. Ils devaient à présent rebrousser chemin et retourner vers Manost afin d’embarquer à leur tour vers Eauprofonde et gagner la cité elfe de Lunargent.

    ‘Il’ surveillait le déroulement des opérations depuis son navire, très au large des côtes, entre Dorrandin et Helonna. Les relations entre Manost et Luménis devenaient extrêmement tendues. Luménis avait arrêté d’envoyer ses navires après que deux ne soient jamais revenus, deux pour autant de bateaux que ‘il’ avait coulés. Les Lathandriens ne s’étaient pas méfié devant le pavillon à l’œil et au Gant. Les deux cités entretenaient à présent des relations très peu amicales. Les accusations fusaient de part et d’autre, et même si Manost n’avait pas les moyens de s’engager dans une guerre, sous l’influence des Helmites de la côte des Epées, elle promettait déjà des représailles au gouvernement de la cité du Seigneur de l’Aube. C’était parfait.

    Le groupe de Folken poursuivait dans les terres où les compagnons désormais ne savaient pas vraiment à quels dangers ils s’exposaient sur le chemin vers Paymill. D’autant plus qu’ils devaient évoluer dans les terres mélandiennes pour une bonne partie de leur route. A mesure qu’ils s’enfonçaient dans les terres, la vie se faisait de plus en plus rare. On entendait plus le chant des oiseaux ni les bruits de la végétation perturbée par le mouvement d’un animal. Alors qu’ils marchaient, ils aperçurent une ombre titubante au loin et accélérèrent le pas en direction de la personne à la démarche peu assurée. Ils tombèrent ainsi sur un vieil homme au bord de la déshydratation et presque fou. Ils réussirent à comprendre malgré l’incohérence de ses propos que l’absence de vie des terres qu’ils traversaient était due à un empoisonnement de l’eau. Un peu plus loin, ils arrivèrent dans un village où la puanteur qui émanait de l’endroit était si insupportable qu’ils se seraient crus dans la cité du Chaos elle-même, les gémissements du Mur des Infidèles en moins, car le silence était extrêmement pesant. Aucune vie dans les environs, seulement la mort et des corps en décomposition qui formait le paysage de ce lieu morbide.

    Ils sauvèrent une petite fille qui s’était séquestrée à l’abri des limons qui avaient infesté les lieux, mais en revanche ils ne purent rien pour le pauvre vieillard. La petite fille accompagna le groupe quelques temps jusqu’à la rencontre avec un paysan isolé qui avait été épargné par le malaise qui frappait les environs. Il accepta de se charger de la jeune orpheline, peu loquace et encore traumatisée. Désormais, ils avançaient tous avec une extrême prudence, veillant à ne pas attirer l’attention de quiconque aurait pu se trouver dans les environs. Malgré toutes les précautions prises, ils ne purent éviter la fâcheuse rencontre avec des kobolds qui les prirent par surprise. Les talents de bretteur de 7g2 permirent d’éliminer les premiers éclaireurs et le groupe décida malgré les risques d’entrer dans le repère des kobolds afin d’en éliminer la menace. Ils s’engagèrent dans les tunnels où se terraient les kobolds. Les monstruosités furent exterminées et balayées par la grande expérience du groupe au combat. Les flèches sifflaient, les lames fendaient la chair s’accompagnant de bruits peu ragoûtants et les créatures à tête de chien s’écroulaient sous les coups répétés des aventuriers. La menace à présent écartée, ils continuèrent leur route vers la grande cité de Paymill, priant Helm pour que ce genre de rencontres ne se répète pas trop fréquemment.


    Il fallait maintenant à Banshee et ses compagnons quitter la Cité des Splendeurs. Ils n’espéraient pas trouver grand soutien ni renseignement dans la ville au passé chargé qui avait connu l’avènement de Cyric et de Minuit au grand Panthéon de Féerune mais ils osèrent malgré tout se rendre à la tour de Khelben « Bâton-noir » Arunsun. Mais l’Elu de Mystra n’y était pas, et quand bien même ils l’auraient trouvé, il y avait peu de chances pour que le mage se mêle d’affaires aussi lointaines. Ils ne passèrent donc que peu de temps dans la grande cité d’Eauprofonde car si la ville était magnifique et n’était que sérénité, elle éveillait de tout autres sentiments pour l’elfe de lune du groupe. Ils ne prirent donc que le temps de se reposer du long voyage en mer avant d’entamer la route à dos de cheval vers une autre cité majeure de Toril : Lunargent.
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  2. #2
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages
    1 258
    La route entre Manost et Cojum est déjà longue, mais quand les contrées que vous traversez sont dévastées et mourantes, le chemin paraît encore plus long tant le désir de le quitter est grand. Le groupe d’Eric ZEGod continuait donc au milieu de terres parfois si désolées qu’il plongeait dans une certaine mélancolie. L’effroyable spectacle qui les accompagnait depuis des jours maintenant les motivait pour retrouver le Fys’Nuyr autant que cela les attristait. Malgré tout, ils n’eurent pas d’autres rencontres malencontreuses avec un adepte fou de Shar bien que pour autant, l’état de l’environnement leur suffisait pour ne jamais qu’elle quitte leurs pensées.

    A l’aube du 14ème jour, la cité de Cojum à l’architecture sobre mais magnifique fut en vue. A mesure de leur approche, il avait semblé que les terres avaient repris de la couleur. La végétation ne semblait plus aussi mal en point que ce qu’ils avaient pu observé auparavant et les arbres ne pliaient pas sous l’influence surnaturelle de Shar qui semblait ne pas encore avoir étendu son ombre sur toutes les contrées helmites de Dorrandin. La cité du savoir arrivait donc à survivre, la situation était loin d’être aussi critique que ce que Manost avait connu jusqu’à l’arrivée des premiers secours. L’ordre et la discipline continuait de régner dans cette ville où toute le savoir helmite est rassemblée dans les parchemins, les livres, la mémoire de grands scribes et autres amoureux de la connaissance. La cité n’égalait en taille ni Manost ni même Paymill, mais c’était un haut lieu de la culture helmite et la grande et magnifique statue de Helm érigée devant la grande bibliothèque en témoignait. Le groupe pénétra ainsi dans la cité en quête de réponses et de renseignements, car s’il en existait sur ce continent, ils y en avaient sûrement ici…

    Le retour de Wookiee Al Kashyyk et de ses compagnons à Manost après leur rencontre avec la Rashémi fut l’occasion d’un faux espoir pour les Manostiens qui avaient cru voir en leur retour le signe de la délivrance qui s’approchaient. Mais ils furent rapidement déçus lorsque la raison de leur retour se répandit. C’était alors le 11ème jour. Un bateau de l’armée fut affrété pour le long voyage vers Eauprofonde qui conduirait le groupe à la poursuite de celui de Banshee qui était déjà sur le chemin de Lunargent. On pria Umberlie pour que ce voyage d’un mois et demi se déroule sans encombres, en espérant que la déesse prenne en pitié le calvaire des Helmites de Dorrandin.

    La Cité des splendeurs était déjà loin. Désormais, le nain Angus faisait tout ce qu’il pouvait pour empêcher Banshee de devenir prisonnière de ses souvenirs, de son passé et de la morosité qui la gagnait. A chaque pas vers la grande cité des Elfes, son cœur se serrait un peu plus. L’arrivée à la cité de Lunargent acheva d’assombrir l’elfe de lune au visage marqué par la souffrance. Elle avait toujours redouté revenir ici et à présent la nécessité l’avait obligée à revoir cette cité qu’elle avait fui de nombreuses années avant. La fébrilité gagna Banshee même si elle fit tout pour que ses compagnons ne réalisent pas à quel point les cicatrices du passé qu’elle gardait profondément enfouies en elle s’étaient rouvertes. Mais ils avaient un objectif, et ils ne devaient pas s’en écarter sous peine de voir Shar remporter la victoire. C’est ainsi que débutèrent les recherches concernant l’artefact perdu des Elfes. S’ils ne trouvaient rien ici, personne ne trouverait rien nulle part…

    A Manost, la situation s’améliorait un peu. L’aide apportée par les Helmites de la Porte de Baldur permit aux chasseurs, pêcheurs et autres d’amasser suffisamment de nourritures pour pouvoir voir venir. Deux mois qu’ils étaient tous partis, et pas de nouvelles. La tension entre Manost et Luménis avait atteint un stade critique. Trahison, mensonge, infidélité à leur Dieu, les mots envoyés par chacune des parties étaient de plus en plus violents. Les discussions des diplomates n’avaient plus grand-chose de diplomatique. Et si Manost promettait des représailles à la suite du fléau qui les frappait, Luménis se disait prête à faire taire ces diffamateurs d’Helmites dès maintenant.

    Enfin Folken et ses compagnons arrivèrent dans la ville de Paymill. Ils ne savaient pas vraiment quoi chercher, sinon glaner le maximum d’informations concernant le calice tant recherché. La cité se portait mieux que Manost, au moins elle ne souffrait pas de la famine. Elle avait elle aussi accueilli de nombreuses personnes qui vivaient dans la campagne et qui ne pouvait désormais plus faire face au fléau seules. Mais ce dont elle souffrait, c’était surtout des meurtres perpétrés la nuit tombée par des agents de la mort. Des ombres que jamais les gardes ne parvinrent à repérer malgré leurs nombreuses patrouilles. Les morts continuaient régulièrement, et maintenant un couvre-feu avait été décrété pour tenter de protéger les habitants de la cité. Couvre-feu qui réduisit à peine le nombre de meurtres proférés chaque nuit. Et la paranoïa envahissait peu à peu la population où chacun représentait un danger potentiel. Le groupe erra ainsi dans les rues d’une ville à l’atmosphère peu accueillante et extrêmement méfiante. La chasse aux ombres était ouverte, et peut-être pourrait-elle leur apporter les renseignements qu’ils cherchaient.

    Egrevyn et ses compagnons arpentaient les rayons de la bibliothèque, chaque ouvrage représentant un nouvel espoir, souvent une déception en devenir. Voilà des jours qu’ils rassemblaient le maximum d’informations concernant le calice, mais ils n’apprirent rien de bien intéressant ou qu’ils ne savaient déjà. Ainsi, l’artefact fut bel et bien perdu après son vol dans la cité de Lunargent où il se trouvait autrefois. On dit que ce calice avait des pouvoirs très puissants mais qu’il avait mauvaise influence au point de rendre le plus grand altruiste que Toril ait connu en égocentrique fini et agressif dans sa soif de pouvoir. Mais rien ne disait où avait pu disparaître le Fys’Nuyr ni même ne donnait d’informations concernant l’identité du voleur. Malgré les longues journées passées à s’user les yeux sur des vieux grimoires, ils continuèrent leur perpétuelle recherche d’indices…

    Enfin, ils arrivèrent à Eauprofonde. La traversée s’était bien passée, aucune tempête réellement insurmontable pour l’équipage aguerri de leur navire bien que ces longs voyages ne sont pas particulièrement l’apanage des marins de l’armée helmite.
    En réalité, jamais le Grand Emissaire n’était allé aussi loin de Dorrandin, mis à part leur voyage au cœur du palais de Château-Zhentil après le passage d’un portail. Le groupe décida de se mettre en route le plus rapidement possible vers la cité de Lunargent, sachant pertinemment qu’ils ne serait sans doute pas accueillis très chaleureusement par les Elfes, car ils étaient toujours méfiants vis-à-vis de ceux qui n’appartiennent pas à leur race quand il s’agit de rentrer dans leur ville. Ils feraient du tourisme dans ces lointaines contrées une autre fois. Une nuit passa, et ils reprirent leur route vers Lunargent. Le voyage avait été long, et il fallait se hâter…

    Le conseiller Kaozium arpentait les couloirs du palais de Manost, las de ces journées qui passaient où il devait contenir les ardeurs des Helmites dans leur volonté d’étriper du Luménien, et où il devait en même temps calmer ces derniers dans leur désir de faire payer les Manostiens pour leurs blasphèmes et leurs propos diffamants et insultants. Il était terriblement fatigué, le soleil s’était couché depuis longtemps, et il avait encore dû batailler ferme avec les diplomates luméniens pour que personne ne fasse de bêtises. Au moins, le statut quo perdurait depuis quelques jours et la situation restait sous contrôle. Maintenant, il allait pouvoir enfin prendre un bon sommeil avant de devoir le lendemain convaincre les Helmites de cesser de provoquer les Luméniens. Le conseiller s’arrêta un instant pour étirer tous ses muscles tétanisés par les heures de discussion et lâcha un grand bâillement par la même occasion. Il ne vit pas le couteau qui se glissa sous sa gorge et d’un mouvement vif vint lui trancher la carotide. Il s’écroula sur le sol avant d’avoir pu réaliser ce qui venait de se passer. Le corps resta là, à nager dans son sang, attendant qu’on le retrouve à la faible lueur des torches à la flamme vaciallante.

    Le groupe de Folken suppléaient les gardes dans leurs patrouilles pour essayer de découvrir une de ses ombres qui semaient la terreur à Paymill. Au bout de quatre nuits, leur chasse porta ses fruits. Ce fut Felia qui aperçut le mouvement suspect sur un toit éclairé par la lumière de la lune. Discrète et féline, l’ombre se mouvait avec rapidité avant de disparaître dans une fenêtre que les volets n’avaient pas encore bloquée. Dès cet instant, le groupe se précipita à l’intérieur du bâtiment toutes armes sorties en enfonçant la porte sous le regard effaré de ses occupants, et s’empressèrent de monter à l’étage où les attendait un assassin tout proche d’enfoncer sa dague dans la poitrine d’un des enfants qui dormaient. Une flèche bien placée vint s’enfoncer dans la cuisse de l’homme qui lâcha son arme et s’effondra en arrière. Aussitôt Elvin fut sur lui pour l’empêcher de s’échapper et sa force eut raison de la volonté de l’homme. Ce fut la première arrestation d’un de ceux qui semaient la terreur la nuit dans la cité. Pouvoir mettre un visage humain sur ces ombres était tout de même un soulagement pour la population qui commençait à craindre l’intervention de forces surnaturelles. Comme le groupe s’y attendait, l’homme ne se montra que peu loquace, craignant plus la colère de Shar que n’importe quelle torture qu’il pouvait endurer. Un sourire éternellement plaqué sur le visage, il répétait régulièrement :

    - Vous êtes de pauvres ignorants. Elle sera bientôt là, ma maîtresse engloutira cette ville puis le continent. Nous ne sommes que les émissaires, elle sera bientôt là, elle arrive, ça se sent. Vous ne le sentez pas ?

    Dans les marches d'argent, Oblivion, Banshee et ses compagnons continuaient leur recherche dans la cité d’origine d’Alustriel Maindargent. Mais il leur semblait que quelque chose d’étrange se passait ici. La réaction des autorités dès qu’il s’agissait d’obtenir des renseignements sur le calice elfique était toujours surprenante. Les gens se montraient froids et distants, peu enclins à aborder le sujet du Fys’Nuyr. Si peu enclins que le groupe commençait à croire qu’il y avait quelque chose de louche dans la cité elfique.

    Ne pouvant plus compter sur leurs hôtes pour glaner des informations, ils décidèrent d’en chercher par eux-mêmes et commencèrent à chercher dans les bâtiments où pouvaient se trouver les réponses à leurs questions, et notamment la Voûte des Sages. Mais les renseignements contenus dans les livres ressemblaient trop les uns aux autres, comme tirés du même texte. C’était trop étrange et ajouté à cela la froideur avec laquelle les autorités accueillaient les curieux, cela faisait beaucoup. Il était de plus en plus difficile pour Banshee de rester dans la ville, mais elle devait conduire le groupe chez elle afin de consulter le vieux grimoire de sa mère. Rien que l’idée de retourner dans sa maison la torturait, cela lui évoquait de trop nombreux souvenirs douloureux. Mais elle ne faiblit pas, ou du moins elle ne le montra pas, lorsqu’ils franchirent le seuil de sa maison. Elle ne tarda pas et se dirigea immédiatement vers le grimoire de sa mère pour y trouver les réponses qu’elle cherchait. Car elle en était certaine, il devait s’y en trouver.
    Voilà un mois qu’ils étaient là, et pendant que ses compagnons continuaient leur quête d’informations à travers la ville, Banshee épluchait le grimoire de sa mère.

    « Et le Fys’Nuyr fut retrouvé par nos rôdeurs qui avaient poursuivi la piste du voleur. Après 80 jours de poursuite à travers le continent, nous rattrapâmes l’auteur du délit alors qu’il prenait la direction du cœur du désert. Celui que les flèches abattirent sous le soleil brûlant de l’Anauroch n’était autre qu’un sénéchal elfe, grande personnalité de Lunargent. Et s’il vola le calice, c’est que l’influence perverse de l’artefact avait eu raison de sa lucidité et de sa sagesse. On ramena le calice à Lunargent, mais cet événement nous permit de réaliser ô combien le calice représentait un danger autant qu’un symbole de puissance. Le gouvernement se rendit alors compte de la nécessité de cacher cet artefact afin que sa puissance ne corrompe plus. C’est ainsi que le conseil décida, sur la proposition d’Alustriel Maindargent d’enterrer le calice dans les cryptes sous la Voûte des Sages. La… »

    Banshee referma le livre. Sa mère n’avait jamais mentionné cet épisode et n’avait jamais dit le moindre mot sur sa participation à cette chasse à l’homme. Ainsi le calice n’avait jamais été perdu, il était toujours là, dans les souterrains de Lunargent. Alors que l’espoir envahissait à présent l’Elfe de lune, la question de récupérer le calice posait un sérieux problème. Pendant longtemps on avait fait croire que l’artefact elfique avait été perdu et les dirigeants de la cité ne seraient sans doute pas très enclins à le faire réapparaître…

    Le conseiller Kaozium a été assassiné ! Les hérauts clamaient partout la nouvelle à Manost et le choc qu’elle provoquait était considérable. La population de la cité bénie se rassembla sur la place devant le palais où les Helmites venus de la Porte de Baldur exhibait le corps du conseiller. A côté, un jeune homme à l’air paniqué et torse nu se débattait alors que deux prêtres le tenaient fermement. Comme les autres Jan Foudreroche avait accouru à l’annonce du meurtre du conseiller.
    Un des hommes prit la parole : « Mes frères ! Aujourd’hui, le noble conseiller Kaozium et Juge de la cité de Manost est mort ! Il est mort à cause de cet homme ! » et le « prêtre » de Helm pointa un doigt tendu accusateur sur le jeune homme qui semblait terrorisé, cherchant dans le regard des autres le soutien qu’il espérait, mais il n’y lut que haine et colère.

    « Cet homme n’est autre qu’un espion de Luménis ! Il portait le symbole de la cité sur une amulette ! » Le ton se voulait volontairement mauvais et méprisant.
    Il n’en fallait pas plus pour que la foule ne devienne furieuse, maudissant le Seigneur de l’Aube, promettant aux Luméniens que le sang allait aussi inonder leurs rues. Les cris de colère achevèrent de terrifier le jeune homme. L’Helmite reprit :

    « A mort ! » Et certains dans la foule reprenaient déjà le cri.

    Que la mascarade était grotesque ! Jan Foudreroche réalisa très exactement à ce moment combien les Helmites récemment arrivés avaient placé Manost sous leur botte. Et voilà qu’ils promettaient l’exécution de cet homme sur la place publique. En regardant autours de lui, certains semblaient hésiter, semblant comprendre que la situation était un peu déconcertante et penser que tout allait trop vite. Non, foi de gnome, ça ne pouvait pas se passer comme ça. Il s’avança aussi vite que ses petites jambes lui permettaient et monta les marches du parvis du palais, sous le regard surpris des Helmites. La voix tonitruante du gnome connu et respecté de Manost, notamment depuis qu’il s’occupait de la ville avec Kaozium après le départ des autres, lui permit d’obtenir le silence.

    - Par tous les Dieux de Féerune ! Mais où sommes-nous ?! Manost est-elle devenue Melandis ? Il n’y a jamais eu d’exécution publique ici et ce n’est pas aujourd’hui que l’on va commencer !

    Son regard dur croisa celui de défi des Helmites dans une lutte d’influence importante pour le destin de Manost.

    - Tout va trop vite, cet homme (il montrait le jeune homme qui pleurait à présent toutes les larmes de son corps sous la terreur) doit d’abord être jugé et reconnu coupable avant d’énoncer la moindre sentence ! La colère ne doit pas vous aveugler ! Ou Helm ne vous pardonnera pas cela !
    - Mais où est Helm aujourd’hui ! cria une personne dans la foule, aussitôt suivi par des paroles d’indignation ou de compréhension.

    Le gnome tourna immédiatement la tête vers le malheureux qui avait eu la mauvaise idée de penser tout haut. Dans une grimace de dégout, Jan poursuivit :

    - Si c’est vraiment ce que vous pensez, alors vous pouvez quitter la ville, personne ne vous retient dans la cité du Vigilant… Non je vous le dis, personne ne sera exécuté aujourd’hui. Et maintenant, rentrez chez vous ! La justice fera son travail, comme toujours jusqu’à aujourd’hui. Je doute que le conseiller kaozium aurait cautionné ce que vous vous apprêtiez à faire.

    Les Helmites n’avaient rien dit, et de toute façon, ils avaient déjà suffisamment agi. Et ce n’était pas ce nabot qui allait changer quelque chose…

    A Luménis, on avait prit ses précautions. La tension qu’il y avait entre Manost et la capitale d’Helonna laissait augurer le pire. L’armée lathandrienne était prête à faire face à toute éventualité et les navires de guerre attendaient sagement au port, prêts à bondir si le danger se présentait. La nouvelle de l’assassinat de Kaozium atteint rapidement Luménis, tout comme d’ailleurs la façon dont la population de Manost avait réagi. La situation devenait trop critique, les Luméniens ne pouvaient pas vivre dans l’appréhension et la peur de voir la guerre venir à leur porte. Il valait mieux prévenir que guérir, et on pouvait dire que cette fois, la situation avait atteint un point de non recul. Les navires de l’armée chargés de soldats quittèrent le port de Luménis et les côtes de lumière pour se diriger vers Paymill. Les Luméniens ne pouvaient se permettre de prendre le moindre risque quand à un conflit avec les Helmites. Et puisque tout semblait se dérouler pour que la guerre ait lieu, autant qu’ils prennent les devants. C’est ainsi que la flotte lathandrienne fit voile vers Dorrandin…

    Le groupe de Cyric, Rodriguez et compagnie pénétra dans les marches d'argent en direction de Lunargent. Dans la cité elfique, Banshee avait révélé ce qu’elle avait découvert à ses compagnons et tous essayaient à présent de trouver un moyen de franchir l’entrée extrêmement bien gardée de la crypte renfermant l’artefact de tous les espoirs pour Manost. Mais quand bien même ils auraient voulu négocier le calice, ils manquaient de la prestance d’un dirigeant de la cité.

    Dans le sud est du continent, tout près de la côte, un village paisible s’endormait loin des tensions de Paymill, loin de la faim de Manost, loin de tout. Trop loin de tout… Une nuit, la cloche d’alarme sonna, mais il n’y eut que les animaux de la forêt voisine pour l’entendre. Ils n’avaient pas eu le temps de la voir arriver, se fondant dans les ombres, cette grande armée qui avait débarqué sabre au clair pour étriper sans vergogne les habitants du village. Beaucoup de sang coula, ce furent les prémisses de la guerre de Shar. Bientôt, la cloche se tut, la vague de l’ombre était passée, laissant derrière elle des cadavres de tous âges, et continua sa progression vers le nord.


    Ravestha ne fut donc pas surpris lorsque les gardes leur annoncèrent qu’ils n’étaient pas le seul groupe à chercher le Fys’Nuyr. Localiser le groupe de Banshee ne serait pas évident dans cette grande cité mais ils comptaient bien les retrouver afin de savoir ce qu’ils avaient appris. Après une heure de déambulation, à demander à droite à gauche où est-ce qu’on les avait vu pour la dernière fois, ils finirent par tomber sur eux. Ils étaient en train de « discuter » avec les gardes devant une entrée dont l’épaisseur de la végétation qui la recouvrait montrait bien le temps qui s’était écoulé depuis la dernière fois qu’elles avaient été ouvertes. En réalité, ils ne discutaient pas vraiment, Angus Sombreforge martelait la paume de sa main de son point avec colère. Il était prêt à donner deux claques à ces maudits elfes qui faisaient semblant de ne pas savoir de quoi il parlait, prétendant ne faire que protéger le tombeau d’un grand seigneur de Lunargent. Les autres membres du groupe tentaient de calmer le nain qui, mis à part Banshee, avait quand même la fâcheuse tendance de s’irriter rapidement avec les « oreilles pointues ».

    - … énerver un nain ! Non mais combien de temps votre comédie va-t-elle durer ?! Des gens meurent et le calice serait leur salut ! Au lieu de ça, on perd notre temps avec un type qui croit parler à des fous !

    Et effectivement, il le pensait. Le calice avait été perdu, cette histoire d’artefact caché était ridicule, qui étaient-ils pour vouloir pénétrer et violer la crypte où siègent à jamais les grandes personnalités de Lunargent ?
    Le garde restait impassible devant la colère du nain, tout comme son collègue qui ne bougeait pas. Alors que le nain ne décolérait pas, l’autre garde fit un signe de tête à l’attention de son ami, en indiquant un autre groupe qui approchait. A leur tour, Oblivion, Angus et leurs compagnons se retournèrent pour voir qui arrivait. Quelle ne fut pas leur surprise lorsqu’ils aperçurent Wookiee, Cyric, Rodriguez, Eloern, Lionel Trell, Almogoroth et Ravestha. On s’accueillit avec bonheur, donnant toutes les nouvelles possibles et partageant les informations. Ils narrèrent ce qu’ils avaient vécu depuis le départ, sous le visage renfrogné des gardes qui se demandaient s’ils ne pouvaient pas aller fêter leurs retrouvailles ailleurs. Mais l’un des hommes du groupe se tourna vers eux, un cavalier aux yeux bandés, sans doute plus pour masquer ses yeux détruits que pour panser réelle blessure, songea l’un des gardes.

    - Où pouvons nous trouver les autorités compétentes de la cité ?

    - Remonter la route que vous avez derrière vous et cherchez un grand bâtiment aux portes sculptées aux symboles de la cité.

    - Merci.

    Mais c’était le nain qui avait répondu, en jetant au passage un regard noir au garde qui avait parlé avant de s’en aller avec le reste du groupe. Ce dernier haussa des épaules, de toute façon, c’était un nain. Les gardes ne virent pas deux des membres du groupe se glisser à l’écart…

    ‘Il’ vit un grand nombre de navires se dessiner au loin. Il était temps pour lui de s’éloigner un peu. Les choses allaient commencer à s’envenimer et il ne valait mieux pas rester dans le coin. C’est avec un sourire satisfait qu’il observa la grand-voile se déployer. Et son navire prit la direction de Dorrandin, vers les côtes au nord de Paymill.

    Depuis l’attaque de Démogorgon, on avait prévu un système d’alarme pour que la ville fortifiée de Pajus, quasiment entièrement habitée par des soldats, soit prévenue en cas de danger. Elle renfermait une bonne partie de l’armée pour protéger les contrées helmites de l’est car le territoire manostien était scindé en deux, coupé au milieu par les contrées Talosiennes. C’est ainsi que lorsque à Paymill, les gardes du port virent l’horizon se noircir de navires, le cor retentit de la tour de vigie de la cité. La vie à Paymill s’arrêta pendant quelques secondes. Les marins lâchèrent les cordes qu’ils tenaient et les caisses qu’ils portaient pour se tourner vers la ligne noire qui grossissait à vue d’œil. Dans la ville, le cœur des habitants fit un bond dans leur poitrine. On vit sortir des casernes des garnisons entières de soldats déjà équipés qui se précipitèrent vers le port. Les soldats en fermèrent l’accès, évacuant les habitants de cette partie de la ville.

    Un autre cor se fit l’écho du premier et raisonna dans la plaine au nord de Paymill. Dans un paisible village, au son de ce cor, un soldat sortit de sa maison pour faire suivre le signal d’alarme, avant de s’apprêter à repartir à Paymill. Pajus, la cité fortifiée ne dormait jamais. L’armée qui vivait là devait se tenir prête pour parer à toute éventualité, prête comme à ce moment là où le son du dernier cor de relais atteint la cité. C’était comme donner un coup de pied dans une fourmilière, la ville fut soudain pleine d’activité, alors que les soldats formaient les rangs et que les officiers s’apprêtaient à passer les troupes en revue avant le départ pour Paymill.
    Dans cette dernière, Folken et son groupe avaient aussitôt réagi au son du cor. Car il ne savait que trop bien ce que cela signifiait, puisqu’il avait lui-même instauré cette alarme. Ils arrivèrent au port où les soldats étaient au garde à vous, l’épée pendante à la ceinture, le bouclier fixé au bras et les archers sur les remparts. Les officiers passaient une dernière fois les soldats en revue et ne furent pas mécontents de voir le général et responsable de la Défense Folken prendre la défense de la ville en charge. Un des hommes sur les remparts fixait l’horizon avec sa lunette, lorsqu’il laissa tomber son bras, trop abasourdi pour croire à ce qu’il venait de voir. Il avait réussi à voir le pavillon que hissaient les navires ennemis, un pavillon portant un disque rose. Avalant sa salive avant, il clama haut et fort du haut de sa position :

    - Le Seigneur de l’Aube nous attaque ! Ce sont des Luméniens !

    Personne n’en croyait ses oreilles. Mais que se passait-il ? La surprise abattit les soldats, qui ne pensaient certainement pas avoir à affronter l’armée de Luménis. Certains avaient des membres de leur famille sur Helonna, certains avaient leur frère dans les rangs de l’armée lathandrienne…

    - Qu’Helm ait pitié de nous… souffla Gothmog.

    C’en était trop, ils avaient perdu suffisamment de temps dans la cité du savoir pour rester plus longtemps. Ils n’avaient pas appris grand-chose et ils ne pouvaient se permettre de rester plus longtemps. Oui, mais pour aller où à présent ? pensa Egrevyn. Le groupe se concertait pour savoir où se diriger lorsque l’effervescence gagna la cité. Les soldats de la ville courraient en tous sens. Ils en alpaguèrent un au passage, lui demandant ce qui se passait et il cria sans s’arrêter de courir :

    - Paymill est attaquée ! Luménis en fait le siège depuis trois jours !

    Ils restèrent la bouche ouverte sans réaction. EricZEGod prit la parole :

    - Et euh, si on allait à Paymill ?

    - Non ! Il n’en est pas question ! Vous ne toucherez pas le calice. Et si je vous prends à divulguer la vérité concernant le Fys’Nuyr vous aurez de mes nouvelles, je vous préviens ! La plus grande partie de Lunargent jusqu'aux gardes que vous avez rencontré ne connaît pas la vérité.

    Alustriel Maindargent était ferme et déterminée. Les Manostiens avaient réussi à obtenir une audience auprès de l’Elue de Mystra à Lunargent. Ils demandaient désormais son aide pour emprunter le calice pour repousser Shar.

    - Je hais Shar encore plus que vous ! Mais le calice est un danger que je peux me permettre de laisser en liberté, vous ne pourrez pas me faire changer d’avis.

    Ravestha tentait de discuter avec la haute dame de Lunargent :

    - Je suis navré ma Dame, mais vous réalisez que vous êtes en train de nous demander de laisser notre population mourir, notre ville disparaître sous les coups de buttoir de Shar ? Nous avons le devoir de les sauver, de nous sauver.

    - Je vous l’ai dit, vous ne l’emporterez pas. Je suis extrêmement attristée par les nouvelles que vous apportez mais j’ai moi aussi un devoir.

    - Rien ne doit jamais entraver le devoir d’un serviteur de Helm, vous devez sans doute le savoir. Je veux dire qu’avec ou sans votre assentiment, nous emporterons le Fys’Nuyr qui pourra redonner la vie à nos contrées, à notre…

    Alustriel coupa le Grand Emissaire :

    - tes vous en train de me dire que vous seriez prêts à le voler ?

    - Avec tout mon respect ma Dame, je suis en train de vous dire que nous le possédons déjà, s’il n’est pas déjà en route pour Manost.

    - QUOI ?!

    Cyric et Sixtine Ombreclaire étaient restés en attendant que les gardes n’abaissent leur garde. La magie de la prêtresse leur avait permit de se rendre invisible et de pénétrer dans la crypte alors que les talents de voleur de Cyric les avaient sauvé plus d’une fois dans les souterrains remplis de pièges. Ils étaient finalement arrivés dans une salle de petite taille d’où émanait une lumière très forte. Ils étaient entrés dans la pièce où siégeait le Fys’Nuyr, rayonnant et magnifique. Il faisait une quarantaine de centimètres de hauteur, majestueusement orné, avec des petites gravures elfiques exprimant la paix et la prospérité. Ils cachèrent le calice dans un drap afin d’en atténuer la lumière et lorsque Sixtine le prit, elle sentit toute la puissance que renfermait l’objet, ainsi que son pouvoir attractif. Mais comme une mise en garde, au fond du calice était gravée les symboles elfiques pour les mots « esclave » et « mort ». On comprend immédiatement la connotation de ces mots lorsque l’on sait ce qu’il advient de ceux qui convoitent trop ce trésor. A leur sortie, ils étaient partis se cacher dans la maison de Banshee en attendant le retour du groupe.

    - Vous mériteriez une punition si terrible que même les dieux ne pourraient pas la concevoir !

    Alustriel était furieuse, et il commençait à lui démanger de rôtir cette bande d’arrogants. Mais le mal était fait, et le seul moyen de voir à présent le calice revenir où il était, c’était de s’assurer qu’ils ne le perdent pas.

    - Je vais m’assurer que vous n’aurez pas la mauvaise idée de sombrer sur le voyage du retour, je vous ouvrirai un portail pour vous téléporter vers votre continent.

    - Je me joindrai à vous pour cette difficile entreprise, ajouta Eloern.

    - Soit. Ce sera plus facile à deux. En route maintenant, mais ce que vous avez fait, nous ne sommes pas prêts de l’oublier…

    Le groupe se rendit donc chez Banshee. Alustriel et Eloern commencèrent à incanter dans une extrême concentration. Il leur faudrait plusieurs minutes avant que le portail soit stable…

    Ce fut le bretteur Reyan de Kercian qui annonça à ses compagnons qu’ils étaient à présent en vue de Paymill. Le soleil était déjà bas dans le ciel et se teintait à présent d’orange. C’était un spectacle très insolite qui s’offrait à eux : Certains navires luméniens étaient restés en mer, faisant face à la cité helmite, mais hors de portée de toute attaque. Sur terre, les deux armées se faisaient face en deux demi-cercles concentriques. Les Luméniens avaient pour beaucoup débarqué un peu plus au nord de Paymill et encerclaient les soldats helmites à présent sur les terres.
    Mais aucune attaque n’était lancée, car bien que stratégiquement, il aurait mieux valu s’opposer aux armées luméniennes avant qu’elles ne les encerclent, les Helmites avaient énormément de mal à se faire à l’idée qu’ils allaient peut-être devoir faire couler le sang des serviteurs de Lathandre. En face, les visages hésitants trahissaient le même sentiment de doute. Mais Paymill n’avait pas les moyens de tenir un siège. Un cavalier helmite s’avança vers les Luméniens. Ils le reconnurent : c’était le général Folken. Un émissaire luménien s’avança à son tour à l’encontre du général. Les deux cavaliers arboraient les étendards de leur cité.

    - Sire Folken, dit le Luménien
    - Sire Garfield… répondit le concerné.
    - Je suis navré, je déplore de devoir en arriver à de telles extrémités…
    - Ne soyez pas désolés, et quittez donc plutôt nos terres. Nous souffrons déjà assez pour que nos amis deviennent en plus nos ennemis.
    - Vous représentez un danger pour nous, la situation est devenue trop instable de votre côté, nous nous devons de prendre les devants…
    - Alors je ne vois pas d’issue. Nous ne pouvons rester ainsi à attendre que la faim nous tue tous.*Son visage s’assombrir* Qui aurait cru que le sang allait couler entre nos deux nations.
    - Personne sans aucun doute. Mais sachez que si vous tentez une sortie, nous nous devrons de la faire avorter.
    - Alors ainsi soit-il.

    Les deux hommes se tournèrent dos et retournèrent vers leurs armées. Folken souffla dans un grand cor, annonçant la bataille à venir. De son côté, le général luménien dégaina son épée qu’il brandit en l’air pour annoncer à ses soldats de se préparer au combat.
    Le groupe de Manostiens assista alors avec tristesse à la charge de l’armée helmite, sur celle de Luménis. EricZEGod dégaina son épée, imité par ses compagnons :
    - Il est des combats difficiles à mener, mais celui là est sans doute le plus terrible auquel il m’ait été donné de participer…

    Pour Egrevyn, c’était encore plus vrai, lui qui avait vécu à Luménis et qui servait maintenant Helm et Manost. Cette guerre était un vrai déchirement. Et le groupe se dirigea alors que les premières flèches s’abattaient déjà sur les Helmites…
    Lorsque Folken aperçut le groupe arriver, il en ressentit un certain soulagement. Autours de lui, ses compagnons combattaient aussi : 7g2, Felia et sa magie, Ravny et Elvin. Egrevyn et Eric étaient donc là, plus que des conseillers, c’étaient ses amis qui venaient, entourés de personnes dévouées à leur cause prêtes à se sacrifier pour sauver ce qui pouvait l’être. Gothmog, Sixtine Ombreclaire, Erszebeth, Reyan de Kercian et Hugues de breizh. Ils menaient tous le plus triste combat que Manost ait jamais connu.

    Le soleil n’était plus qu’un demi-cercle à l’horizon et l’obscurité envahissait peu à peu les lieux. Les combats faisaient rage depuis un certain moment déjà lorsqu’un cor helmite raisonna à Paymill, mais du côté sud, aussitôt suivi par le vrombissement d’un cor beaucoup plus grave émanant d’un navire lathandrien qui se tenait près du port de Paymill. Les combats cessèrent et tous se tournèrent vers le sud. Des bois à plusieurs centaines de mètres des murailles de Paymill jaillirent des milliers d’ombres qui se dirigeaient à grande vitesse vers la ville. Des hommes, des ombres, des morts-vivants, l’armée hétéroclite se jetait comme une immense vague prête à engloutir la cité helmite.

    Folken ordonna la retraite pour faire face à cette nouvelle attaque. Les mages commençaient à cracher leurs sorts et les boules de feu, les flèches acides et autres projectiles magiques se mirent à pleuvoir sur les soldats helmites qui gardaient l’accès sud de la cité. Déjà les armées helmites avaient quitté le front nord pour déferler vers le sud. Les Luméniens étaient déconcertés, et en proie au doute. Ils ne savaient comment réagir vis-à-vis de cette nouvelle menace.

    Mais le choix fut rapidement fait devant la férocité avec laquelle les ombres attaquaient. Les Luméniens se lancèrent ainsi à la suite des Helmites dans le but d’écraser les armées de Shar. Les soldats du Vigilant engageaient déjà le combat contre ces étranges personnages. Les ombres étaient vives et puissantes, humanoïdes certes, mais plus fortes. Des ombres, apparemment des mages, invoquaient régulièrement et les morts helmites et luméniens se relevaient pour affronter leurs anciens frères. Ces morts-vivants grossissaient les rangs des armées de Shar déjà bien fournies. Les Lathandriens et les Helmites combattaient à présent les uns aux côtés des autres. Le destin est parfois moqueur…

    Sur une colline d’où ‘il’ voyait la scène dans son ensemble, ‘il’ jubilait. Les armées de Helm, de Lathandre et de Shar se massacrant les unes les autres, c’était inespéré. D’autant que… Oui…

    Un petit météorite venu de nulle part vint exploser une partie des remparts de la cité, écrasant au passage une cinquantaine de défenseurs de la cité. Une femme d’environ trois mètres de haut fit son apparition au milieu de son armée. On devinait que c’était une femme uniquement à ses formes, car elle n’était qu’une ombre. A chacun de ses sorts, la terre tremblait et sa puissance était telle que tous surent alors qu’ils avaient Shar en face d’eux…

    Certains s’enfuyaient déjà en jetant leurs armes, d’autres priaient leur dieu de leur venir en aide. Les armées de Shar toujours aux prises avec les armées lathandriennes et helmites, la déesse avançait vers la cité, le noir de son avatar ne laissant transparaître aucune expression. Les soldats prenaient le dessus sur les armées d’ombres de Shar, les prêtres renvoyant leurs frères retrouver la paix de la mort. Car les deux armées réunies représentait une masse bien plus importante que les milliers d’ombres. Mais la présence de Shar changeait considérablement la donne. Le désespoir gagnait les armées lathandriennes et helmites. Egrevyn cessa le combat, regardant ses camarades quelques mètres devant lui se faire déchiqueter par les sorts de la puissance majeure. Les larmes commencèrent à couler sur ses joues alors qu’il n’entendait plus que les bruits de la chair qui se déchire et des hurlements de terreur. Il leva la tête vers le ciel :

    - Ce n’est pas juste ! Vous ne pouvez pas laisser faire ça !

    Il y eut un tremblement de terre violent qui obligea les soldats à poser un genou à terre, puis un éclair dans un bruit très puissant. Se tenant à dix mètres devant l’avatar de la Maîtresse de la nuit, un gant de métal la paume dirigée vers Shar flottait. La déesse s’arrêta et une voix si puissante se fit entendre que tous sur le continent surent que c’était un dieu qui avait parlé :

    - Arrête ! Tu n’as pas le droit d’intervenir directement, et encore moins pour détruire mes fidèles et ceux du Seigneur de l’Aube. Repars maintenant.
    - Ah ? Auras-tu le courage d’enfreindre les lois pour venir m’en empêcher, Seigneur Helm ?
    - Tu as déjà enfreint les lois, tu seras jugée en conséquence. J’ai répondu à l’appel des mes fidèles. Tout s’arrête désormais ici.

    Au même instant, Alustriel et Eloern sentirent une grande puissance les heurter de plein fouet alors que le portail qui donnait sur Manost s’était ouvert. A peine le groupe, moins Alustriel, qui maintenait le portail ouvert s’était-il engouffré dedans qu’elle comprit que le choc qu’elle avait subi était que quelqu’un de très puissant en avait changé la destination…
    Alors qu’ils pensaient arriver à Manost, les compagnons se retrouvaient au beau milieu d’un champ de bataille.

    Ce que ‘il’ voyait était vraiment in croyable. Oui… Même les dieux se mêlaient à la bataille. Leurs apparitions étaient devenues plutôt rares depuis le Temps des Troubles mais il leur arrivait de se montrer parfois.

    Les groupes d’Oblivion et de Rodriguez jaillirent du portail, Ravestha brandissait le calice alors que l’œil sans Sommeil s’évanouissait. Il les avait aidé, indirectement pour ne pas enfreindre les lois, mais maintenant, le Fys’Nuyr se chargerait du reste… L’avatar de Shar et ses ombres reculèrent. Le calice inondait de lumière l’endroit et sa puissance frappait tous ceux qui s’approchaient. La lumière consumait les fidèles de Shar et son avatar lui-même. Des rayons de lumière frappaient la Dame de la Nuit alors que le Grand Emissaire avançait toujours plus loin dans les rangs de guerriers et mages de la déesse, ses compagnons et les soldats profitant de l’affolement et du désordre pour éliminer la vermine qui fuyait la lumière surnaturelle. Dans un éclair, l’avatar de Shar disparut aussi subitement qu’il était apparu, et ses armées désormais livrées à elles-mêmes fuyaient dans toutes les directions. Les combats touchaient à leur fin… et on attendait l’aube avec impatience.

    Il était l’heure de partir pour lui. Sa mascarade ne tarderait pas à être découverte, et ‘il’ ne voulait pas qu’il se retrouve coincé dans les mailles du filet lorsque celui-ci se refermerait… C’est ainsi que le disciple d’Asmodée remonta sur son cheval et prit la direction de l’intérieur du continent, le bruit de sabot lui indiquant que ses gardes du corps le suivaient bien.

    Les choses rentrèrent dans l’ordre et en peu de temps le calice aux vertus incomparables permit de rendre à la terre sa beauté d’antan. Le retour à Manost où les groupes furent accueillis en héros marqua la fin de la mainmise des faux Helmites de la Porte de Baldur. En effet, grâce aux enquêtes conjointes du gouvernement de Luménis dans leur capitale et des Helmites à Manost, on mit à jour l’étrange complot qui avait apparemment pour but de semer le chaos sur le continent. Ce qu’ils avaient plutôt bien réussi au vu de la bataille qui avait eu lieu entre les deux cités alliées. On ne sut pas qui tirait les ficelles, l’identité du personnage étant tout autant inconnue pour les agents du complot car il agissait toujours dans l’ombre. La présence du calice redonna à Manost des couleurs, comme tous l’espéraient.
    Mais ils ne pouvaient se permettre de conserver le calice. Ils devaient le ramener rapidement à Lunargent. C’est ainsi que le Grand Emissaire embarqua à bord d’un navire pour reprendre la route vers Eauprofonde et poursuivre jusqu’à Lunargent.

    Ainsi s’acheva la très sombre période où Manost dut faire face aux menaces de Shar et du disciple d’Asmodée dont l’entreprise faillit réussir et conduire à l’entretuerie des Helmites et des Luméniens.


    « Et s’il est vrai que ces événements marquèrent la fin d’une époque, ils permirent surtout de révéler le véritable visage de Manost. Jamais la foi en Helm ne fut plus mise à l’épreuve qu’en cette époque et je pense que le Vigilant devait être fier du dévouement, de la détermination et du sens du devoir qui habitaient chacun de ses serviteurs. Je veux dire par là que dans son impassibilité, il a dû hausser un sourcil de satisfaction… »
    Eloern, Archimage de la Guilde des Arcanes.


    En espérant que ça vous plaise
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

Discussions similaires

  1. Le grand quizz BG2
    Par Raistlin dans le forum Le Comptoir d'Amn
    Réponses: 43
    Dernier message: 01/09/2007, 21h10
  2. [Quête] Le Grand Ralliement : groupe 1
    Par Erszebeth dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 6
    Dernier message: 01/05/2004, 13h48
  3. [Quête] Le Grand Ralliement : groupe 3
    Par Raven Al'Qazimir dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 31
    Dernier message: 06/04/2004, 13h30
  4. [Quête] Le grand ralliement
    Par Egrevyn dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 89
    Dernier message: 26/03/2004, 00h22
  5. [Quête] Le Grand Ralliement : Famine à Manost
    Par Folken dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 19
    Dernier message: 29/01/2004, 10h49

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231