Page 1 sur 3 123 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 90

Discussion: [Quête] Le grand ralliement

  1. #1
    Date d'inscription
    May 2003
    Localisation
    Dans le néant le plus obscur...
    Messages
    2 123
    Sur le chemin le menant au palais, le sieur Berrak n'avait cessé d'être confronté de la plus douloureuse des manières à l'état de déchéance qui avait atteint sa ville et ses concitoyens, et ce aussi subitement que de façon inexplicable. Morgana elle-même ne savait que penser. Un fléau aux origines surnaturelles, voire un maléfice jeté envers la cité bénie?

    Peut-être même que la période pendant laquelle la ville avait souffert des menaces de la secte de Xvim, suivie de l'attaque de vampires alliés à cette nébuleuse association et enfin des méfaits de Méboth et de ses ombres, avait participé à souiller l'aura de Manost.

    Le groupe déboucha sur la place que surplombait le bâtiment du Conseil. Les lieux étaient plus calmes, grâce aux patrouilles qui veillaient discontinuellement sur les
    sites névralgiques de la Capitale. L'un des gardes descendit à la hâte les quelques marches qui le séparait du conseiller et de ses compagnons
    .

    -Par Helm, Messire, vous êtes sauf!! Le soldat avait du mal à contenir son enthousiasme mais se rembrunit rapidement. En d'autres circonstances, les hommes feraient relâche et nous fêterins ça dignement mais hélas, vous n'aurez pas le temps de vous reposer. Je suis sûr que la nouvelle de votre retour remontera le moral de Messire Folken.

    -Oui, Enrek m'a appris que Folken m'avait précédé. Je vais de ce pas le rejoindre pour réfléchir aux premières mesures que nous pourrons prendre. Le semi-elfe s'interrompit quelques instants, pensif et certainement conscient de la difficulté de la tâche qui l'attendait, lui et ses amis. Le Conseil doit être au complet, et j'attends avec impatience que nous soyons tous enfin réunis comme cela était de coutûme aux temps glorieux de Manost....et les nouvelles que m'a données Ariel me donnent bon espoir que nous ferons face ensemble à ce terrible fléau.

    -Oui messire, vous aurez le soutien de tous, mais la population est à bout, et nous avons du mal à nous faire à l'idée de devoir la maîtriser.

    -Je sais, et il dépend de nous de redonner confiance aux notres. Je vais de ce pas retrouver le chef des armées. Si vous avez du nouveau concernant le Haut-Prélat ou les autres, n'hésitez pas à intervenir. Le temps nous presse.

    Le garde salua le Conseiller avec respect tandis que le semi-elfe, accompagné de la sorcière luménienne et de deux autres soldats manostiens, rejoignit les grandes portes du Palais.

    Le Hall décoré avec sobriété mais empreint de solennité et de dignité, était d'un silence et d'une quiétude qui tranchait fortement avec l'animation des rues de la ville. Egrevyn chercha des yeux son ami, chef des armées manostiennes, et finit par conclure que Folken était directement allé dans la Salle du Conseil. Laissant Morgana déambuler dans la pièce centrale, en attendant qu'elle le rejoigne éventuellement, le Conseiller se dirigea immédiatement vers la pièce où, par le passé, l'ensemble du gouvernement se réunissait presque quotidiennement, toujours animé d'une foi inébranlable face à l'adversité, notamment l'attaque de la secte ou la menace du Démogorgon.

    En pénétrant dans la pièce, le guerrier-mage ne voyait que les vestiges de cette époque révolue. Folken était nonchalemment assis sur l'un des sièges de la longue table ovale. Perdu dans des pensées sombres, le menton soutenu par l'une des ses mains, le semi-elfe d'habitude si malicieux n'avait pas vu l'entrée de son ami.

    Si le peuple avait pensé un temps au crépuscule du Conseil, il était temps de montrer que ce dernier avait de la ressource.
    Silently, we wander...

    "Arghhhhh, j'ai drow mal", hurla le sorcier Shuy Imbhoulaï ------> extrait exclusif du "Blagonomicon de Gygy les bons tuyaux"

  2. #2
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Valprofond
    Messages
    359
    La sorcière s'était attardée un instant sur la place du temple, regardant tous ces gens en colère et surtout désespérés. Alors qu'ils faisaient route vers Manost quelques heures plus tôt, le semi-elfe n'avait eu de cesse de lui chanter les louanges de la cité du Gardien, sa beauté, son calme, sa joie de vivre... Elle avait eu un choc en passant les portes de l'enceinte! Des gens hagards errant par les rues, un atmosphère lourde, sordide, des visages creusé, des yeux fatigués... Et ensuite cette foule grondante qu'ils avaient traversés pour aller vers le temple. Au moment où l'escorte reprenait sa route vers le palais, l'Aasimar n'avait pu s'empêcher de regarder par dessus son épaule. Elle avait vu des gens atteints par la famine ou la maladie durant sa vie, amis ces visages-là reflétaient une telle stupeur...

    Elle aurait pu repartir, aller à l'ambassade Lumenienne et prendre un bateau, échapper à ces visages et à cette malédiction, mais la sorcière n'était pas du genre à laisser ses regards derrière elle, et même l'aurait-elle voulu...

    Elle avait donc suivi le cortège vers le Palais administratif. Alors qu'Egrevyn s'éloignait vers la salle du conseil, Morgana admira le décor. Sobre, simple, austère, comme la Sentinelle. Dans le calme ambiant, elle se laissa aller à fermer les yeux et à "écouter" ce qui palpitait au dehors. Oh, rien de bien précis, un sentiment diffus, un malaise. La fatigue des derniers jours commençait à se faire sentir hélas.

    Elle poussa un soupir et vagabonda dans le hall sans être inquiétée par les gardes. Elle se dirigea lentement vers l'endroit où Egrevyn avait disparu. Ce n'était pas par calcul, mais surtout parce qu'elle commençait à s'inquiéter... Elle se glissa dans la pièce pour écouter les hommes qui y devisaient. Le cas échéant elle pourrait toujours proposer ses services, qui sait?
    "Et si on se lançait dans l'élevage de bébés en plein air?!!!" "... *soupire*"
    Je suis les Ténèbres, je suis la Lumière... Morgana LeFay Sorcière à la retraite.

  3. #3
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages
    1 258
    Ravestha pénétra dans le bâtiment. Cela faisait longtemps que le conseil ne s'était pas réuni au complet. Il espérait qu'il le soit aujourd'hui, en cette période si sombre. Il savait que deux des conseillers attendaient à l'intérieur, et il avançait d'un pas hâtif, car ce n'était pas seulement deux dirigeants qu'il venait retrouver, mais deux amis depuis trop longtemps partis. Les retrouvailles avec Folken avaient été bien trop brèves, et celles avec Egrevyn inexistantes.

    Pour ces soldats, ce n'était pas la première fois qu'il le voyait sous sa forme éthérée, mais ils ne s'y étaient pas encore accoutumé, et cette forme insolite troublait encore quelque peu les gardes.

    L'un d'eux se présenta à Ravestha.


    - Les conseillers Egrevyn Berrak et Folken sont arrivés, sire, vous pourrez les trouver dans la salle du conseil.

    Ravestha inclina la tête en signe de remerciement avant de se diriger vers la salle. La sérénité et le calme qui régnait en ce lieu tranchait nettement avec l'ambiance qui régnait dehors.

    Il avança à pas rapides et se retrouva devant la porte de la salle où tant de fois le conseil s'était réuni, pour des questions plus ou moins graves, pour des rapports plus ou moins inquiétants, mais pour toujours servir Manost.

    La sensation qui habitait Ravestha était étrange. Maintes fois il avait franchi cette porte, mais la situation était très différente, pour Manost, comme pour lui. Il passa la porte et pénétra dans la salle.
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  4. #4
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages
    2 650
    Perdu dans ses plus sombres pensées, Folken se remémorait l’ancienne époque où la longue salle où trônait la merveilleuse table ovale était remplie de joie, d’activité, où se contaient les récits d’aventures fabuleuses, légendaires. Il revoyait le grand émissaire dévoiler une carte des lieux pour établir les plans d’actions pour défendre Manost d’une menace grandissante, et autour de lui les idées fusaient, les conseillers débattaient toujours prêts, voire pressés de partir ensemble à l’aventure. Aujourd’hui ces images lui paraissaient très éloignées. La salle était sombre, froide, la quiétude régnait toujours cependant, et son contraste avec l’agitation du dehors était apaisante pour le conseiller. Sortant soudain de ses pensées, il aperçu enfin son vieil ami se diriger vers lui, mettant un court laps de temps à le reconnaître, tant ses traits étaient marqués, il se leva avec peine, lui-même encore sous le coup d’éprouvantes douleurs qui l’avaient ébranlé, pour le saluer chaleureusement. Les deux hommes semblaient soulagés de se retrouver après une si longue période sans nouvelles l’un de l’autre et eurent vite fait de se conter leurs aventures mais sans trop détailler, n’ayant dans le fond, pas le cœur à ça malgré le bonheur des retrouvailles. L’obscurité de la salle semblait s’atténuer légèrement alors que les deux hommes parlaient, quand soudain un courant d’air les poussa à tourner leur regard vers la porte de la salle qui venait de s’ouvrir : Ravestha venait d’entrer à son tour. Le cœur des trois hommes s’emplissait alors d’espoir et Folken ne put s’empêcher de penser :

    « Alors ça y est … C’est reparti ? »

    Même si la forme de Ravestha eut elle aussi pour effet de surprendre les deux conseillers, ceux-ci sentaient rien qu’à cette seule arrivée des forces leur revenir. Les trois hommes savaient qu’ils avaient laissé Manost à l’abandon depuis bien trop longtemps et qu’il était temps de réagir. Cette scène de joie paradoxale avait pourtant de quoi faire peine à voir, et certains soldats, anxieux ne s’y trompaient pas. Si le conseil était de retour il n’en demeurait pas moins que les trois seuls hommes présents sur l’instant n’avaient plus la fière allure qu’on leur connaissait il y a encore peu. Tous trois se distinguaient désormais par leurs traits marqués par la douleur et la fatigue, ils semblaient avoir vieilli de dix ans depuis le dernier conseil mais cela importait peu, ils étaient maintenant réunis, et rien ne semblait les arrêter. Il faisait désormais presque clair dans la salle et les récits reprenaient ainsi de plus belle puis s’interrompirent d’un coup. Il fallait maintenant sortir Manost de ce bourbier.
    Et ce fût Folken qui prit le premier la parole


    - Avant d’essayer de trouver et combattre l’origine de ce malaise je propose qu’on délègue tout de suite quelqu’un chargé de rapporter le plus de nourriture possible des terres mélandiennes et luméniennes et qu’on distribue cette nourriture à la population. Je ne sais pas si nous avons cependant les moyens financiers d’assurer de telles dépenses.

    - Je propose qu’on lance un appel à toutes les bonnes âmes disponibles pour venir nous donner de l’aide continua Egrevyn

    - Oui il faut que Manost se rappelle qu’elle compte des aventuriers parmi les plus valeureux du continent, et il faut que ceux-ci rechaussent leurs bottes pour partir à l’aventure dirait-on souffla Ravestha

    Au fur et à mesure que les projets s’établissaient, le sourire revenait timidement sur les visages des trois hommes. La situation était dramatique mais rien qu’à l’idée de l’affronter ensemble, elle leur paraissait déjà moins lourde et de nouveau ce sentiment d’impatience à repartir à l’aventure ensemble renaissait.
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



  5. #5
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Paris
    Messages
    644
    Misère, saleté, colère... Wookiee ne pouvait certes plus voir son environnement mais il le ressentait maintenant avec une précision accrue. L'odeur omniprésente de la crasse, de la maladie; le bruit des plaintes incessantes, la rumeur grondante parmi les groupes de citoyens; la poussière qui collait à la peau et un vent mauvais désagréablement chaud et moite... Tous ces signes avaient échappés au Haut-Prélat lorsqu'il était arrivé en ville quelques heures plus tôt, plus mort que vif...

    Inconsciemment, le paladin se redressa sur sa monture pour paraître plus droit, autant par fierté que pour ne pas faire pâle figure devant les citoyens Manostiens. Nul doute que ceux-ci avaient besoin d'être rassurés sur les capacités de leurs dirigeants et son nouveau statut d'handicapé ne devait guère les orienter dans cet état d'esprit... Wookiee s'était habillé en hâte avant de quitter l'Ordre, revêtant une cotte d'armes mais pas d'armure, trop lourde étant donné son état, et conservant au côté sa lame ryyyk qui lui semblait peser une tonne.


    "Nous sommes arrivés, Sire." fit la voix encore juvénile d'Aldwin, le jeune novice qu'Hugues lui avait dépêché pour l'assister. En vérité, son assistance n'avait été guère nécessaire pour la traversée de la ville, Wookiee ayant retrouvé avec plaisir sa fidèle monture qui lui servait quasiment de vision de par le lien empathique qui les unissait. Toutefois, son aide allait devenir indispensable pour se déplacer dans le palais, tout comme elle l'avait été pour quitter l'Ordre, et la prévenance du jeune homme était réconfortante quoique gênante car rappelant sans cesse au paladin son handicap.

    Pied à terre, des marches familières et toujours des grondements de foule en fond sonore puis une voix se voulant ferme mais avec une pointe d'inquiétude mal dissimulée.


    "Auriez-vous l'obligeance de me remettre votre arme je vous prie, Messire Conseiller?"

    "Qui avez-vous peur que je blesse dans cet état?" fit le Haut-Prélat avec un sourire amer "Enfin, telle est la loi et il n'est pas dans nos habitudes d'y déroger, n'est-ce pas?"

    D'interminables couloirs, des portes qui s'ouvrent, l'épaule d'Aldwin comme une bouée de secours... Puis des voix inquiètes mais familières mais devisant à voix basse, comme pour éviter de se faire entendre d'on ne sait qui... Les portes de la salle de réunion du Conseil qui s'ouvrent, les voix d'Egrevyn, Ravestha et Folken qui s'interrompent pour saluer le paladin, une note de surprise dans la voix, sans doute en le voyant. Un siège enfin...

    "Merci Aldwin, je n'ai plus besoin de toi pour le moment. Attends-moi dehors, je t'enverrai chercher en cas de besoin."

    Les pas du novice qui s'éloignent, la porte qui se ferme.

    "Bien, quelle nouvelle catastrophe nous est encore tombée dessus?"
    Responsabilités: Modérateur des forums de la Besace de Jan
    Manost: Wookiee al Kashyyyk, ancien membre du Très Noble Ordre du Coeur Radieux.

  6. #6
    EricZEGod Invités
    Son inquiètude avait fait place à une grande frustration, doublée d'une tristesse encore plus grande, comme une prodonde blessure à l'âme. Il n'était point de paix pour Manost en ces temps troublés. Cependant, il devait rester digne et conserver sa foi en Helm, le Gardien, la Sentinelle Suprême. Peut-être que c'était aussi son interprétation des paroles de la vielle dame ?

    Il se sentait également coupable de ne point avoir pu tenir à jour les comptes de Manost, bien que son devoir de Paladin devait prévaloir sur tout. Mais finallement n'était-ce pas aussi un peu de sa faute si la famîne faisait rage en ce moment ?

    Il arriva devant le palais, ses émotions changeant à chaque coup, et s'engouffra dans le couloir principal, ayant au préalable salué les gardes, d'une manière bien morne, et avait lu dans leurs yeux, la stupeur, la tristesse, et également ce qu'il croyait être des reproches cachés.

    C'est alors qu'il ressenti une violente colère, comme un poison noir qui vînt soudain emplir tout son être. Il frappa violamment du poing dans un des murs du palais et hurla comme un animal sauvage que l'on aurait blessé au tisonnier chauffé à blanc. Le mur était légèrement effrité.

    Il se tourna alors vers une statue à l'effigie du Vigilant et demanda :


    -Pourquoi ? N'avons nous pas fait notre devoir ? N'avons nous pas accompli la lourde et dangereuse mission pour la survie de Manost ?

    Les larmes se mîrent à couler le long de son visage, et le Paladin tomba à genoux devant le mur qu'il venait de frapper. Il resta ainsi une minute environ.

    Puis il se reprît séverement :


    - Non je n'ai pas le droit de craquer. Au nom de tout ce qui est juste et bon, il faut que je tienne ... les autres m'attendent, et pour la survie de Manost, il est impératif que je me reprenne !!

    Il se rendît ensuite dans son bureau du ministère, afin d'y récuperer des documents relatifs à l'économie de la ville. Celà lui rappela alors brusquement les souvenirs passés : Manost faste et resplendissante, les citoyens heureux et prospères, les commerces et tavernes bondés de monde. Celà lui redonna du courage et il se rendît dans la salle du conseil, avec un coeur un peu plus léger.

    Alors qu'il s'approchait de la salle du conseil, dont la lourde porte se fermait, un jeune paladin en sortant, et, à ce qu'il cru en voir, le Haut Prélat Wookiee (quel courage il avait pour assister à un conseil si tôt après sa dernière blessure) il entendît les mots suivants :


    - Oui il faut que Manost se rappelle qu’elle compte des aventuriers parmi les plus valeureux du continent, et il faut que ceux-ci rechaussent leurs bottes pour partir à l’aventure dirait-on ,

    - Quelle nouvelle catastrophe nous est encore tombée dessus ?

    Ce à quoi il répondît immédatemment après être entré :

    - Des catastrophes et des aventures, il est vrai que notre ville en a connu, mais nous voici réunis à nouveau pour y faire face.

    Il regarda ensuite les autres conseillers un par un et leur dit :

    - Comme au temps jadis ?




  7. #7
    Date d'inscription
    May 2003
    Localisation
    Dans le néant le plus obscur...
    Messages
    2 123
    Les trois premiers Conseillers arrivés avaient suspendu brusquement l'exposé de la situation. Le retour du Haut-Prélat, blessé de la sorte, avait ébranlé le demi-elfe, mais il n'en laissa rien paraître, conscient que le Paladin ne voulait pas susciter de pitié et était venu avant tout pour aider à la résolution du fléau qui avait défiguré la Cité Bénie.

    Sir Wookiee Al Kashyyyk, une fois installé dans l'un des sièges réservés aux conseillers, s'enquérit de la situation avec une de ses célèbres formules percutantes qui eut don d'alléger l'ambiance pesante. Ses trois amis eurent à peine le temps de réagir au retour du fier combattant, car, comme pour marquer cette réunion d'une empreinte indélébile, le Sénéchal EricZegod fit lui-même son entrée. Le noble paladin, aussi marqué par ses combats précédents, semblait neéanmoins animé par une foi solide, inébranlable et communicative.

    En effet, malgré l'adversité présente, et la desépérance qui s'était emparée de la population, pour la première fois depuis des mois, le conseil se trouvait à nouveau réuni et ce au moment où Mansot avait le plus besoin de cohésion. Les retrouvailles furent émouvantes, les amis du Haut-prélat ne souhaitant pas, malgré tout, s'apesantir lourdement sur les séquelles du paladin. L'ambiance restait grave et solennelle, mais au moins, une touche d'optimiste avait brisé la chappe de défaitisme qui avait saisi un temps le Chef de la garde.

    Les 5 compagnons rongeaient leur frein, impatients qu'ils étaient de savoir ce que chacun avait vécu séparément, car il fallait avant tout décider de la marche à suivre.

    Folken résuma d'abord la situation telle qu'il l'avait apprise d'enrek. La famine subite, l'ensemble des villes Helmites touchées, et cela sans aucune explication apparente. Une population sur le point de rupture. Enfin, la décision de faire appel aux hommes et femmes de bonne volonté, aux combattants les plus émérites mais comment, et que pouvaient-ils faire?


    -Bien, reprit Ravestha, d'abord, ne nous lançons pas tête baissée. Avant de pouvoir laisser Manost livrée une nouvelle fois à elle-même, nous devons impérativement nourir les notres. Toutes les récoltes ont été touchées par ce mal mystérieux. Et je ne vois donc pas d'autres solutions que demander assistance à nos alliés. Envoyons aussi plusieurs détachements se fournir dans les villes mélandiennes. Se tournant vers Eric, le Grand Emissaire s'informa des possibilités financières pour une telle action.

    -Nos caisses nous permettent de voir venir. Manost a eu une période faste. Le budget sera prioritairement consacré au ravitaillement de nos cités, et de la capitale en particulier.

    -Parfait, intervint Folken, au moins nous pourrons redonner rapidement confiance à nos citoyens.

    -Certes, ajouta Wookiee, mais nous en restons au même point. J'ai beau y réfléchir moi-même, je ne parvient pas à élucider l'énigme de cette famine. il n'y a eu aucune alerte, le climat a été favorable et il y a encore peu de temps, on louait la fertilité de nos terres. Il nous faut des réponses...sinon, à quoi bon envoyer des groupes d'aventuriers ici et là, sans savoir où ni quoi chercher.

    -On peut d'ores et déjà exclure toute cause naturelle, conclut Egrevyn. Ca ne serait pas la première fois que Manost est victime de forces magiques. Mais la situation est trop grave pour rejeter la faute sur l'un des effets de la zone entropique du Golfe de l'oubli.

    Un long silence emplit la pièce. Folken faisait les cent pas, bouillonant et mormonant les hypothèses qui lui semblaient les plus pertinentes. Et il contrastait vivement avec le calme des autres conseillers, qui n'en demeuraient pas moins sujets aux mêmes interrogations. Chacun restait perdu dans ses pensées.
    Silently, we wander...

    "Arghhhhh, j'ai drow mal", hurla le sorcier Shuy Imbhoulaï ------> extrait exclusif du "Blagonomicon de Gygy les bons tuyaux"

  8. #8
    Banshee Sangdelune Invités
    *En quittant la prison, la voleuse et le pirate avaient mis un certain temps à rejoindre le Palais. essentiellement par ce qu'il ne s'agissait pas d'un endroit que l'elfe connaissait, et aussi parce que les rues n'étaient pas désertées, loin de là... Les gens continuaient d'errer dans la ville, comme s'ils attendaient quelque chose sans savoir quoi.

    Un bruit courrait cependant. Les conseillers seraient tous de retour. On auarit vu les seigneurs Folken et Berrak près du temple et aussi une escorte composée du Haut-Prélat Al Kashyyk et le conseiller EriczeGod revenant de la campagne Manostienne. On chuchotait même que le Grand Emissaire lui-même était de retour...

    Les deux jeunes gens avaient ralentis l'allure en traversant de nouveau la place du temple. Banshee avait reconnu au milieu d'un cercle de malades et de faméliques le Chantre de Lathandre qui tentait d'apaiser les souffrances des plus atteints... Elle s'arrêta quelques secondes pour regarder la scène qui en amenait tant d'autre dans son esprit. Grenouille tira sur son bras.*


    Excuse-moi, mais je ne voudrais pas trop traîner dans le coin, si tu vois ce que je veux dire...
    Pardon, *fit l'elfe en s'arrachant à sa contemplation* Tu as raison, nous avons assez traîné par ici.

    *Ils reprirent leur route vers le Palais. A mesure qu'ils s'en approchaient les rues devenaient plus calme, plus vides aussi, comme si le malheur qui touchait la cité n'osait pas s'approcher du centre du pouvoir. Ils arrivèrent enfin aux pieds de l'imposant édifice. Des gardes en gardaient l'entrée. La réunion des conseillers enfin réunis avait du commencer. Ils allaient devoir attendre un peu avant de pouvoir avoir un début d'explication...

    Grenouille alla nonchalament s'appuyer contre une des colonnes du Palais tout en regardant autour de lui. Banshee s'étira et commença à chercher un coin où s'asseoir. Alors qu'elle se dirigeait vers un petit muret de pierres non loin de là, une vieille femme dont le visage semblait refléter des âges et des âges et dont les yeux blancs montraient clairement qu'elle était aveugle, surgit devant elle. Se trouvant sur son chemin, l'elfe voulut s'écarter pour la laisser passer.

    Mais la vieille femme semblait se diriger vers elle...*

  9. #9
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    On me prête pour résidence le bosquet des pierres, mais je pérégrine...
    Messages
    11
    Etrangement, l'Ainée avançait d'un pas assuré et combla les derniers mètres qui la séparaient de l'elfe de lune avec cette même prestesse qui avait quelque peu intrigué le jeune pirate sur la place du temple.

    En apparence, la vieille femme semblait appartenir à une de ces tribus de nomades que l'on croise dans les régions de la Rashménie. Enveloppée dans long caban surmonté d'un challe qui présentait des motifs dans une langue inconnue, elle ne paraissait pas être incommodée par ce qui était, pour le commun, un handicap rhédibitoire. Surtout, elle continuait de psalmodier à demi-voix des phrases quelques peu désordonnées.

    Banshee avait cru saisir quelques bribes au passage...
    purifier ce qui ne l'est plus...amis, ennemis, patouillis...Au premier abord, elle l'aurait pris pour une de ces vétérantes que les épreuves de la vie n'avaient pas épargnée, mais l'elfe avait senti autre chose. L'Ainée dégageait une aura indéfinissable, et laissait entrevoir un pouvoir insolite.

    Une fois face à la bretteuse, la doyenne commença à gesticuler autour de la jeune femme en effectuant une sorte de valse interrompue par des mimiques et des formules
    brumeuses. Le jeune pirate se leva pour rejoindre son amie mais l'aïeul, sans même avoir eu besoin de se retourner, leva la main pour stopper l'élan de Grenouille. Sa sarabande achevée, elle fixait l'elfe de lune, qui était restée fascinée par ce personnage extravagant.


    Entre lumière et obscurité, longtemps tergiversé.

    Dilemme sans cesse différé.

    Epreuve en prévision...mais fî des prédictions.


    L'ancêtre s'interrompit brusquement, l'air hagard. Elle tira un bibelot de sa besace pendant le long de son flac droit et tendit ce qui ressemblait à un gri-gri à l'elfe de lune. Puis, comme ayant perdu le fil de ses actions précédentes, elle se tourna vers la porte du Palais, humma l'air et repris sa marche paisible vers les escaliers menant à l'antre du conseil.
    Pour connaître ce que les autres disent de toi, écoute ce qu'ils disent des autres en ta présence.
    On est maitre de ses paroles, on en devient l'esclave une fois qu'elles sont dites.

    Qui m'écoutera? Na gobedemena, na gofoyog'a...
    Le Bosquet des pierres, ma demeure.

  10. #10
    Date d'inscription
    June 2003
    Localisation
    Arf un peu partout, une femme dans chaque port!
    Messages
    1 339
    Gothmog venait de s’évanouir sur les marches du temple de Helm. Graoumf ainsi que 2 autres gardes se précipitèrent à son secours et l’emmenèrent dans le temple. Ils le déposèrent sur une couche à côté du l’autel principal et un prêtre arriva en courant. Il se pencha sur le Balor et reconnu le Capitaine. Il y a quelques heures de cela, il lui avait déjà prodigué les premiers soins. Le prêtre avait réussi à éliminer le poison et délivrer le Balor de la malédiction qui s’était emparée de lui. La plaie commençait à cicatriser mais Gothmog ne guérissait pas aussi rapidement que le prêtre pensait.

    Le prêtre de Helm demanda aux gardes et personnes présentes de sortir du temple afin de le laisser se concentrer. Après quelques minutes de méditation, une aura jaune enveloppa le prêtre. Elle semblait douce et apaisante. Il tendit sa main sur la plaie du Balor et commença ses incantations. Seule une élite cléricale pouvait comprendre le sens de ses mots. Ce n’était ni du latin, ni du grecque, ni de l’elfe ancien, bref, une langue qui paraissait venue d’ailleurs. Une énergie pénétra alors le corps du Balor au niveau de sa cicatrice et s’y propagea. Le prêtre cessa ses incantations et regarda attentivement la réaction du Capitaine. Après quelques secondes, il ouvrit le yeux et regarda fixement le prêtre puis il dit :

    « Je vous remercie, je sais que je vous dois la vie. J’ai sentis mon âme quitter mon corps et rejoindre les Abysses. »

    Le prêtre esquissa un sourire et d’un ai compatissent il dit :

    « Vote blessure et le mal qui vous rongeait étaient bien plus important que je ne l’avais pensé. Vous avez de la chance d’être encore en vie. Mais vous ne risquez plus rien maintenant. »

    Gothmog se leva, embrassa le prêtre et leva les yeux vers la statue de Helm et dit

    « Oh Helm tout puissant, je te remercie pour ta générosité. Je saurais me montrer digne de ta confiance »

    Sur ces mots le Capitaine sortit du temple et s’arrêta sur le seuil de l’entrée. Il regarda ses gardes et s’approcha de Graoumf. Il lui tendit la main et dit

    « Je te remercie mon brave pour ce que tu as fais. C’est avec des gardes comme toi que Manost peut retrouver sa gloire et ses fastes passés. »

    La foule qui jusque-là continuait à gronder, se tu lors de l’apparition du Balor. Il y a quelques minutes, celui-ci s’était écroulé sur le parvis du temple, causant un léger vent de panique dans la foule. Et maintenant, il se tenait là, devant la foule, droit comme une statue et semblant animé d’une vigueur nouvelle. Gothmog fît un pas en avant et dit :

    « Voyez mes braves gens, il y a de cela quelques minutes j’était au bord du gouffre de la mort et maintenant je me tiens là devant vous en pleine forme et plus fort que jamais. Si j’ai pu revenir du royaume des morts c’est que tout est possible ! Gardez espoir et battez vous ! Ensemble nous vaincrons cette famine et bientôt la luxure, les fastes et la gaité d’entant reviendront parmi nous ! »

    Un paysan se mit alors à hurler ‘vive Gothmog’ ‘vive Gothmog’ tout en brandissant sa fourche vers le ciel. La foule enchaîna rapidement et reprit le slogan en cœur. Cette fois ci ce n’étaient plus des cris de faim et de haine qui sortaient de la bouche des paysans mais des cris d’espoir.

    Gothmog prit son envol et se dirigea en direction du palais des Conseillers. Il se posa devant la porte d’entrée et se tourna vers Banhee et Grenouille. Ces derniers étaient assis sur les marches du palais, adossés à l’une des immenses colonnes de marbre blanc. Arrivé à leur hauteur il dit :

    « Je suis ravi de vous revoir mes amis. Je viens vous tenir compagnie dans l’attente de la décision du Conseil »
    Statut : peu présent sur le forum, mais fais des efforts

  11. #11
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Paris
    Messages
    723
    Grenouille resta un instant bouche bée, alors que les forces lui revenaient lentement. L'ancêtre était plus qu'elle ne le paraissait, c'était évident. Un simple geste de sa main, et il s'était senti stoppé par une autorité plus puissante que tout ce qu'il avait jamais bravé dans sa carrière de criminel. Ce n'était pas de la magie, pas vraiment, mais un air de confiance inébranlable qui l'avait stoppé net alors qu'il s'apprêtait à protéger Banshee.

    Lentement, il reprit sa respiration. Ca devait être la prison, et les coups. Les problèmes de ces dernières heures lui faisaient perdre ces moyens. Non, ce n'était qu'une folle, et rien de plus !

    "Quelle vieille peau !" siffla-t-il doucement en se rapprochant de la jeune elfe. "Qu'est-ce qu'elle t'a donné ? Fais attention, c'est peut-être dangereux ?"

    Banshee ne lui répondit qu'à mi-voix, sans détourner les yeux de l'objet niché au creux de sa main.
    "Non, ce n'est pas dangereux, en tout cas, je ne crois pas. Nous verrons bien, après tout. Le temple de Helm regorge de prêtres qui seront trop heureux de lancer une détection des malédictions pour quelques piécettes"
    "Je... vois" fit lentement Grenouille. "Alors nous entrons dans le bâtiment, hein ?"
    "Bien sûr. Pourquoi cette hésitation ?"
    Le jeune pirate haussa les épaules, mal à l'aise.
    "Je dois dire que ces helmites ne m'ont pas paru particulièrement accueillants la dernière fois que je les ai vus. Qu'est-ce qu'ils vont faire, cette fois-ci ? Me pendre pour les avoir regardés de travers ? Me brûler pour les avoir bousculés ?"
    "Il ne va rien t'arriver, cette fois-ci" gloussa Banshee. "Tu es sous ma protection"
    "Voilà qui est rassurant..."

    Visiblement peu convaincu, mais décidé à la suivre, Grenouille emboîta le pas à la Maîtresse des Ombres, et ils pénétrèrent dans le temple. Aucun garde ne les arrêta.

    "Vive Gothmog !" hurlait la foule devant le parvis.
    Le sourire sarcastique de Grenouille fut englouti par l'obscurité.
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  12. #12
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Valprofond
    Messages
    359
    Personne dans la salle du conseil n'avait fait attention à l'Aasimar. Cette dernière s'était contentée d'écouter les discussions entre les conseillers enfin réunis.
    Une étrange atmosphère se dégageait de la pièce. Elle aurait appeler cela une osmose parfaite entre tous les gens présents. Elle ne put s'empêcher de sourire...

    Quoiqu'il se passe, pensa-t-elle, la cité est en de bonnes mains. Helm peut être fier!

    Chacun des hommes proposait une idée pertinente : le ravitaillement le plus vite possible, l'appel aux bonnes volontés pour tenter de débusquer la source du mal...

    La sorcière posa son front sur la pierre du mur contre lequel elle s'était adossée. La nuit de repos à la Tour de Vigie avait été trop courte. Elle souffrait encore des blessures qu'elle n'avait pas eu le temps de faire soigner et n'était pas sûre d'avoir récupéré tout son potentiel... Ses perceptions en particulier étaient fortement altérées suite à ses épreuves dans les cryptes de Mélandis. il lui aurait fallu plus de repos sans doute. Mais elle ne s'attendait pas à ce que son passage à Manost se trouve bouleversé par cette famine...

    Elle ferma brièvement les yeux. Des bribes de mots parvinrent à son esprit :


    "De nouveau réunis... Ravitaillement... Mélandis... Assistance... Lumenis..."

    La mention de sa cité d'adoption fit revenir à la surface l'esprit de la sorcière... Peut-être pourrait-elle se proposer comme messagère vers la cité de Lathandre? Ayant vu la situation de ses yeux elle pourrait la décrire au mieux aux Hauts-Conseillers.

    "Forces magiques..."

    Elle redressa la tête. Elle avait une étrange impression. En fait cette impression elle la ressentait depuis le moment où elle avait émergé du portail dimensionnel qui l'avait conduite avec Egrevyn hors de Mélandis. Elle l'avait simplement mise sur le compte de la fatigue. C'était une sensation diffuse sur laquelle elle ne pouvait mettre le doigt. Dès qu'elle essayait de la cerner, de se concentrer dessus, elle lui échappait, comme un poisson qu'elle tenterait d'attraper à mains nues...

    Peut-être était-ce du à la fatigue ou peut-être que cela dépassait ses compétences...


    Oui, il y a sûrement de la magie derrière tout ça... fit-elle presque mécaniquement, pensant tout haut plus qu'elle ne donnait son avis aux gens présents. Même si je suis incapable de vous dire quelle magie exactement...

    Les cinq hommes se tournèrent tous en même temps vers Morgana. Ils virent une jeune femme à l'air légèrement hagard et dont les longs cheveux blancs barraient une partie du visage. L'un des conseillers allait lui demander qui elle était et ce qu'elle faisait là, mais il n'en eu pas le temps.
    La porte de la salle s'ouvrit comme sous une forte poussée et une étrange personne entra à son tour dans la pièce...
    "Et si on se lançait dans l'élevage de bébés en plein air?!!!" "... *soupire*"
    Je suis les Ténèbres, je suis la Lumière... Morgana LeFay Sorcière à la retraite.

  13. #13
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    On me prête pour résidence le bosquet des pierres, mais je pérégrine...
    Messages
    11
    L'ainée apparut dans l'embrasure de la porte de la grande salle voutée, lançant une première sentence qui théatralisa davantage son apparition:

    "Manost se dénature, où chercher si ce n'est dans la surnature"

    Les conseillers, ainsi que Morgana, n'eurent pas vraiment le temps de rester stupéfaits à la vision de la vielle Rashémi. Il émanait d'elle une telle sérénité palpable et contagieuse qu'elle eut le don de mettre l'assemblée dans un état de confiance assez surréel mais bienvenu à un moment où les dirigeants manostiens digéraient les révélations de la sorcière luménienne et se trouvaient dans une impasse inextinguible face à la source du Fléau.

    Les yeux blancs de l'ancêtre, signe de son apparent handicap, conduisit Folken à se porter à ses côtés pour l'aider à trouver un siège. Mystérieusement, la présence de la vieille femme semblait naturelle aux conseillers, qui ne se donnèrent même pas la peine de demander les raisons de sa venue. L'évidence s'imposait aux yeux de tous. Brisant l'attentisme ambiant, le chef des armées fut interrompu dans son mouvement par la mise en mouvement de la vétérante. L'inconnue s'était portée près du Haut-Prélat avec facilité, comme si les lieux lui étaient familiers, tout en fredonnant une de ses tirades ténébreuses.


    "Faux-semblants, c'est de saison...Apparence il faut jeter soupçon".

    Puis, se baissant avec bienveillance vers Sir al Kashyyyk, posant une main parcheminée par les âges mais encore agile sur l'épaule du paladin immédiatement tranquilisé par ce geste:

    "Un manque, quelle semblance! Plus de voile face au sens".

    Eric avait reconnu l'auguste ancienne croisée au détour du temple, et déjà, les paroles à l'allure prophétiques de celle-ci l'avait grandement intrigué, mais même si tout semblait trop nébuleux encore, chacun restait persuadé que les sentences de la vieille face étaient loin d'être des palabres d'une hallucinée.

    Enfin, après s'être retournée vers les autres conseillers ainsi que la sorcière, les saluant avec ce même sourire apaisé qui n'avait pas quitté ses lèvres depuis son entrée dans l'antre du Conseil, la Rashémi alla s'asseoir à son tour, après avoir posé sa canne au pied de son siège. L'Assemblée fit de même, Morgana prennant soin de se placer près de la vieille femme, non loin du sieur Berrak, intriguée qu'elle était par les facultés surnaturelles qu'elle avait cru déceler chez cette dernière. Ravestha brisa le silence en s'adressant à celle qui semblait avoir été acceptée comme interlocuteur privilégiée par le Conseil.


    -Je ne sais pourquoi, mais mon intuition, et Helm sait que j'ai toujours veillé à être à son écoute, m'exhorte à vous faire confiance. Et je pense que mes amis me suivront dans cette décision. Nous ne savons plus à qui nous vouer, peut-être que votre venue est un signe.

    Tout le monde acquiesça aux paroles du Grand emissaire, encore las mais néanmoins suspendu aux révélations de l'aieul. La vieille femme, presque rieuse, se mit à fixer un point invisible sur le mur opposé, et d'une voix séraphique qui tranchait avec son apparence décharnée énonça, au milieu de pauses silencieuses:


    "L'inexplicable énigme ronge et tarit les songes.
    Se méfier, se garder du familier malsain, le plus pernicieux mal est intestin.
    Un fiel sans nom s'étend, depuis trop longtemps
    le royaume du vigilant est déliquescent
    Non sans ennemi étranger, c'est à l'intérieur qu'il faut chercher.
    Confiance énvolée, épreuves variées,
    la terre de Helm s'est viciée d'elle-même
    aidée par des souillures maléfiques
    muée pour Manost en véritable arsenic
    Car Trop absent ont été les apprentis dirigeants.
    Gare, gare, un avatar du malin émerge non loin,
    et ne rêve que de parachever le chaos déjà amorcé."

    Le douzain de l'ainée avait autant donné d'indices que révélé de nombreuses obscurités. Et déjà tout le monde se mit à méditer ce qu'il était possible d'en tirer. Egrevyn lui-même, pourtant habitué à déchiffrer les énoncés les plus mystérieux, réfléchit longuement jusqu'à se tourner vers la vieille femme restée silencieuse, comme si certains détails lui paraissaient déjà plus clairs.
    Pour connaître ce que les autres disent de toi, écoute ce qu'ils disent des autres en ta présence.
    On est maitre de ses paroles, on en devient l'esclave une fois qu'elles sont dites.

    Qui m'écoutera? Na gobedemena, na gofoyog'a...
    Le Bosquet des pierres, ma demeure.

  14. #14
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    626
    Hugues de Breizh était dans l'expectative. Les dernières révélations de Lamnis Valnon sur les pierres découvertes dans l'antre de Meboth le mettaient mal à l'aise. Si ces pierres n'étaient pas les mêmes que le Paladin noir utilisait pour capturer les âmes de ses adversaires, à quoi pouvaient-elles bien servir ?

    Le Paladin fût sorti de ses rêveries par les cris de la foule. Le Paladin avait vu les ravages que faisait la famine sur les Manostiens. Des corps commençaient à s'amonceler sur les bas côtés, et la foule en colère parcourait les rues à la recherche de nourriture. Le Paladin regarda la ville et cette foule d'un regard interdit. Comment cela avait-il pu arriver ? Que se passait-il donc ?
    Helm mettait-il les Manostiens à l'épreuve ?
    Des hommes, des femmes hurlaient à qui mieux-mieux, que Helm les avait abandonné, que cette famine était son divin châtiment. Hugues de Breizh haussa les épaules. Cela ne pouvait être vrai. Aucune fois, Manost n'était sortie du giron de Helm. Si celui-ci les avait réellement abandonné, alors pourquoi leur aurait-il donné la victoire sur Meboth. Cela ne se pouvait. Quelqu'un ou quelque chose était caché derrière cela, mais qui ?


    Hugues était perdu dans ses pensées, et quand il reprit ses esprits, il vit qu'il était arrivé devant le bâtiment du conseil.
    Devant celui-ci, une foule s'était agglutinée pour attendre ce qu'allait décider le Conseil de Manost. Hugues aperçut quelques-uns uns de ces amis, le Capitaine de la Garde Gothmog, Banshee, ainsi que le jeune homme qu'il avait dû mettre en prison afin qu'il évite le lynchage des gardes. D'autres aventuriers, qu'il ne connaissait ni d'Ao ni d'Helm, étaient rassemblés devant le bâtiment en attendant les ordres du Conseil.


  15. #15
    Banshee Sangdelune Invités
    *Debout près de l'entrée du bâtiment du conseil, l'elfe faisait jouer dans sa main l'étrange objet donné par la vieille femme : un assemblage de plumes et de lanières de cuirs qui donnaient un objet de petite taille à l'aspect vaguement anthropomorphe. Une cordelette le finissait, comme pour le passer autour de quelque chose...

    Elle repensa aux paroles que l'Aînée lui avait dites. Le résumé de toute sa vie en somme... Elle avait entendu parler de ces shamans aux étranges dons de clairvoyance. Comment interpréter ses paroles, ça par contre elle ne le savait pas...

    Elle rangea soigneusement l'objet dans une petite bourse à sa ceinture. Elle avait l'impression confuse qu'elle ne devait pas s'en défaire, qu'il était fait pour elle...
    La voix de Grenouille la sortit de ses pensés.*


    ... Ne peut pas entrer.
    Pardon?
    Le garde ne veut pas nous laisser passer.
    Oh... Sans doute que nous devons attendre la sortie du conseil... Tu vois la vieille femme de tout à l'heure quelque part au fait?

    *Une main se posa sur son épaule et elle vit Gothmog juste derrière elle. Elle le salua en souriant.*

    Alors Meboth n'est plus de ce monde? Je veux dire définitivement?
    Oui. Par contre le retour n'est pas celui escompté...
    Au fait, je te présente Grenouille. Il vient d'arriver en ville et d'entrer dans ma guilde.
    Grenouille, je te présente Gothmog, le Capitaine de notre garde. Ne t'étonne pas, c'est bien un Balor.


    *Les deux hommes se saluèrent avec circonspection, ce qui la fit sourire.
    Puis la jeune femme se retourna pour regarder dehors. Une foule s'amassait maintenant sur le parvis. Des gens du peuple et des aventuriers en quête de gloire.
    Les uns dans l'espoir qu'on leur donnerait une réponse, les autres dans celui d'une fortune future.
    Elle vit Hugues de Breizh monter les marches et les rejoindre dans la pénombre du hall. Elle le salua avec un sourire entendu et articula "merci" en silence...

    Un étrange silence régnait sur la place et dans le Palais, comme si tout le monde retenait son souffle... Comme si quelque chose allait enfin se passer...*

  16. #16
    EricZEGod Invités
    Les 5 conseillers enfin réunis à nouveau se mîrent immédiatement au travail. Chacun exposait ses idées, les illustraits par des exemples, et réfléchissait sur leur mises en application, les conséquences positives et négatives qui en découleraient.

    Chacun avait trouvé une idée pertinente. Lorsque le Grand Emissaire se tourna vers Eric, en lui demandant quelles étaient ses idées, et quelles actions il allaient entreprendre, il répondît :


    Nos caisses nous permettent de voir venir. Manost a eu une période faste. Le budget sera prioritairement consacré au ravitaillement de nos cités, et de la capitale en particulier.

    Ce ravitaillement sera impérativement fait dans cet ordre :

    - denrées alimentaires, achetées dans les cités des pays voisins, et distribuées aux habitants(qu'ils soient paysans, gardes, nobles, ou autre ...), à un prix qu'ils pourront payés, voire gratuitement s'ils ne possedent rien ;

    - d'autres denrées, à stocker cette fois ci, dans l'optique d'une constitution de réserves, ainsi que quelques semailles et ingrédients de fertilisation de la terre, voire pourquoi pas de la terre saine, à ne pas mettre en contact avec de la terre corrompue par le mal : pour ca il faudrait aménager des bacs en adamanthite (et non pas en adamanthine qui se réduis en poussière à la lumière), des champs artificiels en somme.

    J'ajouterais que des gardes devront être assignés à la surveillance desdîtes denrées, qui seront stockées dans les grands entrepôts, dans la zone portuaire de la ville.

    Conernant les aventuriers qui devront partir en quête de réponse des cités qui seraient en mesure de nous approvisionner, il fadra les équiper en conséquence, en armes et armures, mais aussi en vivre, ainsi que les former au combat.

    Je sais le coût d'un tel investissement, mais le prix en pièces d'or est moins cher à payer que le prix en êtres humains, déjà bien lourd lui.

    Quand à nous, nous nous occuperons de trouver l'origine de ce mal, qui ne peut être que magique, conclut le paladin.

    C'est à ce moment là que Morganna, la sorcière silencieuse jusqu'alors, fît part à voix haute de ses pensées.


    Ne vous en faîtes pas, Morganna, nous finirons bien par découvrir l'or....

    Il n'eût pas le temps de finir sa phrase, l'étrange voyante qu'il avait rencontrée quelques heures auparavant, s'était introduit dans la salle. Après s'être installée avec une aisance que sa condition d'aveugle ne laissait deviner, elle leur fît part de ses informations, usant de prose énigmatique pour ce faire.

    Après de telles déclarations, le paladin resta perplexe, mais fît néanmoins cette déclaration :


    Et bien si quelqu'un ou quelque chose se trouve derrière ce mal, notre devoir est de le débusquer et de l'éradiquer : la survie de Manost en dépend.

    Voici le plis officiel désignant un parchemin bien rempli sur lequel figurent les dispositions énoncées précédamment concernant la mise en place d'une économie de crise. Il faudra en informer le peuple dès que notre réunion sera achevée.

    Se tournant vers l'aînée Vos déclarations sont précieuses et je me joins aux autres conseillers pour vous remercier de nous avoir fourni de telles informations. Vous êtes notre hôte.

    Même si les informations étaient parcéllaires, son instinct de paladin le poussait à agir, afin de découvrir la source du mal qui menacait à présent la cité bénie.

    Dès que nous aurons finis nos palabres, je suggère que nous partions enquester sur ce mystérieux mal, avec également les aventuriers déjà prêts pour une telle mission, .... mais je me laisse emporter par ma passion là .... mille pardons Ravestha, la décision finale t'appartient avant tout.

    Tous fixaient à présent le Grand Emissaire, qui avait l'air soucieux et perdu dans une reflexion intense.

  17. #17
    Siegfrid Invités
    Siegfrid arriva à son tour, il vit a nouveau la foule.

    Il réussit tant bien que mal a se frayez un chemin jusqu'a l'entré du palais. Il salua les gardes et entra. Une fois devant la salle du conseil il vit le capitaine gothmog et son ami Hugues de Breizh ainsi que Banshee mais aussi une personne qui lui était inconnue. Il s'approcha et dit :


    -Content de vous revoir mes amis, il s'en est passée des choses a manost durant mon absence a se que je vois et la situation est grave.

    Ils se retournèrent tous pour voir leur compagnon Siegfrid absent de manost depuis un petit temps. Ils n'eurent pas le temps de dire quelque chose que Siegfrid enchaîna:

    Je sais tout se qui c'est passé a manost durant mon absence mais je vous expliquerez tout plus tard. Pour l'instant je dois voir le conseille d'urgence car j'ai des informations précieuse a leur donné.


    Siegfrid s'avança et dit au gardes :


    -Je suis Siegfrid, paladin de manost. Je viens demander audience aux conseiller et à notre grand émissaire.

    Le garde répondit :

    -Les conseillers ne veulent voir personne.

    Je le sais rétorqua Siegfrid . Mais j'ai des choses importantes à leur dire et au plus vite.

    Le soldat inquiet dit :

    -Je vais demandez au conseillez si ils peuvent vous recevoir.

    Siegfrid dit avant que le soldat n'entre dans la pièce :

    -N'oublie pas d'insistez sur la chose importante que j'ai a leur dire.

    Le soldat entra dans la pièce, il referma la porte et dit :

    -Le seigneur Siegfrid, paladin de manost, veut avoir une audience avec le conseille maintenant. Il dit qu'il a d'importante chose a vous révélez.

  18. #18
    Date d'inscription
    June 2003
    Localisation
    Arf un peu partout, une femme dans chaque port!
    Messages
    1 339
    Gothmog commençait à s'impatienter sur le parvis du palais. Il faisait les cent pas autour du groupe constitué de Hugues de Breizh, Banshee, Grenouille et Morganna. Banshee regarda le Balor et lui dit:

    "Gothy, cesses donc de tourner en rond! Calmes toi s'il te plait, tu me donnes mal au crâne à gesticuler dans tous les sens :8: :snif: "

    Gothmog s'arrêta, s'assit contre une colonne du palais et croisa les bras et les gambes. Il ferma les yeux et tenta de se calmer.

    "J'espère qu'ils vont prendre une décision rapidemment. Mes gardes ne pourront pas retenir et calmer la foule bien longtemps. Mais je comprends que la situation exige un long débat." dit Gothmog.

    Après quelques secondes, le Capitaine ouvrit les yeux et regardant Hugues, il dit:

    "Qu'ils m'envoient à l'autre bout du monde s'il le faut, je fairai ce qu'ils me demanderont. Je combattrai et écarterai tous les obstacles qui se dresseront sur ma route. J'en donne ma parole."

    Hugues regarda le Balor et lui répondit:

    "Oui, oui, bien, sûr, on n'en doute pas... :notme2: Mais d'abord essayes de te calmer un peu, on ne sait pas encore quelle décision ils prendront et quelle sera notre tâche à tous . Alors ne t'enflamme pas trop pour l'instant (enflamme, flammes... non? vous n'avez pas compris? )"

    "Oui, tu as raison, mais ça bouillonne en moi et j'ai du mal à rester là les bras croisés à ne rien faire alors que les gens ont faim et nous demandent de l'aide", dit Gothmog.

    Sur ces paroles, le Balor se calma, ferma les yeux, et se entra dans une profonde méditation (bin vi faut bien que je diminue mon rythme cardiaque sinon je vais faire une attaque :happy: )
    Statut : peu présent sur le forum, mais fais des efforts

  19. #19
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages
    2 650
    Le RP reprend ... :happy:
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



  20. #20
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages
    1 258
    Ravestha essayait de remettre de l'ordre dans ses idées. Il ne savait plus trop quoi penser, l'arrivée de la vieille femme l’avait quelque peu embrouillé. Il tenta de répondre le plus justement à Eric malgré le chaos qui régnait dans sa tête.

    - Tes idées sont bonnes Eric, et nous pouvons mettre en place ces initiatives économiques. La priorité restant les vivres, personne ne doit perdre de vue cela, mais il faut tenter notre chance avec les aventuriers. Promettez de l'or à chaque contrat rapporté qui nous fournirait en vivres. En revanche, pour l'équipement, nous ne pouvons nous permettre de le leur donner, les risques de désertions sont trop importants et nous risquerions de voir l'équipement prêté disparaître en même temps que la personne. Ce sont des mercenaires pour la plupart, rappelez-vous, et bon nombre d'aventuriers qui sont devant le palais sont déjà équipés, s'il s'agit de véritables aventuriers, et ils ont déjà une certaine expérience et ne nécessitent pas de formation. Nous n'avons ni le temps ni les moyens pour ca. Pour le reste, nous ferons comme tu as dit.

    Ravestha resta quelques instants les yeux fermés à essayer de se concentrer. Il tourna la tête vers la vieille femme qui était resté parfaitement immobile depuis sa déclaration. Elle à côté, il se sentait différend, en pleine confiance, comme s'il dégageait de cette personne une aura de confiance que rien ne pouvait arrêter. Lorsqu'elle sentit le regard du Grand Emissaire, la femme tourna la tête vers lui.
    Dans le désordre innommable qui régnait dans la tête de Ravestha, une parole de la vielle femme ne cessait de raisonner et de survoler toutes ses autres pensées. Une phrase l'avait profondément perturbé et se répétait inlassablement :


    Gare, gare, un avatar du malin émerge non loin,
    et ne rêve que de parachever le chaos déjà amorcé.
    Ravestha avait l’impression que sa tête allait exploser, mais le sourire apaisant de la vieille dame calma aussitôt ses douleurs crâniennes. Ravestha se leva et inspira un grand coup comme pour calmer le rythme élevé des battements de son cœur qui trahissait une certaine appréhension. Il se pencha en direction de la femme, la fixant dans les yeux. Et s'appuyant sur la table, il articula lentement, le visage crispé comme si la question était difficile à formuler, comme si le Grand Emissaire était atterré devant les perspectives de réponse.

    - Quel mauvais dieu vient... parfaire... le naufrage de Manost ?
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  21. #21
    Date d'inscription
    May 2003
    Localisation
    Dans le néant le plus obscur...
    Messages
    2 123
    Les révélations de la vieille sage avait jeté l'assemblée des conseillers dans un trouble profond. Chacun s'interrogeait en son for intérieur, tentant d'éclaircir chacune des paroles sybillines prononcées par la Rashemi. Ravestha, le regard éperdu et toujours animé des tourments intérieurs que tous percevaient, restait suspendu aux réponses de l'Ainée.

    La sérénité qu'elle manisfestait semblait néanmoins se répandre dans la pièce et calmer quelque peu les doutes et les angoisses des conseillers. Elle regarda encore le grand émissaire et posa lentement une main réconfortante sur celle du dirigeant manostien, qui était resté appuyé sur la table. Ce geste presque maternel eu pour effet d'apaiser Ravestha et ce dernier finit par s'asseoir près de la vieille femme, sans avoir abandonner son regard interrogateur.

    La doyenne, qui ne s'était pas départie de son sourire, ferma un temps les yeux, comme pour attendre ou plutôt laisser chacun exprimer ses sentiments avant de poursuivre ses déclarations.

    Egrevyn en avait profité pour tenter d'élucider les derniers vers du discours de la vieille femme. Il était clair que Manost avait souffert de trop d'attaques maléfiques et que cela avait dû avoir un effet sur la cité et ses ressources....mais comment. S'il avait bien saisi, la rapide décadence du royaume provenait d'abord de son sein. Depuis la disparition du grand émissaires en fait et même avant l'attauqe de la secte de Xvim...Comme si toutes les épreuves qui avaient suivi, les ombres, les troubles entropiques.... avaient profondément meurtri l'essence même de Manost, y compris dans les coeurs de ses concitoyens. La confiance et l'idée même de la grandeur de la ville s'étaient étiolées, avaient tragiquement dépéri.

    Mais, la dernière phrase, à en croire la Rashémi laissait entrevoir un complicité d'une entité ennemie. Le conseiller, comme ses amis, n'ignorait pas que Helm avait des adversaires déclarés dans l'ensemble du panthéon de féérune. Se tournant vers Rabestha:


    - Je ne crois pas que le clergé de Xvim ait quelque chose à voir dans l'intervention d'une divinité dans le chaos ambiant. Il nous faut chercher des entités plus puissantes. Nous savons que Helm a des ennemis déclarés dans le panthéon de notre royaume. Cherchons d'abord dans cette direction.

    L'Ainée ne cilla pas mais un léger aquiescement de sa part encouragea les conseillers à poursuivre dans cette voie.

    -Mais bien sûr, rétorqua un grand émissaire revivifié, on peut exclure Baine et BhaaL....il nous reste Talos, mais j'écarte vite cette possibilité, Shar, Garagos, et Mask. Lequel est assez puissant pour chercher à parachever la déliquescence de notre cité?

    - Il faut dire que Manost a tellement resplendi ces dernières années que l'intervention d'un Dieu jaloux ne serait pas illogique, rajouta le semi-elfe.

    -Oui, il nous faut chercher l'entité qui serait suffisement vindicative à l'égard de notre grandeur éteinte.

    L'espoir revenait peu à peu. Un fois un nom accolé à la menace impalpable qui s'était abattue sur Mansot, il serait plus simple de lutter. La Rashémi ouvrit les yeux à nouveau, balayant la salle et ses occupants d'un regard laiteux mais qui ne semblait pas l'handicaper, comme si elle percevait déjà que son intervention avait, comme elle l'avait escompté, renforcé la détermination de chacun à combattre.
    Silently, we wander...

    "Arghhhhh, j'ai drow mal", hurla le sorcier Shuy Imbhoulaï ------> extrait exclusif du "Blagonomicon de Gygy les bons tuyaux"

  22. #22
    Felia Invités
    Il n'avait suffit que quelques minutes au garde et à Felia pour rejoindre le quartier Administratif. Elle avait été convoquée par un fonctionnaire du Palais. Ils arrivèrent en vue de l'imposant bâtiment.
    -Bien, il y a déjà du monde...
    Le garde souria. Ils se dirigèrent vers les marches.
    -C'est ici que je vous laisse.
    -Bien, merci de m'avoir amener ici.
    Le garde releva la tête et s'adressa aux personnes présentes.
    -J'espère que vous pourrez sauver Manost.
    Il s'en alla. Tout le monde le suivit du regard, puis ils s'arrêtèrent sur la nouvelle venue. Quelqu'un brisa le silence.
    -Felia ? L'ambassadrice ?
    -Elle-même.

  23. #23
    Date d'inscription
    February 2003
    Messages
    624
    Apparement, le monde devant le palais ne diminuait pas; il y avait là toute sorte de personne, du simple citoyen à l'aventurier téméraire, armé jusqu'aux dents.D'ailleur, Elvin ne connaissait pas la plupart d'entre eux.Il se faufila dans la foule, ce qui fut difficile.Arrivé devant le palais, il questionna un drôle de monsieur, qui avait des boucles d'oreilles, un oeil en moins et une hache dans sa main.

    "Pardonnez-moi l'ami, je n'ai pas pu resister à l'envie de venir voir ce qui se trame ici, qu'attendez vous tous ainsi, surtout qu'en voyant votre allure, vous semblez près à partir dans un endroit dangereux."

    L'homme, que saverait être un semi-orque, le regarda pendant quelques seconde d'un oeil bizarre, avant de lui répondre:

    -En effet, homme, l'conseil de la ville s'est rassemblé dans l'palais, et nous, du moins moi, j'suis un jeune mercenaire, j'ai b'soin d'argent, alors s'il ont besoin d'quelqu'un, j'suis libre, on sait jamais, qu'ils auraient une bestiole à exterminer, et pis c'est sans doute le but de tous l'monde présent ici, découvrir le mal qui hante cte cité du Vigilant...tout en parlant, le demi-orque passait son doigt sur la lame de sa hache.

    Elvin reprit:-donc si je reste ici, il auront peut-être besoin de moi?C'est ça l'ami?Alors je reste, j'en ai assez de rester à la taverne.Comment tu t'appelles?

    -Bulgar, répondit l'orque, content d'te rencontrer, homme.

    C'est ainsi qu'Elvin se mit à attendre devant le palais des nouvelles de la crise actuelle de la ville.
    code couleur pour Elvin: #66CD00

  24. #24
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Valprofond
    Messages
    359
    La sorcière était restée immobile près de la porte alors que l'Ancêtre parlait...
    Elle lui évoquait ces sorcières Rashéménies dont elle avait entendu parler au cours de ses voyages.
    Fascinée par les paroles mystérieuses, l'Aasimar s'était rapprochée de la grande table. Un des conseiller lui indiqua une chaise. Toute confuse, elle remercia d'un signe de tête et s'assit.

    Elle regarda l'Ancêtre pendant que les conseillers méditaient ses étranges paroles. Elle semblait l'incarnation même du calme et de l'assurance. Elle posait son regard mort mais alerte sur tous ceux qui se trouvaient là sans aucune animosité. Lorsque morgana le croisa, elle n'y vit qu'un calme infini et une profonde sagesse qui la frappa.
    D'un seul coup la salle semblait purgée de son atmosphère lourde et angoissée, comme si ce calme était communicatif. Chacun semblait avoir les idées plus claires tout à coup.

    La sorcière repassa lentement les paroles de l'Ancêtre dans sa tête...

    "L'inexplicable énigme ronge et tarit les songes.
    Se méfier, se garder du familier malsain, le plus pernicieux mal est intestin.
    Un fiel sans nom s'étend, depuis trop longtemps
    le royaume du vigilant est déliquescent
    Non sans ennemi étranger, c'est à l'intérieur qu'il faut chercher.
    Confiance envolée, épreuves variées,
    la terre de Helm s'est viciée d'elle-même
    aidée par des souillures maléfiques
    muée pour Manost en véritable arsenic
    Car Trop absent ont été les apprentis dirigeants.
    Gare, gare, un avatar du malin émerge non loin,
    et ne rêve que de parachever le chaos déjà amorcé."

    Autour d'elle les conseillers étaient plongés dans de profondes réflexions...
    Finalement le Grand Emissaire résuma la situation :


    "Mais bien sûr, on peut exclure Baine et Bhaal....il nous reste Talos, mais j'écarte vite cette possibilité, Shar, Garagos, et Mask. Lequel est assez puissant pour chercher à parachever la déliquescence de notre cité?"

    Un long silence suivit cette phrase. Morgana ferma les yeux, tentant de mettre un nom sur la sensation qu'elle ressentait depuis son arrivée à Manost...
    Froid, noirceur, peine, oubli...

    Ce fut une phrase de son élève qui lui permit d'y voir aussi plus clair...


    "Il faut dire que Manost a tellement resplendi ces dernières années que l'intervention d'un Dieu jaloux ne serait pas illogique."

    Resplendir!!! Ce seul mot lui montra ce sur quoi elle tentait de mettre le doigt...L'ombre, la nuit...

    En effet, Manost était resplendissante à ce que j'ai compris de tes récits, fit-elle en regardant Egrevyn. On dirait que l'on s'acharne pour la faire sombrer, pour la faire... Oublier?...
    "Et si on se lançait dans l'élevage de bébés en plein air?!!!" "... *soupire*"
    Je suis les Ténèbres, je suis la Lumière... Morgana LeFay Sorcière à la retraite.

  25. #25
    Angus Sombreforge Invités
    A l'extérieur du Palais la foule silencieuse attendait, tendue. Un silence pesant s'était abattu sur la place noire de monde.
    Un murmure courrait cependant parmi la foule. On aurait vu une vieille femme entrée dans le Palais et depuis on attendait...

    Angus se fraya un chemin avec sa méthode habituelle : petit coup du manche de sa hache, petite tape sur une fesse complaisante, et s'il le faut voix forte pour signaler sa présence. Il avait beau être un nain, il savait s'imposer.

    Visiter les environs de Manost avait été intéressant par bien des aspects. Le fief de Helm était florissant et paisible, pour ce qu'il en avait vu au début. Cependant lors de son périple de retour il avait été plus que surprit : il avait croisé misère là où il avait vu richesse, famine là où il avait vu abondance, tristesse et révolte là où il avait vu bonheur et paix.
    Une malédiction sembalit s'être abttue sur le pays en peu de temps, réduisant la puissance du dieu à néant et poussant son peuple vers sa capitale.

    Angus arriva à Manost deux jours après l'émeute qui avait acceuillit le retour du conseiller Egrevyn Berrak. Il s'était rendu immédiatement à la Vierge d'Argent pour apprendre que l'elfe de lune était parti chercher un de ses nouveau membre à la prison locale.


    "Je vois que l'on engage du beau monde ici..." Avait bougonné le nain. Puis il était parti vers la prison.
    Là il avait eu une discussion particuièrement houleuse avec un garde obtu qui appellait Banshee "la copine du meneur". La discussion avait faillit dégénérer, mais l'autre garde plus raisonable lui avait dit que le duo était parti en direction du Palais.
    Après quelques errances, le nain avait atteint la place du palais non sans difficultés. Par bonheur l'elfe se tenait sur les marches en compagnie d'un personage assez imposant qui ressemblait à un Balor et d'un jeune homme à l'air boudeur ( ).
    Le nain réussit à les rejoindre et émergea près de la jambe du Balor en même temps qu'un paladin à la bonne mine...


    "Enfin je te retrouve fillette!!! Et bien que ce passe-t-il ici? C'est incroyable de voir de tels changements en peu de temps en plus!!!!
    Hum..."

    Le nain jetta un regard aux gens présents.

    "D'abord la politesse. Je me nomme Angus Sombreforge, prêtre et guerrier de la Cavalière Rouge, pour vous servir. Et à qui ai-je l'honneur?
    Et par les Neuf Enfers, va-t-on enfin me dire ce qu'il se passe ici?!!!"

  26. #26
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    On me prête pour résidence le bosquet des pierres, mais je pérégrine...
    Messages
    11
    L'Ainée était demeurée silencieuse, observant avec attention les tentatives de chacun pour lever le voile sur les paroles cryptiques qu'elle avait prononcées. C'était aussi l'occasion pour elle de peser la détermination des conseillers à purifier Manost et lui rendre sa superbe d'antan. La tête légèrement baissée, les épaules tombées comme si le fardeau des ans était trop lourd à porter, l'ancienne semblait s'être assoupie et tout quidam la percevant ainsi dans cette posture aurait considéré que la veille femme avait assez donné et s'était laissée peu à peu gagner par l'indolence.

    Pourtant, on la voyait bouger les lèvres comme si elle psalmodiait quelque sentence mystérieuse dont elle avait le secret. Cependant rien d'audible ne sortait de sa bouche. La doyenne était manisfestement en pleine concentration. Prenant le temps de regrouper l'ensemble des découvertes des Conseillers et de la sorcière Aasimar.

    Elle se remémorait aussi les raisons de sa venue. Ne voulant point s'impliquer dans le devenir d'une citée, la Rashémi avait, jusqu'ici, observé les troubles d'un air distant, persuadée qu'elle ne devait pas intervenir dans les destinées particulières...mais le nombre d'épreuves que la cité du vigilant et ces citoyens emminents avaient affrontées, luttant sans relâche pour anéantir le chaos, avaient profondémment atteint l'empathie et la compassion de l'Ancêtre. D'autant plus que la solidarité affichée dans la salle du conseil démontrait à quel point tous parlaient d'une même voix.

    Et elle avait surtout senti qu'un danger plus grand, qui transcendait la simple destinée d'une ville, si glorieuse fut-elle, menaçait et commençait insinuer un mal inextinguible. Alors, inspirer une réaction, tel avait été l'objectif d'Onsima, ainsi qu'on l'avait nommée, il y a bien longtemps, dans les Bois d'Urling qui l'avaient vue naître. Aiguilonner les manostiens pour qu'ils ne soient pas abondonné à ce marasme. Mais son rôle fut limité, pensa-t-elle finalement, car les conseillers étaient parvenus à débrouiller l'écheveau à force de réflexion et d'hypothèses judicieuses.

    L'assistance s'était tu à l'issue des révélations de la sorcière...chacun méditant sur l'identité de l'entité en question, ses motivations révélées au grand jour.


    On dirait que l'on s'acharne pour la faire sombrer, pour la faire... Oublier?...

    *Qui faisait de la nuit et des ténèbres son terrain d'action? Car c'est de cela qu'il s'agissait...détruire l'éclat de Manost au propre comme au figuré.*

    Onsima, ayant réouvert les yeux, attendait patiemment un déclic chez ses hôtes...sentant que le Grand émissaire touchait lui-même à la vérité. Ses pensées étaient encore confuses mais le nom de celle à laquelle il n'avait pas pensé au départ s'imprima clairement dans son esprit: qui était à même de s'acherner à oeuvrer pour la perte de Manost, cité Symbole de Helm?

    Ravestha, triomphant d'avoir démêlé le mystère, intervint subitement, rompant ainsi le recueillement ambiant:


    -Parfois l'évidence est si éclatante qu'on l'évite soignesement...fixant Morgana et répètant une dernière fois les propres paroles de la sorcière. Une seule entité, maitresse de la nuit et de l'obscurité la plus felonne est à même d'être l'une des cause de notre mal. Celle qui a fait de la vengeance sournoise son domaine.....faisant une courte pause afin de donner plus de poids à la révélation. Shar!! Mais bien sûr, comment n'y avais-je pas pensé!

    -Se venger de Manost? Oui, après tout nous étions devenu un symbole éclatant. Mais est-elle la seule responsable? Helm a déjà affronté des dangers bien plus grans que celui d'un dieu rancunier, rajouta Egrevyn.

    -C'est un tout...intervint Wookiee. Des forces obscurent travaillent à notre perte, et sont sont certainement alliées dans cette optique.

    L'Ainée était désormais confiante...les conseillers pouvait enfin préparer une réaction même si de nombreux points restaient en suspens...temporairement du moins. Pourtant, elle-même avait préssenti qu'une autre menace se superposait à celle de Shar la ténébreuse. Prenant la parole pour distiller ses dernières sentences

    Quelle ironie, tandis que la famine encore redouble
    Un autre semeur se prépare à jeter le plus insidieux trouble.
    Quoi de plus funeste parmi les épreuves vécues
    Que celle d'une alliance sournoisement rompue.
    Discordes et chaos, voici les maitres mots
    Distillés avec perfidie par un disciple de l'imbroglio
    Manipulant à son gré
    Le Juste dévoyé
    Alors que la Dame de la pénombre
    S'aprête à lever une armée des ombres.


    Visiblement vidée par ses différentes révélations, et ayant entrevu que les dangers les plus graves s'amoncelaient sur l'horizon ombragé de la cité du Vigilant, Onsima se leva et se tourna vers le grand émissaire, lequel s'efforçait déjà de traduire les dernières paroles de la voyante. Avec serénité et empathie, elle lui fit un signe de tête en guise de salut.

    Désormais les manostiens pouvaient prendre leur destin en main et affronter les futures embûches avec ces renseignements à leur disposistion. Les conseillers et Morgana se levèrent en signe de respect alors que l'Ainée, battant le parquet de son bâton, se dirigeait vers le portes voutées de la salle. Même les gardes à l'entrée se baissèrent avec obligeance. Le silence régnait de nouveau, chacun attendant les réactions mais impatient aussi que les premières mesures d'action soient prises....nul doute que la vieille Rashemi croiserait à nouveau le chemin des Helmites.
    Pour connaître ce que les autres disent de toi, écoute ce qu'ils disent des autres en ta présence.
    On est maitre de ses paroles, on en devient l'esclave une fois qu'elles sont dites.

    Qui m'écoutera? Na gobedemena, na gofoyog'a...
    Le Bosquet des pierres, ma demeure.

  27. #27
    EricZEGod Invités
    Malgré les grondements d'impatience et de dépit, provenant de l'entrée du Palais où la foule avait terminé de s'amasser, la salle du conseil était profondément silencieuse, comme suspendue dans le temps, depuis le départ récent d'Onsima l'ancienne.

    Ainsi, une partie de la décadence subite de Manost était liée à la Dame de la Pénombre, autrement dit Shar, qui serait jalouse de la quintessence de Manost. Mais encore d'autres puissances seraient à l'oeuvre, car Shar seule ne pourrait pas causée tant de tourments.

    Il fallait agir promptement, mais aussi efficacement, car la marge de manoeuvre des conseillers était plus que réduite. Mais le but était clair : trouver une solution à la famine, éradiquer le mal causé par Shar, et identifier l'autre source du mal.


    Ce serais donc la Dame de la Pénombre ? Il va falloir agir vite et bien donc, résuma le paladin.






  28. #28
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages
    1 258
    Un silence semblable à celui qui avait suivit les première révélations de la rashemi était de nouveau tombé après son départ. Les conseillers furent tirés de leur réflexions lorsqu'Eric prit la parole.
    Ce serais donc la Dame de la Pénombre ? Il va falloir agir vite et bien donc

    Tous savaient qu'il avait raison. Ils avaient suffisament débattu des mesures à prendre, il fallait à présent les mettre en place. Ravestha succéda à son conseiller :

    - Il est temps d'appliquer ce que nous avons décidé. Il faut à présent envoyer les aventuriers faire ce pourquoi nous les avons convoqués. La priorité reste de réapprovisionner la population. Les Lathandriens sont nos meilleurs alliés, ils nous viendront certainement en aide. Pour la suite, il faudra aviser, en fonction des vivres qu'on nous fournira. Ravestha marqua une légère hésitation... Il reste le problème de Shar


    Egrevyn parla à son tour

    - Et de cette menace qui semble agir dans l'ombre. Mais il n'y a pas grand chose à faire pour le moment. Une enquête prendrait trop de temps, restons sur nos gardes et soyons...le conseiller sourit en balayant les membres présents du regard...vigilants.

    Cette dernière phrase, qui pouvait sembler anodine, fit apparaître dans les yeux d'Egrevyn une lueur d'amusement et d'espoir qui fut communiquée à tous. Helm ne les abandonnerait pas, il était à leur côté.

    Etait-ce son côté militaire ? Folken ne le savait pas, mais les derniers mots de la vieille femme avaient particulièrement marqué le général en chef.


    Alors que la Dame de la pénombre
    s'aprête à lever une armée des ombres.


    - J'avoue que les dernières paroles de notre invitée surprise me tracassent beaucoup. Shar aurait-elle l'intention de lever une armée ? Que voulait-elle dire par l'armée des ombres ?

    Seul le silence lui répondit. Une réponse à cette question, personne n'était en mesure d'en donner.

    Folken reprit :


    - Nous verrons bien, de toute façon l'heure n'est plus aux interrogations. Celui de l'action est arrivé. Envoyons un messager à Lumenis et prenons les mesures. La garde se tient à disposition si besoin est.

    - En effet, il est temps d'agir. Mes amis, je suis heureux de nous voir de nouveau réuni, et aussi de voir que nous avons aussi des alliés de choix à nos côté. Ravestha se tourna vers morgana et s'inclina. Sans vous, le nom de Shar ne me serait sans doute pas venu à l'esprit. Balayant les autres membres du conseil du regard, il ajouta : il est triste que nous soyons réunis dans une situation si difficile, mais que le conseil soit de nouveau au complet apporte l'espoir. Il faut y aller à présent.

    Les conseillers et Morgana se dirigeaient vers la porte quand Wookiee, guidé par Egrevyn, appela le Grand Emissaire.

    - Je ne suis pas revenu les mains vides de Melandis, tu sais ? Wookiee souriait déjà du résultat qu'allait avoir sa prochaine phrase. J'ai tes épées. Elles sont dans mes appartements.

    Ravestha ne sut quoi dire tant il était heureux de savoir ses épées si près de lui. Cette nouvelle seule revigora Ravestha et son moral fut aussitôt bien meilleur. Sa lamelune, surtout, lui manquait terriblement.


    C'est ainsi qu'un messager fut envoyé vers Luménis pour y quérir l'aide des dirigeants lathandriens. Il restait maintenant à affronter la foule qui se tenait dehors devant le palais.
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  29. #29
    Banshee Sangdelune Invités
    Originally posted by Angus@dimanche 04 janvier 2004, 19h54
    "Enfin je te retrouve fillette!!! Et bien que ce passe-t-il ici? C'est incroyable de voir de tels changements en peu de temps en plus!!!!
    Hum..."

    Le nain jetta un regard aux gens présents.

    "D'abord la politesse. Je me nomme Angus Sombreforge, prêtre et guerrier de la Cavalière Rouge, pour vous servir. Et à qui ai-je l'honnuer?
    Et par les Neuf Enfers, va-t-on enfin me dire ce qu'il se passe ici?!!!"
    *L'elfe sursauta en voyant émerger le nain près de Gothmog!*

    Déjà de retour mon vieil ami? Tu as fais un voyage rapide.
    Oui, écourté je dirais. Je n'ai jamais vu une telle désolation pourtant j'ai roulé ma bosse!!! Il se passe quoi, nom de nom?!!!
    C'est la famine mon ami. On ne sait rien de plus, si ce n'est qu'elle a été subite et ravageuse pour la cité.

    *Le nain se gratta pensivement la barbe. Sa dernière phrase parvint enfin au cerveau préoccupé de l'elfe de lune.*

    Excuse-moi. Je te présente.

    *se retournant :*

    Mes amis, je vous présente Angus, qui est comme un père pour moi.
    Angus, je te présente Grenouille, l'un des membres de ma guilde, Hugues, un paladin de l'Ordre du Coeur Radieux et Gothmog, capitaine de notre garde
    .

    *Tous saluèrent le nain qui leur répondit.
    Puis il écouta le récit des derniers jours que lui fit l'elfe de lune. Elle oublia cependant de lui parler de l'étrange objet donné par la Rashéménie et qu'elle avait accroché au pommeau de sa rapière.

    Sur la place, une foule compact se pressait maintenant, attendant la proclamation des conseillers. Grenouille rongeait son frein à côté d'elle. Et Angus commençait à rouspéter dans sa barbe. N'y tenant plus, elle se tourna brusquement vers l'entrée du Palais.*


    Hé, qu'est-ce que tu fais? *Demanda le nain en voyant son air déterminé.*
    J'en ai assez d'attendre, alors je vais aux nouvelles, voilà ce que je fais.
    Tu vas avoir du mal à passer avec les gardes... *fit remarquer le paladin.*
    On parit? *Elle lui fit un clin d'oeil et se mit un peu à l'écart.

    Profitant d'un coin sombre, elle se glissa dans les ombres.*


    Banshee Se cacher dans l'ombre.

    *Elle se faufila ensuite entre les deux gardes qui attendaient passivement la suite des évènements. Une fois dans le palais, elle se laissa guider par son ouie, évitant habillement les gardes de faction.

    Elle faillit sursauter en se retrouvant face à face avec Onsima qui venait de sortir de la salle du Conseil. Bien qu'aveugle, Banshee eu l'impression qu'elle la voyait quand même et qu'elle lui sourit avant de reprendre sa route en marmonant des vers incompréhensibles...

    La voleuse soupira en silence et remonta le couloir que la voyante venait de quitter. Elle arriva devant une double porte imposante et entrebaillée. Des voix familières lui parvenaient de l'autre côté et, par bonheur, les gardes se trouvaient dans la pièce.

    Elle se glissa vers l'entrebaillement et se plaqua pour tenter de saisir ce qu'il se passait.*

    Je sais, ce n'est pas beau, mais bon, à circonstances exceptionnelles...

  30. #30
    Date d'inscription
    June 2003
    Localisation
    Arf un peu partout, une femme dans chaque port!
    Messages
    1 339
    Gothmog qui était toujours adossé à la colonne de marbre à l'entrée du Palais, sortit de sa méditation (Balor-moine :rigoler: !). IL se leva et jeta un rapide coup d'oeil aux alentours. Il vit Hugues de Breizh, Banshee, Grenouille, Elvin et un inconnu. Banshee présenta alors cet individu aux membres du groupe puis elle se mit à l'écart.

    L'elfe avait l'intention de pénétrer dans la salle du conseil afin d'écouter la conversation et les débats des Conseillers. Hugues prévint la voleuse qu'il lui serait très difficile de pénétrer jusqu'à la table ronde du Conseil. Mais l'elfe se mit dans un coin non éclairé du Palais et disparu soudainement :8: !

    "Ca alors, on peut vraiment dire qu'elle est douée cette elfe! Sakasse en a de la chance ! Hrum, hrum, revenons au sujet :timide: ... Euuh, oui, enfin, non, ça va pas ça, on peut pas la laisser entrer comme ça!", dit Gothmog

    Le Balor était tout aussi nerveux et impatient de connaître le dénouement des tractations et débats des Conseillers. Il décida alors de suivre l'elfe en utilisant ses dons de téléportation. Bien évidemment, il devait se téléporter sans cesse, ne pouvant rester plus d'une demie-seconde au même endroit afin de ne pas se faire repérer par ses propres gardes! Cet excercice était difficile pour le Balor et plus risqué que la technique employée par Banshee. Le Balor n'avait pas pour habitude de se téléporter aussi rapidemment. Il confondit alors vitesse et précipitation, bref, il se planta quoi , et se prit une colonne de marbre en pleine figure :8: ! Le Balor s'écroula alors au sol dans un vacarme énorme et toute la garde fût alertée :omg: !

    "Halte là! Qui êtes vous?", dit un garde

    "Euuh, c'est moi! Enfin, vous me reconnaissez pas bandes d'abrutis sans cervelles! Je viens vérifier vos effectifs et contrôler la qualité de vos rondes (ça c'est de l'excuse bidon ou je n'y connais rien ). restez sur vos gardes, des intrus vont certainement tenter de pénétrer dans le Palais."

    "Bin mon Capitaine! Cependant, les consignes sont claires, persone ne peut entrer, pas même vous"

    "Oui, oui, ça va, je m'en vais :notme2: ! Mais vous deux là! Oui, vous deux les zigottos, vous en avez mis du temps pour intervenir lorsque je suis entré! Vous serez de corvée de patates pendant le reste de la semaine et serez consignés le soir à vos appartements! Ca vous apprendra à discutter pendant vos rondes :angry: !"

    Sur ces paroles, le Capitaine se dirigea vers la sortie du Palais. Il était assez content de sa volte face. Tout en marchant il marmonna :

    "Héhé, ma vivacité d'esprit m'a encore permi de m'en sortir avec les honneurs :happy: "

    Le Balor arriva sur le parvis du Palais et y retrouva ses compagnons. Ces derniers le regardèrent puis Hugues prit la parole:

    "Et bien, tu t'es encore planté à ce que je vois, je me trompe peut-être?"

    "Euuh, non, non :timide: , c'est pas ça, je préfère laisser Banban seule, elle passera plus inaperçue . Hrum, hrum... :notme: "
    Statut : peu présent sur le forum, mais fais des efforts

Page 1 sur 3 123 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Le grand quizz BG2
    Par Raistlin dans le forum Le Comptoir d'Amn
    Réponses: 43
    Dernier message: 01/09/2007, 21h10
  2. [RP] Le Grand Ralliement
    Par Ravestha dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 1
    Dernier message: 23/06/2005, 23h48
  3. [Quête] Le Grand Ralliement : groupe 1
    Par Erszebeth dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 6
    Dernier message: 01/05/2004, 13h48
  4. [Quête] Le Grand Ralliement : groupe 3
    Par Raven Al'Qazimir dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 31
    Dernier message: 06/04/2004, 13h30
  5. [Quête] Le Grand Ralliement : Famine à Manost
    Par Folken dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 19
    Dernier message: 29/01/2004, 10h49

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230