Toute cette histoire commença dans le cabinet du vieux mage Sénodral, dans la plus haute tour de la Confrérie de l'Etoile Pourpre, dont il occupait la plus haute chambre...</span>


Au coeur des sombres terres de la désolation, où nulle personne vaillante et droite n’a encore foulé l’impure terre, une ancienne légende parle d’un artefact maudit que même les dieux du plan céleste ne voudraient à aucun prix voir découvert. Cela remonte à bien longtemps, quand les hordes de Tanar’ri, déferlant par millier des sombres Abysses, prirent d’assaut la Forteresse D’acier de la lame grise, gigantesque bâtisse toute hérissée de piques trônant à l’entrée du sixième enfer, défendue alors par une légion de Baatezu. La horde d’envahisseur fut loin de s’imaginer que la salle au trésor, farouchement gardée par tout un bataillon de diables, renfermait le plus sinistre artefact que Toril n’eût jamais porté…

Il s’agissait d’un trône, d’une dimension impressionnante, taillé dans une pierre météorite qui irradie une intense activité maléfique. Il avait été enchanté par un collège de nécromants, « l’étoile déchue», aussi appelé « Soleil du Désastre ». Au sujet des pouvoirs de ce trône, la légende reste très évasive, pourtant, elle raconte qu’un Tanar’ri de basse condition, téméraire, s’était installé sur le trône pendant que la lutte entre les démons et les diables tournait au désavantage des démons. Il devint alors si démesurément puissant que son seul regard, dit-on, suffit à mettre en déroute dans la plus grande confusion et la plus grande panique l’ensemble des protagonistes. Nul ne sait que devint ce Tanar’ri ; nul ne sait non plus comment cette rixe finit ; la seule chose que la légende mentionne c’est que, effrayé par une telle manifestation de puissance, Ao en personne se chargea de confisquer le trône, et le cacha dans un endroit où nul mortel ou immortel ne pourrait jamais venir le chercher…

On oublia cette histoire pendant 1600 ans, jusqu’à ce qu’un beau jour, en signe de reconnaissance pour l'enseignement qu'il avait reçu, un de ces apprentis gnome céda au vieux mage Sénodral un parchemin très rare... L'Erudit, intrigué, n'en comprit pas tout d'abord le sens, mais au bout de nombreuses semaines d"étude, il parvint à le décrypter. Du seul passage, fragmentaire et incomplet, qui avait su résister aux blessures du temps, voici la traduction qu'il donna :

<span style=\'color:gray\'>[HRP : topic en construction, ne pas poster ici]