Elle venait de quitter Zaefal, et s’était recouverte de sa lourde cape de velours noir.
Le voyage serait long, et Oan tenait à ce qu’il soit le plus dangereux possible, et à ce que la probabilité pour elle de mourir et de disparaître durant cette expédition soit la plus élevée possible. Après un temps passé à cheval, à parcourir au pas les rues tantôt sinueuses, tantôt longilignes de la Capitale de l’Empire Mélandien, Oan prit la direction des portes de la ville, et quitta au galop la cité, sous le regard incrédule et dubitatif des gardes en faction. Le ciel déjà était plus beau, et les lourds nuages noirâtres qui coloraient le ciel de Mélandis ne parvenaient guère à s’étendre en dehors des murs et enceintes de la cité. Le cheval d’Oan avançait vite, et les fougère hautes, car elle n’empruntait aucune route connue et surveillée, lui tailladaient les mollets, la vitesse tranchant dans le tissu léger qui recouvrait ses longues jambes noires jais.

Après plusieurs heures de voyage, la tête vide, Oan s’arrêta, sur le bord d’une rivière timide et néanmoins agitée. L’eau claire lui coula sur la nuque, à mesure qu’elle glissait ses mains au plus profond du courant d’eau pour ramener l’onde au sommet de son crâne. Elle sentait ses cheveux bouclés se lisser, et se coller irrémédiablement à ses joues rougies par l’effort de la journée, qui témoignaient de l’état d’essoufflement dans lequel elle se trouvait à présent. Elle était libre néanmoins, et libérée de l’engagement qui la liait à Talos. Elle l’avait ressenti, la veille, au plus profond de son être, quand elle s’était rendue compte de la disparition de l’oppression qui la rongeait depuis des mois. Libre. Sans attache. Nullement retenue par une quelconque divinité, libérée de la toile de Lloth, des prisons invisibles de Talos, libre de partir, de disparaître enfin, et de laisser libre cours à son être, sans que le destin ne vienne s’interposer entre elle et l’Absolu de l’inexistence, de l’inconscience de la non vie.

Oan se releva, et ne fit guère attention à son étoffe, qui déjà était salie par la terre poussiéreuse qui longeait la rivière. Un état de paix intérieure caractérisait Oan en cet instant, et un bonheur simple, inexplicable et inexpliqué, envahissait chaque parcelle de l’être de la Drow. Elle avait quitté Mélandis. N’étant plus contrainte à y rester par un quelconque attachement spirituel, trahie par les siens, isolée plus qu’elle ne se l’était imaginée, et surtout plus méprisante que jamais de l’état misérable de cette misérable cité… Elle avait quitté la médiocrité, les vieilles rancoeurs et pouvoirs sombrement immuables. Elle n’avait pu lutter contre les forces ténébreuses et malignes, presque vomitives, des ancêtres et piliers de la cité. Son « clan » l’avait vite laissé de côté, pour dépassée, pour inutile et hors course. Dès lors, l’existence et l’émulation perdant tout sens, il lui avait fallu quitter, d’autant plus qu’aucun homme, surnaturel que soit son existence ou pas, n’avait même souhaité la retenir. Partir était devenu un tout. Plus qu’une finalité, la fuite s’était avéré être la seule issue possible au parachèvement de sa destinée, et les forces en présences n’avait pu contraindre son être intérieur à se repaître de sa satisfaction médiocre. Aucune autre finalité que le but en soi d’être parvenu à se libérer de cette contrainte même de devoir se fixer pour objectif l’achèvement et la réalisation d’une médiocrité de l’action et de la pensée. Oui, elle était libérée de ce carcan étouffant de la lutte des esprits, de leur application les uns sur les autres, lutte qui ne trouvait finalement de raison d’être que dans le fait en lui-même de pousser à une destruction prévisible l’une des deux parties, et par conséquente, la compétition, l’émulation disparaissant en s’achevant.

Elle quittait Mélandis, et déjà reprenait la route. Son cheval avançait vite, certes, mais, alors que la lune se levait et inondait le ciel de son sourire, l’ombre d’Oan disparaissait dans un horizon improvisé, et personne n’aurait pu savoir si la lune ou une autre force quelconque se trouvait être à l’origine des indiscernables ténèbres qui envahissaient cet horizon. Fin d’une existence, du moins, dans ce qu’elle pouvait comporter de matériel.




[Bonne coninuation à tous. La vie s'offre à ceux qui tendent la main vers l'obscurité...]