Affichage des résultats 1 à 6 sur 6

Discussion: [QUETE] Création du Temple de Kossuth

  1. #1
    Alundra Glodar Invités
    Depuis son entrée en ville, Alundra venait fréquemment au quartier des temples. Offrir offrandes ou prières à Talos, pour l’accepter dans sa ville, était quasi quotidien pour la paladine.
    D’habitude, elle venait munie de sa robe de cérémonie, une longue robe blanche couverte de motifs enflammés mais, cette fois, c’était différent.

    Alundra venait d’apparaître dans son armure de plaque de guerre, épée à deux mains attachée dans le dos, son heaume simple sanglé, parée au combat. Son destrier de guerre la portait et il avançait d’un pas lent et majestueux, le moment semblait important.

    Les yeux de la paladine jetaient tantôt un regard à droite tantôt un regard à gauche, semblant chercher quelque chose. Lorsqu’elle s’arrêta enfin, son attention se porta sur une maison de bonne taille aux pierres blanches. Les menuiseries étaient simples mais semblaient neuves et solides.

    Elle avança son cheval jusque sur le pas de la porte et soudainement poussa un cri et tira sur les rênes du cheval le faisant cabrer : « yaaaaaaaa ! ! » Le puissant cheval se dressa et fracassa la porte de la maison de ses pattes avant.
    La destruction de la porte en plusieurs morceaux ébranla le silence et, dans un grand fracas, un ensemble de cris provenant de l’intérieur commencèrent.

    La paladine se baissa sur l’encolure de son cheval et rentra dans la maison. Les cris s’amplifièrent et, dans la rue éclatèrent des « à la garde ! ! ».
    A l’intérieur, Alundra descendit finalement de son cheval et le laissa en travers de la porte. Elle dégaina sa lame et d’un pas rapide, elle chercha et trouva rapidement les habitants dans la cuisine où tous s‘étaient réuni. Elle ferma la porte de derrière juste à temps avant qu’une femme et sa progéniture ne s’enfuient.

    Se trouvaient là : un couple, trois enfants, dont deux devenus adulte, et 2 serviteurs. Le maître de maison avait une épée longue à la main et un serviteur tenait une longue dague. L’un des fils, adulte déjà, d’environ 14 ans, la menaçait d’une rapière alors que sa sœur sortait des composantes de sort. Alundra dit simplement :

    « Les serviteurs… je vous prend à mon service. Les trois gamins… seront saufs, si vous me léguer cette maison pour 3 pièces de cuivre, n’en demandez pas plus, je n’ai que ça. Vous autres, par la volonté de Kossuth, partez vous exiler loin de ma nouvelle demeure …sauf elle… je n’aime pas les mages » La fille était montrée du doigt et elle commença à trembler en regardant peureusement les différents membres de sa famille. :snif:

    Le maître de maison poussa son serviteur armé et lui ordonna d’attaquer. Celui-ci hurla et se jeta sur la guerrière… d’un seul coup, il fut désarmé et tué par une longue blessure au torse. La terreur des habitants s’accentua encore quand il s’écroula dans un dernier râle…

    « alors ? »

    « Des gardes viendront bientôt, ce quartier n’est pas n’importe lequel, il est bien protégé, ils viendront et vous tueront ! » répondit le gamin

    « non, ils viendront et je les tuerai » dit-elle d’un ton neutre. D’un geste vif, elle cingla l’air de son épée et un élémental de feu en jaillit.

    « et vous nous laisserez partir ? Ma fille aussi ? » demanda diplomatiquement le père.

    « Je viens de le dire, elle ne quittera pas cet endroit vivante »

    La fille commença alors à incanter, les larmes aux yeux, ce qui provoqua le sourire de la paladine.

    "Va" ordonna Alundra, et l’être de feu se projeta sur la jeune femme avant qu’elle ne finisse son sort. Tous les autres s’était écartés de la créature et pouvait maintenant observer avec horreur l’immolation et entendre les cris d‘agonie de la jeune fille.

    « je ne plaisante pas » dit Alundra, dans un grand silence, comme pour illustrer ce meurtre.

    L’homme demanda alors la permission de prendre un papyrus et une plume ce que lui accorda avec plaisir la paladine. Tous les autres membres de la famille ainsi que les serviteurs étaient réfugiés dans un coin de la pièce, sous la garde impassible de l’élémental. L’homme se mit à écrire une lettre d’une main fébrile et la tendit bientôt à leur bourreau. Alundra la saisit et la tendit aussitôt à sa femme.

    « Toi, la femme, lis ça. Si tu hésites, je tue ton fils » menaça la paladine.

    « bien… bien… je commence : Moi sir Orlant de Lorient cède ma demeure rue des 3 foudres à ……… pour la somme de 3 pièces de cuivre. Elle en sera dorénavant la propriétaire à part entière et sans conditions. Et … il a signé »

    « Bien, écrit Alundra Glodar du Clan des Glodar et redonne le moi » dit Alundra

    La femme fit tout ce qu’elle ordonna.

    « vous savez quoi faire maintenant, partez et ne croisez plus ma route. Vous avez jusqu’au coucher du soleil pour prendre des affaires… mais je vous conseille de partir avant. Les nuits ne sont pas sûres à notre époque… surtout si vous amenez des biens de fortes valeurs ».

    Sur les ordres du père, chacun s’organisa et partit dans la maison pour réunir des affaires… la peur se lisait encore agréablement sur leur visage, mais ils n’intéressaient plus la paladine. Le fatalisme inhérent aux mélandiens lui assurait qu'ils ne feraient pas de bêtises. Le profil bas était souvent une question de survie ici.

    Elle en profita pour interpeller le serviteur restant, surveillé depuis quelques minutes par sa créature.

    « Tu devra m’obéir maintenant et je te suggère de ne pas t’enfuir. Moi, je ne ferai pas le moindre geste pour te retrouver mais lui, le fera, et il est très fort à ce jeu » elle avait regardé tour à tour la créature de flammes et le cadavre encore fumant de la jeune fille. Le serviteur acquiesça aussitôt sous l’approbation de son nouveau maître.

    Après quelques minutes passées à regarder les ex-propriétaires s’agiter, Alundra entendit des bruits de bottes dans l’entrée. Elle s’y dirigea et trouva une dizaine de gardes présents, armes tirées.

    « Que faite vous chez moi ! » cria la paladine.

    Le soldat de plus haut grade, semblant être l’engeance d’un orc et d’une humaine répondit :

    « rraaa, ils disent qu’y’a d’bordel parici raaaa… rendez vous d’suite à nous ! »

    « Vous vous trompez sergent, je venez acheter cette maison et vous me voyez à l’heure actuelle l’heureuse propriétaire de cette demeure, voici le papier qui en témoigne »

    « C’est faux, elle a utilisé la contrainte pour me soutirer cette lettre »cria Orlant de Lorient en surgissant

    Alors qu’il allait continuer à s’expliquer, Alundra prit d’un accès de fureur dégaina son épée et d’un moulinet trancha la gorge de l’impudent. Le sergent se mit en garde, suivit de sa troupe, et il se tourna vers la paladine, le souffle rauque, prêt au combat.

    « Eh bien, voilà… j’ai un titre de propriété et la maison n’a plus de revendicateur. En plus, j’accepte de prendre sa famille à mon service, il serait malheureux qu’ils errent dans nos rues et qu'ils vous donnent du travail supplémentaire » commenta Alundra

    Le sergent hésitait sur la conduite à suivre…

    « Mais je vous laisse la femme, elle a besoin d’un nouveau mari ….viril. Vu leurs manières, c’était des roturiers… et je ne pense pas que la perspective de la famille de cette bourgeoise vous fasse peur. N'est-elle pas agréable à l'oeil? » continua t'elle avec un clin d'oeil.

    D’une voix rauque, le demi-orc se retourna et lança :

    « beeeen, y’a pus rieeeen à var… circler, circler ! » le sergent ressortit tenant par le bras la femme geignant, pleurant et suppliant qu’on la laisse avec ses enfants.
    La troupe de garde dispersa les passants et disparut dans les rues du quartier des temples, son sergent tenant une femme, nouvellement esclave, en pleurs.

    Alundra les regarda partir sous l’œil inquisiteurs de ses nouveaux voisins. Elle se retourna et observa les deux enfants recroquevillés dans un coin d’une pièce, terrifiés, et le serviteur s’épongeant le front de la sueur provoquée tant par sa peur que par la chaleur de l’être de feu tout proche de lui. On pourrait presque croire qu’il le faisait exprès.

    Alundra d’un air content dit alors :

    "A nous maintenant!"




    (avec l'aval généreux de seina)

  2. #2
    Alundra Glodar Invités
    Alundra fit demi-tour, les laissant toujours sous la garde attentive de l’élémental de feu. Elle sortit du manoir, longea la façade jusqu’à son cheval qui avait été retiré puis écarté de l'entrée.
    Elle fouilla dans les fontes du cheval en prenant son temps et en ressortit différents éléments qu’elle porta dans ses bras jusqu’à l’intérieur. Nul n’avait bougé : le gamin de 14 ans avec sa longue dague, le serviteur apeuré et l’enfant d’environ 5 ans qui n’avait pas cessé de geindre.

    Elle déposa devant eux ses affaires et se dévêtit pour endosser sa toge de cérémonie : une longue robe blanche sale aux motifs enflammés. Elle avait posé tous ses attributs guerriers, de son armure à ses armes. Le gamin rongeait son frein devant le garde enflammé.

    Alundra l’aperçut du coin de l’œil et lui expliqua :

    « ta dague ne peut rien lui faire… ne prend pas de risque inutile comme ton feu père. Maintenant, laisse ta dague à tes pieds et rejoins moi… »

    Le gamin hésitait, s’avança et recula promptement en sentant sa peau roussir au plus près de la créature.

    Alundra dit d’une voix plus forte et autoritaire : « Viens ! arrête de craindre la douleur ! Seule la souffrance te montre que tu es encore en vie ! »

    Surpris par l’ordre, le gamin courut et traversa la créature. Il cria lorsque la brûlure fut intolérable mais il passa… Il ne prit pas la peine de frotter ses brûlures, réflexe naturel de l’Homme, et attaqua sans attendre la paladine. Mais celle-ci d’un geste vif sortit de sa ceinture une petite dague recourbée, ornée sans luxe. Alundra maîtrisa facilement le gamin effrayé par l’arme et lui dit :

    « Comment crois tu que j’ai survécu jusqu’ici ? Quelqu’un qui ne sait pas se défendre, comme ton père, est un maillon faible de l’humanité. Seuls les forts survivent et le méritent : ceci est ma première leçon. »

    Elle lui porta finalement un coup l’envoyant au sol. Puis son attention se reporta sur ses deux autres prisonniers. Elle ramassa la corde parmi ses affaires et s’approcha d’eux, la dague dans l’autre main.
    Les malmenant sans précaution, elle les fit asseoir sur les chaises de la cuisine et les attacha. La gamine pleurait alors que le serviteur priait, il savait bien qu’il ne servait à rien de supplier face à certaines personnes. Le gamin les regardait.

    Lorsqu’ils ne purent plus bouger, Alundra ramassa les autres choses qu’elle avait emmenées avec elle. Il s’agissait de plusieurs bougies, des allumes feu et plusieurs pierres apparemment friables de couleur très noires. Manipuler ces pierres laissait des marques noires sur les mains d’Alundra mais elle n’en avait cure.
    Elle commença à les disperser dans la maison en récitant des prières à Kossuth pendant que le gamin était forcé, par la créature de feu, à la suivre .

    « Depuis ton arrivée,
    tous donnons notre existence.
    Mon chemin s’est arrêté,
    Pourtant tu resteras mon éminence.
    Mon bras est fatigué,
    Ma vie a pourtant pris tout son sens.
    Laisse moi encore te donner,
    Ton enseignement est toute ma science.
    Ta voie est mon souhait,
    Pour toi, s’élèveront de nouvelles consciences.
    Accorde moi la volonté,
    Libère moi de la souffrance.
    Pour toi, je vais édifier,
    Accorde moi cette récompense. »


    Cette longue mélopée avait été dite d‘un ton doux et très lent. Alundra avait placé une vingtaine de ces pierres quand sa voix finalement s’arrêta. Elle regarda le regard empli de haine du gamin et répondit à ce regard :

    « j’aime ce que je vois dans tes yeux. Tu es intelligent et tu apprendras vite. Maintenant nous allons attendre la nuit. Il serait dommage que des Mélandiens ratent ça. »

    En effet, ils attendirent le soir sans échanger une parole. Alundra avait juste pris la peine ranger ses affaires dans les fontes de son destrier. Lorsqu’enfin, le soleil commença à disparaître à l’horizon, elle dit au gamin :

    « Première chose : dépose ici cette dague que tu avais aujourd’hui, elle sera le symbole de ton désir de te protéger toi et les tiens. Deuxième chose, oublie ton nom quel qu’il soit et choisis en un autre. Cette vie est terminée, une autre commence pour toi »

    Sur ces mots, elle sortit de la maison, suivit du gamin, toujours escorté par l’élémental. Le soir était tombé et les gens se pressaient de rentrer chez eux. Même les prêtres des différents temples s’enfermaient pour la nuit, il y avait si peu de foi dans cette ville.

    Puis Alundra fit un geste vers la maison et l’élémental s’élança à l’intérieur. Après quelques minutes, des flammes sortirent par les fenêtres du premier étages et les crépitements du brasier commencèrent à se faire entendre. Il fallut plusieurs minutes encore avant que des gens hurlent à l’incendie et qu'à l'intérieur, deux voix se fassent entendre hurant à la miséricorde divine.

    Les feu rongeait déjà les poutres du 2e étage. Et c’est encore après plusieurs dizaines de minutes que les esclaves furent assez nombreux pour tenter d’éteindre efficacement les flammes qui commençaient à lécher la toiture. La chaleur commençait à être étouffante.

    Alundra accompagnait du gamin regardait et s’exclama :

    « Regarde bien ! même toutes les eaux de cet imbécile d’Istishia, roi des eaux, n’éteindra pas ce feu élémentaire. Regardes également toute cette fumée qui monte vers le ciel. C’est Akadi, la reine de l’air, jalouse de la puissance de Kossuth qui tente de voler son feu mais qui ne récupère que de l’air chaud hahaha »

    Autour d’eux, plusieurs dizaines de personnes étaient rassemblées. Certains étaient des gardes, d’autres les pompiers donnant des ordres aux esclaves, comme toujours il y avait des curieux mais aussi les voisins effrayés que le feu ne se transmette à tout le quartier, chose habituelle à cette époque. Tous regardaient l’imposant brasier qui consumait si facilement toute la maison de pierre.

    Mais l’attention d’Alundra fut détournée par un des dirigeant (….) qui lui imposa de répondre de cet acte qui pourrait brûler les temples et soumettre toute la ville à un autre courroux divin. Alundra répondit alors :

    « Ce feu n’est pas naturel, non seulement il ne brûle pas mais il ne se propagera pas… sauf si Kossuth, dieu parmi les dieux, le souhaite. Mais ce ne sera pas le cas. »

    La réponse fut cinglante mais Alundra n’eut aucune peur bien qu’elle fut toujours sans arme et sans armure :

    « J’espère que tu dis vrai ! Sinon, je jette ton corps dans « ton feu qui ne brûle pas » et nous verrons si ton assurance ne vacille pas »

    Sur ce, il attrapa d’une poigne forte un esclave qui ne se rebella qu’à moitié en voyant le visage de son dirigeant. Celui-ci le tira jusq’à la maison et l’envoya d’un grand coup de pied à l’intérieur du bâtiment dont les poutres s’écrasaient dans de grands fracas. L’esclave hurla et disparut dans le brasier, ses cris retentirent encore quand deux yeux agressifs se retournèrent vers Alundra.
    Mais l’esclave ressortit comme un diable d’une boîte en hurlant toujours qu’il brûlait. Mais quand il fut à l’extérieur, tout le monde put voir, à la lueur du feu, que sa peau n’était pas marquée et que son corps n’avait pas souffert.

    Le dirigeant sourit… :

    « bien, faite ce que vous voulez. Mais ma menace tiens toujours »

    Puis il donna ses ordres :

    « Tout le monde fout le camps ! je ne veux plus personne ici dans 5 minutes ! Gardes balayez moi toute cette populace !

    Bientôt, il n’eut plus personne. Seules les silhouettes d’Alundra et du gamin se discernaient encore. Les flammes montaient maintenant très haut dans le ciel et il semblait bien que le bâtiment allait mettre toute la nuit à brûler.

    Le garçon dit : « Pourquoi le manoir brûle alors que le feu ne brûle pas ? »

    Alundra répondit avec un sourire comme si elle s’attendait à cette question : « Ceci est ma deuxième leçon : le feu n’est pas forcément la destruction, il est, avant tout et surtout, la purification et le renouveau. Retient bien ça quand tu vas voir ce qui va suivre. »

    Le garçon répliqua : « Vous vouliez que je me choisisse un nouveau nom alors je m’appellerai Orlant, simplement Orlant. »

    « Bien Orlant, tu es déjà vieux et je devrai t’enseigner beaucoup sur le monde mais tu seras un bon élève. Kossuth sera fière de toi et t’accepteras vite dans son nouveau temple »

    Alundra souriait toujours regardant l’œuvre du feu sacré accomplir son œuvre. Elle était pressée de voir son accomplissement


    (à suivre )

  3. #3
    Alundra Glodar Invités
    La nuit passait et, sous les yeux de Alundra et d'Orlant, les flammes continuaient d’accomplir leur œuvre. Lorsque toutes les pierres de la maison eurent atteint le point de fusion, les murs semblèrent « couler » rampant du toit jusqu’aux fondations.

    Le magma rougeoyait et donner une apparence mystique au spectacle.
    Les murs semblaient fondre éternellement dans un rouge surnaturel, mais la taille de l’édifice ne diminuait pas. Sans cesse les limites du manoir ondulaient dans la chaleur mais rien n’avait encore indiqué l’effondrement du bâtiment. Et même au contraire, de derrière les flammes sortaient maintenant des promontoires pierreux n’existant pas avant.

    Sous le regard ébahi du garçon, Alundra expliqua :

    « Souviens toi ce que je t’ai dit, le feu est aussi le renouveau. La maison que tu as connue n’est plus mais à la place il y a quelque chose de plus beau et de plus solide. C’est ce que je vais faire avec toi… je t’ai détruit mais tu vas devenir grand et fort, bien mieux que ce que tu aurais été sans moi. Je n’aurai accompli ma mission que lorsque tu seras capable de me tuer pour te venger. Voilà le renouveau » dit -elle dans un sourire.

    Le silence ponctua cette réponse. Orlant regardait maintenant les flammes diminuant de taille et regardait attentivement ce qui allait en ressortir.

    La fumée se dissipa soudain par le vent et laissa apparaître d’abord un toit qui n’était plus de tuiles mais intégralement de pierre. Peu à peu, les deux spectateurs purent contempler l’œuvre du feu.

    La structure montrait une vaste façade triangulaire, de pierre très blanche, percée en son milieu d’une gigantesque ouverture. Trois hommes perchés sur les épaules l’un de l’autre n’aurait pu atteindre la voûte. La porte installée dans des gonds, aussi gros qu’une garde d’épée à deux mains, tenait une gigantesque porte en fer à double battant. Aucune ornementation n’agrémentait les parois et on ne pouvait voir aucune fenêtre percée dans les murs. Cette simplicité était soit monastique soit guerrier.

    Une seule chose trahissait la nette conformité de ce temple. De son toit triangulaire partaient quatre fines cheminées élancées vers le ciel, grandes d’au moins 5 mètres chacune. A leur terminaison, étaientt représentées des gueules de créatures draconiques. Elles exhalaient une fumée blanchâtre se mêlant aux poussières grises des restes de l'incendie.

    « Il est temps pour nous de visiter notre foyer » dit Alundra en souriant.

    Ils s’approchèrent tout deux de l’entrée et virent qu’une unique inscription était notée juste au-dessus des portes. Levant les yeux, Alundra ordonna :

    « lit ! »

    « Les portes du Domaine de Kossuth sont ouvertes à ceux qui ont la force de les pousser …»

    Pendant qu’il lisait, Alundra avait pris son élan et poussait la porte de gauche de ses deux mains. Celle-ci s’ouvra doucement sans aucun bruit.

    Ils entrèrent et tous deux et purent observer l’intérieur. Tous les murs du temple et tous les angles, alcôves et autres particularités étaient occupés par des braseros qui prodiguait suffisamment de lumière pour qu’ils puissent discerner le fond du temple situé à environ 50 mètres. Les flammes dansantes projetaient des ombres mouvantes sur toutes les parois mettant mal à l’aise Orlant.

    Le centre du temple était donc plongé dans une obscurité intermittente. Une fois à l’intérieur, ils pouvaient maintenant confirmer qu’il n’y avait aucune fenêtre ainsi, aussi bien la lumière du jour que les bruits de l’extérieur ne pouvait pénétrer.

    Seuls leurs pas résonnaient dans l’immensité du temple. Tout le reste était une grande étendue vide, dallée par des pierres plates. La voûte du temple montait à 20 m de haut et les arches étaient invisibles à un œil ne pouvant percer les ténèbres.

    « Que vois tu ?» demanda Alundra à Orlant

    « Pas grand chose à vrai dire… »

    « Tu apprendras à voir. La religion de Kossuth n’est pas seulement un dogme mais aussi une philosophie. Parmi ses serviteurs, certains sont bons et certains non… chacun suit sa propre théologie mais tous promeuvent les vertus du feu.
    Ecoute bien ma troisième leçon : Kossuth, tel le feu dans l’obscurité, dévoile la vérité. Il te guidera et illuminera ton chemin. »


    La paladine continua son chemin dans le temple jusqu’à s’arrêter face à un mur sur lequel elle posa sa main. Elle montra alors un des braseros et expliqua :

    « Les feux dans les temples de Kossuth ne s’éteignent jamais. Pourtant, ils doivent être alimenter. C’est ta foi qui doit les alimenter ! Chaque flamme est une incarnation de son seigneur. Vénère chaque flamme !
    Ma quatrième leçon est, ce que chaque serviteur de Kossuth sait au plus profond de son corps, : le feu sera ton meilleur allié mais aussi ton bourreau implacable. Ne crains personne avec lui à tes cotés mais crains le comme personne. »


    Un moment passa puis Alundra se retourna et se dirigea vers la sortie

    « Aujourd’hui, je t’ai beaucoup appris même si tu ne le sais pas encore. Médite et apprête toi à recevoir beaucoup plus car tu n’es qu’au début de tes peines. Maintenant, allons voir si les Mélandiens apprécient leur nouvel invité »

    Elle réunit toutes ses forces une seconde fois puis poussa l’une des portes. La lumière matinale rentra dans le temple de deux ou trois mètres. Et Alundra sortit…

    Le temple était vide, seule une personne… un enfant, émerveillé, contemplait la création d’un dieu….

    (à suivre)

  4. #4
    Alundra Glodar Invités
    Orlant se dirigea vers la paladine. Elle lui avait tout pris mais elle restait son seul espoir. N’ayant plus rien et n’ayant pas appris d’artisanat ou un quelconque métier, il aurait été difficile pour lui de survivre sans devenir voleurs ou mineurs.
    Sans compter que certains nobles se servaient parfois directement sur les basses classes pour subvenir à leurs besoins toujours plus importants en esclaves.
    En devenant lui aussi quelqu’un de respecté, il reprendrait sa mère au demi-orc et montrerait qu’il est plus qu’un simple gamin… peut être pourrait il même tuer son bourreau : Alundra

    Alors qu’il se dépêchait, il vit au sol une longue épée lui rappelant un étrange souvenir. En fait, il se souvenait juste d’avoir déjà vu la garde de cette arme mais où? N’osant la prendre, il l’observa un moment et comprit soudainement que cette garde était exactement la même que son ancienne dague avec laquelle il avait menacé Alundra.

    La garde était restée la même mis à part qu’elle s’était agrandie et élargie. La lame en revanche avait complètement changé. Elle était longue et très effilée. Alors que la lumière était pauvre en ce lieu, elle reflétait pourtant mille éclats d’une luminosité irréelle.

    Il la prit enfin, sachant que c’était un signe de son nouveau dieu, mais lorsqu’il saisit l’arme, une douleur insoutenable pénétra sa main et inonda son cerveau. Il ne put s’empêcher de lâcher prise et de pousser un cri de douleur. Il regardait sa main qu’il frottait vigoureusement avec l’autre : elle était gravement brûlée et il était sûr de pouvoir la voir fumer. Il pensa à maudire le dieu cruel qui lui infligeait un tel malheur mais se retint en se remémorant le lieu où il se trouvait.

    C’est alors qu’Alundra rentra et l’aperçut, occupé à se frotter une main et à observer d’un œil sévère l’épée posée à terre. Elle reconnut, elle aussi, l’arme d’Orlant transformée par le pouvoir du dieu car elle s’attendait à son apparition auprès de son jeune protégé.

    « Je me doutais que Kossuth ferait ça. C’est le symbole de son assentiment, un signe de bienvenu dans l’ordre. Pourquoi ne prends tu pas cette épée. Ne te plaît-elle pas ? » Dit Alundra guettant la réponse.

    « Il me donne une épée mais m’empêche de la saisir. Cette garde est un tison ardent et m’a marqué comme une bête ! »

    « héhé, pas comme une bête mais comme un serviteur !Tu n’étais rien et voilà qu’aujourd’hui tu sers l’un des plus puissants des dieux. La transition est une étape importante dans la religion de Kossuth.
    Ma cinquième leçon dit ceci : La transcendance s’accompagne éternellement de difficultés et de souffrances.
    Si tu veux parvenir à un stade plus élevé pour toi ou pour le monde, attend toi inévitablement aux difficultés et à la douleur.

    Le but de chacun d’entre nous est d’évoluer vers un état supérieur, de devenir plus fort et plus sage. Nous devons être également le moteur d’évolution du monde lui-même et participer à la progression de sa population. Telle est Sa volonté.
    La tâche te semble impossible… Tu as raison, elle l’est pour nous. Mais nous sommes sans importance, seul Kossuth compte. Tu n'es qu'une étape dans Son grand dessein. Depuis des milliers d’années, il guide ses serviteurs et il fera de même pour toi si tu prend la peine d’écouter Ses leçons.
    Alors maintenant prend cette épée et sois fier d’être dans la servitude de Kossuth ! »


    Comme les gens devant les paladins, Orlant avait écouté avidement la paladine. Les guerriers élus avaient toujours un tel charisme qu’ils donnaient à leurs mots une aura d'inéluctabilité et universalité. Seule la foi pouvait donner une telle force.

    Orlant, s’avança de nouveau vers l’épée et, ne voulant plus hésiter de peur que son appréhension ne revienne, il saisit la garde et la serra aussi fort qu’il le pouvait afin d’être sûr de ne pas lâcher, même si la morsure du feu dévorait une nouvelle fois sa main. Il prit l’arme et la souleva devant lui.

    Maintenant prie avec moi. Ce chant te fera oublier la douleur:

    Ceci est la souffrance
    Ceci n’est que l’incandescence
    Ceci n’est l’attaque que de mes sens
    Ce n’est plus moi qui pense
    Feu de mon âme, tu es ma chance
    Donné par ma naissance
    Tu es intense
    Tu es ma transcendance
    Tu es mon essence
    Tu es ma délivrance
    Et maintenant ! brûle !


    Et la brulure revint, encore plus atroce. Il se mordit la lèvre et des larmes coulèrent sur ses joues sans qu’il pût les retenir. Il lâcha un cri terrible de douleur. Il s‘apprêta à jeter l’arme, source de douleur plus forte que n’importe quelle décision. Mais Alundra referma ses mains sur les siennes l’empêchant d’accomplir sa délivrance. Orlant crut qu'il allait sévanouir.

    Il voyait trouble et la douleur lui faisait mal directement à son esprit. La poigne d’Alundra était plus forte et, après s’être débattu, il s’aperçut à travers le voile de la folie que la douleur s’atténuait. ll entendait comme en rêve la mélopée d'Alundra qu'elle répétait en boucle sur un ton de plus en plus rapide. Quand la chaleur irradiée par la lame faiblit totalement, les mains d’Alundra se refermèrent sur celles d’Orlant d’une autre manière et, bientôt, une fraîcheur bienfaitrice envahit l’âme du garçon, soignant quelque peu ses brûlures.

    « Garde ta main dans l’eau froide maintenant et attend qu’elle guérisse.
    Profites en pour remarquer que ta douleur ne s’apaisera qu’à moitié lorsque tu plongeras ta main dans l’eau et que sitôt retirée, la douleur sera toujours là. Sais tu ce que ça veut dire ? »
    demanda Alundra.

    Le garçon rangea l’épée dans sa ceinture sans pouvoir décoller sa main de la garde et, bien qu’il regardait la paladine, il ne sembla pas comprendre et ne répondit rien. il semblait complétement refermé sur lui même.

    Alundra répondit alors : « Simplement que Istishia, dieu des eaux, est impuissant contre Kossuth. Bien que l’eau éteint les feux faibles, une flamme dort toujours sous les cendres, n’oublie jamais cela. »

    Le garçon sortit alors du temple et se précipita vers un point d'eau sous les yeux de la Paladine et des passants. Cet édifice n’était évidemment pas passé inaperçu mais peu encore osait s’approcher… Ils regardaient maintenant avec stupeur le jeune homme, sortant de ce lieu étrange, plonger sa main presque noire dans la première flaque d'eau venue.

    Alundra sourit. "et moi, j'ai vécu bien pire" dit la Paladine pour elle-même...

    Et elle rentra dans le temple.

  5. #5
    Alundra Glodar Invités
    Orlant, sais tu ce que j’aimerais ?…

    J’aimerais que grand soit le nombre de fidèles ! Que dans une harmonie totale, ils se pressent dans et hors des temples pour proclamer leur foi. Qu’ils saisissent tous l’étendue des destins dans les mains des dieux !

    Crois tu qu’un homme soit capable de juger de la valeur de telle chose ou de telle acte ? Quelle vanité ! Le recours aux dieux n’est pas une demande pour être materné mais afin d’apprendre. Certains disent que les savoir du monde reposent dans les livres. Peut être est ce juste ….en partie… mais pourquoi prendre le risque de voir son temps se perdre en incompréhensibles lectures alors que la parole divine éclaire toute la création.

    De plus, servir les dieux, c’est servir sa propre race. Les dieux ne souhaitent pas notre destruction. Enfin seulement quelques uns vénérés par des idiots.
    En général, les dieux souhaitent prouver que leurs valeurs sont plus importantes que celles des autres. Par notre intermédiaire, ils jouent et changent le monde au rythme de leur divine passion. Suivre leur volonté colossale et leur esprit gigantesque est une quête de toute une vie de mortel et surtout la plus grande des quêtes : s’élever jusqu’à la reconnaissance divine.

    Si tu sers Kossuth, cela veut dire que tu penses que ses valeurs sont les plus grandes et qu’elles devraient faire office de loi.
    - Tu penses que seuls les forts doivent survivre pour permettre à notre race de surmonter les épreuves futures.
    - Tu penses que la souffrance apporte courage, force et volonté. Les seules qualités qui nous permettent de nous élever.
    - Tu penses que la destruction n’est pas forcément la fin mais le commencement.

    Enfin, n’ai jamais honte ! Kossuth est l’un des piliers de ce monde, gouvernant le plus puissant des quatre éléments.
    Le panthéon est divisé en 3 degrés de puissance, les dieux majeurs, intermédiaires et mineurs. Kossuth est évidemment un dieu majeur, sa puissance est sans mesure. Dans cette ville, seuls Talos, le maître de cette ville, Cyric et Tempus pourraient lutter contre lui.

    Je t’en apprendrai bientôt plus mais maintenant, porte les paroles de feu jusqu’aux remparts de cette cité. Je veux que tous entendent mes paroles. Rappelle toi, mon but est de prêcher… que tous entendent les paroles de feu et me rejoignent pour apprendre.

    - Seuls les forts survivent et le méritent

    - le feu n’est pas forcément la destruction, il est, avant tout et surtout, la purification et le renouveau

    - Kossuth, tel le feu dans l’obscurité, dévoile la vérité. Il te guidera et illuminera ton chemin

    - le feu sera ton meilleur allié mais aussi ton bourreau implacable. Ne crains personne avec lui à tes cotés, mais crains le comme personne

    - La transcendance s’accompagne éternellement de difficultés et de souffrances



  6. #6
    Alundra Glodar Invités
    <span style='color:yellow'>Sphères d'influence:[/u][/b]

    Les domaines incontestés de Kossuth sont : la Destruction, le Feu, le Renouveau, la Souffrance, la Purification, les Incendies et les Elémentaux de Feu.



    Rejoignez moi

    description tirée et déformée à partir d'ici

Discussions similaires

  1. [Temple] Temple de Mystra
    Par Sigurd Drek'kon dans le forum Le Quartier du Gouvernement
    Réponses: 98
    Dernier message: 29/11/2014, 18h51
  2. [Bâtiment] Temple de Kossuth
    Par Alundra Glodar dans le forum Le Noyau Occulte de la Ville
    Réponses: 28
    Dernier message: 14/12/2013, 08h32
  3. [QUETE] du Temple
    Par Saiko dans le forum L'île de Vvardenfell (Morrowind)
    Réponses: 7
    Dernier message: 30/07/2004, 20h43
  4. [NWN] Quête du tombeau/Temple de Padhiver
    Par ferrumach dans le forum L'Académie de Padhiver (NWN 1)
    Réponses: 3
    Dernier message: 21/02/2004, 08h24
  5. [Quête] Sous le temple de Helm ...
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 4
    Dernier message: 11/12/2003, 19h19

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231