[QUETE] QUETE D'ADMISSION

Eldora était seule au milieu des tombes. Ces adversaires ne devraient plus tarder à présent.
Elle leur avait donné rendez-vous au crépuscule et le soleil venait juste de se coucher.

Une ombre sortit de la lisière de la foret et s’approcha d’Eldora. Il était vêtu d’une armure de cuir qui laissé nue ses bras gonflé par les biceps. A sa ceinture pendaient deux bagues tellement longues qu’un œil non averti aurait eu du mal à ne pas les confondre avec des épées courtes. C’était Gorag à n’en point douter.

Quand il fut assez près, Eldora lui demanda :

« Tu es seul ? »

« Crois-tu réellement qu’avoir tuer Fammbo te donne une quelconque importance ? » Lui cracha t’il au visage. « Je suis suffisamment fort pour me débarrassait seul de ton cas. »

« Bien ! Je vais donc te poser la question habituel : Ou est votre planque ? A moins que tu ne préfères mourir dans d’atroces souffrances ? » Lui demanda Eldora, en lui offrant son sourire sadique le plus beau.

L’homme, pour toute réponse, cracha par terre et dégagea ses dagues de sa ceinture.
Puis il se jeta sur elle.

Eldora eu tout juste le temps de bondir sur le coté et de se cacher derrière une tombe. Shar semblait avoir répondu à son appel et lui avoir fournit un adversaire à sa taille.
Elle sortit ses deux cimeterres de leurs fourreaux et se releva pour faire face à sa future victime.

L’obscurité commencée à se faire plus profonde et Gorag, emporté par son élan, n’avait pas vu où Eldora s’était caché. Il la cherchait donc avant de l’apercevoir au pied de la tombe d’où elle venait de sortir, selon toute vraisemblance. Gorag avait apprécié Fammbo, malgré sa nature solitaire, et en voulait à Eldora de l’avoir ainsi humilié alors qu’il était en situation de faiblesse. C’est donc avec fureur qu’il se jeta à nouveau sur Eldora.

Mais cette fois, celle-ci était prête, et quand Gorag fut à porter, elle sauta en l’air et lui asséna un violent coup de pied dans la poitrine. Gorag fut projetait à terre, mais la chute ne sembla pas le désarçonné. Comme si il n’avait rien sentit, il se mit à genoux prestement. Et tout en se relevant il jeta tout à coup l’une de ses dagues vers Eldora, qui, devant la soudaineté de l’assaut, ne pu esquiver l’arme qu’elle reçue juste en dessous de la poitrine.

Gorag, croyant son ennemi déjà vaincu, fut pris alors d’un fou rire incontrôlable. Mais quand il repris ses esprit, il se rendit compte que la tueuse était partit. Il commençait à s’inquiéter quand il s’aperçu que la jeune femme n’était en fait qu’à quelques pas de là et tentait de fuir en se traînant sur le sol. La brume commencée à monter et la moitié du corps d’Eldora seulement, étaient perceptibles.

Il marcha alors vers elle en souriant et une fois presque sur elle, il lui dit :
« Tu sais, après que tu ai tué Fammbo, j’ai vraiment cru que tu étais une dangereuse. Et je contait t’éliminer le plus rapidement possible. Mais en faite je crois qu’on va d’abord s’amuser un peu tout les deux. » A ses mots, Gorag eu un large sourire de satisfaction et un ricanement s’échapa de sa bouche malgré lui. « T’es pas très belle mais on fait avec ce qu’on a. »

Gorag fit un nouveau pas conquerrant vers Eldora et…

CLIC


« Qu’est ce que c’est que ça » Beugla l’homme, qui tout à coup avait perdu son sourire.

Alors Eldora se releva lentement, et lentement elle arracha la dague de sa poitrine.
Puis elle se retourna vers Gorag et lui dit en prononçant distinctement chaque mot pour qu’il comprenne bien la situation :


« Ceci est le bruit que produit un piége en se déclenchant, celui-ci n’est pas mortelle, mais si tu fait le moindre geste, ta jambe sera sectionné. Et crois moi, un voleur avec une jambe de bois c’est d’une discrétion remarquable. Et chacun sait qu’un voleur qui n’est pas discret est un voleur mort. Au mieux. »

Dès le début de la tirade d’Eldora, l’homme s’était redit, et une lueur de peur et de colère était apparut dans son regard au fil de l’explication.

« Bien ! Maintenant on va pouvoir discuté. Dit moi ou se trouve votre planque ? » Lui demanda Eldora, toujours en souriant.

Tout à coup Eldora entendit un bruit derrière elle. Elle se mit alors à terre et commença de rampait pour se mettre derrière Gorag. La brume la recouvrait totalement à présent et elle utilisait ses dons de voleur pour faire le moins de bruit possible.

Elle entendit Gorag avertir le nouveau venu qu’elle était là, quelque part dans la brume et qu’il fallait se méfier. Alors finalement, elle n’était pas si insignifiante que sa pour la guilde, si ils avaient envoyer un deuxième homme soutenir Gorag en cas de pépins, cela signifiait qu’ils se méfier d’elle.

Tout à coup Eldora surgit de sous la brume est apparut juste à coté de l’homme qu’elle n’avait pas encore identifié. Elle le pris alors contre elle et lui mit un cimeterre sur la gorge.
Tout allez pour le mieux, elle n’était que légèrement blesser à la poitrine et elle tenait deux otages qui finirait bien par lui dire se qu’elle voulait entendre.

Mais alors qu’elle réfléchissait à la manière dont elle tournerait l’interrogatoire pour que les deux hommes craquent rapidement, un cri déchirant traversa la nuit.

Cet abruti de Gorag avait déclenchait le piége et se traînait vers Eldora, une dague à la main.
Eldora recula avec son otage pour éviter les coups éventuels de Gorag, en attendant de trouver une solution, mais elle trébucha contre une tombe et lâcha l’inconnu.

Quand elle se releva, elle vit le deuxième homme tentant d’aider Gorag à se relever pour fuir.
Eldora courut vers eux pour les stopper, mais l’inconnu préféra abandonné son compagnon et fuir.

Tant pis, elle n’aurait qu’une seule victime se soir.


« Bien ! Maintenant que nous sommes de nouveau seuls, tu vas peut pouvoir me dévoiler enfin les informations que je recherche. » Dit-elle en se tournant vers Gorag.

« A quoi bon parler puisque je vais mourir quoi qu’il arrive ? » Grogna Gorag, essouffler par sa tentative de fuite et par la douleur que lui procuré son absence de jambes.

« Tu sais je ne suis pas engager pour tous vous tuer ! Je n’ai pour mission que d’éliminer votre chef. Si tu me dis ou il est, je t’épargnerais. » Dit Eldora en se reprochant d’avoir pu proféré un mensonge aussi énorme.

« Je ne sais pas grand-chose. Je n’ai pas une position très importante dans l’organisation. Peut être que si tu t’adressais à notre acheteur, celui à qui nous revendons la plupart de nos acquisitions, il pourrait t’en dire plus. Son nom est Nart… »

Eldora n’eu que le temps d’entendre la flèche sifflait avant qu’elle ne vienne se ficher dans la gorge de Gorag. Ce débile de voleur n’avait même pas eu le temps de terminer son dernier mot, et maintenant il gisait, la bouche ouverte, dans une mare de sang.

Eldora réalisa alors qu’elle était toujours debout au milieu des tombes et qu’elle devait faire une cible parfaite pour celui qui avait abattu Gorag et qui était d’ailleurs sûrement celui qui avait tenté d’aider le voleur quelques instant au paravent. Elle décida donc de se camoufler sans plus attendre.

Eldora---> se cacher dans les ombres

Une fois caché, Eldora pu réfléchir. Ce mystérieux agresseur ne pouvait être que Kalisto ou Elisfrod. Cela ne pouvait pas être Crosbie qui, d’après sa description portait plutôt des vêtements aux couleurs vives. Mais Eldora venait peut être tout simplement de croisé le sixième personnage de la guilde, celui dont nul ne semblait connaître l’identité.


vient de:
Le coin du crieur
va vers
La Place des Marchands