Page 8 sur 8 PremièrePremière ... 678
Affichage des résultats 211 à 222 sur 222

Discussion: [Quête] L'Assaut des Morts

  1. #211
    Raven Al'Qazimir Invités
    Se plaçant à l'abri derrière son pavois, seule l'arme décrivant de longs moulinets de ses trois sphères se poursuivant mutuellement autour de leur axe, Méran encaissa quelque coups de griffe sur son bouclier mais tint bon, ... la créature était rapide, mais elle avait commis l'erreur de se fixer pour ne pas tenter de s'enfuir. Elle était à présent prise dans un étau, et ceux qui étaient allés à Gerphan ne lui laissaient plus d'espace pour disparaître, si elle voulait partir, elle devrait se heurter à une forte résistance des trois hommes déterminés.
    Méran n'avait presque plus peur, et ça fortifiait chacun de ses gestes, il encaissait les coups de patte sans bouger d'un pouce, campé en position de mirmillon, la prise de force de son ami Nain. Il attendit d'avoir une cible relativement fixe et décocha un coup de fléau d'une violence étonnante, renforcé par le sort qui l'affectait depuis peu.
    Les trois têtes vinrent frapper l'Atropal au niveau de la tête et le fracas de la chaîne ébranla les bases de l'Almochéen qui se replaçait aussitôt en garde. Il espérait que Béorn et Bagronk porteraient le coup final... il n'aimait guère le combat, et souhaitait qu'il fut fini au plus vite. La malchance avait poursuivi les mélandiens jusque là, mais il semblerait que les dieux qui les soutenaient aient repris un avantage sur l'immense partie d'échec qui se jouait là haut

  2. #212
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Vous voulez vraiment savoir ?
    Messages
    92
    Après l’attaque extraordinairement puissante d’Euler, Bagronk donna aussitôt toutes ses force dans un large coup d’épée au niveau du cou. La lemme magique transperça la chair putréfiée du Dieu zombie. Une énorme gerbe de sang noirâtre et corrosif sortit de la plaie fraîchement ouverte. Le mort-vivant poussa un ultime cri d’agonie d’une puissance inouïe. Les Melandiens et Euler avachis par le combat, purent soufflé un instant. Mais la créature ne leur laissa pas cette joie. Elle n’était pas morte.

    Mais quand vas-tu enfin mourir ?

    Bagronk n’avait plus beaucoup de sorts en réserve, cette bataille l’avait complètement épuisé mais il devait encore combattre. Trop faible pour continuer à l’épée, il décida de faire diversion pour que les autres puissent porté le tant attendu coup de grâce. Pour ce faire, il couru autour de la bête en changeant de sens de façon imprévisible.

    Tuez-la ! Cria Bagronk essoufflé par sa course.
    Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul,
    ash nazg thrakatulûk agh burzum-ishi krimpatul

    Sauron


    Vous êtes seul, vous voulez rencontrer votre âme-soeur, vous marier ou vous divorcer? Alors venez au centre de rencontre de Barabatta !

    http://membres.lycos.fr/sgenerator1/...e6b3b09060.png

    Winter is comming

  3. #213
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    D’abominables plaintes d’outre-tombe émanaient du sinistre fœtus divin. La créature sentait que la situation commençait à lui échapper. Sa kyrielle de pouvoirs magiques ne semblait guère avoir d’effet sur les assaillants et les attaques paraissaient venir de partout. Les Talosiens, agiles et rapides, parvenaient à éviter la majeure partie des nécrotiques coups portés par le monstre. Mais des coulées de sang noir perlaient sur leurs armures abimées, leur sang… La fatigue montait inexorablement dans leurs veines, assoupissant leurs sens et engluant leur prestance dans les méandres d'un insidieux sommeil...

    Mais ils continuèrent la lutte, bravant héroïquement les attaques insidieuses de l’atropal. Ce dernier leur envoyait d’abominables flashs mentaux reflétant des horreurs au-delà de toute imagination mortelle. Des scènes ignobles et maléfiques s’imprégnaient dans leurs crânes ravagés par les affrontements sanglants, insinuant insidieusement la peur dans les esprits fébriles…

    Aucun des combattants réussit à ne pas penser à une quelconque tentative de fuite, à lâcher ses armes et à courir le plus loin possible de toutes ces immondices amassées en un seul être malséant et corrompu jusqu’au plus profond de son âme damnée. Mais chacune de ces tentatives était avortée à la vision de la bravoure des autres qui continuaient interminablement le morbide duel, qui avait déjà coûté la vie à l’un de leurs compagnons. Et cette frayeur se transforma en une haine terrible, et la violence inouïe de cet affrontement légendaire s’amplifia. L’atmosphère glaciale semblait elle-même se réchauffer avec la colère montante. Les hurlements maléfiques de l’atropal étaient saccadés par le bruit du métal s’abattant sur son derme, véritable armure naturelle, une infernale danse de mort se déroulait dans la pièce aussi obscure que les plus lugubres nuits. Alors que ce macabre ballet continuait, un cri abominable perça les tympans des membres du groupe…

    L’atropal en était la source, le monstre était agonisant, ses sens s’embrouillaient et d’affreuses plaies saillaient sur tout son corps atrophié, l’hémoglobine noirâtre s’écoulait interminablement des blessures exhalant le mal à son était le plus diabolique, les gouttes du sang s’écrasant sur le sol provoquaient un rythme infernal. Mais aucun de ces sons ne parvint à couvrir l’incroyable cri de la bête. Cette dernière savait la partie perdue. Le destin en avait voulu ainsi et ses adversaires s'étaient avérés redoutables. Et malgré cette défaite, un sourire maléfique se dessina sur son visage émacié par la nécrose…

    Soudainement, une gigantesque explosion éclata violemment, partant du corps de la créature qui fut littéralement vaporisée par la force de la détonation. Une onde se propagea dans la pièce, une véritable déflagration magmatique, une sinistre boule de feu éclatant dans la mort de l'abomination. Ce cercle ardent heurta de plein fouet tous les Melandiens, carbonisant leurs chairs dans une atroce souffrance. Le souffle de feu irradia chacun de son intense flétrissement telle une bourrasque venteuse…

    L’onde finit sa course contre les murs de la caverne, s’écrasant brutalement sur les parois dans des gerbes de feu virevoltantes. Plusieurs pierres se délogèrent dans un concert de gravats suite à la puissance de l’impact et le sol commença à trembler, de multiples scories s’effritaient du plafond aux aspérités saillantes. Les membres du groupe ayant survécus, malgré leurs atroces brûlures feraient mieux de ne pas tarder dans la zone…

  4. #214
    Khan Invités
    Quand la vague de flamme le toucha, Khan hurla de douleur, tous son corps semblait s'embraser, mais il remarqua alors quelquechose.
    Toutes ses blessures avait été cicatrisés par les flammes; Il avait des cicatrices partout, son corps était en fait une immence cicatrice, la partie droite de son visage était entièrement brullé et il ne voyait que de son oeil gauche, mais au moins il pouvait bouger sans faire gicler du sang partout.
    Il sentit les secousses et cira à ses compagnons:


    "Tous va s'effondrer, je conseille à tous le monde de partir au plus vite!"

    Il ramassa son épée et retrouva foureau, il le remit sur le dos et se dirigeat vers le corps innanimé de Thanatos, le paldin-déchu était mourrant, les brullures n'avait rien arrengé à son état. Il le mit à son tours sur son dos et courut vers l'endroit où se trouvait la corde en espérant qu'elle n'avait pas brullé...

  5. #215
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Vous voulez vraiment savoir ?
    Messages
    92
    Bagronk gisait parterre haletant. Il avait besoin de soins et vite. Ses armures magiques n’ont pas résisté à la puissance de la déflagration de feu qu’avait provoqué l’explosion de l’atropal. Mais sa cape n’avait mystérieusement pas été affectée par le feu. Il essaya de se relever mais une atroce douleur le plaqua au sol. D’un mouvement de la tête douloureux, il regarda autour de lui. Ses compagnons gisaient eux aussi parterre.

    J’ai… j’ai be… besoin de soins !

    A peine avait-il fini sa phrase que la douleur reprenait de plus belle.

    Je ne tiendrai pas long… temps !

    Puis il ferma les yeux et se concentra sur ses maux. Il devait les surmonter. Mais il avait terriblement mal et il fini par s’évanouir.
    Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul,
    ash nazg thrakatulûk agh burzum-ishi krimpatul

    Sauron


    Vous êtes seul, vous voulez rencontrer votre âme-soeur, vous marier ou vous divorcer? Alors venez au centre de rencontre de Barabatta !

    http://membres.lycos.fr/sgenerator1/...e6b3b09060.png

    Winter is comming

  6. #216
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    Beorn avait été projeté contre un mur lors de la gigantesque explosion. Il retomba a terre, sa cape, unique protection contre les élément, l'avait bien protégé, mais elle ne le ferait plus... Beorn arracha les lambaux de tissu qui pendant depuis son col et acourut tant bien que mal auprès de Bagronk pour le soigner. Il lança tout de suite un sort de soins modérés et rétabli Bagronk. Voyant que les autres n'étaient trop en mauvais point, il leur hurla de sortir au plus vite.
    Le groupe se précipita alors vers la corde affin de sortir un fois pour toute de cette faille.
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  7. #217
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    Par miracle la corde tenait encore et les survivants poussèrent en cœur un soupir de soulagement, aucun d’eux ne tenait particulièrement à finir enfui sous des monceaux de gravats dans l’ancienne prison d’un maléfique fœtus divin…

    A chaque instant le plafond pouvait brutalement céder et les rescapés, s’aidant mutuellement, tâchèrent de remonter avec précipitation par la maigre cordelette. Les premiers arrivés dans la salle funéraire remarquèrent immédiatement que cette dernière était également sur le point de s’effondrer. D’immenses lézardes se formaient dans les sinistres colonnes de pierre noire et les parois s’effritaient dans un vacarme assourdissant, comme si un quelconque esprit enfouit dans les profondeurs abyssales se réveillait soudainement. Finalement ils réussirent tous à sortir de l’abominable carcan sépulcral de la caverne de l’atropal, une sensation d’espoir renaissait peu à peu dans leurs esprits tourmentés par des visions diaboliques…

    Au moment où le groupe allait quitter l’endroit dévasté, Beorn jeta un dernier regard vers la sombre fosse, Crikorrin était tombé et un amer sentiment taraudait son cœur maléfique. Le dirigeant Melandien murmura une sombre parole et disparut par le passage d’où ils étaient venus.

    Aucun d’entre eux ne se souvient bien du périple de retour à la surface, seule l’image d’une course effrénée reste gravée dans leur mémoire troublée. Une terrible frayeur les poussait à avancer, encore et encore, jusqu’à l’épuisement total. Ce ne fut que lorsqu’ils aperçurent la lueur du ciel envahi par un crépuscule ensanglanté qu’ils se relâchèrent. Les sensations se bousculaient dans leurs esprits, joie, soulagement, peur, colère, haine, rage, et victoire…

    Rapidement ils furent pris en charge par des clercs de Talos et la rumeur de leurs exploits fit très vite le tour de la ville, encore en ébullition après les sanglantes attaques des derniers jours. Une atmosphère festive ne tarda pas à envahir la ville.

    C’était comme si l’on avait enlevé un linceul de noirceur englobant la cité entière…

  8. #218
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Dans l'antre de la fooooliiiie
    Messages
    1 152
    Isolé dans une bâtisse à l'équilibre précaire, le vampire se relevait lentement. Ses blessures guéries il n'eut plus guère besoin de repos et quitta les lieux. La bataille avait coûté cher à Mélandis, mais aussi au vampire... Sous les décombre non loin gisaient ses loups, criblés de flèches ses compagnons avaient dû tomber sous les coups des morts avant de se relever pour mourir de la main des vivants. Il sentit une grande peine étreindre son coeur alors qu'il comprennait qu'il venait de perdre ses plus vieux camarades.

    Après un cour instant de deuil il croisa quelques soldats affairés à ramasser les corps pour les porter dans d'immenses brasiers illuminant de ci de là la ville. Au loin des cris se faisaient entendre provenant d'un lieu où un petit soleil semblait se lever. Prenan son courage à deux mains, affrontant les courbatures qui criblaient son corps, le vampire s'avança dans cette direction.

    En chemin il croisa des citoyens en liesse, pour la plupart à moitié ivres chantant les louanges de l'armée. Il rencontra également des femmes en pleurs, veuves et mères endeuillées, nul famille n'avait été épargnée par le désastre et tous avaient perdu un proche en ces jours sombres. Mais il comprit vite que la petite expédition était revenue victorieuse des entrailles de la terre, libérant la cité d'une terrible menace. Arrivant à son but, il découvrit la place des marchands transformée en immense lieu de fête, les gens dansaient, les soldats survivant paradaient dans des uniformes déchirées, ensanglantés. Partout on contait ses exploits, ceux des autres, nombreux étaient ceux qui enjolivaient leurs faits, tous le savaient pertinament, mais l'heure était à la fête et nul n'en tenait compte. Des ivrognent jonchaient déjà le sol, ivres morts, des femmes plantureuses dansaient, les catins offraient gratuitement leur service alors que tous riaient.

    Par endroits certains émettaient la possibilité que le mal n'ait pas été totalement stopé, mais bien vite, une chope de bière se glissait dans la main des incrédules, achevant les restes de leur scepticisme. Dans un coin les prêtres observaient las festivités d'un oeil bienveillant, apportant leur soutien aux familles éplaurées qui ne trouvaient le moyen de se réjouir. Au centre des convives se tenait une table noyée sous la masse de la foule, la table des héros qui avaient sauvé la cité par leur escapade intrépide et héroïque dans les entrailles de Toril. Les femmes, les hommes et quelques hybrides les assaillaient, faisant étallage de leurs charmes tandis que la nourriture semblait tomber du ciel et que la boisson coulait à flots.

    Le vampire exténué, prit la route de son manoir saluant quelques passants qui le reconnûrent au passage. La fête se poursuivit encore longtemps, le peuple en liesse louant ses héros jusqu'à l'aube alors que la cité s'endormait, plus seraine qu'elle ne l'avait été depuis des mois alors que les plus braves arpentaient encore les rues en chantant.

    Quelques heures après le levé d'un soleil chaud et éclatant, un terrible rugissement retentit, la faille s'était effondrée sur elle-même emportant quelques batisses heureusement vides dans un glissement de terrain, scellant définitivement le puit à l'origine des tourments de la cité alors que les derniers corps finissaient de brûler. La cité était enfin libérée du cauchemar dans lequelle elle avait été plongée pendant près de deux semaines. Enfin la ville pivait panser ses blessures, oublier lentement et passer à autre chose. Doucement en début d'après midi, les plus courageux, et les moins fatigués sortaient lentement de leurs maisons, débarassant les rues des débris qui les encombraient, clouant des planches sur les fenêtres brisées en attendant de les remplacer. Doucement la ville reprennait une allure normale, les corps et les gravas avaient disparus des rues, lentement les habitants réparaient leurs habitations, l'armée leur venant en aide dans les travaux de refection, tandis que quelques uns s'attellaient à la dure tache de réparer les bâtiments publiques et tentaient tant bien que mal de combler l'immense cratère, dernière cicatrice des récents évènements.

    Avec la minutie d'une armée de fourmis les mélandiens s'efforcçaient de rendre à la ville son aspect glorieux, effaçant les derniers stygmates du cataclysme, en un ultime exorcisme des malheurs survenus.
    La plus grande peur des chauves-souris, c'est l'incontinence diurne. (oui parce qu'elles dorment le jour, pour le reste... comprendra qui pourra )

  9. #219
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    Beorn, après avoir émergé et soigné du mieux qu'il le pouvait ses compagnons, regarda avec haine les soulards fin bourrés étendus par terre. Il fut cependant d'une certaine manière heureux de voir le vampire se tenir devant lui. Un seul regard leur permirent de se dire ce qu'il y avait à dire. Mais le drow n'avait aucune envie de réjouissance, ni de fête. Il incanta alors en silence, inclinant la tête tout en regardant le vampire. Il se dématérialisa en un nuage de corbeaux, comme à son habitude et regagna sa tour pour panser, lui aussi ses blessures, mais il en était une qu'il ne pourrait panser.

    Une fois dans sa tour, le général… se grade, à quoi bon si il n’était capable d’éviter cela… Beorn commençait à se détester, mais un murmure dont il ne trouva pas la provenance le fit changer d’avis à son grand étonnement. Il reconnut alors, de par les bois, le hurlement des loup de la tribu, et Beorn comprit… Il se surprit même à sourire, d’un façon dont il n’avait vraiment pas l’habitude et qu’il n’avait que peu de fois fait. Il resta ainsi deux jours, seul dans sa tour, seul le Svirfnelbin Gorgrim, qui avait, lui une belle plaie à bras, le vit durant ses deux jours, lui apportant de la nourriture.

    C’est à la tombée de la nuit qui suivait ces deux interminables jours que Berg’inyon Devir ressortit finalement de sa tour. Les réjouissances étant finies, les pauvres cloportes imbibés d’alcool ne parsemaient plus les rues. Beorn marcha ainsi jusque au monticule érigé à l’endroit où la faille s’était effondrée. Il s’installa alors par terre et commença un rituel de deuil.


    -Dinin tlus naudal nindyn quyn taga dos xuat’gaer lil mzild

    (Dinin, c’est dans ces instants que tu me manques le plus. )

    Puis, posant la main droite au sol, Beorn se mit à murmurer des paroles magiques, et la terre, autour de sa mains se mit alors à briller. Cette lumière engloba soudain la main du drow, mais c’était en fait, le sol qui l’englobait. Beorn fut comme absorbé par la terre main n’y posa aucune résistance. Il avait en fait incanté lui permettant de fusionné avec la terre, et de s’y déplacer comme dans de l’eau, sans avoir besoin de garder son souffle. Il arriva, après un moment de « nage dans la pierre » sur les lieux du combat. Beorn chercha alors se qu’il restait de Crikorrin, le loup qui était tombé. Il le trouva car la pierre le lui dit, et ce fut là sa première discussion avec elle. Il redit sa prière, « s’agenouillant » Puis, comme résolut, comme si un énorme poids s’était enlevé de son cœur, Beorn repartit vers la surface, en emportant l’épée courte de Crikorrin Lymody, que très peu amoché par les éboulis.

    Une fois à la surface, Beorn prit la lame à deux mains et la planta dans une pierre puis, usant de ses dernière force magique, il grava dans la pierre

    <span style=\'color:#EEC591\'><span style=\'font-family:vladimir script\'>Ci gît Crikorrin Lymody, chef de la meute
    Lui qui nous sauva tous
    Puisses tu reposer en paix </span></span>

    Sur cette dernière action, Beorn s’effondra, éreinté à cause de la trop grande concentration que lui avait demandé cette dernière action pour son ami. Une sorte de nain, caché dans l’ombre d’un bâtiment vint à lui, accompagné d’un Golem de Fer et le porta jusqu’à la tour.
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  10. #220
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Vous voulez vraiment savoir ?
    Messages
    92
    Bagronk, aussitôt sortit de la faille fût emmené vers les clercs pour le soigner. Ses compagnons avaient du le porter pendant tout le trajet car il était trop faible pour tenir lui-même sur ses jambes. Grâce à Beorn, il était sortit du coma mais à chaque instant, il sentait ses forces diminuer. Et il ne tarda pas à de nouveau s’évanouir. Bagronk saignait de partout et était par endroit, grièvement brûlé. Un des clercs lui donna à boire une potion verdâtre. Celle-ci fit dormir Bagronk d’un sommeil profond et réparateur. Il dormit pendant deux jours d’affiler. Mais quand il se réveilla, ses blessures étaient presque toutes refermées. Les clercs avaient œuvré pendant son sommeil. Le soir arrivé, il se décida à se lever et à arpenter les rues de Melandis. Revenant auprès de la faille rétament comblée par les gravats, Bagronk vit Beorn s’engouffrer dans la terre. Il comprit de suite ce qu’il allait faire. Quelques minutes plus tard, Beorn ressurgit tenant à la main une épée courte. Sûrement, appartenait-elle à Crikorrin. Bagronk le regarda incanter sans le déranger. Il savait se qu’il avait subit. Il compatissait… Puis, il vit Eddy et un nain le porter jusqu’à se demeure, car trop épuisé par son action. Tout le monde étant partit, Bagronk s’approcha de l’inscription dans la roche que Beorn venait de graver. Il s’agenouilla et pria pour tous ceux qui sont tombé au combat, en particulier son ami Crikorrin. Puis, il s’allongea sur le sol regardant les étoiles. Pas un seul nuage ne polluait la beauté du ciel. Une étoile filante fit comprendre à Bagronk que Crikorrin avait entendu sa prière. Il resta un long moment couché en regardant les étoiles. Puis il partit en direction de son habitation…
    Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul,
    ash nazg thrakatulûk agh burzum-ishi krimpatul

    Sauron


    Vous êtes seul, vous voulez rencontrer votre âme-soeur, vous marier ou vous divorcer? Alors venez au centre de rencontre de Barabatta &#33;

    http://membres.lycos.fr/sgenerator1/...e6b3b09060.png

    Winter is comming

  11. #221
    Raven Al'Qazimir Invités
    Méran avait pu éviter les projections au cours de l'explosion en se plaçant de façon instinctive derrière son pavois, seuls ses pieds et ses sandales connurent les joies d'un passage aux charbons ardents, sa peau subissant simplement le coup de chaleur de la déflagration, laquelle n'était pour l'épiderme de l'Almochéen qu'une redite du baiser brûlant du soleil Athasien, son heaume protégeant ses yeux de l'éclatement sous le coup de la chaleur.
    Il n'était pas remonté avec les autres quand la caverne avait menacé de s'écrouler, il avait pratiqué une fusion dans la pierre, et attendu patiemment sur les lieux du combat que les choses se tassent, bien à l'abri dans la gangue rocheuse la plus pure qu'il ait trouvé à cet endroit.
    Après un façonnage de la pierre, il était retourné là où le groupe avait combattu l'atropal, ... il voulait être certain que cette fois-ci il était bien mort.
    Son pied avait alors heurté un objet: une lourde lame. La lame de Thanatos... une arme de juge. Méran l'avait alors ramassée, et rangée dans son arsenal. Il pensait qu'il devait rendre justice à ceux de sa profession qui avaient combattu à côté de lui.
    Il regarda un instant le corps de Crikorin. Il s'agissait en fait du seul Mélandien pour lequel il avait eu un peu plus que de l'estime et il gisait là. Il s'était battu ici, il était mort ici, il reposerait donc ici pour l'éternité, afin que ceux qui viendraient à redescendre le trouvent couché, en témoignage muet de ce qui s'était produit en ce lieu.
    La mort faisait partie du cycle naturel, ainsi le concevaient les lycantropes ou les druides, il n'aurait pas aimé une sépulture en surface, mais le ciel pour abri et la terre pour heimat. Il allait se pencher sur le corps pour le remonter quand un rocher se détacha du plafond, et poussa Méran à se dissimuler dans l'obscurité de la pièce.
    Il reconnut l'odeur du druide qui venait d'entrer... il l'entendit parler un peu, puis il le vit prendre la lame de Limody et repartir, l'obscurité se faisant à nouveau. Beorn avait prit un objet, ... les babioles étaient des symboles pour les gens de Toril, mais Méran serait là pour raconter ce qu'il avait vu, ce qu'il s'était passé à Mélandis durant ces jours de guerre.
    Il posa le corps de Limody sur son épaule et fusionna de nouveau avec la pierre.

    Hors des murailles de Mélandis, dans la plaine, là où le vent renoue avec la terre et la végétation, il posa le corps.

    Retourne à la terre fils de la nature ... qu'elle seule soit le juge de tes actes et dise si ton corps est digne de lui revenir...
    petits amis du sol et de l'air, vous que personne ne voit ni n'entend, à qui personne ne fait attention et qui pourtant avez aussi donné votre vie à Mélandis, emmenez avec vous dans le grand chariot des combattants anonymes tombés dans les guerres depuis que l'adversité existe, qu'il y trouve son aule de paix avec le ciel et les grands espaces pour toute meute...

    Méran Seranoo>Convocation d'insectes(fouisseurs)>Corps à terre
    L'arkhonte n'avait pas vraiment envie de revoir certains Mélandiens, sachant que les dirigeants avaient déserté toute notion de danger pour se terrer dans leurs hauts quartiers, mais il n'entendait malgré tout pas que Beorn, Bagronk et Crikorrin ne voient leur rôle ignoré dans cette histoire.
    Il retourna à l'avant poste d'Almoch, gardé par ses deux compagnons qui s'étaient battus une nuit durant aux côtés des Mélandiens et écrivit un ratelier complet au sujet de ce qui allait désormais rester dans ses archives personnelles comme "L'Assaut des Morts sur Mélandis". Exceptionnellement il régidea ce manuscrit en langue commune de Toril et en effectua magiquement une copie pour ses oeuvres personnelles.

    Il prit son tapis et retourna à Mélandis, entrant dans la cité en survolant les murailles, et chercha à éviter tout le monde.
    Il s'assit près de la grande bibliothèque et attendit son ouverture.

    Il avait aussi un compte à régler avec les soi-disant sénateurs


    HJ: Méran est un peu en colère, mais bon comme il a toujours une mine de cégétiste sous banderole ça ne se voit pas :happy:

  12. #222
    Thanatos Invités
    Thanatos ouvrit les yeux lentement. La pièce qui s'étendait dans son regard semblait danser devant ses yeux. Thanatos fut prit d'une nausée très puissante et il relâcha tout le reste de son déjeuné qui remontait a il y a bien longtemps sur le sol.
    Soudain Thanatos se rendit compte d'un chose: il n'était pas dans son auberge. Oubliant sa fatigue il se remit sur pied et porta la main vers l'endroit ou il portait habituellement son fourreau. Sa main se referma dans le vide. Pris d'effroi, Thanatos sortie à toute vitesse de la pièce.
    Il tomba nez a nez avec un prêtre de Talos. Le prêtre fort surprit de voir le paladin déchu debout prit la parole:

    Bien le bonjours noble Juge. Je suis surpris de vous voir si tôt debout. Vous étiez dans un état d'épuisement très avancé quand on vous a conduit a moi. Je pense que vous devriez allé vous recouchez. Vous étés bien faible pour partir tout de suite.
    Pendant les paroles du prêtre Thanatos commença à perdre l'équilibre. La fatigue reprenait le pas sur la peur qu'il avait d'avoir perdu son arme. Il arriva juste a marmonné lentement:
    Ou... Ou... Où est mon arme? Elle a disparut... Je dois savoir ou est passé la Lame du Juge!
    Le prêtre ne fut pas surpris par la question. Il s'était même déjà renseigné avant que le paladin déchu ne se réveille. Il répondit simplement:
    Je crois que c'est un dénommés Meran qui l'a. Il me semble que quelqu'un la vu en ville avec votre fourreau et une arme dedans.
    Thanatos soulagé de ne pas avoir perdu son arme, commença a s'affaissé sur ses jambes. Il lui suffira de retrouvé Meran et il pourra retrouvé son arme. Cette idée dans la tête, il sombra dans un profond sommeil au pied du prêtre.

    Thanatos se réveilla a nouveau. Il se sentait bien mieux que lors de son premier réveil. Il s'assied sur le mur et regarda la pièce.
    Un prêtre arriva dans la pièce a ce moment la. Il remit ses affaires a Thanatos et lui dit qu'il pouvait quitté les lieux sans risques.
    Thanatos décida donc de partir à la recherche de Meran pour retrouver son arme.


    Thanatos parcourut toute la ville sans aucune trace de Meran... Le désespoir commençait à se faire sentir. Son épée était la chose qu'il comptait le plus pour lui et il l'avait bêtement perdu lors d'un combat contre une abomination. Sentant les larmes venir a nouveau vers ses yeux, Thanatos tourna la tête vers une pierre d'ou sortait une épée courte brisé. Thanatos lus ce qu'il y était marqué sous la pierre funéraire et soudain il se rendit compte que c'était celle de Crikorrin.
    Les larmes disparurent aussitôt des yeux de Thanatos. L'homme loup était tombé lors de la bataille contre l'atropal. Thanatos devait savoir ce qu'il s'est passé après sa chute dans le combat, car la mort d'un de ses camarades est bien plus terrible a supporté que la mort de n’importe qui. Thanatos n'avait beau pas importe véritablement l'homme, il ne pouvait resté la a contemplé la tombe d'un fier guerrier sans rien dire.
    Il se mit donc a genou devant la pierre tombal et pria Talos:

    Talos, dieu Destructeur, toi qui retire la vie aussi facilement au homme, moi Thanatos ton fidèle Paladin, je te demande d'accueillir l'ame de ce valeureux guerrier qui est tombé à la bataille. Il a combattu courageusement contre un adversaire bien plus puissant que lui et il l'a payé de sa vie. Ce sacrifice a permit de nous sauver tous. Je t'en conjure Talos, accueille l'ame de ce héro!

    Thanatos se releva ensuite et repartie à la recherche de Méran... Il devait a tout prix le retrouvé...

Page 8 sur 8 PremièrePremière ... 678

Discussions similaires

  1. [Quête : la maison des morts] Le cimetière/Chandara
    Par Althéa dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 116
    Dernier message: 16/03/2009, 22h37
  2. [Quête] La maison des morts : le cimetière de Linceul
    Par Althéa dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 28
    Dernier message: 25/01/2009, 21h57
  3. [Quête] La maison des morts : une réception à Linceul
    Par Althéa dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 22
    Dernier message: 14/12/2008, 21h37
  4. [Quête] La maison des morts : Linceul
    Par Althéa dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 54
    Dernier message: 12/11/2008, 17h10
  5. [Quête] La maison des morts : sur la route de Linceul
    Par Althéa dans le forum Les Archives des Quêtes
    Réponses: 106
    Dernier message: 12/11/2008, 09h31

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231