Page 2 sur 2 PremièrePremière 12
Affichage des résultats 31 à 51 sur 51

Discussion: [Lieu-dit] La Grand'Place de Lumenis

  1. #31
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    QUETE : Une compagne des plus exaspérante

    Garfield n'en revenait pas! Il était noyé dans des vêtements beaucoup trop grands pour lui, ses armes était tombées au sol, et sa voix lui semblait plus jeune, moins affirmée.

    Quelle est cette diablerie??? Que m'avez-vous fait petite démone?? Rendez moi ma taille, tout de suite!!!!

    Là, c'était le summum. Garfield, Haut-Conseiller Lumenien, venait de retomber en enfance au vu et au su de tous sur la grand Place de Lumenis. A part miser sur la bonne volonté d'Alusiel, il ne voyait pas comment s'en sortir...
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  2. #32
    Seina Invités
    QUETE : Une compagne des plus exaspérante

    Alors que garfield s'énervait, la poussière de fée lui emplit le nez, il partit d'un éternuement strident et tonitruant... Un rugissement se fit entendre... un énorme Dragon Rouge était apparu dans le ciel de Lumenis et fonçait... sur lui... Au moment où garfield coryait sa vie définitivement finie, la créature implosa et se transforma en milliers de pétales de rose...

    la petite fée partit d'un rire taquin :

    " Tu vois que quand tu veux tu peux... enfin c'est pas mal pour un début, faudra penser à t'entrainer..."

  3. #33
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    QUETE : Une compagne des plus exaspérante

    Alors là c'était trop fort!! Garfield venait de voir apparaitre un dragon rouge sous ses yeux. Celui-ci s'était matérialisé après son éternuement.

    Mais qu'est-ce que c'était?? Pourquoi devrais-je m'entrainer??

    Et cette chose, cette poussière, continuait de le piquer le nez... Il éternua de nouveaux. A sa grande surprise, une nouvelle bizarrerie se produit. La poussière scintilla, et une mangnifique nymphe apparut, dansant lascivement. Mais la vision fut furtive, car à peine la créature était apparu (et à peine Garfield avait commencé a admirer ses courbes) qu'Alusiel dissipait la poussière avec ses ailes et frappait la tête de Garfield de sa baguette.
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  4. #34
    Seina Invités
    QUETE : Une compagne des plus exaspérante



    Alusiel regarda d'un air courrouçé Garfield et s'écria :

    " Non mais ça va pas espèce de pervers ! t'as pas intérêt à faire ça après notre marriage"

    Elle battit des ailes et lui tourna le dos sans plus d'explications... Elle boudait...


    garfield s'apperçut que les derniers évènements n'étaient pas restés innaperçus et qu'une masse commençait à se former autour du couple bizarre que formait un gosse et une fée boudeuse... très vite des questions fusèrent dans l'assistance " et gamin ? où sont tes parents , " " c'etait quoi ça ? " " j'aurai jurer voir un Dragon..."

  5. #35
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    QUETE : Une compagne des plus exaspérante

    Alors que les gens se rapprochaient de Garfield et d'Alusiel et les assaillaient des question, Garfield n'avait qu'un mot qui lui restait en tête, gravé comme sur du marbre: MARIAGE!!!!

    Mariage, mais de quoi tu parles? Je n'ai aucune envie de me marier avec toi!

    Mais les gens commencaient à se rapprocher de l'étrange couple. Garfield prit une de ses épées courtes (devenues nettement plus longues pour lui) et tailla le jambes de son pantalon. Il enleva sa chemise et ne garda que le gilet de cuir qui était devenu un long manteau. Attachant son épée dans le dos, il lança à Alusiel:

    Suis moi!

    Puis Garfield commença à marcher innocement au milieu des gens, puis l'orsqu'il quitta le cercle des badeaux, il se mit a courir.
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  6. #36
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    En provenance du chantier naval

    Ils avaient longé les quais et ne s’étaient pas arrêtés jusqu’à la grande place de Luménis, attirés par la fraîcheur du chant de la fontaine. Althéa avait fait tout son possible pour ne pas prêter attention au bras d’Agrippa enserrant maladroitement le sien. Elle se sentait encore plus gauche que lui, faisant tout pour se redresser pour se donner un semblant de contenance. Elle lui avait fait au moins deux croches pieds et il avait marché sur ses sandales. Bon an mal an, ils s’étaient assis sur la margelle.

    La bretteuse se plongea dans la contemplation de la place. En plein jour et dans les beaux quartiers, Luménis se prenait un visage différent. Deux visages bien distincts ignorant tout l’une de l’autre. L’élite vivant à la lumière, les oubliés se partageant les ombres. Sa ville d’adoption était bien différente. Un seul et même visage, sous l’égide d’un seul dieu. Qu’il pleuve ou qu’il vente, de jour comme de nuit on était sur de croiser les prêtres et les paladins même là où on les attendait le moins. Elle se souvint de son détour par la forge quand elle était venue chercher sa récompense. Elle avait été contrainte de battre en retraite sous le feu d’une bénédiction helmite.

    Elle allait raconter cet épisode quand deux adolescents surgis de nulle part sautèrent dans la fontaine et aspergèrent tout ce qui se trouvait à portée de main. Leur jeu provoqua un moment parmi la foule non contente de prendre ainsi l’eau. Et c’est ainsi qu’une vieille dame s’appuyant sur Althéa pour s’en aller la poussa tout droit dans les bras d’Agrippa.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  7. #37
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    Paris, FRA
    Messages
    878
    Le mouvement de foule avait pris Agrippa par suprise, et c'est confus qu'il reçut la bretteuse dans ses bras. Déséquilibré et manquant de tomber par terre, il se rattrapa tant bien que mal à la Manostienne, si bien qu'ils se retrouvèrent tous deux luttant pour garder leur équilibre, dansant un étrange numéro de valse au milieu de la foule.

    Lorsqu'ils parvinrent enfin à se rétablir, ils étaient tout à fait enlacés, tels les couples de jeunes amoureux qui se promenaient sur la grand-place. Agrippa partit d'un grand éclat de rire, bientôt suivit de celui d'Althéa, et le clerc garda la jeune fille encore quelques instants dans ses bras avant de la relacher.


    Connaissez-vous l'histoire de Lum le vaillant, Althéa? C'est une vieille histoire de la tradition orale d'Helonna, qui m'a été contée par un barde sur le pont des âmes, un des premiers soirs que j'ai passés à Luménis.
    Agrippa, Clerc de Dénéir d'alignement neutre/bon, diplomate de la ville de Luménis
    Biographie, et quêtes en cours: Voir Manost et mourir, Sans Foi ni Lois, L'Invasion des Ombres
    Rejoignez
    Luménis, ville de Culture et de Lumière

  8. #38
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    Il y a des instants où le temps se suspend pour un mot doux, des regards complices, une complicité partagée ou un geste tendre qu’on attendait pas. Une foule de sentiments vous submerge pendant que le reste s’en va à pas de loup pour ne laisser que leur saveur. Un de ces instants effleura de son aile la bretteuse pendant qu’elle se trouvait dans les bras d’Agrippa. Cela faisait si longtemps qu’elle n’avait pas reçu de marques d’affection. Et cela lui manquait tellement … Mais presque aussitôt, un vaste sentiment de culpabilité l’étreignit. Elle s’écarta doucement du prêtre et se concentra sur ce qu’il lui avait demandé pour chasser son trouble.

    Elle connaissait effectivement l’histoire de Lum le vaillant. Les soirs d’hiver quand la neige venait à bout de son envie de barouder dans la lande, Ephilie la prenait sur ses genoux et lui comptait les exploits de Lum le vaillant. Une pléthore d’histoire qui tantôt l’émerveillait, tantôt la faisait rire ou frissonner mais toujours la faisait rêver
    .

    « [color=#8470FF ]Je les connais[/color], dit elle avec un sourire presque enfantin et les yeux brillants, [color=#8470FF ]je me souviens qu’au début de sa vie, il n’était pas du tout vaillant. Et même très peureux. Mais que cela ne l’a pas empêché de vaincre le chef des brigands venu mettre à sac son domaine. De la manière la plus extravagante : aveuglé par la peur, il avait donné un coup de hache qui avait manqué son adversaire qui n’avait pu s’empêcher de rire. Mais la hache avait sectionné un morceau de bois qui en volant en éclat avait heurté un oiseau qui avait perdu une plume qui était tombée sur un tas de bois en équilibre précaire qui en tombant avait fait balancier qui avait envoyé une fourche heurter le derrière du brigand qui croyant à une attaque de sceptres s’était enfui sans demander son reste. Cette histoire me fera toujours rire[/color] … »
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  9. #39
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    Paris, FRA
    Messages
    878
    Agrippa ne put réprimer un fou rire à la manière dont Althéa avait mimé la scène; il aurait cru pouvoir lire dans les yeux de la jeune femme la peur du fermier et celle du chef des brigands, et il pouvait sans difficulté s'imaginer la course éperdue du malandrin botté aux fesses de la plus extravagante des manières.

    Je ne suis pas tout à fait sûr de pouvoir adhérer à cette version des faits, mademoiselle dit-il d'un ton faussement sévère qui dissimulait mal un franc amusement, car voyez-vous, Lum était un authentique héros. C'est du moins ce que rapportait le barde dont je vous ai parlé précédemment, et il n'y a pas de raison pour moi de mettre en doute sa parole, ou de faire prévaloir la vôtre sur la sienne.

    Lum était très épris d'une jeune femme qu'il avait croisé un jour sur un marché où il était venu vendre sa production maraîchère. Il ne pouvait pas se douter que la jeune beauté sur qui ses yeux s'étaient posés était alors l'amante d'un redoutable chef d'une bande de brigands qui écumait la région.

    Celui-ci apprend par une commère que Lum a fait des avances -bien modestes, s'il m'est permis de dire- à sa protégée, et se met en tête de venir occir l'impudent rival qui marche sur ses plates-bandes.
    Mais voici que la donzelle (qui a eu vent du funeste projet) s'inquiète pour son timide paysan et décide de venir à son secours.

    La voilà qui se met en route pour la ferme de Lum. Il fait sombre, la nuit est sur le point de tomber, et elle se hâte depuis le campement des brigands vers la demeure paysanne du malheureux dont elle a ravi le coeur.
    Elle arrive juste à temps pour voir celui-ci au prise avec son hors-la-loi d'amant. A grand coups de fourche, Lum tient à distance le malandrin qui a la ferme intention de ne pas finir au bout d'un ustensile de ferme.

    Mais les talents d'escrimeur du brigand finissent par venir progressivement à bout de la résistance du fermier. Sur ces entrefaites, la jeune femme qui voit les deux hommes tenter de s'entretuer pour ses yeux (qu'elle n'avait que fort médiocrement beaux, m'a-t-on dit) saisit une pelle qui trainait par là, assome d'un coup sec son amant, et, subitement prise d'un remord aussi tardif qu'irréfléchi, étend pour le compte Lum qui n'en croyait pas ses yeux d'être encore en vie.

    Laissant là les deux nigauds qui en avaient après elle, la jeune femme disparut, et l'histoire ne dit pas ce qu'elle est devenue.

    Toujours est-il qu'à son réveil, Lum vit le brigand étendu là, et, pris de pitié, le fait rentrer dans son logis et le veille jusqu'à ce qu'il revienne à lui.
    Et c'est ainsi que le fermier et le redoutable brigand devinrent les meilleurs amis du monde, le premier initiant le second à la simplicité de la vie aux champs, et le second donnant la passion du voyage au sédentaire paysan. Ils passèrent par la suite de nombreuses soirées à méditer sur la traitresse nature féminine entre deux aventures qui devaient les mener bien loin de la modeste ferme où ils s'étaient rencontrés... mais c'est une autre histoire
    , acheva Agrippa avec un sourire.
    Agrippa, Clerc de Dénéir d'alignement neutre/bon, diplomate de la ville de Luménis
    Biographie, et quêtes en cours: Voir Manost et mourir, Sans Foi ni Lois, L'Invasion des Ombres
    Rejoignez
    Luménis, ville de Culture et de Lumière

  10. #40
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    Althéa avait ri à son tour. Le prêtre avait de véritables talents de conteur et sa version de l’histoire était plus qu’hilarante. Le paysan sans cervelle flanqué de sa brute épaisse était un filon intarissable d’histoires rocambolesques. A elle de surenchérir :

    « [color=#8470FF ]Et vous souvenez vous de la façon dont ils mettent des brigands en déroute ! Ils chantaient seulement sous la fenêtre d’une jolie jeune femme armés seulement d’une mandoline et d’un tambourin. Les pauvres bougres croyant être pris d’assaut par une horde de démons fuient sans demander leur reste et quittent la ville sans même regarder en arrière. Eux qui terrorisaient toute la région ont eu peur de deux inoffensifs imbéciles. Et comme toujours, on fit de Lum le Vaillant un héros. Je crois même que c’est à partir de ce moment là qu’il fut nommé bourgmestre. Et les brigands répandirent la rumeur que la ville était maudite ce qui fit qu’aucun d’entre eux n’osa plus y mettre les pieds. Tout cela à cause d’une chanson d’amour[/color] »

    Elle sourit à nouveau avec une petite ombre au fond du cœur : la nostalgie.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  11. #41
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    Paris, FRA
    Messages
    878
    Je ne connaissais pas ce passage-ci... vous semblez connaître plus d'une histoire sur le compte de Lum. Peut-être devrions-nous compiler nos histoires à son sujet; je ne crois pas avoir jamais vu un quelconque livre mentionnant l'existence de ce héros si particulier. Ce serait un travail digne d'un prêtre de Dénéir.

    Agrippa reprit le bras d'Althéa sous le sien, cette fois-ci sans gêne d'aucune sorte. Il sentait qu'elle n'y trouverait rien à redire, et après tout, quel mal y avait-il à se promener au bras l'un de l'autre?

    Ils reprirent leur chemin à travers la place, flânant au milieu des arbres et des statues qui agrémentaient ce haut-lieu de la cité luménienne.
    Agrippa, Clerc de Dénéir d'alignement neutre/bon, diplomate de la ville de Luménis
    Biographie, et quêtes en cours: Voir Manost et mourir, Sans Foi ni Lois, L'Invasion des Ombres
    Rejoignez
    Luménis, ville de Culture et de Lumière

  12. #42
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    Althéa s’était laissée guider à travers la grande place, le bras d’Agrippa enserrant le sien. Elle refusait de donner une signification à ce geste à part un geste d’amitié. Comment un prêtre de Dénéir pouvait il tomber amoureux ? Elle se surprit à ressentir un pincement de cœur comme si elle connaissait déjà la réponse. En attendant, quelque chose dans ses paroles l’avait interpellée.

    « [color=#8470FF ]Mais pourquoi avez-vous tant besoin de coucher votre savoir sur du papier ? Avez-vous tant peur qu’il s’envole ? On ne fait plus l’effort de se souvenir de ce qui dort dans les livres. C’est ainsi que meurent les traditions ! Il n’y a pas une seule version d’une histoire, vous l’avez bien vu tout à l’heure. Une version écrite annihile toutes les autres et interdit les fanfreluches, les broderies, tout ce qui rend le récit vivant. Et les connaissances ? Plus de maîtres ni de disciples ! Juste un livre muet et froid ! Et non, je ne vous aiderai pas à retranscrire ma version. Elle m’appartient [/color]! »

    Elle avait parlé calmement, ce qui l’avait étonnée. Elle avait même souri à la fin de sa tirade comme s’il avait s’agit d’un simple jeu, une simple boutade pour le simple plaisir de contredire Agrippa.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  13. #43
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    Paris, FRA
    Messages
    878
    Dénéir, protège-moi! répondit sur un air faussement alarmé le clerc. Il regarda, amusé, la Manostienne, avant de reprendre la défense de son culte.

    Vous touchez à un des points les plus sensibles qui puissent exister concernant mon ordre. Des générations de théologiens érudits se sont livrés à des joutes terribles afin de faire prévaloir leur conception à ce sujet, et je crois pouvoir affirmer qu'à l'heure actuelle rien n'est définitivement tranché.

    Ils continuaient leur promenade sans se soucier de rien, profitant du temps agréable et de la fraîcheur des arbres de la Place.

    Les éléments ne manquent pas pour débattre, car le problème est conplexe -voire insoluble à trancher définitivement, mais passons. Mon ordre passe le plus clair de son temps à compiler le savoir sous toutes ses formes. Le savoir tant oral qu'écrit, s'il m'est permis de préciser.
    Mais qu'en est-il de la nature diverse des évènements relatés, des traditions changeantes et des différentes versions d'un même fait?

    Je pense qu'il ne faut point opposer l'écrit et la parole. Chacun a ses vertus et ses faiblesses. Contrairement aux paroles, l'écrit reste; il est l'élément le plus sacré de notre religion, car il permet de dépasser la mortalité des créatures vivantes, et en cela il constitue l'élément qui nous rapporche le plus des Dieux et de leur immortalité. Lorsque l'on laisse une trace écrite qui nous survit, une partie de nous ne survit-elle pas à la mort?

    Et pour ce qui est des différentes versions d'un même récit, n'est-il pas possible d'envisager des versions différentes d'un écrit? Vous n'êtes pas sans savoir qu'un des fondements de la littérature réside dans la répétition de genres prédéfinis qui "classent" d'une certaine manière les créations littéraires par grandes familles.

    Qu'est-ce qui distingue la parole de l'écrit? Le support seul est différent, mais l'écrit permet de structurer la pensée, et, c'est là le plus important, de l'échanger : une transmission orale n'aura jamais la même puissante réflexive. En contrepartie, elle aura d'autres vertues dont sont privées les verisons écrites...

    Mais je vous ennuie sans doute? s'enquit-il soudain avec une pointe d'anxiété dans la voix. Souriant, il essaya de se rattrapper. Il faut m'arrêter lorsque je suis lançé ainsi, sinon vous aurez droit à un monologue jusqu'à ce soir...
    Agrippa, Clerc de Dénéir d'alignement neutre/bon, diplomate de la ville de Luménis
    Biographie, et quêtes en cours: Voir Manost et mourir, Sans Foi ni Lois, L'Invasion des Ombres
    Rejoignez
    Luménis, ville de Culture et de Lumière

  14. #44
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    Quand Agrippa se tourna vers Althéa à la fin de son monologue, celui s’aperçut que la jeune femme ne l’écoutait plus. Le nez en l’air, elle observait la course d’un cerf volant au dessus de la place. Insouciant, vagabondant par-dessus sa ficelle, que voyait il de la haut ? Elle se demanda quel effet cela pouvait faire de voler. Battre des ailes au dessus des nuées et ne rencontrer aucune autre limite que celle de son champ de vision. S’évader …

    Le cerf volant décrivit soudain une courbe hasardeuse pour finalement piquer du nez et se ficher à la cime d’un noyer. Un cri plaintif et des sanglots s’en suivirent. Le propriétaire du jouet sans aucun doute. Althéa se tourna vers le prêtre.


    « [color=#8470FF ]Ne bougez pas, je reviens [/color]»

    Et Agrippa n’eût même pas le temps de répondre qu’elle escaladait déjà les branches basses de l’arbre. Agile comme un chat, elle eût tôt fait de gagner les frondaisons puis la branche sur laquelle reposait le cerf volant. Quelques badauds s’étaient attroupés autour de l’arbre histoire d’assister au sauvetage. Mais déjà, la bretteuse avait récupéré l’objet et était descendue sans encombres. Un dernier saut et elle le rendit à son propriétaire. Puis, comme si de rien n’était elle retourna vers le prêtre.

    « [color=#8470FF ]Vous voyez, aucun livre ne vous apprend à monter aux arbres [/color]» dit elle avec un petit sourire. Elle fit un pas pour poursuivre leur promenade mais se figea avec une grimace.

    « [color=#8470FF ]Satanée cheville[/color] ! » laissa t’elle échapper.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  15. #45
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    Paris, FRA
    Messages
    878
    Le sourire amusé d'Agrippa laissa la place à un sérieux des plus professionnel. Il se pencha vers Althéa, les yeux interrogateurs.

    Une vieille blessure? Laissez-moi voir ça. Comme la Manostienne faisait mine de ne pas vouloir se laisser examiner, le clerc lui parla comme il avait l'habitude de le faire aux petits enfants que des parents inquiets lui amenaient de temps en temps.
    Allons, sois-sage. Plus tu bouges, et plus tu auras mal. Il se rendit soudain compte qu'il avait pour la première fois abandonné le vouvoiement pour s'adresser à Althéa. Cela le troubla bien plus que la petite foulure que semblait s'être faite la Manostienne, tant et si bien qu'il mit un peu de temps à commencer son incantation. De plus sa position agenouillée aux pieds de la jeune femme commençait à faire rire les passants.

    Comptez-vous faire quelque chose, ou bien faites-vous seulement semblant de vous intéresser à mes chevilles? dit-elle d'un ton sarcastique. Confus, le clerc s'empressa de canaliser l'énergie divine.

    Agrippa=> soin des blessures superficielles ==> Althéa
    Agrippa, Clerc de Dénéir d'alignement neutre/bon, diplomate de la ville de Luménis
    Biographie, et quêtes en cours: Voir Manost et mourir, Sans Foi ni Lois, L'Invasion des Ombres
    Rejoignez
    Luménis, ville de Culture et de Lumière

  16. #46
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    Althéa s’était accroupie pour se mettre au niveau du prêtre et lui avait soufflé un petit « merci ». Une ombre de sourire était passée sur son visage. Puis elle lui avait raconté comme si elle souhaitait justifier le service qu’il venait de lui rendre :

    « [color=#8470FF ]Je me suis tordu la cheville à cause d’un pari stupide. Il s’agissait de sauter un muret afin de voler les vêtements que notre second faisait sécher sur la fenêtre de la taverne dans laquelle il séjournait le temps d’une escale. Nous avons tiré à la courte paille et je fus désignée. Tout s’est bien déroulé jusqu’à que je saute ce mur et que je me réceptionne mal. Le second est sorti à moitié nu dans la rue rattraper ses vêtements. Prise en flagrant délit. J’ai passé trois jours enfermée à fond de cale [/color]»

    Elle eût un rire sans joie et ajouta : « [color=#8470FF ]Mais cette histoire n’amuse que moi à présent. Les personnes avec qui j’en riais ne sont plus là à présent. Il faudrait que je m’adapte. Je parle à un prêtre à présent[/color] … »

    Un soupir et elle replongea dans le silence.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  17. #47
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    Paris, FRA
    Messages
    878
    Quête : Le Cercle de feu

    Agrippa sentit que le fragile équilibre qui venait de s'installer entre Althéa et lui pouvait se rompre à tout instant. Ils étaient maintenant tous deux relevés, et Agrippa désigna du doigt un banc de pierre blanche à quelques mètres d'eux. Situé sous un cerisier en fleurs dont l'ombre accueillante les protégerait du soleil, il était tout indiqué pour faire une pause.

    Allons nous asseoir, voulez-vous? Cet arbre est une merveille; nous aurons tout le temps de tester votre cheville plus tard.

    Le clerc s'assit sur un coin du banc, et ferma les yeux quelques instants, comme pour mieux profiter du parfum des fleurs et de l'ombre. Au bout de quelques secondes, il les rouvrit et les posa sur Althéa qui venait de s'asseoir à ses côtés.

    Je viens de réaliser que notre rencontre d'hier au Festival des Arts tenait à une raison bien précise : nous étions tous les deux venus consulter la voyante qui y officiait. Et je n'ai toujours pas résolu le problème qui m'occupait.

    Agrippa releva la manche gauche de sa robe et exhiba sa main. Un anneau noir légerement bleuté qu'il portait à l'annulaire attira l'attention de la bretteuse. D'un aspect simple et plutôt usé par le temps, l'anneau n'aurait pas attiré son attention si des reflets changeant de différentes couleurs n'avaient éveillé sa curiosité.

    J'ai littéralement "mis la main dessus" lors d'une visite assez peu agréable du cimetière de cette belle ville. Je vous passe les détails, mais sachez juste que je suis absolument incapable de me séparer de cet anneau. Il est manifestement enchanté de telle sorte qu'on ne puisse le retirer une fois mis au doigt.

    Althéa sentit un malaise chez le Luménien; il ne lui avait pas tout dit, et celui-ci avait bien du mal à le cacher.

    Je vais tirer cela au clair. J'ai préparé le sort hier soir, dans notre chambre à la Bienveillance.

    Agrippa => Identification ==> Anneau non-identifié

    Agrippa canalisa l'énergie magique, et médita quelques instants le résultat du sort avant de reprendre la parole, les yeux brillants d'excitation.

    Je comprends mieux. Cette lenteur...

    C'est fascinant, Althéa. Cet anneau contient un vieil enchantement basé sur la technique de la compensation.


    La Manostienne ne semblait pas comprendre, aussi le prêtre précisa-t-il sa pensée.

    Quelque temps après avoir mis cet anneau à mon doigt, j'ai progressivement sentit une plus grande clarté dans mon esprit; certaines choses m'apparaissaient avec plus de finesse, de justesse qu'auparavant. Je n'ai pas fait le lien immédiat avec l'anneau, mais je pense qu'au fond de moi je le sentais.
    C'est aussi pour cette raison que je n'étais guère pressé de savoir les propriétés exactes de cet anneau : une plus grande capacité de raisonnement doit bien souvent se payer au prix fort, et j'avoue m'être voilé la face ces dernières semaines.

    Cet anneau augmente l'intelligence de son porteur, mais diminue sensiblement ses réflexes et sa coordination physique. D'autres propriétés plus ou moins mineures sont par ailleurs liés à cet objet, mais je ne peux pas vous en dire beaucoup plus... il me faudra l'étudier plus précisément.




    Propriétés de l'anneau :

    + 1 INT
    - 2 DEX

    Art de la magie +3
    jet de réflexes -4
    Agrippa, Clerc de Dénéir d'alignement neutre/bon, diplomate de la ville de Luménis
    Biographie, et quêtes en cours: Voir Manost et mourir, Sans Foi ni Lois, L'Invasion des Ombres
    Rejoignez
    Luménis, ville de Culture et de Lumière

  18. #48
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    Quête : Le cercle de feu

    Althéa avait regardé Agrippa l’air assez inquiet. Cette fièvre, cette fascination qu’elle avait devinées quand il avait parlé de l’anneau. Elle devina sans mal l’attrait d’un prêtre de Dénéir pour cette sorte de bijou. Une porte qui permettait de côtoyer la connaissance, en faire une compagne sans aucun effort. Et tant pis si le corps faiblissait. Il n’était que le réceptacle de l’esprit. Du moins, c’est ce qu’ils devaient penser. Mais il ne sortait pas souvent de grandes choses d’un corps faible, à part des gémissements. Les années de maladies d’Agrippa avaient laissé un corps amaigri et faible. Il lui faudrait peu de temps pour que l’anneau vienne à bout de ses forces et ne le tue tout à fait.

    Une image effrayante traversa son esprit. Un prêtre squelettique, avançant sans regarder autour de lui. Et ses yeux agrandis et usés par la lecture des livres mangeant son visage aux joues pâles et creuses. Un prêtre plus mort que vivant. Et cette vision lui rappela un passager de la non vie qui l’appelait encore depuis les profondeurs où il était tombé. Angelo. Non, elle ne pouvait permettre cela. Elle allait le protéger, envers et contre tout, contre lui s’il le fallait. Et pour cela, elle ne connaissait qu’un seul moyen : éloigner l’anneau d’Agrippa.


    « [color=#8470FF ]Donnez le moi[/color], dit elle en avançant la main, [color=#8470FF ]il me fera beaucoup moins de mal qu’à vous. Ne voyez pas cela comme un don mais comme un emprunt [/color]»

    Elle ne redoutait pas de prendre l’objet. Elle se connaissait assez pour savoir qu’elle ne succomberait pas à son pouvoir. Il n’en aurait pas été de même si l’anneau lui avait permis de voler où de nager sous l’eau sans oxygène. Mais ici, la question ne se posait pas. Encore fallait il qu'il lui donne.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  19. #49
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    Paris, FRA
    Messages
    878
    Quête : le Cercle de Feu

    Agrippa secoua la tête brièvement avant de répondre à la proposition de la Manostienne.

    Je suis désolé, Althéa, mais encore faudrait-il que je puisse l'enlever de mon doigt. Il est visiblement maudit, et, bien qu'utiliser un sort de délivrance de la malédiction soit dans mes capacités, j'ai bien peur d'endommager l'enchantement de cet anneau. Ce qui, à l'expression de son visage, semblait être la dernière chose que le clerc eut souhaité.

    Le clerc se replongea dans ses pensées, l'air méditatif; ce que venait de lui dire Althéa avait manifestement eu un effet sur lui.

    Je comprends votre proposition, et la sagesse me recommanderait également de régler cette situation au plus vite. Que pensez-vous d'une visite à la bibliothèque pour étudier la question?

    Il existait bien un autre lieu auquel Agrippa pensait pour l'aider à en savoir plus sur l'objet magique, mais il n'osait en suggérer la visite à la jeune femme. Le lieu où il avait trouvé l'anneau.
    Agrippa, Clerc de Dénéir d'alignement neutre/bon, diplomate de la ville de Luménis
    Biographie, et quêtes en cours: Voir Manost et mourir, Sans Foi ni Lois, L'Invasion des Ombres
    Rejoignez
    Luménis, ville de Culture et de Lumière

  20. #50
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 597
    Quête : le cercle de feu

    Une visite à la bibliothèque ? Et pourquoi pas à l’office culturel de Manost pendant qu’ils y étaient ? Et qu’espérait il trouver dans les livres ? Un remède miracle pour lutter contre cet anneau maudit ? Non ! C’était une perte de temps. Et le temps qu’ils trouvent la solution dans un livre, les facultés d’Agrippa auraient diminué. Il fallait qu’il puisse l’enlever de son doigt. Après, il ferait toutes les recherches qu’il voudrait.

    Pour en savoir plus sur l’anneau, il fallait avant tout savoir d’où il venait. Après, ils trouveraient sûrement une information sur ce qu’il était leur donnerait sûrement un moyen de s’en débarrasser.

    « [color= #8470FF ]Allons d’abord au cimetière histoire de voir si nous trouvons quelques indices sur la provenance de l’anneau[/color], suggéra t’elle en se levant, [color= #8470FF ]si nous ne voyons rien, nous pourrons toujours nous rabattre sur la bibliothèque[/color] »
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  21. #51
    Date d'inscription
    May 2005
    Localisation
    Paris, FRA
    Messages
    878
    Quête : le Cercle de Feu

    La logique implacable et l'autorité de la Manostienne avaient laissé Agrippa sans voix, et si le relatif mépris de la jeune fille pour les livres qui transparaissait de sa réaction le dérangeait quelque peu, il ne s'en leva pas moins du banc de pierre.

    Bien... en route, alors.

    Althéa allait se diriger vers l'extrêmité de la Grand'Place orientée vers l'Est, où se trouvait le cimetière de Luménis, quand elle se rendit compte que le clerc ne la suivait pas. Elle se retourna et le vit désigner d'un signe de la tête la porte opposée.

    Cette visite demande un peu plus de préparation qu'un passage à la bibliothèque. Je vois que vous avez vos armes avec vous dit-il en jetant un coup d'oeil approbateur sur Althéa, mais en ce qui me concerne j'aimerais avoir mon bâton en main lorsque je remettrai les pieds là où j'ai trouvé l'anneau. Ma dernière visite n'a pas été de tout repos.

    Althéa ne lui épargna pas une moue dubitative qui laissait voir sa perplexité à l'idée de voir Agrippa une arme à la main, mais les deux compagnons finirent par prendre la direction de l'Auberge de la Bienveillance, où le clerc s'équipa de son arme et de cordes, avant de se rendre au cimetière de Luménis.
    Agrippa, Clerc de Dénéir d'alignement neutre/bon, diplomate de la ville de Luménis
    Biographie, et quêtes en cours: Voir Manost et mourir, Sans Foi ni Lois, L'Invasion des Ombres
    Rejoignez
    Luménis, ville de Culture et de Lumière

Page 2 sur 2 PremièrePremière 12

Discussions similaires

  1. [Lieu] La place des marchands
    Par Mornagest dans le forum L'Esplanade Impériale
    Réponses: 165
    Dernier message: 03/09/2016, 14h46
  2. [Lieu-dit] La place de l’exécution des peines
    Par Walar dans le forum L'antre des Miséreux
    Réponses: 23
    Dernier message: 24/03/2013, 15h35
  3. [Lieu] La place du temple
    Par Folken dans le forum La Place du Temple
    Réponses: 221
    Dernier message: 16/05/2011, 17h45
  4. [Lieu] Une petite place discrète
    Par Ravestha dans le forum L'Esplanade Impériale
    Réponses: 112
    Dernier message: 01/03/2009, 16h37
  5. [Commerce] Grand Hôtel de Lumenis
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 48
    Dernier message: 29/09/2004, 02h19

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236