Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Discussion: [Débat] Eloge de l'ennui

  1. #1
    Date d'inscription
    August 2009
    Messages
    2 003

    [Débat] Eloge de l'ennui

    Bonjour à tous !

    Quel est votre rapport à l'ennui, au temps et à l'activité ? Considérez vous que le temps perdu est gagné, ou que votre temps est précieux au point que les périodes inoccupées sont inutiles ?
    Lorsque vous ne faites RIEN/ vous n'avez rien à faire, vous ennuyez vous ?
    Exemple, vous vous rendez quelque part, et le train tombe en panne pour 2 heures ! Comment réagissez vous ?

    Vous "occupez vous" lorsque vous ne faites rien, ou cherchez vous à ne rien faire et ne pas être occupé(e) ? Supportez vous mal le fait de ne rien avoir à faire ?

    Bref, êtes vous un romain pour qui ne rien faire (otium, qui a donné oisif) est le but de la vie, ou êtes vous à l'opposé, pour qui ne rien faire c'est perdre son temps (neg-otium, ne pas être en temps libre, ce qui en dit long sur cette société le fait que le travail soit défini par une négation) ?
    "Je crois que deux et deux sont quatre, Sganarelle, et que quatre et quatre sont huit"
    Molière - Don Juan -

  2. #2
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954

    Re : [Débat] Eloge de l'ennui

    Je dois avoir beaucoup de chance par rapport à mon entourage, car je ne m'ennuie jamais, même quand je n'ai rien à faire. Je peux rêvasser, lire, écrire, griffonner des brouillons, jouer, commencer une chose et en finir une autre, me promener un peu au hasard, profiter d'un repas, et le temps file. Le summum de l'inacceptable pour certains ! Mais c'est un état que je recherche, car c'est ainsi, en gérant mon temps comme il me plaît, sans me laisser dicter mes activités, que je me sens vivante. Pire : si je n'ai pas eu de temps pour ne rien faire depuis un petit moment (ce qui veut dire aussi : de solitude), j'étouffe.


    Les sollicitations extérieures sont nombreuses (famille, compagnon, boulot, colloques, internet, etc.) et elles auraient vite fait, si je me laissais faire, de me construire un joli petit emploi du temps bien saturé où je passerais mon temps en bibliothèque, dans mon bureau, dans les transports, dans les copies, un petit sac pyjama-brosse à dents à la main. Alors je lâche du lest, je refuse. Et je relâche du lest, jusqu'à retrouver un équilibre acceptable. Le temps pour rien, c'est essentiel.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  3. #3
    Date d'inscription
    December 2009
    Messages
    251

    Re : [Débat] Eloge de l'ennui

    C'est une philosophie qui me plaît. Celle de ne pas se laisser aliéner par un emploi du temps saturé par le travail, la famille, les amis, et les diverses obligations.
    Je devrais prendre exemple et lâcher du lest aussi, je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer depuis des années. Quand je parviens à avoir du temps pour ne rien faire, je rêvasse, je me pose et puis c'est tout. ça arrive tellement peu souvent, que l'ennui n'existe plus.

  4. #4
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Rhône-Alpes
    Messages
    13 885

    Re : [Débat] Eloge de l'ennui

    Avoir du temps pour ne rien faire? Oh là là, j'en rêve... J'avais survécu aux deux années de prépa sans temps mort, mais là, combien d'années vais-je attendre que mes filles grandissent avant de pouvoir souffler à nouveau ?

    Du temps à ne rien faire, je ne sais même plus ce que c'est... mais l'ai-je su un jour ? En y réfléchissant, je me rends compte que chaque heure "vide" est aussitôt occupée par un bouquin, de la musique ou des cogitations diverses et variées, quand ce n'est pas du surf sur internet ou un jeu vidéo. En fait, je ne fais jamais "rien"... et je ne m'ennuie jamais ! Mais j'avoue que depuis 4 ans, ces heures perdues à glander pour moi-même commencent à me manquer, même si je m'efforce de me réserver un peu de temps chaque soir (inimaginable en journée...).
    Alors c'est vrai, quand il n'y a rien à faire, je m'occupe toujours, ne serait-ce qu'en pensant à des dizaines de choses. Si je suis coincée 2h dans le train ou par une grève des camions, j'ai un bouquin, la radio... ou à défaut mes pensées, après tout, penser c'est aussi une occupation. Je suis donc incapable de réellement ne rien faire... parce que je suis incapable de m'arrêter de penser.
    Dernière modification par Voyageuse ; 26/03/2011 à 15h21.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide en apprentissage (RP solo)
    MJ de Chercheurs de sens et Mission
    Co-modératrice Luménienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question...
    L'aventure du RP vous tente ? débuter en RP ; vous hésitez à masteriser ? devenir MJ

  5. #5
    Date d'inscription
    August 2009
    Messages
    2 003

    Re : [Débat] Eloge de l'ennui

    Bon je vais répondre à ma propre question !

    Je considère que l'ennui est capital pour le développement intellectuel. Que ce soit pour un enfant ou un adulte. Et je considère qu'une bonne partie de mon propre développement intellectuel est issu des (très) longs moments d'ennui que j'ai passé.
    Car l'ennui aiguise la curiosité, l'ennui affute la réflexion. Lorsqu'on est perpetuellement sollicité ou que l'on s'auto sollicite, le cerveau ne prend pas de recul. Un peu comme quelqu'un qui serait 100% du temps devant une télé.

    Les gens sont tellement accro à leur(s) activité(s) que dès qu'ils n'ont rien à faire, ils s'ennuient ou paniquent de ne rien avoir à faire ! Passé un moment (certes, désagréable), on se rend compte à quel point ce silence est agréable, car on peut enfin organiser sa pensée intérieure, en fait PENSER tout court.

    Je crois que la société actuelle, par sa sollicitation permanente et la multiplication des media (Internet,télé,radio,livre,magazine,téléphone) les gens s'abêtissent, et se moutonnisent. Toujours dans la réaction perpétuelle, dans l'émotion.
    La pensée s'apprend avec l'ennui, la noble oisiveté qui est la seule protection au départ contre l'influence extérieure, puis qui permet de se retrouver seul et d'affirmer et affiner sa pensée contre le monde extérieur.
    "Je crois que deux et deux sont quatre, Sganarelle, et que quatre et quatre sont huit"
    Molière - Don Juan -

Discussions similaires

  1. [Débat] La téléréalité
    Par Ailyn dans le forum Le Comptoir
    Réponses: 23
    Dernier message: 23/09/2011, 15h26
  2. [Débat] L'élitisme
    Par Finrod Felagund dans le forum Le Comptoir
    Réponses: 0
    Dernier message: 07/11/2010, 15h26
  3. [Débat] La vie ailleurs ?
    Par Ugo dans le forum Le Comptoir
    Réponses: 17
    Dernier message: 01/09/2010, 22h25
  4. [Débat] La vie extraterrestre
    Par Agifem dans le forum Les Archives du Comptoir
    Réponses: 36
    Dernier message: 30/04/2007, 01h14
  5. [Archives] Débat
    Par Aloysius Kelsen dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 56
    Dernier message: 24/10/2003, 23h13

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231