Affichage des résultats 1 à 19 sur 19

Discussion: [Débat] L'école et vous

  1. #1
    Avatar de Ailyn
    Ailyn est déconnecté Admisounours
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Le nez dans un bouquin
    Messages
    4 866

    Très content [Débat] L'école et vous

    Oyé, oyé !

    Voilà un nouveau sujet pour vous remettre dans le bain !

    Alors, on parle beaucoup de l'école : on lit des articles dessus, on réforme, on fustige, on loue... Mais l'école reste un lieu privilégié par lequel nous sommes, à peu de choses près, tous passés.

    Mais finalement...

    C'est quoi l'école pour vous ?
    Quels sentiments a-t-elle éveillés en vous ?

    Et surtout... Comme devrait-elle être ?

    Voilà, à vos plumes pour nous parler de votre expérience, de votre ressenti de cette institution en tant que lieu de connaissance, lieu de contrainte...

    Bon courage !
    Administratrice de la Taverne des Crocs de Flamme
    RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
    Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
    Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !

  2. #2
    Smidge Invités

    Re : L'école et vous

    Vaste sujet...

    Bien, je vais commencer par mon expérience personnelle.
    Qu'est ce que l'école pour moi ? Enfin, qu'est ce qu'a été l'école pour moi, plutôt.

    Hé bien, assez paradoxalement (avec mon métier), ça n'a pas vraiment été un endroit où j'ai eu la sensation d'aller y puiser toutes mes connaissances (à part à la fac, on va dire).
    Je n'ai jamais eu la sensation non plus d'être "contraint" d'y aller. J'y allais, c'était tout.

    (Bon, et niveau "lieu de rencontre"... je passe )

    Ma vision de l'école a forcément changé maintenant, vu que je suis "de l'autre côté de la barrière". Pour moi, c'est effectivement un lieu de transmission de connaissances, mais aussi de l'apprentissage de la vie en société. Par contre, ce n'est pas, et ça n'a pas à être, un lieu d'apprentissage du monde du travail. Même si l'école peut indirectement former au monde du travail, ce n'est pas son but, même si je trouve qu'on dérive de plus en plus vers cette vision "rentable" de l'enseignement (en particulier à l'université).

    Mais ce que l'école se doit de représenter le plus, c'est l'abolition (idéalement totale) des différences d'origine sociale. Quelque soit son milieu, l'école offre la même chance à tous.

    Alors bien sûr, j'entends d'ici s'élever des voix comme quoi c'est une utopie totalement dépassée, et même si je concède tout à fait qu'on est loin du compte, je pense tout de même que c'est vers ceci que nous devrions tendre. Dans le même état d'esprit, je suis absolument contre le principe des écoles privées, ou des établissements "d'élites", qui n'ont comme seule vocation que de "trier le bon grain de l'ivraie"...
    Au moins, cela aurait le mérite de préoccuper quelque peu nos dirigeant sur le sort de l'école, si au moins leur progéniture la fréquentait ! (et ce, que ce soit à l'UMP ou au PS....)

    Toujours dans l'utopique (surtout en ce moment...), des classes de 20-25 élèves maximum, et de 15 dans les zones dites "sensibles". Il est complètement aberrant de prétendre à une quelconque égalité des chances si le prof n'a pas les moyens matériels (dans le sens "peu d'élèves") de passer du temps avec tous ceux qui en ont besoin.
    Avoir des heures de soutien pour toutes les classes, et toujours dans le même angle de vue, permettre aux élèves qui en ont besoin de pouvoir être aidés sur place, par les enseignants, lorsqu'ils font leurs devoirs. Je trouve ça scandaleux l'existence même de boites comme "acadomia", basées sur l'argent et la rentabilité.

    Bon, au final, sacré dichotomie (c'est pas faux ) entre ce que j'ai vécu et ce que je ressens maintenant. Disons que je ne me posais pas beaucoup de questions à l'époque, vivant dans un système qui, au final je m'en aperçois avec le recul, m'a plutôt bien formé. Mais ce système en en péril à l'heure actuelle. Par des réformes qui sapent la possibilité d'aider les plus en difficultés, mais aussi (et hélas) par un individualisme ambiant qui gagne aussi la catégorie des enseignants, qui ne pensent souvent qu'à leurs salaires ou aux nombres d'heures sup qu'ils peuvent faire pour s'en mettre plein les fouilles...

    Alors, oui, ça fait sûrement "ancienne école", la "vocation" toussa toussa, mais bon. J'assume

  3. #3
    Date d'inscription
    June 2006
    Localisation
    Dans les bras d'Urumi
    Messages
    3 553

    Re : L'école et vous



    Voilà ce que l'école aurait dû être depuis le début. (Citation tirée du mange Great Teacher Onizuka ou GTO)

    Les professeurs, mes camarades de classes et le cadre enseignent (les hommes d'entretien très sympa, le staff des cuisines aussi sans parler des éducateurs toujours là pour toi) des mes secondaires supérieures ont réussi cet exploit. De loin les meilleures années de ma vie. Les professeurs ont su rendre pour moi les cours stimulants et intéressant. Bon j'avais les cours que je n'aimais pas mais c'était par gout et non par faute du professeur.

    Mes secondaires inférieures quant à elles, furent moins intéressantes. Classes surchargées (plus de 30 élèves), professeurs peux à l'écoute, souvent jeunes et peux expérimentés. Entente assez moyenne parmi les élèves.

    Les primaires, n'en parlons pas. De loin les années les plus longue de ma vie tellement le temps ne passait pas. Je m'y embêtais ferme et peux de professeur m'ont marqué favorablement.

  4. #4
    Date d'inscription
    August 2009
    Messages
    2 001

    Re : L'école et vous

    L'école ! Vaste sujet comme dirait Smidge

    C'est une grosse machine, qui ne marche pas si mal que ça au final. Mais peut être c'est que moi aussi j'ai grandi dans une école un peu "à l'ancienne", dans
     Cliquer ici pour révéler le texte
    un coin tranquille de France.
    (Très) mauvaise expérience par contre des "autres" en général. Les enfants entre eux écrasent toute différence, se moquent de tout défaut. Ce pourquoi les gens se suicident aujourd'hui au travail, on peut vivre pire encore à l'école. C'est un milieu très dur. Enfin, c'est mon expérience de l'école. Et les "adultes" ne font rien parfois pour aider - au contraire. Au niveau de la formation, il y a des choses qui je trouve sont mal enseignées, comme les langues étrangères (pas étonnant de voir le niveau des français en général!). Il y a des choses qui sont enseignées trop tôt,(mais difficile de faire autrement), comme l'approche de la littérature. J'ai mis 10 ans à me ré intéresser au théâtre, alors que j'étais un "intello" (sans lunettes toutefois) !

    C'est une expérience à vivre, et je pense que les gens qui sont dans une école à part, ou en scolarité à la maison ratent quelque chose de fondamental. Une préparation à ce qui les attend après.
    A voir une cours de récréation, je ne laisserai par contre plus jamais dire Rousseau que l'homme est bon, mais que la société le corrompt ensuite. L'homme est mauvais, et la société l'empêche de réaliser le pire !
    "Je crois que deux et deux sont quatre, Sganarelle, et que quatre et quatre sont huit"
    Molière - Don Juan -

  5. #5
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954

    Re : L'école et vous

    Je faisais partie de ces élèves qui attendaient la rentrée avec impatience et taillaient soigneusement leurs crayons. J'adorais l'école parce que j'étais avide d'apprendre et de grandir. Les camarades... Ma foi, ça allait et venait, ce n'était pas l'important.

    Au collège, néanmoins, j'ai commencé à les trouver de plus en plus encombrants avec leurs petites mesquineries, leurs clans, leur méchanceté (vols, petites réflexions, harcèlement physique et moral...). J'étais une première de classe timide à lunettes (d'aucuns diraient : une intello arrogante) et ça ne plaisait pas à tout le monde, même parmi les profs, dont certains me prenaient en grippe juste parce que je ne faisais pas leur travail... pardon, ne "tirais" pas la classe. En même temps... mes intestins partaient en vrille rien qu'à l'idée de prendre la parole en public. Je me vengeais en ayant toujours les meilleures notes. Vous pouvez me pourrir la vie autant que vous voudrez, n'empêche que vous êtes moins doués. Na.
    Je garde un souvenir très mitigé de ces années de collège : en cours, dans de nombreuses matières, je m'ennuyais à mourir tellement les profs rabâchaient, rabâchaient, à destination du plus lent (et pourtant j'étais dans le privé... comme quoi l'élitisme... c'est très relatif). Je me souviens encore de mon effarement à voir la prof de sixième nous expliquer les caractéristiques du carré et celle de 5e nous faire recopier les tableaux des articles définis : j'avais l'impression de régresser. Alors je me consolais en lisant les manuels de la première à la dernière page, en lisant beaucoup par moi-même et en en faisant trois fois plus qu'on ne m'en demandait... D'un autre côté, c'est la seule période de ma vie où j'ai eu un groupe d'amies à peu près stable, donc il y a eu de très bons moments aussi.

    Lycée... Je me souviens moins du lycée que de l'adolescence, des kilos en trop, des révisions du bac. Mal dans ma peau. Les profs qui n'ont pas le temps, les amitiés qui se délitent, la solitude, le désert amoureux. Je me réfugiais dans le travail. Ça, au moins, je réussissais.

    La prépa a été un véritable choc pour moi. Pour la première fois, je côtoyais des gens de mon niveau, que mon goût pour les études ne faisait pas ricaner. Un vrai bol d'air, et un vrai défi. Enfin...

    L'école en général, et surtout, le collège, ça a donc moins représenté pour moi un lieu de savoir qu'un lieu d'apprentissage de la méchanceté humaine, et les adultes ne m'ont été d'aucune utilité. Je voulais seulement rester tranquille dans mon coin. D'aucuns en ont décidé autrement... Des gens qui me harcelaient jusque dans le bus, qui donnaient des coups de pied dans mon cartable, qui allaient se plaindre au prof pour qu'ils baissent ma note de participation, qui me taggaient ma blouse, mais qui me "demandaient" quand même mes devoirs... En 2nde, j'en étais arrivée à faire des tours de pâté de maisons pour ne surtout, surtout pas arriver dans la cour avant que la cloche ne sonne, à me cacher dans les toilettes pour qu'on ne me voie pas lire Shakespeare. Pour tout ce qu'ils m'ont fait subir, et bien que ce n'aient été "que des gamins", aujourd'hui encore, je les méprise autant que je les hais. Je doute donc que cette partie de ma scolarité ait eu un effet très positif sur ma sociabilité (litote...).

    Devenue enseignante, j'ai pu constater que la même mentalité vindicative et bornée continue de régner largement dans cette classe d'âge ingrat (les 13-16 ans), et je suis bien contente de ne plus y avoir affaire. Les ados, c'est définitivement pas mon truc.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  6. #6
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 595

    Re : L'école et vous

    Je hais l'école. Franchement. La seule fois où j'ai apprécié un système à peu près scolaire, c'est lors de ma formation de libraire. Normal : on était entre adultes. Au début, j'étais motivée pour apprendre. Franchement. J'étais pas nulle.

    Au primaire, me suis retrouvée avec des fils de profs qui se croyaient tout permis. Au collègue, me suis retrouvée du coté des têtes de trucs. Au lycée du coté des impopulaires.

    Mesquineries, moqueries parfois encouragées par les profs, coups, brimades diverses, vols ... Genre aussi les gens qui te parlent pour être sympa mais qui s'en foutent aussi. Chaque fois, un sentiment de solitude assez intense, et chaque fois, le sentiment de pas être comme les autres. J'ai développé une belle phobie sociale après. Là, j'en sors petit à petit.
    Nombre de fois, je me répète que la première personne qui fera du mal à mon gosse de quelconque manière à l'école, ça risque de faire vraiment très très mal. Je ne veux pas que notre gamin souffre ce que j'ai souffert.

    Sinon, quand ça se passe bien, je pense que l'école peut être un élément socialisant, important dans le développement de l'enfant. Si on lui apprend encore l'esprit critique, à penser par lui-même et non à devenir un bon petit soldat du capitalisme bon pour consommer et qui approuve tout sans regarder, elle a son utilité. Aussi, si les programmes ne sont pas orientés selon les valeurs du gouvernement, les symboles détournés (en histoire par exemple), ils peuvent permettre d'acquérir une certaine culture. Ensuite, je pense que l'enfant, en plus de l'école fasse des recherches par lui même sur ce qui l'intéresse. A mon avis, l'école n'apprend pas tout. Pour finir, je dirais que dans les classes de plus de vingt élèves, il ne me semble pas possible d'apprendre la moindre chose. Trop de gamins dans la classe, pas assez de temps pour le prof ou l'instit. Ah oui, j'ajouterais que je ne crois pas aux avantages des écoles privées.

    voili voilou ...
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  7. #7
    Date d'inscription
    March 2008
    Messages
    919

    Re : L'école et vous

    Bon, ben, moi...

    L'école, j'y suis encore. Et je n'aime pas ça.

    En grande partie à cause du fait que je suis également un élève appliqué, studieux, timide, et qui passe donc des fois pour "un intello arrogant" (pour reprendre l'expression de Lothy ). En revanche, je m'entend franchement bien avec les profs, car je montre de l'intérêt dans quasiment toutes les matières (même en maths parfois ).

    Le primaire: la période la plus "tranquille" de mon existence. Des copains qui, en dépit de ma timidité, m'acceptaient relativement bien.

    Le collège: j'ai fait au début de cette période un "rejet" de l'école, ayant la sensation d'être contraint et forcé d'y aller. Des amitiés qui petit à petit se délitent, et une certaine solitude qui s'installe.

    Le lycée: une seule envie: que ça se termine le plus vite possible.


    Bref, l'école, c'est un milieu sauvage (qui a parlé de l'innocence des enfants ?), où le savoir est transmis bon gré mal gré. Du moins est-ce ainsi que je le vois.
    Bien sûr, je caricature un peu dans le fond, mais pas beaucoup.

  8. #8
    Date d'inscription
    August 2009
    Messages
    2 001

    Re : L'école et vous


    Ahhh...Lothringen, j'ai l'impression de lire mon portrait là (sans les lunettes!!!)
    Je ne me suis jamais caché dans les toilettes pour lire Shakespeare, par contre je me suis caché dans les toilettes, pour ne pas qu'on voit que j'étais seul au milieu de la foule des autres, en attendant que les cours reprennent...

    Et moi aussi, en prépa, j'ai eu l'impression de revivre, de rencontrer des gens intelligents. Et pourtant, ma prépa ne me destinait pas à rencontrer des gens intelligents (prépa HEC...)

    Ca n'a été si terrible qu'à partir du collège, quand les gens changent...
    Par contre j'ai vécu une expérience para-scolaire traumatisante. "L'école de commerce" (mais bon, me direz-vous, quelle idée d'aller se mettre là dedans, hein?! Je me demande encore...). C'est une forme de scolarité, pire que le collège, pire que tout en fait. Si un jour vos enfants vous en parle, essayez de tout faire pour les en dissuader.
    Pour tout individu doté d'un cerveau et d'un sens moral, c'est l'équivalent d'une mort sociale.

    Mais ces gens là (que je retrouve aujourd'hui devenus plus âgés), je continue à les haïr pour ce que j'ai subi de leur part dans ce passé !

    "Je crois que deux et deux sont quatre, Sganarelle, et que quatre et quatre sont huit"
    Molière - Don Juan -

  9. #9
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Rhône-Alpes
    Messages
    13 884

    Re : L'école et vous

    Ah, l'école...
    Je me souviens de ma découverte de la lecture, dès la grande section de maternelle... "Un M et un A ça fait "Ma", M et I ça fait Mi... alors... pour écrire Mamie faut M-A-M-I ?" Très fière...
    En CP-CE1, la découverte des livres (mes parents avaient jamais le temps de lire autre chose que le journal). Découverte que je savais déchiffrer tous les mots des affiches, des étiquettes, des emballages... Emerveillement. "Maman, quand je serai grande, je serai maîtresse des CP !"
    J'était timide, mal dans ma peau, maladroite, incapable de courir vite ou de lancer correctement un ballon, et j'aimais pas ça, donc personne jouait avec moi à la récré. Un beau jour, mon instit de CE1 m'a mis un livre dans les mains puisque j'avais fini en avance. Un oui-oui, biblothèque rose. "Mais... pourquoi y'a pas d'image ?" "Les images, c'est toi qui les invente, dans ta tête..." ce fut la révélation... Et j'ai masqué ma solitude en me plongeant à chaque récré dans des livres. A la fin du primaire j'avais dévoré toute la bibliothèque de l'école, à la fin du collège celle du village. Normal vu qu'on avait le droit de lire dès qu'on avait fini notre travail, en primaire, et que je finissais toujours très en avance (ensuite, mes profs de collège ont vite été tolérant, j'avais tout fini avant les autres, je sortais mon livre, au début ils râlaient... puis laissaient faire après avoir vu quelques-unes de mes notes).
    Une vraie boulimie, qui a longtemps duré, qui m'empêchait de souffrir de mon isolement en récré et m'évitait d'avoir à jouer à des jeux où j'étais si nulle qu'on se moquait. Et ça m'évitait de m'ennuyer. J'aurais pu sauter une classe, mais vu ma difficulté à me faire des copines (j'en avais 2), mes parents ont pas voulu. Cela m'était égal du moment que je pouvais lire. J'ai pas eu la sensation de m'ennuyer. J'étais avide d'apprendre, réellement.

    Puis vint le collège. la découverte des maths (maths modernes à l'époque) avec une prof extraordinaire, excellente pédagogue. "Maman, quand je serai grande, je serai pas maîtresse. je serai prof de maths !" Et tant de nouvelles matières à découvrir, des profs qui semblaient savoir plein de choses et qui ne demandaient qu'à me les enseigner. Le paradis ! Au moins au premier abord....
    Toujours autant de difficulté à être avec les autres, trop différente. Heureuse d'apprendre des tas de choses. Et je faisais abstraction de ma solitude. Toujours 2-3 copines, fidèles au poste. Comme on était un groupe de gentilles, on nous a demandé de nous "occuper" d'une fille ayant un handicap mental léger (extrêmement lente, caractérielle, avec un QI sans doute très bas), on a accepté et vu tous nos espoirs de se lier à d'autres élèves fichus en l'air. On nous fuyait. Quelle libération quand cette fille est partie, en fin de 5°... (je l'ai retrouvée récemment, dans ma chorale... j'ai failli en faire un infarctus ).
    Bien sûr, comme toute intello à lunettes, j'ai bien vite compris que le meilleur moyen d'éviter les moqueries était de me faire oublier en classe, et de prêter gracieusement tous mes exercices et autres DM à quiconque le demandait, de faire circuler des papiers en interros... je connais toutes les combines ! Au grand désespoir de mes élèves actuels...

    Au lycée je me suis sentie mieux. Un peu mal à l'aise car j'arrivais de ma campagne profonde et je me sentais inculte. Mais au moins j'avais plus l'impression d'être une anomalie, y'avait d'autres élèves bons. Même si je restais dans les meilleurs. J'ai continué à offrir exercices, DM, explications, pour me sentir acceptée. Bien sûr, gros désert amoureux... Mais j'étais interne (je supportais plus mon père) et ça m'a aidé à avoir quelques copines.
    En prépa, j'ai atteint mes limites, me suis retrouvée "moyenne", ai failli être dégoûtée des maths... mais j'ai survécu. Fin de la boulimie de lecture par manque de temps... Mais aux vacances, si j'ouvrais un livre, j'étais comme une droguée en manque et je le lisais d'une traite. Ecole d'ingé sympa, plein de trucs intéressants à apprendre, mais pas envie de devenir "jeune cadre dynamique parfaitement formatée". Je m'y sentais mal à l'aise... Tout en étant intéressée, assidue, et bonne élève bien sûr

    Et actuellement, en tant que prof... Je supporte pas la méchanceté des élèves les uns envers les autres. Je supporte pas qu'on se moque d'un élève trop bon, ou trop faible. Ou trop gros, trop petit ou trop timide.... Et je trouve que c'est de pire en pire. Et je n'accepte pas que "grosse vache" ou "petite pute" puisse être considéré comme un surnom amical...
    J'enseigne dans le petit collège privé de campagne où j'ai été élève, par le hasard des mutations. Un collège non élitiste, qui attire par sa petite taille familiale et qui a la réputation de savoir s'y prendre avec les élèves très faibles, en échec (on en a donc beaucoup). Et où il y a aussi quelques fils des "notables" du coin. Un sacré mélange. Même public, en fait, que dans le collège public d'à côté, on se refile les "cas" chaque année...
    Bref, après l'avoir connu comme élève et prof.. ben je suis contre le système de l'enseignement privé. C'est, au mieux (dans notre cas), une simple illusion, les parents pensent qu'on s'y prend mieux ; et, au pire, de l'élitisme, ce que je déteste.
    Je n'aime pas non plus ces parents d'élèves qui se permettent beaucoup trop de juger notre boulot, et surtout de le faire devant leur gosse, nous décrédibilisant parfois complètement quand on prend des sanctions. Les parents ont parfois du mal à imaginer que leur gosse, en groupe, n'est pas le gentil gamin qu'ils ont à la maison...
    Et je déteste la pression qu'on nous met en ce moment pour faire des heures supp, de soutien, d'aide aux devoirs... ce qui en soit est très bien mais devrait être compris dans le temps de travail et pas en plus ! Qu'on nous enlève une heure de cours pour nous donner une heure, voire deux, de soutien ou d'aide aux devoirs, OK. Mais j'en ai marre qu'on nous pousse à faire des heures supp. On a un vrai cas de conscience, on sait que nos élèves en ont besoin mais on désapprouve le système...
    Dernière modification par Voyageuse ; 26/10/2009 à 21h33.
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide en apprentissage (RP solo)
    MJ de Chercheurs de sens et Mission
    Co-modératrice Luménienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question...
    L'aventure du RP vous tente ? débuter en RP ; vous hésitez à masteriser ? devenir MJ

  10. #10
    Avatar de Elanor
    Elanor est déconnecté Paladine
    Date d'inscription
    May 2009
    Localisation
    Lothlorien, premier malorne en rentrant à droite
    Messages
    596

    Re : L'école et vous

    Rééditer le 27/10/2009 par mes soins

    La maternelle et le primaire, j'étais motivée, j'avais envie d'apprendre, j'aimais bien aller à l'école. Chez moi, on me prenait un peu la tête à être toujours derrière moi à me faire faire mes devoirs mais bon. Du point de vu social avec les autres ben, pas terrible cette période. Pour ma part, j'ai eu ma tortionnaire de maternelle et de primaire, qui passait son temps à monter la tête aux autres contre moi. Elle m'a fiat chier surtout au primaire, elle était jalouse de mes résultats scolaire. En même temps dans la petite école primaire de mon village, c'était pas des flèches alors être la première c'était pas difficile, même avec ZERO en dicté . La partie français, c'était vraiment un cauchemar. C'est peut être parce que j'ai eu que des instits proches de la retraite donc à l'ancienne, pas de sport, surtout maths-français-histoire. Globalement c'était chiant cette réputation d'intello et surtout de me trimballer avec la pancarte, fille du médecin du village.

    Ah les années collèges, là j'ai cultivé mon poil dans la main.J'étais plus motivée par le fait d'aller retrouver mes copines que par le travail scolaire. Ma mère a vraiment du me bouger les fesses, mais bon j'ai pas redoublé et je suis aller en seconde. Je détestais le Français (pour pas changer) et le dessin. J'ai bien aimé découvrir l'anglais, j'ai haï l'espagnol qui me renvoyait mes faiblesses en Français. J'aimais bien l'histoire et les matières scientifiques. Et la musique, trop cool quand tu fais de la musique en dehors ( à fond club choral et instrumental c'était super). Et le sport, beurk, aussi cauchemardesque que le français sauf la gym. C'était bien aussi de découvrir de nouveau horizons que les maths, le français et l'histoire même si tous ne m'ont pas plu. Donc c'est pour ça que le collège est très intéressant, il offre un enseignement large et variés. Et donne accès à des disciplines artistiques. Et c'est important car selon la famille où l'on vit c'est pas forcément accessible dans le cadre privé. Du coup, ça serait dramatique si leur progés du lire-écrire-compter était mis en application.
    Niveau relationnel, pas mal de copines, une ambiance plutôt sympa (ma tortionnaire ayant eu le bon goût de redoubler une classe en primaire, elle n'avait plus d'ascendant sur mes nouvelles copines). Et puis ma réputation d'intello est resté derrière moi avec ma pancarte fille de médecin, c'était plutôt cool comme sensation.

    Et le lycée, ma première année, le choc. Je me suis retrouvée dans une classe de bourges assez forts obsédés par les marques (je suis faite regarder de haut toute l'année youpie). Mes profs ne m' ont pas beaucoup aidé à reprendre pied alors que je pense que nous avions des profs qui délivraient un enseignement de qualité dans leur matière. Donc bravo, le concept classe de niveau. C'est vraiment pas une réussite: j'ai complètement décroché et j'ai redoublé.
    Et ma deuxième classe de seconde, pas mieux. J'ai eu le droit à une classe de pétasses fétardes, j'étais pas plus à ma place que dans celle des gros bourges. Conjugué, au fait que j'ai eu deux très mauvaise prof: en maths (une stagiaire qui a pété les plombs, on a rien fait de l'année)et en français (une pauvre contractuelle incompétente, on a rien fait non plus). Mon redoublement ne m'a pas apporté grand chose.Et en plus mes parents pour me punir, m'ont mis à l'internat, je l'ai pas trop bien pris au début. Au final, je me suis bien habituée à l'internat. J'ai vite découvert le bonheur de pas avoir ma mère sur le dos la semaine et je suis passée en 1ière on ne sait comment.
    Et ensuite arrive LA classe la plus géniale de toute ma scolarité, ma classe de première S. Avoir plus d'heure dans les matières scientifiques, quel bonheur En plus une super bonne ambiance de classe, un niveau des élèves assez équilibré, on s'entendait tous bien. C'est plus sympa que les classes de niv. On jouait au tarot et à la belote à la récré, le matin, on était tous attroupé en cercle. Je me suis faits une super bande de copin/copines avec qui j'ai gardé des liens pendant toutes mes années fac. A l'internat, une ambiance d'étage géniale, une chambre sympa, je me suis remotivée pour bosser. Surtout que deux bonnes élèves de ma classe étaient dans la chambre à côté de la mienne, ça aide bien. Cette année là, j'ai eu enfin une prof de Français sympa qui m'a redonné confiance. (ça m'a pas empêché d'avoir ma mauvaise note habituelle à l'écrit du bac mais au moins j'ai beaucoup aimer les œuvres que l'on a étudier et j'ai eu 12 à l'oral, ce n'était pas si mal pour moi). Un seul soucis, les maths. Après une année de seconde sans prof, le premier trimestre a été très dur. Je reprocherais le manque de possibilité de soutien ou d'aide (je suis tombée sur un prof très con et qui expliquait très mal), si mes parents n'avaient pas été derrière (cour le samedi avec un étudiant en deug de bio), je sais pas si j'aurais eu mon année.

    Et la terminale, s'est bien passée. On bossait à deux/trois à l'internat c'était super motivant. Le seul truc à redire, c'est l'introduction de la philo. J'ai pas du tout accroché, je n'avais pas la maturité d'esprit à l'époque.

    La fac, LIBERTE: à 200 km de chez les vieux, la bagnole, l'appart. Il y a eu tout de même les deux années de premières années de pharma qui ont été difficiles. J'ai ressenti un énorme fossé entre la terminale et la première année, du point de vue quantité de travail et difficultés des enseignements dispensés. Là encore, sans mes parents je serais pas où je suis. Ils m'ont payés des cours dans une boite privé prépa concour pharma. J'avais cours le soir de 19h30 à 21h30 et interros type concours tout les samedi matin. Je me suis pas marré je peux vous le dire, j'ai bossé comme un âne pendant deux ans. J'ai pas trop aimé l'ambiance super bourges prout de pharma mais heureusement j'avais des copines de lycées en lettres, histoire et anglais. Ensuite, la fiesta la fiesta en deuxième et troisième année, il fallait bien rattraper les deux ans de vie privée entre parenthèses. Et puis après.... Smidge... et biensur bucher (fini les grosses fiestas ) pour finir les études rapido et construire ma vie professionnelle et familiale. Globalement de bons souvenirs des années fac même si les études de pharmacie sont indigestes et mériteraient d'être rénovées .

    Donc pour moi,l'école, j'ai bien aimé finalement. J'ai appris beaucoup de choses et je me suis enrichie aussi bien du point de vue intellectuel que relationnel avec les autres. Toutefois, je me rend compte que ma situation socio-familiale m'a énormément avantagé.
    Actuellement toutes ces réformes et ces réductions de post à l'éducation nationale font un peu peur. On est en train de sabrer l'avenir de nos enfants. L'école n'a pas un but de rentabilité, elle doit nous apporter des connaissances et la culture nécessaire pour construire nos vies d'adulte.
    Si on devait rajouter quelque chose à l'école: plus de prof, des classes moins chargées et plus de soutien.
    Dernière modification par Smidge ; 06/11/2009 à 09h42.
    Ma bio RP
    "Sire, on en a gros" Perceval

  11. #11
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    dans le brouillard
    Messages
    27 393

    Re : L'école et vous

    Alors, l'école...

    J'ai eu une scolarité primaire merveilleuse. Tellement merveilleuse que la suite ne pouvait pas être à la hauteur... C'était une école de pédagogie Freinet, progressive comme on dit, où on apprenait à aimer apprendre, à questionner, deviner, créer, partager, oser, avec les enseignants et les autres élèves, dans une relative harmonie (il y avait quand même quelques têtes de turc, il faut bien l'avouer). C'était une école communale publique, et la Belgique ne connaît pas la carte scolaire, il y avait donc les mômes du quartier (grands HLM voisins) puis des enfants de 68tards impliqués d'un peu partout à Bruxelles, sans compter une forte présence des gamins de réfugiés politiques d'Amérique du Sud. J'avais dans ma classe des Chiliens, des Argentins, des Uruguayens, en plus des Vanpipperzeel bien bruxellois, en somme. En tant que mômes, on ne se posait pas trop de questions. On dessinait beaucoup, on faisait beaucoup d'exposés sur tout et n'importe quoi (quatre par an et par personne dès 8 ans) (premier exposé en 3ème maternelle... sur le canard colvert, en ce qui me concerne), on travaillait beaucoup individuellement par "fichiers" (ce qui permettait au prof d'aider les élèves en difficulté), on allait au musée, au théâtre, on suivait l'actualité, on palabrait souvent en marge du programme officiel, et jamais, jamais, nous n'étions cotés. On tutoyait les profs, nos amis, il n'y avait pas d'opposition entre eux et nous, c'était le bon temps ! Aaaah... *verse une larme* Bon, certains disent que c'est un type d'enseignement élitiste... mais c'est surtout un enseignement peu traditionnel. Donc c'est vrai qu'il faut que les parents adhèrent au projet de l'école et ne s'offusquent pas du manque de hiérarchie et de contraintes... Après ça, ma foi...

    Bref, y'avait pas de section secondaire, donc j'ai changé d'école, en emportant quelques uns de mes bons potes avec moi (ou eux m'ont embarquée, plutôt). Et là... Quel choc ! Quelle rupture ! Argh ! Adieu le savoir pour lui-même, l'harmonie entre l'enseignant et sa classe, je me suis retrouvée dans un "mouroir pour profs". Sans rire. Petite école, 400 élèves, bon quartier... Et des profs en fin de carrière qui veulent qu'on leur foute la paix. Des profs qui tirent leurs dernières années sans plus la moindre once de motivation, qui ressortent leurs cours polycopiés qui datent de vingt ans, qui veulent juste... qu'on les laisse tranquilles. Qui ont demandé à être mutés là parce qu'ils savent que c'est un établissement sans problèmes. Pour des gamins qui sortaient d'un enseignement participatif, où l'échange de savoirs allait dans les deux sens, l'atterrissage a été rude (sans compter qu'on a dû apprendre à... ne plus tutoyer les profs ). Tout le monde nous a pris en grippe : les enseignants comme les élèves. On était les bons élèves qui aiment apprendre dans un univers où apprendre, c'était mal. Ça ne se faisait pas. On était chiants. On en voulait plus. Les aliens
    Au bout de deux ans, notre petit groupe s'est rangé à la culture dominante : j'ai chahuté gaiement pendant mes quatre dernières années de secondaire. Je restais dans le top de la classe sans me fouler et je n'avais plus aucun respect pour mes enseignants pourris. Allez, faut être honnête, j'ai quand même eu un prof de français extraordinaire une année, et le prof de maths en fin de formation était d'excellent niveau (mais j'aimais pas les maths).
    A posteriori je suis furieuse de ce passage en secondaire, parce qu'il m'a désappris à aimer apprendre pour apprendre. Il a fait de moi une fonctionnaire de l'étude : je bossais pour l'examen, point. Et je pense qu'il ne m'a pas permis de développer les potentialités que j'aurais aimé pouvoir déployer. L'unif est venue sauver ça quelque peu, mais c'était trop tard. J'aurais été autre si j'avais été ailleurs. Bizarre.
    Lathandre est le début du plaisir
    Et Luménis c'est par ...


    En RP : Albérich Megrall & Hubert de Maleval. La bio de l'un et la bio de l'autre...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

  12. #12
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages
    790

    Re : L'école et vous

    Bon.
    Une primaire ambivalente. J'étais à la fois l'intello et la brute de toute ma primaire, sans pour autant avoir eu l'impression d'être une victime, parce que nous étions dans de petites écoles et que nous nous connaissions bien. J'ai eu de très bons amis qui me pardonnaient mes crises de colère (qui n'étaient pas moindres... J'étais une vraie petite berserk). J'ai quand même connu des imbéciles qui jouaient de ma nervosité et de ma petite taille, mais, cyniquement, ben, ils étaient bien obligés d'arrêter quand je commençais à devenir sérieusement menaçante. Non, franchement, je crois que je n'étais pas une enfant facile, mais les professeurs m'aimaient bien parce que j'étais pas mal curieuse. J'ai appris à lire toute seule, je finissais mes exercices avant tout le monde et je m'intéressait à tout ce qui pouvait me passer sous la main. J'ai eu des profs excellents, particulièrement la première (qui était la mère de ma meilleure amie), que je vois toujours de temps à autres avec plaisir. Par contre, quand il n'y avait plus rien à faire, je m'ennuyais sévèrement et je ne le cachais pas.

    Au collège, c'était encore plus fluctuant selon les années. J'ai eu de très bons profs, particulièrement en français où je les ai tous adorés, d'autres qui ne faisaient pas grand-chose pour intéresser les élèves. Et je pense que le collège joue beaucoup, le passage à l'adolescence est comme un âge critique où on passe d'enfant-éponge à jeune-intéressé-par-des-choses-plus-spécifiques. Rationnellement, ça allait et ça venait, bon, il y a eu des moments meilleurs que d'autres. On a essayé de me coller une étiquette d'intello-vache-à-lait, mais j'ai eu la chance d'avoir réussi à canaliser mon mauvais caractère en une faculté à savoir dire "non" et à le maintenir quand il fallait. D'où une légère réputation d'égoïste. En fait, j'étais quand même pas mal confuse face à la course aux notes. En primaire, on a peu ou pas de notes, ou alors elles prennent une forme plus vague, et une fois au collège on est précipité là-dedans comme si c'était la seule chose qui comptait. Je ne comprenais pas très bien *pourquoi* le monde s'écroulait quand on avait rendu un mauvais DM. Et maintenant je reste persuadée que ce système n'est pas bon, pas bon du tout. Guh, après un passage où il m'a absorbée et où je suis devenue "comme les autres" (une certaine volonté de mimétisme, l'excentricité ne paie pas très bien à la longue), j'ai vraiment fini le collège en me demandant "mais pourquoi ?" et en refusant d'apporter aux autres plus d'"aide" que ce qu'il ne fallait pour qu'ils comprennent d'eux-même. Ce qu'ils ne comprenaient pas tous, bon.

    Et maintenant, je suis au lycée. Et je suis toujours perplexe. Nous commençons à ne plus trop être des imbéciles, je veux dire que nous pouvons émettre un raisonnement qui peut même apparaître presque logique . Pourquoi est-ce qu'on est toujours aussi peu impliqués dans les cours, alors ? Je trouverais beaucoup plus intéressant que le rôle du professeur soit celui d'un initiateur de dialogue plutôt que d'un prompteur humain. Mais 1/On a pas appris aux élèves à parler aux professeurs, alors forcément celle qui pose toute les minutes une question pour essayer de développer un point qui l'intéresse, c'est une excentrique 2/C'est moins... "productif" ? Moins susceptible d'être noté ? Je ne sais pas trop comment exprimer ça. Pardonnez-moi si ça fait vraiment "wéééé, j'suis une grande d'abord", mais les adolescents sont des adultes en devenir et je trouve dramatique de ne pas les pousser plus que ça à aiguiser leur esprit critique et leur envie d'aller d'eux-même vers des choses qu'ils ne connaissent pas. Ils y sont un peu encouragés, mais quand à côté ils ont aussi à se démettre le poignet pour écrire le maximum de pages de cours à l'heure sinon on arrive pas à caser le programme dans l'année... Hm.
    J'ai une bonne classe. Les arts plastiqueux qui sont mes compagnons sont en général des gens ouverts. Je dis bien en général, parce qu'il faut malgré tout les secouer un peu parfois (gh, et voilà, mon complexe de supériorité redémarre ) et que cette année, notre classe émerge une chèvre émissaire (une fille assez excentrique, mais moins, hu, tenace que votre dévouée servante ? Je ne sais pas l'aider, et j'aimerais bien que les professeurs s'en chargent parce que ça peut dériver.).

    Bon, excusez-moi si c'est peu compréhensible, il est tard et je commence à oublier comment on fait des phrases.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  13. #13
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Sudiste
    Messages
    2 174

    Re : L'école et vous

    En ce moment, ce sont les topics "je raconte ma vie"

    Pour la maternelle, peu de souvenirs... sauf qu'il me tardait d'aller à la "grande école". Visiblement, je devais m'y emmerder un peu. J'ai revu plus de 25 ans après une des maitresses, et elle se souvenait bien de moi, je devais être considéré comme une sorte d'alien à ce moment-là

    Arrivé au CP, on m'a envoyé dès le lendemain au CE1 vu que je maitrisais déjà tout le CP à fond (eh oui, on m'avait beaucoup fait bosser chez moi... j'étais une véritable éponge, j'adorais apprendre.) Après, je suis resté premier de la classe pendant 4 ans, et ce n'était pas mal vu par les autres. De bons instits, en particulier celui de CM1. Aucun problème d'intégration avec les autres malgré mon année d'avance (bon, je courais moins vite, il faut le dire ), je n'avais pas de lunettes et je jouais au foot ou aux gendarmes et aux voleurs avec les autres... Bien sûr quelques inimitiés et quelques bagarres de temps en temps mais c'est l'apprentissage de la vie, c'est tout.
    Bref, l'école élémentaire, c'était le bonheur.

    Puis vint le collège. Sans rentrer dans le détail, ce fut très bien (la sixième pas terrible, mais les trois autres années furent excellentes). Un cran en dessous de l'école, mais bon. L'effet de l'année d'avance qui s'estompait ; toujours premier de la classe mais l'impression d'être normal et bien vu par à peu près tout le monde. En fait je ne me posais même pas la question. Les profs, quant à eux, étaient en général plutot contents de m'avoir car je tirais souvent la classe vers le haut, même si beaucoup me trouvaient trop agité

    Puis le lycée. Là, changement. La seconde fut sympa, mais la première et la terminale furent ennuyeuses (la terminale étant une usine à futur prépas). Ambiance bourgeoise, "clans" qui se tirent dans les pattes, mépris des autres et moqueries dans tous les sens, bof. C'était la jungle et le seul intérêt est que j'y ai appris à y survivre, à mettre en application le proverbe "oeil pour oeil, dent pour dent", à savoir quoi faire pour se faire bien voir - ou pas. Et que je m'y suis construit une carapace blindée.
    Mais j'y ai aussi découvert les jeux de role et AD&D, et ça, ça n'a pas de prix. Sinon je ne serais même pas en train d'écrire ici.

    Je ne parlerai pas de la fac ou de mon ENSI vu que je considère que ce n'est plus vraiment l'école car on y est plus ou moins adulte. A ce stade-là, la personnalité est déjà construite et on n'en est plus au plaisir d'apprendre, mais plutot à préparer sa vie professionnelle.

    Alors finalement l'école s'est plutot bien passée pour moi. Quitte à passer pour un vieux con, je dirai que c'était mieux avant que maintenant. Etant professeur, il me semble que notre génération (en tant qu'élèves) était moins blasée, moins consumériste et surtout moins individualiste que celle de maintenant. Mais c'est un reflet de la société, et l'école n'est pas là pour prendre le relais de tout ce qui est défaillant dans ladite société. C'est déjà assez compliqué comme ça de transmettre des connaissances et des méthodes.

    Et puis je rejoins totalement Voyageuse sur son dernier paragraphe.

  14. #14
    Date d'inscription
    November 2008
    Localisation
    Courbevoie
    Messages
    275

    Re : L'école et vous

    Boahh je pourrais pas vraiment décrire mon passé jusque là , mais je vais essayer x) :

    Je me souvient de peu de chose de la maternelle, si ce n'est que je posais beaucoup de question, car je voulais tout comprendre je débattait avec les amis sur pourquoi le vent est transparent ect... et en y repensant, ça me fait bien marrer, c'était des débats de plusieurs journées . J'avoue que j'étais souvent repris dans les bagarres pour aider un ami (ca finissait toujours dans les 8 personnes si je me souviens )

    L'école primaire, au début, je vivais ça au jour le jour: je faisais mes devoirs, et je jouais avec des amis, et on écoutait les cours avant de recommencer à rigoler dans la cour (comme tout le monde je pense ) . Les cours m'intéressaient, sauf les mathématiques : on faisait toujours les mêmes choses (calculs basiques, les problèmes m'intéressaient par contre.) même si j'aime les maths aujourd'hui le français et moi, ça faisait 2 : je ratais toujours mes dictées suite à des fautes d'inattention (je suis certain qu'il y en a sur ce post d'ailleurs ) Sachez qu'en CM2 j'avais déjà tater BG2, mais je n'étais pas fan car je ne comprenais rien '

    Au collège, la première année était moyenne, la 5ème sans aucun problème: j'avais des bonnes moyennes partout sans trop me casser la tête, un emploi du temps sympa, et j'adorais notre programme : l'électricité, les fonctions allaient bientôt arriver ect...
    Seul bémol dans l'histoire, tout le monde te rejette car tu est "intello"... désolé, je passe pas mes journées devant ma console, je bosse un peu aussi (sauf pendant les vacs là c'est permis ) L'année dernière (3ème) j'ai fait le concours national de la résistance , on est arrivé 4ème

    Maintenant que je suis au lycée, j'ai remarqué que l'on était libre: ceux qui veulent bosser , bah, ils bossent, et les autres font ce qu'ils veulent, les profs ne font pas grand chose (12 remarques sans agir en 2 heures, ça m'a sidéré) La course aux notes est bien moins présente qu'au collège, et tant mieux, je connait des gens qui pète des plombs en cas de mauvaise note '

  15. #15
    Date d'inscription
    August 2009
    Messages
    2 001

    Re : L'école et vous

    C'est clair qu'on est limite hors sujet, je m'étonne de ne pas voir les petites lignes de couleur de Smidge-le-censeur

    EDIT de Smidge-le-censeur (mouhahahaha) : non non, on est pas hors sujet. C'est juste une confirmation que l'école a un gros impact sur notre vie

    Le sujet est "l'école et vous", pas "j'ai une vie de merde" !
    Remarque...ça fait très pendant de ce qu'on a pu lire sur le sujet sur les maths ! Peut être est ce lié ?
    Dernière modification par Smidge ; 27/10/2009 à 11h39.
    "Je crois que deux et deux sont quatre, Sganarelle, et que quatre et quatre sont huit"
    Molière - Don Juan -

  16. #16
    Date d'inscription
    June 2004
    Localisation
    Paname
    Messages
    1 859

    Re : L'école et vous

    Mon expérience de l'école est assez ambivalente. J'étais bon élève mais je n'ai jamais vraiment aimé l'école.

    J'ai survolé la primaire et le collège en étant dans les premiers de classe, et ce, sans véritablement travailler. J'ai toujours eu des facilités (je savais lire avant d'entrer au CP) et je me reposais beaucoup sur mes acquis. Du coup j'ai surtout passé cette époque au fond de la classe à faire les 400 coups avec mes potes.
    Bien que bon élève, je n'ai jamais été motivé par l'école. A l'époque, et encore aujourd'hui, travailler était une torture pour moi, à laquelle je m'astreignais, cependant, sous la pression parentale.

    Bon élève au collège, j'ai intégré un lycée pour bons élèves (ça marche comme ça à Paris, la carte scolaire est partielle. Les bons élèves vont dans les bons lycées et les autres dans des lycées poubelle). Du coup je suis passé de bon élève à élève moyen (et de 16 à 12 de moyenne. Au final, j'ai l'impression qu'une note résume ma scolarité : 12).
    J'ai traversé le lycée sans plus de motivation, ni plus de difficultés, préférant dormir à côté du radiateur, ou foutre le b*rdel avec mes potes, plutôt que de donner le coup de collier supplémentaire pour être un bon élève. Je suis passé en 1ère ES (filière de ceux qui ne veulent pas se faire chier avec les maths en S, et puis j'aimais bien l'histoire et l'éco). De la 1ère, je suis passé en terminale et ai eu mon bac sans encombres.

    Finalement, ma scolarité se résume à cette appréciation récurrente sur mes bulletins : "bon élève, serait excellent s'il exploitait à fond ses capacités".

    Elève peu motivé donc, le sport était de loin ma matière préférée. La rentrée était pour moi le pire moment de l'année. J'ai appris beaucoup de choses à l'école (il ne faut pas se voiler la face, on en apprend quand même beaucoup), mais je n'en ai pas obtenu d'épanouissement personnel, et c'est dommage.
    Mon unique motivation pour l'école, c'était les copains et les copines. L'école, le collège et le lycée m'ont permis de lier de véritables histoire d'amitié, et ont été mon lieu principal d'apprentissage de la vie.
    Elève taquin voire insolent, j'étais généralement apprécié de mes profs, même si certains m'ont détesté. Ca m'a d'ailleurs valu un avertissement de conduite en terminale (oui, oui, en terminale).

    Bref, bien que n'ayant jamais eu de difficultés particulières (de la maternelle au master, je n'ai jamais redoublé une année), je regrette d'avoir traversé cette période de cette manière, car j'ai poursuivi sur cette lancée durant mes 5 ans d'études supérieures, c'est à dire, sans motivation, en entrant là où il y avait de la lumière et une porte ouverte, et en essayant d'en faire le moins possible. Et ce n'est franchement pas le meilleur moyen pour se construire un projet et une motivation professionnelle.
    Je me rends compte, maintenant, que certaines personnes qui ont plus galéré que moi à l'école, ont eu le recul suffisant pour découvrir ce qui les intéressait vraiment dans la vie et s'y investir avec motivation. Au final j'aurais bien aimé être une de ces personnes.
    Dernière modification par Ben-jXX ; 28/10/2009 à 20h27.
    Téléchargez donc ce superbe perso pour SOA... Et celui-ci pour TOB !
    Mon vrai moi...
    ... et mon moi RP
    Pour faire parler Ben-j en RP: salmon (comme le poisson)

  17. #17
    Date d'inscription
    March 2008
    Messages
    919

    Re : L'école et vous

    Citation Envoyé par Inarius Voir le message
    Le sujet est "l'école et vous", pas "j'ai une vie de merde" !
    Remarque...ça fait très pendant de ce qu'on a pu lire sur le sujet sur les maths ! Peut être est ce lié ?
    C'est plus intéressant que si on avait donné son point de vue en tant que "spectateur" je trouve .

  18. #18
    Date d'inscription
    August 2009
    Messages
    2 001

    Re : L'école et vous

    La réalité, c'est que je voulais surtout faire un taunt à Smidge-le-censeur ! Je voulais mon message jaune !

    EDIT : et tu as droit à un joliiii message violet en prime mouhaha !!!!!!!!!!
    Dernière modification par Ailyn ; 31/10/2009 à 17h05.
    "Je crois que deux et deux sont quatre, Sganarelle, et que quatre et quatre sont huit"
    Molière - Don Juan -

  19. #19
    Avatar de Ailyn
    Ailyn est déconnecté Admisounours
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Le nez dans un bouquin
    Messages
    4 866

    Magicien Re : L'école et vous

    Le sujet n'est pas forcément un sujet "je raconte ma vie"... En tous cas pas uniquement .
    Disons qu'il est question ici de partager notre expérience de l'école, mais aussi de voir ce que nous voudrions pour l'école à l'heure actuelle.

    L'école, perso, j'ai toujours aimé ça. Je détestais les 3 mois de vacances d'été qui étaient un enfer pour moi. J'attendais la rentrée avec impatience.
    La maternelle c'est super flou pour moi, j'aimais bien, je suivais. La Primaire par contre, ça m'a beaucoup marqué. Du CP au CM2, j'ai toujours fait partie des premiers de la classe. Pas juste pour être première, mais surtout parce que j'aimais ça l'école, j'aimais ce qu'on y faisait, j'aimais y aller et apprendre, parfois deviner et même questionner. Parce que c'est ça qui m'a plu toute ma scolarité : avoir quelqu'un en face à questionner, avec qui dialoguer, comprendre apprendre.
    J'ai nagé comme un poisson dans l'eau pendant cette période de ma vie : pas de problème de temps, une famille qui m'offrait beaucoup de livres, tellement de livres que je ne savais plus où les ranger .
    Et l'écriture qui commence à venir se mêler de ma vie, déjà un goût prononcé pour les petites rédactions insignifiantes et autres. J'ai passé beaucoup de temps à écrire et à lire à cette période, et ça, c'était un moment captivant et merveilleux.
    J'avais beaucoup de caractère à l'époque, et les autres n'essayaient ni de me brutaliser ni de m'écraser. Ceux qui s'y sont risqué ont vite déchanté.

    J'ai tout perdu au début du collège. Je suis rentrée dans un monde violent et complètement hors de contrôle où je subissais pression morale et physique de mes camarades parce que j'étais de petite taille, parce que j'étais soi-disant une intello, parce que j'avais de l'intérêt pour ce qu'on apprenait et aussi parce que je me baladais avec un livre (Le Seigneur des Anneaux à l'époque ). Mes notes ont commencé à chuter, mais je ne pouvais pas lutter contre mon envie de faire mon travail correctement.
    D'ailleurs, je n'ai pas pu lutter longtemps contre ma nature profonde : un jour, je me suis réveillée et je me suis battue de toutes mes forces pour que plus jamais de ma vie quiconque n'essaie de m'écraser.
    J'ai eu des notes plus hautes que je n'en avais jamais eu, et j'ai commencé à m'épanouir au collège, à avoir des amis et à m'intégrer un peu plus correctement parmi les autres. J'ai retrouvé le mordant de ma personnalité que j'avais perdu et j'ai vraiment commencé à apprécier les choses autour de moi.

    Mon entrée en seconde a été une libération. Enfin un monde qui a un sens sans avoir des carcans de règles et d'horaires. Je me suis découvert une certaine aversion pour les maths, et j'ai pu me destiner complètement et totalement à tout ce que j'aimais : littérature, histoire, géo, langues et même sciences.
    La première et la terminale L ont été très intéressantes et très enrichissantes, tant au niveau humain qu'au niveau intellectuel, notamment grâce à la philosophie (quel bonheur d'en avoir huit heures par semaine !!! ). J'avais des amis et j'étais plutôt bien intégrée malgré mon excentricité.

    Finalement, l'école, pour moi, c'est une sorte de parcours initiatique. Ca m'a permis de devenir de devenir une "citoyenne avertie" et de me soucier des grandes problématiques nationales et mondiales.

    Pour ce qui est de ma conception de l'école, je suis tout à fait d'accord avec la loi de 1989 qui estime que l'enfant doit être acteur de son développement et acteur de ses apprentissages.
    Je crois que la façon d'enseigner dans les écoles, collèges et lycée aujourd'hui ne correspondent pas totalement à cette loi : il y a des professeurs qui le font (j'en ai connu bcp), mais d'autres qui ne le font absolument pas (et il y en a un paquet !!!!).

    L'éducation nationale, de l'école à l'université, ne doivent pour moi pas être des lieux d'apprentissage de la vie professionnelle mais de la vie citoyenne. L'école est un lieu où on apprend et où on comprend les caractéristiques de notre société.

    Si on devait améliorer quelque chose dans l'école aujourd'hui, c'est garder les principes de 1989 et surtout surtout : essayer de faire en sorte qu'au niveau matériel, ça marche ! Parce que les classes où on s'entasse à 37 (oui oui, en terminale on était bien 37, super génial pour apprendre à parler anglais ou allemand correctement), le manque de matériel dans les laboratoires de sciences, et une heure de soutien tous les 10 ans, je ne trouve pas que ça aide vraiment pour apprendre dans des conditions optimales et pour laisser à tous les mêmes chances de réussir.
    Administratrice de la Taverne des Crocs de Flamme
    RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
    Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
    Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !

Discussions similaires

  1. [ACTU] Débat sur le voile
    Par Althéa dans le forum Les Archives du Comptoir
    Réponses: 70
    Dernier message: 16/10/2012, 08h54
  2. [Société] La Loi HADOPI
    Par Smidge dans le forum Le Comptoir
    Réponses: 100
    Dernier message: 07/01/2012, 14h43
  3. [Société] Wikipédia et vous
    Par Ailyn dans le forum Le Comptoir
    Réponses: 16
    Dernier message: 29/06/2011, 17h00
  4. [Débat] L'uniforme à l'école ?
    Par Smidge dans le forum Le Comptoir
    Réponses: 28
    Dernier message: 19/06/2009, 20h46
  5. [COM] L'école pour tous
    Par Lies dans le forum Cinéma, Vidéos et Télévision
    Réponses: 0
    Dernier message: 01/11/2006, 14h11

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236