Page 2 sur 2 PremièrePremière 12
Affichage des résultats 31 à 34 sur 34

Discussion: [Débat] L'abolition du travail

  1. #31
    Avatar de Zdwarf
    Zdwarf est déconnecté Banni
    Date d'inscription
    March 2008
    Messages
    321

    Re : [Société] L'abolition du travail.

    C'est vrai que le début de l'essor du libéralisme se situe début XXème... On avait tenté de l'appliquer avant (philosophie des Lumières, Locke, Smith etc...) mais il fallait atteindre un niveau de techniques relatif pour vraiment lancer le système... L'entre-deux guerre pour les USA.


    H-S: Personnellement, jamais eu de cours d'éco, je me suis un peu trompé de filière et je me suis retrouvé à faire des maths et de la chimie pendant deux ans ...
    Tu enseignes quelle matière Voyageuse ?
    Dernière modification par Zdwarf ; 28/06/2009 à 10h05.

  2. #32
    Date d'inscription
    March 2006
    Localisation
    dans les limbes...
    Messages
    1 007

    Heigh Ho Heigh Ho on rentre du boulot...

    Le travail, dont une définition pourrait être l'"activité de l'homme appliquée à la production, à la création, à l'entretien de quelque chose, activité reliée à la transformation de la nature propre aux hommes", est une manière d'expression de l'homme sur la nature. Mais celui-ci nécessite généralement un investissement.(que ce soit en temps, en moyen matériel ou financier, en d'autres choses qui m'échappent...)
    Le travail est-il nécessaire? Une société sans la notion de travail est-elle viable?
    Suit un texte qui critique(plus ou moins bien) la notion de travail:

    "Nous sommes si liés au monde du travail que nous ne voyons guère le mal qui nous est fait. Il nous faut compter sur des observateurs venus d’autres âges ou d’autres cultures pour apprécier l’extrême gravité pathologique de notre situation présente. Il fut un temps, dans notre propre passé, où nul n’aurait compris ou admis l’éthique du travail. Weber ne se trompe sans doute pas lorsqu’il établit un lien entre l’apparition de celle-ci et celle d’une religion, le calvinisme ; lequel, s’il s’est propagé à notre époque plutôt qu’il y a quatre siècles, aurait été immédiatement, et non sans raison, dénoncé de toutes parts comme étant une secte bizarroïde.

    Quoi qu’il en soit, il nous suffit de puiser dans la sagesse de l’Antiquité pour prendre quelque recul par rapport au travail. Les anciens ne se leurraient pas sur le travail et leurs vues sur la question demeurèrent incontestées, mis à part les fanatiques calvinistes, jusqu’à ce que triomphe l’industrialisme – non sans avoir reçu la bénédiction de ces prophètes.

    Imaginons un instant que le travail ne transforme pas les gens en êtres soumis et déshumanisés. Imaginons, à rebours de toutes notions psychologiques plausibles comme de l’idéologie même des thuriféraires du travail, que ce dernier n’ait aucun effet sur la formation du caractère. Et imaginons que le travail ne soit pas aussi fatiguant, ennuyeux et humiliant que ce que nous en savons tous, dans la douloureuse réalité. Même ainsi le travail bafouerait encore toute aspiration humaniste et démocratique, pour la simple raison qu’il confisque une si grande partie de notre temps. Socrate disait que les travailleurs manuels faisaient de piètres amis et de piètres citoyens parce qu’ils n’avaient pas le temps de remplir les devoirs de l’amitié et d’assumer les responsabilités de la citoyenneté. Il n’avait pas tort, le bougre. À cause du travail, nous ne cessons de regarder nos montres, quelle que soit notre activité. Le « temps libre » n’est rien d’autre que du temps qui ne coûte rien aux patrons. Le temps libre est principalement consacré à se préparer pour le travail, à revenir du travail, à surmonter la fatigue du travail. Le temps libre est un euphémisme qui désigne la manière dont la main d’oeuvre se transporte à ses propres frais pour se rendre au labeur et assume l’essentiel de sa propre maintenance et de ses réparations. Le charbon et l’acier ne font pas cela. Les fraiseuses et les machines à écrire ne font pas cela. Mais les travailleurs le font. Pas étonnant que Edward G. Robinson s’écrie, dans un de ses films de gangsters : « Le travail, c’est pour les débiles ! »

    Tant Platon que Xénophon attribuent à Socrate – et à l’évidence partagent avec lui – une conscience des effets nocifs du travail sur le travailleur en tant que citoyen et en tant qu’humain. Hérodite désigne le mépris du travail comme une vertu des Grecs classiques à leur apogée culturelle. Pour ne prendre qu’un seul exemple à Rome, Cicéron dit que « quiconque échange son labeur contre de l’argent se vend lui-même et se place de lui-même dans les rangs des esclaves ». Telle franchise est rare de nos jours, mais des sociétés primitives contemporaines qu’on nous apprend à mépriser en fournissent des exemples qui ont éclairé les anthropologues occidentaux. Les Kapauku de l’ouest de la Nouvelle-Guinée ont, d’après Posposil, une conception de l’équilibre vital selon laquelle ils ne travaillent qu’un jour sur deux, la journée de repos étant destinée à « recouvrer la puissance et la santé perdues ».

    Nos ancêtres, aussi récemment qu’au XVIIIè siècle, alors même qu’ils étaient déjà bien avancés dans la voie qui nous a mené dans ce merdier, avaient du moins conscience de ce que nous avons oublié – la face cachée de l’industrialisation. Leur ardente dévotion à « Saint-Lundi » – imposant de facto la semaine de cinq jours cinquante ans avant sa consécration légale – faisait le désespoir des premiers propriétaires de fabriques. Il se passa bien du temps avant qu’ils ne se soumettent à la tyrannie de la cloche, ancêtre de la pointeuse. En fait, il fallut remplacer, le temps d’une génération, ou deux, les adultes mâles par des femmes, plus habituées à l’obéissance, et des enfants, plus faciles à modeler selon les exigences industrielles.

    Même les paysans exploités de l’Ancien Régime parvenaient à arracher à leurs seigneurs une bonne part du temps censé appartenir au service de ces derniers. D’après Lafargue, un quart du calendrier des paysans français était constitué de dimanches et de jours de fêtes. Tchayanov, étudiant les villages de la Russie tsariste – qu’on ne peut guère qualifier de société progressiste – montre de même que les paysans consacraient entre un cinquième et un quart des jours de l’année au repos. Obnubilés par la productivité, nos contemporains sont à l’évidence très en retard, en matière de réduction du temps de travail, sur ces sociétés archaïques. S’ils nous voyaient, les moujiks surexploités se demanderaient pour quelle étrange raison nous continuons à travailler. Nous devrions sans répit nous poser la même question.

    Pour saisir l’immense étendue de notre dégénérescence, il suffit de considérer la condition première de l’humanité, sans gouvernements ni propriété, alors que nous étions nomades chasseurs et cueilleurs. Hobbes présumait que notre existence était alors brutale, désagréable et courte. D’autres estiment que la vie, dans les temps préhistoriques, n’était qu’une lutte désespérée et continuelle pour la survie, une guerre livrée à une Nature impitoyable, où la mort et le désastre attendaient les malchanceux et tous ceux qui ne pouvaient relever le défi du combat pour l’existence. En fait, il ne s’agit là que du reflet des peurs que suscite l’effondrement de l’autorité gouvernementale au sein de groupes humains accoutumés à ne pas s’en passer, tels que l’Angleterre de Hobbes pendant la guerre civile. Les compatriotes de Hobbes avaient pourtant découvert des formes alternatives de société, indiquant qu’il existait d’autres manières de vivre – parmi les Indiens d’Amérique du Nord, tout particulièrement – mais déjà trop éloignés de leur propre expérience pour qu’ils les assimilent. Seuls les gueux, dont les frugales conditions d’existence étaient plus proches de celles des Indiens, pouvaient les comprendre et, parfois, se sentir attirés par leur mode de vie. Tout au long du XVIIIe siècle, des colons anglais firent défection pour aller vivre dans les tribus indiennes ou, captifs de ces dernières, refusèrent de retourner à la civilisation, tandis que les Indiens ne faisaient jamais défection pour aller vivre dans les colonies blanches – pas plus que les Allemands de l’Ouest n’escaladaient naguère le mur pour demander l’asile en RDA..."


    Laissons les grands penseurs(pfff...) penser sur cette valeur du travail...
    Donnez vos avis si vous en avez envie, avec ou sans justification(s). Et à mon avis, le plus intéressant serait de donner vos avis, et non forcément ceux de personnages ayant depuis longtemps donné les leurs.
    "l'étranger:je ne porte pas de masque" "Camilla: (terrifiée, à Cassilda)Pas de masque?Pas de masque!"
    "Mon nom est Légion, car nous sommes plusieurs..."
    Poids liche...
    La voix de Lester s'entend en #C39C39

  3. #33
    Date d'inscription
    October 2006
    Localisation
    Rhône-Alpes
    Messages
    13 885

    Re : Heigh Ho Heigh Ho on rentre du boulot...

    Il est intéressant ce texte... Tu l'as trouvé où ? A moins qu'il ne soit de toi ?

    Mais bref... Oui, le travail tel que nous le connaissons date de l'ère industrielle. La productivité est sans cesse accrue, le travail devient de plus en plus stressant, et même si nous bossons moins d'heures qu'au début de l'ère industrielle (et heureusement!), on assiste à nouveau à des dégradations des conditions de travail, à une augmentation de la quantité à fournir....
    On oublie souvent de penser à ce qui existait avant l'ère industrielle. certains travaillaient, Certes, mais plutôt moins intensément (même si les conditions étaient sans doute difficiel, en agriculture on avait pas les outils actuels), et combien étaient inactifs ?

    Et concernant les débuts de l'ère industriel, je citerai le même exemples qu'A. Jacquart dans son livre Mon utopie (où il défend l'idée d'un monde où on travaillerait presque pas, où les tâches nécessaires seraient équitablement partagées selon les compétences de chacun, et où on exercerait principalement des activités "choisies", et pas subies....). Bref, il explique que les ouvriers des filatures travaillaient dur. Un beau jour Jacquart invente le métier à tisser. Révolutionnaire. Avec moins d'efforts on peut produire plus. Si le monde ouvrier s'était emparé de l'invetion, ils auraient pu choisir de réduire leur temps de travail, à salaire égal, et produire ainsi autant qu'avant. Mais c'est le patronnat qui s'en est emparé, et leur choix a été de maintenir le temps de travail et de produire plus... et moins cher... Tout ça pour dire que oui, on pourrait drastiquement réduire le temps de travail de tous, et nos sociétés y survivraient. C'est juste une question de choix politique....

    Et pour en revenir au texte... non, le travail n'a pas toujours été vu comme une "valeur" de la société. C'est très récent, et c'est ce que la plupart des gens ne comprennent pas. On peut très bien imaginer d'autres modes de vie.... (ah, bien sûr, il faudrait dire adieu à la société de consommation...)
    en RP : Astrée, rôdeuse-druide en apprentissage (RP solo)
    MJ de Chercheurs de sens et Mission
    Co-modératrice Luménienne avec Galathée et Kasumi, contactez-nous pour toute question...
    L'aventure du RP vous tente ? débuter en RP ; vous hésitez à masteriser ? devenir MJ

  4. #34
    Date d'inscription
    March 2006
    Localisation
    dans les limbes...
    Messages
    1 007

    Re : [Société] L'abolition du travail.

    Ce texte n'est pas de moi. Si je l'ai trouvé quelque part, ce serait plutôt dans un endroit qui renie une bonne partie de la réalité. L'utopie n'est pas ma voie(x).
    Si je devais citer ne serait-ce qu'une partie volontairement égarée de ce fatras d'idées, ce pourrait être le fonctionnement des rapports humains, des mentalités...
    "l'étranger:je ne porte pas de masque" "Camilla: (terrifiée, à Cassilda)Pas de masque?Pas de masque!"
    "Mon nom est Légion, car nous sommes plusieurs..."
    Poids liche...
    La voix de Lester s'entend en #C39C39

Page 2 sur 2 PremièrePremière 12

Discussions similaires

  1. [Débat] Le travail le dimanche
    Par Smidge dans le forum Le Comptoir
    Réponses: 23
    Dernier message: 11/01/2012, 11h13
  2. [Débat] Talent ou travail
    Par Inarius dans le forum Le Comptoir
    Réponses: 8
    Dernier message: 16/10/2010, 19h40
  3. Atelier de travail
    Par Mekren le maudit dans le forum Les neiges des Darkanisses
    Réponses: 273
    Dernier message: 01/04/2007, 11h25

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237