Page 2 sur 3 PremièrePremière 123 DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 70

Discussion: Roman sur la saga

  1. #31
    Banshee Sangdelune Invités
    Ca c'est une bonne idèe, genre les mémoires du personnage principal, avec une notion de recul qui peut être intéressante...
    Par contre, je ne sais pas si ça a été dit, mais une fille avait commencé à écrire en Anglais le récit de son aventure dans SoA, un peu sur ce modèle...
    Je ne me rappelle plus le lien, mais si je le retrouve, je le posterais... Aux dernière nouvelles, elle n'a jamais fini son histoire...
    Au fait, bon courage, et bonne rédaction...

  2. #32
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages
    67
    Après une très longue "pause" de plus de 3 mois, je reprends ce sujet sur le roman adapté librement de baldur's gate... non, le projet n'a pas été abandonné, mais juste mis "à l'écart". Je n'ai pas vraiment pu m'atteler à son écriture durant ces 3 mois, mais le projet vient de renaitre de ses "presques cendres" et l'écriture vient enfin de véritablement commencé.
    Je vous remercie encore à vous tous pour votre soutien suite à l'annonce de ce projet en juin, et je vous tient au courant pour toutes évolutions de ce roman, qui là est très bien lancé :happy: :happy:

    Je vous posterais quelques extraits de temps en temps.

    Voici le premier extrait du roman (ne vous attendez pas à énormément d'action dans cet extrait). Ce passage se situerait au tout début de l'histoire, durant la jeunesse du personnage principal, Baphomet. Cet extrait est a pour but de recueillir toutes vos critiques, demandes et autres suggestions, et je précise bien qu'il risque d'évoluer dans les jours à venir.


    A l’idée de prendre la plume et de coucher enfin sur le papier ce qui fut ma vie durant cent cinquante longues années, mon esprit se perd et s’égare, dans des endroits ou il ne veut pas revenir et dans des lieux qu’il n’a que trop fréquentés et qu’il ne veut plus explorer.
    Il a peur. Peur de voir ce qu’il a été, peur de revenir sur son passé… peut-être que tout cela l’aidera à mieux appréhender le futur ?
    Je ne sais pas. Trop longtemps j’ai cru que j’étais insensible à la peur. Je me trompais. Trop longtemps j’ai pensé que la douleur n’était qu’une illusion. Je me trompais là aussi. J’ai cru tant de choses. J’ai cru trop de choses. Et je me suis très souvent trompé. Ai-je changé ? Non. J’ai évolué.
    Car au fond de moi je suis toujours le petit enfant que j’ai été. Je suis toujours cet adorable gamin de même pas dix années… ce petit garçon qui avait les mains moites dès qu’il était anxieux, ce gosse qui rougissait à la moindre petite remarque et qui faisait la fierté de ses tuteurs, cet élève studieux qui nourrissait un très fort intérêt pour la magie, les légendes et tout ce qui sortait de l’ordinaire. J’étais tant de choses à la fois. Je suis encore toutes ces choses. Et je le serai toujours… même si parfois je l’ai oublié…

    Ma main tremble… les lettres que je dessine avec ma plume sont irrégulières… et… j’ai les mains moites !Ah ! Un sourire ne peut s’empêcher de se dessiner sur mon visage. Les mains moites ! L’encre s’efface… sur le papier les lettres coulent…
    Tout petit j’avais continuellement les mains humides… mes tuteurs pensaient que j’avais un problème ou même une maladie et ils n’arrêtaient pas de chercher les hypothèses les plus farfelues sur ce grand mystère. Au début tout le monde rigolait de moi, mais je voyais bien que en fait je les fascinais au plus haut point.
    « Le petit-au-mains-mouillées » qu’on m’appelait (qui est très rapidement devenu « mains-mouillées ». J’intriguais les gens et j’étais fier de ça ! J’étais content ! Fier de ne pas être comme les autres et d’avoir le truc que personne n’avait. Je me souviens encore des moqueries de Imoen quand elle me voyait écrire… ou quand elle me touchait la main...

    « Beurk !! T’as les mains moites ! »
    Puis elle me regardait quelques instants en faisant la moue, et elle partait ensuite dans un fabuleux éclat de rire.

    Imoen… de toute ma vie je crois que ma première rencontre avec cet ange est l’une des rares choses dont je me souvienne chaque instant, chaque moment.
    Je n’avais même pas dix ans. J’étais aussi grand qu’une petite-personne. Je ne me souviens pas quel jour il était, ni même quel moment de la journée. Je ne me souviens que d’elle.
    Il pleuvait abondamment sur Château-Suif. Un gros orage déversait son eau et toute sa fureur sur la citadelle. Ce haut lieu de la connaissance était sans cesse l’attaque incessante des caprices de Dame Nature qui déchaînait les fureurs de ses amants, l’Océan et le Ciel, sur la forteresse. La presqu’île était habituée à ce genre de bourrasques, assez fréquentes, surtout en été, là ou la chaleur était la plus propice aux duels amoureux entre les deux prétendants.
    Du haut de la fenêtre de ma chambre je regardais les immenses vagues qui s’abattaient avec une force inouïe sur les roches en bas des murs de l’enceinte. Les mains collées au carreau, je restais fasciné par le fantastique spectacle qui s’offrait à mes yeux.
    Des éclairs zébraient le ciel, suivis par le bruit sourd du tonnerre. J’adorais les orages autant que Gorion pouvait les détester. Il m’interdisait toujours de sortir quand le ciel montrait son amour pour la Nature au monde entier. Il avait peur, une peur panique des orages. Moi j’aurais pu sortir dehors et courir sous entre les gouttes, tourner comme un fou au dessus des éclairs et…

    « Baphomet !! Eloigne-toi de la fenêtre tout de suite ! »
    Les cris de Gorion me firent sursauter, j’étais comme tiré en sursaut d’un beau rêve… Il venait d’entrer dans la pièce, totalement affolé de me voir ainsi omnibulé par l’orage.
    « _Mais, fais vite, vite, sors de là et ferme les rideaux ! Dépêche-toi !
    _ Mais, il n’y a pas de danger papa, la fenêtre est fermée…
    _ Fais-ce que je te dis !! me coupa t’il. »
    Sa frayeur pour les orages était la seule chose au monde qui le rendait presque agressif. Il m’avait déjà brusquement poussé de ma contemplation, et tiré les rideaux avant même que j’ai eu le temps de finir de protester… Puis, soulagé, il se tourna vers moi avec un air désolé.
    « Excuse-moi mon petit… les orages me rendent vraiment nerveux. »

    Je m’étais assis sur un coin de mon lit. Au dehors, l’orage redoublait de violence et les gouttes de pluie se faisaient de plus en plus fortes sur le carreau, tintant comme des milliers de perles qui s’effilochaient sans cesse d’un collier infinnissable.
    Je ne comprenais pas pourquoi il m’interdisait de regarder l’orage. Lui en avait peur. Pas moi. Devais-je partager ses frayeurs ? Ou alors, il était simplement jaloux de ne pas arriver à modifier ses sentiments vis-à-vis de l’orage ? Les questions se bousculaient dans ma petite tête de dix années, comme à chaque fois qu’un sujet m’intriguait.
    Je finis rapidement par conclure que Gorion voulait simplement me protéger parce qu’il pensait que l’orage était dangereux pour lui, donc dangereux pour moi. Il m’aimait et c’était une de ses manières de me le montrer.

    Mon père marmonna quelque chose d’incompréhensible, tout en jetant un dernier coup d’oeil craintif au travers des rideaux…Un coup de tonnerre le fit légèrement sursauter, révélant l’espace d’un instant la panique dans son regard.
    Il se retourna prestement en fermant le rideau, puis il s’appuya sur le mur, leva les yeux au plafond et souffla… expulsant un peu de la panique qui l’habitait hors de son corps…
    Ses mains ne pouvaient contenir des tremblements nerveux... Dehors l’orage redoublait de violence, multipliant les coups de tonnerre et les cris d’amour désespérés en faveur de la Nature. L’Océan n’était pas en reste, ses vagues atteignaient des hauteurs démesurément grandes, s’écrasant avec furie sur les récifs, puis expulsant leur passion en de fabuleuses gerbes d’écumes…

    Gorion resta un court instant ainsi appuyé sur le mur, essayant de retrouver ce calme qui ne le quittait habituellement jamais.
    Cela faisait une dizaine d’années qu’il m’élevait. Tout seul. Ce n’était pas mon père biologique, mais je le considérais tel que. Il ne m’avait jamais caché cela, et je lui en étais fort reconnaissant, m’épargnant par le futur de douloureuses « révélations ».

  3. #33
    Date d'inscription
    February 2003
    Messages
    624
    Super, j'espère que plus tard, les jeunes auront ce livre à lire pour le bac de français. :happy:
    code couleur pour Elvin: #66CD00

  4. #34
    Date d'inscription
    January 2003
    Messages
    764
    Très bon, enfin,selon moi... J'aime beaucoup. Enfin, j'étais forcé d'aimer puisque c'est l'univers de BG, mais quand même, je pense que du point de vue littéraire, c'est vraiment pas mal... on attend la suite
    "La preuve irréfutable qu'il existe de l'intelligence sur les autres planètes, c'est qu'ils n'ont JAMAIS cherché à entrer en contact avec nous..."

    A mort Jaheira ! Je ne cesserai jamais le combat ! Hourra pour Anomen ! Vive lui !

  5. #35
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages
    1 185
    Par contre la couleur laisse à désirer :heu: (il faut surligner pour pouvoir lire)....


    PS: c'est beaucoup mieux comme ça Calaquendi.
    Ma biographie Lumenienne
    Ma boutique
    Mon rôdeur
    (Très bon rôdeur à la fin de BG1).

  6. #36
    Ellys Invités
    J'aime beaucoup!! :love:

  7. #37
    Silk Invités
    C'est pas mauvais du tout ! Le style est très très correct, juste lenom du PJ qui coince Mais tu seras bien obligé de l'utiliser à un moment où à un autre, alors...

  8. #38
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages
    67
    Désolé pour la couleur :blush: Je vais éditer le post

    Pour le nom du personnage... il est pas encore définitif...

  9. #39
    Silk Invités
    Remarque tu peux essayer de ne jamais le nommer... Ca correspondrait bien à sa recherche d'identité...

  10. #40
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages
    67
    Oui je peux essayer ça aussi... mais dans le cas de la recherche d'identité je préfère lui donner un nom, au début du roman, le nom que lui aura donné Gorion quand il l'a trouvé... puis je pense que ce nom va évoluer dans d'autres circonstances au fil du roman...

  11. #41
    Chaos Invités
    Le livre de SOA qui est sortit en anglais n'a preque rien a voir avec le jeu, vu que je m'occupe de la traduction, et d'a ce que j'ai traduit il n'y a pas grand chose en rapport avec le jeu

  12. #42
    Silk Invités
    Tu nous racontes un peu (sans donner d'extraits, je présume que tu es sous contrat) ?

  13. #43
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Santes, Weppes du Nord
    Messages
    789
    j'ai beaucoup apprécié ce passage, ça promet pour la suite... a part le nom, "Baphomet"... c'est pas terrible...

  14. #44
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages
    67
    Lol... non je ne suis pas sous contrat, mais je peux vous raconter quelques choses bien sur...

    Le personnage est principal est un demi-elfe, donc sa mère est une elfe...

    Les 4 ou 5 premiers chapitres de l'histoire seront consacrés à la "tendre enfance" du personnage principal à Château-Suif.

    L'histoire n'est qu'a moitié une auto-biographie du personnage principal, ce dernier n'ayant écrit que les prologues, les "intermèdes", et les épilogues des des parties des romans.

    Les personnages dits secondaires auront une place très très importante dans le roman, voire même quasi-égale avec celle du personnage principal dans certaines circonstances.

    Le roman ne suivra pas du tout à la règle le déroulement du jeu.

    Il y aura cinq parties dans chaque roman, chaque partie ayant un nom bien précis, se rapportant à une évolution personnelle du personnage "principal".

    Je peux déjà vous dire que la plupart des PNJ des jeux seront de la partie (certes, certains auront juste une apparition, mais chaqu'un aura une importance capitale dans le déroulement de l'histoire.

    Attendez-vous à des surprises ! :happy:

    Si vous voulez quelques précisions, posez moi des questions ou écrivez moi des mails même si vous voulez, j'y répondra dans la mesure du possible et sans trop vous dévoiller le contenu de l'intrigue et son déroulement...

    Je suis ouvert à toute suggestion, alors surtt n'hésitez pas !!


    P.S : A propos du contrat que tu parlais, il faudrait que j'envoie mon idée à un éditeur français, puisque mon texte n'est pas anglophone... il faudrait déjà trouver un éditeur interressé par l'idée, mais si tel était le cas, il devrait publier sous le logo "Royaumes Oubliés" (qui est une marque déposée... tout comme "Baldur's Gate") sinon il y aurait un pb de droits d'auteur... mais pourquoi pas ! Je veux bien tenter ma chance chez un éditeur... tout dépend aussi de la qualité du texte que j'écrirai, mais il est vrai que publier sous un logo assez connu est un avantage (encore faut-il que TSR qui détient les droits des Royaumes Oubliés accepte)

    Pour le nom, je crois que je vais recourir à votre aide et vos suggestions, mais je pensais aussi a appeller le personnage Lykaïwyn, en rapport avec ses ascendances elfiques.

  15. #45
    Silk Invités
    Moi je l'aurais carrément appellé Anakyn... Ca marche bien en ce moment

    PS : non pour le contrat je parlais à ChÂôS, mais ce n'est pas une mauvaise idée.

  16. #46
    Chaos Invités
    Lol non, pour des nouvelles sinon, j'ai fini le premier chapitre et je j'attends quelqu'un puisse le mettre sur son site pour pouvoir le telecharger vu que le mien est en construction.

    Après une petite pause du aux cours, je vais m'y remettre. Sinon il y a pas mal de surprise dans le livre :happy:

  17. #47
    Date d'inscription
    August 2003
    Localisation
    Fleurus
    Messages
    214
    @ Calaquendi : le début est super; si la suite est du même tonneau, tu pourrais marquer l'Heroïc-Fantasy de ton empreinte. Bon courage et bonne continuation, on est tous avec toi.
    Djecks
    Que d'autres chantent l'Italie
    L'Espagne ou bien la Riviera.
    Amis, chantons la Wallonie,
    Qui vaut mieux que ces endroits-là

  18. #48
    Date d'inscription
    February 2003
    Messages
    624
    Originally posted by Calaquendi@mercredi 24 septembre 2003, 18:11
    Lykaïwyn.
    Comment on le prononce? :notme2: :heu:
    code couleur pour Elvin: #66CD00

  19. #49
    Silk Invités
    Originally posted by Le Djecks@jeudi 25 septembre 2003, 07:13
    @ Calaquendi : le début est super; si la suite est du même tonneau, tu pourrais marquer l'Heroïc-Fantasy de ton empreinte.* Bon courage et bonne continuation, on est tous avec toi.
    N'exagérons pas... La feuille signalétique de l'héroïc fantasy est déjà noire de doigts, pour marquer, il faut de l'encre blanche... C'est ce qu'à fait JRR Tolkien dans une certaine mesure (à ce que je sache, même aujourd'hui, on ne voit plus d'héroïc fantasy poètique, mais c'est surtout qu'il a été le premier réel à ouvrir la danse) Ce qu'écris notre ami est très satisfaisant, ça vaut bien 3 tomes à la FNAC, mais sans plus. Il faut le travailler, travailler le style, reprendre les idées. Pour l'instant, c'est toujours beaucoup moins bon que David Eddings, K le guin ou pratchett, pour prendre des genres antipodéens (j'invente des mots ).

    Mais c'est parfaitement normal. On ne fait pas d'un seul coup une qualité que des auteurs ont travaillé pendant des années, parfois. Le texte actuel n'est encore une ébauche, il n'attaque pas vraiment le genre... Sa grande qualité est de se détacher du jeu. La plus grande erreur serait de le nommer Baldur's Gate, l'image péjorative de l'adaptation n'étant pas présente ici. Cela dit, le scénario en adaptation est presque un bouquin tant il est bon, c'est donc de fait plus facile à adapter. Pour ce qui est de la qualité, c'est déjà du niveau des auteurs de Fantasy les plus mauvais, sans même l'avoir trop travaillé. Donc effectivement, ça promet beaucoup. Il va falloir se battre, créer des innovations, relancer l'histoire, faire sursauter le style et les doigts du lecteur, mais je fais confiance à notre ami pour ça.

  20. #50
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages
    67
    Et bien je crois que tu as fait une très très bonne analyse de la fantasy en général et de ce que j'ai écrit... Marquer l'héroïc-fantasy, je ne pense pas, même si je crois que cette histoire pourrait marquer la fantasy, tout dépend de la façon dont on la traite.
    Cet "extrait" que j'ai posté ici n'est en quelque sorte qu'une "ébauche" (comme tu l'as dit Silk), j'ai tout écrit d'un trait sans vraiment retravailler pour essayer de me donner, et de vous donner, une idée de ce que je veux faire ( même si je conçois bien que ce petit extrait n'est pas représentatif de toute l'histoire). Le style est travailler, encore et encore, il va vraiment falloir se battre, innover le plus possible, car c'est celà l'essentiel : l'innovation, ne pas tomber dans le piège de l'adaptation "facile et linéaire" du jeu, ce qui n'aurait aucun intérêt, de mon point de vue. D'ailleurs, je ne veux pas reprendre le même titre, "Baldur's Gate", je pense que ça serait une grossière erreur, et puis ce que je suis en train d'écrire, n'est pas "Baldur's Gate", le jeu est juste l'inspiration... comme beaucoup d'autres choses m'on inspiré aussi... "tout m'inspire mais rien ne me change" (Dali je crois)

    Je pense que ce roman, un peu à l'image du Seigneur des Anneaux, devra cultiver tout le long le paradoxe d'associer des scènes totalement intimistes à des scènes de "grande envergure"...


    PS : Pour la prononciation de Lykaïwyn... c'est "LIKAYWIN"

  21. #51
    Silk Invités
    Héhé... "Je ne cherche pas. Je trouve." Léonard de Vinci, si ma mémoire est bonne.

    Bref, effectivement, j'aime beaucoup le passage d'Imoën. Mais là tu ne toucheras que les personnes qui ont joué à BGII... Ca va être très dur de t'éloigner de BG ou de l'expliquer aux autres... Que veut dire imoën pour celui qui n'a pas vu so, avatar et qui n'a jamais entendue sa voix ? Il va falloir que tu la fasse renaître entre tes mains, que tu la façonne à nouveau, sans perdre l'initiale... Je suis en train de me frotter à un problème du même ordre de difficulté avec ma nouvelle actuelle, et ce n'est pas gagné. C'est très dur de faire passer un sentiment qu'on ne peut pas définir... Dans ce cas là, tu ne peux te fier qu'à l'intuition.

  22. #52
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages
    67
    Je trouve que c'est justement une des choses les plus interressantes dans l'écriture de ce roman... faire renaitre, "recréer", se réapropier en quelque sorte les personnages du jeu pour les faire découvir à ceux qui n'ont jamais entendu parler de "Baldur's Gate", et les toucher autant que les personnes qui ont joué au jeu. Le but serait alors de toucher et surprendre les ancienx joueurs de Baldur's Gate, autant que le seront les lecteur qui n'ont jamais connu le jeu.
    Il est sur que ceux qui ont joué au jeu, pensent partir avec un temps d'avance sur la "connaissance et découverte de l'originalité de l'histoire", mais c'est justement ces gens-là qui seront les plus surpris si j'arrive à faire ce que je veux écrire. Ce qui ne sera pas facile, mais rien n'est impossible...

    S'éloigner de BG, sans le perdre totalement... l'intuition et l'instinct sont dans ces cas-là essentiels... tout autant que peut l'être l'imaginaire...

    En tout cas, je te souhaite une bonne chance dans l'écriture de ta nouvelles à toi aussi

  23. #53
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages
    67

    A la simple idée de prendre ma plume et de coucher enfin sur le papier ce qui fut ma vie durant cent cinquante longues années, mon esprit se perd et s’égare, dans des endroits ou il ne veut pas revenir et dans des lieux qu’il n’a que trop fréquentés, et qu’il ne veut plus explorer.
    Il a peur. J’ai peur. Peur de voir ce que j’ai été, peur de revenir sur mon passé… peut-être que tout cela m’aidera à mieux appréhender le futur ?... Je ne sais pas. Il ne me reste plus beaucoup d’avenir dans cette vie …

    A cet instant précis j’ai la sensation de n’être rien, que du vide et du néant devant… et derrière moi cette trace… une empreinte indélébile, telle la signature inconsciente d’un artiste sur son œuvre. Elle ne cesse de s’étirer.…rouge…, touchant tout ce dont je m’approche, de près ou de loin, et essayant d’entraîner dans son sillage les cordes auxquelles j’essaye de me rattacher pour ne pas tomber dans des labyrinthes abyssaux…

    Le présent… Mon présent ? Qu’est-ce que c’est ?
    J’ai eu, et j’ai encore, énormément de mal à assimiler cette notion durant les évènements passés qui me poussent aujourd’hui à l’écriture de cet ouvrage… Mon présent… ce n’est que la jouissance infinie de l’instant actuel, la rencontre de ce délicieux néant qui s’offre à moi, et de ce sillage rouge, toujours rouge, qui m’a conduit, dirigé et tente encore de me faire chuter…
    J’ai toujours essayé d’occulter mon passé… De m’occulter moi-même… mais comment faire pour oublier ce qui m’a construit et qui maintient debout l’édifice mon existence ? J’ai voulu en retirer les fondations, rendant l’édifice instable, oppressant et écrasant, telle une pyramide que l’on aurait voulu construire à l’envers…
    J’ai usé d’artifices pour avoir l’impression d’être droit. Je me suis trompé. Ce n’était que chimères… éphémère beauté… qui recouvre un temps ce que l’on veut occulter… ou qui nous montre ce que l’on voudrait voir…
    Ma vie est un rêve. Toutes les vies en sont un. Des rêves de couleurs indéfinies, d’insaisissables parfums, d’imperceptibles sons… des unions d’émotions et de sensations, des fusions de hasards et de destins, des symbioses d’espoir et de folie… douces folies qui nous chatouillent au réveil et nous susurrent, alors que nous sommes encore à moitié endormis, que tout cela est bel et bien vrai…
    Les rêves ne demandent qu’une seule chose de nous : y croire.
    Que l’on croie en eux, en nous… que l’on croie en leur beauté ! Et alors, alors seulement, l’avenir nous appartiendra. Ne pas y croire, c’est tomber dans l’illusion et estimer que tout est acquis, ou que rien n’évoluera. Non…Non ! Nos vies ne sont pas des illusions ! Elles sont des rêves… les choses les plus authentiques en nous.

    Mon songe était rouge, en filigrane, mais j’ai su aussi y distinguer d’autres couleurs… des nuances plus subtiles et délicates d’assortiments diversifiés. Beaucoup de ces mélanges étaient très complexes, il s’agissait parfois même d’un tel assemblage de couleurs que je n’y percevais plus rien. Seulement des pigments de plus en plus sombres, des totalités devenant extrêmement obscures… Noires. Les Ténèbres…
    Je n’ai pas souvent distingué du blanc. Cette absence totale de couleurs n’a représenté qu’une infime partie de mon existence…

    C’était un rêve parfumé de jasmin, le seul et unique effluve dont je me souvienne toujours avoir senti l’odeur. Des senteurs douces et suaves, mais aussi des parfums ambigus et dérangeants se sont croisés ; des arômes fins et agréables ont côtoyé des fragrances dures et violentes, agressives et oppressantes, à la fois enivrantes et repoussantes… mais tellement exaltantes…
    J’ai eu beaucoup de mal à distinguer les contours de mon rêve. Je ne sais même pas s’il en avait… Il n’était pas toujours facile de le croire. Et de le vivre.

    Trop longtemps je me suis cru insensible à la peur, pensant que mes expériences suffisaient à me rendre fort, et que les émotions qui se déversaient dans mon esprit étaient sous ma tutelle. Mais je me suis rapidement aperçu que je ne pouvais contrôler que l’extériorisation de ces sensations… l’intérieur se noyait sous les vagues de mes émotions, s’engloutissant sous le raz-de-marée de ce que l’on ne peut expliquer qu’a travers ses yeux.
    Je pensais que tout était voué un jour à s’effacer définitivement, sans laisser aucune trace ni aucun stigmate. Mais on ne peut pas tout gommer, surtout quand on croit que tout s’emporte avec le temps.
    Rien ne disparaît, rien ne se crée non plus… tout évolue… . L’artiste qui conçoit une oeuvre, pense avoir crée quelque chose de totalement nouveau se trompe… Il a seulement fait évoluer sa pensée à quelque chose plus concret. Il a utilisé son génie pour aller puiser dans la noosphère, nuage immatériel qui flotte au dessus de nos têtes, les idées amoncelées des inconscients et des consciences des êtres vivants.
    Son génie consiste à faire évoluer l’idée ou le concept qu’il a puisé en quelque chose que l’on peut toucher, sentir, voir ou entendre, mais surtout que l’on peut ressentir ! Et qui touche aussi nos sens spirituels…
    L’esprit est ce que l’homme a de plus puissant en lui. Beaucoup trop de gens ne se rendent pas compte de cette puissance… d’autres, plus rares, ont quand même réussi à cultiver l’art d’utiliser cette énergie… Pour quels desseins ?

    J’ai cru tant de choses. J’ai cru trop de choses. Et je me suis très souvent trompé. Ai-je changé ? Non. J’ai évolué moi aussi…
    Car au fond, je suis toujours ce petit enfant de même pas dix années…
    J’étais tant de choses à la fois. Je suis encore toutes ces choses. Et je le serai toujours… même si parfois je l’ai oublié…

    Ma main tremble… les lettres que je dessine avec ma plume sont irrégulières… et… mes mains sont moites ! Ah !... Les mains moites ! … L’encre s’efface… sur le papier les lettres coulent…
    Tout petit j’avais continuellement les mains humide. Mes tuteurs pensaient que j’avais un problème ou même une maladie, et ils n’arrêtaient pas de chercher les hypothèses les plus farfelues sur ce si grand mystère.
    Et voilà que, peut après mon neuvième anniversaire, j’eus enfin la révélation des causes de ce problème. Le moine Erlan d’Arselles, qui étudiait les phénomènes biologiques des êtres humains, des elfes, des nains, et de nombreux autres peuples (il en étudiait plus d’une dizaine je crois bien…) était persuadé que mon « problème de moiteur » était du au fait, que dans ma famille, je devais avoir un parent éloigné… kobold !
    J’appris donc, avec stupeur et hébétude, que mon arrière grand père était sans doute l’un de ces petits humanoïdes couverts d’écailles sentant le chien mouillé et l’eau stagnante… et que ce parfum si délicat avait sans doute du séduire mon arrière grand-mère, qui avait du également tomber sous le charme de ses deux yeux rouges, de ses petites cornes blanches et de sa si séduisante queue de rat.
    Erlan d’Arselles avait étudié, parait-il, dans le Bois-Manteau, une communauté de kobolds. Je ne sais pas comment il avait réussi a les approcher (peut-être en imitant leurs jappements de chiens ?) mais il était allé assez près pour affirmer que les kobolds avaient continuellement les mains moites et qu’il suaient à longueur de journée.
    Je ne vous cache pas que la révélation de mes origines secrètes provoqua en moi de grands troubles existentiels…
    Erlan alla même en parler à mon père, Gorion. Ce dernier m’assura plus tard que le moine-biologiste était sans aucun doute un bon scientifique, mais qu’il n’avait rien compris de la psychologie des enfants. Même si je ne saisi pas tout ce que mon père voulu me dire au travers de cette phrase là, je savais que c’était un homme sage et je lui fis confiance sur ce sujet là, arrétant de me torturer avec les histoires de mes arrières grands parents…

    Quoi qu’il en soit, au début tout le monde rigolait de moi. Mais je voyais bien que en fait je les fascinais au plus haut point.
    J’étais devenu « Le petit-au-mains-mouillées » (qui est très rapidement devenu « mains-mouillées ». J’intriguais les gens et je dois avouer que j’étais assez fier de çelà ! J’étais content de ne pas être comme les autres et d’avoir le truc que personne n’avait. Je me souviens encore des moqueries de ma sœur, Imoen, quand elle me voyait écrire… ou quand elle me touchait la main...

    Il y avait un très vieux châtaigner qui poussait dans le parc de la bibliothèque ; en automne, ses marrons tombaient par dizaines dans le grand jardin. Sur une idée de ma petite sœur, nous nous mettions sous l’arbre, à attraper les marrons qui tombaient. Le premier qui en rattrapait cinq avant qu’ils ne touchent le sol avait gagné.

    « _Eh, mais on gagne quoi si on… gagne Lakynayw ?
    _Ben… on gagne…euh... le premier qui a les cinq marrons fera faire à l’autre tout ce qu’il veut… d’accord ?
    _Non, c’est toujours la même chose avec toi !! Pfff, t’as pas drôle toi ! Moi, j’te dis que si je gagne, on va jouer à qui-ne-nous-voie-pas dans l’auberge de Winthrop-Gros-Ventre. »

    La lutte était très serrée entre Imoen et moi : quatre marrons chacun, mais je crois que, grâce à ma maladresse, au nombre des égratignures, j’étais le vainqueur. Nous nous battions comme deux beaux diables, enchaînant les éclats de rire et les chutes spectaculaires, jusqu'à ce que je rattrape in-extrémis le fruit de ma victoire juste sous le nez d’Imoen.

    « Allez, non, t’as triché !! T’es qu’un vieux grouilleux malade ! Donne-le-moi, je l’avais ! »
    Elle se jeta sur ma main, me cisaillant le poignet avec ses ongles pour que je lâche ma prise. Nous roulions tous les deux par terre, l’un sur l’autre. J’étais un peu plus grand mais j’avais le plus grand mal à la contenir, elle était d’une rapidité et d’une souplesse très rares, se contorsionnant dans tous les sens pour arriver à attraper l’objet de sa convoitise. Je préférais lâcher prise devant tant de furie…


    « Beeurk !! Mais t’as les mains toutes mouillées ! »
    Elle fit la même tête que lorsque qu’elle goutta une chope de bière noire amère, « emprunté » à un des clients de Winthrop.

    « Beurk beurk beurk, c’est vraiment trop beurk, c’est tout gluant ! »
    Elle frottait ses petites menottes sur mes pantalons, à mon grand désarroi et malgré mes virulentes protestations ; puis elle me regardait quelques instants en faisant la moue… penchant la tête du côté droit… une étincelle malicieuse brillant dans ses deux petits yeux noisette… elle était en train de réfléchir. Elle avait toujours un air malicieux quand elle réfléchissait.
    « Tu devais être un poisson toi avant, et ben comme t’as plus d’eau, maintenant t’as les mains toutes mouillés ! »
    Je gardais mon calme, en prenant l’air le plus fier et hautain possible pour lui prouver que ses phrases ne m’atteignaient pas. Girla, un de mes tuteurs, aimait répéter ce proverbe des rôdeurs de Rashéménie : « si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger, attends un peu, et un jour ou l’autre, tu le verras une pomme tomber sur sa tête ». Je n’avais pas saisi exactement le sens profond de cette phrase, mais je savais à cet instant même que Girla avait raison.
    Je regardais pas Imoen. Je croisais les bras, lui tournais le dos, et je mis m’éloigner d’elle avec la démarche la plus suffisante possible. Elle détestait ça…

    « Allez, t’es pas drôle toi ! »
    Ca marchait à chaque fois…
    « T’es pas drôle et en plus, … t’es…vraiment pas normal ! »
    Elle courut se positionner devant moi, prenant son air le plus sérieux possible ; me fixant des ses deux petits yeux noisettes. Elle se mit les deux mains sur les hanches, ouvrit grand la bouche comme pour prendre son souffle avant de plonger sous l’eau puis… elle partit ensuite dans un fabuleux éclat de rire… me rabrouant par des petites moqueries et de légers coups sur l’épaule…
    « Allez, fais pas cette tête… …S’pèce de vieux poisson !


    Imoen… de toute ma vie je crois que ma première rencontre avec cet ange est l’une des rares choses dont je me souvienne chaque instant, chaque moment…
    Je n’avais même pas dix ans. J’étais aussi grand qu’une petite-personne. Je ne me souviens pas quel jour il était, ni même quel moment de la journée. Je ne me souviens que d’elle.
    Il pleuvait abondamment sur Château-Suif. Un gros orage déversait son eau et toute sa fureur sur la citadelle. Ce haut lieu de la connaissance était sans cesse l’attaque incessante des caprices de Dame Nature qui déchaînait les fureurs de ses amants, l’Océan et le Ciel, sur la forteresse. La presqu’île était habituée à ce genre de bourrasques, assez fréquentes, surtout en été, là ou la chaleur était la plus propice aux duels amoureux entre les deux prétendants.
    Du haut de la fenêtre de ma chambre je regardais les immenses vagues qui s’abattaient avec une force inouïe sur les roches en bas des murs de l’enceinte. Les mains collées au carreau, je restais fasciné par le fantastique spectacle qui s’offrait à mes yeux.
    Des éclairs zébraient le ciel, suivis par le bruit sourd du tonnerre. Des nuages, de plus en plus gris et sombres, presque noirs, s’amoncelaient au dessus de la forteresse. Le vent souffalit par raffales, s’engouffrant dans la moindre petite ouverture en hurlant. J’adorais les orages autant que Gorion pouvait les détester. Il m’interdisait toujours de sortir quand le ciel montrait son amour pour la Nature au monde entier. Il avait peur, une peur panique des orages. Moi j’aurais pu sortir dehors et courir sous entre les gouttes, tourner comme un fou au dessus des éclairs et…

    « Lyka !! Eloigne-toi de la fenêtre !! … Tout de suite ! »
    Les cris de Gorion me firent sursauter, j’étais comme tiré en sursaut d’un beau rêve… Il venait d’apparaître dans l’encablure de la porte, totalement affolé de me voir ainsi omnibulé par l’orage.
    « _Mais, fais vite… Vite, vite !! Sors de là et ferme les rideaux ! Dépêche-toi ! Tu ne te rends pas compte !!
    _ Mais, il n’y a pas de danger papa, la fenêtre est fermée…
    _ Fais-ce que je te dis !! me coupa t’il. »
    Sa frayeur pour les orages était la seule chose au monde qui le rendait presque agressif. Il m’avait déjà brusquement poussé de ma contemplation, et tiré les rideaux avant même que j’ai eu le temps de finir de protester… Je restais un moment planté là, à le regarder s’affoler parce que le rideau coinçait un peu… Il tira de toutes ses forces déchirant un petit morceau d’étoffe en haut… mais il était enfin arrivé à son but. Le rideau était fermé.
    Puis, soulagé, il se tourna vers moi avec un air désolé.
    « Excuse-moi mon petit… les orages me rendent vraiment nerveux. »

    Je m’étais assis sur un coin de mon lit. Au dehors, l’orage redoublait de violence et les gouttes de pluie se faisaient de plus en plus fortes sur le carreau, tintant comme des milliers de perles qui s’effilochaient sans cesse d’un collier infinnissable.
    Je ne comprenais pas pourquoi il m’interdisait de regarder l’orage. Lui en avait peur. Pas moi. Devais-je partager ses frayeurs ? Ou alors, il était simplement jaloux de ne pas arriver à modifier ses sentiments vis-à-vis de l’orage ? Les questions se bousculaient dans ma petite tête de dix années, comme à chaque fois qu’un sujet m’intriguait.
    Je finis rapidement par conclure que Gorion voulait simplement me protéger parce qu’il pensait que l’orage était dangereux pour lui, donc dangereux pour moi. Il m’aimait et c’était une de ses manières de me le montrer. Sans doute…

    Mon père marmonna quelque chose d’incompréhensible, tout en jetant un dernier coup d’oeil craintif au travers des rideaux, les écartant légèrement avec deux doigts tremblants…Un coup de tonnerre le fit légèrement sursauter, réveillant l’espace d’un instant la panique dans son regard.
    Il se retourna prestement en fermant le rideau, puis il s’appuya sur le mur, leva les yeux au plafond et souffla… expulsant un peu le trouble qui l’habitait hors de son corps…
    Ses mains ne pouvaient contenir des spasmes nerveux... Dehors l’orage redoublait de violence, multipliant les coups de tonnerre et les cris d’amour désespérés en faveur de la Nature. L’Océan n’était pas en reste, ses vagues atteignaient des hauteurs démesurément grandes, s’écrasant avec furie sur les récifs, puis expulsant leur passion en de fabuleuses gerbes d’écumes…

    Gorion resta un court instant ainsi appuyé sur le mur, essayant de retrouver ce calme qui ne le quittait habituellement jamais.
    Cela faisait une dizaine d’années qu’il m’élevait. Tout seul. Ce n’était pas mon père biologique, mais je le considérais tel que. Il ne m’avait jamais caché cela, et je lui en étais fort reconnaissant, m’épargnant par le futur de douloureuses « révélations ».






    Memoires de Lykaïwyn Artemis – 1ère période

  24. #54
    Silk Invités
    Ce nom me plaît déjà beaucoup plus, le texte aussi. Surtout l'abrévation lyka, ça lui donne une vie. Il y encore de nombreuses fautes de styles... Tu veux que je te donne celle que j'ai vues ? Sinon, chapeau, ça se bonnifie

  25. #55
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages
    67
    Oui bien sur je voudrais que me dises toutes les fautes de style que tu as repérées, je sais qu'elles sont encore très nombreuses j'imagine... ce n'est encore qu'une ébauche, certes plus élaborée que la précédente, mais il y a encore énormément de travail à faire...

    PS : Surtout ne vous privez pas de me critiquer au maximum (si c'est constructif bien entendu ) ; si je poste ce que j'écris c'est dans le but de progresser avec tous les avis différents que vous pourrez me donner

  26. #56
    Silk Invités
    J'ai essayé de corriger mais je me rend compte que d'une c'est trop difficile sur un texte qui ne m'appartient pas, et de deux c'est très désagréavle pour l'auteur. Je vais faire mes commentaires ici :

    - Des maladroitesse, beaucoup de maladroitesse dans le texte, un peu partout...
    Quand tu relis ton texte, détecte le moindre passage qui sonne un peu faux et change-le. Si tu ne trouve rien de mieux, demande moi.

    - La traînée rouge particulièrement gagnerait à être modifiée. Son nom surtout, l'image manque un peu de forme alors que le fond est beau, mais aussi des maladroitesse liées à son utilisation.

    - Tu as fait une très jolie métaphore avec l'édifice de ta vie, mais tu ne l'exploites pas bien. C'est dommage, parce que c'est très joli. Par exemple, le terme pyramide convient très mal, puisqu'on ne peut pas faire plus stable qu'un pyramide. Même si l'idée d'empilement y est

    - "J’ai usé d’artifices pour avoir l’impression d’être droit. Je me suis trompé. Ce n’était qu’illusion… éphémère… qui recouvre un temps ce que l’on veut cacher. Ma vie est un rêve, toutes nos vies sont des rêves, des rêves de couleurs indéfinies, de différents parfums… des symbioses d’émotions et de sensations, des fusions d’étoiles et de larmes… Les rêves ne demandent qu’une seule chose de nous : que l’on y croit. Seulement ça. Ne pas y croire, c’est tomber dans l’illusion, et croire que tout est acquis, ou que rien n’évoluera. Non, non, nos vies ne sont pas des illusions. Elles sont des rêves, les choses les plus authentiques en nous." ça c'est très bien, il faut le retravailler, tu n'as pas encore 1% de la substance finale, comme quand tu commences à travailler un rôle au théâtre. Mais il y a de l'idée. Il faut creuser encore ce passage, enlever les phrases maladroites, c'est de la prose poèique, ça doit se sentir dans chacune des phrases. Sinon c'est très très bien, c'est sagement dosé avec les passages plus réalistes qui suivent.

    - "Mon rêve était rouge le plus souvent, mais j’ai su aussi y voir d’autres couleurs… il était parfumé de jasmin, et c’est la seule. Il n’était pas toujours facile de le croire. Et de le vivre…" J'enlèverais les trois petits points à la fin. Sinon, les deux dernières phrases sont parfaites pour l'instant. Le début est encore une jolie métaphore, mais il faut la retravailler, elle est trop maladroite pour l'instant.

    -"Trop longtemps j’ai cru que j’étais insensible à la peur. Je me trompais. Trop longtemps j’ai pensé que la douleur n’était qu’une illusion. Je me trompais là aussi. Trop longtemps j’ai cru que tout doit disparaître un jour. Rien ne disparaît, tout comme rien ne se crée… tout évolue… Même l’artiste qui conçoit une oeuvre quelle qu’elle soit, pense avoir crée quelque chose de totalement nouveau se trompe… Il a seulement fait évoluer sa pensée à quelque chose plus « concret », mais le génie des artistes réside justement dans ce fait là… et de faire évoluer ce qu’ils ont crée en de nouveaux sentiments chez ceux qui veront, liront toucheront ou ressentiront son travail…" Un peu trop concret sur la fin, sinon c'est très maldroit au début, mais il y a de l'idée. Ne supprimme rien. Modifie. (d'ailleurs )

    -"J’ai cru tant de choses. J’ai cru trop de choses. Et je me suis très souvent trompé. Ai-je changé ? Non. J’ai évolué moi aussi…
    Car au fond de moi je suis toujours ce petit enfant, cet adorable gamin de même pas dix années… ce garçon qui avait les mains moites dès qu’il était anxieux, ce bambin qui rougissait à la moindre courte remarque et qui faisait la fierté de ses tuteurs, cet élève studieux qui nourrissait un très fort intérêt pour la magie, les légendes et tout ce qui sortait de l’ordinaire. J’étais tant de choses à la fois. Je suis encore toutes ces choses. Et je le serai toujours… même si parfois je l’ai oublié…"

    - "J’ai cru tant de choses. J’ai cru trop de choses. Et je me suis très souvent trompé. Ai-je changé ? Non. J’ai évolué moi aussi…
    Car au fond de moi je suis toujours ce petit enfant, cet adorable gamin de même pas dix années… ce garçon qui avait les mains moites dès qu’il était anxieux, ce bambin qui rougissait à la moindre courte remarque et qui faisait la fierté de ses tuteurs, cet élève studieux qui nourrissait un très fort intérêt pour la magie, les légendes et tout ce qui sortait de l’ordinaire. J’étais tant de choses à la fois. Je suis encore toutes ces choses. Et je le serai toujours… même si parfois je l’ai oublié… " Essaye quand même de ne pas trop insister sur la vie passée... Tu vas faire pleurer les joueurs de BG... Au milieu du bouquin, il faut qu'on ne sente plus le narrateur. C'est aussi horrible que la fin des royaumes du Nord, là... Tous les rêves qui se cassent. Sinon, la deuxième partie est nettement mieux écrite que le reste du texte, il faut encore la retravailler, mais c'est beaucoup mieux. Tu travailles mieux à l'imparfait, apparemment

    - La description d'imoën manque d'innocence... A técouter, les grimaces son horribles... Il faut vraiment retravailler ça. Le "beurk, t'as les mains moites" est adorable, et prouve qu'elle a un bon vocabulaire :rigoler:

    - Pour le reste, il n'y a pas garnd chose à dire, toujours de maladroitesse de ci de là. Mis à part ça, tu peux faire mieux au niveau des phrases, rendre le tout plus poétique, plus enfantin ou plus noir si tu le désires, mais là je ne peux pas t'aider... Il n'y a que la partie au présent que je puisse critiquer avec cohérence. Pour la narration, ce serait trop difficile. Mais si tu veux le moindre conseil sur telm ou tel point, je serais là

    edit// et bien sur, poste vite la suite.

  27. #57
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages
    67
    Et bien je te remercie beaucoup sur tes commentaires très très enrichissants
    Je suis en train de tout corriger et de relire encore une fois ce passage qui comporte beaucoup de maladresses oui, j'en avais repéré quelques unes, mais tu m'en a montré d'autres sous des angles que je n'avais pas vus (notamment celle de la pyramide). Il faut surtout que je me concentre sur Imoen et sa description, mais je ne veux pas en faire trop non plus sur ce passage parce que dans la suite de directe de l'histoire, Lykaïwyn, le narrateur donc va rencontrer Imoen pour la première fois. C'est le fait de raconter une anecdote sur elle qui va lui faire raconter leur rencontre et les moments qui la précèdent (l'orage et ce qui va suivre, que je vais essayer de poster bientôt).

    "rendre le tout plus poétique, plus enfantin ou plus noir si tu le désires" en fait, je pense qu'il faut arriver à accentuer les passages poétiques, enfantins et noirs, car noir, le fond de l'histoire l'est totalement et celà, je pense qu'il faut le sentir dès le début des Mémoires ; mais l'aspect poétique, qui fait totalement partie de l'esprit de Lyka est omniprésent du début à la fin du texte, des moments seront totalement poétiques, d'autres terriblement noirs, mais surtout, malgré tous ces passages sombres qu'il y aura, en contrepartie, l'aspect enfantin ne dispaitra jamais, tout au long du roman, même s'il est sur qu'il sera beaucoup plus présent dans les premiers chapitres.

    Voilà, je poste aussi un essai de texte que j'ai fait sur la façon d'écrire les rêves du narrateur :

    Une paupière… puis l’autre.
    Un battement de cils.
    J’ouvre les yeux.

    Le noir complet. Rien. Le vide. Le néant. L’infini ?


    Beaucoup trop de choses se bousculent dans ma tête...et puis j’ai mal… oh, j’ai si mal… partout… cette douleur qui me ronge… me torture……… me mange… de l’intérieur…


    Il fait froid.
    Je suis debout.
    Pieds nus.

    Le sol semble fait de marbre… je ne sais pas trop… je n’y vois rien… rien du tout….

    Mais qu’est-ce qui m’arrive ?? Et suis-je ?
    Et pourquoi j’ai si mal…

    Un long cri s’échappe de ma gorge.
    Puissant… Grave……. Monstreux…….. Désespéré…… il semble se perdre dans les ténèbres, cherchant un chemin vers… ou ?
    Il veut s’enfuir.
    Il ne peut pas.
    Il est enfermé.
    Confiné…
    Et il revient vers moi… sombre écho de mes propres angoisses… il résonne… partout dans mon corps…. s’insinuant dans chaque partie de moi-même…
    Ma peau. Ma chair. Mes os. Mon esprit. Mon âme… et même ce qu’il y a au-delà…

    Depuis combien de temps suis-je ici ?
    Je ne sais pas.
    Je ne veux pas savoir.
    Rien.
    Noir.
    Douleur.
    Peur… non… pas la peur…
    Je me sens bien ici… c’est bizarre…

    Je me sens bien…

    Noir.
    Néant.
    Douleur.

    Je me sens si bien…

    Noir… Rouge……Noir…. Rouge…

  28. #58
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages
    67
    Les assez nombreuses corrections et arrangements du début du prologue que j'ai posté du roman avançent assez bien, je pense que je pourrai le mettre à jour ce soir ; la suite avance aussi...

    Je voulais surtout faire un annonce : voilà, je souhaitais construire un site internet tournant autour de l'histoire des enfants de bhaal, et plus précisémment de ce que j'écris, et j'aurais aimé savoir s'il y avait des personnes intérréssées pour s'associer à ce projet et m'aider eventuellement dans mon écriture sur l'histoire et mes recherches parallèles sur l'univers dont je m'appercois jour àprès jour de l'ampleur très très grande du projet. Je précise bien que ce ne sera pas un site sur le jeu baldur's gate en lui-même.
    Ne m'y connaissant pas trop en "création de sites", et en graphismes, je voulais faire appel à vous, membres de la couronne de cuivre pour savoir s'il y avait des personnes motivées et prettes à consacrer pas mal de temps à ce projet...

  29. #59
    Silk Invités
    Et bien les site des Mains Noires héberge ce type de projet Ce serait avec plaisir.

  30. #60
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages
    67


    ... a vrai dire je ne connais pas le site... :blush:

Page 2 sur 3 PremièrePremière 123 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Premier Roman] Baldur's Gate
    Par Smidge dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 42
    Dernier message: 26/08/2008, 14h18
  2. [RFA] Phaenomen
    Par Auregann dans le forum Le cabinet littéraire et B.D.
    Réponses: 0
    Dernier message: 19/05/2007, 14h02
  3. [R] La vie est un arc en ciel
    Par Lies dans le forum Le cabinet littéraire et B.D.
    Réponses: 0
    Dernier message: 10/05/2007, 15h52
  4. Avancement du roman
    Par Mekren le maudit dans le forum Les neiges des Darkanisses
    Réponses: 10
    Dernier message: 19/04/2007, 12h08
  5. [essai de roman] Envolé
    Par Kaedyuma dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 3
    Dernier message: 31/05/2005, 22h09

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231