C'est d'abord l'histoire d'une famille dans un pays qui n'est jamais nommé : le Chili. Les Del Valle s'apprêtent à célébrer les noces de leur fille aînée avec le fils d'un grand propriétaire terrien : Esteban Trueba. Le jeune homme d'un caractère irascible a tout ce qu'il veut. Tout … Jusqu'au jour où sa promise décède empoisonnée à l'arsenic à cause d'une bouteille que l'on destinait à son père. Esteban de dépit s'isole dans une exploitation agricole laissée à l'abandon et la fait fructifier. Du coté des Del Valle, Clara, la sœur de la morte décide de ne plus jamais parler. Il faut dire qu'elle est assez fantasque et qu'elle a d'étranges pouvoirs : jouer du Chopin le couvercle du piano fermé, faire bouger les salières en les regardant et surtout … discuter avec les esprit. Neuf ans plus tard, la jeune femme ouvre la bouche pour annoncer qu'elle va se marier. Et le prétendant (qui ne le sait pas encore lui-même) n'est autre qu'Esteban Trueba.

Ainsi commence la maison aux esprits. De générations en générations, la famille Trueba est bousculée par les évolutions sociales et les grands bouleversements politiques comme un putch ressemblant étrangement à celui de Pinochet. Des destins se mêlent et se démêlent.
L'écriture est douce amère autant pour décrire les événements les plus drôles que les plus tragiques. Un climat fantastique plane sur l'œuvre. C'est ce qu'on appelle le réalisme magique propre à la littérature d'Amérique latine. Après Gabriel Garcia Marquez et ses "Cent ans de solitude", on surnomme le roman d'Isabel Allende "80 ans de solitude".