Voilà une série réjouissante que j'ai découvert récemment.

Le mariage du policier et de la fantasy a donné les résultats les plus divers : depuis le médiocre Thraxas jusqu'à l'explosion baroque des Ombres d'Abymes de Gaborit, en passant par la très plaisante trilogie uchronique de Wieldstadt de Pierre Pevel.
Ici, l'auteur nous campe un univers classique, empli d'elfes, de gnomes, de vampires et autres races sorties directement du bestiaire d'ADD, tout en retravaillant subtilement chacune de ces créatures bien connues pour les éloigner des clichés qui les accompagnent (à ce sujet, la description des troupeaux de licornes est un passage jouissif pour tous ceux qui en ont marre de la noble et douce créature qui ne peut être touchée que par une vierge)
Garett est donc un détective privé, dans le sens le plus classique du terme : cynique et blasé au possible, avec quelques bouteilles d'alcool planquées dans le bureau, mais néanmoins singulièrement efficace et intuitif. Bref, dans la tradition Boggart, en louchant quand même sur Mike Hammer. Il est accompagné (entre autres) de Morley, redoutable combattant elfe, souvent criblés de dettes, et végétarien militant.
Je n'ai lu pour l'instant que le premier tome (La Belle aux Bleus d'Argent), contant une histoire de recherche d'héritage à laquelle se mêlent très vite des questions d'héritage puis de rituels bien plus sombre. L'intrigue est bien mené. L'écriture, précise et incisive, rappellera aux connaisseurs de l'auteur celle de la Compagnie Noire. Le ton est joyeusement cynique, le personnage n'ayant que bien peu de sens moral (en-dehors d'une certaine fidélité envers ses amis et ses contrats).
En bref, une excellente lecture pour se détendre, mais dont il ne faut pas non plus attendre des miracles : c'est comme du Sacha Guitry, on y prend énormément plaisir sur le coup, et puis on oublie très vite ce dont il s'agissait.

Deux tomes sont parus pour l'instant en français (il en existe une bonne dizaine dans la langue de Shakespeare) : La belle aux bleus d'argent, et Coeur d'or à l'amer, à l'Atalante.