Page 1 sur 8 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 234

Discussion: [Lieu-dit] Les ruelles des Bas Quartiers

  1. #1
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    974

    [Lieu-dit] Les ruelles des Bas Quartiers

    La ténébreuse ville de Melandis étend son noir manteau sur bien des lieues. Mais il est des endroits plus sombres que d’autres... Où l’infamie et la corruption règnent en maîtres absolus.

    Les Bas-Quartiers en sont la preuve, une nuée de brigands, voleurs, coupes-jarrets et autres malfrats y abondent. Les sinistres marchands ambulants véreux des alentours ne manqueront pas une occasion de distraire l’imprudent voyageur pendant qu’un complice lui vole sa bourse, voir sa vie… Triste paradoxe pour un quartier qui fut autrefois bourgeois. Il faut dire que les autorités Melandiennes n’ont pas levé le petit doigt pour maintenir les rues dans un semblant de propreté, même certains Melandiens ce seraient plaint des émanations nauséeuses provenant de l’âme même du district, ils se sont cois dans la sépulture.

    A regarder de loin, le quartier apparaît comme l’ignoble toile en déchéance d’une gargantuesque araignée. De noirs filets de fumées s’élèvent dans le ciel, s’échappant de quelque incendie ou feu de rue. A mesure que l’on s’approche du quartier, le décor s’assombrit et l’atmosphère s’alourdit de l’odeur des quelques corps en putréfaction des clochards qui n'ont pas encore été découverts par les charognard ou les nécromanciens ou pire…

    A l’intérieur du quartier, tout se confirme, les bâtisses semblent corrompues jusqu’à la première brique, leurs toits déchiquetés s’élèvant dans le ciel brumeux évoquent d'effrayantes silouhettes aussi noires que l'ébène. Les affreux grincements du bois vermoulu de certaines constructions accompagnent chaque pas du voyageur, d’ailleurs il n’est pas rare qu’un bâtiment s’effondre sur lui-même dans un fracas abominable, provoquant dans la plupart des cas une hécatombe. La taverne des Bas-Quartiers semble être le lieu le plus sûr de cet ignoble amassis de pourriture et de décrépitude.

    Quelques rues principales, « La Tête Eclatée », « La Main Tranchée » etc., circulent à travers le quartier, malgré les nombreux coupe-bourses, les altercations se finissent rarement par la mort du visiteur. Ces rues sont faites de pavés, et justes assez larges pour laisser passer les fiacres des riches se risquant dans le quartier. Une multitude de brigands et de gredins sont agglutinés contre les façades des bâtiments, une pléthore de déchets aussi bien organiques que matériels jonchent le sol crasseux. Sans parler des piles d’ordures s’élevant au gré des chemins, glauques monolithes exhalant d’immondes fumets de putréfaction. Il arrive aussi parfois de trouver un être pendu à un gibet de fortune, se balançant lugubrement au gré du vent, les lèvres figées dans une dernière tentative d’appel à l’aide, des clans de fanatiques se font la guerre dans cette enfer éternel. Cependant, ceci est bien peu comparé aux ruelles…

    Les ruelles et autres minuscules chemins serpentant entre les opprimantes façades des bâtisses sont le paradis des clochards violents et des brigands. Toute personne censée ne s’aventurera jamais de son bon vouloir dans le sinueux dédalle des allées. Un coup de poignard est si vite parti, une âme s’est si vite enfuie de son enveloppe charnelle.... Mais bon nombre de voyageurs un peu trop sûrs d’eux finissent par se perdre dans ce labyrinthe cauchemardesque, errant jusqu’à la fin, une dernière étincelle d’espoir brillant dans leurs pupilles reflétant l’immonde visage de l’agresseur en train de les égorger. Tout ça pour une misérable poignée de pièces d’or dans la plupart des cas.

    Dernièrement, une affreuse épidémie est apparue dans les ruelles, créant son cercle endémique à travers ce sinistre réseau. La peau des mendiants affectés s’est mise à gonfler, à se craqueler tout en suintant un liquide verdâtre, puis elle a virée au noir avant de se détacher… Des lambeaux d’épidermes noircis jonchaient les chemins. Il a fallu faire appel à une massive campagne pyrotechnique pour enrayer la putréfaction qui s’étendant vers les quartiers riches.




    [HRP : Il s’agit d’un lieu à but uniquement rp. Dans lequel il est possible lors de quêtes de mettre en scène divers événements ayant trait à ce genre d’endroit miséreux. Bon rp à tous.]

  2. #2
    Thanatos Invités
    Thanatos s'engouffra dans les ruelles sombres.
    Il avançait petit à petit, jetant des regards aux clochards et autres brigands de tout âge.
    L'aura de Thanatos flamboyait dans les ruelles de faite que personne n'osait s'approcher de lui.

    Thanatos avançait à petit pas dans les sombre ruelles à la recherche d'un indice pouvant lui montré où se cachait son ancien ami...

    Les ruelles se faisaient de plus en plus sombre autour de Thanatos. Thanatos les mains crispées sur le lettre qu'il tenait, avançait plus rapidement, observant de plus en plus tous les petits clochards qui regardaient son armure brillé avec envie.

    Soudain Thanatos entendu un hurlement de peur derrière lui, et un nain partait en courant une dague tombant de sa petite main sale.
    Thanatos augmenta la force de son aura.

    Plus Thanatos regardait autour de lui plus il lui semblait que les ruelles se rétrécissaient sur lui. Un sentiment de crainte s'empara de lui.
    Il n'avait encor jamais parcouru des ruelles aussi sombres et entremêlés.
    Un autre hurlement se fit entendre derrière Thanatos. La crainte s'intensifia...

    Thanatos passa le tournant d'une ruelle et aperçu au loin un groupe d'individu qui avait l'air de dirigé se quartier. Baissant son aura, Thanatos s'avança vers eux.
    Il leurs demanda d'une voix calme

    Avez vous vu un paladin dans les environs?
    Les interlocuteurs parurent surprit par question. Ils sortirent leurs dagues et répondirent:
    Un paladin? Dans ses ruelles? Tu rêves mon pote!
    Tous les brigands se levèrent ensemble, montrant leurs dagues au paladin déchu.
    Par contre toi, mon pote, t'as l'air d'avoir une joli bourse pour nous. Donne la ou on te tue!
    Thanatos ne fus pas surpris par cette réponse. Il augmenta la force de son aura, et tous les brigands partirent en courant lâchant leurs dagues, excepté le chef.
    Vous êtes plus résistant à la peur que vos amis. Très bien. Je ne compte pas me fatiguer en utilisant plus de pouvoir que ça.
    Thanatos sortit sa longue épée de son foureau. Le brigand trembla violemment en voyant cette lame, bien plus longue que la sienne. Il ne devait pas avoir l'habitude de voir d'épée longue dans les environs.
    Thanatos pencha lentement la lame vers son adversaire, et celui ci perdit tout courage. Il poussa un hurlement et partit en sens inverse du paladin déchu en courant.
    Thanatos continua sa route. Arrêtant de parle aux personnes, puisque cella ne servait a rien.

    Thanatos tourna à un autre carrefour et il entendit derrière lui quelqu'un disant

    Thanatos Le Destructeur? C'est bien vous, pas vrai?
    Thanatos se retourna, et un homme de grande taille vêtu d'une cape déchire, une armure de cuire bouillis sous sa cape apparut devant lui.
    Thanatos se dis qu'il y avait quelque chose de pas normal. Aucune personne n’était vêtue comme ça dans les environs.
    Il répondu cependant.

    Qui le demande?
    Le ton de juge que Thanatos employa le trahi.
    L'homme se précipita sur Thanatos pour lui infliger un énorme coup d'épée. Thanatos eu juste le temps d'intensifie son aura pour que l'homme fut déstabilisé. La lame ripa sur l'armure du paladin et quand celui ci pris son épée pour arrête l'homme, il avait déjà pris la fuite.

    Thanatos ne partit pas à la poursuite de son agresseur, ça ne servirait à rien. Résigné il se retourna pour reprendre sa route. Il fit quelque pas et entendu une voix familière derrière lui qui l'appelait.
    Il se retourna et aperçu Aenarion qui tenait son agresseur, sa lame sous sa gorge pour pas qu’il bouge.


  3. #3
    Aenarion Invités
    Aenarion qui tenait l'agresseur du Paladin déchu vit ce dernier s'approcher de lui. Ils se trouvèrent tous les trois dans une sombre ruelle. Ils étaient coincé, Aenarion qui tenait toujours l'homme contre lui avec sa dague sous la gorge, poussa l'agresseur de Thanatos par terre et lui demanda:

    - Pourquoi as-tu voulu tuer Thanatos?
    - C'est ma mission ! répondit l'homme avec un sourire satanique
    - Qui vous envoie?
    - Vous ne saurez rien de plus de ma part...
    - Je n'en suis pas aussi sur.

    Aenarion sortit son stylet et le planta dans la rotule de l'homme. Ce dernier ce mit à crier de douleur en se tenant le genou.

    - Voulez-vous toujours jouer à la carpe ou préférez vous parler comme un être civiliser et répondre à mes question.
    - Je ne dirais rien. Dit l'homme têtu
    - Alors je vais faire la même chose à l'autre genou...

    Le Talosien ressortit son stylet et la l'homme dit:

    - Vous avez gagnez je répondrais à toutes vos questions mais rangez ce truc.
    - D'accord répondit Aenarion

    Il rangea son stylait et répéta sa deuxième question:

    - Qui vous envoie?
    - Un paladin..
    - son nom!!!
    - Je ne le connais pas. répondu l'homme

    Aenarion ressortit son stylet

    -je ne le connais vraiment pas, je le jure
    - je crois qu'il dit la vérité dit Thanatos
    - Oui tu as raison. Alors ou peut on le trouver ton paladin?
    -Il habite une ruine près de la ville.
    - Où exactement?
    - Je ne peu pas vous expliquer, il faudrait que je vous y emmène mais avec ma jambe ce sera impossible...
    - Alors faites nous un plan!

    L'homme sortit un parchemin de sa ceinture, le regarda et la donna à Anearion qui le regarda avant de répondre

    - Qui vous l'a donné?
    - C'est le paladin qui me l'a donné quand il m'as proposer cette mission.
    - Vous aller rester bien sagement ici et ne rien dire et personne sinon on vous tuera dans d'affreuses souffrances

    Aenarion se tourna vers Thanatos qui ne quittais pas son agresseur des yeux et dit :

    - Il faut aller chez ce Paladin.
    - Oui, et plus vite nous partirons plus vite nous nous débarrasserons de cet être pressé de me tuer.

  4. #4
    Thanatos Invités
    Thanatos sortit sa lame et trancha la gorge de l'homme.
    Le sang coula a flot de la large fente dans la gorge du pauvre mercenaire et tous les clochards qui assistèrent à la scène s'enfuirent en courant.
    Aenarion lança un regard interrogatif à Thanatos, qui essuyait le sang sur sa lame avec le revers de sa main, faisant attention à ne pas se couper.
    Il se tourna vers Aenarion en rangeant sa lame dans son fourreau

    Cette homme nous a appris tout se que nous voulons, de plus il a eu l'audasse de s'attaquer à moi! Cette affront ne pouvait rester impuni!
    Thanatos arracha le parchemin de la main sans vie de son agresseur, le regarda et le glissa dans sa ceinture.
    Il se tourna ensuite vers Aenarion et lui dis d'une voix emplie de haine.

    Depechons nous Aenarion! Cet homme nous a été très précieux. Allons visité les alentour de Melandis!

    Sur ce Thanatos et Aenarion retraversèrent les ruelles sombre et sinueuse des bas quartiers, attirant les regards des clochards qui s'étonnaient d'entendre le cliquetis des armures à chacun des pas rapides des deux Talosiens.

    Une fois devant le magasin de Aenarion, Thanatos se rendis compte qu'il avait le coeur qui battait à tout rompre. Il était content de pouvoir enfin sortir de ses ruelles corrompues ou ne résidait que la loi du plus fort.
    Thanatos regarda Aenarion et lui dis.

    Si tu as besoins de quelque chose, prend le. Nous nous rejoignons dans une heure à l'extérieur de la ville. Il faut que j'aille cherche la cape que j'ai laissé dans ma boutique.
    Thanatos partit en direction des quartiers bourgeois avec une grande enjambée, laissant seul Aenarion devant sa boutique.

  5. #5
    Aenarion Invités
    ChÂô$ et Aenarion sortirent de la taverne où ils venaient de réparé les dégâts qu’ils avaient causé hier soir. Ils s’avancèrent dans les ruelles des bas quartiers. Après s’être éloigné de la taverne qu’ils venaient de remettre en état, Aenarion sortit quelque chose de sa poche et dit :

    - Regarde ce que je viens de m’acheter.

    Il sortit alors de sa poche une magnifique amulette. Il la montra à ChÂô$ qui la regarda les yeux grand ouvert avec un petit étonnement dans le regard. Aenarion ajouta :

    - Elle rend invisible son porteur lorsqu’il l’a à son cou !

    ChÂô$ resta bouche bée en regardant l’amulette. Il la regarda dans tous les sens et se demanda comment Aenarion avait fait pour en obtenir une. Aenarion saisit l’amulette de main de l’autre Talosien et la mit autour de son coup musclé. Il disparu aussitôt laissant le chevaucheur du chaos seul au yeux des autre clochard et brigand du quartier. ChÂô$ regarda dans tous les sens et dit :

    - Aenarion… enlève ça tout de suite !

    Puis il se tourna et vit qu’un groupe de brigand s’approchais de lui pour l’attaquer. Ils étaient armé jusqu’aux dent de dagues, cimetières etc… Lorsque qu’un des brigands fut plus qu’à deux mètre de ChÂô$, son cimetière tomba sur le sol et tout le groupe s’enfuit à grande enjambées à travers les ruelles sombre. Après cette courte mais efficace démonstration, Aenarion réapparut dans le dos de ChÂô$ qui fut soulagé de le revoir. Il tenait l’amulette dans sa main en disant d’un air fière :

    - Quelle belle acquisition tout de même. Je ne regrette pas de l’avoir achetée, surtout qu’elle peut s’avéré très utile dans certaines situa…

    Il fut coupé dans son élan par un petit voleur de rues qui venait de lui dérober son amulette. Il avait environ 13 ans et était vêtu d’habits déchirés et sals comme la majorité des habitants de ces quartiers de Mélandis. Les deux Talosiens prirent sa poursuite pour rattraper la magnifique amulette d’invisibilité d’Aenarion. Après quelques secondes de course à travers les quartiers malfamés le chevaucheur du chaos réussi à le saisir par le col de sa patte qui lui servait d’habit. A ce moment là, un autre petit voyou sortit de la ruelle, il devait être âgé entre 15-16 ans et était habillé comme l’autre. Le voleur qui n’avait plus aucune chance de se débattre lui lança l’objet puis le regarda partir en possession de son butin…

  6. #6
    Chaos Invités
    Chaos lanca le gamin a Aenarion qui le rattrapa d'une main. Le chevaucheur du chaos partit a la poursuite de l'autre qui s'était déjà faufilé dans les ruelles sombres. La poursuite continua dans les rues délabrés sous l'oeil intérrogateur des manants et brigants. A lors que Chaos commenca a rattraper le gamin, celui ci se faufila dans une maison en ruine, Chaos entra a l'intérieur et renversa un manant qui était completement soul. il vit le gamin sortire par une brèche du mur, Chaos sortit de la maison et tomba dans une autre ruelle, il entendit le voyou partir et recommenca a courir dans sa direction.
    Au bout d'un long moment de poursuite ils arrivèrent dans une impasse et se retrouva en face du gamin qui commenca a avoir peur lorsque Chaos sortit son épée. A u moment ou le Chevaucheur du Chaos allait le prendre, il disparut de ses yeux. Dans un réflexe, il frappa et toucha le voyou dans le ventre qui s'écrasa sur le sol dans un gémissement de douleur. Chaos le prit et lui enleva l'amulette de ses mains et la mit dans une de ses bourses.

    Maintenant il va falloir retrouver Aenarion dans se dédale de ruelles.

    Chaos connaissait un peu ce quartier et prit une rue et arriva sur une place et vit au loin Aenarion arrivé avec l'autre gamin.

  7. #7
    Aenarion Invités
    Aenarion arriva à côté de Chaos avec le premier brigand. IL regarda Chaos mais ne vit pas l'amulette, tout paniqué il demanda alors:

    - Où est l'amulette?

    Chaos mit sa main sur sa bourse pour faire comprendre à Aenarion qu'elle n'était pas perdue. Puis il se tourna vers le petit voyou qu'Aenarion tenait solidement de la main droite et lui demanda d'un ton sec:

    - Pourquoi as-tu volé cette amulette?

    Le petit baissa la tête mais ne donna aucune réponse. Aenarion se tourna alors vers le deuxième et posa la même question et obtenu la même réponse. Le sénateur dit avec un air désespéré:

    - Puisque vous ne voulez rien nous dire nous allons laisser la justice Mélandienne ce charger de vous.

    Un air de panique naquît sur le visage des deux malfras qui ouvrèrent les yeux tout grands et commencèrent une phrase mais furent coupé par Chaos qui leur dit <<Il fallait répondre lorsqu'ils leur avait posé la question et non lorsque la sanction serait connue....

  8. #8
    Chaos Invités
    Chaos sortit l'amulette de sa bourse et la tendit a Aenarion qui la prit et la mit en lieu sûr sur lui. Le chevaucheur du Chaos et le Sénateur partirent avec les deux gamins qui tremblaient de peur car la justice Mélandienne était sans pitié pour les voleurs, le premier émettait des supplices mais il se faisat couper a chaque fois par Aenarion ou Chaos . Pendant quelques temps, ils marchirent dans les ruelles et arrivèrent enfin à la sortie des Bas Quartier. Ils prirent la route menant au palais de justice où aura lieu leurs procès.

  9. #9
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    939
    Un groupe de soldats mélandiens arriva dans les ruelles des bas quartiers. Ils étaient tous armés, non pas de leur épée longue et bouclier, mais de grande pelle. Le froid de la saison lié aux averse qu’avais écumer la cité avait recouvert Mélandis d’un épais duvet de neige et se déplacer dans les ruelles relevait désormais d’une prouesse sportive. Le conseil de Mélandis, ne voulant pas réitérer le ramassage de charogne au printemps avait donc décidé d’enfermer les clochards qui vivaient encore dans les ruelles dans les geôles et de déblayer les rues de la cité du Chaos.

    L’armée avait donc été dépêchée pour cette tâche et, bien qu’ayant froid, les soldats étaient fort contents de pouvoir sortir de leur caserne où ils commençaient à prendre racine. Un exercice était donc le bienvenu…

    Malheureusement pour eux, il fallait aussi « ramasser » les clochards qui avaient déjà péri et gelé sous le demi mètre de neige, la vermine qui, d’habitude, sortait des égout pour « s’occuper » de ces malheureux ne désirait pas se risquer dans une température aproximant celle du Val Bise dans ses périodes dites tempérées…

    Il fallut plusieurs heure de labeur aux forces armées pour déblayer convenablement les rues avant de passer au quartier bourgeois, où tout les petits propriétaire se préparaient déjà à demander de bien vouloir faire le devant de leur porte. Les soldats n’aimaient pas l’idée de jouer les pantins des riches et le malheureux soldat Jaren ne pu retenir un poing gantelé qui partit assomer le petit sir Klebjert. Ce dernier lui ayant demandé de ne pas souiller sa propriété de ses pieds crasseux. Bien qu’approuvant le geste du jeune soldat, Grogard n’eut d’autre choix que de le renvoyer dans la caverne pour passer la nuit au fer, ce qui ne déplut pas totalement à Jaren.

    Lorsque le clocher retentit les six heure du soir, la plupart des rue étaient accessible au piéton, mais les guerriers furent fort mécontent de voir la neige reprendre à six heure trente, alors qu’ils passaient leur heure de permission à la taverne.
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  10. #10
    Radamanthys La Sombre . Invités
    Radamanthys suivie de la créature ailée, qui l'avait provoqué dans la taverne, sortirent du lieu d'ivresse. Une lueur de tristesse et de regret s'alluma dans ses yeux blancs. La créature sortit a nouveau sa longue dague et en prit une autre pour commencer le combat que Radamanthys avait empêché dans la taverne. L'alu-fielonne se tourna vers son provocateur et lui parla dans la langue avec lequel la créature l'avait abordée puis basculât dans le langage commun. Son ton était sec, malgré son manque de calme, mais tremblant.

    -Que me veux tu? Je sais que je te connais mais je ne me souviens de rien.

    - AH!AH!AH!AH!AH! Comment as tu pu croire que tu échapperais encore longtemps à la légion de Bérechs? Comment toi, Radamanthys La Sombre général de l'armée impériale de Bérechs, as tu pu tomber si bas? Tu as été victime d'un sort d'amnésie, tu devenais beaucoup trop gênante pour notre grand chef au pouvoir. Il retient ton passé dans une fiole que tu devras briser si tu veux le retrouver. Mais tu n'en aura pas l'occasion car je vais accomplir ma mission pour que tu ne gène plus notre grand chef: te tuer dans la plus grande souffrance. </span>

    -Tu comptes sans le fait que je me défende.

    Sur ces mots Radamanthys retira sa cape qui risquait de la gêner dans ses mouvements. L'aillant posée sur un caisson qui traînait dans la rue, elle dénouât le collier de cuir qu'elle portait au cou et tira dessus. Un pan de sa robe se détacha de magnifiques ailes de couleur sombre se déplièrent avec une grande grâce montrant sa véritable race. En effet Radamanthys n'était pas humaine comme on pouvait le penser, elle était un démon. L'alu-fielonne pensa que c'était certainement la dernière fois qu'elle déployait ses ailes. Elle sortit ses deux dagues et se mit à son tour en position de combat. Ses yeux devinrent rouges sous la fureur et la colère.

    Maintenant nous sommes à armes égales! Fait ce que tu dois faire mais n'espère pas que cela te tombe entre les main comme les oisillons reçoivent leur nourriture.

    Tel un fauve le démon se jeta sur Radamanthys qui se défendit du mieux qu'elle put mais le démon avait plus de force qu'elle. Elle reçut de nombreuses petites blessures qui se refermèrent vite mais le démon avait le même pouvoir et se régénérait plus vite. Autour des combattants la tempête se déchaîna: la neige tomba a gros flocons et le serviteur vent de Radamanthys se mit à souffler plus glacial que jamais. Ayant sentit le danger que courait sa maîtresse Aeglis l'avait rejoint et voyant la scène se jeta sur l'agresseur de celle à qui elle devait la vie. Radamanthys en profita pour reprendre son souffle mais sa panthère avait largement le dessous. Radamanthys lui ordonna de la laisser combattre seule Aeglis avait largement payé sa dette. L'alu-fielonne continua donc le combat sous les yeux de la belle panthère. C'est alors que les ailles se déployèrent emportant les combattants dans les airs, ainsi ils ne seraient plus dérangés. Le combat dura longtemps, Radamanthys ne pouvait plus tenir, elle était blessée très gravement et son sang coulait a flots et tachait la neige de rouge. Au moment où elle sentit qu'elle allait mourir le démon s'était jeté sur elle dans un nouvel assaut. Dans un ultime effort Radamanthys se protégea avec une de ses dagues et tendit l'autre devant elle. Ce mouvement le démon ne l'avait pas vu et vint se planter sur la dague. La lame le traversa de part en part et toucha la partie vitale. Celui-ci cracha du sang et eu le temps de dire: <span style=\'color:#ee0000\'>"Tu m'a... peut-être tué... mais tu mourra... tout de même... . Maintenant... que je t'ai... trouvé... les autres... viendrons... et... t... te... tuerons."
    Puis s'effondra sur le sol avec fracas. Radamanthys descendit à son tour sur le sol, ses yeux reprirent leur couleur blanche et les paroles du démon résonnaient dans sa tête. Ses blessures continuaient de laisser tomber du sang sur la neige, montrant qu'un combat s'était déroulé, et Aeglis vint à ses côtés pour l'aider. L'alu-fielonne se traîna difficilement dans les rues laissant derrière elle des traces de son sang et le corps de son agresseur que la neige commençait à couvrir...

  11. #11
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Vous voulez vraiment savoir ?
    Messages
    91
    Après avoir bu quelques chopes bien remplies de sa bière préférée à la taverne, Bagronk rentrait tranquillement en direction de ses appartements. Un petit sourire narquois pouvait se faire voir lorsqu’il regardait les dizaines d’hommes ivres morts qui jonchaient le sol des petites ruelles des bas quartiers. Un étrange sentiment de bien être taquinait le cœur de Bagronk, un sentiment qu’il avait enfoui au plus profond de lui : il se sentait bien, il était heureux. Cela le déstabilisa un moment, mais il fini par s’y habituer. Tous ses problèmes semblaient tous d’un coup complètement insignifiant.
    La victoire qu’ils avaient remportée contre le Dieu mort-vivant qui menaçait Melandis lui avait redonné confiance en lui. Mais il ne pouvait oublier son ami tombé au combat. Depuis ce jour, il n’avait presque plus bougé de chez lui. Relatant sans cesse cette épisode de sa vie. Comme s’il cherchait à comprendre ce qu’il s’était réellement passé.

    Bagronk se trouvait maintenant à quelques pas de sa maison lorsque une horrible douleur l’assaillit. Sa cervelle semblait bouillonner dans sa tête. Il tomba à genou la tête entre les mains. Il essaya en vain de se lancer un sort de guérison mais il n’arrivait pas à se concentrer dans ces conditions. Son crâne lui semblait grossir, grossir, puis éclater en mille morceaux sous la souffrance. Il se traîna de quelques mètres pour atteindre sa maison mais la douleur ne cessait d’augmenter. Il laissa échapper quelques cris étouffés, il n’avait même plus la force de hurler. Mais ces cris alertèrent quand même quelques passants tardifs. Ceux-ci ne purent rien faire. Bagronk semblait errer dans un autre monde. Ne pouvant plus supporter ses maux, il s’évanouit.

    Il faisait noir, un noir impénétrable que même le plus grand des feux ne pourrait éclairer. Un froid intense entourait Bagronk. Ces quelques instants lui semblaient durer des centaines d’années. Une voix, "cette" voix, toujours "cette" voix raisonnait dans l’air d’une langue étrange. Et comme à chaque fois, elle lui disait de retourner à "Lui", que don châtiment serait terrible s’il ne "Lui" obéissait pas…
    Bagronk n’en pouvait plus, tout son corps le brûlait. Son seul souhait était de quitter cet affreux cauchemar, si seulement c’était un cauchemar…
    Après, plus rien. La mort était-elle l’échappatoire de Bagronk à cette torture ?

    Le corps de Bagronk jonchait maintenant le sol, tout comme ceux des ivrognes qui eux, dormaient d’un sommeil sans rêve.
    Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul,
    ash nazg thrakatulûk agh burzum-ishi krimpatul

    Sauron


    Vous êtes seul, vous voulez rencontrer votre âme-soeur, vous marier ou vous divorcer? Alors venez au centre de rencontre de Barabatta &#33;

    http://membres.lycos.fr/sgenerator1/...e6b3b09060.png

    Winter is comming

  12. #12
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    939
    Alors que la lune dessinait un croissant dans le ciel rempli d’étoiles, la ville de Mélandis commençait sa vie nocturne, sa vie ténébreuse durant laquelle il n’est pas bon de sortir si on ne sait se défendre ou tout simplement si on est faible.
    « Faible » se statut ne s’applique qu’à peu des résident de le Belle Sombre. Et leur nombre baisse jour après jour, les moins bon devenant des faibles et, par la suite… … Des morts. La faiblesse est en effet signe de mort dans l’enceinte de la cité du chaos. Ne survivent que les forts ou les malins savent tirer profit de bien des situations ! La mort doux linceul qui berce constamment les sombres ruelles de la ville, breuvage dont les Ténèbres raffolent et boivent à en perdre la soif dans ces murs. Oui, tel est le visage de la Belle Sombre lorsqu’elle ôte son masque du jour pour laisser place à sa vraie nature.
    C’est dans ces ténèbres que sont constamment baignées les basses ruelles de la ville, lieux de crimes perpétuels où la vermine pullule sous tous ses aspects ; des moins ragoûtants aux plus mortellement captivant.
    L’elfe savait cela, mais n’en avait que faire. Ses armes dans leurs fourreaux et une alliée aussi noire que les ténèbres dont elle était issue lui donnaient un réconfort suffisent en plus de sa simple conscience de sa capacité à évoluer dans pareil milieu. Mais ce soir, ce n’était pas d’un pas très assuré que l’elfe marchait, enveloppé par les ombres dans lesquelles il se fondait comme bien d’autres de sa race. Un appel, un intangible appel l’avait poussé à venir dans ce lieu de misère. Il ne savait ce qui pouvait en être la cause ou même s’il ne l’avait que rêvé. Mais il préférait en être sur ! Quelque chose avait du se passé. Ses sens aiguisés ne l’avait que très rarement trompés et la conviction qui l’animait ce soir ne pouvait être due à un hasard quelconque !
    Il évoluait aussi silencieusement qu’un araignée sur sa toile, sa vision sur permettant de scinder sans aucun problème la noirceur de la nuit. Associé à cette discrétion était son agilité, calculant chaque pas, chaque mouvement pour n’être entendu ou vu.
    Cependant, plus il avançait, plus il devenait anxieux. Il ne savait ce qu’il cherchait, ni même où le chercher. Comment être sûr que cet « appel » venait bel et bien d’ici, de ce pauvre endroit de misère ou la charogne répand sa putride odeur ? Une conviction… étrange…
    Lorsqu’il le vit, il su alors qu’il ne s’était trompé. Un de ses congénères, un drow était là, étendu face contre terre. L’odeur de la mort planait déjà mais la vermine ne l’avait cependant pas touché. Chose bizarre… La couleur de sa peau aurait-elle été une alliée à la surface ? Cela serait-il possible ? En tout les cas, le druide sut tout de suite que la mort avait emporté son ami. Mais cela, il le refusa ! Il remarqua, alors qu’il le retournait, les traits du visage de Bagronk : une très grande peur, peut-être même la terreur pouvait s’y lire.


    « Bagronk, quel mal a bien pu te prendre ? »

    Il savait quoi faire ! Ramener à la vie était chose plus ou moins courante à Ombre Terre ! Les prêtresses de Lolth en connaissaient le secret… Les prêtres de son Dieu, Vhaeraun, aussi…

    « Massoj Car’ein ! » laissa-t-il échappé.

    Un sifflement, et une araignée géante se tenait à ses côtés. Beorn prit le corps de son défunt ami et le plaça sur celui de la bête noire. Il s’installe à son tour sur elle et lui parla alors très bas :

    « Olplyn ussta veldrin! Tu’iol Lolth yath! Olplyn! »
    « Vole ma belle ! Au temple de Lolth, vole »

    La forme arachnéenne fondit les ombres des ruelles à une vitesse vertigineuse avec la même agilité et silence que lorsqu’elle suivait son maître. Sa destination était son seul but ! Le temple de Lolth, l’un de ses lieux favoris. Même si elle vouait la même haine envers cette divinité que le drow qu’elle servait.

    Suite dans le temple de Lolth
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  13. #13
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    974
    Suite de .

    Quête : Rencontre fructueuse ou mort certaine ?

    Une nuit terriblement sombre et lugubre avait établi son domaine sur la sinistre Melandis ce soir là. Et même la lune s’était recroquevillée derrière un épais bouclier de nuages, comme une fuite éperdue des miasmes embaumant la surface du continent… Les noires façades des bâtiments ne formaient qu’une terrifiante et immense tâche ténébreuse, contrastant avec la noirceur vespérale. Ces deux inquiétantes ombres se mariaient dans une étrange étreinte morbide. L’opacité mystérieuse et envoûtante du ciel, englobant la putride et machiavélique obscurité de la cité de la Destruction. Une légère bise érodait faiblement les façades des constructions, produisant un abominable sifflement, aussi glacial que le mutisme planant dans les rues désertes, seulement interrompu par les lointains hurlements des victimes de sacrifices rituels, si commun dans de pareilles conditions. C’était le genre de nuit où il valait mieux se terrer chez soi, sombrer dans l’espoir futile que le mal ne pourrait percer les murs de sa propre demeure. On pouvait presque humer les maléfices que transportait l’air putride. Même la pléthore de brigands arpentant habituellement les ruelles dévastées semblait avoir disparue. Quelques rares et pathétiques lumières éclairaient encore l’intérieur des maisons de fous inconscients, ne sachant pas qu’il valait mieux ne pas défier par la clarté les esprits tourmentés rôdant dans les ténèbres. Elles régnaient, monstre insaisissable, dans une affreuse pérennité…

    La fille courrait à en perdre haleine, son cœur tambourinait fébrilement dans sa poitrine en sueur. Un seul mot résonnait interminablement dans sa tête, telle une voix protectrice, fuir, fuir, fuir… Elle ne voyait presque plus rien, malgré ses pupilles dilatées sous l’effet de l’adrénaline. Ses propres pieds semblaient plongés dans une brume opaque, qui s’était répandue telle une traînée de poudre sur la ville entière. Elle sentait l’hideuse créature la poursuivre, toujours plus proche… Elle sanglotait presque, mais elle devait continuer. Soudain, elle s’encoubla violemment sur un pavé qui dépassait légèrement de la chaussée humide. Elle s’effondra lourdement dans un ignoble bruit d’os brisé. Malgré la douleur fulgurante qui l’avait saisie, son premier réflexe fut de tressaillir au contact de la pierre moite, comme le derme putrescent d'un cadavre. Prise d’un élan de désespoir, elle tenta de se relever, mais sa jambe gauche formait désormais un angle inquiétant. Une souffrance atroce lui brûlait l’esprit. Elle se savait condamnée, mais ne pouvait s’y résoudre. La prostituée commença alors à se traîner misérablement le long de la ruelle, progressant en agrippant de ses mains écorchées les aspérités du sol tavelé. Le goût de son propre sang assaillait ses papilles, annonciateur d’un futur bien sombre. Elle n’avait presque plus mal, sa frayeur occupait complètement son cerveau, telle un abominable tyran…

    Le vampire bondit subitement. Au terme d’un saut prodigieux, il atterrit sur les tuiles chancelantes de la bâtisse vermoulue. Il sentait la peur qui planait dans l’atmosphère, sa victime n’était plus très loin. Mais il y avait autre chose, des relents d’hémoglobine selon ses sens aguerris. Un horrible rictus se forma sur son visage, qui peu à peu était envahi par une folie sanguinaire. Un de ces délires froids et réfléchis, qui illuminait son faciès diabolique d’une aura funeste. La physionomie du buveur de sang en devenait presque un livre, un terrifiant grimoire dans lequel on ne pouvait lire qu’un seul mot, se répétant sur des centaines de pages, Mort. Walar sauta à nouveau prestement sur la corniche d’une autre bâtisse, se déplacer par les toits, tel un prédateur silencieux et invisible, lui donnait une intense et morbide satisfaction. Il avait incroyablement faim, sa soif, affreuse et démentielle, était peinte sur ses traits malfaisants. Durant un moment, il avait presque cru qu’il ne trouverait personne dans les ruelles mal famées, son terrain de chasse de prédilection. Mais les exhalaisons effrayées d’une proie n’avaient guère tardées à emplir son cœur noir d’une clarté malsaine. Elle était là, il la voyait maintenant, juste sous lui, affalée sur les pavés noirs. Le vampire descendit prudemment de quelques mètres le long de la façade, utilisant ses exceptionnelles capacités de déplacement. Puis, il bondit au milieu de l’allée, faisant retentir un subtil petit bruit lors de la rencontre entre son pied cadavérique et la solidité pierreuse. C’était voulu, il savait les proportions inimaginables que pouvait avoir le moindre petit son arrivant aux oreilles excitées d’une victime épouvantée. Le vampire s’acharnait fréquemment à faire atteindre le paroxysme de la panique chez ses ennemis, c’était un véritable art sépulcral pour lui. La femme, puisque s’en était une, se retourna brusquement, le visage empli d’une angoisse inexprimable. Une joie sadique se mit à rayonner méchamment sur la figure de l’aberration. Il s’approcha avec une lenteur insoutenable…

    La fille poussa un gémissement terrorisé, ses yeux érubescents ne parvenaient pas à se détacher des deux points rougeoyants qui dardaient sur elle un regard si incisif et perçant qu’elle se sentait violée par une force autant maléfique que mystérieuse. Le visage de son poursuivant était marmoréen, presque cadavérique. Elle ne le distinguait que faiblement avec l’obscurité ambiante, ce n’était qu’une tâche, affreusement sombre, au milieu de l’océan de noirceur. Cependant personne n’aurait pu renier la présence de l’individu, il semblait exhaler d’infâmes relents d’une abjecte cruauté. Elle se prit alors à le haïr, lui, cette ombre floue qui planait inexorablement vers elle. Elle devait lutter ! Elle tenta de balbutier quelque chose d’une voix chevrotante.


    « …Laissez-moi tranquille je n’ai… je n’ai rien ! T-tenez, prenez ça, c’est tout ce que je possède… »

    L’homme, au vu de sa carrure, s’était immobilisé quelques mètres devant elle. Il paraissait la contempler, triomphant. La prostituée réussit tant bien que mal à sortir sa bourse, malgré sa main tremblotante, sur laquelle de minces filets de sang coagulaient peu à peu. Elle jeta le petit sac de cuir au pied de l’agresseur, le choc produisit un tintement sinistre qui lui glaça le sang. Elle devinait que son étrange adversaire souriait. L’éclat maudit de sa joie était perceptible au travers du dôme ténébreux qui recouvrait son visage. C’était un monstre, elle ne sentait rien d’humain en lui.

    Comme c’est intéressant se dit-il. Cette fille avait tout de même assez de tripes pour réussir à articuler une phrase. Elle doit être croustillante. La lueur ardente de ses yeux s’intensifia lorsqu’il se mit à parler. Sa voix était une sorte de murmure, à la fois grave et mystifiant, presque envoûtant.


    « Voyons, mes préoccupations ne sont guère financières. Malgré l’once de courage qui parcourt votre échine de créature inférieure, vous êtes naïve. Croyez-vous que seuls les biens matériels sont une possession ? »

    La fille frémit, elle commençait à voir où il voulait en venir. Mais elle se refusait à l’accepter. Des kyrielles d’histoire plus ou moins farfelues circulaient à Melandis sur de pauvres hères à qui on avait dérobé l’âme, ou même l’esprit. À jamais ils étaient tombés dans une mer de tourments et de folie. Elle parvint encore à ânonner quelque chose, la vie avait tant d’importance pour elle.

    « Pitié, je vous en supplie votre Grandeur ! Je ferai tout ce que vous voudrez, ne me faites rien, je suis sûr que je pourrais… »

    Elle n’acheva jamais sa phrase et sanglota bruyamment. Le vampire n’avait pas bougé depuis le début de la conversation, ses prunelles étaient toujours fixées sur la fille, telles d’éternelles flammes reflétant des horreurs indescriptibles.

    « Je ne prévois pas le choix dans le destin de mes proies. Il en est un seul et unique. Malgré tes courbes lascives, et quels que soient tes propos, dithyrambiques ou haineux, il s’applique à toi aussi... »

    Il resta silencieux, ce mutisme était bien pire que le plus terrible des rires. La catin se recroquevilla sur elle-même, n’osant plus regarder sa propre mort en face. Le vampire se jeta à une vitesse foudroyante sur sa victime, médusée par un trépas mental. Il l’a mordit à la gorge, le sang gicla sur le sol…


    Quelques heures plus tard, alors que la domination tyrannique de la nuit ne tarderait guère à faiblir peu à peu face à l’emprise de l’astre solaire, le vampire se préparait à retourner se plonger dans les méandres labyrinthiques des cryptes, presque aussi sinueux que ceux de son propre esprit. Il repensait au crime qu’il avait commis. Parfois le doute s’emparait de son cœur noir, était-ce vraiment ce qu’il devait faire ? N’y avait-il pas d’autre moyen ? Ses maigres idées furent cependant rapidement balayées lorsqu’il repensa à l’exaltation du moment. Tous ses sens s’étaient éveillés momentanément. Et maintenant une nouvelle force coulait dans ses veines. Une vigueur qui n’était pas la sienne, n’était-il alors qu’un vulgaire voleur ? Il se replongea dans ses funèbres considérations psychologiques…

    Soudain, il se redressa, il n’avait pas été très prudent et avait simplement continué de suivre la ruelle. Son aura maléfique aurait du intimider les gêneurs. Cependant, une silhouette lui faisait face. Au vu de ses vêtements, cela paraissait être un jeteur de sort. Ce dernier le fixait sans sourciller, visiblement à l'aise malgré l'obscurité. Rassasié et en proie à ses chimères, Walar fit mine de continuer son chemin. Il passa à quelques mètres de l’individu, qui pu le voir plus clairement…

  14. #14
    Chaos Invités
    Alors que la nuit tombait sur Mélandis, dans les ruelles des Bas Quartiers, deux assassins et un mage du Zhentarim habillé totalement de noirs avancaient dans les sombres rues. Ils avancaient en prenant des ruelles au hasard, au bout de plusieurs minutes ils arrivèrent dans une impasse, quatre brigands parlaient tout au fond devant probablement parlé de leurs prochain méfaits. Les trois Zhentil eurent un sourire en les voyant, leur maître allaient être content, exactement ce qu'il voulait. Les manants et autres mendiants fuyaient en les voyant surtout pour éviter de mourir sous leur tortures ou sous les expériences des mages. Les trois hommes reculèrent dans une rue adjacente, les deux assassins sortirent chacun une arbalète déjà chargé portant des carreaux empoisonné d'un poison tellement puissant qui tuait intanstanément la personne touché. Le mage lui commenca une incantation :

    Mage--&#62; Invisibilité ---&#62; Mage

    Dès qu'il eût fini, le mage disparût devant sescompagnons qui eux étant habitué pouvait sentir sa présence. Ils revinrent dans l'impasse, les deux assassins se postant chacun d'un côté, le mage attendant en retrait. On entendit un claquement, alors que deux des brigands s'éffondraient sur le sol foudroyé par les carreaux qui venaient de leur transpercer le cou. Le mage relanca une incantation :

    Mage ---&#62; Sommeil ---&#62; Brigands

    Un des brigands s'effondra lui aussi sur le sol endormi alors que l'autre avait réussi a se jeter de côté en évitant le sortilège, un des assassins se précipita sur lui. Le brigand se relevit, armé d'une épée longue et d'un vieux bouclier de bois, il réussit à parer le premier coup avec beaucoup de mal le faisant reculer vers le mur. Alors qu'il contrait avec de plus en plus de mal les coups de l'assassin qui lui s'amusait avec sa victime. Le mage incanta voulant quitter cet endroit où il n'avait rien à faire et dont l'odeur était des plus nauséabonde. Il espéra que l'assassin finirait rapidement mais il jouait toujours, il ordonna aux deuxième assassin d'intervenir, il se cacha dans l'ombre et se mit juste derrière le brigand, le premier arrêta aussitôt de combattre et recula. Le brigand ne comprit pas pourquoi mais n'eut pas le temps, il eût le reflexe de se retrourner mais trop tard alors qu'un violent coup lui arriva dans le cou l'assomant sur le coup. Le mage lui incanta directement après :


    Mage --&#62; Téléportation de groupe ---&#62; Zhentil + Brigands

    Les sept hommes disparûrent intanstanément pour se retrouver dans une des salles de la tour du Zhentarim ou les deux cadavres allaient servir de nourritures à des créatures et que les deux autres allaient se faire enfermer pour finir dans un quelconque rituel sanglant.

  15. #15
    Mycontil Invités
    Le mage arpentait déjà les sombres ruelles des bas-quartiers depuis plusieurs heures, glanant des informations tantôt auprès de quelques miséreux sans le sous tantôt auprès des catins omniprésentes dans ces sordides quartiers.Le mage commencait à perdre patience quand enfin on lui indiqua un personnage répondant au surnom de "pleine lune" ayant élu domicile depuis peu dans ce quartier.
    Suivant la route qu'on lui avait indiqué (en échange de quelques pièces) le mage arriva enfin auprès du revendeur:


    "Ouais c'est pour quoi?" *grogna l'individu*

    "Etes-vous bien le dénommé pleine lune?"

    "Ca dépend qui le cherche"

    "Je vais devoir vous poser certaines questions au sujet des cadavres retrouvés récemment..."

    Ne laissant pas au mage le temps de finir sa phrase "pleine lune" tenta une fuite rapide à l'aide d'une porte dérobée située à quelques mètres sur sa droite.Ne lui laissant pas le temps d'atteindre son échappatoire le mage libéra un des sortilèges de sa création:

    Mycontil---&#62;Poigne de Myrkul---&#62; "pleine lune"

    Une gigantesque main squelettique se matérialisa aussitôt attrapant à la volée le revendeur paniqué et le ramenant auprès du magicien.

    Plus qu'énervé le mage prit la parole:

    "Bien, la partie est terminée (pour toi), révèle moi le nom de ton employeur et je te promès une mort rapide"

    Comme pour "encourager" pleine lune la pression qu'exercait la main squelettique sur son corps s'accentua quelque peu, lui brisant au passage quelques côtes

  16. #16
    Bulvaid Invités
    Après son passage à la boutique d'Aenarion, Bulvaid apprit devant le bâtiment de la guilde de La Dague Noire les informations qu'avait obtenu Mycontil. Se rendant alors dans les ruelles sombres le Uthgard cherchait le mage. Il vit une lueur pâle dans le tournant d'une ruelle et remarqua Mycontil exercant un sort sur un homme. Adun arriva en même temps et le barbare et le drow avancèrent tous deux.

    " - Mycontil ! Attends ! Qui est-il ? demanda Bulvaid en haussant la voix
    - C'est "pleine lune", le revendeur de drogue, je le questionne ... mais que faisiez-vous ?
    - Et toi ? Il est dangereux d'harpenter les ruelles seul ! ... hmm, nous règlerons cela plus tard."

    Les trois compagnons attendaient la réponse du distributeur de drogue impatiament.

  17. #17
    Boddah Invités
    Tock, qui était en retrait par rapport à Buldaiv et au drow, les rejoignit dans l'ombre des ruelles malfamées de Mélandis. Il s'approcha et regarda d'un regard inquisiteur la scène. Il écouta l'interrogatoire d'une oreille receptive et sortant de l'ombre il s'addressa calmement à mycontil :

    -" Tu devrais lui jeter un de tes sorts pour qu'il soit un peu plus coopératif avec nous, sinon il ne nous dira certainement rien du tout et au pire si on relâche notre surveillance il pourrait mettre fin à ces jours, cet imbécile..."

    Le nécromant, tout en gardant "pleinelune" sous l'effet du sort, dévisagea le barbare d'un regard dédaigneux et méprisant comme pour lui dire qu'il y pensait déjà...

  18. #18
    Adun Invités
    Après les paroles de Tock. Le drow s'avança, puis dit d'un ton méprisant:

    "- Vous n'y êtes pas du tout! Vous devriez plutôt lui briser le bras et s'il ne parle pas avec la douleur, on aura qu'à lui arracher l'autre bras. Et s'il ne veut toujour pas parler, on continue avec les jambes..."

    Il s'arreta un instant, puis éclata de rire en imaginant déjà la scène de toture. Enfin, il reprit son calme et dit: "-Ah! J'oubliais, il faudra le faire lentement, très lentement pour qu'il puisse sentir la douleur qui le parcoura et si vous me le permettez Mycontil, je voudrais m'en charger personnellement... Riant de façon diabolique.

    Ses compagnons le regardèrent avec un air craintif. Adun s'arrêta enfin et retourna à sa place dans un silence de mort et de ténèbres. On ne pouvait entendre que les gémissement de pleine lune qui souffrait par l'étrainte de la main squelletique.

  19. #19
    Mycontil Invités
    Après avoir soignesement écouté les tergiversations de ses camarades et remarqué l'implaccable silence du revendeur face à la torture qu'il lui infligeait, le mage trancha en faveur de Tock.
    Relachant quelque peu l'étau qui retenait prisonnier le revendeur, le mage psalmodia l'incantation liée au sortilège de domination.


    Mycontil---&#62;domination---&#62;pleine lune

    Aussitôt le sortilège lancé, l'expression de peur (et de douleur) qui peignait le visage du revendeur s'effaca, laissant place à une expression proche de celle de la confusion.Le mage répéta alors la question précédemment posée:
    "Quel est le nom de ton employeur?"

    Tous les regards se rivèrent alors en direction du revendeur en attente d'une réponse...

  20. #20
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    939
    Les pupilles partirent en arrières et l'homme fut saisi d'une sorte de microconvulsions au moment ou le sort du nécromant entrait en action. Des sombres sauts parcouraient encore son corps quelques secondes après, aanéantissant le mondre véron de volonté du pauvre homme. Les trait se décrispèrent et laissèrent place à une mimique de gros bennet... Le Nécromant reprit sa question:

    "Quel est le nom de ton employeur?"

    Toujours l'air aussi bête, le grassouillet eu un hochement de tête avant de répondre:

    "Jerhnyn Retsinnal" Dit-il d'un ton morne dénoué de la mondre expression...

    Aussitôt, le Barbar l'empoigna au col et, lui relevant le menton:

    "C'est bien beau ça sir Jambonneau... Mais dis nous où le trouver, et tu mourra vite!"

    Encore une fois, le tas de bourlet ne montra aucun signe de résistance et réplica du même ton qu'avant...

    "Rue de la Mort Silencieuse... deuxième maison... devant la bouche d'égout..."

    Le drow revint se placer devant le gras... A son tour, il allait lui poser une question... mais pourquoi ces imbécils n'y avait donc pas pensé?... Si un véritable résau était là, il devait tfort certainement être gardé...

    "Oui... des gardes.... des arbalètriers... et un tueur profetionnel... mais... il est déjà mort..."

    Les aventuriers se souvinrent alors du souc qu'un certain demi orque, arrivé depuis peu en ville avait fait en tuant un assassin... l'homme en questionet ce dernier devait être la même personne. Ils avaient alors toutes les informations pour finir une bonne fois pour toute cette sombre histoire... Adun se rappela que Beorn leur demanda de tuer toutes personnes aillant mouillé dans cette affaire hormis le cerveau...
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  21. #21
    Mycontil Invités
    Maintenant que le revendeur avait avoué, les aventuriers n'avaient plus besoin de lui...
    Le nécromant réfléchit quelques instants à la torture la plus appropriée puis lanca son sortilège.


    Mycontil---&#62;Sang brûlant de Bélize---&#62;"pleine lune"

    L'instant d'après, le revendeur poussa le premier hurlement d'une longue série...Le sortilège rougit instantanément ses chairs, le couvrant de cloques sanguinolentes.Ses cris d'agonie furent étouffés par les flots de sang brûlant se déversants par tous les orifices de son gros corps.Et il mourut enfin...

    Les compagnons restèrent quelques instants figés par l'atrocitée du spectacle puis ils se dirigèrent vers le domaine du fournisseur...

  22. #22
    Boddah Invités
    Ils marchèrent en formation serrée, chacun sentit monter en lui une sensation de bonheur d'avant bataille. Une excitation guerrière qui prenait n'importe qui avant un grand combat. Leur visage serein, ils marchèrent sans peine, sans trembler. Des fois, on entendait Adun en train de pousser des petits cries de jouissements, il avait hâte comme Buldaiv. Tock, plus dans ces pensées que autres choses, revoyait certaines images qui lui donnèrent une rage au ventre. Il leva sa hache au ciel en signe de donation à son Dieu Tempus des prochains morts.
    Ils tournèrent dans une ruelle sombre, c'était apparement dans cette rue, les aventuriers savaient que le sol allait bientôt être rouge écarlate.

    Tock sortit du rang, et alla à la porte, camouflé dans l'ombre. Il approcha son oreille et fit signe à ces compères qu'il y avait peu être 5 gardes voir plus, sans compter le chef de cette bande de fripon qui devait rester pour le moment entier.
    Buldaiv et Adun se mirent en position d'attaque devant Mycontil qui resta en retrait pour lancer des sorts, Tock resta en face d'eux pour qu'il n'y est aucune échappatoire pour leurs ennemis et bien sûr, il resta dans l'ombre pour avoir un effet de surprise supplémentaire. Il frappa à la porte:
    Un garde ouvrit une minuscule fenêtre pour entrevoir qui c'était mais il ne vit personne et jura, il se demanda qui était le farceur, il ouvrit la porte.
    Toute la troupe sentit l'excitation à son comble, Buldaiv se colla contre le mur à quelques pas de la porte.

  23. #23
    Bulvaid Invités
    Le barbare attendit que le garde fasse deux pas à l'extérieur et sa lame trancha l'air ainsi que la tête du garde : elle roula sur quelques mètres avant de s'arrêter dans l'ombre de la ruelle ! Ils entèrent tous et investirent les lieux, Tock et Bulvaid se jettaient en première ligne tandis que le drow Adun restait derrière eux pour se protéger les carreaux d'arbalette. Mycontil prépara un sort. Bulvaid cria en levant son épée gravée de runes, et Tock, en tant que Uthgard au même titre que Bulvaid suivit son frère et leva sa hache : "Pour Tempus !!!" Le hurlement puissant des deux guerriers frappa de stupeur les gardes et les deux barbares se retrouvèrent face à deux gardes ! Adun sorti sa lame et se prépara à un combat sanglant, et Myconil incanta un sort en même temps que la hache et l'épée des Uthgards s'élancaient et que celle du drow coupait l'air ... le combat commençait !

    pour ne pas s'emmèler, la suite se déroule ici

  24. #24
    Date d'inscription
    May 2003
    Localisation
    Dans le néant le plus obscur...
    Messages
    2 120
    Quête: Deux Manostiens à Mélandis

    A peine quelques minutes s'étaient écoulées depuis que les deux Manostiens avaient franchi le poste du loup hurlant. Pourtant, à mesure qu'ils s'enfonçaient vers le coeur de la ville, Egrevyn ayant indiqué à son ami qu'une halte à la taverne locale leur permettrait de reprendre un peu de force après leur long voyage, une ambiance de malaise, insidieuse, s'était insinuée.

    Les deux visiteurs ne ressentaient aucune peur, Egrevyn étant même surpris de voir que pour une première venue à Melandis, le paladin restait étonnement calme et maître de lui face au quotidien peu avenant de la cité: les noms des rues qu'ils traversaient stigmatisaient toutes la cruautés environnante, routinière. Les effluves putrescents des lieux titillaient leurs narines, tandis qu'ils passaient devant une population participant au cachet sordide de ces ruelles: mendiants, individus douteux dont certains les fixaient avec insistance prêts à les délivrer de leur bourse à la moindre erreur d'inatention. Heureusement, les Helmites avaient fait en sorte d'arriver à une heure matinale.

    Après être passés devant un panneau indiquant qu'ils pénétraient l'allée "La Gorge Saignée", Egrevyn intervint d'un ton léger pour désamorcer la tension ambiante, les deux étrangers restant en permanence sur le qui-vive.


    -Eh bien, si on devait faire une étude quant à la terminologie des rues mélandiennes, on serait marqué par tant de subtilité.

    Hugues s'était quelque peu détendu, mais avait l'étrange impression qu'ils retraversaient des rues déjà connues.

    -S'ils pouvaient aussi faire un office de tourisme pour donner des cartes aux visiteurs, répondit-il mi sérieux.

    La balade dans les ruelles s'était transformée en vraie errance dans un dédale qui les rendaient nerveux. Car, à mesure qu'ils s'enfonçaient vers les bas-quartiers, ils croisaient de plus en plus des scélérats de tout poil.

    -Je n'ai jamais été aussi impatient de me retrouver devant une bonne petit chope, souffla Egrevyn.
    Silently, we wander...

    "Arghhhhh, j'ai drow mal", hurla le sorcier Shuy Imbhoulaï ------> extrait exclusif du "Blagonomicon de Gygy les bons tuyaux"

  25. #25
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    974
    Quête: Deux Manostiens à Mélandis

    Alors que le conseiller et le paladin étaient en passe d’arriver à la taverne des Bas-Quartiers. Hâvre parmi ce dédale de sordides boyaux. Une voix rauque les interpella.

    « Eh vous deux ! Z’auriez pas quelques piécettes pour nous ! Et ceci n’est pas une question…»

    Les deux compagnons se retournèrent, pour tomber nez à nez avec trois gueux horriblement dépenaillés, une odeur abominable s’exhalait de leur guêtres et une nuée de mouches voletaient autour d’eux. Véritable halo putrescent. Ils brandissaient chacun une misérable épée rouillée, mais paraissaient parés à en découdre au vu de leurs mines hagardes et déterminées. Bien que l'on ne discernait que peu leur faciès émaciés sous l'épais duvet de leur barbes hirsutes. Mais les Manostiens sentaient qu’il y avait quelque chose de louche dans l’atmosphère… Il était rare de croiser de tels bandits si téméraires.


  26. #26
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    618
    Quête : Deux Manostiens à Mélandis.

    Hugues de Breizh se sentait mal à l'aise. Mélandis dégageait tant d'ondes néfastes, que le Paladin n'arrivait plus à contrôler ses émotions.
    Sa tête commençait à lui faire mal, signe de problèmes qui arrivait. Hugues avait remarqué que depuis son choc sur la tête, suite à un combat contre un élémentaire d'eau, des migraines apparaissaient quand des ennuis se faisaient sentir.

    Une sueur froide coula le long de l'échine du Guerrier Saint. Une vision du passé venait de traverser fugacement son esprit. Quelque chose qu'il croyait avoir enfoui en lui, et qu'il espérait ne plus jamais à revivre.
    Apparemment, cette ville allait lui faire passer de drôles de moment.

    Hugues n'eut pas le temps de gamberger. Trois mendiants avaient décidé de les prendre pour cible, Egrevyn et lui.
    Le Paladin regarda son ami le Conseiller. D'un regard, ils se comprirent, et de concert, leurs lames jaillir des fourreaux.

    Le combat pouvait commencer.

  27. #27
    Dinin DeVir Invités
    Quête : Rencontre fructueuse ou mort certaine

    Une ombre se forma lentement a travers la brume de l'aube future, elle semblait agitée, comme si quelque chose la terrassait de l'intérieur, juste en regardant un peut sa démarche. En regardant la carrure, le drow s’aperçut qu,il ne faisait pas face à un petit brigand comme il y en avait temps dans cette partie de la ville. Cela ressemblait plus à l'homme qu'il recherchait; Grand, bonne carrure et svelte, il ressemblait a Walar, le vampire. Le drow entendit encore voulant apercevoir le visage de cette être, il voulait s'assurer que c’était la personne qu'il avait éveillé sa curiosité. L'homme ne sembla pas prendre vraiment conscience de la présence du jeteur de sort, car il passa rapidement au côté du drow qui aperçue un peut plus clairement le visage de...ce monstre. Blafard, hantée par de sombres souvenirs a n'en point doutée, assoiffé de vengeance, Dinin n'avait plus aucun doute de l’identité du vampire.

    Il fit un rapide volte face, pour apercevoir que les contours de Walar disparaissaient déjà dans la brume. Il commença à le suivre, ne voulant pas le laisser filer sans avoir discuter un moment avec lui. Il n'avait tout de même pas passer toute un après-midi et une nuit dans ce quartier mal famé, juste pour entr’apercevoir une personne. Il s’élança lui aussi dans la nuit, entendant à la perfection les bruits de pas du vampire qui semblait ne pas l'avoir encore entendu les siens. Après avoir contourné un petite maison, il fût surpris de ne plus apercevoir le dos de la créature, mais aussi de ne plus entendre les bruits de pas. Il s’arrêta et commença a écouter dans la nuit, essayant de cerner un quelconque bruit qui lui indiquerais la présence de ce maître des cryptes. La sueur commençait a perler sur le front du drow qui commençait a se demander si ce vampire aurait décider de finir son repas en le gouttant. Le doute commença lentement a s'insinuer dans les tréfonds de la penser du nécromancien qui regarda autour du lui, recherchant un présence. Il n'en trouva pas, que vide et silence, ce silence terrifiant, celui qui fait glacer le sang des êtres inférieur. Au lieu de prendre peur, Dinin emplit ses poumons d'air et cria de sa voie de ténor qui se répercuta sur les bâtiments de la ruelle ainsi que dans un bonne partie du quartier. Plusieurs enfants se réveillèrent en criant, croyant qu'un démon était entré crier dans leur chambre pour les manger par la suite. Les mères terrifiées s'accrochaient en vain auprès de leur maris qui se réveillaient en sursaut ne sachant que faire, glacés de peur.


    - WALAR!!!! Sortez de vôtre trou a rat que je puisse discuter en vôtre compagnie. Je n'aurai sûrement pas attendu une nuit complète juste pour apercevoir quelques secondes vôtre corps. S'il le faut j'irez vous faire sortir de vos cryptes!!!! Allez montrez moi ce visage dont t’en font éloge!!!

  28. #28
    Date d'inscription
    May 2003
    Localisation
    Dans le néant le plus obscur...
    Messages
    2 120
    Quête: Deux Manostiens à Melandis


    Le Conseiller savait que son escapade ne serait pas de tout repos, et après s'être engoufré dans les méandres des ruelles sombres des bas-quartiers, il était resté en permanence à l'affût de la moindre incartade.

    Déjà que la cité du chaos n'était pas une ville "touristique" par nature, et autorisant les balades tranquilles dans ses avenues, mais cette tentative d'agression semblait susciter plus de méfiance voire d'étonnement chez le semi-elfe qu'une réelle peur. Lui et son compagnon avaient affronté bien d'autres dangers bien plus redoutables que ce combat contre des individus qui manifestement n'étaient même pas équipés pour soutenir la comparaison.

    Quelque chose clochait, et Hugues ne tarda pas à se poster aux côtés d'Egrevyn pour lui chuchoter quelque chose.


    -Ca sent le traquenard, ça à l'air trop simple. Ils ont quand même vu que nous n'étions pas de simples visiteurs.

    -On peut s'en débarrasser rapidement mais je me demande si après on ne va pas nous sauter à la gorge en masse.

    En prononçant ces paroles, le conseiller avaient jeté quelques coups d'oeil sur les quelques âmes mélandiennes qui étaient présentes dans la ruelle. Tous les regards semblaient emplis d'une perfidie les plus malsaines. L'atmosphère était devenue étouffante. Le semi-elfe crut voir quelques individus porter leur main à leur ceinture. Il fallait se rendre à l'évidence, ils étaient cernés, et même si quelques spectateurs montraient un sourire ricannant à l'idée de voir ce "spectacle" nul doute que si les deux manostiens se montraient victorieux, ils devraient faire face à une réaction de leur part.

    _Pourquoi m'attends-je à recevoir une dague dans la nuque?

    _J'ai l'impression d'être dans une arène.

    Le semi-elfe fit signe à l'humain de se décaler sur le côté. Le groupe de mendiants était resté suspicieux et avait pris un malin plaisir à observer les deux étrangers se rendre compte de l'impasse dans laquelle ils étaient.

    Un premier melandien se précipita vers le paladin, brandissant son épée au dessus de sa tête, tandis qu'un second avait rapidement comblé les mètres qui le séparaient d'Egrevyn en vue de le destabiliser en lui assenant un violent coup d'épaule pour le faire chuter et le finir à terre. Les bandits avaient mesestimés les capacités guerrières des deux manostiens. Hugues stoppa net le coup du premier assaillant de sa lourde épée, l'entrechoquement des lames fut rude, les deux hommes restant quelques instants figés dans cette position de force, les bras bandés de toute leur force. Egrevyn, quant à lui, parvint à esquiver le "coup de bélier" du second bandit qui, sur le point de trébucher ne put éviter le pointe du cimeterre du semi-elfe se ficher dans son jarret.

    Le mendiant hurla de douleur mais tenta, un genou posé à terre, de riposter par un coup circulaire visant les jambes du conseiller. Hélas pour lui, Egrevyn stoppa net cette tentative en abaissant silmutanement, de part et d'autre, ses deux cimeterres qui se rejoignirent à l'articulation du coude de l'agresseur. Le cri du Melandien couvrit le bruit du bras, ainsi séparé du corps de son possesseur, tombé au sol. Hugues, de son côté, laissa coulisser sa lame sur celle de son adversaire et d'un geste aussi leste que violent, il déséquilibra ainsi l'homme, emporté ainsi par son mouvement et l'embrocha de son épée.

    Tandis que la masse en guenilles chuta lourdement à même le sol, le paladin se redressa et se tourna vers le trosième homme qui fut à peine surpris de la réaction victorieuse des deux Manostiens. Un rictus se dessina sur sa bouche et laissa apparaître quelques dents gâtées. Les souffrances d'un de ses compères, qui commençait à se vider de son sang dans les ruelles ne semblait pas l'atteindre outre mesure.


    _Eh, on nous avait pas menti, voilà ti pas du gibier de grande valeur.

    Une fois son sourire disparu tandis que les deux Helmites s'étaient à nouveau regroupés pour pouvoir riposter face à cet homme, l'homme laissa tomber son épée et se mit à psalmodier quelques paroles incompréhensibles. Plus inquitétant, quelques individus, jusqu'à lors spectateurs, se regroupèrent autour d'Egrevyn et de Hugues. Le spectacle n'avait pas eu la bonne fin, selon toute vraisemblance. Mais cette fois, Egrevyn sentit qu'ils ne s'en sortiraient pas aussi simplement car ces opposants n'étaient pas de simples mendiants.

    Un moment de torpeur figea quelque peu la situation. Toujours en posture défensive, les deux amis attendaient une réaction du camp adverse. L'homme qui avaient instigué tout cela sembla prêt à lancer l'offensive mais, soudain, une sorte de frayeur sembla s'être abattue sur l'assemblée. Le semi-elfe avait senti subitement qu'une énergie d'une malfaisance inconnue s'était insinuée jusque dans cette ruelle. Certains scélérats qui s'étaient avancés pour participer à la "curée" reculèrent presque en tremblant. Comme si une essence malsaine, intengible, avait signifié la fin des débats. Le troisième mendiant, surpris, tança vertement Egrevyn et Hugues avant de détaler dans les profondeurs des ruelles.


    _Vous avez de la chance, "amis". On se retrouvera.

    Les deux manostiens fut étonnés de ce brusque changement d'attitude. La rue était à nouveau "libre" et ils pouvaient reprendre leur marche vers la première taverne des environs. Pourtant, le semi-elfe senti quelque chose de familier dans cette aura, comme lors de sa dernière visite à Melandis. Une aura hautement méphitique qui semblait avoir placé le sort des deux Helmites sous le sceau du funeste même si elle avait permis de les "sauver".

    Quelque chose ou quelqu'un voulait que les deux amis restent en un seul morceau...mais qui ou quoi? Egrevyn n'avait pas été quitté un instant depuis son entrée dans la cité du chaos de l'impression taraudante qu'on l'épiait lui et Hugues.


    _Hum...tu l'as senti toi aussi?

    Le paladin acquiesça.

    _Ca sent le coup prémédité. Ce n'était qu'un hors d'oeuvre.

    _Oui, en espérant que ça ne soit pas nous le dessert. Allez, plus vite aurons-nous atteint les commerces des bas-quartiers plus vite nous pourront faire notre halte.

    Les deux Helmites, après avoir rangé leurs armes dans leur fourreaux, quittèrent la ruelle non sans avoir jeté un dernier coup d'oeil de défi à ceux qui demeuraient dans l'allée, y compris le corps des deux agresseurs.
    Silently, we wander...

    "Arghhhhh, j'ai drow mal", hurla le sorcier Shuy Imbhoulaï ------> extrait exclusif du "Blagonomicon de Gygy les bons tuyaux"

  29. #29
    Banshee Sangdelune Invités
    [Quête : mauvaise rencontre]


    *L'elfe de lune pesta intérieurement... Elle devait se rendre à l'évidence, elle était bel et bien perdue dans un quartier qu'autrefois elle connaissait comme sa poche. Il faut dire qu'il avait fortement changé. Déjà à l'époque c'était un quartier "mouvant", en perpétuelle extension. Les plus faibles et les plus pauvres survivants de la catastrophe s'étaient réunis là, construisant des taudis de bric et de broc, étendant toujours de façon précaire et miteuse le quartier des mendiants et des pouilleux. A une époque maintenant lointaine les gens de ce ghetto représentaient ses principaux indicateurs... Aujourd'hui, elle avançait parmi eux, ombre silencieuse et prudente. Elle voulait voir comment Aenarion s'en était sorti avec sa propre guilde. Mais encore fallait-il la trouver dans ce labyrinthe

    Banshee resserra sa cape autour de ses épaules. Depuis qu'elle avait quitté la forge elle ne pouvait pas se départir de cette sensation glacée qui l'avait pénétrée jusqu'aux os, et les dernières paroles du vampire résonnaient encore dans sa tête. D'instinct elle porta la main à la garde d'une de ses rapières, au cas où... Elle avait la désagréable impression d'être suivie... Et peut-être même précédée. Elle décida de changer sa destination et de se rendre à la taverne, histoire de reprendre ses esprits et de demander discrètement son chemin. L'une des deux serveuses se rappellerait sûrement d'elle...

    Elle accéléra le pas tout en tentant de se réorienter vers les portes de la ville. Elle tomba sur un atroupement devant elle et décida de l'éviter. Elle tourna dans la première ruelle sur sa droite et se retrouva nez à nez avec un mur lui barrant la route...*


    Et mince, voilà qu'ils construisent des maisons au milieu du passage... Demi-tour...

    *Son instinct lui souffla de ne pas bouger. Elle entendit un bruit ténu derrière elle. Elle se fixa, refermant les mains sur les gardes de ses deux rapières, attendant, immobile au milieu de la ruelle sombre que celui qui la suivait se manifeste, prête à tout...*

  30. #30
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    974
    Quête : Rencontre fructueuse ou mort certaine

    Le vampire, invisible parmi les ombres sinistres et opprimantes des bâtiments bordant la ruelle putride, tressaillit au moment où il entendit son nom. Ainsi cet étrange homme savait qui il était. Cela devenait de plus en plus intéressant. Il fallait pourtant être fou pour le suivre la nuit dans les méandres des boyaux sordides…

    Le buveur de sang se déplaça subrepticement le long de la paroi d’une bâtisse en ruine, certainement occupée par une pitoyable bande de malfrats. Il évoluait dans l’obscurité vespérale avec l’aisance d’un assassin traquant sa cible, aussi silencieux qu'efficace. Et même ses yeux, rougeoyant habituellement d’une lueur malsaine, paraissaient être devenus aussi sombres que l'ébène. Le vampire contournait peu à peu sa victime. Cette dernière paraissait quelque peu inquiétée par le lugubre mutisme des lieux. Chose inhabituelle, comme si soudain le monde se cantonnait à une lutte mortelle entre un chasseur et sa proie.

    Le mort-vivant sortit finalement de l’écran ombreux qui recouvrait la bordure de la ruelle. Son poursuivant, de dos, n’avait pas entendu le moindre bruit. Il continua de s’approcher furtivement, une détermination farouche luisant dans ses pupilles opaques. Il pouvait désormais entendre la respiration haletante de son adversaire. Ce qui eut pour effet de faire resurgir dans son âme noircie par les ténèbres l’excitation d’une traque sanguinaire. Mais il devait savoir qui était cet inconnu, il avait depuis longtemps appris que pour rester en « vie » à Melandis il valait mieux ne pas céder à ses instincts bestiaux. Il s’arrêta quelques pas derrière l’étranger, prêt à attaquer.


    « Que voulez-vous ? » murmura-t-il brutalement, d’une voix grave et maléfique

Page 1 sur 8 123 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Lieu-dit] Les ruelles interlopes du port
    Par Duo dans le forum Le port de Melandis
    Réponses: 121
    Dernier message: Hier, 19h31
  2. [Lieu] Les villas des beaux quartiers
    Par Galathée dans le forum Les Beaux Quartiers
    Réponses: 371
    Dernier message: 13/08/2014, 17h21
  3. [Lieu-dit] L'impasse Des Hauts-quartiers
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 11
    Dernier message: 16/09/2006, 21h25
  4. [Lieu dit] Les ruelles du festival
    Par Seina dans le forum Le Festival unique de Magie
    Réponses: 7
    Dernier message: 28/09/2004, 15h01

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203