Page 3 sur 9 PremièrePremière 12345 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 61 à 90 sur 251

Discussion: [Lieu-dit] Les ruelles des Bas Quartiers

  1. #61
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Metz
    Messages
    1 625
    [RP: La Naissance du Maudit]
    HRP: l'action se passe dans une masure des ruelles des bas quartiers.

    En provenance des geôles de Mélandis

    A nouveau le tourbillon spirituel s’empara de son esprit. Il se sentit appelé vers le monde matériel, et en quelques secondes, quitta l’univers gris qui l’entourait.

    Il prit possession de sa nouvelle enveloppe charnelle au moment ou l’homme se perdait dans le corps de sa compagne. La soudaineté du plaisir qu’éprouvait l’être dont il avait pris possession, remplaçant violemment douleur et terreur dans l’esprit secoué de Mekren, lui coupa le souffle. La stupéfaction que sa nouvelle condition lui procurait l’empêcha de prendre le contrôle immédiat des membres de son hôte et son corps s’effondra lamentablement sur celui de sa jeune partenaire.
    Celle-ci se dégagea avec un petit gémissement offusqué et appuya son buste contre le mur gluant d’humidité. Elle regardait son amant d’un œil étonné. Le corps qu’elle aimait gigotait comme celui d’un nourrisson, et ses yeux brûlaient d’une lueur qu’elle ne lui avait jamais connue.

    Enfin Mekren parvint à maîtriser l’agitation insensée des bras de sa nouvelle enveloppe charnelle. La honte d’être sans aucun vêtements près d’une jeune fille s’empara de lui, et il se saisit brutalement du drap crasseux qui couvrait le lit, pour cacher une nudité qui n’était pas la sienne. Son cerveau refusait de fonctionner. Il se laissait manœuvrer par ses impulsions. Il s’assit au bord du lit pour tenter de réfléchir calmement. C’était peine perdue. Il lui fallait à tout prix sortir de cette situation honteuse à ses yeux. Il lança à la fille, sans se retourner pour ne pas avoir à affronter sa nudité exposée à ses regards :

    « Où sont mes vêtements ? Vite ! »
    « Mais enfin Paulin, qu’est ce que t’as ? Par terre, comme d’habitude, bêta… »

    Il jeta un regard vers le sol de terre battue. Quelques guenilles crottées gisaient dans la poussière. Ce n’était pas dans les habitudes de Mekren de porter de telles loques, lui, fils d’un drapier. Surmontant son dégoût pour les horreurs qu’il devait enfiler, il s’habilla prestement puis tendis le drap qui le cachait à la jeune fille pour qu’elle y dissimule ses formes.

    Elle le regardait faire d’un œil interrogateur. Jamais elle n’avait vu son amant pudique, et n’imaginait qu’avec difficulté que l’on puisse l’être. Enfin, Mekren se sentit moins gêné par la situation. Il se rassit au bord du lit pour réfléchir posément. Il eut tord de le faire. L’agitation dont il avait été l’objet avait empêché l’âme de son ôte de se manifester. Le semblant de calme qui l’occupait maintenant permit à l’esprit de son nouveau corps de refaire surface.

    Tous les souvenirs de son ôte forcé lui parvinrent de concert, manquant de faire chavirer son esprit par une surcharge d’informations. Il resta près de deux minutes immobile, tentant avec peine d’ordonner les réminiscences de l’être qu’il occupait. Il se nommait Paulin Vertegeux, racketteur lamentable oeuvrant dans les rues de Melandis. Il vivait misérablement de ses rapines, n’avait aucune éducation et s’avérait être un imbécile accompli. La fille qu’il considérait comme son amante était une catin idiote qui l’accueillait gratuitement.

    Mekren soupira par la bouche de Paulin. Il n’était donc pas sorti de cette ville barbare qu’était Melandis. Sa situation était plus enviable que celle de sa précédente incarnation, mais la vie dans ce corps de pauvre imbécile n’était pas pour lui plaire.
    Alors qu’il tentait de mettre de l’ordre dans ses idées, la conscience de Paulin ressurgit. Son nouvel hôte ne réagissait pas comme Gralm. Il ne paniquait pas devant cette forme de domination inconnue. Il ne restait pas terré dans le coin de cerveau auquel la présence de Mekren le confinait. Il voulait se battre, et déloger l’intrus qui occupait son corps.

    La seule arme dont disposait Paulin était sa voix. Mekren ne pouvait faire taire la voix spirituelle de Paulin, et celle-ci claqua dans son crâne, résonnant de toute la puissance que Paulin pouvait imaginer. L’âme de Paulin abreuva l’âme de Mekren d’un démentiel torrent d’insultes insensées. La violence des pensées de son hôte forcé secoua Mekren comme un fétu de paille dans la tourmente. Il suffisait à Paulin de penser pour que le Maudit le ressente dans toute sa plénitude. Les pensées étaient tant chargées de haine que le Réincarné ne parvenait plus même à entendre ses propres pensées, perdues dans le flot ininterrompu de rancœur.
    La catin, toujours appuyée contre le mur, vit son amant se prendre la tête à deux mains et gémir, comme si un bruit infernal régnait dans la pièce. Il se leva et, incertain, fit quelques pas avant de s’abattre contre l’embrasure de la porte. Il se redressa péniblement, et sortit sans un mot.

    Il déboucha dans une sordide ruelle pleine de déchets puants. L’odeur pestilentielle qui emplit ses narines lui remit quelque peu les idées en place. Tentant d’ignorer les hurlements rageurs de Paulin, Mekren se décida à agir.

    « Je dois trouver quelqu’un. Quelqu’un ou quelque chose qui puisse me dire ce qui me retient ainsi à la vie. Et comment m’en accommoder, ou m’en libérer… »
    Sur ce, se barricadant au mieux contre la haine de son hôte, il plongea directement dans les souvenirs de celui-ci. Il fouilla un peu, répugnant à violer ainsi plus avant l’intimité de Paulin, puis trouva la réponse qu’il cherchait. Il savait qui pourrait l’aider…

    En direction de la grotte d'elfwood
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  2. #62
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 124
    La nuit, sombre et inquiétante, était déjà avancée, sur la ville. Seules quelques fenêtres laissaient filtrer un rai de lumière pâle, projettant dans les rues, un barreau jaune qui terminait ses embranchements sur les pavés au sol, que la crasse accumulée absorbait avec une avidité presque humaine, comme s'ils désiraient retrouver une peau neuve.

    Une brume légère se formait petit à petit, à cette heure, provenant de la chaleur accumulée par les pavés durant la journée, et qu'ils vomissaient à présent dans l'air, formant des gouttelettes moites et lourdes.

    Au loin, on entendait vaguement, résonnant, le claquement des sabots d'une lourde bête, sans doute un boeuf tirant une charette, à en juger par les faibles grincements qui provenaient du même côté.

    Nul être vivant dans cette sombre impasse. Excepté un rat qui courait se mettre à l'abri, d'on ne savait quoi, d'ailleurs. Il était certainement le seul badaud à cette heure avancée.

    Soudain, un cri déchira le silence, tel l'éclair une nuit d'orage. Un cri féminin, long et aigu, qui se termina par un ricanement abominable, mais beaucoup plus rauque. L'agresseur, probablement. Le cri recommença, plus long, plus fort encore, et plus glaçant. Pas de réplique, cette fois. Mais le hurlement fut stoppé net, et, une oreille attentive eut pu déceler un souffle inhumain, horrible épilogue de cet intermède sonore.

    Qui était la victime ? Qui était le meurtrier ? Nul ne le saurait jamais. Et le lendemain, pour toute trace du crime, l'on retrouverait, peut-être, une trainée de sang coagulé, qui aurait éclaboussé une sombre façade décatie, voire un morceau de membre, pendouillant mollement sur un appui de fenêtre crasseux.

    Une scène pratiquement quotidienne de la vie mélandienne...
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  3. #63
    Date d'inscription
    December 2005
    Messages
    210
    Eredef déambulait dans les rues sordides de Mélandis.Tout ses sens éraient aux aguets (y compris son sens tieffelinesque). Il recherchait la maison de passe que lui avait indiqué werit...
    Il devait rester sur ses gardes; il sentait que l'on pouvait très facilemment "rendre l'âme de façon mystérieuses" dans ces étroites ruelles...
    -Au centre du cercle étroit, dans la braise encore brûlante-

    Ma couleur RP:#EEAD0E

  4. #64
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    Alors que le Tieffelin passait dans les ruelles les plus basses de Melandis, il apperçut avec un certain étonnement le revers de la médaille de la cité du chaos. Mais très comme toutes les villes Melandis avait ses zones sombres, ces rues en étaient une.

    Il ne lui fut pas très compliqué de trouvé la maison décrite par le brave Werit... Une sorte d'accumulation de la gente féminine était observable en dessous d'un portique annonçant la couleur. Fort peu... vétues, les femmes d'ages très variés exibaient leurs charmes sans réelle pudeur. L'une d'elle approcha le Tieffelin et lui parla simplement, explicant bien le fond de sa pensée


    "Alors gamin, on cherche quelque chose? Je peux peut-être t'aider mon grand"

    Passant un doigt sur sa lèvre inférieur, la courtisanne attendait une réponse.
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  5. #65
    Date d'inscription
    December 2005
    Messages
    210
    Eredef n'aimait pas ce genre de femme; vulgaires; étalant leurs charmes flétrissants, le visage marqué par la petite vérole. C'est avec une froideur glaciale qu'il dit:
    "-Je cherche Aphran; Werit m'envoie..."
    -Au centre du cercle étroit, dans la braise encore brûlante-

    Ma couleur RP:#EEAD0E

  6. #66
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    Le fait que "l'homme" dénigre complètement ses charmes offusqua la courtisanne... Rares étaient les males passant dans ces ruelles uniquement comme ça, sans même pretter attention à elle ou ses "collègues". Le regardant avec dédains elle fini par soupirer sèchement avec mépris. Elle montra une porte de sa main.

    Troisième porte à gauche... lacha-t-elle froidement Saleté de sang mêlé ajouta-t-elle faiblement
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  7. #67
    Date d'inscription
    December 2005
    Messages
    210
    Eredef, un petit sourire narquois aux lèvres, avec ses yeux si particuliers, lança un des regards terrifiants dont il avait le secret et qui fit glaça le sang de la fille de joie (et la fit taire par la même occasion). Arrivant devant la porte indiquée, choqua trois fois le heurtoir.
    -Au centre du cercle étroit, dans la braise encore brûlante-

    Ma couleur RP:#EEAD0E

  8. #68
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    Le Tieffelin attendit quelque instant derrière la porte se demandant même s'il n'aurait pas meilleur temps d'entrer dirrectement. Mais au bout d'une demi minute qui parut en durer quinze, la porte s'ouvrit, laissant échaper les émanations d'une odeur lourde, mélange de sueur et de parfum fort.

    L'ambiance de la pièce était très "standard" pour se genre d'endroit. Une catin gisait sur un lit, faiblement vétue et le "portier" ne semblait pas content du tout... tenant une couverture autour de sa taille, l'homme, mal rasé, se mit à hurler.


    "Quoi? Pas Moyen d'être tranquil? C'est quoi ce boxon? une lame dans les côtes te ferait-il plaisir?"

    Soit Ederef s'était trompé de porte, soit la courtisanne ne lui avait pas donné la bonne indication...
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  9. #69
    Date d'inscription
    December 2005
    Messages
    210
    Eredef dégaina l'épée qu'il venait d'acquérir (a prix fort d'ailleurs) et en pointa la lame vers l' homme vociférant. Il commençait vraiment à être fatigué des simagrées du peuple habitant ce quartier et si une bonne bagarre se declenchait il ne dirait pas non...
    Il dit d'un ton menaçant au possible (son aura démoniaque l'y aidant :notme2: ):

    "-Aphran; où est-il?"
    -Au centre du cercle étroit, dans la braise encore brûlante-

    Ma couleur RP:#EEAD0E

  10. #70
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    Le "brave homme" perdit soudainement sa magnifique voix virile à souhait pour se perdre dans des simagrées d'excuses... Mais la véritable surprise (l'autre étant une évidance) fut d'entendre une voix venat de derrière.

    "Je suis dans l'autre pièce... demi-démon. Que me veux-tu?"

    Ederef ne lacha pas la position de sa lame en tournant la tête pour voir d'ou venait la voix. Il aperçut un nain, recouvert d'une cape d'un gris anthracite avec une moustache taillée en pointe. Il pointait sur le Tieffelin une arbalette de poignet. Le carreau semblait enduit d'une étrange substance.
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  11. #71
    Date d'inscription
    December 2005
    Messages
    210
    Même si le tieffelin savait qu'il pouvait aisément eviter la flèche grâce à l'entraînement qu'il avait reçu au monastère du corbeau noir il ne voulait pas déjà se facher avec un eventuel employeur. Il rengaina donc son épée (si vite qu'on ne vit qu'un vif éclair argenté ) dans le fourreau qu'il portait sur le dos.
    Il dit à Aphran:

    -"C'est werit qui m'envoie; il m'a dit que vous auriez un travail à me proposer...

    [edit, fautes corrigées]


    Edit bis: pas toutes les fautes apparement désolé
    -Au centre du cercle étroit, dans la braise encore brûlante-

    Ma couleur RP:#EEAD0E

  12. #72
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    Le nain sembla songeur... Comme si ce nom évoquait quelque chose pour lui mais sans en montrer grand chose. Puis, l'air bougon il dit à Ederef :

    "Mouai... T'as de quoi prouver ça J'suppose?" Une certaine lueur dans les yeux, comme attendant de pouvoir voir un précieux objet. Ederef pu voir que, sur la table en bois trônait royalement une magnifique chope en Bronze, ouvragée comme seuls les nains sont capable de faire... pour un ustensil à boisson.
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  13. #73
    Date d'inscription
    December 2005
    Messages
    210
    Eredef sorti un flasque métallique de la besace qu'il portait sur le dos. Il en dévissa le bouchon et pris d'un trait une bonne rasade de la boisson. Il versa ensuite ce qui restait dans la flasque dans l'absurde chope de bronze.
    C'était du branheg , l'alcool extrêmement fort des barbares de l'épine dorsale du monde, à base de sang et de lait caillé fermenté. Bien sûre Eredef n'aurait pu en prendre une gorgée sans tomber raide ou recracher la boisson (il tenait bien l'alcool mais personne ne pouvait résister au braheg) c'est pourquoi il avait acheté chez un magicien de passage un flasque à double fond. Ainsi il n'avait bu que de l'eau. Aphran en allait être pour ses frais.
    Il prit la chope et la tendit au nain:

    "-Tenez essayez ça vous allez m'en dire des nouvelles; cuvée spéciale Werit! A la vôtre!"
    -Au centre du cercle étroit, dans la braise encore brûlante-

    Ma couleur RP:#EEAD0E

  14. #74
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    Le nain pris la fiole et la passa sous son nez. En tant que fin connaisseur, non seulement de boissons à teneur éthylique mais également de substances nocives, il discerna immédiatement quelque chose de louche.

    "Yarg! ça empeste le lait ton truc!"

    Il rendit la fiole sans y gouter. Alors que le Tieffelin allait la reprendre, Aphran, aussi rapide qu'un lièvre passa derrière lui, lui agrippant la main et effectuant une clé sympatiquement douloureuse.

    "Essais pas de m'avoir gamain, j'suis pas de la dernière neige. Mon cousin porte le lait en horreur, et ce pauvre truc que j'apparenterais à du lait distillé très fortement ne provient certainement pas de chez lui, et en tout cas pas pour moi!"

    Ederef sentit une légère picure sous sa gorge... le carreau impregné était posé juste au dessus de son artère, au moindre déclique, sa vie partait en giclet de sang.

    "Alors gamain, chui sur que tu vas avoir de la mémoir, pourquoi t'es là? Qui t'envois?"
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  15. #75
    Date d'inscription
    December 2005
    Messages
    210
    Eredef était mort de rire: le branheg avait toujours des effets inattendus: actuellement un nain assez gris le menaçait avec un bout de bois empoisonné.
    Eredef avait décidemment un sens de l'humour bien étrange (il n'était pas chaotique neutre pour rien :rigoler: ).

    Il dit alors au nain en contenant son rire (quel drôle de tieffelin).
    "-Je vous assure, Werit m'envoie, je voulais juste vous faire une petite blague...
    Je suis désargenté et votre cousin puisque ce nom ne vous est apparament pas inconnu m'a envoyé vers vous m'indiquant que avez un emploi pour moi"
    Et il sorti une jolie bouteille bleue de son sac et la tendit à Aphram en se libérant de sa clé de bras
    -Au centre du cercle étroit, dans la braise encore brûlante-

    Ma couleur RP:#EEAD0E

  16. #76
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    [Retour]


    La lune baignait de sa clarté maladive les ruelles dédaléennes des tréfonds du quartier populeux. Son maigre éclat tissait des formes tortueuses sur les cloisons délabrées, frêles silhouettes contorsionnées dans l’océan des ombres béantes. En ces lieux les clabauderies s’étaient éteintes, enfouies sous la crasse et la noirceur, et seuls d’inquiétants murmures perturbaient la sinistre pureté du mutisme vespéral.

    Soudain, un léger tintement résonna dans l’atmosphère fébrile. Deux paumes aux teintes marmoréennes agrippèrent les vestiges corrodés des barreaux d’un soupirail. Un craquement sec brisa définitivement la quiétude des helminthes. D’un bond félin, une créature au galbe tourmenté surgit de la trouée. Cette dernière paraissait être une balafre cisaillant l’âme délétère de l’endroit, suintant la pestilence d’une misère sans nom.

    Le vampire scruta le ciel constellé d’astres nacrés. Leur lueur rachitique nimbait ses yeux sombres d’une aura cireuse, mais une intense émotion se lisait au plus profond de ses pupilles. Il fit quelques pas, titubant au milieu des débris putréfiés.

    L’euphorie de sa catharsis affranchie, il sentait à nouveau une poigne sanglante faisant se chancir son cœur.

    Tout à coup, il perçut un bruit, enterré sous un monceau de débris. Un éclair cramoisi traversa son visage albâtre. Il fondit vers l’origine de son salut. Un misérable gueux, vêtu d’une pèlerine rapiécée, se releva dans un sursaut, l’air stuporeux. Il dégaina avec brutalité une rapière érodée par le Temps, l'implacable assassin.

    Le féroce regard de Walar croisa celui du brigand, où vacillait une famélique étincelle d’humanité, inexorablement immergée dans une vie de meurtres et de corruption. Le mort-vivant se rua sur son adversaire. Il esquiva une estocade, et cramponna violemment l’épée, meurtrissant ses paumes cadavériques tout en laissant s’échapper un morbide feulement. Il arracha l’objet des mains du pillard et le projeta au loin, puis d’un terrible coup de griffe il décapita le malandrin, du moins il ne lui laissa qu’une étique partie de la cervelle sur les épaules...

    Le buveur de sang sur rua sur les flots pourpres qui se déversaient de la carnation encore parsemée de soubresauts. Le sang noirâtre qui gouttait de ses poings crispés se mélangeait à celui du rustre. L’improbable étreinte perlait entre les pavés, finalement avalée par la terre nourricière. Une extase salvatrice s’embrasait dans ses veines, et il ferma les yeux, goûtant à l’accalmie de la venelle, si rare et si précieuse.

    Les minutes s’égrenèrent, et un hurlement éloigné finit par sortir le vampire de son orgiaque léthargie. Il se sentait mal. Un bref regard de biais sur le cadavre, autour duquel s’affairait la vermine, suffit à amplifier son malaise. Il aurait tant voulu garder la maîtrise. Perdu dans son isolement, aussi distant de la vie que de la mort, il s’était juré d’y parvenir. Il ne pouvait être condamné à errer dans cette pérennité de souffrance ! Les affres de son existence se tariraient. Il fallait explorer d’autres voies…

    Mu par une grâce funeste, Walar disparut dans l’abîme des ruelles.


    En direction de la Chimacienne...

  17. #77
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    Aphram pris la bouteille, laissant s'échaper le demi-démon. La bouteille, Elle, lui était familière, une bonne Bleue de Werit. Ceci était une preuve intrasèque des dire du jeunot qui quémendait un emplois.

    "Mouai, d'accord. Bon d'après ce que je vois, t'es pas le dernier des idiot et tu semble assez habile, quoi qu'un brin fou... Après tout j'ai rarement vu des gens rire dans des situations telles. J'vois pourquoi Werit t'envoie."

    Le nain se tut un instant, se déplaçant vers le pas de la porte. Il s'y arrêta un instant scrutant les douces ténèbres qui embaumaient la cité. Un étrange cris s'était fait entendre. Loin d'être occasionnel, le nain savait exactement de quoi il devait retourner et n'avait pas de compte à rendre à cet partie de la "population" mélandienne. En revanche, son maitre n'était toujours pas de retour, le laissant à diriger bien des choses avec ses compères. Certains, mûs par l'étourdissante soif de pouvoir avaient déjà tenté de prendre le controle des vestiges de l'organisation, mais d'autres demeuraient fidèles à la dicipline et avaient pu y remédier de la méthode la plus simple. Quand un corps est malade, il faut parfoi trancher net les apendices corrompus par le mal afin de garder le corps, l'édifice. Arphan faisait partie de ceux là.

    L'air mélancolique, le nain se retourna vers Ederef, s'appuyant contre le chambranle de la porte.


    "Ecoute gamain, j'vais être claire. Est tu capable de suivre une dicipline et de me servire comme un chien sert son maitre? Non pas que tu seras comme tel loin de là, je respecte mes subordonnés. Mais j'ai besoin de personne sûres! Si tu ne t'en sens pas capable, si tu n'es pas digne de servire l'ombre, alors pars tout de suite. Mais si, comme je le lis dans ta nature la plus simple, tu désires suivre cette voie, quoi que tâchée de sang, alors agenoue toi"
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  18. #78
    Date d'inscription
    December 2005
    Messages
    210
    -Hum un poste de garde du corps, tueur à gages? Cela me convient à merveille! Dit Eredef une lueur plutôt inquiétante brillant s'allumant au fond de ses yeux de chat. Il s'agenouilla esperant avoir bien interprété les grognements en patois du nain.
    -Je suis désormais à votre service boss; il me tarde de faire main mise sur les ruelles. Ordonnez et j'obéirais.
    Décidemment il était bien tombé et le brave aubergiste lui avait indiqué une bonne adresse. Il allait pouvoir s'élever dans la pègre de la ville.
    -Au centre du cercle étroit, dans la braise encore brûlante-

    Ma couleur RP:#EEAD0E

  19. #79
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    Le nain regarda le tieffelin d'un air empli de pensées, un peu absent. Les qualités racials du Tieffelin allait lui être extrêmement util pour le Retour. Il lui fit signe de le suivre dans sa "chambre". Ici, il actionna un mecanisme sur l'un des murs et fit s'ouvire devant le demi dàmon un escalier souterrain descendant raidement dans les ténèbres. Se munissant d'un chandelier, il fit signe à Ederef de le suivre.

    Arrivés en bas, une sorte de complexe souterrain s'ouvrait aux yeux du nouveaux venus... Le Dédal des égouts... La moisisure et les relents nauséabond qui assiégèrent les narines du démon ne le mirent pas de bonne humeur, mais le nain avançait vite, pour un être de sa taille, et avec une assurance déconcertante. Arrivé dans une petite pièces, elle aussi dissimulée dans derrière un faut mur - ce qui n'étonnait plus vraiment Ederef- le nain lui dit :


    Très bien, ivi nous pouvons parler. Il va falloir que tu me prouve que tu es suffisement bon. Va dans le port et trouve Vaeren, Il se trouve au premier étage de l'auberge sur les quais. Tu le reconnaitras, il a les cheveux blancs et rouges. Apporte lui ce message.


    Sur quoi il lui remis une enveloppe scellée par un cachet en cire noire


    Retrouve moi ici, tu peux passer par les égouts, ou par en haut, je t'attends mais dépèche toi, je compte sur ta rapidité.
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  20. #80
    Date d'inscription
    December 2005
    Messages
    210
    Eredef s'en fut avec ce pas singulier, propre aux moines, un mélange de course, de marche et de saut et s'enfonça dans les ténèbres des égouts...
    -Au centre du cercle étroit, dans la braise encore brûlante-

    Ma couleur RP:#EEAD0E

  21. #81
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est connecté maintenant Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 931
    [Quête : le prophète gris]

    Depuis quelques semaines, une rumeur s’amplifiait dans les bas quartiers. Une rumeur comme la ville n’en avait sans doute jamais connu : elle n’était pas terrible, ni effrayante, ni annonciatrice de malheurs. Non, elle apportait au contraire ce que la plupart des miséreux de Mélandis avaient perdu : de l’espoir.

    On parlait d’un individu – un elfe, d’après les plus informés – qui parcourait les ruelles crasseuses et apportait son aide à qui en avait besoin. Les témoignages rapportant ses actions devenaient sans cesse plus nombreux : un homme prétendait que l’inconnu avait soigné son épouse malade. Un autre qu’il avait payé toutes ses dettes et ainsi évité qu’il ne soit jeté à la rue. Les récits devenaient innombrables et, bientôt, on donna un nom à ce mystérieux bienfaiteur : on le baptisa le prophète gris, à cause de la couleur du grand manteau de voyage qu’il portait.

    L’individu en question n’était guère réjoui par ce surnom et par la réputation qui l’entourait : il avait essayé d’agir discrètement et demandé la silence à ceux qu’il tentait d’aider. Mais ses actes de bonté paraissaient si étranges, si inattendus au milieu des horreurs de Mélandis la sombre, qu’ils n’avaient pu longtemps être gardés secrets. Désormais, dès qu’il pénétrait dans les bas quartiers, Taliesin était reconnu et nombreux étaient ceux à venir solliciter ses bonnes œuvres. Il avait donc requis l’assistance d’Albus et Rhéa, ses deux « esclaves » et, ensemble, ils tentaient de soulager les maux des plus déshérités.

    Le barde avait l’impression de lutter contre le vent : dès qu’un problème était réglé, un autre surgissait quelque part, puis un autre encore. Il n’y avait pas une maison, pas un taudis où il ne puisse se rendre utile, et il était loin de pouvoir tout résoudre. Il dépensait pourtant sans compter et son temps et son argent (ses concerts au Mélandinopole rencontrant toujours le même succès, il n’en manquait pas) ; il ne demandait rien en échange, si ce n’est d’éventuelles informations sur les rescapés de son peuple.

    Il avait reçu dans ses démarches un soutien inattendu : celui d’un petit garçon nommé Peter. L’enfant avait un temps travaillé comme domestique auprès d’une des pensionnaires d’un collège pour jeunes filles bien nées. Mais après que sa maîtresse, réduite à la pauvreté, n’ait eu d’autre choix que de devenir servante à son tour, il avait dû chercher d’autres petits boulots pour subvenir aux besoins de sa famille. Il connaissait donc parfaitement les bas quartiers et, après que le barde eut persuadé (à grands frais) un prêtre de venir guérir sa mère gravement malade, le gamin avait proposé de le guider et de l’introduire dans le monde sordide des pauvres ères de la cité. Avec son aide, Taliesin avait pu rencontrer nombre de gens... Mais pas ceux qu’il recherchait.

    Il en était déçu, certes, mais le fait de pouvoir soulager un tant soit peu la triste vie de ses malheureux lui apportait un certain réconfort. S’il n’était venu à Mélandis que pour tenter de retrouver les siens, la misère qui régnait en ces lieux l’avait touché et, tout en poursuivant sa quête, il n’avait pu faire autrement que de tenter d’agir pour améliorer les choses. Et son action commençaient à prendre de l'ampleur : avec le concours de son jeune guide, il était parvenu à entrer en contact avec certaines personnes influentes parmi les pauvres, lesquelles avaient accepté de relayer ses efforts. Ainsi, un véritable mouvement d’entraide se mettait progressivement en place parmi les pauvres de Melandis.

    Et, petit à petit, grandissait la réputation du Prophète Gris.


    HRP : les événements et les personnages décrits ici sont purement fictifs. Toute ressemblance avec des événements ou des personnages réels ou fictionnels est purement fortuite. Si si, je vous assure.

    [Suite ici]
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  22. #82
    Date d'inscription
    June 2006
    Localisation
    Dans les bras d'Urumi
    Messages
    3 554
    A peine rentrée dans la cité Chalindra entendit le bruit d'une révolte en cour. Ce bruit lui était famillier car sa ville natale venait de connaître les même troubles.
    Prudament elle prit la direction des Bas-Quartiers, elle manquait de distraction depuis ses derniers temps, quelques esclaves la distrairait. En pénetrant dans une section encore plus délabrée, deux hommes en loques l'invectivèrent:


    -"Et toi la noiraute, t"es perdue où quoi?" Dit-il avec un regard lubrique.

    -"Oui" répondis-je, "Peut-être que vous pourriez m'aider." Je dégaina mon fouet et me mis en position défencive.

    -"Première et dernière faute étrangère" dit le second esclave. "La révolte gronde et tu es toute seule. En plus tu es stupide, tu n'auras pas assez de place pour frapper avec ce fouet" Il dégaina sa dague et son compagion agita un gourdin. Ce lui avec son gourdin se jeta moi. Malheuresement pour lui, il n'avait jamais eu à faire à un fouet bénit par Lloth. Etant vivant, il n'avais pas besoin d'espace pour frapper. Je le regardis mourrir en rigolant, l'autre pris de terreur partis en courrant. Je pris le gourdin de son amis et lui lança dans les pieds. Il tomba et me suplia de l'épargner savourant mon triomphe, je pris sa dague et dit:

    -"Je vais t'arracher le coeur, ça me rappelera de bon souvenir..."Se concentrant l'esclave essaya de se débattre, peine perdue, je lui arracha le coeur en scandant le nom de LLoth. Ma première victime à la surface en son honneur.
    Entendant des bruits se rapprocher, Chalindra se recouvrit d'un globe de ténèbre et disparue heureuse de s'être bien amusée.

  23. #83
    Avatar de Tar Ael Velluthra
    Tar Ael Velluthra est déconnecté Fey'ri du vortex
    Date d'inscription
    August 2003
    Localisation
    Melandis
    Messages
    117
    Le fey'ri, déçu par sa tentative au temple de Malar de trouver une dinde et un chat roux, s'en fut vers l'Antre des Miséreux, songeant fort à propos qu'il pourrait y trouver son compte dans cette partie de la Cité. Il marchait vite ; il faisait froid, et il tentait de se réchauffer en faisant quelques mouvements des bras, lui donnant un air de crawleur assez ridicule, mais efficace.

    Alors qu'il arrivait non loin d'une petite place, sur lesquelles débouchaient trois rues toutes plus lugubres les unes que les autres, le fey'ri entendit une clameur, non loin de là.

    "En avant !", disait-on. Aussi, suivit-il cet ordre, cherchant toujours des yeux un félidé ou une gallinacée. Pour quoi faire, au fait ? Il ne savait plus. Et, où était-il maintenant ? Ah oui, les Bas-Quartiers...

    Il tomba sur un groupe de révoltés en train d'attaquer un duo de gardes aux couleurs de Melandis. Tar'Ael ne savait au juste qui ils étaient, ce qu'ils faisaient. Mais l'entropiste se sentit en danger... Il incanta rapidement :


    Tar'Ael ---> Porte dimensionnelle ---> Tar'Ael

    Hélas pour lui, un hiatus entropique l'enveloppa aussitôt. Des volutes azur l'entourèrent, tandis qu'il levait les mains pour achever son incantation. Sitôt terminée, un éclair velouté crépita au-dessus de lui, puis laissa la place au silence le plus opaque : combattants des deux camps s'étaient interrompus, effrayés par le vacarme qui venait de rugir dans toute la rue.

    Enfin, Tar'Ael ne put hélas admirer le résultat de son sortilège manqué : ses cheveux venaient de prendre une ravissante coloration bleue, avec des reflets argentés sur les tempes.

    Ebahis, les esclaves s'en furent sans se poser plus de questions. Peut-être était-il dangereux, ce zouave-là !

    (Et puis... on sort! )
    Dernière modification par Tar Ael Velluthra ; 22/08/2007 à 15h36.
    Vous parler du vortex ? JAMAIS! C'est mon vortex! Bas les pattes! Du vent! Sinon je vous pulvérise à coup de boules de... poil d'écureuil, tiens... Ahum... Une noisette ?

  24. #84
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est connecté maintenant Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 931
    [Quête : le prophète gris]

    Taliesin se tenait au milieu d’une véritable foule, sur une place en plein cœur des bas-quartiers. Il avait été rejoint par l’ensemble des personnalités influentes parmi les miséreux et, ensemble, ils débattaient de l’attitude à adopter vis à vis de la révolte en cours. A chaque instant, des messagers se présentaient et les tenaient informés des nouveaux événements.

    Cela faisait de longues minutes que ses compagnons pressaient Taliesin de prendre position en faveur des insurgés, Mais celui-ci, qui n’avait jamais voulu provoquer une telle chose, qui avait la désagréable impression que la situation lui échappait complètement, tentait de résister à leurs arguments.


    -Les gens n’attendent qu’un signe de votre part, messire, disait un homme courtaud au teint hâlé.. Dites un seul mot, et tout le petit peuple se soulèvera.
    -Je suis contre la violence ! s’exclama le barde. Je ne peux la soutenir !
    -Je sais que c’est contraire aux principes qui vous ont été enseignés, intervint une femme d’un âge fort avancé, mais qui conservait des vestiges d’une beauté jadis éclatante. Hafgan était un pacifiste notoire. Mais en certaines circonstances, lorsqu'il n'y a d'autre choix, il faut abandonner les considérations morales et agir.

    Taliesin l’observa, bouche bée. Il connaissait cette femme depuis quelques jours à peine, mais il avait déjà eu l’occasion d’être impressionné par l’aplomb et la détermination dont elle faisait preuve. Et voilà qu’à présent…

    -Oui, dit-elle en souriant doucement. Je sais qui vous êtes. Et peut-être fais-je partie des gens que vous recherchez si passionnément. Mais ce n’est point l’heure d’en discuter : il vous faut sur l’instant décider de ce que vous allez faire.
    -Je… Je ne voulais rien de tel en arrivant ici ! balbutia-t-il. Et quand bien même l’aurais-je voulue, une révolution est vouée à l’échec. Nous ne sommes pas préparés, nous manquons d’unité…
    -Peut-être. Mais que vous le vouliez ou non, vous avez une part dans ce qui se produit : vous avez fait renaître l’espoir chez ces gens. Vous leur avez redonné envie de conquérir leur liberté. Vous n’avez désormais que deux possibilités : regarder les pauvres et les esclaves se faire massacrer, ou tenter de les aider et ainsi, leur donner une chance de réussite, aussi infime soit-elle.

    Taliesin demeura coi un moment. Elle avait raison, bien sûr : il n’avait jamais été dans ses intentions de déclencher un soulèvement, mais il était bel et bien en marche. Pouvait-il, dès lors, abandonner ceux qu’il soutenait depuis des semaines ?

    L’elfe poussa finalement un soupir résigné.

    -Soit, puisqu’il en est ainsi… Je me battrai. Corellon me pardonne pour ce qui s'ensuivra...

    Et, avant que sa fragile détermination ne flanche, il monta sur un tonneau. La foule devint aussitôt silencieuse, et la voix de l’elfe se répercuta en puissants échos sur les façades des masures jouxtant la place.

    -Peuple de Mélandis ! Vous savez que je n’ai jamais prôné la guerre. Jamais jusqu'ici je ne vous ai demandé de vous battre ! Mais vos oppresseurs en ont décidé autrement : aujourd’hui, ils ont perpétré le forfait de trop : vos frères ne l’ont pas supporté et ont donné libre cours à leur juste vengeance ! Les monstres qui vous gouvernent ont allumé un brasier dont ils ne connaissent pas l’ampleur. Aujourd’hui, un vent de liberté souffle sur la cité du Chaos ! Beaucoup de sang coulera, beaucoup des nôtres tomberont. Mais si les dieux sont avec nous, alors le jour se lèvera peut-être sur un autre monde ! Je me battrai jusqu’à mes dernières forces, jusqu’à mon dernier souffle, pour qu’il en soit ainsi. Qui m’aidera dans cette noble tâche ?

    Une clameur enthousiaste, assourdissante, explosa alors sur la petite place. Elle roula telle le tonnerre le long des rues avoisinantes, et peut-être les Conseillers, dans leur sinistre palais, en perçurent-ils les échos vengeurs. La révolte initiée par une poignée d’esclaves venait de prendre une nouvelle dimension : c’était à présent tout un peuple, bafoué, opprimé, qui se soulevait pour reconquérir sa liberté.

    Quand le bruit se fut quelque peu calmé, Taliesin reprit la parole :


    -Je demande que quiconque soit en âge de combattre s’arme sur l’heure et rejoigne les rangs de la rébellion ! Que ceux qui ne peuvent lutter rassemblent des provisions ! Qu’ils construisent des barricades ! Faisons des bas-quartiers une base imprenable d’où nous pourrons partir à la conquête de la ville !

    Le barde fut entendu. Tandis qu'il distribuait des ordres à ceux qui étaient désormais ses lieutenants, hommes et femmes couraient en tous sens pour récupérer qui une épée rouillée, qui une massue, qui un simple bâton. Ils s’organisèrent ensuite en groupes compacts qui parcoururent le sombre dédale des bas quartiers, mettant à mort les quelques patrouilles mélandiennes qui s’y trouvaient et se répartissant leur équipement. Des barricades furent dressées sur les principales artères : des magasins furent pillées, la nourriture entassée dans des entrepôts bien protégés, les armes distribuées à tous ceux qui n’en avaient point. En moins de deux heures, les quartiers pauvres étaient passés aux mains de la rébellion. Et dans toutes les zones avoisinantes, des émeutes éclataient.

    Lorsque l'ordre des opérations fut arrêté, Taliesin, accompagné d’Albus et de Rhéa, ainsi que d’une troupe forte d’une cinquantaine de personne, prirent la direction du port. Il y avait là une demeure de triste réputation à laquelle ils voulaient rendre une visite… de courtoisie.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  25. #85
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 124
    [Quête : le prophète gris]

    Un peu partout, les gardes impériaux commençaient à se regrouper pour faire face à l'insurrection grandissante. D'autres étaient partis chercher des renforts, et informer leurs supérieurs de la situation qui devenait petit à petit critique ; le mouvement se généralisait, et bientôt, tout le quartier des indigents était éveillé sous la clameur de la foule en colère, agitant poings, bâtons, ou armes volées aux gardes massacrés, avec un air menaçant. Ils allaient mettre Melandis à feu et à sang, si cela continuait...

    Les ordres étaient clairs : il fallait maintenir un cordon de sécurité autour des Bas-Quartiers, et empêcher les rebelles d'atteindre le reste de la Cité, sans quoi, les dégâts seraient énormes. Quant aux esclaves eux-mêmes, pas de pitié...

    Des détachements de gardes assaillaient les hommes qui tenaient une arme, et, malgré leur fatigue, malgré leur fébrilité, ceux-ci parvenaient à trouver la force de résister aux attaques, sans doute mus par une rage pleine d'espérance longtemps retenue. Un peu partout, les combats éclataient, et la garde mélandienne reprenait peu à peu ses esprits ; plusieurs groupes d'esclaves furent massacrés pour leur impudence, mais l'avantage n'était pas toujours du côté des gardes...

    Les Bas-Quartiers se transformaient rapidement en un gigantesque champ de bataille, dans lequel certains bâtiments prenaient feu. L'incendie déclenché à la Chimacienne s'était propagé aux masures voisines, et tout un bloc de maisons fut réduit en cendres en quelques heures, tandis que d'autres foyers étaient allumés ailleurs dans le quartier.

    La révolte ne faisait que commencer.
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  26. #86
    Date d'inscription
    June 2006
    Localisation
    Dans les bras d'Urumi
    Messages
    3 554
    Chalindra entra de nouveau dans les bas-quartier. Se déplaçant inaperçue à l'aide d'un globe de ténèbre, elle repéra plusieurs poches de résistance. Au détour d'une ruelle, elle tomba sur un garde se faisans battre par plusieur esclave. Leur chef, un orc, musculeux rigolait en écoutant les cris du garde. Admirant quelques secondes le spectacles, elle réfléchit à la meilleur façon d'intervenir. Elle incanta:

    Chalinra--->Flamme sombre--->Dague

    D'un coup l'orc s'arreta, sur le qui vive, il scruta les ténèbre. Ciblant son groupe je commençai à incanter:

    Chalindra--->terreur--->esclaves révoltés

    La plus part des esclaves s'enfuirent en hurlant et ceux qui restèrent partire dès que je les recouvrit de flammes indolore; restait l'orc qui m'avait repérer.

    -"Sort de là sale drow tes tours ne me font pas peur. Viens si t'es un homme!"

    Le contournant, je souris l'orc s'approchait de l'endroit où je me trouvais, brandissant sa hache, il braya une insulte. J'en proifitai pour le couper légèrement avec ma dague, il cria de douleur en sentant la brulure des flammes de ma dague. Il se retouna et attcqua à l'aveuglette ivre de râge, en me gaussant de lui je lui dit que je n'étais pas un homme. Il redoubla de fureur esquivant sans peines ses coups maladroit, je vis derrière lui le soldat se lever et prendre son épée cherchant à occuper l'orc, je dégaina mon fouet et annula le globe de ténèbre. A l'aide de mon fouet je le repoussai vers le soldat qui le décapita proprement. Il s'écroula ensuite perdant presque connaisance. Je m'accroupi et le gifla:

    -"Réveille toi le mâle, tu vas mourrire... à moins que...-"Quoi" dit-il"Que dois-je faire"
    -"a moins que tu ne pries Lloth avec ferveur car tu es gravement blessé, je ne sais pas si j'arriverai à convaincre la Reine Araignée de te sauver. Qu'en dis-tu?"
    -"D'accord que Lloth me sauve et je la servirai"

    A peine eu-t-il fini ses quelques mots, je pria Lloth de lui accorder la vie. Une étrange lumière rouge envelopa le garde qui hurla. Quand la lumière s'éteint le garde se releva, il remercia Lloth d lui avoir accordé la vie. En souriant je lui tendis un bout de mirroire et ses trais se déformèrent, il avait remarqué le tatouage en forme d'araignée sur son front.

    -"Ainsi tu n'oublieras pas ta promesse, si tu le fais se Dweomer s'enfoncera dans ta peau. Maintenant, tu sers la Mère Noire. Prie La toute les nuits et dédie lui tes victoires, quand un temples sera ériger à sa gloire tu porras peut-être faire enlever ce tatouage en rendant un grand service à une grande prétresse ou à Lolth elle-même."
    -"Très bien, j'ai à faire maintenant prétresse, je dois rejoinre ma section. A plus tard."

    Souriantes, je le regardis disparaître. Cette ville était parfaites et ses troubles permettrons à Lloth de s'implanter dans cette régions de la surface.

  27. #87
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est connecté maintenant Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 931
    [Quête : le prophète gris]

    Une longue colonne de rebelles épuisés pénétra enfin dans les bas-quartiers où l’accueillit une foule enthousiaste et ne tenant nullement rigueur aux combattants de la défaite qu’ils venaient de subir. En effet, de l’avis général, avoir fait face à l’armée mélandienne une journée durant sans faillir était un miracle digne de louanges.

    Taliesin n’était pas loin de partager cette opinion, mais il était conscient que ce repli était un tournant critique pour la rébellion, la laissant devant une alternative à laquelle il n’existait pas d’échappatoire : soit les insurgés parvenaient à inverser la tendance et à redonner un nouveau souffle à leur mouvement, soit ils mourraient jusqu’au dernier après avoir subi une succession de déroutes plus dévastatrices les unes que les autres...

    Le barde était littéralement épuisé, sans parler des blessures qu’il avait récolté au cours des combats. Il n’avait qu’une seule envie : se laver du sang qui le couvrait de la tête aux pieds et prendre une bone nuit de repos. Mais il ne le pouvait pas. Pas encore, en tout cas. Il rassembla donc son état-major et, ensemble, ils débutèrent un conseil de guerre qui se prlongeea plus d’une heure.

    Taliesin apprit avec soulagement que ses ordres avaient été respectés : la majeure partie des insurgés présents dans la zone marchande avaient rejoint les bas quartiers, accompagnés de charrettes pleines d’équipement et de denrées diverses récoltées dans les nombreuses échoppes. Lesquelles, comme nombre de bâtiments publiques, avaient été proprement incendiées. Quelques rebelles, cependant, s’étaient attardés en arrière : ils devaient à présent affronter les troupes mélandiennes lancées à leur poursuite, et l’elfe ne pouvait qu’espérer, sans grande conviction, que leurs dieux leur viennent en aide.

    Il ne pouvait rien faire pour les soutenir, car à présent, il fallait songer à transformer leur retranchement en une base imprenable. Les travaux avaient commencé dès le premier jour de la révolte : Taliesin ordonna qu’on mette les bouchées doubles. Chaque rue menant vers l’extérieur devait être obstruée par de solides barricades ; les édifices jouxtant les quartiers pauvres devaient être détruits, afin d’offrir une vue dégagée aux archers rebelles embusqués et de leur permettre d’assaillir de traits l’ennemi sitôt qu’il se présenterait. Il fallait stocker les vivres dans des bâtiments sûrs, hors de portée des Mélandiens, et mettre en place un hôpital pour soigner les blessées. Il fallait également penser à poster des sentinelles, à organiser des patrouilles, à distribuer armes et armures à ceux qui n'en disposaient pas encore...

    Tant de choses à faire, et si peu de temps ! Taliesin sentit bientôt l’épuisement triompher de lui, et il dut quitter la réunion. Il avait paré au plus pressé : les zones que l’insurrection contrôlait toujours, à savoir l’immense dédale des taudis et le port, étaient sécurisés. Demain, il songerait à des moyens d’organiser une contre offensive... Mais pour l’instant, il avait bien mérité un peu de repos.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  28. #88
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est connecté maintenant Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 931
    [Quête : le prophète gris]

    La vie avait repris son cours dans les quartiers contrôlés par les insurgés. Un cours étrange, certes, similaire à celui d’une forteresse assiégée, mais un cours tout de même. Dans la périphérie, le quotidien était fait de tours de garde, de patrouilles, et d’escarmouches avec les troupes mélandiennes. Dans le centre, les journées étaient également bien remplies : tous ceux en âge et en état de porter des armes s’entraînaient, sous la direction des rares esclaves possédant des connaissances martiales. Ceux qui étaient trop jeunes, trop vieux ou trop faibles pour combattra s’occupaient à renforcer les fortifications, à préparer la nourriture, à entretenir les armes... Et au milieu de cette activité incessante, Taliesin et ses lieutenants tentaient d’échafauder une stratégie pour relancer la révolte.

    Si pour l’heure les Mélandiens ne pouvaient pénétrer dans les retranchements rebelles, ceux-ci ne pouvaient guère en sortir, tant la surveillances dans les zones limitrophes était étroite. Un brusque assaut pourrait peut-être rompre le cordon de sécurité, mais les pertes seraient lourdes et l'espérance des rares insurgés qui parviendraient à s’enfoncer en zone ennemie serait pour le moins réduite. Cet état de fait était dramatique : le siège pouvait s’éterniser des semaines, mais il finirait inéluctablement par la défaite des anciens esclaves. Il fallit donc absolument trouver quelque chose pour porter la mort et la destruction chez les Mélandiens et renverser la tendance.

    L’idée vint de Peter, le garçon qui avait servi de guide au barde alors qu’il commençait ses œuvres dans les bas quartiers : on n’avait qu’à se servir des égouts. Il les connaissait bien pour y avoir pratiqué la chasse aux rats, afin de gagner quelques sous, et il savait qu’on pouvait grâce à eux rejoindrer n’importe quelle partie de la cité du Chaos. Taliesin et les autres chefs de la rébellion étudièrent cette possibilité. Elle ne suscita d’abord chez eux qu’un enthousiasme modéré : les tunnels étaient dangereux et les bouches d’égouts rares dans les ruelles miséreuses où les immondices gisaient le plus souvent à ciel ouvert. Puis, conscients que les avantages offerts par ce procédé pouvaient dépasser de loin des inconvénients, pour peu que l’on agisse avec finesse, ils décidèrent d’y recourir.

    Ce choix inaugura une nouvelle phase de la révolte. Une fois encore, les Mélandiens allaient durement ressentir le courroux de leurs anciennes victimes.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  29. #89
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Gaeïa
    Messages
    120
    [Quête : le prophète gris]

    Du sang. Du feu. Des cris. La guerre faisait désormais rage à Mélandis, et l'affrontement gagnait, ruelle par ruelle, chaque jour un peu plus de terrain. Les émeutes se déplaçaient, et jusque lors, le bourreau s'était contenté de les suivre au fil des allées et venues de celui qui les emmenait : Taliesin.

    L'occasion lui avait ainsi été donnée d'assister à nombre de scènes de combats. Désormais, les insurgés ne se cachaient plus pour affronter leur ennemi et les escarmouches devenaient régulières...et même incessantes. Le bourreau bouillait de se forcer à ne pas y participer. Jusque lors, il n'avait toujours pas pris partie ; et sa lame était restée dans son fourreau depuis tout ce temps. Mais le temps pressait, et à ce point du conflit, il lui fallait prendre partie.

    Ses réflexions étaient le fruit d'une journée à observer soldats et esclaves s'entretuer. Morfea était resté près du barde, qui donnait ses instructions sur l'un des postes de défenses que les esclaves avaient bâti à proximité des bas-quartiers. Alors que personne ne s'y attendait, les mages de combat de la garde avaient envoyé une séquence de boules de feux sur le poste, auxquelles succédèrent une charge soudaine de l'armée. L'effet de surprise était total, et la confusion s'empara très vite des esclaves. Prit de vitesse, Morfea s'enfonça dans l'ouvertur d'une masure d'apprence abandonnée pour s'y dissimuler. Il y surprit alors une mère terrorisée tenant sa jeune enfant en pleur dans ses bras. Tant de faiblesse finissait par causer de l'agacement chez le demi-elfe. Observant par la fenêtre la scène du combat, il en conclut que la cause des esclaves était désespérée. Si une bonne moitié d'entre eux faisait preuve de courage et de force au combat, l'autre partie était faible, et ils n'étaient pas rares ceux qui, voyant la situation désespérée, préféraient la fuite. Le bourreau comprit alors qu'il avait tout intérêt à se manifester au côté des forts : la garde.

    Sa décision était prise. D'une part, il n'aimait guère les lâches, les faibles, et d'autre part, prendre partie pour ses esclaves alors que leur cause semblait perdue ne lui attirerait que des soucis. Sa main glissa alors machinalement sur son katana, relevant sa capuche pour enfin laisser son visage se découvrir, Morfea fut alors surpris par trois gardes qui venaient de faire irruption dans la maison, causant l'effroi de la jeune mère appeurée et de son enfant.


    - J'sens qu'on va bien s'amuser ! dit alors l'un des gardes apercevant la jeune femme

    - Oh doucement y a quelqu'un.

    - Pas d'soucis, j'le connais. C'est l'bourreau.

    Voyant que ce dernier ne réagissait pas, le troisième homme se tourna à son tour vers les deux esclaves arrachant l'enfant des bras de sa mère.

    - Pousse-toi le mioche. On a besoin de ta mère.

    Des rires vinrent ponctuer les paroles du soldat. L'enfant se débattant, ce dernier n'hésita alors pas à la clouer au mur en lui transperçant le ventre de sa lame sous les yeux horrifiés de sa mère. Se tournant vers elle, le soldat lui lança un sourrire vicieux.

    - T'inquiète ma mignonne. On va s'occuper de toi.

    Et si la scène avait sans doute marqué à vie la pauvre femme, elle n'en retourna pas moins le bourreau... mais pas pour les mêmes raisons. Alors qu'au dehors avait lieu un combat important, ces hommes allaient prendre du bon temps, préférant s'en prendre aux faibles... cette scène provoqua chez lui un électrochoc, qui lui rappela de vagues mauvais souvenirs. Il comprit alors que si ces soldats y mettaient tant de bon coeur, c'était par lâcheté. Face à trois hommes aussi bien équipés qu'eux, auraient-ils eu le même cran... de sourire dans l'adversité ? Le sang du bourreau ne fit qu'un tour, son regard devint noir. Alors que l'un des soldats fermaient la porte pour s'assurer de pouvoir sévir sans être déranger, il interrompit le trio.

    - Dites-moi messieurs.

    - Qu'est-ce qu'y a pour vot' plaisir ? vous en voullez aussi ? demanda dans un éclat de rire moqueur le dernier soldat.

    La haine que provoquait en lui un telle attitude fit alors entrer le bourreau dans une furie explosive.

    - C'est donc ça l'armée de Mélandis ? ... pathétique.

    Attrapant par le cou le soldat qui avait osé lui répondre, Morfea l'étrangla d'une seule main, la main droite de la mort pesait de toute la pression qu'elle pouvait délivrer sur les os du soldat alors que ses deux camarades n'imaginant pas ce qui allait suivre se contentaient d'observer.

    - Je n'aime pas les lâches.... Je vais te tuer.

    Forçant un peu plus la pression qu'il exerçait sur le cou du soldat, le bourreau finit par lui rompre les os. Comprenant alors qu'il allait falloir l'affronter les deux autres soldats se saisirent de leur arme pour tâcher d'éliminer ce nouvel obstacle un prévu, mais dégainant son katana rapidement, ce dernier para l'attaque du premier, venu de côté, pour esquiver d'un pas de côté l'attaque du second. Repoussant d'un mouvement rageur l'arme du soldat qui avait attaqué le premier, Morfea trancha net la main droite du second qui revenait à la charge. Le hurlement qu'il poussa attira alors quatre autres gardes qui finissaient de massacrer quelques esclaves au dehors alors que la troupe d'insurgés reculait. Mais les trois soldats entrés ayant fermés la porte à clé, les renforts se trouvèrent un instant bloqués... jusqu'à ce que le barde envoie valser le cadavre du troisième soldat -qu'il venait d'exécuter d'un coup de lame entre les deux yeux- à travers la porte, envoyant du même coup à terre les quatre hommes. L'un d'eux, un officier, se relevant, aperçut alors le bourreau sortant à son tour de la masure :

    - Nwalk ? Mais que faites-vous là ?

    La réponse terrorisa alors quelques soldats, qui virent fondre sur eux dans un cri de guerre puissant, un être empli de haine et assoiffé de sang... le sang de ceux qu'il considérait dès lors comme des lâches sans honneur. Morfea se jeta dans la mêlée, usant de magie et de science du combat pour se défaire d'abord des quatre hommes qui lui faisaient face avant de combattre aux côtés des esclaves, qui avec l'aide de ce nouvel arrivant retrouvèrent une rage de combattre et de vaincre qui semblait pourtant les avoir quitter : les insurgés venaient de se trouver un nouveau leader au combat, et la bataille qui s'en suivit ne fit pas beaucoup de survivants... chez les esclaves comme chez les soldats... sauf que les soldats avaient attaqué beaucoup plus nombreux. C'est alors qu'une nouvelle rumeur naquit au sein d'un brouillard de guerre. Le bourreau Morfea Nwalk avait trahi le conseil et l'armée, et s'était rangé au côté des insurgés.

    La mort est mon seul guide
    La haine mon essence
    Mais moi, que suis-je ?

  30. #90
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est connecté maintenant Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages
    30 931
    (Quête : le prophète gris)

    La rumeur ne mit guère de temps à atteindre les oreilles des dirigeants de la révolte, et le moins qu’on puisse dire est qu’elle les surprit beaucoup. Certes, il y avait déjà eu des ralliements de Mélandiens à la rébellion, mais il s’agissait dans la plupart des cas de gens du petit peuple, de modestes employés, et Nwalk était le premier dignitaire de quelque importance à embrasser leur cause. L’événement surprenait encore plus lorsque l’on connaissait la fonction et la personnalité du personnage : Morféa était le bourreau officiel de la ville. Il était réputé pour sa cruauté, et l’on ne comptait plus le nombre des malheureux qui avaient succombé entre ses mains expertes. Il était d’ailleurs plus que probable que de nombreux insurgés aient des raisons personnelles de le détester : il n’était pas difficile de trouver parmi eux des personnes dont un parent ou un ami avait fini sur l’échafaud.

    Pourtant, personne ne s’insurgea contre la présence de Nwalk dans les rangs insurgés. Au contraire : il avait redonné espoir à beaucoup de monde, et les anciens esclaves se jetaient au combat avec une férocité accrue, convaincus qu’avec un tel champion à leurs côtés, l’issue de la guerre civile pouvait être changée.

    Quant à Taliesin et à ses lieutenants, ils avaient d’abord accueilli la nouvelle avec perplexité. Ce nouveau venu était pour le moins gênant : ils se demandaient quelles obscures raisons avaient bien pu le pousser à trahir ses supérieurs. Se pouvait-il qu’il soit moins mauvais qu’il n’en avait l’air ? Qu’il ait été touché par le courage des esclaves ? Ou bien croyait-il réellement en leur chances de succès et avait-il agit afin de se ménager une place dans le nouvel ordre qui pourrait voir le jour ? Nul n’aurait pu répondre à ces questions, ni n’avait d’ailleurs le temps d’y réfléchir. Il fallait donc prendre son parti de la chose. Après tout, ils avaient tout fait pour susciter de tels ralliements… Néanmoins, malgré l’ascendant que Nwalk avait d’emblée pris sur nombre de ses nouveaux compagnons, le barde et les autres dirigeants de la révolte décidèrent de ne pas l’inclure tout de suite dans l’état major. Il fallait qu’il fasse ses preuves, qu’il montre qu’il n’y avait aucune duplicité derrière ses actes. Pour l’heure, on se contenterait donc de le laisser prendre la tête des hommes sur le terrain, sans pour autant le tenir au courant de toutes les opérations en cours.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

Page 3 sur 9 PremièrePremière 12345 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Lieu] Les villas des beaux quartiers
    Par Galathée dans le forum Les Beaux Quartiers
    Réponses: 424
    Dernier message: 26/04/2016, 21h14
  2. [Lieu-dit] Les ruelles interlopes du port
    Par Duo dans le forum Le port de Melandis
    Réponses: 146
    Dernier message: 12/12/2014, 18h00
  3. [Lieu-dit] L'impasse Des Hauts-quartiers
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 11
    Dernier message: 16/09/2006, 22h25
  4. [Lieu dit] Les ruelles du festival
    Par Seina dans le forum Le Festival unique de Magie
    Réponses: 7
    Dernier message: 28/09/2004, 16h01

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231