Page 2 sur 9 PremièrePremière 1234 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 247

Discussion: [Lieu-dit] Les ruelles des Bas Quartiers

  1. #31
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    [Quête : mauvaise rencontre]

    Ichktyar sourit froidement lorsqu’il aperçut sa proie. Elle semblait quelque peu déboussolée par les nombreuses et perpétuelles modifications de l’épouvantable dédalle de passages ténébreux des Bas-Quartiers, comme son maître l’avait prédit. Du haut de son promontoire sur le toit d’un entrepôt de bois vermoulu, il se sentait invulnérable et aurait très bien pu lui régler son compte sans s’approcher, mais une soif carnassière s’éveillait peu à peu en lui. Il avait besoin d’entendre le bruit d’os se brisant tandis que ses armes fouillaient le ventre de sa victime, déchirant tout sur leur passage dans de grandes gerbes de sang. Il voulait humer la peur de la cible, lire l’effroi dans ses yeux, et voir se dépeindre sur son visage l’expression tourmentée de celui qui est en train de mourir…

    Le vampire se mit à descendre progressivement le mur du bâtiment, la noirceur du crépuscule achevait de le ravir, mais il prendrait bien garde à ne pas s’exposer aux malfaisants rayons de l’astre solaire en déclin, monstre hideux resurgissant chaque jour. Cette simple pensée aurait du le terrifier mais il ne pouvait cependant plus avoir peur et l’effet des drogues peu recommandables qu’il avait ingurgitées achevait de le rendre fou à lier. Il commit alors son unique erreur, en faisant tomber quelques gravats du monticule sur lequel il avait atterrit…



    Le silence de mort qui avait envahi l’obscure ruelle fut soudainement interrompu par le sifflement caractéristique d’un projectile fendant l’air. La roublarde fut sauvée par son instinct et se jeta vivement sur le côté. Juste à temps car le bruit du métal s’écrasant contre les pavés putrides retentit violemment dans ses tympans fébriles, à moins d’un mètre au vu de la force du bruit.

    L’elfe se redressa vivement et se plaqua contre la paroi d’une des bâtisses jouxtant la ruelle, les sens aux abois. Et c’est avec horreur qu’elle remarqua que le projectile était l’une des dagues qu’elle avait ramenée au maléfique forgeron Melandien, mais le pire c’est qu’elle était recouverte d’une fine pellicule verdâtre qui ne présageait rien de bon... Elle sortit juste à temps de sa stupeur pour apercevoir son adversaire qui se tenait droit devant elle, fier au centre du lugubre boyau, une de ses anciennes dagues dans chaque main. Il revêtait un terrifiant masque noir et une combinaison de cuir noirci se moulant à la perfection sur son corps svelte, elle était recouverte d'une myriade de petits signes cabalistiques luisant faiblement d’un éclat morbide. L’étrange personnage paraissait être entouré par un dôme néfaste qui vous glaçait le sang, chose commune chez les créatures revenues de l’au-delà…

    Banshee pouvait sentir peser sur elle le sinistre regard de son adversaire, empli d’une haine froide et meurtrière. Le masque se plissa légèrement sous l’effet d’un rictus malveillant. L’être se rua alors sur elle en faisant tournoyer ses armes dans un ballet aussi envoûtant que mortel…

  2. #32
    Dinin DeVir Invités
    Quête : Rencontre fructueuse ou mort certaine

    Le drow fit lentement face à l'être aussi malifique que lui, l'ont pourrait dire et lui décocha l'un de ses très rares sourires qui s'évanouie aussi rapidement qu'il était apparue pour laisser place a un visage ancré dans la tristesse et la fermetté. Il regarda un moment le vampire qui semblait s'impatienté en voyant que l'aube approchait a grand pas, même s'il reste une bonne heure avant que le soleil ne pointe ses rayons. Il repensa soudain a se que Walar lui avait demander. Pourquoi était'il ici? À venir déranger un dirigant Mélandien? Il n'en savait trop rien en fait, peut-être était-ce a cause de sa lecture sur l'être qui se trouvait devant lui. Elle ressemblait tellement a la sienne avec quelques différences importantes, mais il voulait savoir de la voix de cette créature si l'ont pouvait oublier une perte avec le temps, ne plus ressentir cette douleur qui ressemble drôlement a celle d'un poignard qu'on tournerait dans le coeur. Le drow se recrovilla sur lui même, interieurement, revivant trop fortement des séquences de sa vie, mais il fût rapidement ramener a la réalité quand le vampire toussota bruyament. Il le regarda de nouveau et commenca enfin a avoir les idées claires. Il dit de sa voix éreinté:

    - Bonsoir noble Walar, merci d'être revenu, même si mes paroles ont pu vous choquer quelque peut, je ne voulais qu'attirer vôtre attention. Ah et encore merci de ne pas m'avoir tuer pendant que j'étais sans défense. Ce que je veux, je crois que je veux une réponse a une question, mais aussi discuter de choses qui me tienne a coeur... Je crois que je commencerai par la question, car il ne vous reste plus grand temps libre avant l'aube, n'est ce pas? C'est bien sur, alors je ferai rapidement. Ma question est simple; Est ce qu'on peut oublier la perte d'un être cher? Ne plus ressentir se manque dans une partie de vôtre corps?

    Il le regarda de nouveau, remarquant que le vampire n'avait pas bouger d'un poil, il le regardait dans les yeux, intensement, comme s'il recherchait la réponse dans les yeux même de celui qui l'avait posé. Soudain, Dinin se rappela un oublie qu'il corrigea rapidement:

    - J'ai oublié de vous dire mon nom, c'est très regrétable de ne pas l'avoir dit au début, mais je vais corrigé cette erreur. Je me nomme Dinin Dev... Dinin Devir.

  3. #33
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    [Quête : Rencontre fructueuse ou mort certaine]

    Le vampire fixait intensément de ses yeux opacifiés par les ténèbres son interlocuteur. Un silence mortel régnait dans la ruelle, si bien que l’on pouvait entendre aisément la respiration saccadée du drow.

    « Vous savez, l’astre solaire ne m’effraie pas tant que cela, même si son contact nécrosant me brûle atrocement… »

    Tout en disant cela, il avait jeté un mystérieux regard à la sorte d’armure qu’il revêtait. Il semblait porter une forme de linceul noirâtre, constellé par une myriade de petits fragments d’un métal, aussi obscur que la mort. Cet abominable artefact, en lambeaux, paraissait absorber les particules lumineuses qui avaient le malheur de le heurter. Si bien qu’un halo vespéral s’en exhalait en permanence, projetant des ondes macabres dans l'atmosphère. Il était aisé de comprendre l'état du vampire, au vu de son contact prolongé avec cet armure maudite.

    Lorsqu’il entendit le drow parler des êtres chers, une étrange sensation envahit le mort-vivant. Depuis fort longtemps, la notion d'amitié était un point faible pour le buveur de sang. Il se forçait à ne pas y penser, reniant son tumultueux passé, après tout pourquoi vouloir faire resurgir la moindre étincelle de chaleur dans son cœur froid comme la glace ? Ce ne serait qu’un lamentable échec. Il se sentit soudainement très las.

    L’identité de l’homme lui faisant face le fit sortir de sa torpeur. Devir… Devir… Ce nom lui disait quelque chose, mais il n’arrivait pas à s’en souvenir. Soudain, la réponse lui apparut, claire comme de l’eau de roche. L’un des autres conseillers de Melandis, le général des armées, était un Devir et il était également un elfe noir. Walar savait qu’Ombreterre était composée de nombreuses Maisons, en rivalité dans une sinistre course à la puissance, chacune menée d’une main de fer par une matrone sans pitié. La coïncidence n’était pas possible, il lui fallait en savoir plus…


    Rompant le lugubre mutisme qui s’était installé depuis plusieurs dizaines de secondes. Le vampire reprit la parole.

    « Cela m’étonne que vous puissiez poser cette question à un être tel que moi, répugnant et sanguinaire, un assassins sans scrupules. Un monstre froid et sans coeur. »

    Walar était dans une crise de lucidité, chose extrêmement rare, son humanité refluait dans ses veines glacées, durant les prochains jours il ne tuerait plus personne et disparaîtrait mystérieusement, assailli par d’horribles tourments dans son caveau putride. Mais sa nature bestiale reprendrait inévitablement le dessus et la mortelle sarabande de ses crimes repartirait…

    « Mes derniers souvenirs d’êtres chers, ma famille, remontent à bien longtemps. Je ne crois pas que je les aie oublié. Chaque nuit qui se lève, je me voile simplement la face de l’hideux masque de la cruauté. Mon chemin n’est qu’un cercle… »

    D’étranges lueurs scintillaient dans les yeux de la créature au sang froid, il avait une envie folle de se jeter sur un pieu… Jamais il n’avait parlé comme ça à qui que ce soit, et son regard acéré s’était tout de même assuré que personne ne les épiait dans l’obscurité de la ruelle putride.

    « Vous avez perdu un frère ? » se risqua le vampire…

  4. #34
    Banshee Sangdelune Invités
    [Quête : mauvaise rencontre]

    *Un bruit ténu derrière elle la fit se fixer sur place, les mains refermées sur les gardes de ses rapières. Elle ne du son salut qu'à ses réflexes. Alors qu'un sifflement déchirait le silence elle se tassa contre le mur le plus proche...

    Horrifiée elle contempla la fine lame plantée dans le sol près d'elle. Un des couteaux qu'elle venait de rapporter au forgeron... Un couteau de petite taille et suffisamment aiguisé pour pénétrer une armure sans effort... Elle sentait l'odeur du poison recouvrant la lame jusqu'ici. Elle plissa le nez...*


    Alors voilà ce qu'était parti faire cette sale petite fouine de gobelin... *Siffla l'elfe entre ses dents.

    Lentement elle se redressa pour regarder son adversaire. Un vampire. Là aussi l'odeur était caractéristique... Elle jura en silence. Qu'elle idiote!!! A l'époque elle avait refusé d'engager des assassins, question d'éthique. Cependant elle n'était pas naïve, elle connaissait bien la ville du Chaos, le meurtre commandité était chose commune et enrichissante. Après un temps de réflexion elle avait décidé de faire appel à une aide extérieure et s'était tournée encore une fois vers le forgeron-vampire. Sa race était connue pour son absence totale de remords, sa soif de sang et de mort, sa discrétion et sa force hors du commun. Des assassins idéaux et mortels... Elle avait quitté la ville avant qu'ils aient été formés, mais manifestement elle avait un spécimen devant elle et il avait quatre de ses anciens poignards dans chaque mains...

    Elle éclata de rire, un rire incontrôlable qui brisa le silence de la ruelle. Adossée au mur elle rejeta sa tête en arrière.*


    Je vois que Walar n'aime pas le gâchis... Il réutilise tout...Même ses "hommes"...

    *Brusquement elle se mit en garde. Elle avait hésité puis gardé sa cape. Ainsi l'assassin aurait plus de difficultés à atteindre ses membres frêles noyés dans les plis de l'habit... Un instant les deux adversaires se toisèrent. Banshee connaissait la technique de ce type de personnage. Même si elle soupçonnait qu'il était beaucoup plus agile que ceux qu'elle avait pu rencontrer jusque là de par sa nature... Les recoins sombres de Port au Crâne regorgeaient de types comme lui, tout aussi dangereux et fous...

    Le vampire fondit sur l'elfe faisant tournoyer ses dagues. Elle devait à tout prix éviter d'être touchée, sinon elle risquait de le payer cher...
    Il la frôla alors qu'elle se jetait de nouveau sur le côté, mais cette fois en plaçant une de ses lames pour tenter de le blesser ou au moins de le déstabiliser. Il évita la rapière et se retourna presque immédiatement pour repartir à l'attaque. La bretteuse bloque in extremis les lames qui plongeaient vers elle et réussit à quitter sa position précaire contre le mur en repoussant le vampire. Elle se replaça vers le milieu de la ruelle de nouveau en garde.

    Elle le contempla de ses yeux mordorés... Puis sans crier gare elle se jeta sur lui. Cette fois elle le toucha au moment où il se contorsionnait pour esquiver. Mais la victoire fut de courte durée. Elle le perdit de vue un bref instant alors qu'elle de jetait en arrière pour se protéger des lames acérées. Ce fut suffisant pour qu'il disparaisse de son champ de vision...*

  5. #35
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    [Quête : mauvaise rencontre]

    La créature hurla de rage et de frustration, une large balafre sanguinolente cisaillait son torse. Quelques gouttes d’un sang aussi noir que la mort s’écoulaient de la plaie, s’écrasant en saccade sur le sol putride. Une lueur haineuse scintillait dans les yeux froids du mort-vivant, il allait prendre beaucoup de plaisir à voir sa victime agoniser à ses pieds…

    Bondissant à une vitesse surnaturelle, le vampire se jeta sur l’elfe. Cette dernière réussit tout juste à se jeter sur la droite dans un mouvement désespéré. Les sinistres dagues ne tranchèrent que l’air glacial dans un sifflement strident. Il se retourna alors et foudroya la roublarde du regard, un regard de pierre exhalant un courroux indicible. Cette pathétique créature inférieure osait encore lutter alors que l’issue de l’affrontement ne faisait aucun doute ! Si seulement il ne devait pas ramener un corps reconnaissable ! Il aurait pris une intense satisfaction à découper en morceaux ce visage elfique.

    L’aberration semblait être en proie à une folie meurtrière, de la salive dépassait de sa bouche hérissée de crocs et ses pupilles paraissaient flamboyer d’un éclat sanguinaire. Fixant toujours Banshee, il lança nonchalamment ses deux dagues sur le côté de la ruelle, puis il pointa ses mains exsangues vers son adversaire dans un geste provocateur. Des griffes noires démesurément longues achevaient le sinueux parcours de chacun de ses doigts, formant ainsi une arme effroyable, déchirant chairs et os comme du beurre. Un sourire carnassier se dessina sur le faciès démoniaque du buveur de sang, le jeu commençait...

    Il se rua sur son ennemie tout en cisaillant l’air avec ses ongles diaboliques, funèbre ballet qui ne tarderait guère à s’achever en apothéose…



  6. #36
    Banshee Sangdelune Invités
    [Quête : mauvaise rencontre]


    *Manifestement le coup de l'elfe avait rendu la créature folle de rage. Mais au moins avait-il lâché ses dagues... Elle eut du mal à esquiver son assaut suivant. Quelque chose mordit sa chaire au niveau de son avant bras droit. Manifestement lors de sa dernière esquive la vampire avait réussi à traverser la protection de la cape.

    La bretteuse ignora la douleur pour se concentrer sur son adversaire. Elle ne devait pas le quitter des yeux une seul seconde. Même s'il était devenu moins dangereux sans le poison il n'en restait pas moins un adversaire redoutable. La lueur de rage folle dans ses yeux était la preuve même qu'il ne fallait laisser aucune faille. Ils échangèrent encore quelques coups. Aucun de des antagonistes n'arrivant à toucher l'autre dans ce ballet muet où les deux armes de l'elfe étaient manipulées avec autant d'aisance que le vampire utilisait ses mains. Mais Banshee devait s'avouer une chose. Elle ne savait pas si c'était du à la fatigue du voyage ou à l'air vicié de la cité, mais elle commençait à faiblir. Alors que son adversaire restait inépuisable, lui.

    De nouveau ils se retrouvèrent face à face, chacun à un bout de la ruelle. L'elfe entendait son sang battre à ses oreilles et ses poumons commençaient à lui faire mal. Elle avait faillit trébucher quelques secondes auparavant, et elle n'était pas suffisamment naïve pour croire qu'il ne l'avait pas vu. Tout allait se finir maintenant, et elle n'avait pas l'intention de se laisser faire. Elle se mit de nouveau en garde.

    Elle avait eu le temps d'observer son adversaire, surtout depuis qu'il se battait à mains nues. Une petite seconde, c'est tout ce qu'il lui fallait. Une petite seconde où ils seraient suffisament proches l'un de l'autre pour qu'elle puisse croiser ses lames au niveau de son cou. Et sa tête sauterait avec facilité. Mais aussi une petite seconde où sa garde à elle serait trop haute pour la protéger. Mais quitte à y rester... Elle prit appui, autant cesser les subtilités, tant pis s'il voyait qu'elle allait lui foncer directement dessus, au contraire elle comptait dessus. Elle lui fit son plus beau sourire.*


    Ravie d'avoir fait ta connaissance, vraiment. Je te dirais bien de saluer ton maître, mais...

    *La lame noire en avant, Banshee se jeta littéralement sur le vampire avec un cri de rage. Lentement, mécaniquement, elle compta ses mouvements alors qu'il s'élançait vers elle, qu'il levait un bras, abaissait l'autre, visait son cou à elle... L'autre rapière vint croiser la première, elles mordirent la chaire morte...*

  7. #37
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    [Quête : mauvaise rencontre]


    La tête du mort-vivant vola dans les airs, dispersant une sinistre gerbe de sang noirâtre sur son passage. Et au bout de ce qui parut être une éternité pour l’elfe, elle retomba dans un bruit mat, et acheva finalement sa folle course dans une flaque d’eau croupie. Le diabolique faciès de l’aberration était encore orienté vers la voleuse, arborant une expression abominable, les yeux injectés de sang, des kyrielles d’eschares traçant un étrange sigle sur la chair nécrosée.

    Soudainement, le corps du vampire commença à se dissoudre dans un horrible sifflement, éparpillant des volutes d’une poussière malsaine à proximité, brève bouffée de ténèbres dans un univers déjà bien sombre. C’était fait, l’elfe de Lune s’en était sortie, mais une douleur lancinante la tenaillait au bras ; des gouttelettes d’hémoglobine s’écoulaient presque paisiblement le long de sa cape. Le liquide rougeâtre, ambroisie des caveaux, ne manquerait pas d’attirer la pire vermine, il valait mieux ne pas traîner dans les environs.

    Un silence sépulcral planait à nouveau sur la ruelle putride, seulement brisé par la respiration saccadée de la roublarde. La fatigue se faisait sentir, tel un mal inhumain envahissant peu à peu sa chair d’un froid terrible…


  8. #38
    Banshee Sangdelune Invités
    [Quête finale : mauvaise rencontre.]

    *L'elfe resta immobile quelques secondes, contemplant les restes de son ennemi que le vent glacial dispersa rapidement aux quatre vents. Elle frissonna et voulu resserrer sa cape sur ses épaules. Une douleur atroce traversa son bras droit. Quand elle mit sa main devant son visage elle était couverte de sang.

    Il s’écoulait lentement le long de son bras qui s'engourdissait de plus en plus. Elle tenta de le ramener sur sa poitrine, en vain, il commençait à se paralyser... Elle rangea avec difficulté ses deux lames dans leur fourreau, rabattit son capuchon sur son visage et quitta la ruelle. Elle ne savait pas si d'autres congénères de l'assassin ne se trouvaient pas dans les parages. Son sang les attirerait comme un phare attire les navires... Elle se mit en route, tenant fermement son bras blessé et serrant les dents face à la douleur.

    Elle erra un certain temps dans les ruelles sombres, évitant de rencontrer des gens. Elle était totalement désorientée, ne sachant ni où elle était, ni où elle allait. Son bras pendait inerte à son côté, caché tant bien que mal par un pan de sa cape. Malgré ses propriétés magiques, un froid glacial commençait à l'envahir. Elle ne savait pas si c'était du à la fatigue ou à la douleur mais sa vue se troublait et elle sentait son équilibre émoussé... Elle n'avait pas conscience de la traînée de sang qui accompagnait son errance maintenant et avait dépassé le stade de la douleur...

    Elle se retint à un mur et tenta d'identifier l'endroit où elle se trouvait. Une rue plus large, plus familière lui semblait-il... Un bâtiment en ruines attira son attention. Son rire s'étrangla légèrement dans sa gorge. Elle avait trouvé la taverne, flaque lumineuse plus bas dans la rue... Et son ancienne guilde. La rue était plus passante, mais la plupart des gens ne faisait pas attention à la forme prostrée, appuyée sur un mur. Des larmes coulaient sur ses joues sans qu'elle sache pourquoi. Elle ne sentait plus son bras, ni même son côté droit d'ailleurs. Elle releva la tête pour l'appuyer sur le mur, faisant tomber son capuchon et libérant le flot de ses cheveux sombres. Tout était flou et tout était froid...*

  9. #39
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    626
    [Quête Finale : mauvaise rencontre]

    Hugues de Breizh et le Conseiller Berrak sortirent tous deux de la Taverne. Ils avaient pu rire au dépend de quelques Mélandiens présent dans celle-ci.
    Les deux Manostiens hésitèrent sur la direction à suivre. Droite ou gauche.


    "Alors Hugues, quelle direction prenons-nous, dextre ou senestre. Je connais déjà ces ruelles, alors, à toi de choisir.

    _ Bien, mais comme je ne sais pas quelle direction prendre, jouons ça à pile ou face. Pile dextre, face, senestre.

    _ Comme tu veux mon ami rigola Egrevyn."

    Le Paladin tira une pièce de sa bourse, et la jeta dans les airs. Celle-ci tourna, tourna et retomba pile dans le gant du paladin. Le Maréchal ferma puis rouvrit son poing.

    "Face, ce sera donc senestre mon ami, en avant, hâtons-nous, je n'aime pas rester dans le passage dans cette ville."

    Les deux amis se dirigèrent dans la ruelle, éclairés par quelques rares bougies ça et là. L'atmosphère était lugubre, très pesante. De nombreux mendiants traînaient ça et là dans la rue, et cette vision rappela Manost du temps de la grande famine au deux Manostiens. Sauf que cette vision était normale dans Mélandis la Sombre.

    Les deux militaires parlaient tout en restant attentif à ce qui se passait. Soudain, un son attira l'oreille d'Egrevyn Berrak. Quelqu'un gémissait, mais c'était quasiment inaudible.
    Le Conseiller fit un geste au Capitaine, et tout deux s'arrêtèrent et se dirigèrent vers le son. Ils aperçurent une forme prostrée, se tenant le bras apparemment. S'approchant un peu plus, ils virent les traits de la personne.
    Banshee.


  10. #40
    Date d'inscription
    May 2003
    Localisation
    Dans le néant le plus obscur...
    Messages
    2 123
    Quête Finale : mauvaise rencontre

    Le semi-elfe n'avait pas tout suite remarqué la silhouette adossée aux murs suintants de la ruelle, et les plaintes étouffées n'avaient que progressivement attiré son attention vers le croisement de l'allée des Bas-Quartiers. Peu à peu les sens du Conseiller, déjà en alerte par l'environnement hostile que lui et Hugues avaient choisi de parcourir, s'étaient focalisés sur les étranges gémissements qui laissaient poindre une voix familière à quelques mètres de la Taverne. Une voix féminine… qui semblait le happer malgré l'animation du passage, et le tumulte discordant des voix nasillardes de la population louche qui naviguait ci et là.

    Suivi par son compagnon, il se laissa attirer, mu par un pressentiment funeste qui l'obnubilait au point de bousculer les passants qui s'interposaient entre eux et la source des sanglots qu'il pensait avoir reconnus, vérité pourtant à laquelle son esprit refusait de croire. S'approchant de la forme svelte, il remarqua, tel un fil d'Ariane le conduisant vers elle, le long filet de sang au sol qui semblait avoir pour origine l'ombre prostrée. Serrant de rage les dent, il précipita le pas et vit leur amie, Banshee Sangdelune, grièvement blessée et arc-boutée, se tenant le bras. Egrevyn demeura figé par le visage blême qui se désertait de secondes en secondes de vitalité, et les yeux vitreux de l'elfe de lune, fixant le vide, perdus, accueillirent de bien funèbre façon l'arrivée des deux Manostiens auprès de leur camarade.

    La bretteuse semblait avoir reconnu ses compagnons, elle ouvrit la bouche, tenta d'articuler quelques mots mais seul un râle étranglé retentit, suivi de toussotements vite submergés par le brouhaha de la ruelle, mais résonnant tragiquement aux oreilles de deux combattants. L'indifférence des passant tranchait avec l'appréhension ressentit par Egrevyn et Hugues. Tous deux se portèrent immédiatement auprès de Banshee et évitèrent à la jeune Elfe de s'effondrer au sol.

    Le semi-elfe soutenait son amie en prenant soin de pas appuyer sur le bras blessé mais elle fut subitement prise de mouvements convulsifs qui força le Manostien a asseoir Banshee contre le muret. Hugues alla s'agenouiller à ses côtés tendit que le Conseiller serrait fortement la main de l'Elfe, comme pour conjurer la venue de la Faucheuse et constituer un lien encore tangible avec le monde, monde dont la conscience de la roublarde semblait s'éloigner lentement.


    -Ca semble peu profond mais elle....

    Le semi-elfe ne parvenait pas à fixer son esprit ailleurs que sur le regard triste de l'Elfe de Lune, et la lueur mordorée qui scintilla sembla lui donner espoir. Il avait enfermé sa main dans les siennes. Levant les yeux vers son ami paladin, il fut hélas cruellement sorti de sa torpeur.

    -Je ne comprends pas….La blessure ne soigne pas.

    La voix du paladin s'étrangla à son tour. Inquiet, il voyait s'échouer tour à tour son imposition des mains et un soin de blessures légères. Banshee avait arrêté de saigner, mais la teinte violacée qu'avait pris son visage indiquait que l'estocade qu'elle avait subie n'était que l'expression superficielle d'un mal qui s'était insinué dans son sang et avait infecté son organisme. Baissant la tête en signe de défaite, le Maréchal du Cœur Radieux posa sa main sur le front de l'Elfe agonisante qui luttait ardemment pour parler ou ne serait-ce que faire un geste.

    Egrevyn continuait de serrer, réprimant les sanglots qui menaçaient le traverser. Une étincelle de conscience illumina le regard de Banshee qui, la tête tournée vers sa gauche, semblait fixer un point au dessus de l'épaule du demi-elfe. Le guerrier-mage resta d'abord plongé dans les yeux de l'Elfe, un éclair de compréhension s'emparant de lui. Le souvenir fugitif du sacrifice de la bretteuse, dans les égouts mélandiens le rappela à son devoir. La roublarde fit un léger mouvement de tête dirigé dans le dos du demi-elfe et la lueur de détermination qu'il put y lire lui intima l'obligation d'agir et de ne pas ainsi larmoyer, et de venger son amie.

    Se retournant, Egrevyn distingua, au loin, en amont de la ruelle, sur le versant opposé à celui où les trois Manostiens étaient regroupés, une ombre encapuchonnée. Malgré le ballet de passants, le demi-elfe reconnut très distinctement, autant aidé par ses sens précis que par un instinct qui ne semblait pas hésiter, une des ses vieilles connaissances hostiles, un rictus de jubilation aux lèvres, une connaissance dont il avait déjà voulu faire avaler ce ricanement funeste, une connaissance pour qui il avait une haine profonde, presque aveugle qui se transforma vite en rage quand il compris qu'elle était l'instigatrice des blessures de Banshee.


    -Reste à ses côtés, la voix déterminée du Conseiller stoppa net dans son mouvement le paladin qui avait aussi compris la raison de l'apparition du Vampirique forgeron. Egrevyn se leva doucement, étreignant encore une fois la main de l'Elfe de lune. Elle acquiesça, son masque de souffrance se détendant quelque peu, et n'eut vite comme dernière vision du semi-elfe que le coin de sa cape qui s'était engouffrée avec lui dans la sombre ruelle où s'était évanouit quelque seconde avant lui Walar.
    Silently, we wander...

    "Arghhhhh, j'ai drow mal", hurla le sorcier Shuy Imbhoulaï ------> extrait exclusif du "Blagonomicon de Gygy les bons tuyaux"

  11. #41
    Banshee Sangdelune Invités
    [Quête finale : mauvaise rencontre.]

    *Le monde semblait s'être arrêté de bouger autour d'elle. Il ne restait que le silence et le ciel dégagé et pur au dessus de sa tête, assez déplacé dans le cadre de la cité du Chaos. Tout était calme hormis ce vent glacial qui la transperçait, engourdissant son corps frêle, et une personne qui sanglotait non loin de là. L'elfe tourna la tête pour tenter de la localiser. Si elle pouvait l'aider...

    Son champ de vision fut soudain empli par deux silhouettes familières qu'elle ne s'attendait pas à rencontrer ici : Egrevyn Berrak, son vieil ami, et le maréchal Hugues de Breizh, avec qui elle avait traversé quelques épreuves. Elle voulu leurs sourire et les accueillir, mais sa voix s'étrangla et finit sur une toux douloureuse. Des bras réconfortants la soutinrent alors qu'elle s'effondrait et bientôt elle sentit la main du conseiller se glisser dans la sienne. Elle la serra avec force, comme pour tenter de se raccrocher à un lien qui l'empêcherait d'être happée par autre chose de plus sombre.

    Elle avait déjà l'impression d'avoir vécu ça il y avait longtemps, dans cette même ville... Une brève sensation de chaleur envahit son côté droit avant de s'estomper, remplacée par le froid qui avait envahit tout son corps. Ses membres étaient engourdis, elle les sentait à peine, et avait du mal à bouger ne serait-ce qu'un doigt, sa respiration était lourde et douloureuse, elle allait chercher son souffle de plus en plus loin et de plus en plus difficilement. L'elfe entendait les voix de ses amis, étouffées, submergées par le bourdonnement continu de son sang à ses tempes... Elle comprit que quelque chose courrait dans ses veines, l'entraînant inexorablement vers le néant. Manifestement il n'y avait pas que les couteaux que l'on pouvait empoisonner. Elle sentit les mains d'Egrevyn serrer encore plus la sienne et le visage résigné du paladin lui fit mal au cœur. Elle aurait voulu avoir la force de leur dire qu'il ne fallait pas la pleurer mais accepter cette état de fait, qu'il devait en être ainsi...

    Une impression étrange la submergea, comme si son corps se révoltait pour l'avertir de quelque chose. Les gens autour d'elle semblaient se déplacer en silence. Au coin d'une rue une ombre la fixait intensément. Elle voulu hurler lorsqu'elle reconnu le vampire Walar qui semblait se délecter de son agonie. Ses cordes vocales refusèrent de lui obéir et son corps resta obstinément immobile. Elle ne pu que crisper sa main dans celles d'Egrevyn et fixer son assassin avec toute la haine dont elle pouvait encore faire preuve. Le semi-elfe, qui la regardait depuis le début, perçu son regard et le suivit. Ils échangèrent un dernier regard de compréhension et d'adieu et le conseiller disparu avant même que le paladin ai pu faire un seul geste. La bretteuse ferma les yeux comme pour chasser la douleur et se laissa glisser le long du mur. Hugues la rattrapa et la tint serrée contre lui.*


    Pour une fois que ce n'est pas moi qui te tient dans mes bras... *Elle ne sut pas si elle avait pensé ces paroles ou si elles avaient réussi à franchir sa gorge... Elle posa son front sur l'épaule d'Hugues. Elle savait maintenant qu'elle n'en avait plus pour longtemps et qu'il était inutile de lutter. Elle se laissa lentement aller, même si elle ne sentait plus du tout son corps...

    Il paraît qu'Arvandor est très bien en cette saison. Elle avait fait preuve d'une ironie cinglante face à la mort la première fois, parce qu'elle n'avait plus rien à perdre. Mais maintenant... Elle repensa à ceux à qui elle s'était attachée sans le vouloir, avec qui elle avait frôlé la mort ou tout simplement vécu. Elle repensa à son époux, à qui elle ne pourrait pas dire adieu, à Angus, qui pleurerait indéfiniment sa « fille », à Mandor et Cheveux de Feu et à la petite Morwen, qui allait porter sur ses épaules le destin des Sangdelune, clan sacrifié au nom d'une guerre vieille de plusieurs siècles. Elle ferma de nouveau les yeux, juste un instant, pour se reposer. Le ciel était devenu opaque, elle ne pouvait plus le voir, autant tenter de reprendre un peu de forces. Peut-être que la parole lui reviendrait une dernière fois...

    Quand elle rouvrit les yeux, le ciel était de nouveau clair. Elle le contempla un instant. Elle été adossée à un arbre. Elle cligna des yeux, quelque chose d'étrange la gênait. Elle chassa la sensation et se mit debout. Elle s'était manifestement endormi et avait fait un drôle de rêve qu'elle avait du mal à saisir. Il lui échappa complètement quand elle tenta de s'en rappeler quelques bribes. Elle s'étira comme un chat et se mit en route pour le village. Elle devait être sérieusement troublée, parce qu'elle était sûre que la forêt lui était inconnue. Pourtant après quelques minutes de marche elle arriva en vue des maisons suspendues de Ceiligh.

    Un grand feu de camp éclairait la clairière qui servait aux réunions du clan. Un chœur de voix s'élevait doucement alors que le clan était rassemblé en cercle autour du foyer. Puis une voix claire, douce, pure, s'éleva seule, entamant un hymne à la nature, à la pleine lune et à Eilistraee et Sehanine Lunarc. Banshee hâta le pas. Elle adorait voir sa mère danser à la cérémonie du Renouveau. Peut-être verrait-elle encore une fois les flammes suivre ses mouvements souples, peut-être qu'elle aussi elle pourrait se mêler au rituel cette fois.

    Elle su tout de suite que le village n'était pas Ceiligh, tout comme la forêt n'était pas celle de Lunargent. Lorsqu'elle passa la palissade son "rêve" lui revint en mémoire. Bien qu'elle soit debout, elle eut l'impression que quelqu'un la tenait dans ses bras... Sa mère avait cessé de danser, la regardant avec un sourire bienveillant. Son père lui fit signe... Le silence était retombé sur le cercle. Banshee hésita... Avec un sourire mêlé de larmes elle franchit le cercle...


    Et loin de là, dans une contrée ignorée de beaucoup en Féérûne un cœur cessa de battre.*



    Je remercie tout ceux qui m'ont aidé à "finir" mon histoire et ceux avec qui je l'ai construite pendant plus d'un an. Merci pour tout. See U soon.

  12. #42
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    626
    [Quête Finale : Mauvaise rencontre]

    Le Paladin sentit petit à petit les forces de son amie partir. L'éclat de ses yeux se ternissait pour ne plus être qu'une pâle copie de ce qu'ils étaient en temps normal. Sa respiration se faisait de plus en plus difficile, et ses forces la quittaient.
    Soudain, ce ne fut plus qu'un râle, et la tête de Banshee s'affaissa sur l'épaule du Paladin. La dernière étincelle de vie qui reliait l'Elfe de Lune à Féérune venait de s'éteindre. S'en était fini de la douce Banshee.

    Des larmes coulèrent le long des joues du Paladin, et la tristesse l'envahie encore plus. Il venait de perdre une amie chère, quelqu'un qui l'avait beaucoup aidé dans les premiers temps de sa vie à Manost, et quelqu'un en qui il avait toute confiance et à qui il aurait confié sa propre vie. Il n'avait rien pu faire pour la sauver, cette cité maudite avait donc reprit la douce Elfe en son sein.

    Le Paladin réunit alors les affaires de la voleuse. Il prit les deux rapières et les passa sur son dos. Soudain, un petit miaulement se fit entendre, et un petit chat s'approcha du corps de Banshee. Il se mit à lécher le visage de la jeune femme tout en miaulant. Le chat continua en essayant de lui faire bouger le visage. Le Paladin se souvint alors où il avait vu cette petite bête. C'était Grey, le familier de Banshee.


    "Ta Maîtresse est partie mon petit bonhomme. Tu ne peux plus rien faire toi non plus."

    Le chaton regarda le Paladin, et sa petite tête bougea comme s'il avait compris les mots du Paladin. Hugues saisit le petit chat et le mit dans sa besace. Il avait décidé de garder Grey en souvenir de Banshee.
    Puis, il prit le corps de Banshee, quand soudain quelqu'un lui fit face. Il ne l'avait pas entendu venir, et d'ailleurs, il ne savait pas du tout qui cela pouvait être.

  13. #43
    Seina Invités
    [Quête Finale : Mauvaise rencontre]


    Face au chevalier se tenait un être sombre, suintant le mal... mais aussi la magie... il se tenait immobile face au chevalier qui portait Banshee dans ses bras. Immobile telle la mort.


    Hugues ne savait que faire, combattre cet être maléfique au risque de devoir laisser le corps de la défunte elfe.. non il ne pouvait s'y résoudre... qui sait ce que feraient les Melandiens en découvrantle corps sans vie de la jolie elfe de lune.... il ne pouvait supporter l'idée que la très renommée banshee SangdeLune finisse telle un zombie dans les caveaux et enclaves putrides de Melandis... que faire !!!!


    La créature maléfique abaissa lentement la capuche de son manteau... ses mains étaient effroyables, la peau, n'avaient aucune ride, aucune imperfection, et ses ongles... ses ongles étaient noir comme les ténébres, de véritables griffes vampiriques... qui était cet inconnu... lorsque la capuche fut abaisser.. Hugues frémit... il se devait de combattre cette créature coûte que coûte.. ou lui ausi mourrai... Le visage d el'être était glacial, sans aucune expression, ses yeux rougoyaient....


    Mais.. soudain, le visage sembla se déformer, fondre... comme .. comme un masque... en réalité cette apparence n'était qu'une illusion... celle ci se dissipa lentement.. laissant apparaitre une chevelure bouclée blonde.

    Hugues contempla alors la réelle personne qui se cachait derrière cette illusion démoniaque.

    Un humain d'une quarantaine d'années, son visage reflétait une extrème souffrance, sa bouche frémissait, sérrées de rage. Ses yeux lavandes étaient innondés de larmes... ses yeux ne quittaient pourtant pas le corps inanimé pour toujours de l'elfe de lune...

    Toute sensation de mal avait disparu de Seina, Hugues contempla l'humain et y vit une peine aussi grande que la sienne... il ne savait qui étais l'étranger, mais il semblait connaître Banshee...


    Seina leva une main fébrile et caressa doucement les cheveux de Banshee. Puis il murmura en elfe


    " Que ton âme rejoigne Arvandor ma douce et belle amie, tu as bien mérité le repos des justes. "

    Seina, regarda ensuite Hugues et murmura d'une voix où percée la douleur et la colère :
    " Tu n'as pas à me craidre chevalier, mon nom est Seina, je suis un ami de Banshee depuis l'époque où elle résidait ici..." sa voix se brisa sur le nom de la belle.

    il marqua un temps d'arret comme pour se ressaisir


    " Qui, qui as fait ça ? il ne survivra pas à cette journée"

    De ses yeux, émanait une immense colère, mélée à une folie dangereuse.. la folie de ceux qui sont sur le point de faire n'importe quoi...

  14. #44
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    626
    [Quête finale : Mauvaise rencontre]

    Sur le coup, le Paladin avait voulu sortir son arme. Mais l'individu devant lui s'était présenté. Il s'agissait de Seina. Le Paladin ferma les yeux et réfléchit rapidement. Ce nom lui disait quelque chose. Soudain, il se rappela. Banshee avait cité ce nom dans une conversation. Elle avait alors dit que Seina était une des rares personnes en qui elle avait encore confiance dans Mélandis.

    La tension retomba d'un coup quand il fit l'homme devant lui se mettre à verser quelques larmes. Le Paladin su alors qu'il avait affaire à un véritable ami de Banshee.


    "Qui, qui as fait ça ? Il ne survivra pas à cette journée."

    La colère avait gagné la voix de Seina. Celle-ci n'était pas feinte, le Paladin le sentait. Le Maréchal ne savait pas grand chose, mais quelques marques sur le corps de l'Elfe de Lune avaient attiré son attention.

    "Je ne saurais te donner un nom Seina. Cependant, je puis te dire que les coups qu'elle a reçu émanent de griffes de vampire. J'ai aussi senti une présence encore plus sombre dans les parages. D'ailleurs, le Conseiller Berrak est parti à sa poursuite. Voilà tout ce que je sais, et je pense que les Vampires ne doivent pas manquer dans Mélandis. Cependant, comme je te l'ai dit, de celui-ci émanait un fort pouvoir."

  15. #45
    Seina Invités
    [Quête finale : Mauvaise rencontre]



    Banshee avait vécu à Melandis durant des années, elle n'aurait pas succombé sous les coups d'un vulgaire vampire, de plus bon nombre de créatures de la nuit savait que Banshee état sous SA protection... qui le défiait ainsi ? qui était assez sûr pour défier ainsi l'un des dirigeant de Melandis... Alchra Diagoth, cette engeance pathétique de demi liche ?? non.... alors les laquais de Talos ?? Seina en doutais.... non.. il fallait remettre les pièces dans l'ordre.. mais ce n'était as le bon moment... pour l'istant il fallait qu'il s'occupe de son aim.. non de son amie.. il ne fallait pas qu'il affronte ce qu'il s'était caché depuis des années. Ce serait trop dur.

    " Chevalier, tu n'es pas en sécurité dans ces ruelles, poursuis ta route et ne t'arrète pas. Je m'ocuperai de Banshee"

    Encore une fois sa voix s'ébranla sur le nom de la défunte.

    Hugues observa longuement Seina, ne pouvant se résoudre à laisser ici Banshee... mais la logique des arguments du barde était juste. A contre coeur il déposa le corps sans vie de l'elfe dans les bras du barde. Puis sans un regard en arrière il poursuivit sa route.


    " Mon nom est Seina, le barde du chaos... souviens t'en.. si un jour tu à besoin d emon aide.. elle t'es acquise dès aujourd'hui.. pas besoin de me demander pourquoi ...."

    Seina s'agenouilla au milieu de la route, peu lui importait les immondices, le sang et la souillure de la ruelle. Plus rien n'existait, il était coupé du temps. Non c'était trop dur, il devait exister un moyen.. ce ne pouvait pas se terminer comme ça. C'était injuste, c'était trop tôt... pourquoi ?? pourquoi ??? Seina se mit à pleurer, il maudit tous les dieux de Féérune, aucun n'était épargné, ils avaient laissé faire cette injustice, milles personnes auraient mérité le sort de banshee, lui même aurait du périr depuis longtemps.. mais pas elle. Un joyeau de ce monde. Elle avait égayait sa vie durant des années lui apportant réconfort par un simple sourire. Féérune ne le savait pas mais un être d'exception gisait entre ses bras. Il est toujours trop dur de voir partir les gens qu'on aime. Il avait toujours pensé que ce serait banshee qui déposerait un dernier baiser sur le front du barde.. pas l'inverse. Encore une fois l'injustice de la situation frappa Seina de plein fouet. Ainsi même le pouvoir et la puissance ne permettait de controler sa destinée, de protéger les gens qu'on aime.... Seina avait tout sacrifié pour la liberté, jusqu'à sa fierté afin d'accumuler assez de pouvoir et d'influence pour se protéger ainsi que ses proches... mais celà n'avait servit à rien.... rien du tout...


    Acculé contre un mur, le barde se laissa aller à son désespoir, il entama un dernier chant en l'honneur de sa compagne décédée, avec elle il avait bravé milles perils pour le plaisir de l'adrénaline, pour la joie de vivre. Les notes de son chant puisaient dans l'esprit ancestral d'Eternelle recntre, rien n'aurait pu mieux représenter Banshee que cet ilot de bonheur pour les elfes, dernier refuge de cette race.... à ces notes gaies, joyeuses, jaillissant de sa gorge, tel le torrent jaillit de sa source, à ces notes, une intonation différente vint altérer la mélodie : souffrance, tristesse, colère tant de sentiments qui brise l'échine d'un être dans l'adversité... qui le font se tourner vers les ténébres.. mais les ténbres laissèrent place à la lumière chez Banshee qui sut rompre ses attaches ici pour se tourner vers d'autre cieux... douceur, amour, gentillesse ces intonations là évoquait sa vie à Manost, entre amis et amours, elle avait enfin su s'épanouir, mais à l'apogée de son être, ayznt enfin atteint la plénitude, celle tant recherchée par le barde, un être abject lui avait oté la vie, détruisant pour toujours cette étincelle fascinante de ses yeux.... la mélodie de fit sonbre, grave, de plus en plus grave au point de ne plus distinguée les paroles.... la gorge du barde le brulait de sortir des notes aussi sombres, mais il n'en avait cure.... il laissait jaillir par son art toute la colère, l'amertume et la souffrance que contenait son coeur...


    La magie bardique ce méla à ce chant, dans une transe macabre Seina continua de chanter sa colère aux dieux, de maudire les élus, de maudire la vie, de maudire la mort.... Seina chantait, chantait encore... mais sa colère ne s'atténuait pas.... Sa voix se modulait d eplus en plus devenant rauque, apre, sèche.... sans être dénuée de beauté, de force et de talent... il chantait la ive d'un être aimant et la mort d'un être dangeurex, le paradoxe de la vie, qui ne peut mener qu'à l'oubli... un cercle vicieux de mort et de sang, celà faisait bien des minutes que le barde n'avait plu de larmes, peu à peu les notes s'atténuèrent dans la gorge de Seina, les lèbres asséchées par ce chant funèbre.. bientôt il ne jaillit plus qu'un mince filet de musique.. qui se tarit petit à petit, comme la vie avait du s'écouler de Banshee dans ses derniers instants.... à présent elle ne lui sourierait plus jamais...


    Bien qu'incongru, Seina se mit à penser à Winona, son deuxième amour en ces lieux, pour elle il s'était précipiter en enfer.... pour elle il avait perdu son âme.... mais pour Banshee il était trop tard..Plus rien ne pouvait être tenté. Epuisé il s'endormi tenant toujours la belle entre ses bras.


    Il se réveilla quelques minutes plus tard, sursautant aux bruits d'un combat proche... la faiblesse pouvait être fatale dans cette vlle qu'il azffectionnait tant désormais.. Le barde se ressaissit, reprenantle contrôle de ses sentiments. Dans un murmure il manca un sort de soins mineurs afin de referme rles blessures de la défunte et lui rendre pour toujours sa beauté. Il souleva le corps si léger de la belle et s'en fut. Lespassants s'écartèrent autour d elui.. un pressentiment les incitait à les faire.. cet homme portant une morte dans ses bras les tueraient sans hésiter s'ils le génaient.



    Seina saviat ce qu'il lui restait à faire... rendre les derniers hommages à Banshee puis retrouver son meutrier.... et le chatier.

  16. #46
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    [Quête finale : Mauvaise rencontre]


    Au coin d’une ruelle sombre, baignée par des vapeurs émétiques, une silhouette rayonnait de malfaisance. Le sombre éclat de sa macabre euphorie inondait la sordide venelle d’une cruauté effroyable, chaque ombre, aussi candide soit-elle, semblait se tordre dans d’abominables postures aux airs diaboliques, défigurées par des rictus obscènes ; le moindre souffle de vent se muait en un épouvantable hurlement, véritable chantre de l’iniquité. L’aura funeste de la Mort elle-même paraissait planer sur les lieux dévastés.

    La démoniaque créature dardait son regard de cendre, dans lequel s’étaient ravivées des flammes extatiques, sur une malheureuse scène bien quotidienne dans la cité du Chaos. Une Elfe agonisait au pied d’un mur, agitée par des spasmes morbides. Deux hommes étaient penchés sur elle, une expression de profonde tristesse gravée sur leurs visages affligés. Un mutisme sépulcral avait envahi le passage désert, lugubre hommage funéraire. Aucun mendiant ne venait perturber cette quiétude, ils avaient tous fui…

    Le vampire exultait, il avait rarement senti poindre en lui le vivifiant sentiment du triomphe sur un être que l’on abhorre depuis bien longtemps. Il était de plus aux premières loges de ce formidable spectacle, où la vie, dans un tragique ballet, s’échappe peu à peu du carcan charnel qui l’a trop longtemps retenue prisonnière. Parfois, il se sentait tel un envoyé du Destin, chargé de libérer les âmes de leur prison terrestre, quels qu’en soient le prix… et les cris.
    Le mort-vivant avait perdu la moindre trace de prudence, il se tenait fièrement à découvert dans la ruelle, imbibant son âme noire de chaque once de cette terrible représentation. Il lui semblait même que la roublarde, vautrée à même le sol putride, fixait sur lui un regard lourd de haine et de mépris, cela ne faisait qu’augmenter cette sensation d’orgueil qui gonflait de façon démesurée en lui.

    La plus infime trace de vertu avait déserté le cœur sombre de Walar, il n’était plus qu’un concept inhumain, une manifestation de vilenie pure. Le sang de sa dernière victime paraissait s’ébouillanter dans son corps glacial et desséché.

    Brusquement, le conseiller Berrak se retourna, l’arme au poing, et se dirigea d’un pas assuré vers lui, l’on pouvait sentir la fureur transpercer chacun de ses mouvements. Le vampire y prêta à peine attention, mais soudain son instinct surnaturel le fit sortir de sa funeste torpeur. Et ce furent deux yeux machiavéliques qui scrutèrent tout à coup l’Helmite s’approchant, d’immenses réseaux de stratagèmes démoniaques s’esquissèrent immédiatement dans l’esprit vicié du monstre. La raison lui dictait de disparaître, pour resurgir plus tard, en lieu et temps voulus, mais l’ombre de la Faucheuse, si proche, avait fait resurgir en lui des pulsions destructrices, une bestialité incontrôlable et dévastatrice. Il se rua dans le dédalles des allées, en proie à un cruel dilemme qui lui martyrisait l’âme, tel une affliction térébrante…



  17. #47
    Date d'inscription
    May 2003
    Localisation
    Dans le néant le plus obscur...
    Messages
    2 123
    Mauvaise Rencontre

    Pris d’une fureur sans nom et assoiffé d’un désir de vengeance aveugle, le semi-elfe avait balayé de son esprit, une fois n’est pas coutume, sa méfiance naturelle et la pondération qui, jusqu’alors avait dicté chacune de ses actions.

    Plus rien ne pouvait le détourner de la poursuite qu’il avait engagée à travers le dédale de ruelles malfamées , sur les traces du vampire mélandien dont il ne faisait qu’apercevoir la silhouette élancée au détour de chaque intersection tant ce dernier était animé d’une célérité surnaturelle, ce qui n’augurait rien de très rassurant pour le Conseiller. Il s’enfonçait inexorablement dans des ténèbres de plus en plus opaques, s’éloignant des artères les plus fréquentées pour s’engouffrer encore et toujours dans quelque tréfonds aussi crépusculaire que le sceau qui avait marqué déjà cette funeste journée.

    Le vampire jouait à merveille le rôle de faux gibier. Egrevyn en avait conscience, il ne faisait que faciliter la tâche du forgeron dont il ne savait bizarrement que très peu de choses au final. Il avait appris, dans ses jeunes années, sous l’égide de son mentor, qu’il fallait toujours bien connaître son ennemi avant de s’engager dans une confrontation qui risquait de mal tourner. Même si les deux dirigeants s’étaient croisés à de nombreuses reprises, chaque entrevue accentuant encore et toujours la haine qui s’était peu à peu insinuée en eux à l’égard de l’autre, le semi-elfe s’était rendu compte qu’il ne savait pas à quoi s'attendre avec le vampire.

    Arrivé à une bifurcation, il s’engagea, d’instinct, dans une impasse cafardeuse et lugubre car il avait perdu tout contact visuel avec l’objet de sa haine la plus farouche. Le lieu semblait propice à un face à face qui ne souffrirait d’aucune interruption. Egrevyn cessa sa course quelques mètres après s’être drapé des ténèbres dans laquelle était plongée l’allée. Les bruits de l’animation des grandes artères des bas-fonds n’étaient plus que des vestiges quasi-inaudibles qui perçaient difficilement le voile sépulcral qui avait enveloppé l’ensemble de la ruelle.

    A mesure que le demi-elfe s’avançait, lentement, la main serrant presque convulsivement la garde de son cimeterre, des émanations méphitiques embaumaient au point de saturer l’air de l’impasse…. Mais la ruelle était vide. Se retournant pour quitter au plus vite ce cul-de-sac, Egrevyn se retrouva presque nez à nez avec le Talosien, parfaitement immobile, et dont deux globes ardents transperçaient la nébulosité environnante.

    La silhouette enténébrée se tenait là, à quelques enjambées du Conseiller. Un long moment de silence, d’aucun parleraient de ce fameux calme qui précède la tempête, s’abattit telle une chape de granit entre les deux ennemis. Le vampire sortit peu à peu de l’obscurité qui était son domaine de prédilection en même temps qu’elle était l’exacte réplique de la noirceur de son âme si tant est si bien qu’une créature aussi damnée pouvait en être encore dotée.

    La longue chevelure opaline, s’accordant parfaitement avec le teint blême du Conseiller mélandien, pointa des ténèbres suivi par le reste d’une anatomie qui dégageait la plus pure félinité que le semi-elfe avait pu voir. Nul doute que depuis leur dernière rencontre, qui remontait à bien loin depuis son retour à la cité du Chaos, Walar avait encore repoussé les limites de son vampirisme, suffisamment confiant en ses capacités pour demeurer désarmé face à une lame reconnue.

    Une voix douce, tranchant presque surnaturellement avec ce corps en tout point mortifère, mort et semant la mort, rompit le mutisme qui s’était emparé jusqu’ici des deux individus.


    « Je vois que votre sens de l’orientation, cher Conseiller, ne s’est pas amélioré avec le temps. Les affres des l’âge se serait-il emparé de vous ? Ou bien la petite anicroche à votre promenade dans notre ville vous a quelque peu troublé ? Ah, mais j’oubliais, peut-être que l’architecture de nos ruelles ne vous sied décidemment pas. Enfin, je puis vous assurer que le bordel est de l’autre côté du quartier. Cela n’est-il pas rageant de s’égarer à tout bout de champ dans une aussi grande métropole quand on est habitué au « village » de Manost ? »

    Le vampire avait un don presque inné pour les remarques provocatrices visant à déstabiliser ses interlocuteurs et son fiel était plus acéré que jamais, autant que les lames qu’il forgeait et affûtait. L’allusion voilée à sa première venue à Mélandis n’aurait pas suffit à elle seule à enrager le Conseiller mais Walar persistait en dénigrant la gravité de l’acte qu’il avait commandité, Egrevyn en était persuadé désormais : celui qui était responsable de l’attaque mortelle dont avait été victime son amie se tenait devant lui, un sourire narquois aux lèvres, le narguant.

    -Que je rêve t’arracher cette langue perfide qui a craché trop de venim. Tu ne t’en tireras pas aussi facilement, je n’ai pas grand-chose à perdre et tes petits tours de dépouille décharnée juste bons à effrayer quelques bleuzailles ne marchent pas avec moi. Tu crois attiser ma colère ? Tu ne fais que renforcer ma détermination, et je suis toujours plus coriace obstiné.

    - Hola, on est piqué à vif à ce que je vois. Je croyais que vous autre, adorateur de ce dieu mineur, étiez réputés pour votre flegme et votre modération en toute circonstance. La colère te donne une mine de déterré. Enfin, c’est plutôt six pieds sous terre que tu vas être sous peu. Le Fossoyeur va être content.

    Contre tout attente, le semi-elfe se mit à rire à gorge déployée. Son ricanement semblait ne jamais pouvoir s’arrêter ce qui irrita visiblement le vampire qui n’avait pas anticipé une telle réaction chez un ennemi d’habitude si taciturne.

    Entre ses quintes de fou rire, le guerrier-mage glissa quelques paroles.


    -Tu deviendrais presque digne de notre religion avec un tel talent pour les blagues aussi vaseuses que la souillure qui gangrène ton esprit. Assez des préliminaires ! Je suis désolé de vouloir écourter notre entrevue mais on m’attend, vois-tu ?

    Cette dernière allusion ne convainquit pas vraiment Egrevyn, même s’il n’en laissa rien paraître dans sa voix. Ce n,’était pas vraiment un de ces pressentiments dont se targuaient quelques fois les apprentis devins, mais plutôt un sentiment d’indicible lassitude qui, pour la première fois, saisit l’Helmite au plus profond de lui, comme mû par un désir aussi crépusculaire que le ciel qui voilait peu à peu le soleil pour laisser place à la nuit.

    Aussitôt que l’écho de ses derniers mot avait achevé de résonner dans l’impasse, le vampire ouvrit les hostilités en jaillissant à une vitesse fulgurante pour porter un premier coup de genou à l’abdomen du semi-elfe qui fut contraint d’effectuer un bond de côté pour éviter de justesse l’assaut du Mélandien. Une décharge d’adrénaline s’était emparée du Conseiller en même temps qu’une admiration teintée d’inquiétude face aux réflexes surnaturels du vampire. Walar était rapide, trop rapide même pour lui qui pourtant, par ses ascendances elfiques, bénéficiait d’un avantage certain sur un simple humain.

    Le vampire commença à exécuter une véritable danse macabre autour d’Egrevyn, son corps ondulant au rythme d’une musique muette. Le Manostien dut lutter pour ne pas finir hypnotisé par les mouvements fluides du mort-vivant. Ce dernier, souriant mais concentré, semblait se retenir, adoptant une posture mi défensive, mi-agressive.

    Le demi-elfe réalisa alors qu’il n’avait jamais vu le vampire se battre auparavant mais il balaya vite ces pensées néfastes. Il commença à incanter une peau de pierre, pressentant que son adversaire n’userait pas de magie mais ce dernier ne lui laissa pas le temps d’achever son sortilège, bondissant tel une panthère sur sa proie, toutes griffes dehors lesquelles se plongèrent dans son avant-bras droit. Egrevyn, malgré la douleur sourde qui avait instantanément paralysé son bras plia celui-ci vers sa poitrine pour bloquer quelques secondes le bras du vampire, dans les ongles pointus étaient toujours insérés dans la chair du semi-elfe. Serrant de toutes ses forces, ce dernier ajusta un coup de gantelet à la mâchoire du Mélandien qui fut projeté vers l’un des murs de la ruelle, mais parvint à se rétablir aussitôt, visiblement surpris par l’obstination de l’Helmite mais peu atteint par ce coup.

    Un tintement bref se fit entendre puis le son d’un objet tombant dans l’eau. Egrevyn avait jeté ses armes, son bras droit n’ayant plus la vitesse de réaction requise pour permettre d’atteindre efficacement le vampire. Le sang ruisselant le long de son poignet puis gouttant sur le sable de l’impasse attira le regard empli de convoitise de Walar qui passa sa langue sur ses lèvres, heureux à l’idée de se repaître par la suite du nectar vermeil du guerrier-mage.

    Egrevyn ne s’en émut pas plus que cela et fixa avec une rage décuplée le Conseiller talosien, serrant le poing droit si fort que le sang s’arrêta de circuler dans ses doigts. Reculant légèrement, il porta inconsciemment la main à son amulette tandis que le vampire s’élança à nouveau vers lui.


    Voilà, cette quête s'achévera avec le post de Walar et les autres quêtes en dépendant pourrant reprendre.
    Silently, we wander...

    "Arghhhhh, j'ai drow mal", hurla le sorcier Shuy Imbhoulaï ------> extrait exclusif du "Blagonomicon de Gygy les bons tuyaux"

  18. #48
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    [Quête finale : Mauvaise rencontre]


    Un sifflement rauque, presque bestial, s’échappa des lèvres desséchées du mort-vivant. Une sombre lueur à l’éclat vermeil scintillait de férocité dans l’abysse de ses yeux implacables.
    L’inéluctable influx de la folie aveugle et meurtrière s’animait dans les vaisseaux nécrosés du vampire ; ce sang, qui n’était pas le sien, bouillonnait dans son corps glacial, symptôme avant-coureur d’une violence carnassière. Ce maudit demi elfe le méprisait en jetant ses armes. Pathétique enveloppe de chair emplie d’orgueil ! Il allait le lui faire payer très cher, la mort de la traîtresse n’était qu’un préambule. Il plongea ses yeux dans ceux de son antagoniste…

    Egrevyn se jeta vivement en arrière, de façon à laisser le plus de distance possible entre lui et l’aberration. Mais le buveur de sang semblait ne s’avancer que lentement vers lui, trop lentement, comme si soudain le temps, sous l’effet d’un sortilège malveillant, ralentissait. Un abominable rictus était gravé sur le faciès démoniaque du forgeron, dévoilant de longues canines acérées. Chacun de ses mouvements était fluide et envoûtant. Mais le pire était son regard, l’Helmite se sentit peu à peu y sombrer, aussi inéluctablement que la nuit tombe. A chaque instant, par quelque morbide vénéfice, il sentait des émanations maupiteuses s’injecter dans son être, noyant ses pensées sous le joug pervers de l’aliénation. Une extraordinaire sensation de lassitude imbiba son âme, pourquoi ne pas céder face à cet assaut corrupteur ? Et ensuite, plus rien, plus que la félicité du néant… Egrevyn se rendit soudainement compte que ce n’était pas lui qui pensait cela, mais une voix d’outre-tombe qui chantait cette iniquité au plus profond de son esprit. Il tenta vainement de se ressaisir, de s’orienter. Tout autour de lui n’était que ténèbre et désolation, la funeste silhouette de la mort écrasait tout son corps sous un poids colossal, imprégnant le vice par chaque pore de son derme. Seuls deux halos rougeâtres, fulminant de haine, étaient perceptibles dans son chaos visuel, tels des phares n’ayant pour dessein que de le guider vers les récifs tranchants de la fatalité… Il se cramponna de toutes ses forces, sa colère resurgissant violemment, véritable catalyseur de sa lutte.
    Et tout lui revint subitement en mémoire, du décès de Banshee à son adversaire ! Et, poussant un hurlement quasi-animal, il projeta avec l’énergie du désespoir l’intrus hors de ses pensées. Une exclamation vindicative, marquant sa réussite, résonna dans ses tympans fébriles…

    Le demi-elfe sortit avec vigueur de sa maléfique léthargie. Il lui aurait été impossible de dire combien de temps s’était écoulé, mais cela n’avait plus aucune importance désormais, une indicible détermination s’était forgée dans son cœur, malgré la morosité et l’état d’accablement qui le suppliciaient cruellement. Il releva piteusement la tête. Juste devant lui, Walar le couvait d’un regard fielleux, écrasant, telle une chape de plomb. Cependant, une légère érubescence recouvrait la carnation faciale du vampire, dissimulant sous son carcan sanguin l’habituel teint marmoréen. Le mort-vivant exhalait une ineffable aura de fureur.

    Dans la ruelle, les éléments paraissaient s’être ligués pour célébrer une ode à la déliquescence. Comme pour mettre en exergue l’ostracisme auquel le Manostien était inexorablement voué dans la Cité de la Destruction. Une fine brise s’était levée, hululant son sinistre requiem entre les parois de pierre avilies par les miasmes. Cette sombre mélopée n’était brisée que par le clapotement plaintif de l’eau croupie sur le sol fangeux. Les âcres relents de la corruption baignaient sur l’endroit en despotes incontestés, consumant la moindre parcelle vertueuse aux environs.

    Se ressaisissant, l’Helmite commença à psalmodier d’antiques paroles d’une voix grave et sereine, tout en tenant fermement, presque convulsivement, son amulette ; cette dernière scintillait d’un éclat céruléen, rompant avec l’aspect sépulcral des alentours. De fines arabesques d’énergie s’esquissèrent dans l’air frelaté, formant d’envoûtants et sibyllins emblèmes magiques, qui se recoupaient sans cesse. Le Melandien, mû par ses réflexes surnaturels, bondit vers son ennemi. Mais l’incantation, accélérée par la relique de l’Helmite, battit le forgeron de vitesse, et, un mugissement d’une puissance terrible retentit tel un coup de tonnerre dans la ruelle. Des traits enflammés se mirent à fuser avec une célérité folle des paumes d’Egrevyn, se rejoignant immédiatement après en tourbillonnant dans une sarabande infernale. Une massive sphère incandescente se forma en moins d’une seconde, avant de se propulser dans un fracas diabolique en plein sur le vampire. Ce dernier, dans une torsion inhumaine, parvint à éviter le projectile embrasé, qui implosa avec une violence inouïe peu après. Des jets de flammes se propulsèrent dans toutes les directions, calcinant tout sur leur passage dévastateur, tandis que des volutes de scories s’éparpillaient dans de grandes gerbes. Durant un bref instant, le forgeron parut être nimbé d’un halo flamboyant, mais, l’instant d’après, il était noyé par l’aveuglant brasier…

    Walar ouvrit péniblement les yeux, il sentait de profondes meurtrissures lui cisailler le torse. La morsure des flammes est sans pitié. Frivoles stigmates murmura-t-il, l’air amusé. Il foudroya son adversaire de son regard incisif, ce dernier, immobile, paraissait presque surpris de le voir encore debout. Il te sera bien difficile de m’enlever le peu de vie qu’il me reste. Un rictus machiavélique s’esquissa sur le visage cireux du vampire. Peu de gens pourraient seulement imaginer le nombre inconcevable de barrières qu’il avait érigé dans les méandres de son esprit malveillant, suivant à la lettre ses préceptes maléfiques, issus du dogme le plus obscur. Son âme n’était plus qu’une misérable étincelle ployant sous une volonté de fer. Ses imprenables murailles spirituelles embrasaient la moindre bribe de son corps d’une étreinte fanatique et roborative. La douleur, cette tromperie de l’esprit, n’était désormais qu’une sensation lointaine, même la magie s’effritait au contact de sa peau, froide et morte.

    Il se rua tout à coup sur le Manostien, sans un cri, sans un bruit, telle la nuit dévorant la clarté du jour. Egrevyn n’eut guère le temps de réagir, et parvint tout juste à éviter de se faire décapiter par le violent coup de griffe. Au lieu de sa gorge, ce fut son épaule droite qui encaissa le choc d’une force terrible, plongeant dans la chair dans un sinistre bruit de succion, et brisant la clavicule comme un fétu de paille. Une douleur térébrante assaillit les sens de l’Helmite, qui tenta vainement de repousser son maléfique assaillant, mais à mains nues cela était devenu presque utopique. Malgré cela, le contact délétère du mort-vivant lui inspirait une telle aversion qu’il continua de se battre, bourrant de coups de poing l’insensible créature, dont les ongles démesurément tranchants faisaient couler des rivières d’hémoglobine le long de son corps meurtri.

    Le Melandien sentait poindre en lui la délicate saveur du triomphe. Son adversaire était aux portes du trépas, mais il ne lui ferait pas ce plaisir. Jamais, il n’atteindrait le repos éternel, il restera à jamais entre la vie et la mort ! Dans un état de cadavre ambulant et dégénéré, scellé dans une pérennité de servitude et d’esclavage. Rien qu’à cette pensée, une contorsion lugubre plissa la physionomie sclérosée du buveur de sang. Mais tout d’abord, sa victime allait voir son destin en face…

    Egrevyn se sentit projeté par une force inhumaine, durant un court instant il eut l’impression de s’échapper de sa geôle charnelle, avant de revenir brutalement à la réalité. Il atterrit dans un bruit mat sur le sol crasseux. Une terrible souffrance physique fustigeait tout son corps, et ses yeux ne pouvaient se détacher du vampire, qui s’approchait, l’œil torve. Le son de chaque pas du mort-vivant résonnait dans son esprit tel son propre glas. L’horrible vision de son corps décomposé miroitait dans sa tête ; il s’observait couvert d’eschares purulents, se sphacélant jusqu’à n’être plus qu’un amas organique rongé par les helminthes, tombé dans la décrépitude et l’oubli...

    Soudainement, une sensation de froid intense se propagea dans sa « carcasse », il sentit les crocs du vampire se plonger dans sa gorge, quêtant leur ambroisie, le fin nectar sanguin. Une affliction abominable l’engloutit dans un abîme de vilenie. Peu à peu, l’hiver naissait dans son être, engourdissant ses sens, paralysant ses pensées sous une morsure glacée. Mais ce n’était que le début de son abject supplice. Ses tissus se nécrosaient. La vérole et d’autres infections innommables constellaient son épiderme de chancres et de bubons. Mais pire que tout, son âme se noircissait, rongée par la néfaste succion, une volonté de carnage émergeait en lui… Et il ne mourrait pas, bien au contraire, l’emprise psychique de Walar le conduisait vers un asservissement sempiternel. Bientôt il ne serait plus qu’une méprisable goule…

    Quand soudain quelque chose dans la sordide venelle attira l'attention du vampire…



  19. #49
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    DIJON
    Messages
    688
    [Quête finale : Mauvaise rencontre]

    A travers les veines de la ville, Oblivion arriva dans un dédale de ruelles sombres et maussades. La ville de Mélandis n'était pas faite pour lui, elle n'avait de cesse, par sa noirceur, de lui rappeler ses origines. Au bout d'une dizaine de mètre, il entendit un râle. Une odeur de mort envahissait le lieu. Tenant sa sphère dans une main, le mage drow sentit celle-ci devenir chaude, signe précurseur d'un danger imminent. Ne tenant plus sur place, Oblivion entreprit de regarder d'ou provenaient les bruits sourd d'un agonisant.

    Il remarqua des traces de sang sur le sol, puis un corps. S'approchant, il s'aperçut avec horreur que le mort était un des conseillés de Manost. Le corps d'egrevyn était entaillé à coup de griffes. Se demandant encore quel animal aurait pu faire ça, oblivion entreprit de vérifier s'il pourrait survivre ou non. Alors qu'il essayait de trouver le pouls sur le coup du conseillé, le mage sentit des effluves de sang perler. Il comprit avec horreur se qui arrivait au conseillé.

    Le visage d'Egrevyn était d'une pâleur lunaire. Les veines commençaient à devenir bleues et de sa bouche, une haleine fétide se faisait sentir. son corps se convulsait. Oblivion, ne comprenant que trop se qui arrivait au conseillé, réalisa qu'il n'avait rien pour arrêter l'ascension du nouvel être maléfique qui était dans ce corps. L'air était emplie de magie, le mage pouvait la sentir. Sa sphère devenait tour à tour rougeoyante ou scintillante. Elle finit par se mettre à léviter d'elle même. La ruelle s'illumina et de la sphère apparaissait quelques étincelles de magie. L'air devint lourd et la sphère se mit à léviter au dessus du corps d'Egrevyn.
    Oblivion due se cacher les yeux. La sphère irradiait de lumière. L’air était saturé de magie. Bientôt des lueurs de différentes couleurs commencèrent une danse autour de la sphère. Petit à petit, le corps sans vie lévita à quelques pouces du sol. La magie emplit toute la ruelle, elle était vivante et irradiait de beauté. Se fut au tour du corps à s'immerger dans ce flot de magie. Des flammèches apparurent de la sphère et commencèrent à caresser ce corps presque sans vie. On aurait dit une mère couvent son enfant et le rassurant d'un grand tourment. Oblivion avait u mal à rester sur place. La magie était si intense qu'il finit par courber la tête sous le poids de l'air alourdi.

    Soudain le corps devint brillant à son tour. La sphère entama une danse frénétique autour de celui-ci. Elle virait et tournait à une allure telle que le mage drow eut du mal à repérer la sphère. Et puis.... Plus rien. La ruelle redevint sombre et la sphère regagna la paume de la main d'Oblivion. Le mage drow regarda la ruelle. A la place du corps, il ne restait qu'un petit tas de cendres. Sans trop comprendre à quoi il venait d'assister, il finit par se poser des questions sur les capacités de son mentor enfermé dans cette sphère.

    Alors celui-ci lui envoya une image dans l’esprit. Egrevyn, mort, la paix dans l'âme, était parti à jamais. Nul corps ne pourra être trouvé.
    pour faire parler mon avatar en RP #FF4500
    Statut : Maison finie et heureux papa de trois moussaillons
    La conscience est la voix de l'âme, les passions sont la voix du corps

  20. #50
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    626
    Hugues laissa donc Banshee dans les mains du Barde du Chaos. Cependant, ne voulant pas laisser les armes de son amie aux Mélandiens, et les récupéra et les plaça dans son dos, dans le sac d'équipement qui ne le quittait jamais quand il partait loin de Manost.

    Prenant la ruelle qu'avait emprunté le Conseiller Berrak, Hugues couru à la poursuite de celui-ci. Mais Mélandis était connue pour ses nombreuses rues transversales, et rapidement le Paladin se retrouva perdu. Des ombres le frôlaient, ne faisant absolument pas attention à lui. Des mendiants réclamaient des pièces, et ne récoltaient que coups de bottes et coups d'épée.
    En pleine rue, le Paladin assista à un assassinat, ce qui avait l'air d'être chose courante dans cette ville. Cependant, il ne pouvait pas s'attarder et partit de plus belle à la recherche de son ami.

    Au bout de longues minutes, le Paladin commençait à perdre patience, et tout espoir de retrouver son ami. Il adressa une rapide prière à Helm, et poursuivit sa route. Puis, au détour d'une rue, une étrange lueur attira son attention. Cette lumière diffuse lui rappelait la sphère de son ami le mage Oblivion. Mais que pouvait bien faire Oblivion dans la cité du Chaos.
    Hugues s'approcha rapidement, et tomba nez à nez avec Oblivion.


    "Oblivion, c'est moi Hugues de Breizh. Par Helm, ta présence est une bénédiction. Tu vas pouvoir me prêter main forte alors. Je cherche à retrouver le Conseiller Berrak. Il est partit à la poursuite d'une créature de la nuit, et je ne l'ai toujours pas retrouvé. J'ai peur qu'il lui soit arrivé quelque chose."

    Le Mage Drow se tourna vers le Maréchal des Paladins. A la vue de son visage, Hugues sut tout de suite qu'un malheur était arrivé. Hugues eut un pressentiment, et celui-ci s'avéra juste quand Oblivion lui raconta ce qu'il avait découvert. Ainsi Mélandis venait de tuer ses deux plus proches amis. Cette ville maudite n'avait donc jamais assez de sang. Le Paladin fulminait de rage. Il n'avait pas pu défendre Banshee Sangdelune, pas plus qu'Egrevyn Berrak, alors qu'il était attaché en tant que Paladin du Cœur Radieux à la défense du Conseiller Artistique.
    Hugues se pencha et ramassa les derniers effets du Conseiller. Il plaça les deux épées avec celles de Banshee, et jura qu'une fois sorti de Mélandis, il reforgerait les cinq lames en une seule pour le bien, et contre le mal.

    Oblivion s'approcha de lui, et posa une main amicale sur son épaule. Hugues lui raconta rapidement le trépas de Banshee, et les raisons qui avaient poussé Egrevyn à poursuivre l'ombre. Alors qu'il parlait, le Paladin fut saisit par un violent mal de tête.
    Oblivion sut tout de suite qu'ils allaient avoir de la compagnie.


  21. #51
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    [Quête : Dans les tréfonds de la Folie]


    Le mort-vivant s’était esquivé à une vitesse surnaturelle dès qu’il avait perçu la présence de l’intrus. Dans ses plans machiavéliques, il voyait déjà la créature asservie par le vice qu’Egrevyn était devenu réduire en pièce l’imprudent visiteur. Le vampire avait gravi avec une célérité déconcertante une façade, décrépie sous l’assaut incessant des exhalaisons pestilentielles. Il s’était niché, telle une imperturbable gargouille, dans une obscure aspérité parmi la pléthore estropiant la paroi.

    L’individu était visiblement un drow, mais il exhalait une aura bien pathétique pour un membre de son espèce. Peut-être était-ce l’un de ces martyres luttant contre leur ascendance naturelle ? Une brève sensation de doute envahit l’esprit tourmenté du vampire en pensant à sa propre situation, avait-il seulement tenté un jour de renier la germe maléfique enserrant son âme de ses funestes racines ? Il chassa ces sombres pensées en repensant aux influx orgiaques résultant de l’absorption sanguine.

    Sa réflexion fut brutalement interrompue par un puissant jaillissement de lumière qui lui transperça les yeux, le morfondant dans une souffrance atroce. La source de cette clarté surnaturelle était le corps du Manostien, autour duquel une sphère tournoyait à une vitesse folle. Walar se sentait horriblement faible, il avait l’impression que sa peau cadavérique était enveloppée d’un linceul d’épines, le crucifiant de part en part. Puis, soudainement, tout s’arrêta. L’ombre retrouva son territoire, dissimulant à nouveau certaines choses dont il vaut mieux ne pas connaître l’existence.

    Le buveur de sang percevait une colère sourde poindre au fond de son cœur vicié. Son champ de vision n’était qu’une étendue d’un blanc éclatant, mais peu à peu de vagues contours se dessinaient, démarquant les lugubres silhouettes des bâtiments environnants. Il mettrait sans doute plusieurs minutes à récupérer totalement, cependant ses autres sens, dopés par l’étreinte vampirique, fonctionnaient parfaitement. Il entendait le moindre clapotis d’eau croupie gouttant dans une flaque fangeuse, il sentait la moindre effluve baignant l’atmosphère. Un étrange malaise l’assaillit soudainement, comme si un soudain souffle vertueux venait lui nécroser le derme, ce qui décupla encore sa rage, le paladin accompagnant Egrevyn était là, un certain Hugues de Breizh. Les deux personnages semblaient alliés, l’autre se nommait Oblivion d’après les dires du guerrier saint.

    Une violente pulsion sanguinaire noya la raison du vampire qui bondit au milieu de la ruelle, atterrissant dans un bruit mat, à quelques mètres à peine de ses deux ennemis. Ils se retournèrent vivement, contemplant le meurtrier de leurs amis. Les globes oculaires de ce dernier, habituellement aussi ténébreux que la nuit, étaient opalins, albâtres. Malgré ceci, il les foudroyait fixement de son regard démoniaque, faisant resurgir leurs peurs les plus enfouies. Un mutisme sépulcral planait sur l’endroit. Cette courte diversion avait suffit au vampire à focaliser l’attention durant quelques secondes de ses adversaires sur un point bien précis.

    Seul l’intense entraînement de chasseur de morts-vivants du paladin le sauva. Il perçut tout à coup une aura malveillante se précipiter dans son dos. Il se renversa violemment sur le côté en hurlant un avertissement à Oblivion, évitant ainsi de justesse la décapitation. Trois vampires, revêtant de fines armures de cuir et traçant des cercles de leurs griffes démesurées, les encerclaient, l’air menaçant. Pendant ce temps, le délétère forgeron s’était éloigné de quelques pas dans l’abîme de noirceur de la sordide venelle, un rictus féroce gravé sur le visage. Il ne semblait pas vouloir prendre part à l’affrontement. Il fit juste un léger hochement de tête, et les vampires d’élite fondirent sur leurs proies…

  22. #52
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    DIJON
    Messages
    688
    [Quête : dans les Tréfonds de la Folie]

    Oblivion ne s'était pas encore remis de l'énergie magique qui l'avait transpercé de toutes parts. Non seulement la fin d'egrevyn était une défaite, mais savoir que Banshee avait aussi succombée laissa le drow dans un profond chagrin. Ainsi Banshee n’avait pu échapper à un destin funeste.

    Mais le temps n'était pas aux regrets ni à la mémoire des disparus. Sortis de l'ombre, trois êtres assoiffés de sang se tenaient devant le paladin et le drow. Oblivion savait se qu’ils étaient. Cela le répugnait à avoir à faire à cet engeance du mal. Les non-vivants était à ses yeux une aberration. Les trois être se tenaient devant eux, toutes griffes dehors. L’odeur pestilentielle de la mort et de la putréfaction sentait à outrance. Trois paires de yeux jaunis regardaient les deux aventuriers pareil à des chasseurs regardant leur proie. La rage monta dans tout l’être du drow. Ces aberrations devaient retourner dans leur tombe. Une étincèle vengeresse brilla alors dans les yeux du mage, jamais il n'avait ressenti telle colère. Laissant libre cour à ses sentiments, il commença à incanter rapidement un sort de feu. Mais un des vampires, voyant la manœuvre, arriva sur le drow. Coupant court à son incantation, il esquiva la première attaque.

    Hugues tenait son épée fermement et commença une danse frénétique afin de contrer les coups de griffes que tentaient de lui asséner les deux acolytes de l'attaquant d'Oblivion.
    Le combat risquait d'être dur, les vampires évitaient les coups d'épées avec une aisance malsaine, souriants de plus belle à chaque attaques. On aurait dit qu’elle se délectaient de leur futur repas. Plus les aventuriers, en proies à des sentiments vengeur, se battaient, plus les infâmes créatures revenaient à l’attaque avec une frénésie sans pareil.

    Oblivion, dont les facultés de combats et de magies commençaient à diminuer, fit un appel mental à son mentor. Mais la sphère resta sans vie. La magie qui en était sortie pour consumer le corps du conseillé avait peut-être amoindrit le pouvoir de son maître. Le vampire attaqua Oblivion de plus belle. Il tenta d'esquiver un coup de poing, mais l'immonde créature fût plus rapide que lui. Acculé contre le mur, il tomba sous l'impact du coup. Essayant de trouver une parade à l'attaque que le vampire allait entamer, Oblivion leva son bâton et le fit tournoyer devant lui. Le vampire tenta d'éviter le coup mais la parade du drow le déséquilibra. Il chuta. Ce répit donna le temps à Oblivion de rejoindre le Paladin. Il courut le rejoindre et lui dit.

    -"Ensemble, nous aurons peut-être une chance de les vaincre"
    pour faire parler mon avatar en RP #FF4500
    Statut : Maison finie et heureux papa de trois moussaillons
    La conscience est la voix de l'âme, les passions sont la voix du corps

  23. #53
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    626
    [Quête : dans les Tréfonds de la Folie]

    Le combat était engagé, le Paladin attaquant sans relâche son ignoble adversaire. Ses facultés de Chasseur de Mort-Vivants étaient mises à rude épreuve. En effet, ces vampires n'étaient pas comme tous ceux qu'il avait été amené à combattre par le passé. Même les Ombres de Meboth n'arrivaient pas à la cheville de ces créatures maléfiques. Le Paladin n'avait jamais vu de créature pareille, à croire qu'autre chose les animait, que quelqu'un était derrière tout ça. Les trois créatures avaient des sens plus aiguisées, et semblaient ne pas être de simples pantins, mais presque douées d'une conscience. Soudain, le Paladin frissonna. Durant ces longues lectures, il avait étudié une théorie qui en avait fait rire plus d'un. Un cherche, Hous Grettertre avait émis l'hypothèse que les créatures issues d'un même Maître pouvaient être douées d'une conscience collective, ce qui les rendait d'autant plus destructrices. Tout le monde avait ri à cette hypothèse, et le chercheur était parti sur le terrain pour prouver la véracité de ses dires. Malheureusement, il avait disparu, sans laisser la moindre trace. Le Paladin avait cependant noté les recherches du chercheur, et pour sa part, avait trouvé l'idée plausible. Aujourd'hui, il avait la réponse devant lui. Malheureusement, il ne savait pas s'il allait pouvoir faire-part de sa trouvaille.

    Du coin de l'œil, Hugues observait le combat d'Oblivion. Le Mage Drow n'arrivait pas à utiliser sa magie, et sa boule d'onyx était apparemment éteinte. Cependant, Oblivion réussit à se défaire de son adversaire, temporairement, et à rejoindre le Guerrier Saint.


    "Ensemble, nous aurons peut-être une chance de les vaincre.

    _ Je suis d'accord avec toi mon ami. Mieux vaut unir nos forces contre ces créatures, que de combattre chacun de notre côté. Je vais essayer de te faire gagner un peu de temps, histoire que tu puisses incanter un sort de feu.

    _ Non, je n'arrive pas à me concentrer assez pour pouvoir lancer une incantation. Il va falloir pour l'instant se passer de magie Hugues."

    Cette réponse ne réjouit pas le Paladin, mais tant pis. Il faut dire que désormais, les trois vampires les entouraient, et que le Magicien n'avait aucun répit pour lancer une attaque magique, les Vampires se lançant tout de suite sur lui, afin de faire échouer son sort.
    Le Paladin prit son écu, qu'il portait sur le dos, afin de s'offrir une protection supplémentaire, et pouvoir protéger un peu plus le Drow. Puis, Hugues puisa au fond de lui, et au moment où les monstres se jetaient sur eux, lança un sort des plus basics.


    Hugues de Breizh --------------- Repousser les Morts Vivants --------------- Vampires

    Les trois vampires furent stoppés dans leur attaque, et l'un d'eux, fut même repoussé en arrière. Cependant, ces monstres étaient vraiment d'une autre facture, et, alors que de nombreux vampires seraient déjà revenus à l'état de poussières, ceux là, ne faisaient que pousser des grognements. Voyant que sa tentative ne rimait à rien, le Paladin préféra stopper son sort, et garder des forces pour le combat au corps à corps.
    Celui-ci s'annonçait dure, très dure même, et si Hugues pouvait compter sur son immunité à l'absorption, il n'en était pas de même pour Oblivion. Se mettant dos à dos, les deux manostiens se préparèrent à l'assaut des créatures de Mélandis. Leur combat pour leur survie venait de commencer.

  24. #54
    Eldora Invités
    [QUETE] QUETE D'ADMISSION

    L’informateur entra dans un bâtiment qui, comme tous ceux de la ruelle, était délabré. Eldora l’avait suivie dans l’ombre, pendant tout le trajet, et le marchand n’avait pas semblé l’avoir repéré.

    Elle traversa la rue et entra dans l’immeuble qui faisait face à celui dans lequel était entré l’informateur. Elle avait repéré qu’il était monté au deuxième étage, en le suivant dans la cage d’escalier et en écoutant à quel étage il y avait eu un bruit de claquement de porte.

    Elle monta donc au deuxième étage de l’immeuble d’en face. Eldora crocheta la serrure de la porte pour entrer dans l’appartement. Une fois à l’intérieure, elle examina les lieus. Une petite vieille dormait sur un paillasson. La tuer n’aurait fait qu’abréger la souffrance de sa misère, ce qui n’intéressait guère Eldora.

    Elle s’approcha de la fenêtre et observa le bâtiment d’en face. L’informateur était juste devant la fenêtre et discutée avec un autre gars. Si la description de Crosbie n’était pas erronée, et bien c’était lui.

    Elle sortit son arc et ses flèches. Elle le banda, et décocha une flèche vers crosbie. Eldora n’était très expérimentée dans l’art du tir à l’arc. Elle avait visé la poitrine mais elle rata son coup et toucha la jambe. Avant d’atteindre sa cible, la flèche avait fait éclaté la vitre qui était déjà en mauvaise état.

    Eldora descendit précipitamment de l’immeuble. Elle retraversa la ruelle et vint se poster près de l’entré. Elle n’attendit pas longtemps avant que l’informateur ne sorte en trombe de l’immeuble. Il avança vers elle sans la voir. Quand il fut à porter, elle lui plongea son poignard dans le ventre. Quand elle le ressortit, l’homme s’effondra sur le sol. Raide mort.

    Puis elle monta dans l’appartement ou se trouvait Crosbie. La flèche qui lui avait transpercé la jambe était empoisonnée. Et c’était pour cette raison qu’elle n’avait pas inquiétée par son erreur.

    Une fois dans l’appartement elle trouva rapidement crosbie, qui essayer de se caché dans un placard en se traînant sur le sol.


    « Bien ! En prenant en considération la dose de poison que j’ai mis sur la flèche, et la zone de ton corps qui a été atteinte. Je dirais que tu en as encore pour 3 heures à vivre.
    Sauf bien sur si je te donne l’antidote à temps. »
    Dit Eldora en ricanant.

    Eldora sortit une fiole d’une de ses poches et l’agita devant Crosbie.


    « Alors ? Aurait-tu, par hasard, quelque chose à me dire ? » Lui demanda t’elle.

    « Non j’ai rien à te dire, vas te faire voir ailleurs. » S’écria Crosbie.

    Eldora rit. Puis elle Jeta la fiole à terre. La fiole éclata sur le sol, et le précieux liquide se répandit partout.
    Crosbie se jeta sur les restes de la fiole, et après un moment d’hésitation, se mit à lécher les morceaux qui lui coupèrent la langue. Le liquide fini rapidement par se mélangé à son sang.

    Eldora l’observer. Et petit à petit, son sourire cruel se transforma en rire rauque et convulsif.


    « Tu crois réellement que je t’aurai donné un antidote, même pour le plaisir de te voir t’automutilé ? Allez ! Crève bien tout seul et adieu. »

    Puis Eldora partie en n’omettant pas de donner un ultime coup de pied dans le ventre de Crosbie.


    vient de:
    Les rue commerçantes
    part pour :
    Les Entrepôts du Quartier Maritime

  25. #55
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    [Quête : dans les Tréfonds de la Folie]


    Un calme sinistre enveloppait la ruelle d’un opprimant étau, les vampires rôdaient silencieusement autour de leur gibier acculé, scrutant le moindre signe de défaillance. L’aura émanant du guerrier saint leur retournait les viscères et leur inspirait une terreur ineffable, mais l’obscure présence dans la sombre venelle juste derrière eux palliait à toutes les peurs. Une volonté de destruction, de sang, de mort s’était imprimée dans leurs consciences. Chacun de leurs mouvements, aussi envoûtants que mortels, marquait le rythme d’une terrible danse funèbre, qui peu à peu approchait de son paroxysme…

    Soudainement, l’un des monstres se rua sur le paladin, lacérant l’air de ses griffes acérées comme des couteaux. Le Manostien leva juste à temps son bouclier pour parer l’attaque du vampire. Les griffes du mort-vivant raclèrent sur le métal de l’écu, produisant un abominable bruit strident. L’être voué à la mort tenta alors d’égorger son adversaire par un brusque coup de griffe. Mais Hugues anticipa et d’un puissant revers d’épée laboura la chair nécrosée du torse de son adversaire, tranchant facilement le mince linceul de cuir. L’aberration poussa un hurlement lugubre, qui tenait bien plus de la bête que de l’humain. Un sang noirâtre s’écoulait en cascade de la plaie, gouttant sur le sol putride ; cette terre qui s’était déjà tant repue du liquide rougeâtre, mais qui continuait de l’avaler toujours et encore, ogresse vorace et insatiable.

    Le vampire, affaibli, fit mine de se reculer, mais au lieu de cela, il bondit de plus belle sur l’imprudent ayant osé le blesser. Il n’était plus qu’une enveloppe sphacélée par le mal, et hantée par une rage ineffable. Ses attaques fusaient, mais le guerrier tenait bon, parant tant bien que mal la pléthore d’assauts. Pendant tout ce temps, les deux autres créatures contemplaient la scène d’un air amusé, un étrange rictus gravé sur leurs faciès déformés par la vie des caveaux. Ils ne paraissaient pas vouloir intervenir, se contenant de laisser planer une angoisse funeste dans le dos des Manostiens.

    Le paladin résistait avec de plus en plus de peine aux puissants coups de griffe du monstre, qui auraient sans doute pu défoncer un mur de briques. Il sentait le mage fébrile, juste derrière lui, l’aidant tant bien que mal par quelque sortilège roboratif. Mais cela ne suffisait pas, il lui semblait percevoir une ombre colossale qui l’enveloppait petit à petit d’un suaire noirâtre, tandis que sa faux démesurée dérobait son âme pour la plonger dans un océan de tourment. Des visions morbides défilaient devant ses yeux, s’interposant à la réalité.

    Il est de ces instants où tout espoir a déserté le cœur du brave, mais il suffit souvent d’une simple étincelle pour allumer le gigantesque brasier de la vengeance.

    Hugues s’effondra sur le sol fangeux, le dernier coup de son ennemi avait été d’une telle violence en heurtant le bouclier qu’il s’était vu projeté à terre, comme ses dernières illusions. Mais en atterrissant lourdement, il sentit durement le métal des lames d’Egrevyn et de Banshee lui marquer la chair, dans un douloureux rappel. A ce contact, son cœur s’emplit d’une colère sourde et incontrôlable. Ignorant son corps martyrisé, il se releva. Il fixa le vampire, ébahi par tant de résistance, d’un regard implacable. Puis, mû par une force surhumaine, il fondit sur cette engeance responsable de la mort de tant d’innocents, parmi lesquels ses amis n’étaient qu’une goutte de sang, celle faisant déborder le vase…

    L’épée de l’Helmite fendit l’air à une vitesse inhumaine, avant de tracer son chemin dans le cou du buveur de sang, tranchant les vaisseaux sanguins comme du beurre. La tête de la créature, figée dans l’atroce expression du trépas, s’écrasa sur les pavés dans un bruit mat. Le corps n’était même pas tombé qu’il se désintégra dans un nuage de poussière corrompue, s’éparpillant au gré du vent. Durant un court instant, le paladin sentit un profond soulagement poindre en lui, avant de se rappeler qu’il y avait encore deux monstres…

    Ces derniers contemplaient le chasseur de morts-vivants l’air songeur. Mais la sombre lueur qui scintillait dans l’abîme de leurs prunelles laissait présager le pire.

    Subitement, ils fondirent sur l’elfe noir…

  26. #56
    Auroch Invités
    Je viens de :
    Le poste du Loup Ardent .

    Trop farouche pour demander mon chemin, je me perds dans les dédales de Mélandis la resplendissante, qui ne distribue ses largesses qu'à certains élus dont les pauvres hères habitants ici ne font manifestement pas partie.

    De misérables constructions sales, amoncellées les unes sur les autres, aux abord desquelles diverses personnes se livrent à un triste spectacle et me délivrent toutes ensemble la vérité de leur ville en une pathétique symphonie de moeurs:

    Un homme avachi à même le sol, le regard vague, marmonne qu'il veut mourir pendant que deux ivrognes se battent pour de l'alcool, juste à coté, un enfant malingre aux bras recouverts d'échimoses me regarde des ses yeux durs, asséchés par trop de pleurs anciens. Puis c'est une jeune femme aux grands yeux effrayés qui fuit à mon arrivée, alors qu'une autre déjà beaucoup moins jeune, au corps lourd mais aux moeurs légères me lance des regards sans équivoques. Elle me parle d'amour à vendre, mais je ne comprends pas ce dont elle parle.

    Au détour d'un chemin, je manque de trébucher sur deux enfants couchés à même le sol...l'un semble trembler plus que de raison, même la pluie et le froid n'y suffirait pas. Il n'est pas utile de disposer d'une grande science médicale pour comprendre que sa fin est proche. Touché, je dépose sur leurs maigres corps la capeline composée jadis avec les peaux des petits mammifères que j'avais chassés dans la forêt.

    Puis je reprend mon chemin à demi-nu, marmonnant (la solitude m'ayant conférée cette désagréable habitude de penser tout haut):

    "L'homme est la seule créature que les Dieux aient conçue pour avoir plus de grâce qu'un cygne et qui peut pourtant se laisser avilir jusqu'à ce qu'on fasse de lui-même un être plus pitoyable et plus laid que le crapaud. Cette cité est-elle vraiment faite pour moi? Pour nous?"

    Finalement les rires animés qui retentissent d'une échoppe attirent mon attention.

    Je vais à:
    La taverne des bas quartiers

  27. #57
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    DIJON
    Messages
    688
    [Quête : dans les Tréfonds de la Folie]

    Oblivion était sur le point de céder aux assauts répété des deux mort-vivants. L'air était assailli d'odeur de mort et de chair putréfiée. Le mal était ici et le drow commençait à sentir une rage sans nom monter en lui.

    Hugues était mal en point. Du regard, le mage avertit le paladin qu'il tiendrait en respect les deux engeance du mal. Ces monstres devaient retourner à la poussière. Trop de victimes avaient péries sous leurs crocs acérés. Oblivion se battait avec ardeur, son bâton levé virevoltait, assénant quelques coups meurtriers aux vampires. Pourtant ceux-ci, mû par une énergie maléfique, revenaient sans cesse au combat.

    Soudain, le paladin, dans un effort, se releva et reprit la charge. L'un des deux vampire se retourna pour l'arrêter dans son élan. Peine perdue, Hugues avait l'avantage de la surprise. Son épée tournoyait dans les air et le vampire courait droit à sa perte. L'épée lui trancha la tête d'un coup sec. Hugues tomba à terre, emporté par l'impact de l’épée sur sa victime. Il se retourna pour regarder le vampire dont la tête bascula en arrière. Son corps finit par flétrir puis se réduire, en même temps que la tête, en cendre. Oblivion, pendant ce temps continuait son combat acharné contre l'être des ténèbres.


    Le vampire savait qu'il devait rester sur ses gardes avec le paladin. Il fit une courte pose devant le drow. Ses yeux jaunis regardait les deux victimes potentielles avec frénésie. Oblivion savait que cet abomination avait faim. Le vampire regarda droit dans les yeux le mage en se passant la langue sur les lèvre. La faim justifiait les moyens. ALors qu'Oblivion commençait à perdre du terrain, le vampire attaqua de nouveau.

    Un danse frénétique commença. Oblivion avait de plus en plus de mal à esquiver les assauts de la créature. Celle-ci finit par commettre une erreur fatale.
    Croyant l'adversaire bien trop désespéré et fatigué, en profita pour lui sauter dessus. Oblivion, dans un effort ultime, leva son bâton. La bête cracha un cri strident en s'empalant sur celui-ci. Oblivion tomba à la renverse avec un tas de poussière., fatigué et presque vaincu.
    pour faire parler mon avatar en RP #FF4500
    Statut : Maison finie et heureux papa de trois moussaillons
    La conscience est la voix de l'âme, les passions sont la voix du corps

  28. #58
    Eldora Invités
    [QUETE] QUETE D'ADMISSION

    Eldora entra de nouveau dans l’appartement de Crosbie. Dans celui-ci régnait le chaos le plus total. La folie qui avait du prendre Crosbie dans ses derniers instants ne pouvait, seule, expliqué le désordre. La demeure avait du être piller par quelques voleurs de passage…Ou alors, l’un des membres de la Guilde était déjà venu faire le ménage. Mais Eldora en douté.

    Elle s’approcha du cadavre de Crosbie. Il avait du atrocement souffrir, et cette pensée arracha un léger sourire à Eldora. Elle se pencha sur lui et fouilla ses poches. Elle ne trouva que quelque babiole sans intérêt. Entre autre, plusieurs petits sachets contenant de la drogue, qu’Eldora pris au cas ou.

    Puis elle rechercha des indices dans le reste de la maison. Elle ne trouva rien de particulier, si ce n'est une somme d'argent assez importante camouffler sous une trappe.

    Soudain, elle entendit un chuchotement et se retourna. Mais se fut la seule chose qu’elle eut le temps de faire avant de se prendre une flèche d’acide de Melf dans le bas ventre. Cela ne pouvait être qu’Elisfrod.

    Elisfrod à Acid de Melf à Eldora

    Eldora, par pur réflexe, prit l’une de ses dagues et la lança vers Elisfrod, avant de tomber à terre. Celle-ci vint se ficher dans sa poitrine.

    Eldora se releva quelques instants plus tard, après avoir retrouvé ses esprits, et s’aperçut qu’Elisfrod s’était enfuie. Une traîné de sang indiqué le chemin qu’il avait pris.
    Elle pris la décision de suivre les traces malgré son état. Elisfrod était à présent le seul lien qui pouvait encore l’amener à la guilde.

    Elle sortit de l’appartement de Crosbie, puis de l’immeuble, et arriva enfin dans la rue. La douleur était à peine supportable, mais Eldora ne pouvait pas abandonner.

    Elle aperçut malgré l’obscurité et le flou de ses yeux, Elisfrod qui se traînait contre un mur. Il avait l’air encore plus mal en point qu’elle, et elle aurait sans doute put le rattraper dans un ultime effort et l’abattre. Mais il fallait qu’elle se retienne jusqu’à ce qu’il l’emmène à la guilde. Eldora était persuadé que, dans son agonie, Elisfrod ne penserait pas un seul instant à aller à un autre endroit que la guilde ou il serait le plus en sécurité.

    Eldora suivie donc Elisfrod, de loin, et en tentant de faire le moins de bruit possible, malgré la douleur qui commencé à se répandre dans tout son corps.

    La nouvelle blessure qui venait de lui être infligé en avait réveillé une plus ancienne.
    Et cette ancienne souffrance l’emplit de haine et lui donna seul le courage d’avancé.

    Eldora perdit totalement la notion de temps. Elle avança des heures derrière Elisfrod.

    Soudain un détail ramené Eldora à la réalité. Elisfrod venait de frappé à une porte. Eldora se plaqua contre le mur quand la porte s’ouvrit et que la lumière de l’intérieure se répandit dans la rue. Ce geste lui arracha une nouvelle grimace.

    Eldora préféra partir et revenir quand elle aurait repris ses forces.

  29. #59
    Eldora Invités
    [QUETE] QUETE D'ADMISSION

    Eldora revint deux jours après sa mésaventure. Elle avait une résistance à la magie des plus médiocre, et le sort d'Elisfrod l'avait assez serieusement bléssée.

    Elle était revenue pour espionner la demeure et mettre en place un plan d'attaque.

    Elle procéda de la même manière que lorsqu'elle avait espionné l'appartement de Crosbie. Mais cette fois elle ne pensait pas agir tout de suite, à moins qu'un évenement inattendue lui en donne l'occasion.

    La jeune femme entra dans le batiment qui faisait face à celui dans lequel avait disparu Elisfrod.

    Elle observa les allés et venus de la rue toute la journée, en se positionnant à divers point de vue pour augmenter son champs d'observation.

    Quand l'obscurité commença à poindre, Eldora eut la certitude qu'elle ne pourrait rien faire seule contre la guilde (car elle était sure à présent que c'était bien la guilde qu'elle recherchait). Ces voleurs étaient trop bien préparés, même après qu'elle ait assassinée les membres les plus influents de la guilde. Leur chef avait du recruté d'autres hommes depuis.

    Elle devait trouver de l'aide, et rapidement avant que l'influence de la guilde n'augmente encore.

  30. #60
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    [Quête : dans les Tréfonds de la Folie]


    Les deux Manostiens étaient en piteux état, effondrés à même le sol maculé d’immondices, proies faciles pour le moindre être sans scrupules. De fines rivières de sang perlaient le long de leurs corps meurtris par l’étreinte vampirique. Leurs vêtements et pièces d’armures détériorés témoignaient de la violence de l’affrontement. Mais désormais un silence funeste planait dans la ruelle, l’on pouvait seulement entendre faiblement les lointaines clameurs des quartiers animés de la bouillonnante Mélandis, maigre bruit de fond qui paraissait tellement distant. Il aurait été difficile de se sentir plus isolé, à crever comme un chien dans la glèbe putride, dans une enclave subitement désertique d’un quartier pourtant surpeuplé. Dans la Cité de la Destruction l’indifférence était sans doute un moyen de survie…

    Un son presque inaudible brisa tout à coup le lugubre fil des pensées des deux Helmites. Ils tournèrent chacun péniblement la tête vers la source de cette menace, cela ne pouvait en être qu’une, le mal se voit, se sent, et s’entend…

    Une silhouette nappée de ténèbres se dirigeait vers eux, narguant le mutisme cérémoniel en marchant dans les flaques d’eau croupie sans prêter la moindre attention à une quelconque discrétion. Le paladin tenta de se redresser, mais une douleur térébrante le cisailla de l’intérieur, tel un souffle glacé suppliciant ses tripes d’une poigne malveillante, et il ne parvint qu’à s’arracher un rictus de souffrance. De son côté, le mage n’avait même pas tenté de réagir, et contemplait, une expression haineuse gravée sur le visage, le vampire.

    L’être, panégyrique de la perfidie, s’arrêta à quelques mètres d’eux. Ses longs cheveux marmoréens, aussi immobiles que la pierre, marquaient l’arrêt surnaturel de la brise. Tout comme son faciès, un masque de marbre qui paraissait avoir été taillé par le Mal. Seuls ses yeux, alertes et menaçants, contrastaient avec la sclérose du reste. Ce regard, empli d’une colère froide, mettait mal-à-l’aise, comme s’il sondait les tréfonds de l’âme d’une main glaciale.
    Le buveur de sang ne portait qu’une petite armure tenant plus du linceul tellement elle était déchiquetée, mais une force occulte s’exhalait de cet artefact, baignant les environs d’une noirceur maléfique. Les séquelles d’un récent combat sanglant se lisaient sur la chair nécrosée, mais le mort-vivant semblait encore animé d’une résistance sans borne.

    Hugues reconnut immédiatement la sépulcrale silhouette qu’il avait aperçue dans le lointain à côté de la roublarde moribonde, cette ombre dont Egrevyn s’était rué à la poursuite. Et désormais il était mort… Le Manostien fulminait à l’idée qu’il n’allait pas tarder à devenir la prochaine victime de cette aberration, qui continuerait à moissonner les âmes d’innocentes victimes sur sa funèbre route que seule la mort définitive pourrait barrer. Son unique satisfaction aura été d’éliminer trois engeances vampiriques, mais cela lui semblait désormais presque famélique. Il se prépara à basculer dans le néant en fixant son opposant d’un regard qui reflétait tout la haine que peut avoir un condamné face à son tortionnaire. Oblivion fit de même, l’air déterminé, voulant à tout prix éviter que la peur n’imprègne ses traits.

    C’est soudain qu’ils le virent, un éclat vicieux dans les prunelles sombres du monstre. Une lueur trop perfide pour se contenter de la mort, mais que peut-il y avoir de pire ? Ils n’allaient sans doute pas tarder à le savoir.

    Le vampire se saisit d’un minuscule flacon, visiblement dissimulé dans un repli de son sinistre accoutrement. Et soudainement, il le lança violemment entre les deux Manostiens. La fiole explosa dans un crissement de verre brisé laissant s’échapper dans une formidable réaction chimique un souffle dévastateur de fumée noirâtre, projetant tout aux alentours comme des fétus de paille.

    Leur dernière vision avant de plonger dans l’abîme de leur conscience fut celle du vampire souriant, dévoilant ainsi des canines encore tâchées de fluide sanguin…



    Suite...

Page 2 sur 9 PremièrePremière 1234 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Lieu] Les villas des beaux quartiers
    Par Galathée dans le forum Les Beaux Quartiers
    Réponses: 424
    Dernier message: 26/04/2016, 21h14
  2. [Lieu-dit] Les ruelles interlopes du port
    Par Duo dans le forum Le port de Melandis
    Réponses: 146
    Dernier message: 12/12/2014, 18h00
  3. [Lieu-dit] L'impasse Des Hauts-quartiers
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 11
    Dernier message: 16/09/2006, 22h25
  4. [Lieu dit] Les ruelles du festival
    Par Seina dans le forum Le Festival unique de Magie
    Réponses: 7
    Dernier message: 28/09/2004, 16h01

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236