Page 3 sur 8 PremièrePremière 12345 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 61 à 90 sur 239

Discussion: [Lieu-dit] Les égouts de Melandis

  1. #61
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 128
    Pissant le sang par la cuisse, l'assassin n'avait pas l'air en grande forme. Il remercia cependant Rowan, et parvint à se lever.

    "L'artère fémorale est touchée. Je vais essayer de contenir l'hémorragie. Fouille ces crétins. Il nous faut ces papiers... s'ils ont jamais existé."

    Sans perdre un instant, il sortit un petit nécessaire de soins de sa poche, et en extirpa des bandages et une épingle. Il entreprit de se confectionner un pansement de fortune, et cela lui prit du temps car il dut s'y reprendre à plusieurs fois. Mais il n'osait demander le concours de sa coéquipière, qui l'inquiétait suffisamment pour ne pas lui faire confiance. Elle avait répondu à la provocation avec une telle... fureur !

    La jeune femme avait tout le loisir de fouiller la pièce de fond en comble.


    Hrp : dis-moi par quoi tu commences : les cadavres, le (rare) mobilier, l'étage...
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  2. #62
    Date d'inscription
    November 2010
    Messages
    437
    Laissant retomber le corps de l'homme plus léger de quelques litres de sang. Elle entreprit de commencer ses recherches, son premier souci fut d'empêcher leur contact de s'enfuir, celui-ci essayait de partir en rampant, pas vraiment évident avec ses mains serrées sur son entrejambe, et toujours en gémissant. Rowan s'approcha de lui et l'assomma d'un coup bien placé du pommeau de sa dague sur la nuque. Il s'écroula comme une poupée de chiffon sans une seule plainte KO pour quelques heures, maintenant que ce problème là était réglé elle pouvait se concentrer sur ses recherches. Pour débuter elle inspecta le mobilier de fond en comble en négligeant les cadavres de leurs agresseurs, leur client était trop paranoiaque pour confier ces papiers à de simples hommes de main. Tout en cherchant elle chantonnait une petite ritournelle connue dont elle avait subtilement modifié certains couplets...

    "C'est une belle journée
    Une si belle journée
    donne, l'envie de tuer
    d'avoir des corps à mes pieds
    ..."


    ...de manière très morbide.
    Comment pourrais je verser la moindre larme alors que même mon coeur s'est asséché depuis si longtemps

  3. #63
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 128
    Le voleur parvint à soigner sa blessure, mais ne pouvait qu'attendre que Rowan terminât son inspection minutieuse de la pièce. Il était par trop fourbu pour se concentrer correctement sur une fouille détaillée, et préférait reprendre quelques forces pour le trajet du retour. Surtout s'ils devaient ramener ce salaud de contact qui les avait trahi, pour qu'il soit cuisiné à la sauce "assassins"...

    La jeune voleuse prit du temps pour s'assurer de ne rien perdre. Elle trouva quelque menue monnaie d'argent dans un tiroir de la table, mais put surtout mettre la main sur les fameux documents dont parlait ce traître. Une liste de noms, apparemment, avec des commentaires à côté. Les noms étaient codés, et les notes pour le moins partielles, mais elle supposa que cela devait suffire. Elle demanda confirmation à son "collègue".


    "On examinera ça de plus près de retour à la guilde. J'imagine qu'on pourrait en tirer quelque chose. Sinon..." il indiqua l'homme assommé du menton "il finira bien par parler pour nous en dire davantage. Nous devrions filer, mais j'ignore comment nous y prendre pour le ramener par les égouts. Mon état ne me le permet pas, et le porter... il faudrait passer par les rues. L'aube n'est pas encore trop proche, ça vaut le coup d'essayer. Qu'en dis-tu ?"
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  4. #64
    Date d'inscription
    November 2010
    Messages
    437
    Son compagnon n'avait pas tort, elle eut subitement une inspiration pour peaufiner leur camouflage.

    "Attends moi là, je viens d'avoir une idée"

    Elle remonta à l'étage pour aller chercher une bouteille d'alcool qu'elle avait aperçu durant sa fouille précédente. Revenu près des deux hommes, elle aspergea leur "client" d'une bonne moitié de la bouteille sur la figure et ses vêtements, but elle-même une gorgée, mouilla sa tunique avant de donner la bouteille à son compagnon.

    "Tiens, fais de même, ainsi nous pourrons passer pour un trio qui revient d'une soirée arrosée, et qui aurait abusé de l'alcool"
    Comment pourrais je verser la moindre larme alors que même mon coeur s'est asséché depuis si longtemps

  5. #65
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 128
    hrp : excellente idée !

    Le voleur acquiesça. L'idée était bonne, quoiqu'un peu risquée malgré tout. Ils devaient espérer ne pas être interpellés par des gardes en patrouille, car ils n'auraient aucune chance de s'enfuir. Il imita Rowan, puis fit un effort pour se relever, tout en grimaçant. "Ça devrait aller. Ne traînons pas, je n'ai pas envie d'être emprisonné dans mon état."

    Il leur fallu un certain temps pour parvenir à amener leur prisonnier à la bonne hauteur et pouvoir se mettre en marche, mais ils y arrivèrent enfin. Il était temps.

    "Filons. Ce n'est pas très loin, mais on ne va pas avancer très vite."

    Ils sortirent de la maison, et remontèrent la ruelle. Ils marchaient lentement, manquant trébucher pratiquement à chaque pas, sur les pavés irréguliers et traîtres de l'allée. À bouts de force, le duo peinait, mais progressait. Le périple allait être difficile... d'autant qu'après environ deux cents mètres, ils entendirent le bruit d'une patrouille, non loin.
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  6. #66
    Date d'inscription
    November 2010
    Messages
    437
    hrp: Que veux tu? Je suis trop doué...et modeste en plus.

    Le bruit de pas s'intensifiait, signe que la patrouille se rapprochait de leur position. Ils cherchèrent un endroit par où s'esquiver comme une petite ruelle transversale ou un endroit où se dissimuler le temps que passe la patrouille. Bien sùr, Rowan pouvait se transformer en rat et filer en laissant les deux hommes se débrouilller tout seul. Problème mais de taille, ça lui ferait une autre guilde de voleurs sur le dos et étant donné les problèmes qu'elle avait encore à présent avec ses anciens camarades cela ferait beaucoup trop pour elle.
    En désespoir de cause, ils se tapirent à l'ombre d'une porte cochère s'asseyant sur les marches comme si ils étaient de simples ivrognes ou mendiants cuvant leur mauvais pinard.
    Comment pourrais je verser la moindre larme alors que même mon coeur s'est asséché depuis si longtemps

  7. #67
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 128
    Pas de chance, les gardes passèrent dans la ruelle, et l'un d'eux les vit. Ils étaient quatre, et s'arrêtèrent un instant pour les dévisager.

    "Qu'est-ce que c'est ?
    - Des poivrots, on dirait. Ils puent jusqu'ici.
    - On les embarque ?
    - Boaf. J'ai pas envie que Bobonne m'accuse de picoler au boulot ! Ils pourraient me rendre saoûl rien qu'en les reniflant de trop près.
    - Ouais, puis on s'en fout. On cherche des voleurs, pas des clochards.
    - Allez, on s'tire."

    Les gardes repartirent tranquillement, et le bruit de leurs bottes résonna un moment sur les pavés, decrescendo, avant de s'évanouir dans la torpeur de la nuit on ne pouvait plus calme.

    La voie était libre. Ils marchèrent un moment encore, mais plus rien ne vint les troubler. Et, alors que le ciel s'éclaircissait progressivement, et que les premières lueurs de l'aube pointaient à l'horizon, ils arrivèrent enfin dans la rue qui abritait la guilde. Sauvés...

    En route vers ([Guilde] Les Lames Pourpres)
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  8. #68
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Pipistrelle
    Date d'inscription
    July 2012
    Localisation
    Grand vainqueur de la belette de Winchester
    Messages
    1 346
    Adossée contre la parois d'une canalisation, Chance se laissa doucement tomber sur le sol. Elle pressait fermement son épaule d'une main dans une vaine tentative pour soulager sa plaie suintant le sang. De son autre main, elle extirpa une fiole des pans de sa cape et regarda son contenu bleuté miroiter doucement. Elle avait la curieuse sensation que le liquide était doté d'une volonté propre, elle pouvait presque l'entendre l'appeler, et cela n'avait bien sûr rien à voir avec la quantité de sang qu'elle avait perdu ou encore de la fièvre qui la gagnait doucement. Avec son pouce, elle fit sauter le bouton et avala ces quelques gorgées qui lui promettaient une libération rapide.

    Les prochaines minutes lui semblèrent interminables. Guettant les premiers signes du sannish, elle pressait toujours plus fort sur son épaule, qui visiblement avait été transpercée de part en part par une lame tranchante.

    Elle sentit une étrange chaleur se répandre soudain dans son corps, irradiant de sa peau, sans savoir si c'était là les premiers effets de sa potion ou si elle succombait tout simplement à la fièvre. Elle soupira de soulagement lorsque la douleur la quitta peu à peu, remplaçant le froid glacial qu'elle avait ressenti ces dernières minutes par une sensation de bien-être intense. Elle retira lentement sa main de la blessure mais abandonna rapidement l'idée de l'examiner en détail lorsqu'elle remarqua que ses vêtements avaient presque adhéré à sa plaie. Ça s'infectait. Elle ne savait pas pourquoi mais ses blessures avaient la fâcheuse tendance à systématiquement s'infecter. Heureusement pour elle, la drogue lui donnait un sursis, elle avait encore plusieurs heures avant de ressentir à nouveau la douleur.

    La moiteur des lieux avaient rendu ses vêtements humides et collants, et ne parlons même pas l'odeur. Un séjour d'une heure dans les égouts vous forçait souvent les brûler une fois sorti ; mais que dire des vêtements de Chance, qui, au cours de ses derniers mois, avait rampé dans les plus infectes canalisations, était tombée dans les plus immondes fausses septiques et avait même une fois dormi à côté d'un cadavre ? Sans doute devrait-elle se brûler elle-même avec ses vêtements pour se débarrasser l'odeur. Cette pensée la rendit incroyablement triste et elle éclata de rire. Son hilarité l'empêchait de reprendre son souffle, elle riait à n'en plus finir bien qu'elle ait, au fond d'elle, bien plus envie de pleurer que de rire.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  9. #69
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages
    3 961
    Une intense lumière, puis l'obscurité.

    Les portails planaires étaient toujours assez particuliers, et débouchaient parfois dans des endroits étranges. Ou il y avait eu un incident quelque part, ou celui-ci l'avait amené dans un endroit particulièrement sombre – et ne dégageant pas les parfums les plus rafinés qui soient.
    Il y avait cependant quelque chose de particulier dans l'atmosphère du lieu, qu'il n'aurait pas su clairement identifier, mais qu'il reconnaissait assurément. Il était bien arrivé sur le monde qu'il avait espéré – ou bien, il étaient deux à avoir cet aspect particulier.

    De tous les mondes qu'il avait visité jusque là, celui-ci était celui qui l'intriguait le plus – et qui l'avait le plus favorablement marqué. Quel en était le nom, déjà ? Il l'avait apprit lors de sa précédente visite, mais les transferts planaires avaient parfois tendance à déboussoler quelque peu ses souvenirs. Ah oui : Toril. Ses précédents séjours avaient été très courts – juste une étape entre deux portails – mais il s'était juré d'y revenir dès le premier d'entre eux. Voilà qu'il y était, et pour une durée indéterminée, puisqu'il n'avait aucun moyen de franchir l'espace entre les plans par lui-même. S'il décidait finalement de repartir, il devrait tout d'abord trouver et convaincre un magicien capable de le faire voyager.

    Mais pour l'instant, avant même de songer à un éventuel départ, il fallait se préoccuper de savoir où il avait atterri. Ses yeux s'habituaient progressivement à l'obscurité – il devait s'agir d'une sorte d'égoût. Pas le meilleur endroit pour faire connaissance avec un monde, mais pas le pire non plus. Au moins, il y serait tranquille le temps de reprendre ses esprits…

    Ou peut-être pas… un bruit résonnait non loin de là. Qui ressemblait à une sorte… de rire ? Son ou sa propriétaire ne pouvait pas ne pas avoir remarqué la lueur du portail, pensa-t-il. En toute logique, la créature, quelle qu'elle soit, allait soit s'enfuir au loin, soit venir dans sa direction. Sur ses gardes, il scruta l'obscurité. Il avait toujours l'épée acquise peu de temps auparavant – il fallait qu'il songe, prochainement, à s'en débarrasser, ce qui rendrait ses mouvements plus libres et sa bourse mieux remplie –, et il avait rechargé son sac avant d'entamer le dernier voyage. Et il était reposé, et prêt à lancer des sorts. Si l'autre était menaçant, il saurait se défendre.
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : …promenons-nous dans les bois, pendant que les trolls y sont… (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  10. #70
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Pipistrelle
    Date d'inscription
    July 2012
    Localisation
    Grand vainqueur de la belette de Winchester
    Messages
    1 346
    Outre la dépendance, les facultés cognitives amoindries par le manque et les séquelles physiques occasionnées, la drogue avait de nombreux avantages. Oui bon... les avantages ne duraient que quelques heures alors que les inconvénients, eux, persistaient encore des années après, dans certains cas. La tieffeline était pile dans ce stade où la drogue avait un effet galvanisant, grisant même ; la perception des choses qui l'entouraient avait changé, il lui semblait pouvoir savoir, voir et entendre tout ce qui se passait autour d'elle, dans un rayon bien plus large que lorsqu'elle n'était pas sous l'influence de la drogue.

    Alors qu'elle profitait de cette sensation euphorisante, ses poils se dressèrent instantanément le long de son échine lorsqu'elle sentit la présence d'un étranger, à quelques mètres à peine de sa position. Comment avait-elle pu ne pas la remarquer avant ? Était-elle donc si peu attentive ? Elle s'administra une gifle mentale et rabattit prestement son capuchon sur son visage. Qui qu'il soit, il allait passer un sale quart d'heure, Chance n'était pas vraiment d'humeur à supporter les allers et venues des chasseurs de primes dans SES égouts. Oui, parce que c'était un peu chez elle maintenant, mine de rien.

    Elle se sentait d'humeur festive et lui aurait volontiers botter le cul pour venir la déranger dans un moment pareil, mais elle avait appris, après moult déconvenues passées, qu'elle ne devait surtout pas se fier à ce sentiment de puissance, complètement factice en réalité. Même si elle n'en avait plus conscience, elle était blessée et avait perdu beaucoup de sang. Que faire alors ? Fuir à nouveau ? C'était hors de question. Elle allait tenter un simple coup de bluff, si cela marchait, tant mieux, sinon elle n'avait plus qu'à s'en remettre à la chance et à ses réflexes - qui restaient malgré tout bien supérieurs à la moyenne.

    Mais pour que ça marche, le bluff devait rester crédible. Elle espérait secrètement que l'inconnu soit assez idiot pour croire à la moitié des choses grotesques que l'on racontait à son sujet. Elle eut la brillante idée de rendre tout cela plus drôle encore... Il n'était pas rare de trouver des cadavres dans les égouts, à des stades différents de décomposition, et Chance se mit en tête de trouver le plus effrayant d'entre eux.

    Et elle en trouva un parfait pour l'occasion, non loin de là*: une moitié de visage en putréfaction, les orbites vides, la mâchoire disloquée, il était beau comme tout. Le plus dur avait été de séparer sa tête du reste du corps, et on peut dire que le bougre avait encore la tête bien vissée sur les épaules. Chance avait d'abord répugné à toucher, puis, les mains enveloppés dans les pans de sa cape, elle avait tiré dessus de toutes forces. Au bout d'un moment, le bougre lâcha prise, et dans un « Plop ! » sinistre, la tête avait volé au loin, perdant sa mâchoire au passage.

    Ce n'était pas vraiment son genre de profaner des cadavres, mais c'était pour la bonne cause. Elle agrippa la tête avec ce qui lui restait de cheveux, et s'en alla à la rencontre de son chasseur. Elle marchait doucement, aussi silencieuse qu'une ombre, et si elle n'avait pas fait autant de boucan plus tôt, personne n'aurait pu savoir qu'elle était là. Elle ne tarda pas à retrouver sa trace et elle resta à distance un moment afin de l'observer plus avant. Même si elle était capable de voir n'importe quoi dans l'obscurité la plus totale, elle ne remarqua rien d'autre qu'une silhouette encapuchonnée. Ni une ni deux, elle sortit de sa cachette, capuchon toujours rabattu sur son visage, et lança la tête qui roula jusqu'aux pieds de l'étranger.


    - Ça, c'était ton prédécesseur. Je te laisse une chance de sortir d'ici vivant et de passer un message à ton employeur. Dis lui que je suis lasse, lasse de ces petits jeux et que la prochaine carcasse humaine que je rongerai sera la sienne.

    Et avec cette tête décapitée comme preuve de sa barbarie, il ne ferait aucun doute que l'inconnu rebrousserait chemin sans attendre, peut-être même courrait-il jusqu'à la sortie. Bien sûr, ce n'était pas elle qui avait tué ce pauvre homme, mais ce n'était qu'un détail. Si cette démonstration ne lui suffisait pas, elle pourrait peut-être ôter son capuchon et lui montrer son visage. Les démons, ça faisait peur à tout le monde, non ?
    Dernière modification par Echo ; 05/02/2013 à 16h16.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  11. #71
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages
    3 961
    Charmant accueil… mais pour quiconque avait connu la Guerre Sanglante, un crâne détaché de son corps, fut-il en mauvais état, était loin de suffire à faire frémir… à moins, bien sûr, qu'il ne s'agisse de celui d'une demi-liche, mais cela semblait peu probable, vu la façon dont il était retombé et restait inerte.

    Elzen pencha sa tête vers celle qu'on venait de lui envoyer : celle-ci semblait en fait en
    trop mauvais état. Sa vision n'était pas assez bonne pour saisir tous les détails dans cette obscurité, mais l'odeur de décomposition du cadavre se détachait tout de même de la puanteur ambiante. Si son interlocutrice – il lui semblait, du moins, que la voix était féminine – avait effectivement tué ce pauvre bougre, le combat s'était déroulé plusieurs jours auparavant.

    Il releva les yeux et chercha la silhouette du regard. Même dans l'obscurité, il n'y avait pas besoin d'un regard extrêmement aguerri – ou, du moins, le sien y suffisait amplement ; cela aurait peut-être effectivement échappé à des personnes ayant moins voyagé – pour deviner qu'elle était elle-même assez mal en point. Si cela résultat du combat, celui-ci, datant de quelques jours, avait dû être particulièrement violent. Néanmoins, elle ne semblait pas en état d'être une véritable menace – mais qui savait ce qui pouvait se cacher sous la cape ?

    Elle avait parlé d'un employeur lui envoyant ses hommes. Elle devait donc être pourchassée, ce qui expliquait sans doute qu'elle se soit réfugiée dans les égoûts. Cela éveilla un élan de sympathie chez le tieffelin : il avait lui-même connu cette situation. Malgré ses menaces, elle semblait surtout avoir besoin de soin. Il fit un pas, aussi calmement et pacifiquement que possible, usant de toute la persuasion de sa voix pour paraître amical, malgré la crainte qu'il devait lui inspirer.


    « Êtes-vous blessée ? Laissez-moi vous aider. »
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : …promenons-nous dans les bois, pendant que les trolls y sont… (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  12. #72
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Pipistrelle
    Date d'inscription
    July 2012
    Localisation
    Grand vainqueur de la belette de Winchester
    Messages
    1 346
    Complètement désarçonnée, Chance lança bêtement la première chose qui lui vint à l'esprit.

    - Quoi ?

    Elle s'était attendu à tout sauf à ça. Elle était très étonnée que sa petite mise en scène ait si peu d'effet ; plus fou encore, l'inconnu avait remarqué qu'elle était blessée et lui proposait son aide ? Non, c'était la fatigue, elle avait mal compris, sans doute avait-il dit « Laissez-moi vous achever », c'était nettement plus crédible. La tieffeline était beaucoup trop paranoïaque pour s'imaginer qu'on pouvait errer dans les égouts par plaisir et non pas à cause de cette fichue prime qui planait sur sa tête. Instinctivement, elle recula lorsqu'elle le vit s'approcher, prête à prendre la fuite.

    - Ne vous approchez pas ! , gronda t-elle.

    Elle adopta une posture plus défensive, ses deux yeux jaunes étaient tout ce qu'on pouvait distinguer dans l'obscurité. A cet instant, elle ressemblait davantage à un chat sauvage qu'à un démon, et il était difficile de dire si elle se préparait à fuir face à un prédateur ou à bondir sur sa proie. L'étranger, lui, ne semblait pas hostile, et sa voix lui inspirait une certaine confiance, mais Chance ne pouvait décemment pas le laisser approcher sur la foi d'une intuition.

    - Qui êtes-vous et que faîtes-vous ici ?

    S'il n'était vraiment pas là pour la tuer, alors c'était une première.

    - Si vous n'êtes pas là pour me couper la tête, alors vous n'avez sûrement pas besoin de ça. Posez-la, lui dit-elle en désignant l'épée qu'il portait à la ceinture.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  13. #73
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages
    3 961
    Elzen se fit vaguement la réflexion qu'il aurait peut-être dû être plus méfiant, tout de même. Se faire lancer une tête au visage n'était peut-être pas exactement le meilleur signe de bon accueil qui soit, et la silhouette sous cette cape était peut-être plus dangereuse qu'il n'y paraissait. Mais il voulait rester optimiste sur ce monde et ce qu'il y rencontrerait.

    L'épée ? Il ne comptait pas vraiment dessus pour se défendre, de toute façon. Elle était d'excellente facture, légère et tranchante, mais un peu trop longue par rapport à celles qu'il maniait jusque là, ce qui déséquilibrait ses mouvements. Phénomène curieux, d'ailleurs : une arme nettement plus longue ne lui posait aucun problème, mais celles qui l'étaient juste un peu trop le perturbaient assez.


    « Bien sûr. »

    Il défit précautionneusement l'arme de sa ceinture – tentant autant que possible d'éviter d'avoir l'air de la sortir pour frapper – et la posa contre le mur, lame au sol. Il faudrait de toute façon probablement la nettoyer avant de la vendre.

    « Je ne suis qu'un voyageur perdu. Je n'étais pas censé arriver ici, je suppose. »

    Il hésita un instant avant d'ajouter : « Si je vous viens en aide, pourrez-vous m'indiquer, en retour, comment gagner l'extérieur ? »

    Au point où l'on en était, deux choses étaient possible : soit la créature était bien la victime traquée qu'il avait d'abord imaginé, et cela ne coûterait rien de lui venir en aide – par moments, inexplicablement, il ressentait une sorte de devoir d'assistance envers les faibles, qu'il aurait pourtant été tout aussi amusant d'achever. Peut-être cette empathie était-elle due au fait qu'il avait été lui-même dans cette situation –, soit elle était réellement dangereuse, et sembler lui-même inoffensif et amical était le meilleur moyen d'éviter les ennuis – il n'avait pas spécialement envie de se battre dès son arrivée dans ce monde.
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : …promenons-nous dans les bois, pendant que les trolls y sont… (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  14. #74
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Pipistrelle
    Date d'inscription
    July 2012
    Localisation
    Grand vainqueur de la belette de Winchester
    Messages
    1 346
    Elle regarda ce prétendu voyageur perdu se défaire de son arme et la poser doucement au sol, comme elle le lui avait demandé. Bien, c'était encourageant et elle était satisfaite qu'il se montre aussi docile même s'il était étrange qu'il se débarrasse si facilement de cette épée. Lui avait-elle donc fait si peu impression avec sa tête arrachée ? C'était tout de même un peu vexant de ne pas être pris au sérieux, quoi que l'on fasse. Chance se détendit un peu, abandonnant sa posture défensive.

    - Oui, je pourrais vous conduire hors d'ici, dit-elle avec précaution. Mais vous vous rendrez vite compte que la surface n'est guère plus accueillante qu'ici.

    Enfin, pour elle, c'était un peu normal, son aspect intriguait autant qu'il effrayait, et la peur était souvent le premier moteur de la cruauté humaine. Mais s'il était vrai qu'elle avait droit à un traitement de faveur particulier, sûrement du à la très mauvaise réputation de sa race, les humains eux-mêmes n'étaient guère mieux lotis, surtout dans les bas fonds de cette ville. Chacun devait batailler pour avoir une place plus ou moins correcte, et il ne fallait pas avoir peur de se salir les mains.

    - C'est la raison pour laquelle je suis là, si je remonte à la surface je ne donne pas cher de ma peau. Alors... je vous guide et vous... vous couvrez mes arrières ? Sa voix n'était pas assurée, comme si elle n'était pas réellement convaincue pas la pertinence de son plan. Mais revoir la lumière du jour valait le coup de prendre des risques, et l'idée d'en finir une bonne fois pour toute avec cette traque était beaucoup trop séduisante.

    Elle hésita, puis s'approcha de l'inconnu, veillant toute fois à rester assez loin pour éviter une attaque surprise. Elle n'était pas tout à fait à l'aise avec les humains, ils avaient des réactions stupides et étaient beaucoup trop susceptibles. Celui-là, en revanche, était bien plus intriguant que les autres, sans qu'elle sache vraiment pourquoi. L'absence totale d'hostilité dans sa voix et dans son maintien était plutôt... réconfortante.


    - Oh, au fait, désolée pour la tête et tout ça...

    Avec un coup de pied, elle envoya valser la tête qui était resté à leurs pieds un peu plus loin.

    - Je m'appelle Chance. Elle lui tendit la main dans une tentative maladroite pour paraître amicale mais elle la retira rapidement lorsqu'elle se rendit compte qu'elle était pleine de sang, de son sang. Elle la fit disparaître dans les pans de sa cape en se raclant la gorge, gênée.

    Cela lui rappela qu'elle avait un autre gros problème : sa blessure. Mais en l'absence de douleur, elle se dit que cela pouvait encore attendre, elle n'avait pas envie de rester une minute de plus sur place.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  15. #75
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages
    3 961
    Note : en blanc, point de vue interne ; en gris clair, point de vue externe.

    Elzen regarda la curieuse silhouette de son interlocutrice approcher. Elle avait quelque chose d'étrange, quelque chose… de familier. Il ne savait pas trop dire quoi, mais cela lui inspirait confiance.
    Cette sensation venait bien évidemment l'aura tieffeline de Chance. Elzen, tieffelin lui-même et ayant grandi au milieu d'autres comme eux, associait l'aura chaotique de ses semblables à la confiance que lui inspiraient ses proches. Mais il était maintenant séparé d'eux depuis trop longtemps, sans avoir croisé d'autres tieffelins sur sa route, pour en avoir conscience, et il était donc aussi perplexe que Chance devant ce qu'ils ressentaient tous deux.

    Il regarda la tête voler avec un sourire amusé.


    « Aucun problème, j'ai connu pire. Mais vous avez un don pour la mise en scène, et je m'y connais. »

    Il tendit lui aussi sa main avant de voir celle de Chance reculer vivement. D'abord surpris, il se demanda s'il avait paru menaçant sans le vouloir, ou si un danger soudain s'était manifesté derrière lui… avant de réaliser que, durant la fraction de seconde où la main de Chance avait été visible, celle-ci avait semblé rouge et humide. Remettant à plus tard sa propre présentation, ainsi que les quelques plaisanteries que ce nom appelait, il porta, par réflexe, la main à son sac – et donc aux bandages et autres objets de soin que celui-ci contenait – et revint à sa proposition initiale.

    « J'ai quelques talents de guérisseur. Si vous êtes blessée, je peux peut-être arranger les choses. »
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : …promenons-nous dans les bois, pendant que les trolls y sont… (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  16. #76
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Pipistrelle
    Date d'inscription
    July 2012
    Localisation
    Grand vainqueur de la belette de Winchester
    Messages
    1 346
    Elle sourit lorsqu'il lui parla de son don pour la mise en scène, à défaut de lui avoir fait peur, cela avait quand même eu son petit effet. Mais lorsqu'il lui parla de ses talents de guérisseur, son sourire disparut complètement. Elle n'était pas sûre qu'il soit tout aussi disposé à l'aider s'il apprenait qu'elle n'était pas vraiment humaine. Sans aller jusqu'à dire qu'on l'attaquait à vue dès qu'on apercevait ses cornes ou sa queue, les gens changeaient radicalement d'attitude dès qu'il avait comprit ce qu'elle était vraiment.

    Machinalement, elle posa sa main sur sa blessure, ou plutôt sur ses vêtements poisseux, presque collés à sa plaie infectée. Elle écarta sa cape de son épaule, sans toutefois l'ôter complètement, afin de mieux évaluer les dégâts. Elle pouvait sentir la chaleur qui s'en dégageait et il était difficilement imaginable qu'elle ne se torde pas de douleur sur le sol avec une blessure pareille. A son grand désarroi, c'était bientôt ce qui lui arriverait lorsque la drogue n'aurait plus aucun effet, d'où la nécessité de soigner ça au plus vite.


    - Euh... c'est possible mais... Elle semblait tendu à l'idée de laisser cet étranger examiner sa blessure, surtout parce que ça impliquait d'enlever une partie de ses vêtements, dont sa cape et son capuchon, et elle était convaincue que cela mettrait fin cet altruisme soudain. Je ne suis pas sûre que ce soit l'endroit idéal pour ça. Une fois qu'on aura gagner la surface et si votre proposition tient toujours...

    Son excuse était parfaitement crédible, il aurait été imprudent de soigner une blessure dans cet endroit, on pouvait bien sûr tenter de laver une plaie avec l'eau des égouts mais c'était fortement déconseillé quand on ne voulait pas mourir de mort prématurée.

    - Vous ne m'avez pas dit votre nom. Vous préférez peut-être conserver tout le mystère ?
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  17. #77
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages
    3 961
    « Certes ; si vous pensez pouvoir tenir jusque là, un endroit propre sera sans doute plus approprié. J'avais craint que vos blessures ne soient plus graves… il semble que la douleur ne vous gêne pas, cependant, ce qui est bon signe. Eh bien, en route, nous verrons cela à la lumière du jour. »

    Le tieffelin laissa son sac revenir à sa place habituelle. Fouiller dedans dans cette obscurité et avec un sol aussi peu découvert aurait de toute façon signifié à coup sûr perdre quelque chose, ce qu'il n'appréciait clairement pas. Il espérait simplement que Chance, si elle n'était pas dotée de capacités surnaturelles, ne s'écroulerait pas au beau milieu du chemin, car, du peu qu'il avait vu, la blessure lui paraissait sévère. Après tout, surgi de nulle par dans ces égouts, il pouvait errer indéfiniment sans jamais trouver la sortie, et tout guide potentiel avait assurément une existence précieuse.

    Il sourit en l'entendant lui demander de se présenter. L'occasion était trop belle, au vue des circonstances, pour se retenir plus longtemps de plaisanter.


    « Bien sûr que non ; simplement votre santé me paraissait une préoccupation plus urgente. On me nomme Elzen. Ravi de vous rencontrer, Chance : c'est assurément Tymora qui vous a mis sur ma route. »

    Ils allaient donc se mettre en route. Il y avait cependant une chose qu'il préférait ne pas oublier – c'était, dans un lieu inconnu, son gagne-pain le plus assuré dès lors qu'il trouverait un endroit où la vendre. Il jugea tout de même préférable de poser la question, pour le cas où son interlocutrice serait réellement plus puissante qu'il n'y paraissait et prenait cela pour une agression – il prit toutefois soin de dissimuler ses inquiétudes et de feindre de simplement craindre de l'effrayer.

    « Puis-je reprendre mon épée ? Vous savez que je ne vous attaquerai pas. »
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : …promenons-nous dans les bois, pendant que les trolls y sont… (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  18. #78
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Pipistrelle
    Date d'inscription
    July 2012
    Localisation
    Grand vainqueur de la belette de Winchester
    Messages
    1 346
    Il se sentait chanceux de l'avoir rencontré ? C'était assez amusant vu l'accueil qu'il avait eu. Elle-même était agréablement surprise par cette rencontre, c'était les premiers mots amicaux qu'elle échangeait avec quelqu'un depuis des mois et ça lui fait le plus grand bien. Encore une semaine dans ce trou macabre que sont les égouts de Melandis et elle aurait fini par bavarder avec les rats et les macchabées du coin.

    - Reprenez votre épée oui, dit-elle prudemment, vous en aurez certainement besoin. Que ce soit ici ou à la surface.

    Et il ferait un piètre garde-du-corps s'il n'était pas armé. C'était peut-être stupide de le laisser reprendre cette épée alors qu'elle-même était sans défense, elle n'aurait pas su expliquer pourquoi mais elle avait très envie de lui faire confiance.

    - Suivez-moi.

    Ni une ni deux, Chance s’élança dans ce labyrinthe, comme si elle savait exactement où elle allait. Elle se mouvait avec rapidité et dans le silence le plus complet, ce qui la rendait un peu difficile à suivre. Heureusement, elle s'arrêtait de temps à autre, histoire de vérifier si son itinéraire était correct et si Elzen la suivait toujours.

    - Hum, nous sommes assez loin de la sortie. J'étais venue ici pour ne pas être embêtée, d'habitude aucun humain n'ose s'aventurer si loin dans les égouts.

    Elle resta immobile, fixant l'obscurité un moment, puis se tourna vers lui.

    - C'est étonnant que vous soyez arrivé jusqu'ici sans que je ne remarque votre présence. C'est presque comme si vous aviez été catapulté dans ces égouts, comme par... magie. Elle fit une petite pause puis ajouta : C'est le cas ?
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  19. #79
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages
    3 961
    Rengainant précautionneusement l'arme, Elzen, évitant toujours les mouvements brusques, se retourna vers sa guide, puis s'élança à sa suite dans le labyrinthe que formaient les égoûts mélandiens – bien qu'il ne sache pas encore que ces égoûts étaient mélandiens, après tout. Il commençait à avoir envie de revoir rapidement la lumière du jour, sans savoir si c'était par simple goût personnel, ou parce que la farouche volonté de Chance à cacher ses blessures l'intriguait, et qu'il espérait que les rayons du soleil assouviraient également sa curiosité.

    Suivre, dans la pénombre, un être aussi silencieux et se déplaçant à une vitesse, somme toute, très impressionnante pour la quantité de sang perdu, n'était pas une mince affaire ; mais le barde avait toutefois les capacités d'attention suffisantes pour ne pas se laisser distancer. Peut-être même aurait-il pu la suivre – avec difficulté, cependant – si elle n'avait pas prit la peine de l'attendre. L'épée gênait ses mouvements, également. Il n'était pas habitué à en porter, et était de plus en plus enthousiaste à l'idée de s'en débarrasser contre une quantité d'or suffisante – il espérait simplement ne pas avoir à en faire usage d'ici-là.

    La question de son interlocutrice le prit un peu au dépourvu. Que devait-il répondre ? Habituellement, il tentait d'éviter de mentionner, tant que c'était possible, qu'il voyageait entre les plans. Cela attirait, le plus souvent, des complications, et il préférait les garder pour le moment où il désirait poursuivre sa route et devait impérativement trouver quelqu'un pour la lui ouvrir… mais peut-être qu'une fugitive, condamnée à vivre dans les égoûts pour échapper au reste du monde, n'était pas la personne la mieux placée pour attirer sur lui les regards de la foule. Du moins, pas en écoutant ce qu'il pouvait dire. Il était d'ailleurs fort surprenant qu'elle n'ait pas vu le portail qui l'avait amené, qui, lumineux dans l'obscurité ambiante, avait dû être particulièrement visible. Peut-être testait-elle là son honnêteté ?


    « On peut dire que c'est le cas, en effet. Je suppose que j'étais plutôt censé atterrir à la lumière du jour… mais il semble que je sois plus ou moins à l'endroit que je cherchais à atteindre, ce qui est déjà quelque chose. »

    Il n'ajouta rien, tentant de déceler les réactions de Chance et d'en tirer quelques indices sur ses réelles dispositions d'esprit. Quoiqu'il ne puisse s'empêcher, inexplicablement, de faire confiance à cette curieuse et insaisissable silhouette encapée, il restait tout de même fidèle à sa vieille habitude : s'il n'était pas possible d'inventer, il vallait mieux n'en dire que le moins possible, du moins tant qu'il n'était pas assuré de pouvoir le faire sans risque pour lui ou pour les siens.
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : …promenons-nous dans les bois, pendant que les trolls y sont… (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  20. #80
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Pipistrelle
    Date d'inscription
    July 2012
    Localisation
    Grand vainqueur de la belette de Winchester
    Messages
    1 346
    - Vous cherchiez à atteindre les égouts ? , lui demanda t-elle comme si c'était la chose la plus folle qu'elle ait jamais entendue. Ahhh, vous voulez dire : atteindre Melandis ? Remarquez, atterrir de cette façon au milieu de la ville aurait certainement attiré une attention dont vous vous seriez bien passée, les égouts sont une bonne option pour ce genre d'arrivée.

    Elle reprit la route, beaucoup moins rapidement cette fois, restant à proximité de lui. Finalement, elle n'était pas pressée de se débarrasser de cet étranger. Sa compagnie était loin d'être déplaisante, et puisqu'il disparaîtrait sûrement une fois qu'ils auraient atteint la sortie, autant faire traîner un peu les choses. Sa curiosité n'était pas encore satisfaite, et il avait une fâcheuse tendance à répondre sans vraiment répondre, cela ne faisait que renforcer le mystère qui planait tout autour de lui.

    - Vous devez venir de très loin pour vous déplacer de cette façon, fit-elle remarquer. Et pourquoi Melandis ?

    Cela avait peut-être un rapport avec cette histoire de guerre dont elle avait vaguement entendu parler. Elle ne passait pas assez de temps à la surface pour savoir vraiment de quoi il s'agissait, elle avait ses propres soucis après tout. Ses questions semblaient mettre Elzen un peu mal à l'aise, et elle le stoppa avant qu'il ne puisse lui répondre :

    - Non, ne me répondez pas. Ça ne me regarde pas après tout. Je suis désolée, c'est la première conversation que j'aie depuis... très longtemps.

    Elle évitait soigneusement de le regarder et se plongea dans le plus grand mutisme le reste de la route. De la même façon, elle évitait aussi les questions qu'il pourrait avoir envie de lui poser avec un « chut ! » tout en faisant semblant d'écouter au loin. Bavarder avec lui lui aurait certes beaucoup plu, mais elle n'était plus habituée à ce genre d'exercice social et ne souhaitait pas se réhabituer, cela rendrait le retour à la solitude que plus difficile.

    Les minutes défilèrent et toujours aucun signe d'une quelconque sortie, mais Chance stoppa Elzen comme s'ils étaient arrivés à destination.


    - Il y a de l'activité humaine pas loin d'ici, je les entends. C'est bon signe, ils n'établissent jamais leur camp trop loin d'un accès à la surface, c'est une façon pour eux de garder un lien avec la réalité. Je vous conseille de ne pas nous faire remarquer, je ne sais pas ce qu'ils seraient capables de nous faire s'ils nous tombaient dessus.

    Le feu qui brûlait au loin était la seule source de lumière qu'ils avaient croisée jusqu'ici, et Chance se dirigea vers lui, entraînant Elzen à sa suite. Veillant à rester dans l'obscurité, ils arrivèrent vers ce qui semblait être un camp de fortune humain. Ils étaient une vingtaine, peut-être plus si on comptait ceux qui étaient morts ou sur le point de l'être.

    - Des toxicomanes, lui souffla Chance, ils sont nombreux dans les égouts. Ce sont des parias, que la société a rejeté et qui n'ont plus aucun endroit où aller.

    La plupart était recroquevillée près du feu, leurs membres tremblaient de façon exagérée, signe que le froid n'y était pour rien.

    - Vous voyez les marques bleues sur leur peau ? C'est le signe d'une intoxication au sannish, c'est une drogue assez courante ici. Ça vous rend euphorique et complètement insensible à la douleur. Plutôt pratique, mais la descente est vraiment terrible. C'est eux qui s'acquittent du sale boulot dans cette ville, parce qu'ils sont tellement désespérés qu'ils accepteraient n'importe quoi pour se payer une dose. Toutefois, il y a peu de gens qui osent venir les trouver, ils sont beaucoup trop imprévisibles.

    Elle attrapa Elzen par le bras.

    - On ne devrait pas trop s'attarder, ces gens seraient capables de vendre leurs enfants pour quelques pièces, alors imaginez ce qu'ils vous feraient s'ils tombaient sur votre épée. Je sais qu'ils n'ont pas l'air très dangereux, mais ils ont des ressources insoupçonnables, appelez ça l'énergie du désespoir.

    Même si elle n'avait aucun objet qui aurait pu se vendre, Elzen ne serait pas le seul en danger si ils leur tombaient dessus : les cornes de tieffelin se vendaient très bien sur le marché noir, et pour peu que certains soient au courant de la prime sur sa tête... il ne fallait vraiment pas traîner ici.
    Dernière modification par Echo ; 12/02/2013 à 15h13. Motif: des fautes, des fautes ><
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  21. #81
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages
    3 961
    Mélandis. Ce devait donc être le nom de cette ville. Ou peut-être du quartier, ou du pays. Qu'importait ? Au moins, cela faisait un nom connu. Il acquiesça silencieusement, confirmant que c'était sa destination – n'importe quel lieu de Toril aurait fait l'affaire ; celui-là en valait bien un autre. Effectivement, une apparition au beau milieu d'une rue passante éveillait généralement l'attention ; et pouvait parfois provoquer quelques complications.

    À la question suivante, le tieffelin réalisa qu'il n'avait aucune explication toute prête à fournir. Un grave manquement à ses habitudes : il avait, d'ordinaire, toujours plusieurs histoires en tête pour répondre aux questions diverses, et pouvait ainsi masquer la vérité sans sembler pris au dépourvu. Il s'apprêtait à en inventer une nouvelle lorsqu'elle l'interrompit. Curieux… mais il commençait à s'habituer à trouver Chance intrigante.

    Sitôt qu'elle le prévint qu'il fallait être discret, il s'efforça de devenir une ombre. Il avait quelques dispositions pour cela ; pas assez cependant pour que sa guide, conscience de sa présence et habituée aux lieux, n'ait de chance d'oublier sa présence. Il ne se méfiait guère pour lui-même – il s'estimait tout-à-fait en mesure de repousser quelque menace que ce soit des humains locaux, surtout après avoir découvert leur état –, mais il était accompagné d'une fugitive, et la moindre des choses était de ne pas lui attirer plus d'ennuis qu'elle ne semblait déjà en avoir.

    À l'ordre de déguerpir, il obtempéra donc rapidement, suivant sa camarade par les égouts parallèles au camp, pour éviter les mauvaises rencontres. Sitôt qu'il jugea qu'ils étaient assez loin, il se permit de glisser entre ses dents, en partie pour lui-même


    « Triste qu'ils en soient réduits à cet état. J'ai vu tant d'êtres lutter pour conserver leur volonté que je ne peux comprendre comment on peut choisir d'abandonner délibérément la sienne ainsi. »
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : …promenons-nous dans les bois, pendant que les trolls y sont… (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  22. #82
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Pipistrelle
    Date d'inscription
    July 2012
    Localisation
    Grand vainqueur de la belette de Winchester
    Messages
    1 346
    Elle se tourna vers lui comme si elle avait reçu une décharge. Il n'y avait rien dans sa voix qui trahissait ses pensées, mais son regard était perçant.

    - La drogue est omniprésente dans cette partie de la ville. Il est difficile d'échapper à son emprise, surtout lorsque l'on se met à travailler pour les mauvaises personnes.

    Et elle parlait, bien entendu, en connaissance de cause. Chance n'était pas de ceux qui prenaient de la drogue par simple ennui ou pour oublier une réalité trop pesante. Si elle en était là, c'est parce qu'elle avait fait un très mauvais choix à un certain moment de sa vie et qu'il était trop tard pour revenir en arrière. Elle aurait aimé être libre de toute dépendance, bien sûr, mais elle ne pouvait pas s'engager sur le chemin du sevrage sans aucune aide, et surtout pas dans un moment comme celui-ci, où elle devait lutter pour sa vie.

    - Cette échelle conduit à la surface.

    Un coup d'oeil en l'air lui permit de voir que la nuit était tombée sur la ville. Bien, c'était une bonne chose, elle avait toujours plus ou moins su se fondre dans l'obscurité, et même à la surface, elle restait une proie assez insaisissable.

    - Après vous.

    Lorsqu'elle atteint la surface, elle respira à plein poumons pour la première fois depuis longtemps. Non pas que l'odeur des bas quartiers soit particulièrement agréable mais ce n'était rien en comparaison des égouts. Elle apprécia tout particulièrement cette petite brise qui vint lui rafraîchir les idées. Elle se tourna vers Elzen et tenta de prendre un ton tout à fait égal :

    - Alors, quels sont vos plans, maintenant que vous avez obtenu ce que vous vouliez ? Rien ne vous empêche de me fausser compagnie, et je comprendrai que vous ne souhaitiez pas rester en compagnie d'une fugitive.

    Elle espérait sincèrement qu'il tienne sa parole et ne la laisse pas tomber, d'autant que sa sensibilité à la douleur reviendrait sans doute très bientôt à la normale et que son aide ne serait pas de trop.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  23. #83
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages
    3 961
    La réaction de Chance avait été brusque ; rapprochant cela du fait qu'elle semblait avoir une blessure grave et ne pas en souffrir le moins du monde, il commença à se demander si elle n'était pas, elle-même… Elle semblait en tout cas avoir plus de force de caractère que les humains croisés plus tôt. Néanmoins…

    L'échelle vint. Puis l'extérieur. Cela semblait… paisible. Les étoiles du ciel nocturne suffisaient à apporter un éclairage bien meilleur que celui qu'ils avaient eu au cœur des égoûts. Elzen se tourna de nouveau vers son énigmatique compagne de route.


    « Je pourrais le faire, en effet. »

    Et, l'habitude de la solitude aidant, il sembla à Chance, pendant qu'il prononça cette phrase, que c'était son intention. Mais tout chaotique qu'il soit, le tieffelin était fidèle à sa propre parole, lorsqu'il l'avait donné spontanément. Il avait proposé son assistance en échange d'une aide pour retrouver l'extérieur, et avait été prêt à donner la contrepartie en premier lieu ; il allait au moins le faire en retour.

    S'avançant d'un pas vers elle, il déclara simplement


    « Montrez-moi cette blessure. »

    Il doutait de ses capacités à soigner correctement son interlocutrice. D'une part, il n'était pas sûr de ses compétences en ce qui concernait les étrangers lorsqu'il s'agissait de plus que des blessures superficielles ; d'autre part, il n'avait aucune idée de la gravité réelle des blessures que celle-ci avait reçu. De tierce part, les drogues qu'elle prenait, si elle en prenait bien, pouvaient aggraver la situation. Mais cela ne coûtait rien d'essayer, tout du moins.

    Suite ici ([Lieu-dit] Les ruelles des Bas Quartiers)
    Dernière modification par Elzen ; 15/02/2013 à 00h27. Motif: Ajout du lien de continuité.
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : …promenons-nous dans les bois, pendant que les trolls y sont… (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  24. #84
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Là où mènent les étoiles
    Messages
    3 273
    Quête : l’affaire Blancbouillon

    Après avoir quitté le lieu du rendez-vous, voilà le groupe face à une bouche d’égout. Les deux brutes se chargèrent de soulever la lourde grille en fer sitôt que la rousse eut vérifiée que personne ne les voyait. La femme s’adressa ensuite aux deux assassins.
    « Vous descendez après moi. Eux, ils vont refermer. »
    Elle s’engagea dans le trou, s’agrippa à l’échelle qui s’y trouvait, puis disparue. En bas, elle alluma une torche. L’endroit était, comme on pouvait s’y attendre, parfaitement repoussant. La puanteur était telle qu’il était réellement difficile de la supporter. C’était bien pire qu’un cadavre en pleine putréfaction sous un soleil de plomb. L’échelle aboutissait à un conduit plutôt large. Une sorte de trottoir permettait de marcher sur ses extrémités alors que le centre était occupé par une rivière d’eau souillée et d’immondices. Berelda ne broncha pas. Elle devait avoir l’habitude de cet endroit.
    « Bon. C’est maintenant que les choses sérieuses commence. Je sais quel chemin prendre, pas ce qu’on va peut-être croiser en l’empruntant. Mais de ce que j’ai cru comprendre, ce ne sont pas quelques monstres qui vont vous effrayer. Je vous conseille tout de même de vous méfier. Je n’irais pas jusqu’à affirmer que les égouts sont plus dangereux que les cryptes sous le cimetière, mais... il y a clairement des saloperies là-dedans. »
    Dernière modification par Manfred ; 12/12/2014 à 18h03.
    Dirigeant de Melandis Visitez la Cité du Chaos et découvrez ses factions qui ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    Personnage Rp : Silmandel Songevent – Biographie – Couleur RP : #DDDD00

  25. #85
    Avatar de Kededric
    Kededric est déconnecté Manipulateur émérite
    Date d'inscription
    November 2013
    Localisation
    Melandis
    Messages
    245
    Quête : l'affaire Blancbouillon

    Berelda semblait à l'aise dans cet univers de forfanterie et de misère. Elle aurait fait une bonne candidate pour la guilde, ne fut-ce que pour ses bonnes connaissances du milieu... les informateurs sont aussi importants que les exécutants, voire plus. Kededric était bien placé pour le savoir, lui qui agissait sur les deux tableaux.

    Il regarda tranquillement la prostituée descendre l'échelle à moitié rouillée, pour s'enfoncer dans les ténèbres des égouts de Melandis. Une promenade charmante, il n'en doutait pas. Et en compagnie toute aussi charmante, d'ailleurs. Sans y prêter attention, il esquissa un léger sourire dans l'obscurité de la rue. Puis, après avoir décliné l'offre de Rowan de passer en premier, il ferma la marche en descendant à son tour, avant d'entendre les deux balourds reposer la lourde grille par-dessus sa tête. Ils auraient un peu de mal à la déporter sur le côté, à leur retour...

    Berelda évoqua les rencontres désagréables que l'on pouvait faire ici. Kededric utilisait assez régulièrement les égouts comme moyen de transport discret, ou pour se débarrasser d'une victime, mais il ne pouvait prétendre bien connaître le réseau inextricable et presque doté d'une vie propre qui semblait lui donner la possibilité de s'étendre seul et à sa guise... aussi se félicita-t-il une fois de plus d'avoir trouvé une guide pour les mener dans ce dédale puant.


    "Charmant, charmant. Dommage que le temps nous manque pour visiter en détails. Allons. Quelques goules ne nous feront pas grand peur. J'espère simplement qu'il n'y a pas de vampires, par ici. J'ai positivement horreur de ces créatures. Cela semblait peu probable en ces lieux, car les vampires affectionnaient la belle société et évitaient l'eau courante, même aussi fangeuse, comme de l'eau bénite. Mais quelque renégat de leur société bestiale se terrait peut-être non loin, guettant sa proie au détour d'un tunnel...
    Couleur rp : #2D9C00 - Biographie rp
    "On peut voir de bien des façons. On peut être aveugle de bien des façons." Frank Patrick Herbert
    Dirigé par Mornagest

  26. #86
    Date d'inscription
    November 2010
    Messages
    437
    Quête: l'Affaire Blancbouillon

    Voyager dans les égouts ne posait pas de problème à Rowan qui trouvait ici un de ses milieux de prédilection, mais bon elle ne s'en vantait pas non plus. En plus d'amener des questions qui pouvaient dévoiler sa vraie nature, cela entraînerait immanquablement des doutes sur sa santé mentale.
    Mais justement en tant qu'habituée de ce genre d'endroit, elle connaissait la faune qu'on pouvait y trouver - elle avait d'ailleurs déjà eu un aperçu des créatures que l'on pouvait rencontrer ici peu de temps après son arrivée - et prenait soin de tenir compte de la mise en garde de Berelda.
    Comment pourrais je verser la moindre larme alors que même mon coeur s'est asséché depuis si longtemps

  27. #87
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Là où mènent les étoiles
    Messages
    3 273
    Quête : l’affaire Blancbouillon

    Le groupe s’ébranla. Berelda allait bien sûr en tête. Torche à la main, elle avançait désormais avec une prudence manifeste, donc assez lentement. En un tel lieu, dans sa sombre tenue, difficile d’imaginer qu’elle exerçait sa profession dans un bordel. On l’aurait plutôt prise pour... une personne bien moins inoffensive, ou bien plus folle. C’était selon les avis. Derrière venaient Rowan et Kededric. Enfin suivaient les deux brutes qui faisaient toujours partie du voyage. L’une d’elles s’étaient chargée de refermer la grille. L’autre tenait, comme la rousse, une torche.

    Durant les premières minutes, rien ne vint troubler le calme de l’infecte trajet. Le silence, ici, était tout relatif. L’écoulement constant des immondices engendraient un bruit à mi chemin entre celui d’une rivière et celui de quelqu’un qui vomissait tripes et boyaux. L’architecture se plaisait à déformer les sons, les rendant plus immondes, plus sourds, plus poisseux. L’humidité omniprésente n’arrangeait rien...

    La femme évoluait dans le dédale des égouts sans mot dire. Concentrée sur sa tâche, elle continuait néanmoins à jeter de temps en temps un regard par-dessus son épaule. La lueur de sa torche finit par révéler un obstacle sur l’étroit trottoir. Un cadavre d’homme, ou d’elfe... d’humanoïde en tout cas. Difficile d’être plus précis tant son état était proche du vulgaire tas de viande à demi dévoré. Il n’avait sur lui ni habit, ni le moindre objet. Ses organes étaient à l’air et son visage n’était plus qu’une bouillie rouge. Son sang maculait principalement l’endroit où il reposait, mais il dessinait aussi une trace... comme si le malheureux avait été traîné. Berelda se pencha. Elle n’eut pas même une expression de dégout. Elle se contenta de déclarer :

    « C’est assez frais. Quelques heures, pas plus... »
    Dirigeant de Melandis Visitez la Cité du Chaos et découvrez ses factions qui ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    Personnage Rp : Silmandel Songevent – Biographie – Couleur RP : #DDDD00

  28. #88
    Avatar de Kededric
    Kededric est déconnecté Manipulateur émérite
    Date d'inscription
    November 2013
    Localisation
    Melandis
    Messages
    245
    Quête : l'affaire Blancbouillon

    Le séjour était déplaisant, mais la force de l'habitude poussait l'assassin à ne plus prêter attention aux odeurs nauséabondes des lieux. La chair putréfiée, la fermentation des déchets de tous genres, la fange grasse et épaisse... tout cela s'évaporait lentement mais sûrement dans l'atmosphère moite des égouts et offrait un large panel de fragrances toutes plus répugnantes les unes que les autres.

    Évidemment, le danger était logé ailleurs, comme l'attesta rapidement le cadavre qu'ils trouvèrent au bout de quelques minutes de progression seulement. À moitié dévoré, il baignait dans son propre sang et était difficilement identifiable, même vaguement. Restait à savoir si la créature - ou la personne - qui l'avait mis dans cet état se trouvait encore à proximité...


    "Soyons réalistes, les rats seuls ne peuvent pas être tenus pour responsable de ce tableau", fit-il, sardonique." Une goule ? Normalement, elles apprécient plutôt la moelle des os..." Bien connaître l'ennemi était un atout indéniable en cas de combat. Cela passerait par un examen attentif des morsures, notamment, et par le fait de vérifier ce qui pouvait manquer dans ce corps. L'hypothèse du nécromancien en quête d'un organe frais n'était pas à exclure.

    Pour l'heure, Kededric venait de dégainer sa rapière, mais tenait la lame vers le bas pour indiquer aux deux brutes qu'il ne comptait pas s'en servir contre leur guide.
    Couleur rp : #2D9C00 - Biographie rp
    "On peut voir de bien des façons. On peut être aveugle de bien des façons." Frank Patrick Herbert
    Dirigé par Mornagest

  29. #89
    Date d'inscription
    November 2010
    Messages
    437
    Quête: l'affaire Blancbouillon

    Dès l'apparition du cadavre l'arme de Rowan était apparue dans sa main presque comme par magie bien que seuls ses réflexes aiguisés par des années d'entrainement et de lutte pour la survie en soit seuls responsables. Elle était déjà en position défensive, prête à contrer la première menace qui surviendrait...que ce soit un prédateur quelconque ou un des personnages les accompagnant.
    Pour l'instant, son regard balayait les ténèbres environnantes et elle humait l'air ambiant utilisant son odorat pour tenter d'isoler une odeur qui sorte de l'ordinaire parmi toutes celles qui baignaient les lieux.
    Effectivement la scène de crime était récente et il y avait peu de chances que le responsable soit parti faire un tour à Maztica.
    Comment pourrais je verser la moindre larme alors que même mon coeur s'est asséché depuis si longtemps

  30. #90
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Là où mènent les étoiles
    Messages
    3 273
    Quête : l’affaire Blancbouillon

    Un examen un peu plus approfondi de la dépouille révéla de nombreuses traces d’ongles et de dents ainsi que l’absence du chœur. Tout le reste semblait être là... à moitié déchiqueté, à moitié dévoré, mais là. Rowan, malgré son fin odorat, ne perçut rien d’instructif. Il y avait ici tant et tant de senteurs fortes, agressives, qu’il devenait difficile, même pour elle, de s’y retrouver. Berelda se redressa et enjamba finalement le cadavre.
    « Ce n’est pas la première curiosité que je trouve ici. Et ce ne sera pas la dernière. Allez, venez. »
    L’une des deux brutes semblait sur le point de vomir. Elle était devenue tout blême. L’autre tenait mieux le choc. Le trajet reprit dans le calme. La rousse suivit un temps les traces de sang qu’avait dû laisser le cadavre mutilé, puis à nouveau, elle se figea. Un bruit de pas... un fredonnement... quelqu’un venait par ici. Un homme à en juger par sa voix, un homme qui ne faisait aucun effort de discrétion. Pour l’instant, il était impossible de le voir. Seule la lueur d’une torche commençait à se dessiner, droit devant, là où le conduit aboutissait à un virage. La seule façon de se cacher pouvait consister à revenir en arrière sur une bonne vingtaine de mètres pour emprunter un conduit annexe. Mais il fallait se dépêcher.
    Dirigeant de Melandis Visitez la Cité du Chaos et découvrez ses factions qui ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    Personnage Rp : Silmandel Songevent – Biographie – Couleur RP : #DDDD00

Page 3 sur 8 PremièrePremière 12345 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Lieu-dit] Le Port de Melandis
    Par Duo dans le forum Le port de Melandis
    Réponses: 98
    Dernier message: 09/10/2015, 11h16
  2. [Lieu] Les égouts de Luménis
    Par Galathée dans le forum Les Taudis
    Réponses: 85
    Dernier message: 24/02/2013, 23h16
  3. [BG1] Les égouts
    Par fabien dans le forum La Taverne de Château-Suif (Baldur's Gate 1)
    Réponses: 10
    Dernier message: 29/04/2009, 06h50
  4. [NWN] Egouts de Luskan
    Par Aghora dans le forum L'Académie de Padhiver (NWN 1)
    Réponses: 9
    Dernier message: 03/08/2004, 16h48
  5. Dans les égouts
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 7
    Dernier message: 08/10/2003, 15h46

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231