Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: [Quête] Débarquement sur les côtes

  1. #1
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages
    2 650

    [Quête] Débarquement sur les côtes

    [Quête : l'invasion des ombres]

    - Foutrechie ! Quel calme... j'ai passé une nuit comme je n'en avais pas passé depuis bien longtemps.

    Au fond d'une cale du vaisseau amiral manostien, Myrfield reprenait petit à petit conscience. S'il savait faire montre d'une grande concentration dans la pratique de son art : la magie ; s'il savait être extrêmement attentif, les nuits qui succédaient à de gros efforts que lui demandaient certaines épreuves, avaient la particularité de le plonger dans un sommeil si profond, que rien ne semblait pouvoir l'en sortir. Et pour le coup, le somme que s'était accordé le vieux druide après depuis sa conversation avec Althéa et Ravestha, avait été tel, qu'il n'avait même pas senti que le navire avait jeté l'ancre. Se levant à l'aide de son baton, Myrfield prit alors conscience qu'il avait sans doute manqué le débarquement. Soupirant en hochant la tête, le vieil homme se parla à lui-même

    - Mon vieux Myrfield, tu ferais mieux de prendre une bonne retraite...

    Après un court baillement, il attrappa sa besace, puis remonta sur le pont quasi désert. La côte était à portée de voix, mais les navires étaient restés assez loin en retrait, dans la brume, afin de s'éviter trop de regards, en attendant les ordres. Observant les alentours, le druide intercepta alors un jeune mousse qui avait été chargé par son supérieur de nettoyer le pont.

    - Dites, mon jeune ami. Où sommes-nous ?

    - Au nod de Luménis m'sieur... dans la vallée du Nirvana... à un endroit où les hommes de Morfea Nwalk ne devraient pas encore être trop présents.... j'espère.

    - Le Grand Emissaire a débarqué lui aussi ?

    Le jeune garçon réfléchit un instant.


    - Le Grand Emissaire ? Je ne l'ai plus vu depuis l'abordage de ce navire luménien... Il doit avoir débarqué directement à Luménis...

    A cette réponse, Myrfield sourrit en hochant la tête. A vrai dire, cela l'arrangeait plus qu'autre chose. Des raisons personnelles l'auraient de toutes manières pousser à agir seul, comme il avait toujours fait. Ce qui l'attendait dans cette quête appartenait à son passé... mais pas qu'au sien. Désormais, il lui fallait gagner Luménis au plus vite.
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



  2. #2
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages
    1 258

    [Quête : L'Invasion des Ombres] Au sud de Luménis

    Voilà quelques jours que le campement avait été installé de manière discrète. Les navires mouillaient aussi proche de la plage que le permettait leur tirant d'eau. Les Manostiens s'étaient installé dans un endroit assez bien caché par les bois environnants de manière à ce que leur présence ne soit pas remarquée.

    C'est au milieu de la nuit, après plusieurs heures d'alternance entre course et marche, que le messager fit son apparition au campement. Immédiatement on alla prévenir le capitaine Derlis Vidan qui, comme tout officier au milieu de la nuit, dormait. Le messager fit son rapport sur les décisions stratégiques qui avaient été privilégiées. Il n'y avait pas urgence, ils n'étaient pas très loin de Luménis, mais ils ne devraient pas être en retard et prendraient leurs précautions.

    C'est donc le lendemain, lorsque le soleil était au sommet, que les navires firent voile vers Luménis à faible allure...
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  3. #3
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages
    1 258

    Quête : L'Invasion des Ombres

    Les navires avaient navigué à une allure tranquille, rien ne les pressait. Malgré leur faible vitesse ils avaient rallié les environs de Luménis en fin de matinée. Le soleil tapait les hommes qui prenaient l'air sur le pont des trois galions manostiens.
    Ces dernier avaient longé la côté et se trouvaient désormais à quelques lieues de la ville. Ils avaient jeté l'ancre dans un léger enfoncement de manière à ne pas être vu par les Luméniens du port. Avec le temps clair qu'il faisait, même à l'horizon leurs voiles auraient été remarquées. Comme souvent les soldats tentaient de s'occuper malgré la tension dû au combat à venir. Certains dormaient, d'autres jouaient aux dés, chacun faisait passer le temps à sa manière. Ce temps si difficile à gérer, le calme avant la tempête, ce mélange d'appréhension et d'excitation. Car ils avaient quitté Manost voilà plusieurs semaines, et il leur démengeait quelque peu d'en découdre.

    Alors que plusieurs soldats devisaient tranquillement accoudés au bastingage, l'un d'eux ne manqua de remarquer les volutes de fumée noire qui s'élevait loin d'eux. Aussitôt il y eut de l'agitation sur le navire, la nouvelle se répendant comme une trainée de poudre. Mais Le Sabre des Mers n'était pas le seul à connaître cette agitation là. A l'instar de ce navire, les deux autres bateaux de la flotte ainsi que le navire de transport voyaient leur pont largement occupé par tous les spectateurs qui observaient la fumée en conjecturant sur leur origine.


    - Les résistants commencent à frapper.
    - Ouais ou Morféa est en colère et le fait comprendre.
    - Et si c'était le signal qu'on attendait ?
    - On nous a dit que c'était un signal lumineux et que ce serait pas avant ce soir.
    - P'têtre mais ça sent mauvais cette histoire. Si on manque le signal ils vont se faire déchiqueter. Avec cette fumée, ils sont p'têtre même en train de cramer déjà...
    - Ch'ai pas... je pense pas. J'espère que les gens vont bien. J'ai un tante et sa famille qui vivent ici...

    Les soldats ne cessaient de s'interroger, peu osaient plaisanter. Les officiers du
    Sabre des Mers s'étaient réunis sur la dunette, s'inquiétant de voir toujours plus de fumée s'élever au loin par dessus les falaises qui les abritaient. La taille des volutes signifiaient de véritables incendies, pas des petit feux de cheminée qui de toute façon étaient complètement improbable avec la chaleur qu'il faisait. Il se passait quelque chose de grave et la tension grimpait. Derlis Vidan était dans l'indécision : il devait attendre un signal particulier une fois la nuit tombée mais se pouvait-il qu'il serait alors trop tard ? Les Manostiens seraient-ils en mesure de leur faire ce fameux signal ? Mais s'il arrivait trop tôt, cela risquait de compromettre leur chance d'aider les Luméniens. Et s'ils arrivaient trop tard...

    Le capitaine faisait les cent pas lorsqu'un bruit parvint jusqu'aux oreilles de tous. Les discussions restèrent en suspens, les mouvements s'arrêtèrent et le silence se fit immédiatement, comme pour mieux entendre ce son. Ce dernier dura quelques secondes avant d'être répété une deuxième fois. Les soldats se regardèrent interloqués. La plupart étaient de Graëlon, la ville où la marine manostienne était majoritairement installée. Une ville de marins et peu étaient ceux qui n'avaient jamais navigué parmis les secours ici présents. Ce n'était cependant pas le cas des gardes manostiens qui s'étaient joints à l'expédition. Malgré tout, beaucoup restèrent hésitants car le cor d'alerte de la marine n'était pas utilisé tous les jours. Derlis Vidan se tourna vers le capitaine du navire avec un regard interrogateur : s'agissait-il bien de ce qu'il croyait être ? Le responsable du bâtiment hocha la tête.


    "Pas de doute. Il s'agit bien d'un des nôtres."

    Cette fois il n'y avait plus à se poser de question sur la conduite à tenir. La bataille était engagée.

    "Alors nous partons immédiatement !"

    Le capitaine s'exécuta et brailla ses ordres à l'équipage alors que les soldats redescendirent dans leurs quartiers afin de se préparer non sans un certain soulagement. L'attente était terminée !

    La même effervescence avait gagné l'
    Aigle Céleste et La Fierté de Graëlon, les deux navires de guerre de la flotte. Les ancres furent levés et les voiles toutes sorties. Derrière les deux vaisseaux, le navire de transport suivait mais ne comptait que le stric minimum de soldats pour surveiller les prisonniers de guerre. Désormais il n'y avait plus de temps à perdre.
    Dernière modification par Ravestha ; 14/11/2007 à 00h42.
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231