Affichage des résultats 1 à 23 sur 23

Discussion: [Quête]La ferme de Sardan

  1. #1
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Cela faisait plusieur nuits que cela durait... Les vaches disparaissaient, et il n'en restait rien. Le pré étant un peu loin du corp de ferme, les fermiers n'entendaient pas ce qu'il pouvait se passer.

    Tout ce qu'ils savaient, c'est que chaque matin, il manquait des vaches. Sardan Père avait deja passé une nuit dehors, sans aucun resultat, il n'avait rien vu ni entendu, s'était endormi, et au matin, une vache manquait.
    Il avait fait querir l'aide de la capitale, et maintenant il n'avait plus qu'a attendre. Mais les vaches, elles, n'attendaient pas...

    Il fallait que quelqu'un mette fin à tout cela.
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  2. #2
    Date d'inscription
    September 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages
    1 066
    - Tu vois quelque chose ? cria Kerdän.
    - Croâak !
    - Bonne nouvelle, alors, dit-il pour lui-même avec un léger sourire.

    En sortant de Lumenis, il avait pris vers le nord-est pour passer par Rhonan, et avait continué dans la même direction par le col de Cogoria, pour arriver en vue de la Vallée du Nirvana. S'il avait bien suivi la carte que lui avait montré le soldat, la ferme Sardan devait être pas très loin, peu après le pont sur la rivière, vers l'est.
    Solinab avait apparemment repéré de là-haut la ferme, et se déplaça plus loin pour montrer la route à Kerdän. La ferme fut bientôt en vue.

    Il avisa un fermier qui rentrait dans ce qui semblait être une étable et se dirigea vers lui, tandis que Solinab se posait sur son épaule.


    - Monsieur Sardan ?
    - C'est ben moi. Qu'ess vous voulez ?
    - Bonjour, je viens enquêter sur les disparitions importantes de bétail, ces derniers temps.
    - Encore ? Y'a un type qu'est v'nu l'aut' jour, mais l'avait pas l'air d'êt' cherché bien loin.
    - Un autre homme est venu pour enquêter ?
    - Comme j'vous dis, mais il paraissait pas connaît' c'qu'y d'vait faire, l'est r'parti assez vite. En tout cas, l'a pas trouvé mes vach, et c'est qu'j'en ai b'soin, c'est mes vach qui m'font vivre et ma famille.

    Kerdän nota mentalement, se souvenant qu'il était censé agir seul sur cette mission.

    - Je vais voir ce que je peux faire, dit-il en essayant de se montrer aussi convaincant que possible, on devrait pouvoir retrouver vos vaches.
    - Z'êtes un brave type, vous. 'Voulez boire un truc, après vot' voyage ?
    - Non, je voudrais inspecter les lieux des disparitions, si vous le permettez.
    - Sûr ! Suivez-moi, c'est par là, dit-il en indiquant un enclos assez vaste, plutôt éloigné de la partie principale de la ferme.

    Ils arrivèrent près de l'enclos, une barrière sans grande prétention, avec une entrée unique, à première vue, en forme de cercle, assez grand pour qu'un troupeau normal puisse tenir à l'aise, mais en l'occurence, les vaches avaient plus d'espace de jour en jour. Mais sa taille pouvait faire qu'il y avait de nombreux points faibles.


    - Il n'y a qu'un accès à l'intérieur pour les vaches ? Je veux dire, un animal ne pourrait pas passer à l'extérieur autrement que par là ?
    - Non, c't'un ami menuisier qui m'a fait ça. Y s'y connaît, j'crois. Pis j'l'ai montée avec lui.
    - Avez-vous des voisins, ou d'autres fermiers, qui pourraient vous en vouloir, au point de vous enlever vos bêtes ?
    - Non, j'crois pas, on a plus intérêt à s'laisser les aut' tranquilles, dans l'coin.
    - Une question, encore... Vos vaches sont marquées ?
    - Ben sûr ! Mais on n'a rien r'trouvé. Y'avait ben l'vieux Lenter, là-bas, qu'aurait pu p'têt, mais y'a qu'ses bêtes chez lui.
    - Bien, je vais voir les alentours, ça peut être long. Vous aviez sûrement du travail quand je suis arrivé.
    - Z'avez raison. J'espère que z'allez trouver çui qu'a fait ça.

    Le fermier s'éloigna vers la grange, tandis que Kerdän regardait les environs. Un coin en apparence tranquille, et justement, pas vraiment d'endroit où cacher des vaches volées... Une chose à la fois. Avant de savoir pourquoi, il vallait mieux savoir comment.
    Il commença à faire le tour, à la recherche d'éventuelles traces, mais dans cette terre assez sèche à cause de la chaleur de l'été, il était difficile d'en trouver. Et si jamais il y en avait eu, elles auraient été faciles à effacer. Ca commençait bien...
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  3. #3
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Alors qu'il était penché sur le sol, Kerdän sentit quelque chose lui piquer l'épaule. Il fit un léger mouvement de tête et vit un homme, en armure de cuir, qui tenait la lance, et un autre homme a son coté.

    Qui êtes-vous et que faites-vous ici? demanda l'un des deux.

    Kerdän tenta delicatement de bouger, mais la pression du métal se fit plus forte au travers du cuir de son armure.


    Je répète: que faites vous ici?

    Doucement, lui dit le deuxième homme, tu vois bien qu'il est aussi vêtu comme un forestier, laisse le s'expliquer.

    La pointe la lance se retira de l'épaule du rôdeur et il put enfin se relever et faire face aux deux hommes. Tous deux étaient vétus d'armures de cuirs craquelées, vraisemblablement vielles, ternies par le soleir. En dessous, ils portaient des tuniques vertes sombres. Enfin, chacun s'appuyait sur une lance. La similitude de leur accoutrement faisait fortement penser a un uniforme...
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  4. #4
    Date d'inscription
    September 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages
    1 066
    Il y avait plusieurs solutions... les baratiner, ou essayer de ne pas jouer au malin. Ils étaient deux, assez costauds, et sûrs d'eux. Et se défendre contre des armes d'estoc avec un bâton, même renforcé, était une mauvaise option. Ils n'avaient de plus pas vraiment l'air de brigands (mais qui sait ? les apparences sont si trompeuses, parfois)...

    - Je suis un soldat de Lumenis, envoyé ici pour enquêter sur du vol de bétail dans cette ferme.

    L'air neutre des inconnus montrait qu'ils n'étaient pas convaincus, ou qu'ils possédaient une grande maîtrise de soi.

    - Si vous me surveillez, vous avez dû remarquer que je viens d'ariver... que voulez-vous de plus ?
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  5. #5
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Un des deux hommes prit alors la parole:

    Ils prennent des solitaires à la maison mère?

    Ca doit être un bleu... Ecoutes, on est des eclaireurs, on est aussi dans l'armée. Troisième division, nord d'Hélonna. On enquête aussi sur la disparition des vaches. Si tu es soldat, tu va faire équipe avec nous...
    Vous avez surement remarqué l'absence de traces humaines, ou même animales, autres que les traces de vache? Troublant non?
    Bon, assez parlé, venez avec nous, on va commencer a explorer le terrain, en commençant par les bois là-bas


    L'homme designa un gros bosquet vers l'ouest. Sans attendre de réponse de Kerdän, ils partirent dans cette direction.
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  6. #6
    Date d'inscription
    September 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages
    1 066
    Kerdän était abasourdi... Estomaqué, même... pourquoi l'avait-on envoyé, pour sa première mission, seul, loin, alors que deux soldats étaient déjà sur l'affaire ? Qui plus est des éclaireurs, qui apparemment connaissaient leur métier. Le temps qu'il encaisse la nouvelle, les deux hommes avaient déjà fait un bout de chemin vers le bosquet. Il les rattrappa assez rapidement...

    Ce serait trop simple qu'il y ait quelque chose à l'intérieur... Trop près de la ferme, et même s'il était assez grand, une simple battue permettrait de découvrir si des gens se cachent dedans, et à plus forte raison des vaches, source de bruit quand elles sont nerveuses. Et il y a de quoi être nerveux quand on est un animal de pré, dans la forêt, pas forcément bien traité... Mais tant qu'à faire, pourquoi ne pas tenter le coup ? Les pistes actuelles étaient tellement maigres que n'importe quoi était bon pour faire avancer l'enquête...
    Et puis... une forêt ça peut cacher pas mal de choses, se souvint-il en repensant au bosquet où il fut élevé...


    - Mais pourquoi m'a-t-on envoyé alors que vous êtes déjà sur place ?
    - Chut ! On approche. A partir de maintenant, discrétion. Je t'ai à l'oeil, dit-il en pointant Kerdän.
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  7. #7
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Les trois hommes avançaient prudemment, le bruit se faisant de plus en plus proche à mesure qu'ils avançaient vers le bosquet.
    Il pénètrent les frondaisons avec la plus extrème prudence. Le bruit était toujour présent, mais il se faisait beaucoup plus distinct...


    Par Sylvanus!

    A leur droite, un énorme sanglier se tenait face a eux, râclant le sol avec sa patte, prêt a charger.
    les trois hommes se regardèrent brièvement, et le sanglier commenca a charger. Il n'avait que cinq ou six mètres a parcourir avant d'être sur eux...

    Le premier éclaireur sauta de coté, attrappa une branche basse avec souplesse et se hissa dessus. Le deuxième se contenta de rouler sur le côté, derrière une imposante racine.
    Restait Kerdän...
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  8. #8
    Date d'inscription
    September 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages
    1 066
    Un sanglier... c'était bien sa veine... pourquoi ce ne sont jamais les écureuils qui attaquent ? Quoi qu'il en soit, la seule solution était de s'en débarrasser le plus rapidement possible, sinon ça risquait de s'éterniser. Il était inutile de demander aux autres une lance, le bâton était la seule solution. Après tout, il était renforcé avec un coeur en acier... Le sanglier commença à charger vers Kerdän.
    Le rôdeur mit son arme en appui contre un rocher du chemin, le bâton faisant un angle tel que l'extrémité était à la hauteur de la gorge de l'animal. Le temps de l'incliner correctement et d'assurer la prise, le sanglier était presque sur lui. Il sentit un choc sourd, et immédiatement se mit sur le côté pour éviter de se faire renverser. La bête venait de percuter l'obstacle et avait roulé quelques mètres plus loin, sonné mais pas encore mort, le bâton avait légèrement glissé et n'avait pas atteint de point vital.


    - Il faut l'achever..., dit-il alors que les deux autres revenaient. Rien n'est plus dangereux qu'un animal blessé, et s'il se relève il risque d'être un peu en colère. Et je ne tiens pas non plus à ce qu'il attire d'éventuels... "promeneurs" avec ses cris.

    Il sortit sa dague, en se félicitant une fois de plus d'en avoir fait l'acquisition, et accomplit sa besogne, plus par nécessité que par envie, professionnellement, sans joie morbide mais sans regret non plus. Il y avait des tas de sangliers, et celui-là était passé quand il ne fallait pas.

    - Enlevons-le du chemin, ça évitera à qui passera par là de se poser des questions sur comment il est mort.
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  9. #9
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Le premier éclaireur redescendit de sa branche, et l'autre revint sur le chemin. Kerdän semblait avoirfait du bon travail.

    Pas mal... Mais pourquoi cette bête nous a-t-elle chargé? Il se passe décidémment des choses étranges dans le coin.

    Les élcaireurs se cramponnèrent plus fermement à leur lance, et reprirent leur progression à l'intérieur du bosquet. La végétation était dense, et bien évidemment, pas entretenue

    Hmmm, tout cela ne mène nulle part, le bosquet est trop dense... essayons néanmoins d'en atteindre le coeur. J'ai un drôle de présentiment. Au fait, je suis Samuel, et lui c'est Matteo.

    Samuel était un peu plus grand que Mattéo, mais tout deux était bruns, et étaient solidement taillés. Ils devaient-être frère...

    Quelque chose craqua soudain sous les pieds de Kerdän: des ossements ensanglantés, complètement brisés, et dissimulés sous diverses feuilles et branchages.
    Matteo approcha et examina les ossements.


    Des os... non identifiables, on dirait qu'ils ont été concassés... Etranges tout de même.

    En effet, on aurait dit que ces os avait été reduit en morceaux avec une violence extrème. Les sang sur ceux-ci n'était pas tout à fait coagulé, et les ossements étaient donc poisseux...

    Continuons plus loin, proposa Matteo

    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  10. #10
    Date d'inscription
    September 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages
    1 066
    Ils se remirent donc en marche, Kerdän se maudissant de n'avoir pas été plus attentif avant de poser le pied sur les branchages. Il aurait dû voir ce tas suspect... Malgré le bruit occasionné, rien d'anormal ne s'était produit, et tout semblait calme... pour un bois.
    La glace avait été un peu rompue par la victoire face au sanglier, le groupe se faisait maintenant un peu plus confiance, les deux accomplis ayant pu juger des capacités du nouveau. Samuel fermait la marche, Matteo et Kerdän passaient devant, à tour de rôle, pour tâter le terrain. C'était la première fois que Kerdän travaillait vraiment en équipe, mais ce n'était pas plus mal.

    Les seules traces de vie étaient les éclairs furtifs d'un animal s'enfuyant devant des humains venus infiltrer le bois, et de temps à autre un groupe d'oiseaux s'envolait d'un arbre proche, signalant aux compagnons qu'ils n'étaient pas encore assez discrets pour se fondre totalement dans la nature. Il faut dire que la végétation se faisait à chaque pas un peu plus dense, comme si un secret dormait au milieu de la forêt, un secret à ne pas dévoiler...
    Au fur et à mesure qu'ils s'enfonçaient, Samuel devenait de plus en plus nerveux, chose étrange vu qu'il semblait se maîtriser assez aisément, lors de leur première rencontre. Il flottait quand même dans l'air un parfum étrange. Non, pas un parfum, on aurait plutôt dit une sensation. Un "demi-tour !" assez diffus, mais néanmoins présent.

    Mais en militaires entraînés (pour la majorité du groupe), ils continuèrent, et leur curiosité bien humaine les aurait poussés à continuer, même sans le statut de soldats.
    Vint un moment où les arbres se firent légèrement plus clairsemés, au bout d'une éternité de marche, mais il faut dire qu'ils avançaient lentement... mais certes prudemment. Une clairière s'ouvrit devant eux, un endroit laissé à l'abandon, où l'herbe était jaunie par un chaud soleil d'été.
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  11. #11
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Alors qu'ils examinaient la clairière, Mattéo trouva un galet dans l'herbe. Que faisait un galet dans la foret? En le frottant, le caillou devint chaud. Puis Mattéo senti quelque chose d'étrange dans ses mains: la pierre saignait, un mince filet de sang.
    Le sol sembla légèrement trembler. Une fissure apparu au milieu de l'herbe. Elle semblait s'ouvrir une caverne aménagée.


    Quelle est cette diablerie? demanda Samuel.

    Un seul moyen de le savoir... puis Matteo commenca a descendre dans la faille.
    Tout ceci était étrange, on aurait dit que cette cave existait depuis des décenies, et que la faille était une vulgaire porte d'entrée dont le galet sanglant était la clé. Un escalier était taillé dans la roche épaisse.
    Il n'y avait dans cette cave qu'un seul couloir, qui menait à une pièce au centre de laquelle trônait un autel. Celui ci était recouvert de sang, et des brisures d'os étaient éparpillés dans les quatre coins de la salle. Une vraie vision d'horreur.
    Le reste de la pièce était couvert de peaux de bêtes...
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  12. #12
    Date d'inscription
    September 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages
    1 066
    - Je crois que nous avons trouvé les vaches...

    Les trois compagnons se regardèrent. Quel genre d'homme - ou de bête - pouvait faire des choses pareilles ? Quel sombre rituel nécessitait un massacre quotidien de vaches ? À qui était destiné cet autel, et dans quel but ?
    Autant de questions qu'il ne valait peut-être mieux pas se poser, de peur de découvrir les réponses. La lumière diffuse et glauque générée par les rares torches chétives disposées ça et là ajoutaient au malaise qu'on ne manquait pas d'éprouver en se trouvant dans la salle. Jonchant le sol irrégulier, des traînées de sang et des ossements dressaient un tableau d'horreur, qui aurait fait reculer pas mal de monde.

    Ils n'étaient pas des héros, et la sensation de mal-être, qui montait insidieusement depuis la découverte de la pierre sanglante, se fit trop forte. Samuel fit demi-tour, et commença à marcher, d'un pas mal assuré, vers la sortie. Kerdän sentit qu'il n'allait pas tarder à en faire autant, et il s'apprêta à rebrousser chemin pour aller respirer dehors, où il avait laissé son corbeau.
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  13. #13
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Alors qu'ils remontaient l'escalier, Solinab vola à toute vitesse à l'intérieur de la caverne, rasant les têtes des trois militaires. Il croaissait de toutes ses forces. Les rôdeurs savait de quoi il en retournait: ils devait sortir, et vite... Le corbeau avait du repérer quelqu'un plus loins dans les bois. Les trois hommes se précipitèrent vers la sortie.
    Ils entendirent du bruit dans la foret sur leur droite. Ils courrurent donc dans la forêt sur leur gauche alors que la fissure se refermait dans le sol.
    Elle était complètement close et les rôdeurs à l'abri lorsqu'un petit groupe d'homme entra dans la clairière.
    L'un d'entre eux prit le galet sur le sol, et celui ci se remit a saigner. De là où ils étaient cachés, les trosi hommes ne pouvaient pas voir le rictus de plaisir qui se dessinait sur le visage de l'homme à mesure que le filet de sang lui baignait les mains. La faille s'ouvrit de nouveaux, et les hommes, cinq ou six, y entrèrent. L'un d'entre eux était recouvert d'une peau de bête.

    Mais les hommes se stoppèrent d'un coup. L'homme habillé de peau renifla l'air...


    Il y a quelqu'un!!! Tout proche!! Par la!!!

    Il pointat du doigt les fourrés dans lesquels les aventuriers étaient cachés. Lui resta sans bouger, mais cinq homme avancèrent vers les militaires. Ils étaient armés de gourdins cloutés et d'armures de cuir simples. Le combat, s'il devait avoir lieux, tournerait surement en la défaveur des éclaireurs...

    Il serait sage de s'en aller proposa Mattéo.

    Mais il était trop tard. Les hommes étaient déja sur eux. Ils ne pouvaient pas les combattre ni s'échapper. Ils se croyaient perdus, mais ils entendirent le vieil homme parler:


    Par Malar! Que faites vus ici! J'espère que vous êtes de ses serviteurs, sinon, c'est la mort qui vous attend!
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  14. #14
    Date d'inscription
    September 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages
    1 066
    Malar... Quel forestier n'en avait pas entendu parler ? Les trois hommes comprirent qui étaient leurs adversaires, et qu'ils n'avaient pas intérêt à se montrer imprudents avant d'en savoir plus. Heureusement, ils avaient l'avantage des apparences, et pouvaient aisément passer pour des chasseurs dévoués au culte du Seigneur des Bêtes. Le tout était de réussir à les avoir assez longtemps pour les maîtriser, ou du moins s'enfuir en toute sécurité pour aller chercher du renfort. Quoi qu'il en soit ça pourrait permettre d'en savoir plus sur le culte dans la localité. Mattéo décida de tenter le tout pour le tout.

    - Gloire à Malar ! dit-il en s'avançant, sans se soucier apparemment des risques qu'il prenait avec ce mensonge risqué. Des... amis de Dorrandin nous ont indiqué qu'un sanctuaire se trouvait dans les environs.

    Les paroles de Mattéo laissèrent la clairière pratiquement silencieuse. La lumière commençait à décliner, le ciel fonçait légèrement et une légère teinte rose colorait les rares nuages qui jouaient dans le ciel.
    Le vieil homme parut réfléchir un moment, comme s'il essayait de se rappeler de l'existence d'une faction là-bas. Soit par un coup de chance extraordinaire il y en avait en effet une, soit le vieux avait une mémoire influençable, mais il sembla accepter cette explication. Samuel avait du mal à garder son calme, et ça se voyait, du moins à proximité. Kerdän lui tapota l'épaule pour essayer de le calmer, dans un geste réconfortant. Sur une injonction silencieuse de celui qui semblait être le chef, quatre des cinq hommes repartirent vers la faille, tandis que le cinquième "invitait" les soldats à les accompagner.
    Samuel devenait visiblement trop nerveux.


    - Mon compagnon n'est qu'un novice, intervint Kerdän, je pense qu'il serait plus sage qu'il reste en extérieur.

    Il ajouta pour Samuel, tout bas et discrètement, pour ne pas se faire entendre des autres,

    - Si ça réussit, attends d'être hors de vue et cours chercher de l'aide...
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  15. #15
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Le vieux druide sembla réfléchir un peu. Une faction d'adorateur de Malar sur Dorrandin? Mais où était Dorrandin? Cela faisait des annés que les malarites Helonniens n'avaient plus eu de contact avec leurs confrères hors de l'île...

    Bon, heu...bien... Par contre, votre ami devra être venu ce soir avec un cerf mort pour quon se restaure, sans quoi, nous le pourchaserons et le frapperont jusqu'a sa mort dès que nous l'auront retrouvé!
    Vous deux, suivez nous!


    Les hommes firent passer Mattéo et Kerdän devant, puis ils descendirent dans la caverne. Ils y allumèrent des torches. Arrivé devant l'autel ensanglanté, le viellard s'arrêta et huma l'air. Il pointa un index accusateur vers les deux rôdeurs:


    Vous! Vous êtes venus ici!!! Je vous somme de vous expliquer tout de suite! La cérémonie ne va pas tarder a commencer, et si vous ne voulez pas vous retrouver sur cet autel...

    ---------------------------------------------------

    Samuel courait a travers la forêt. Tuer un cerf? Grand dieu pourquoi ferait-il cela? Il devait trouver de l'aide u plus vite. Mais dans sa course éffrenée, il trébucha conte une racine proéminent.
    Son frère et Kerdän devraient attendre un epu plus longtemps pour recevoir de l'aide... Et lui même reduisait ses chances de survies, comment pourrait il mette assez de distance entre lui et les malarites en clopinant sur une patte...
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  16. #16
    Date d'inscription
    September 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages
    1 066
    Le vieil homme roulait des yeux de fou... Il ne suffirait pas forcément d'une excuse mineure, cette fois, et la conviction devrait y être. Kerdän lança un regard à Mattéo d'un imperceptible mouvement de la tête.

    - C'est vrai, nous sommes entrés, mais par curiosité. Notre sanctuaire est moins occulté aux yeux des gens, car de par chez nous la population est plus tolérante que ces geux qui habitent dans les parages, et nous n'avons jamais vu de cachette telle que la vôtre. Ce n'est qu'une fois à l'intérieur que nous avons compris et sommes ressortis. Nous venions de partir lorsque vous êtes arrivés.

    - Mais pourquoi le novice était-il avec vous ?

    - Comme je l'ai dit, nous ne savions pas que cet endroit était le sanctuaire hélonnien du culte.

    - Nous savions qu'il était dans les parages, précisa assez rapidement Kerdän pour éviter les contradictions, mais pas à quel endroit précis.
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  17. #17
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Le vieux druide eut l'air suspicieux des les premiers mots discordants des deux rôdeurs.
    Ils les détaillais comme s'il cherchait sur eux un signe quelconque d'appartenance un clan.


    Je n'en crois pas un mot! Enfin, c'est à Malar de décider. Faites leur passer l'épreuve!

    Un des homme disparu dans les profondeur de la caverne que les rôdeurs avaient négligé de visiter. Les deux jeunes hommes se regardèrent pour se donner une contenance. La brute revint avec une bête effrayante. Un loup noir enorme, tout en muscle; sa gueule était encore pleine de sang, et la chaine de métal que tenait la brute semblait peiner à resister au molosse.


    Deux brutes poussèrent Kerdan et Mattéo vers le centre de la pièce. Le vieux druide les harangua de nouveau:

    Vous devrez prouver votre valeur en survivant a cette bête. Suivez moi...

    Plus loin dans les ténèbres de la caverne, une fosse avait été creusée. Les rodeurs regrettaient maintenant de ne pas l'avoir examiné plutot, ils auraient pu chercher une échappatoire. La fosse mesurait une dizain de mettre de diamètre, et était pleine d'os brisés. Visiblement, les vaches servaient d'amuse-gueule au monstre.
    Mais ou sur Helonna aviaent-ils pu trouver un loup si gros? Et comment avaient-ils pu le capturer?
    Les deux rôdeurs furent projettés dans l'arèen avec leurs seules armures et armes. Puis on fit entrer la bête dans la fosse, et on la détacha...


    ---------------------------------------

    Samuel courrait en clopinant, il voyait la ferme.

    Hého, venez!! A l'aide!!! Allez chercher de l'aide!!!

    Sardan père sortit acceuillir le jeune homme et écoutat son histoire.
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  18. #18
    Date d'inscription
    September 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages
    1 066
    Il n'y avait pas de protection autour de la fosse. Mais c'était inutile, vu la profondeur de celle-ci. Et les parois étaient plus lisses que la conscience d'un dieu qui vient de naître. Il y avait encore pour la bête un sas à franchir, pendant que le dresseur allait rejoindre ses compagnons. Kerdän et Mattéo se regardaient, un peu affolés -on le serait à moins-, cherchant des yeux une sortie, autre que l'endroit par lequel entrait le loup. Mais il y avait peu d'espoir de fuite. Pour tout dire, il n'y en avait aucun.

    Le dresseur arrivé en haut, il actionna un levier qui ouvrit la grille, et le loup entra dans la fosse, les lèvres retroussées, montrant des dents plus faites pour broyer des os que pour mâcher du pain mou. Les deux hommes se placèrent de part et d'autre de l'arène, encerclant le loup, chacun prêt à attaquer ou se défendre, sur le moindre mouvement de l'adversaire. L'animal hésita, paraissant juger la situation.
    Chaque rôdeur, avec son arme, avait assez d'envergure pour maintenir le loup à distance, mais la seule défense ne mènerait pas loin, surtout qu'il paraissait plus féroce à mesure des moulinets effectués par les deux hommes. Des ricanements descendaient depuis l'endroit où les malarites observaient la scène, ils semblaient apprécier le spectacle, et attendaient son issue inévitable.

    Profitant d'un relâchement, Kerdän siffla, suffisamment fort pour être entendu de l'extérieur proche. Le loup, remarquant que Kerdän avait baissé sa vigilance, sauta sur l'occasion et sur le rôdeur, qui esquiva de justesse, mais retomba mal sur le sol. Il sentit une douleur fulgurante lui transpercer le bras, et il vit que la patte énorme du loup, griffes comprises, lui écrasait le bras droit. Mattéo s'était élancé pour porter secours à Kerdän, quand une forme blanche sembla tomber du plafond, aveuglant le loup en se plaquant contre sa gueule. Kerdän trouva la force de sortir sa dague et la plongea dans la patte du loup, qui hurla et recula prestement.
    Rapidement remis de sa surprise d'avoir vu passer à toute allure devant lui le corbeau, Mattéo leva sa lance, pointée vers l'animal, et frappa. Il vacilla, et s'effondra sur le sol de l'arène, soulevant un léger nuage de poussière.

    - Tu en as mis, du temps...
    - Croâak !
    - Je me fiche de savoir si elle était mignonne, je... AARH !

    Sa blessure au bras le faisait atrocement souffrir, et sa tunique commençait déjà à s'empourprer. Mattéo se précipita pour comprimer la plaie, tandis que tout bruit avait cessé à l'étage.
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  19. #19
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    La bête avait été terrassée... Vu le regard de Mattéo, lui même n'y croyait pas. On ouvrit aux combattants le sas et on les fit sortir de la fosse.

    Vous avez bien combattu, notamment grâce à cet...animal. Le temps du sacrifice est venu.

    Les hommes sortirent de la caverne, un barbare arrivait, suivi d'une vache placide qui semblait le suivre de son plein gré. Un charme sans doute...
    Le vieux prêtre arriva près du bovin. Il sorti une petite dague et leva les mains au dessus du coup de la bête.


    Non! Vous là, venez achever cette animal, dit-il a Kerdän.

    ---------------------------------------------
    Samuel clopinait en cherchant le chemin pour retourner a la caverne. Des fermiers le suivait, Sardan-père avait été rameuté les voisins. Ils couraient a travers bois, et Samuel qui a chaque pas leur intimait le silence.
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  20. #20
    Date d'inscription
    September 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages
    1 066
    - Retourne surveiller dehors, je t'appellerai si j'ai besoin de toi...</span>

    Le corbeau s'envola et partit par l'ouverture dans le sol pour se retrouver à l'air libre. Mattéo et Kerdän suivirent les six hommes (ils n'en suivirent en réalité que quatre, les deux derniers fermant la marche) jusqu'à l'autel du sacrifice, où un des barbares amena une vache, étrangement calme, et il était fort probable qu'elle n'était pas lucide. Le grand prètre prit un poignard, leva l'arme en fermant doucement les yeux, mais se ravisa. Il se retourna vers les deux hommes, et dit à Kerdän comme s'il continuait une pensée :

    - Non ! Vous là, venez achever cet animal.

    Kerdän ne se rendit pas tout de suite compte de la situation, mais comprit vite... tuer cette vache ? Au-delà de la simple question d'éthique, qui faisait qu'il n'en avait pas très envie et que ce n'était pas nécessaire du tout, comment expliquer, dans le cas improbable où un Sardan déboulait en plein milieu de la pièce, les raisons pour lesquelles il était en train de massacrer une des vaches qu'il était censé retrouver ? Mais le prêtre se faisait insistant, et son regard se durcit. Soit il prenait la dague, soit il les condamnait tous les deux à une mort aussi certaine que celle de la vache.
    A contrecoeur, il s'avança vers l'autel, prit au passage la dague que lui tendait le druide, et s'arrêta juste devant le bloc consacré. Son bras le faisait légèrement souffrir, mais grâce aux talents de Mattéo la plaie avait été traitée à temps, rudimentairement, certes, mais au moins ce n'est pas de ça qu'il mourrait. Comment gagner du temps ?
    Il s'agenouilla, et joignit ses mains, dans une attitude résolument fervente, bien qu'il n'en fût rien, il était juste question de retarder l'exécution le plus longtemps possible, jusqu'à l'arrivée de renforts, ou alors jusqu'à ce que le prêtre en ait assez, et auquel cas le sacrifice de l'animal serait inévitable.

    Le druide commença à s'impatienter après environ une minute. La nuit n'allait pas tarder à tomber, et apparemment le rituel était lié au crépuscule...
    Kerdän commença une sorte de psalmodie, sans presque aucune parole sensée à l'intérieur, et il ne savait pas lui même en prononçant une syllabe quelle allait être la suivante. Il parlait suffisamment bas pour qu'on ne comprenne pas qu'on ne pouvait le comprendre, mais assez haut pour qu'on croie à une prière.
    Mais la tension se fit trop forte pour qu'il continue, et il sentit qu'il n'avait pas d'autre choix... Il se retourna pour interroger Mattéo du regard, mais celui-ci n'eut rien à répondre, et Kerdän commença à lever la dague, quand des
    <span style=\'color:#D1D1D1\'>Croâak
    se firent entendre. Il semblait y avoir de l'agitation dehors.
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  21. #21
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Allez, fait ce que tu as à faire!!! s'impatienta le druide.

    Kerdän n'avait plus le choix, il se leva et brandit la dague. Au moment d'abattre la lame, il sentit un contact froid sur son visage. Baissant les bras, il s'essuya la joue et y découvrit du sang. L'homme à ses côtés tomba raide sur le sol. Il était transpercé d'une lance qu'on lui avait visiblement lancé.
    Samuel se trouvait dans l'escalier qui menait à la caverne, une atelle de fortune autour de la cheville.

    Voyant ça, Mattéo n'avait pas perdu de temps et c'était rué lance a la main sur le barbare le plus proche. Mattéo sortait sa dague et entra dans la salle et attaqua un des 5 autres barbares.
    Quelques hommes valides entraient dans la caverne et commencèrent à se battre. Il ne restait plus a Kerdän qu'a attaquer le druide, qui avait deja lancer un sort qui l'avait recouvert d'une solide écorce.
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  22. #22
    Date d'inscription
    September 2004
    Localisation
    Rennes
    Messages
    1 066
    L'arrivée de Samuel avait apparemment précipité le début des festivités. Un des barbares gisait sur le sol, le corps transpercé d'une lance, et les nouveaux arrivants ainsi que Mattéo avaient déjà engagé le combat avec les guerriers restants. Kerdän crut reconnaître Sardan, mais après tout, c'était tout à fait normal, si Samuel avait réussi à ramener des renforts, que le fermier soit venu.
    Ce qui importait pour le moment, c'était que le vieux druide ait été délaissé par les assaillants. Pourtant, comme l'expérience lui avait démontré, un homme, même affaibli, que ce soit par le temps ou les armes, s'il maîtrise la magie, peut s'avérer un adversaire redoutable... et en se retournant, il vit qu'effectivement le vieil homme avait déjà commencé à se protéger par un sortilège, certes mineur, mais efficace.

    Ca n'allait pas être une partie de plaisir, d'autant que son bras droit aurait du mal à frapper, la douleur n'étant pas *si* forte, mais elle pourrait le devenir en cas de choc, comme par exemple un bâton contre une peau faite d'écorce... Déjà le druide commençait à incanter de nouveau un sort rapide, Kerdän profita de l'occasion pour porter un coup assez peu académique : il fit une grande courbe avec le bras gauche, son bâton dans la main. Le druide s'arrêta pour essayer de parer le coup, mais Kerdän changea de direction et fit tourner son arme pour réassurer sa prise en la déplaçant vers le milieu, il prit son bâton comme une lance et frappa un grand coup vers la tête. Déstabilisé, le druide tomba à la renverse. Le rôdeur jeta un coup d'oeil derrière lui, et vit que la situation n'était pas brillante. Au mieux, on aurait pu dire qu'elle s'équilibrait, l'effet de surprise s'étant dissippé. Kerdän se reconcentra sur le druide, sans lui laisser le temps de se relever ; il n'était que sonné, son sort l'ayant protégé des dommages, mais le choc de la chute lui ayant coupé le souffle. Il n'avait plus vingt ans...
    Le combat semblait tourner à l'avantage du rôdeur, qui se rendit pourtant compte que la peau d'écorce protégeait trop bien le druide pour les armes qu'il avait en sa possession. Pendant que le druide était encore étourdi, Kerdän fit le tour de l'autel, afin de faire basculer la vache, toujours amorphe, qui était allongée dessus. Selon un bon vieux principe, en se servant de son bâton comme d'un levier et du bord de l'autel comme pivot, la vache bougea et roula en-dehors de la zone plane de l'autel. Selon le principe encore plus connu de la gravitation, elle alla s'effondrer sur le druide, qui commençait à peine à reprendre ses esprits. Si le choc ne l'avait pas tué, il finirait rapidement par mourir étouffé.
    Les barbares purent voir que leur chef était mort (ou du moins mourant), et ils hésitèrent...
    "Tu ne tueras point. Les morts ne peuvent rien t'acheter."
    Proverbe Tolnedrain

  23. #23
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 994
    Le druide était mort, écrasé par la vache. On avait entendu le broyement des os de sa cage thoracique sous le poids de l'animal.
    Les autres guerriers entendirent son dernier hurlement, il perdirent une part de leur concentration et de leur ardeur au combat. Samuel et Mattéo, aidé des hommes et de leurs fourches, attaquaient les barbares.
    Ses derniers furent rapidement dépassées, et finirent par se rendre.

    Les trois rôdeurs et les paysans rentrèrent a la ferme de Sardan. Ils y interrogèrent les barbares qui avouaient vouer un culte a Malar. Il était venus de divers endroits de Féerune afin de fonder leur secte sur Hélonna. La raison en restait obscure, et il ne fallait pas éspérer avoir detruit tout les malarites de l'île. Un danger de plus a surveiller.

    Après avoir solidement lié pieds et poings des barbares, les trois rôdeurs reprirent la direction de Lumenis, afin de les y enfermer et de recevoir leur prime.
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

Discussions similaires

  1. [SOS] Les bandits et la ferme
    Par emrys dans le forum Méga-mods : Big Picture, The Darkest Day, Shadow Over Soubar, Tortured Souls, Check The Bodies, Nev
    Réponses: 2
    Dernier message: 04/11/2006, 11h40
  2. [Lieu-dit de quête] La ferme des Kohlrabis
    Par Beorn Devir dans le forum Les Terres du Basilic
    Réponses: 1
    Dernier message: 24/10/2005, 19h24
  3. [TD] La ferme de l'Homme qui Frappe
    Par Galathée dans le forum Les Archives du Cartographe
    Réponses: 2
    Dernier message: 21/04/2005, 17h40
  4. [Club fermé] La démonologie
    Par Seina dans le forum Le Festival unique de Magie
    Réponses: 7
    Dernier message: 28/09/2004, 15h26
  5. [Infocontrole] Site fermé
    Par Agifem dans le forum Les Chroniques de l'Âge Sombre
    Réponses: 5
    Dernier message: 01/01/2003, 23h41

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230