Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 35

Discussion: Votre dernière BD lue ...

  1. #1
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 726

    Votre dernière BD lue ...

    Parce que bon, vous avez aussi le droit de lire des bandes-dessinées, même des assez vieilles et que vous avez aussi le droit d'en parler.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  2. #2
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 726
    Allez hop :

    Le bois des vierges tomes un et deux : les hommes et les bêtes de hautes taille (loups, renards, lynx) se livraient une guerre sans merci. Mais deux chefs de chacun des clans décidèrent de mettre fin au conflit en mariant deux de leurs enfants. La belle Aube chez les humains et Loup Ardent pour les loups ... Jusqu'au soir des noces, on avait crû l'entente possible. Mais Loup Ardent est tué le soir même par le frère de Aube. Celui-ci est tué, Aube réussit à prendre la fuite dans le Bois des Vierges où règnent une multitude des créatures fantastiques.

    Le Bois des Vierges se situe entre la fable et le conte. Béatrice Tillier y apporte par son dessin un coté onirique, poétique et sensuel. Si vous avez l'occasion. En sachant que normalement, la série se terminera au troisième tome qui vient de paraître.

    Des deux auteurs vous pouvez trouver également : Fées et Tendres automates qui est aussi magnifique.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  3. #3
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 726
    Fées et tendres automates/Théhy et Tillier tomes 1 et 2 : je vous en parlais auparavant, et ça m'a donné envie de la relire ... Dans la mégalopole Carlota, un automate tombe amoureux d'une fée inachevée. J'adore cette série bd (quoi ? Vous l'aviez compris ?). Déjà les graphismes, cette beauté des visages, cette sensualité et cette violence, parfois. Mais il y a aussi la finesse et la poésie des textes qui transcrivent très bien cet amour hors du commun. Et la fin ...

    Aya de Yopougon/ Marguerite Abouet et Clément Oubrerie tome 6 : la fin des aventures de Aya. Alors ... difficile de résumer les six tomes parce qu'il se passe énormément de choses. On croise pelle-mêle : un jeune homme à Paris qui essaye d'obtenir ses papiers de séjour, un gars qui tente de cacher son homosexualité en se fiançant avec une femme d'un village reculé, une jeune femme se présentant à Miss Yopougnon, un fils unique richissime dilapidant la fortune de ses parents dans des projets caritatifs, un gars qui se fait passer pour un pasteur faiseur de miracles, un homme pris en étau entre sa mère acariâtre et la femme qu'il aime, un gars qui hésite entre sa copine et une cougar richissime et Aya dans tout ça qui est victime d'un professeur qui lui fait des avances ... Tous les noeuds se défont dans le tome. Et avec le sourire. ça, ça fait du bien. On retrouve l'héroïne et son entourage dans la bonne humeur. Les proverbes africains et les exclamations foisonnent. Comme toujours, en fin de tome se trouve le lexique. Vient ensuite une recette de cuisine puis un aperçu de la Côte d'Ivoire. Toujours aussi sympathique.

    Nocturno/Tony Sandoval : une histoire assez étrange entre une jeune femme et un chanteur de rock. Très vite, bascule vers le conte macabre et la poésie onirique. J'ai beaucoup aimé le graphisme et l'histoire qui aurait pu sortir de l'imagination de Burton.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  4. #4
    Date d'inscription
    March 2010
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 362
    Cinq mille kilomètres par seconde, de Manuele Fior. Piero et Lucia se rencontrent, adolescents, en Italie. Ils tombent amoureux. Il y a aussi Nicola, leur ami, et puis la mère de Lucia, et puis leur avenir, et tout un tas de possibilités qui s'offrent à eux... Puis le temps passe, les rêves ne deviennent pas réalité et la réalité n'est pas vraiment un rêve, on se met à repenser au passé, à errer, à s'interroger, chercher, et puis on se demande si on ne voudrait pas revenir chez soi, retrouver tout comme avant. Sauf que parfois, rien n'a changé, sauf vous.
    L'histoire est un peu triste, un peu désabusée, un peu mélancolique, assez poétique. Je crois que le mot consacré est "douce-amère".
    Le dessin à l'aquarelle est vraiment une composante à part entière du récit, très maîtrisé. Les couleurs dominantes changent selon l'époque où se situe la narration, du vert et du jaune citron des débuts italiens ensoleillés au bleu nuit de nos personnages 20 ans plus tard, en passant par le rose, le violet , chaque couleur accentuant la tonalité et la cohérence du fragment de vie traité. Le trait est fin et va à l'essentiel.

    Pas une BD très gaie, mais une bonne surprise pour moi. Simple et profond à la fois. Joli.
    En RP, Eldrina s'exprime en 3DB220.
    Modératrice de la section The Witcher, amis sorceleurs, bienvenue !
    Always look on the bright side of life.

  5. #5
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 726
    Si je me souviens bien, elle a eu le prix à Angoulême il y a un an.

    Severed/Scott Snyder : dans les années 1920, un jeune garçon reçoit une lettre de son père qui est parti de chez lui quand il était tout petit. Celui-ci l'enjoint de le rejoindre. Il s'enfuie donc de chez lui. Le voila sur les routes. Pendant ce temps, un être étrange et à longues dents rôde non loin de lui ... C'est de la bd américaine, je pense. Mais je ne sais pas si on peut parler de comics. Dans tous les cas, j'ai beaucoup aimé et l'histoire, et l'ambiance assez flippante.

    Freaks squeele : c'est une école pas comme les autres. Ici, on forme des héros. Ils sont de toutes races, classes et de puissances différentes mais tous ont un but commun : réussir l'examen de première année. On suit le parcours de trois d'entre eux : Chance d'Estaing une démone vive, délurée et très sympathique, Li Xiong Mao (ou petit panda) une demoiselle assez mystérieuse, et Ombre de Loup. Ils sont les trois pires élèves de la classe, au tout début du moins et sont donc obligés de s'associer pour divers tps et épreuves. On s'attache assez vite au trio assez atypique. Pour ce qui est du scénario, il n'y a pas un temps mort et l'humour est très souvent présent. Mieux encore, Freaks Squeele regorge de références et de parodies. Certaines situations et dialogues sont totalement rocambolesques. Pour ma part, j'ai beaucoup ri. J'ai trouvé le graphisme vraiment sympathique. Les visages sont assez harmonieux tout en étant expressifs. Le mouvement est très bien rendu. Donc si vous voulez passer un très bon moment de lecture, ne passez pas votre chemin
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  6. #6
    Date d'inscription
    June 2009
    Localisation
    Huy
    Messages
    2 674
    AVENTURES EN JAUNE: chronologiquement il s'agit du 3e tome des innommables de Yann et Conrad, paru d'abord chez Glénat puis diffusé par Dargaud. Pour ceux qui ne connaissent pas, on suit le chemin tracé par trois ex-glandeurs de l'armée américaine juste après la fin de la seconde guerre mondiale.
    Dans le tome 3, nous sommes à Hong-Kong au moment où les rumeurs d'invasion par la Chine communiste de Mao propagent un vent de panique parmi les résidents anglais de la petite enclave. Nos trois lascars, Mac, Tony et Tim, récemment démobilisés, sont en pourparler pour acquérir le Lotus Pourpre (un bordel qui propose aussi de fumer de l'opium) quand mac sauve Alix une jeune chinoise (un agent secret communiste) et en tombe amoureux.
    Bande dessinée assez violente mais tempérée par humour noir et sarcastique omniprésent.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  7. #7
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 726
    Orignal de Max de Radigues : bon, j'adore Max de Radigues. Je l'ai vu en vrai et ça a été un vrai coup de coeur pour ce petit Belge là, super sympa avec les lecteurs qui se prenait pas la tête. J'avais bien aimé sa dernière bd, peut-être plus pour le bonhomme qui l'avait écrite. Mais Orignal, quelle claque ! En fait, un orignal, c'est une espèce d'élan apparemment. La bd, elle, raconte l'histoire d'un gamin persécuté par un autre gamin. Pour lui, c'est de pire en pire, il n'en sort pas. Il n'arrive pas à en parler aux adultes. Et il subit. Jusqu'à ... Fichtre ... On peut dire que le dénouement n'est pas conventionnel et assez dérangeant. Non, le gamin ne tue pas l'autre mais ... On comprend le pourquoi de ce qui se passe, et on approuve presque ... Et ça, ça fait bizarre. Vous me demanderez alors ce que l'orignal vient faire là-dedans ? Je vous répondrai : mais lisez-donc !

    Jérôme d'Alphagraph : pour moi, c'est un coup de coeur. C'est une petite série de quatre bds. Elle met en scène Jérôme, apprenti libraire et écrivain. Il vit dans une roulotte avec une bourrique qui parle, côtoie une écrivain-voyageuse, sa presque petite copine Sultana, une petite fille très intelligente qui fait l'école buissonnière, son employeur un libraire un peu je m'en foutiste et maître Chu, celui qui lui a tout appris et qui apparaît quand il lui demande des conseils. Tout cela dans une sorte de décor moyen oriental. Ils parlent d'écriture, de littérature et de poésie. C'est serein, contemplatif, doux, lent. Mais qu'est ce que c'est beau ! Et je vous le conseille.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  8. #8
    Avatar de Ailyn
    Ailyn est connecté maintenant Admisounours
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Le nez dans un bouquin
    Messages
    4 988
    Les cerisiers fleurissent malgré tout, de Keiko Ichiguchi (2013) :

    Le 11 mars 2011, en Italie, une journaliste japonaise expatriée découvre avec le monde entier la catastrophe de Fukushima. Que peut-il rester, que peut-on espérer après une telle tragédie ?

    Un récit poétique, parfois angoissant sur ce l'échelle d'une telle catastrophe dans l'équilibre d'un être humain. Une autre approche de cet accident nucléaire, douloureux mais plein d'espoir, qui ne prend pas le parti de "l'écologie" mais du sentiment. En effet, si l'aspect écologique est important (et peu entendu d'ailleurs), les effets de cette catastrophe se ressentent à d'autres niveaux, qui ont été également lourdement négligés. Cette oeuvre est là pour le rappeler.
    Administratrice de la Taverne des Crocs de Flamme
    RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
    Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
    Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !

  9. #9
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 726
    Trame : le poids d'une tête coupée/Ratigher : donc en fait, celle-là, je n'ai pas vraiment compris et je n'ai pas aimé. Il y a un mode d'emploi sur la trame de lecture qui indique l'ordre dans lequel on doit lire. Oui, parce qu'il y a un petit malin qui a mis certaines pages dans le désordre. Oki, on voit ce qui va se passer pendant qu'on lit, comme si on se spoilait volontairement sur la suite, oki, on sait que ça va mal se finir pour le gens. Mais sinon, bof bof ...

    Bienvenue 2/Marguerite Abouet : Bienvenue, c'est une jeune femme exilée à Paris pour étudier aux beaux arts. Comme Aya, elle règle les problèmes de son entourage. Mais on est loin des couleurs et de la joie de Yopougon, il y a juste le ciel parisien. Et franchement, je me suis un peu ennuyée.

    Hoodoo darlin/Léonie Bishoff : la bonne pioche du lot. ça se passe dans les bayous, en Louisiane. Une jeune femme suit son maître dans le monde des esprits sans avoir été invitée. Pour punition, elle devra récupérer cinq esprits. Déjà, j'ai adoré le graphisme et le style de narration pourtant un peu linéaire. Mais les esprits sont assez différents les uns des autres et assez surprenants. Plutôt sympathique sans être un coup de coeur cependant.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  10. #10
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 726
    Jérôme et la route/Nylso (tome 6 de Jérôme d'Alphagraph) : toujours le périple de Jérôme l'apprenti libraire. Cette fois, il quitte sa librairie pour accompagner Sultana (son amoureuse) qui va étudier à la ville. En chemin, ils méditent sur l'écriture de voyage, la littérature, la poésie, sur l'amour des livres. Je suis en train de virer totalement fanatique.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  11. #11
    Date d'inscription
    June 2009
    Localisation
    Huy
    Messages
    2 674
    Claudia chevalier vampire t4: il s'agit de la série dérivée de Requiem chevalier vampire. Pour ceux qui ne connaissent pas, requiem est un soldat allemand tué sur le front de l'est en 43 et qui se réveille dans les Enfers, sur Résurrection un double de la terre où le temps se déroule à l'envers, où le ciel est rouge. Pour sa chance, il renaît en tant que nosfératu l'une des races supérieures de ce monde - Il aurait pu renaître en tant que goule,ce qui est moins bien. Sur ce monde, tout le monde renaît sous une forme particulière selon le type de pécheur que l'on était de son vivant (loup-garou, centaure, rocher, vampire, goule, zombie, lémure, ...etc), et pire étaient les crimes et plus puissant on renaît. Mélangeant médiéval-fantastique et punk post-apocalyptique cet univers est assez jouissif si on ne le prend pas au premier degré.
    Claudia est un personnage secondaire de la série, une rivale de requiem qui a eu le malheur de ne pas la satisfaire quand il le fallait (mais c'est pas sa faute un démon a voulu le tuer à ce moment là et il avait autre chose à faire qu'honorer la dame comme sauver sa non-vie par exemple), qui méritait bien sa propre série mais pourtant je n'arrive pas à accrocher, la raison en est le dessin.
    Autant le dessin de Ledroit (un ancien des Chroniques de la Lune Noire) est un régal sur Requiem, autant choisir Tacito (666) pour Claudia est une véritable cata en comparaison.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  12. #12
    Avatar de Ailyn
    Ailyn est connecté maintenant Admisounours
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Le nez dans un bouquin
    Messages
    4 988
    "Petite histoire des colonies françaises, Tome 1 : L'Amérique Française" par Grégory Jarry et Otto T. (2006) :

    Comme d'habitude, j'aime pratiquer dans ma bibliothèque municipale le système de la "Main du Destin", c'est à dire plonger ma main au hasard dans le bac et en ressortir ce qui était dessous sans regarder. Et là, cette fois-ci, j'ai sorti ça...
    Et c'est tout simplement génial : sous la direction du Général De Gaulle, on vous explique comment s'est déroulé la colonisation dans différents lieux et différentes époques... avec un ton caustique et ironique à souhait, et un humour hors du commun .

    C'est à la fois très amusant, mais très instructif aussi sur la manière dont s'est passé la colonisation en Amérique, et comment les français ont fini par être dépassé par les évènements...

    Sincèrement, j'ai vraiment hâte d'attaquer les autres tomes...

    Bon la seule chose, c'est que c'est pas la peine de lire cette BD si ce que vous voulez, c'est de la belle image . Pour le dessin, plus simpliste, tu meurs . Mais ils sont toujours bien pensés .
    Administratrice de la Taverne des Crocs de Flamme
    RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
    Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
    Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !

  13. #13
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 726
    Le singe de Hartlepool/Jérémie Moreau et Wilfrid Lupano.
    Ou comment un petit village de bouseux anglais pendit un singe haut et court en croyant que c'était un marin français ... C'est une légende anglaise, peut-être vraie dont les habitants du village ne sont pas fiers. Il est dit qu'un jour, un navire français échoua sur les côtes anglaises. Dans l'épave, les anglais trouvèrent un singe. Eux qui n'avaient jamais vu de français pensèrent que le pauvre animal était à même de parler la langue de Molière et surtout, de préparer une attaque d'envergure contre sa royale majesté. La pauvre bête eut droit à une parodie de procès, ne put pas se défendre et finit pendue ...
    Les gens d'Hartlepool sont depuis surnommés "les pendeurs de singes". L'équipe locale a d'ailleurs une petite mascotte, une peluche de singe baptisée Angus (Hang us : pendez-nous).
    Comme on peut s'y attendre, la bd est grinçante. Le graphisme bien réussi. L'histoire se déroule du point de vue de gamins jouant à la guerre entre français et anglais. Charles Darwin passe dans le coin et donne le fin mot de l'histoire. A des moments, on voit l'histoire du point de vue du singe, de ses souvenirs, de ce qu'il se passe dans sa tête, ce qui rend sa fin d'autant plus cruelle. C'est une histoire assez déstabilisante, un peu cruelle mais plutôt agréable à lire.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  14. #14
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    dans le brouillard
    Messages
    27 474
    Saga (tome II) / Fiona Staples (dessin) - Brian K. Vaughan (texte) chez Urban Comics.
    La suite des aventures interstellaires de Marko, Alana et leur petit bébé. Où le débarquement des grands-parents met un certain désordre, dirons-nous... On suit toujours notre charmant petit couple dans sa tentative de se faire oublier des grandes puissances dont ils sont issus, tandis que le Testament, chasseur de primes, se retrouve affublé d'une équipière aussi imprévue que déterminée, et que le Prince Robot IV suit sa propre piste jusqu'à la retraite d'un écrivain populaire... Comment ça, c'est embrouillé ?
    Les trouvailles sont toujours nombreuses, le rythme haletant, le mélange SF / famille est vraiment bien réussi... Maintenant, il va falloir attendre un an pour la suiiiiite...

    Muchacho (2 tomes) / Lepage, chez Dupuis (coll. Aire Libre)
    BD de 2004 qui raconte le parcours de Gabriel de la Serna, séminariste et peintre tout juste adulte, fils d'un notable de la dictature nicaraguayenne, qui, en 1976, se retrouve malgré lui impliqué dans la révolution communiste... Le dessin de Lepage est superbe et le récit vraiment touchant... Une belle redécouverte.
    Lathandre est le début du plaisir
    Et Luménis c'est par ...


    En RP : Albérich Megrall & Hubert de Maleval. La bio de l'un et la bio de l'autre...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

  15. #15
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 726
    Sambre/Yslaire : au musée de la bd, ils montraient l'élaboration d'une vignette, du dessin à la colorisation ... Et ça m'a redonné envie. L'histoire tragique et romantique de deux amoureux que tout oppose sur fond de drame historique (la commune de Paris). Une sorte de Roméo et Juliette sans collants ...
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  16. #16
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 726
    La voiture d'intisar/Pedro Riera : Intisar parle de sa voiture qu'elle adore et de sa condition de femme au Yemen. En fait, Intisar n'existe pas, elle est plurielle. C'est en réunissant les témoignages de femmes yemenites que l'auteur a élaboré cette bd. S'il n'avait fait appel qu'à une seule femme et qu'un de ses proches avait reconnu son témoignage, elle aurait été en danger ...
    Paradoxalement, c'est avec beaucoup d'humour que les femmes parlent à travers Intisar. Mais à travers l'humour perse le portrait d'une société très hiérarchisée dans laquelle la femme n'est pas reconnue en tant que telle. Elle est tributaire de l'homme de la maison qu'il soit son père, son frère ou même son fils. Les femmes n'ont pas le droit de sortir sans leur niquab. Elles passent toutes, anonymes ce qui donne lieu à des situations assez rigolotes ("on ne nous reconnaît pas, habillées en ninja", dit Intisar). Autrement, les femmes n'ont pas le droit de se montrer. Une lecture instructive, en demi-teinte, mais assez essentielle si on se penche sur la condition de la femme.

    Zahra's paradise/Amir et Khalil. Un témoignage sur l'Iran. En 1999, suite au vote qui voit la victoire de Mahmoud Ahmadinejad, les étudiants soupçonnant une tricherie dans les suffrages descendent dans la rue. La révolte est réprimée dans le sang, les manifestants arrêtés, torturés, certains tués. Une mère recherche son fils disparu qui était à la manifestation. Le bande-dessinée raconte son parcours. Jusqu'à la fin, à mesure que se dessine le destin de Medhi, on a une vilaine boule dans la gorge, la poitrine serrée. C'est dur, âpre, triste, révoltant et touchant. Mais c'est une histoire vraie. Pas une lecture facile mais assez importante, j'ai trouvé.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  17. #17
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 726
    Kililana Song/Benjamin Flao. Il fait très chaud. C'est normal, nous sommes dans un archipel au large du Kenya. Un gamin sèche l'école. Il s'embarque à bord d'une petite barque transportant la dépouille d'un géant, ancien héros des temps passés en compagnie d'un vieil homme ... Comment ça ? Pour le savoir, lisez donc. Vous ne le regretterez pas.

    J'ai adoré ce diptyque. Le graphisme, l'histoire. C'est de l'art. C'est drôle, émouvant, surprenant. Les deux pages presque centrales du tome 2 sont à tomber. Ah oui ... Kililana Song est nominée à Angoulême dans la sélection officielle.

    Le chien qui louche/Etienne Davodeau

    Fabien est gardien au musée du Louvre. Et il est très embêté : sa belle famille lui a demandé de faire entrer le portrait immonde d'un chien qui louche. C'est une véritable croûte.

    Cet opus là, Etienne Davodeau est en coédition avec le musée du Louvre. Pour le préparer, l'auteur a travaillé in situ, et ça se voit. On croise des oeuvres exposées dont "la sculpture qui a les plus belles fesses du monde." Il y a une réflexion sur l'art assez intéressante. Et Davodeau une fois de plus magnifie avec brio les gens du quotidien. La bd est aussi nominée à Angoulême.

    Ah oui ... Une image du Chien qui Louche ...

    Deadline/Christian Rossi

    Une bande dessinée marquante aussi qui prend sa source dans la guerre de sécession. Un jeune soldat sudiste garde la "deadline", ligne que les prisonniers nordistes ne doivent pas franchir sous peine de mort. Derrière la ligne, un ancien esclave fort et digne malgré les constantes brimades qu'il endure. Le jeune homme en tombe amoureux ...

    J'ai trouvé la bande dessinée magnifique autant au niveau de l'histoire que du graphisme. Une réflexion sur l'amour, l'homosexualité, la haine aussi. C'est une bd très forte. Nominée à Angoulême aussi.
    Dernière modification par Althéa ; 11/01/2014 à 23h28.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  18. #18
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 726
    Pendant que le roi de prusse faisait la guerre qui donc lui reprisait ses chaussettes ?/Zidrou et Roger. Je l'ai enfin lue. Et je l'ai relue une fois pour être sûre. J'ai trouvé cette bd vraiment touchante. C'est l'histoire de Michel qui vit avec sa maman Catherine. Sauf que Michel a 43 ans et que Catherine en a 72. Michel a eu un accident de voiture qui presque anihilé toutes ses capacités cérébrales. Il se retrouve au stade d'éternel enfant. Enfin ... il a la mentalité et des envies d'enfant (comme porter toujours son tee-shirt) mais avec des pulsions d'adulte. La bd montre leur quotidien à tous les deux, en prenant le point de vue de Catherine. Chaque fois, on a un petit chapitre avec un épisode. Catherine s'interroge, est triste parfois, parfois en colère, parfois triste que son fils ne soit pas comme son neveu. Mais le plus souvent, elle accepte. L'histoire n'est pas drôle mais elle n'est pas pathétique. Elle est tendre, douce amère. Catherine est une héroïne. Très belle, très vraie aussi. A la question posée par le titre de l'album l'album : qui peut bien repriser les chaussettes du roi de Prusse. Maintenant, je répondrais sans hésiter : sa maman.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  19. #19
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 726
    Les petites gens de Campi et Zabus : c'est ma collègue qui me l'a passée tout à l'heure avant qu'on s'en aille. Elle m'a dit : "Je l'ai présentée en coup de coeur" et aussi "elle m'a fait pleurer" ... Je l'ai lue dans le train là, en revenant. Il y a plusieurs personnages :
    un gars dont un collègue qui part à la retraite et qui se demande pourquoi celui-ci sourit tout le temps. ça l'énerve, ça l'intrigue. Alors son collègue va l'aider à comprendre.
    une petite mamie qui travaille comme femme de ménage au noir et qui se fait renvoyer parce qu'elle est trop âgée. elle se sent tout d'un coup très seule.
    un vieux monsieur qui prête des livres à ses voisins de pallier et qui n'ose pas avouer à une femme qu'il est amoureux d'elle.
    un garçon et son papa qui ne se remettent pas de la mort de la maman et qui n'arrivent pas à se le dire.

    Toutes ces histoires se croisent et se rejoignent tout du long de cette bd. Ce n'est pas triste (un petit peu) mais c'est doux, c'est tendre, et émouvant. Et moi aussi, j'ai pleuré ...
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  20. #20
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 726
    Mamada, époustouflante migrante/Davide Ratte : Mamada est la chef d'un village dans le désert de Namibie, à notre époque. Elle est affreuse et tout le monde la craint. Elle refuse la modernité et les touristes. Un jour, elle tombe sur une sorte de capsule spatiale échouée. La capsule renferme un drôle de gaz avec lequel elle se trouve en contact. Et tout d'un coup, alors qu'elle demande à des touristes d'aller voir aileurs, elle disparait et se retrouve dans ... Le métro parisien. Et puis, sans le vouloir, elle expédie les gens du métro ... En Namibie.
    Franchement, j'ai vraiment beaucoup ri. Mamada est odieuse mais on sent qu'elle risque de changer car elle s'attache à une jeune suicidaire parisienne. Sa fille écoute du Gangan style avec son walkman. Les gens dans le métros sont complètement déboussolés. J'ai hâte de lire le tome 2.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  21. #21
    Date d'inscription
    March 2010
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 362
    Superman : Red Son, un comics de Mark Millar, Dave Johnson et Kilian Plunkett. On connaît tous au moins les bases de l'histoire de Superman : venue d'un monde étranger à la terre, une fusée s'écrase sur Terre, en plein milieu des USA. A bord, un gamin qui se révélera doté de pouvoirs surhumains et qu'on appelle Superman. Mais imaginez que la fusée se pose 12h plus tard? Elle arriverait alors en plein milieu de l'URSS. C'est ce postulat qui fait le point de départ de Red Son. Superman, toujours aussi insupportable et persuadé d'oeuvrer pour le plus grand bien, devient l'héritier du camarade Staline et combat les USA, avec à leur tête le grand savant Lex Luthor et son épouse Lois Lane... pardon, Lois Luthor. A ses côtés, Wonder Woman. Mais alors que l'ordre soviétique s'étend dans tout le monde connu, les adversaires ne manquent pas, à commencer par le mystérieux Batman qui compte bien oeuvrer pour la liberté et le chaos.

    Je ne connais pas l'univers de Superman, ni même celui des comics. J'ai lu quelques Batman mais ça s'arrête là. Je n'ai donc pas lu cette BD comme une fan de l'univers, mais par curiosité. Eh bien, ce fut un vrai plaisir, et je n'ai pas été larguée du tout (bon, il y a sans doute quelques références que je ne saisis pas, notamment avec le Green Lantern, mais cela reste du détail). Bonne remise en question de ce super-héros insupportable (enfin, je trouve) qui incarne si bien les bonnes vieilles valeurs de l'oncle Sam. Très beaux dessins et couleurs superbes, plusieurs cases sont nettement réussies dans leur mise en scène et leur dessin. La narration ne faiblit pas, le postulat de départ amène à des réflexions et remises en cause qui sont bien traitées. Références à l'univers DC Comics aussi, bien sûr (Batman avec une chapka !). Ça reste très américain et, dans le fond, c'est toujours le bon vieux modèle US qui est mis en valeur, mais le rafraîchissement et le renouvellement est bien vu. Et puis, bonne narration, bons personnages secondaires, enjeux bien traités. Très beau style graphique. Il faut aimer les comics et les super-héros, je suppose. Mais il n'est pas besoin d'aimer Superman.
    En RP, Eldrina s'exprime en 3DB220.
    Modératrice de la section The Witcher, amis sorceleurs, bienvenue !
    Always look on the bright side of life.

  22. #22
    Date d'inscription
    March 2010
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 362
    Blacksad, de Juan Diaz Canales et Juanjo Guarnido, tome 1 : Quelque part entre les ombres, et tome 2 : Arctic-Nation. Cadeau de Noël, on l'aura deviné, que j'attendais avec impatience, et à raison. C'est une BD absolument exceptionnelle et je meurs d'envie de lire la suite maintenant.

    On suit les aventures de Blacksad, un détective privé dans l'Amérique des années 50. Signe particulier : Blacksad est un chat. Tous les personnages sont des animaux, chacun ayant des caractéristiques propres à son espèce. Ce qui ajoute à l'atmosphère si particulière de la série, magnifiée par un dessin absolument superbe et une mise en scène formidable. Presque toutes les cases sont parfaites, c'est extrêmement lisibles, très artistique, la narration est sublime.
    Le scénario, lui, est tout aussi bon. Le premier tome nous introduit le personnage de Blacksad à travers une première enquête qui le mène sur les traces de son passé et d'une amour morte - au sens propre. Le second, lui, indépendant du premier tome, nous emmène dans un quartier glauque de la ville, dans une ambiance de racisme, de pauvreté et de montée de l'extrême-droite fasciste, avec la présence du Ku Klux Klan - du moins, sa version romancée pour l'univers animal de la série. Les deux sont très bien écrits, avec cette ambiance si particulière des polars se passant dans l'Amérique des années 40 ou 50. On peut presque entendre la musique qui y est jouée. Le tome 2 est plus sombre et plus fourni , et à mes yeux meilleur que le premier tome - qui était déjà très bon, attention. Mais le 2e atteint une puissance assez hallucinante. C'est superbe à voir, les phrases sont incisives, les personnages sombres et la morale bien grise, comme tout polar qui se respecte, mais avec une touche d'originalité en plus et une âme incroyable. Bref, ça, c'est de la BD comme on les aime.
    En RP, Eldrina s'exprime en 3DB220.
    Modératrice de la section The Witcher, amis sorceleurs, bienvenue !
    Always look on the bright side of life.

  23. #23
    Date d'inscription
    June 2009
    Localisation
    Huy
    Messages
    2 674
    Citation Envoyé par missElder Voir le message
    Blacksad, de Juan Diaz Canales et Juanjo Guarnido, tome 1 : Quelque part entre les ombres, et tome 2 : Arctic-Nation. Cadeau de Noël, on l'aura deviné, que j'attendais avec impatience, et à raison. C'est une BD absolument exceptionnelle et je meurs d'envie de lire la suite maintenant.

    On suit les aventures de Blacksad, un détective privé dans l'Amérique des années 50. Signe particulier : Blacksad est un chat. Tous les personnages sont des animaux, chacun ayant des caractéristiques propres à son espèce. Ce qui ajoute à l'atmosphère si particulière de la série, magnifiée par un dessin absolument superbe et une mise en scène formidable. Presque toutes les cases sont parfaites, c'est extrêmement lisibles, très artistique, la narration est sublime.
    Le scénario, lui, est tout aussi bon. Le premier tome nous introduit le personnage de Blacksad à travers une première enquête qui le mène sur les traces de son passé et d'une amour morte - au sens propre. Le second, lui, indépendant du premier tome, nous emmène dans un quartier glauque de la ville, dans une ambiance de racisme, de pauvreté et de montée de l'extrême-droite fasciste, avec la présence du Ku Klux Klan - du moins, sa version romancée pour l'univers animal de la série. Les deux sont très bien écrits, avec cette ambiance si particulière des polars se passant dans l'Amérique des années 40 ou 50. On peut presque entendre la musique qui y est jouée. Le tome 2 est plus sombre et plus fourni , et à mes yeux meilleur que le premier tome - qui était déjà très bon, attention. Mais le 2e atteint une puissance assez hallucinante. C'est superbe à voir, les phrases sont incisives, les personnages sombres et la morale bien grise, comme tout polar qui se respecte, mais avec une touche d'originalité en plus et une âme incroyable. Bref, ça, c'est de la BD comme on les aime.
    Pour avoir les 5 tomes actuellement sortis (oui leurs auteurs sont assez lents) je peux effectivement te confirmer que tu devrais bien aimer les suivants. Le trait de Guarnido est toujours aussi bon et les scénarios continuent de tenir la route (même si le dernier a eu un accueil un peu plus mitigé au point de vue de l'histoire).
    "Ame rouge" plonge en pleine hystérie anti-communiste du Macarthisme.
    "L'Enfer, le silence" va amener notre félin à rechercher un disparu à la Nouvelle-Orléans durant le carnaval.
    "Amarillo" est un road movie avec rencontre du milieu des cirques itinérants.
    Auteur des Chroniques des Soeurs du Premier Sang
    Quand tu montes un groupe de rock pour te taper des filles, tu te dois de faire au moins deux ou trois bonnes chansons. Je crois que les mecs de Happy Mondays n'ont jamais beaucoup baisé dans leur vie - Liam Gallagher.

  24. #24
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 726
    Si je me souviens bien, le premier tome a remporté le prix du meilleur scénario à Angoulême le jour de sa sortie.

    Pour ma part, j'ai lu "la fille maudite du capitaine pirate" de Jérémy Bastian. Je ne m'attendais pas du tout à cette bd là et j'ai tout bêtement adoré. C'est tout en crayonné et pourtant, chaque vignette fourmille de détails. On a l'onirisme du film "Les aventures fantastiques du baron de Munchausen" et aussi un univers à la Bosch. Concernant l'histoire, c'est un récit d'aventures mêlé d'absurde et de fantastique. Une jeune femme recherche son père qui est un capitaine pirate.

    Il y a plusieurs tomes apparemment et là maintenant tout de suite, j'attends la suite.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  25. #25
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages
    2 650

    Content

    Un one shot qui sort des traditionnelles séries HF, pirates etc... j'ai lu Le grand méchant renard de Benjamin Renner (à qui on doit en partie l'excellent film d'animation Ernest & Célestine, adapté des livres jeunesse du même nom)... l'histoire d'un renard minable qui cherche par tous les moyens à manger une poule dans une ferme et qui enchaîne les échec à l'instar d'un vil coyote chassant le bip-bip...

    J'ai personnellement adoré, tant pour le traitement graphique (on dirait des petits tableaux peints à la gouache, exactement comme Ernest & Célestine), le traitement narratif (un enchainement de petites scènes qui racontent une histoire) le côté attachant de chaque personnage, l'humour et le côté poésie...

    Il faut avoir un côté enfant pour apprécier je pense, ça doit être pour ça que j'ai accroché et depuis ma fille me le fait lui lire tous les soirs avant d'aller dormir.

    Si vous voulez jeter un oeil, c'est chez Delcourt
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



  26. #26
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 726
    ça fait plaisir de te revoir poster ici, Guedin *tond le garou*

    Annie Sullivan et Hellen Keller/Joseph Lambert : bon d'accord, on connaît l'histoire de cette petite fille sourde, muette et aveugle qu'une jeune femme a sortie de son mutisme. Mais cette bande dessinée a le mérite d'apporter d'autres éclairages. D'abord, certaines cases montrent un aperçu des perceptions d'Hélène. On a une silhouette dans le noir et en couleur ce qu'elle perçoit. J'ai trouvé ça super bien fait. Et pour une fois, l'auteur mais l'accent sur Ann, sur son passé et ses perceptions. L'histoire est fidèle à ce qu'on connaît mais traitée avec une vraie subtilité. J'ai adoré. Il va, me semble-t-il y avoir d'autres tomes. J'attends avec une certaine impatience.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  27. #27
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Au couvent (a)
    Messages
    8 726
    Jeanne Picquigny de Fred Bernard : Il y a donc quatre tomes pour le moment et je ne suis pas sûre qu'il y en aura d'autre mais je l'espère franchement. Au début, j'ai été un peu rebutée par le style de dessin que je trouvais un tantinet brouillon. Puis j'ai craqué pour la prose très poétique et les décors envoûtants. Chaque fois, c'est un récit d'aventure : d'abord en Afrique, puis à Cuba et enfin dans l'Himalaya. Pour moi, Jeanne Picquiny est le pendant féminin de Corto Maltese ... Oui, rien que ça. En tout cas, je me suis régalée.

    Vois comme ton ombre s'allonge de Gipi : Là, c'est un gros coup de cœur et une belle claque aussi. C'est l'histoire artiste en dépression interné en hôpital psychiatrique. Lui qui dessinait si bien ne sait plus représenter qu'un arbre mort, figure de ses obsessions. Puis le décor change et nous voilà transportés durant la première guerre mondiale. Deux soldats dont (l'un porte le même nom que l'artiste) sont envoyés effectuer une mission de reconnaissance à proximité des tranchées allemandes. J'ai adoré le dessin tout en aquarelles tourmentées et la force de l'écriture. Pour ce qui est de la chute, je l'avais sentie venir mais ce ne m'a pas empêché de la recevoir en pleine figure, si fort que j'en ai eu les larmes aux yeux.
    Entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr. Si l'amour soigne et le temps tue, l'éternité gagne à être connue (Amélie les Crayons)

  28. #28
    Date d'inscription
    July 2016
    Localisation
    Dans mes rêves
    Messages
    144
    La dernière BD que j'ai lue est "Pour un peu de bonheur" de Laurent Galendon et A. Dan, en 2 tomes de 46 pages chez Bamboo. Elle raconte le retour à la vie civile d'une gueule cassée et la reconstruction de son couple et de sa famille. Ce n'est généralement pas une période de l'Histoire qui me passionne mais j'ai ouvert le premier tome par hasard dans ma bibliothèque municipale avant-hier et j'ai été séduit par le dessin et les thèmes développés. Chaque tome comporte un dossier sur les débuts de la chirurgie maxillo-faciale et de la psychiatrie.

    Je souhaite également mentionner deux autres titres que j'ai lus il y a plus longtemps et qui m'ont beaucoup marqué:

    • "Mauvais genre" de Chloé Cruchaudet, 160 pages chez Delcourt.
      Là encore il est question de la Première guerre mondiale mais le personnage principal est cette fois un déserteur qui choisit de se travestir en femme pour échapper au peloton d'exécution. Même après son amnistie, il conserve son déguisement, se sentant plus femme qu'homme. Le thème central de la BD est bien sûr l'identité et est bien servi par le dessin, très poignant grâce à ses nuances de gris et de noir mettant en valeur le rouge, et très vif, notamment grâce à l'abandon de cases bien définies.

    • "Le bleu est une couleur chaude" de Julie Maroh, 152 pages chez Glénat.
      C'est l'histoire d'une adolescente découvrant son corps et son homosexualité. Il s'agit de la BD ayant inspiré "La vie d'Adèle", film ayant d'ailleurs effectué d'importants changements par rapport à l'histoire. Le dessin est sobre et délicat, à l'image de l'histoire, la plupart du temps tout en nuances de gris et de brun servant à mettre en valeur le bleu.

  29. #29
    Date d'inscription
    December 2007
    Localisation
    GAP, Hautes alpes
    Messages
    1 666
    Universal War 1.
    Après avoir collectionné un tas de bds qui sont toute "parties en sucettes" quand elles sont devenues plus commerciales qu'inspirées et être déçu du monde la BD, j'en ai *emprunté* quelques unes plutôt que de les acheter.
    UW1 m'a mit une telle claque que j'ai acheté l'intégrale dès la lecture finie.

    Ha, bien sur, ça n'a pas la même saveur quand ont lit tout d'un coup ou qu'on découvre les épisodes un par un. Mais c'est justement d'avoir eu la clef finale qui m'a fait dire que c'est une œuvre géniale. D’ailleurs UW2 m’emballe moins, peut être que ça changera quand j'aurais lu la fin.


    EDIT : la charte des forums s'applique partout.

  30. #30
    Date d'inscription
    March 2016
    Localisation
    Dans le Pays du Couteau Multifonction
    Messages
    209
    Bon... J'ajoute ma pierre à l'édifice. Je ne suis pas/plus très BD (plutôt manga), mais je suis tombé par hasard sur une petite série qui m'a pas mal plus.

    Freaks Squeele de Florent Maudoux. Un genre de 'Sentai School' en un peu moins nawak. Des étudiants super héros (encore...), mais j'aime beaucoup le style des dessins et les personnages sont nuancés (ça change).
    L'alcool ne résout pas les problèmes... Mais le lait et l'eau non plus.

Page 1 sur 2 12 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [TW1][SOLUCE] La dernière pierre
    Par Dhast dans le forum The Witcher
    Réponses: 2
    Dernier message: 24/03/2011, 21h11
  2. [Rp] Aux quatre vents : dernière chance
    Par Lothringen dans le forum Les Côtes du Sud
    Réponses: 4
    Dernier message: 13/09/2009, 18h20
  3. La dernière épreuve dans l'antichambre
    Par cadaver dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 20
    Dernier message: 29/08/2004, 17h10
  4. Derniere mission donne par riki
    Par pokastuce dans le forum Le Monastère du Corbeau Noir (Icewind Dale 2)
    Réponses: 1
    Dernier message: 13/08/2004, 18h23
  5. [DSOTSC] Dernière quête
    Par Bif l'Inculte dans le forum Le Festival de Nashkel : les modules BG1
    Réponses: 2
    Dernier message: 17/12/2003, 23h13

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232